CHANTEURS DE L’OPERA-COMIQUE

 

Encylopédie

 

 (La plupart des chanteurs affichés en solistes avant 1900 y figurent ; cependant, en 1762, la troupe de l'Opéra-Comique de la Foire ayant fusionné avec celle de la Comédie-Italienne, il est malaisé pour cette période d'en extraire les seuls chanteurs. En revanche, tous ceux ayant été affichés de 1900 à 1972 y sont mentionnés.)

 

 

ABDOUN Georges. — Basse. Chante entre 1954 et 1972.

 

ABEL. — Débute le 31 juillet 1821 dans le Tableau parlant (Cassandre).

 

ABRAMOFF (petit). — Crée Gianni Schicchi (Ghérardino) le 06 novembre 1922, interprète la Habanéra (un petit garçon).

 

ACHARD Charles. — Ténor. Débute en juillet 1865. => biographie

 

ACHARD Léon. — Ténor. Débute le 04 octobre 1862. => biographie

 

ALBERS Henri. — Baryton (Amsterdam, 01 février 1866 – Paris, 12 septembre 1925). Débute le 26 octobre 1899 dans les Pêcheurs de perles (Zurga). Est affiché dans l’Attaque du moulin (Merlier), Carmen (Escamillo), le Chemineau (Chemineau), Fidelio (Pizzaro), la Habanéra (Ramon), Iphigénie en Tauride (Oreste), Lakmé (Nilakantha), Louise (le Père), Mireille (Ourrias), le Pardon de Ploërmel (Hoel), Pelléas et Mélisande (Golaud), Polyphème (Polyphème), le Rêve (Hautecœur), le Roi d'Ys (Karnac), la Tosca (Scarpia), le Vaisseau fantôme (le Hollandais), Werther (Albert). Est le créateur, salle Favart, de l'Ancêtre (Raphaël), les Cadeaux de Noël (Père Jean), Gismonda (Zaccaria), le Joueur de Viole (le Roi), Lorenzaccio (Cardinal Cibo), Macbeth (Macbeth), Nausicaa (Ulysse), Paillasse (Tonio), la Plus forte (Pierre), Sur le Front (la Française), Tristan et Isolde (Kurwenal). A participé le 19 mai 1911 à la première de Thérèse (André Thorel) de Jules Massenet.

(Débute en 1891 à Anvers, chante au Havre, à Bordeaux, à Monte-Carlo, à Londres, et part en 1898 avec Nellie Melba, Emma Calvé et les frères de Reszké pour une tournée à New York, San Francisco et La Nouvelle-Orléans. En 1899 il débute à l'Opéra-Comique, puis devient en 1901 pensionnaire de la Monnaie de Bruxelles et en 1908 de l'Opéra de Paris. Poursuivant une carrière internationale, il reste cependant fidèle à la salle Favart où il est encore affiché trois mois avant sa mort. C'était un artiste de grande classe, saisissant et humain dans des rôles comme Golaud, le Chemineau, Scarpia ou Merlier de l'Attaque du moulin.)

 

 

 

Henri Albers vers 1907

 

 

ALBINI. — Joue Louise (l'Apprenti) en 1929. Est affiché dans la Bohème (Parpignol).

 

ALCAIDE Tomás (Tomás de AQUINO CARMELO ALCAIDE dit). — Ténor portugais (Estremoz, 16 février 1901 Lisbonne, 09 novembre 1967). Débute le 19 avril 1936 dans la Bohème (Rodolphe). Chante la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

ALEXIS. — Débute vers 1822.

 

ALLAIRE. — Basse-taille. Débute vers 1818. Crée le 22 décembre 1824 les Deux Mousquetaires (un Notaire) d'Henri Montan Berton ; le 09 juillet 1827 les Petits appartements (un Capitaine des gardes) d'Henri Montan Berton.

 

ALLAN. — Débute le 07 avril 1826 dans Ma tante Aurore (Valsain).

 

ALLARD Louis Ernest André dit André. — Baryton (75009.Paris, 10 mars 1874* – Paris, 1938). Epouse à 75009.Paris le 12 février 1901 (divorce le 18 novembre 1920) Rose Douroux. Débute dans Manon (Lescaut) le 10 août 1900. A créé Aphrodite (Timon), la Carmélite (le Comte), la Coupe enchantée (Josselin), la Fiancée vendue (Ketzal), la Fille de Roland (Duc de Nayme), la Fille de Tabarin (d'Availlé), Forfaiture (Jones), Intermezzo, Léone (Négroni), Madame Dugazon (Dugazon), les Noces Corinthiennes (Hermas), le Poirier de Misère (le Chantre), les Quatre Journées (Frantz), la Reine Fiammette (Sforza), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Frère Ange), Sœur de Jocrisse (Duval), Solange (de Beaucigny) ; le 20 janvier 1903 Titania (Obéron) de Georges Hüe ; la Troupe Jolicœur (Paul). A été d'autre part affiché dans Alceste (Hercule), la Basoche (l'Ecuyer du Roi, le Duc de Longueville), le Barbier de Séville (Figaro, Bartholo), les Bavards (Sarmiento), Carmen (Escamillo), Cavalleria rusticana (Alfio), Cendrillon (Pandolfe) de Massenet, le Clown (Barbazan), les Contes d’Hoffmann (Crespel), Roi Candaule (Candaule), Don Quichotte (Sancho), les Dragons de Villars (Bellamy), la Fille de Madame Angot (Larivaudière), Fortunio (Clavaroche, Maître André), Gianni Schicchi (Gianni Schicchi), Grisélidis (le Diable), Iphigénie (Thoas), le Jongleur de Notre-Dame (Boniface), l'Irato (Pandolphe), Lakmé (Frédéric, Nilakantha), Louise (Chansonnier, Peintre), le Maître de Chapelle (Barnabé), Manon (le Comte), Mireille (Ourrias), Madame Butterfly (Scharpless), la Navarraise (Bustamente), Résurrection (Simonson), les Noces de Jeannette (Jean), Paillasse (Tonio), Philémon et Baucis (Vulcain), Phryné (Arogagine, Dicéphile), les Rendez-vous bourgeois (Cesar), la Tosca (Scarpia), la Traviata (d'Orbel), la Roi d'Ys (Karnac), la Bohème (Schaunard), la Vivandière (la Balafre), Werther (Albert), la Marseillaise (Dietrich), les Cadeaux de Noël (Père Jean). Il a participé à la première le 10 mai 1904 du Jongleur de Notre-Dame (le Prieur) de Jules Massenet ; le 23 mai 1905 à celle de Chérubin (le Comte) de Massenet ; le 07 février 1925 de Véronique (Coquenard) d'André Messager. Il a débuté à l’Opéra de Paris le 16 mai 1912. Il n'a pas de lien de parenté avec le chanteur d'opérette Robert Allard (75007.Paris, 31 mai 1893* – 83.Toulon, 19 août 1989).

 

 

 

André Allard en 1907

 

 

ALLER. — Crée le 13 septembre 1813 Valentin (un Ecuyer) d'Henri Montan Berton.

 

ALTÉRY Mario (Philippe Mario ALTARE dit). — Ténor (06.Nice, 12 septembre 1892 – 83.Hyères, 14 mars 1974). Débute le 30 mai 1935 dans Lakmé (Gérald). Est affiché dans le Barbier de Séville (Almaviva), Carmen (Don José), Cavalleria rusticana (Torrido), la Habanéra (Pèdro), Louise (le Noctambule), Manon (Des Grieux), Mignon (Wilhem Meister), Mireille (Vincent), Paillasse (Canio), les Pêcheurs de perles (Nadir), Philémon et Baucis (Philémon), le Rêve (Félicien), la Tosca (Mario Cavaradossi), la Traviata (Rodolphe), la Bohème (Rodolphe), Julien (Julien) et Werther (Werther). Il a débuté à l’Opéra de Paris en 1940.

 

ALVAREZ Albert. — Ténor. Débute le 02 octobre 1902. => biographie

 

ALVÈS Georges. — Baryton (Paris, 19 juillet 1907 –). Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

AMADE Raymond. — Ténor (Tunis, 15 mai 1915 – Paris, 15 juin 1969). Débute le 17 février 1946 dans le Barbier de Séville (Almaviva). Crée Guignol (Léandre), Ciboulette (Antonin) et le Oui des Jeunes Filles (Don Carlos). Est affiché dans Cosi fan tutte (Fernand), Falstaff (Fenton), Fortunio (d'Azincourt, Fortunio), l'Heure espagnole (Gonzalve), Isoline (Isolin), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), le Roi malgré lui (d'Elbœuf), la Traviata (le Vicomte).

 

ANDAL Pierre. — Baryton. Débute dans Madame Butterfly (Commissaire impérial) le 03 décembre 1910. A créé l'Ancêtre (Léandry), le Carillonneur (le Héraut), la Danseuse de Pompéi (Livius), la Jota (Rancapinos), Julien (un Rapin), Noël (un Ouvrier), la Sorcière (Oliviera). A été affiché dans Carmen (Morales, Rémendado), les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil), Fortunio (Landry), le Jongleur de Notre-Dame (Moine peintre), Joseph (Dan), Louise (Peintre), le Maître de Chapelle (Barnabé), Manon (Brétigny), les Noces de Jeannette (Jean), Richard Cœur de Lion (Mathurin), le Roi d'Ys (Jahel), la Traviata (le Baron). A participé le 19 mai 1911 à la première de Thérèse (un Officier municipal) de Jules Massenet.

 

ANDRÉ (petit). — Joue Louise (l'Apprenti) et crée les Quatre Journées (petite Marie) le 25 décembre 1916.

 

ANDREOZZI Robert. — Ténor (83.La Seyne-sur-Mer, 17 août 1932 –). Débute le 27 novembre 1960 dans Paillasse (Arlequin). Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

ANDRIEU Edouard. — (33.Bordeaux, 29 septembre 1801 –). Débute le 20 mars 1824 dans Zémire et Azor (le Prisonnier).

 

ANDRIEUX. — Crée le 15 avril 1799 Montano et Stéphanie (Altamont) d'Henri Montan Berton ; le 21 janvier 1801 le Grand deuil (Florval) d'Henri Montan Berton.

 

ANGEL Charles. — Ténor. Débute le 02 juillet 1921 dans la Tosca (Mario Cavaradossi). Chante Manon (Des Grieux), Lakmé (Gérald), Werther (Werther) et la Bohème (Rodolphe).

 

ANGOT Jean. — Baryton. Chante entre 1954 et 1972.

 

ANSSEAU Fernand. — Ténor belge (Boussu-Bois, près de Mons, 06 mars 1890 – Bruxelles, 01 mai 1972). Débute en octobre 1920 dans Werther (Werther). Chante Carmen (don José), Manon (Des Grieux), la Tosca (Mario), Julien (Julien) et Orphée (Orphée).

 

ANTHELME. — Débute le 28 mai 1874 dans Mignon (Wilhelm).

 

ANZANI Jean. — Ténor (1902 ). Débute le 22 juin 1930 dans la Tosca (Mario). Chante Werther (Werther).

 

AQUISTAPACE Jean. — Basse (06.Nice, 1888 – 06.Nice, octobre 1952). Débute le 02 octobre 1913 dans la Tosca (Scarpia). Chante Mireille (Ramon).

 

ARBEAU André. — Débute le 09 juillet 1925 dans Werther (Albert). Chante Carmen (Escamillo), Lakmé (Nilakantha), Mireille (Ourrias), Paillasse (Tonio), le Roi d’Ys (Karnac). Par ailleurs, il avait créé au Trianon-Lyrique le 21 février 1924 la Belle de Haguenau (le Notaire) de Maurice Fouret.

 

ARJAC d'. — Débute dans la Tosca (Spoletta) le 26 octobre 1925. Crée la Femme et le Pantin (un Spectateur), Sarati le Terrible (Marchande de grenades, un Assistant), la Tisseuse d'Orties (le Guetteur). Est affiché dans Angelo (3e invité, l'Intendant, 2e Buveur), Béatrice (un Matelot), les Contes d’Hoffmann (Nathanael), Joueur de Viole (le Galant), Lorenzaccio (Pierre Strozzi), Mignon (Laerte), les Noces de Figaro (Bazile), Pénélope (Léodès), Werther (Schmidt), Carmen (Remendado), l’Enfant et Sortilèges (la Théière), Paillasse (Beppe).

 

ARKOR André d' (Arsène VAN HAM dit). — Ténor belge (Tilleur, près de Liège, 23 février 1901 – Bruxelles, 19 décembre 1971). Débute dans Manon (Des Grieux) le 05 janvier 1931.

 

ARMON Luc. — Ténor. Débute dans Mignon (Wilhelm Meister) le 04 juin 1944. Chante le Barbier de Séville (Almaviva).

 

ARNOLD. — Ténor. Débute le 25 mai 1947 dans Carmen (don José).

 

ARNOULT Louis Charles dit Louis. — Ténor (Paris, 28 mars 1901 ). Débute dans Louise (Noctambule) le 12 décembre 1928. A créé salle Favart : A quoi rêvent les jeunes filles (Sylvio), la Chambre Bleue (Léon), Cyrano de Bergerac (Christian), l’École des maris (Valère), Esther de Carpentras (Vaucluse), la Femme et le Pantin (un Spectateur), Frasquita (Armand), Marie l'Égyptienne (le Matelot, le Lépreux). A été affiché dans le Barbier de Séville (Almaviva), le Bon roi Dagobert (Dagobert), Djamileh (Haroun), l’Enlèvement au sérail (Belmont), Gargantua (Gargantua), Grisélidis (Alain), l'Heure espagnole (Gonzalve), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), Lakmé (Gérald), la Lépreuse (Ervoanik), Manon (Des Grieux), Madame Butterfly (Pinkerton), le Médecin malgré lui (Léandre), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), les Pêcheurs de perles (Nadir), Phryné (Nicias), le Pré aux Clercs (Mergy), la Princesse Jaune (Kornélis), la Reine Fiammette (Danièlo), le Rêve (Félicien), le Roi malgré lui (de Nangis), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Jacques), la Traviata (Rodolphe), la Vie brève (Paco), Sapho (Jean Gaussin), Werther (Werther), Paillasse (Beppe), la Bohême (Rodolphe), Carmen (don José), le Roi d'Ys (Mylio).

 

ARSCHODT Gustave. — Basse. Débute le 26 juin 1946 dans les Noces de Figaro (Antonio). Crée Madame Bovary (un Paysan). Est affiché dans le Barbier de Séville (Bartholo), Carmen (Zuniga, Dancaïre, Lillas Pastia), l'Étoile (Zalzal), le Jongleur de Notre-Dame (un ivrogne), Louise (un Agent), Madame Butterfly (Commissaire impérial), Manon (Portier, Hôtelier, Brétigny), Mignon (le Souffleur), Mireille (Ambroise), la Tosca (Geôlier), Werther (Johann), Guignol (Coquard).

 

ARTUS Henri Joseph. — Basse (75010.Paris, 27 juin 1868 –). A débuté en 1892. Est le créateur de l'Attaque du Moulin (un jeune homme). Il a participé le 16 janvier 1893 à la première de Werther (Johann) de Jules Massenet. Est affiché à partir de 1900 dans Carmen (Zuniga), le Chalet (Max), Mignon (Jarno), Mireille (le passeur, Ambroise, Ramon), les Pêcheurs de perles (Nourabad), le Pré-aux-Clercs (Girot), Falstaff (Pistolet).

 

AUBERT. — Basse. A débuté en 1879.

 

AUDINOT Nicolas-Médard. — Acteur (08 juin 1732 – 21 mai 1801). Joua à l'Opéra-Comique de 1762 à 1767.

 

AUDISIO Victor Pierre Joseph dit Victor. — Ténor d'origine italienne (Suze, Piémont, 1867 –). Epouse Violette Claire Euphémie Bosse (1871-) professeur de piano ; parents de Gabriel Audisio (13.Marseille, 27 juillet 1900 – 92.Issy-les-Moulineaux, 26 janvier 1978), écrivain. Débute dans Julien (Julien) le 08 octobre 1901. Il fut nommé directeur du Théâtre Municipal d'Alger en 1910 (qui deviendra l'Opéra d'Alger).

 

AUDOIN Eric. — Ténor. Débute dans Carmen (don José) le 14 septembre 1906. Chante Julien (Julien), Cavalleria rusticana (Torrido), la Flûte enchantée (Monostatos), Werther (Werther) et le Jongleur de Notre-Dame (Jean).

 

AUDOIN Hubert. — Débute dans Werther (le Bailli) le 08 mars 1914. Est affiché dans Alceste (l'Oracle, Tanato), l'Attaque du Moulin (Capitaine ennemi), le Barbier de Séville (Bazile), Carmen (Zuniga, Escamillo), le Chalet (Max), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc., Crespel), Don Juan (Mazetto), les Dragons de Villars (le Pasteur), la Bohème (Colline), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine musicien), le Juif Polonais (Walter), la Fille de Madame Angot (Louchard), Lakmé (Nilakantha), la Légende du Point d'Argentan (Pierre), Louise (1er Philosophe, le Père), Madame Butterfly (le Bonze), Manon (le Comte), Mârouf (le Pâtissier, un Mameluck), Mireille (le Passeur), Noces Corinthiennes (Hermas), les Noces de Figaro (Figaro, Bartholo), Paillasse (un Paysan, Tonio), la Reine Fiammette (Pompéo Cortès), le Rêve (Hubert), le Roi d'Ys (Saint Corentin), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Frère Ange), la Traviata (Marquis), la Tosca (Goelier, Angelotti, Scarpia). Crée le Cloître (Thomas), Cosi fan tutte (Guillaume), la Griffe (Stano), le Hulla (Taher), Mârouf (un Marchand), Pénélope (Clésippe), Sauteriot (Docteur), Gismonda (Évêque Sophron). Participe à la première le 23 novembre 1917 de Béatrice (le vieux Pêcheur) d'André Messager.

 

AUDRAN Pierre-Marius. — Ténor (13.Aix-en-Provence, 1816 – 13.Marseille, 1887). Epouse Louise-Caroline Massy. Père du compositeur Edmond Audran. Débute en 1842. Créé le 10 août 1847 la Cachette (le comte de Derby) d'Ernest Boulanger.

 

AUGIER Léon-Jean-Baptiste-Achille. — (Paris, 27 mars 1843 –).

 

AUGUSTE. — Débute le 10 juillet 1822 dans les Deux journées (Mikéli).

 

AUTRAN Victor. — Basse. Débute le 19 février 1935 dans le Barbier de Séville (Bazile). Chante Carmen (Zuniga), Manon (le Comte), Mignon (Lothario), Mireille (Ramon).

 

AZÉMA Louis. — Basse (34.Agde, 24 mai 1876 – 95.Montmorency, 10 janvier 1963). Enterré au Père Lachaise (26e division). Epouse 93.Villemomble, le 03 juin 1903, Jeanne Billa-Azéma. Père de Marie-Louise Azéma. Débute le 20 septembre 1905 dans le Barbier de Séville (Bazile). Est le créateur, salle Favart, de : Angelo (Gaboardo, l'archiprêtre), Ariane et Barbe-Bleue (Vieux Paysan), Chiquito (Grand Prêtre), le Cloître (Dom Milicien), la Coupe Enchantée (Anselme), Iphigénie en Aulide (Patrocle), la Jota (Catchano), Eros Vainqueur (Cardinal-Evêque), la Fiancée Vendue (Micha), Forfaiture (le Juge), Fugitifs (le Sergent), le Mariage de Télémaque (Alkinoos), la Légende du Point d'Argentan (Pierre), la Lépreuse (le Sénéchal), Macbeth (Meurtrier), Madame Butterfly (Yakusidé), le Hulla (Danischmendt), Mârouf (Pâtissier), Myrtil (Grand Prêtre) ; le 07 décembre 1921 Dans l'Ombre de la Cathédrale (Mariano) de Georges Hüe ; Pêcheurs de Saint-Jean (l'Hôtelier), Pépita Jimenez (don Pèdro), la Pie Borgne (Olivier), la Plus Forte (le Curé), le Poème du Soir (Landorge), Poirier de Misère (le Bouffon), Résurrection (Gardien-chef), Roi Candaule (Hermanax), Sarati le Terrible (Hudéro), Sauteriot (le Curé), la Sorcière (Cardénos), la Victoire (un Vieillard), le Voile du Bonheur (Li-Kiang), la Griffe (Mirko). A été affiché en outre dans Alceste (l'Oracle, un héraut), Aphrodite (Grand Prêtre), Ariane et Barbe-Bleue (Barbe-Bleue), les Armaillis (Vieux Domestique), la Basoche (Louis XII), les Bavards (Cristobal), le Caïd (Aboul-y-Far), le Chalet (Max), le Chemineau (Maître Pierre), les Contes d’Hoffmann (Crespel), le Domino Noir (Gil Pérez), Don Juan (Commandeur), la Fille de Madame Angot (Louchard), la Fille du Régiment (Sulpice), la Flûte enchantée (un Prêtre), Fortunio (Guillaume), la Habanéra (le Vieux), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine peintre ; le Prieur), Joseph (Zabulon), le Juif Polonais (le Polonais), Lakmé (Nilakantha), Lorenzaccio (Philippe Strozzi, Scoronconcolo), Louise (Chiffonnier, le Père), Madame Butterfly (le Bonze), Macbeth (Macduff), Manon (l'Hôtelier, le Comte), Marie-Magdeleine (un Disciple), Mârouf (le Sultan), Mignon (Lothario), Mireille (Ramon), la Navarraise (Garrido), Noces Corinthiennes (Théognis), les  Noces de Figaro (Bartholo), Pelléas et Mélisande (Arkel), Philémon et Baucis (Jupiter), la Reine Fiammette (le Promoteur), Richard Cœur de Lion (Williams), le Roi d'Ys (Saint Corentin, le Roi), Sapho (le Patron, Césaire), la Tosca (Angelotti), la Traviata (le Docteur), le Vaisseau Fantôme (Daland), la Bohème (Benoît, Colline), Werther (le Bailli), Gismonda (Évêque Sophron), Madame Sans-Gêne (Fouché), Carmen (Zuniga). Il quitta l'Opéra-Comique en 1930, devint directeur du Capitole de Toulouse.

(Sorti du Conservatoire en 1901, il fut engagé par l'Opéra de Lyon puis par le théâtre Graslin de Nantes (1903), enfin par le théâtre royal de La Haye (1904). En 1905 il débutait à l'Opéra-Comique. Il ne devait plus quitter ce théâtre où il parut dans 90 rôles, assurant 35 créations, qu'il marquait chaque fois de silhouettes originales car il possédait un sens aigu du maquillage. C'était d'ailleurs un excellent comédien au service d'une voix de très belle qualité. Sa carrière lyrique ne lui fit pas abandonner la peinture, qu'il avait étudiée aux Beaux-Arts avec Gustave Moreau.)

 

 

 

 

Louis Azéma en 1907

 

 

BACCANAUD (petit). — Joue Madame Butterfly (l’Enfant) en 1945-1946.

 

BACQUIÉ Guillaume. — Basse. Débute le 05 avril 1878. => biographie

 

BACQUIER Gabriel. — Baryton (34.Béziers, 17 mai 1924 –). Débute en 1956. Chante la Bohème (Marcel), Madame Butterfly (Sharpless), Mireille (Ourrias), Lakmé (Nilakantha), Cavalleria rusticana (Alfio), la Tosca (Scarpia), Carmen (Escamillo), Isoline (Eros, Obéron), Werther (Albert, février 1959). Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage (Abdul) de Gian Carlo Menotti.

 

BADIALI Eugène. — Baryton. Débute le 03 octobre 1892. => biographie

 

BAILLON. — Débute le 08 juin 1919 dans Mârouf (un Muezzin).

 

BAILLY. — Débute le 08 novembre 1905 dans le Jongleur de Notre-Dame (un Loustic). A créé la Tosca (un Pâtre) et joué Louise (un Agent), la Habanéra (un Homme).

 

BAKLANOFF Georges [Baklanov]. — Baryton russe (Riga, 23 décembre 1880 – Bâle, 06 juillet 1938). Epouse Lydia Lipkowska. Débute dans la Tosca (Scarpia) le 19 septembre 1929.

 

BALANQUÉ Charles. — Baryton. Débute en 1885. => biographie

 

BALBON André. — Basse (75004.Paris, 04 juin 1902 – Alicante, Espagne, 30 mars 1984). Débute le 01 novembre 1928 dans Lorenzaccio (un Officier). A créé le Bourgeois de Falaise (Sottencourt), Comme ils s'aiment (de Lustrac), Esther de Carpentras (Cacan), l'Étoile (Sirocco), Fou de la Dame (Cavalier noir), Frasquita (Aristide), George Dandin (de Sottenville), le Mariage Secret (Comte Robinson), la Nuit embaumée (Ali), Mon Oncle Benjamin (de Pontcassé), Rayon de Soieries (Monsieur Loyal) ; le 17 décembre 1928 Riquet à la houppe (Marquis de Carabas, 3e Ministre) de Georges Hüe ; le Roi d'Yvetot (Renaud), le Testament de la Tante Caroline (Maître Corbeau), Tout Ank Amon (Hapousemb), Vieux garçons (von Petersboon) ; le 24 juin 1938 de Zadig (Arimage) de Jean Dupérier. D'autre part, a été affiché dans Angélique (le Nègre), le Barbier de Séville (Bazile), la Bohème (Colline), le Bon roi Dagobert (Éloi), les Brigands (Chef des Carabiniers), Carmen (Zuniga), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), Gargantua (4e Buveur, Baiseluc, Marquet), Gianni Schicchi (Gianni), la Habanéra (le Vieux), Louise (Bricoleur, Chiffonnier), Madame Butterfly (Scharpless), Manon (le Comte), le Médecin malgré lui (Sganarelle), Mignon (Lothario), Philémon et Baucis (Vulcain), le Roi malgré lui (de Villequier), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (d'Astarac), le Roi d'Ys (le Roi), la Tosca (Angelotti), la Traviata (Docteur), Werther (Brühlmann).

 

BALDOUS Jules. — Baryton (34.Montpellier, 18 août 1884 –). Débute le 05 juillet 1927 dans Lakmé (Nilakantha). A créé le Bon roi Dagobert (Odoric), Cantegril (Père Bireben), la Femme Nue (Roussel), Gargantua (Grandgousier), Mariage Secret (Géromino), Quatre-vingt-treize (Cimourdain), Rayon des Soieries (Vieux Monsieur), le Roi d'Yvetot (le Doyen), Tarass Boulba (le Voievode). A chanté Angélique (le Nègre), le Barbier de Séville (Bazile), la Basoche (Louis XII), les Brigands (Campotasso), le Chalet (Max), le Chemineau (François, Maître Pierre), Frasquita (Aristide), Louise (le Père), Manon (le Comte), Mignon (Lothario), la Fiancée vendue (Katzal), Carmen (Zuniga), Paillasse (Tonio), les Pêcheurs de perles (Nourabad), Mireille (Ramon), les Noces de Figaro (Antonio), Philémon et Baucis (Vulcain), les Rendez-vous bourgeois (Dugravier), le Roi d'Ys (le Roi), Sapho (Césaire), le Sicilien (don Pèdre), le Sourd (Doliban), la Tosca (Scarpia), la Traviata (le Baron), la Bohème (Schaunard, Colline), Vieux Garçons (van Petersboon), Werther (le Bailli), le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur), Madame Butterfly (Scharpless).

 

BALLETTI Antoine-Etienne-Louis. — Acteur (mai 1724 - 09 mars 1789). Joua à l'Opéra-Comique de 1762 au 15 mars 1769.

 

BANULS Francis. — Débute dans la Bohème (Rodolphe) le 02 juillet 1927. Chante Carmen (don José), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), Lakmé (Gérald), Madame Butterfly (Pinkerton), Mignon (Wilhelm Meister), Cavalleria rusticana (Torrido), Mireille (Vincent), la Tosca (Cavaradossi), Paillasse (Canio), Manon (Des Grieux) et Werther (Werther).

 

BAPTISTE. — Crée le 03 septembre 1803 Aline, reine de Golconde (Osmin) d'Henri Montan Berton.

 

BARBERO Henri. — Débute le 10 octobre 1937 dans la Bohème (le Père la Pêche). Crée le 24 juin 1938 Zadig (un Pêcheur) de Jean Dupérier. Chante Gargantua (le Prieur, Tyravant), Lakmé (le Kouravar), Madame Butterfly (le Bonze), Manon (le Comte), Mignon (Lothario), Mireille (le Passeur), les Noces de Jeannette (Thomas), la Tosca (Angelotti), la Traviata (le Baron), la Bohème (un Douanier, Colline), Werther (Brühlmann, le Bailli), Carmen (Zuniga).

 

BARBIER DE SAINT-PREUX. — Débute vers 1822.

 

BARBOT Joseph. — Ténor. Débute le 12 mars 1856. => biographie

 

BARNIER Roger. — Ténor. Débute le 22 avril 1945 dans Carmen (don José). Chante Cavalleria rusticana (Torrido), Julien (Julien), la Tosca (Cavaradossi) et Werther (Werther).

 

BARNOLT (Paul FLEURET dit). — Ténor (Paris, 1842 ou 1844 – 92.Bois-Colombes, 17 juin 1900). A débuté le 23 août 1870 dans Zampa (Dandolo). A créé le 10 mai 1875 Don Mucarade (Luc) d'Ernest Boulanger ; le 25 septembre 1893 Madame Rose (Mathurin) d'Antoine Banès ; le 30 mai 1890 la Basoche (Maître Guillot) d'André Messager ; Carmen (Rémendado), Falstaff (Bardolphe), la Flûte enchantée (Bambalado), le Médecin malgré lui (Lucas), Phryné (Cynalopex), Proserpine (Gil), le Roi malgré lui (Bazile). Il a participé aux premières : le 16 janvier 1893 Werther (Schmidt) de Jules Massenet ; la Bohème (Parpignol). A été d'autre part affiché dans le Caïd (Ali-bajou), Carmen (Lillas Pastias), la Dame blanche (Dickson), le Déserteur (Bertrand), les Dragons de Villars (Thibault), Fra Diavolo (Beppo), Galathée (Midas), l’Irato (un Valet), Louise (le Poète), le Maître de Chapelle (Benetto), Mignon (Frédéric), les Noces de Figaro (Bazile), le Nouveau Seigneur du village (Blaise), le Pré-aux-Clercs (Cantarelli), les Rendez-vous bourgeois (Berrand), Richard Cœur de Lion (Guillaume), la Servante maîtresse (Scapin), le Sourd (Danières) et Zampa (Dandolo).

"Trial, à l'Opéra-Comique depuis plus de vingt ans. Ce fut son second théâtre : il avait débuté aux Fantaisies-Parisiennes, fondées par M. Martinet, où se trouvent aujourd'hui les Nouveautés.

C'est dans l'Amour médecin que Barnolt eut son premier succès ; nous nous rappelons aussi Groschaminet, Duprato, et l'acte charmant de Poise : les Deux Billets. Barnolt avait une jolie voix de trial ; avec cela un étonnant naturel. Il n'a rien perdu de ses premières qualités. Barnolt créa le Remendado, de Carmen ; il l'a joué plus de six cents fois."

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

 

 

Barnolt

 

 

BARONI Carlo. — Ténor. Chante entre 1954 et 1972.

 

BARRÉ Auguste Armand. — Baryton. Débute en 1858. => biographie

 

BARRÈS Jean. — Ténor (– près de 42.Roanne, 25 juillet 1964). Chante vers 1961-1964.

 

BARREIRO Denis. — Débute le 30 juin 1947 dans le Barbier de Séville (Almaviva).

 

BARSAC Roger. — Baryton (1906 1960). Débute le 15 juin 1944 dans la Tosca (Scarpia).

 

BARTHEZ. — Débute le 13 septembre 1903 dans Lakmé (le Kouravar). A créé la Habanéra (un Homme entre deux âges), la Lépreuse (un Paysan), On ne badine pas avec l'Amour (un Paysan) et Sanga (Ruff). A été affiché dans le Barbier de Séville (le Notaire), Cendrillon (1er Ministre), la Fille de Madame Angot (un Cabaretier), la Fille du Régiment (un Caporal), le Jongleur de Notre-Dame (Moine Sculpteur), Louise (un Agent), Manon (le Portier, un Soldat), Mireille (Ambroise, le Passeur), Paillasse (un Paysan), la Bohème (un Douanier).

 

BASSET Jean. — Basse. Chante la Bohème (Schaunard) en 1967.

 

BASSI Amedeo. — Ténor italien (Montespertoli, Florence, 29 juillet 1874 – Florence, 15 janvier 1949). En représentation, débute dans la Tosca (Mario) le 05 juin 1913.

 

BATAILLE Eugène. — Basse. Débute le 05 septembre 1863. => biographie

 

BATISTE Jean Mathias. — (mai 1748 ). Prend sa retraite en 1822.

 

BATTAILLE Charles. — Basse. Débute le 22 juin 1848. => biographie

 

BATTISTINI Mattia. — Baryton italien (Contigliano, Rieti, 08 février 1857 – Colle Buccaro, près de Rieti, 08 novembre 1928). En représentation, débute le 24 mars 1922 dans la Traviata (d’Orbel). Chante également la Tosca (Scarpia).

 

BAUGÉ André Gaston dit André. — Baryton (31.Toulouse, 04 janvier 1893 – 92.Clichy-la-Garenne, 25 mai 1966). Fils d’Alphonse Baugé et d'Anna Tariol-Baugé, divette. Epouse 1. (divorce) Noélie Lucienne Rose Gros dite Lucienne Baugé, cantatrice ; épouse 2. à 78.Maisons-Laffitte le 13 avril 1938 Suzanne Pauline Gabrielle Georgette Laydeker (41.Blois, 19 juillet 1909 – 41.Montlivault, 25 mars 1980), soprano. Débute dans Lakmé (Frédéric) le 01 avril 1917. Est affiché dans la Basoche (Clément Marot), Au Beau Jardin de France (Sylvanus), le Barbier de Séville (Figaro), Carmen (Escamillo), Cavalleria rusticana (Alfio), Don Juan (don Juan), Fortunio (Clavaroche), Manon (Lescaut), Mârouf (Ali, Mârouf), Mireille (Ourrias), les Noces de Figaro (Almaviva), les Noces de Jeannette (Jean), Paillasse (Sylvio), Pelléas et Mélisande (Pelléas), la Reine Fiammette (Giorgo d'Ast), la Traviata (d'Orbel), la Bohème (Marcel), Werther (Albert). Crée la Brebis Égarée (Paul), Masques et Bergamasques, la plus Forte (Louis), le 06 novembre 1922 les Uns et les autres (Sylvandre) de Max d'Ollone. Participe à la première le 23 novembre 1917 de Béatrice (Tibério) d'André Messager ; le 07 février 1925 de Véronique (Florestan) de Messager.

(Il travailla le chant avec sa mère et débuta auprès d'elle à Grenoble sous le nom d'André Grillaud. En 1917, toujours mobilisé, il débutait à l'Opéra-Comique dans Frédéric de Lakmé. A partir de 1926 il se consacra surtout à l'opérette. Disposant d'une voix pleine de charme, d'une élégante musicalité et de dons scéniques évidents, il y réussit fort bien. Émouvant Duparquet dans Ciboulette, désinvolte Ange Pitou dans la Fille de madame Angot, il fut le créateur de Robert le pirate, Nina Rosa, Au temps des merveilleuses, Fragonard, et écrivit les livrets de certaines de ses créations. Au cinéma, il tourna l'un des premiers films parlants, la Ronde des heures, dont toute la France, longtemps, fredonna les refrains.)

 

BAUR Henri Marie Rodolphe dit Harry. — Acteur (75011.Paris, 12 avril 1880 – Paris, 08 avril 1943). En représentation, il participe à la première de la Fille de Madame Angot (Guillaume) le 28 décembre 1918.

 

BEAUPRÉ (Auguste Marie Antoine VENTRE dit). — (13.Marseille, 15 août 1826 ). Débute en 1855.

 

BECKERS André Jules. — (Moscou, 12 mars 1827 ). Débute en 1856.

 

BECKMANS José. — Baryton belge (Liège, 04 janvier 1897 1987). Il débuta à Verviers en 1916 dans Carmen (Escamillo). Débute à l'Opéra-Comique dans Carmen (Escamillo) le 22 octobre 1925. Crée le Cloître (Balthazar), Résurrection (Sinwnson) et Scemo (Giovan'anto). Chante le Barbier de Séville (Figaro), Cavalleria rusticana (Alfio), le Chemineau (François), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), Grisélidis (le Diable), la Habanéra (Ramon), l’Heure espagnole (Ramiro), Mireille (Ourrias), les Noces de Figaro (Figaro), Pelléas et Mélisande (Golaud), Quand la Cloche sonnera (Akimitch), Paillasse (Tonio), le Roi malgré lui (Laski), le Roi d'Ys (Karnac), la Tosca (Scarpia), Tristan et Isolde (Kurwenal), les Voitures versées (Dormeuil), Louise (le Père), la Traviata (d'Orbel), et Faust (Méphistophélès).

 

BÉDEX Henri. — Baryton (56.Sauzon, lieu-dit Bortentrion, 1929 –). Débute en 1955. Chante de 1955 à 1957.

 

BÉKAËRT André Charles. — Ténor (59.Tourcoing, 14 avril 1906 –). Crée Cangril (Bernal) et est affiché dans Madame Butterfly (Commissaire impérial), Riquet à la houppe (Jacondus), le Roi malgré lui (d'Elbeuf), rôle de ses débuts le 14 octobre 1930.

 

BELHOMME Hippolyte Adolphe dit Hippolyte. — Baryton-basse (75012.Paris, 02 décembre 1854 – 06.Nice, 16 janvier 1923). A débuté le 11 novembre 1879 dans Lalla Roukh (Baskir). Est le créateur, à l'Opéra-Comique, de : le Barbier de Séville (Bazile), les Contes d’Hoffmann (Crespel), Falstaff (Pistolet), les Fugitifs (Cordier), la Jota (Tripalarga), Louise (le Bohème), le 25 février 1914 la Marchande d'allumettes (le Sonneur) de Tiarko Richepin, le Mariage de Télémaque (Hémistikos), Noël (le Père Vincent), On ne badine pas avec l'Amour (Landry), la Sorcière (Albornas), les Visitandines (un Cocher), le Voile du Bonheur (le Précepteur), Léone (un Aîné), la Bohème (Benoît). Il a participé à la première le 03 octobre 1895 de la Navarraise (Bustamente) de Jules Massenet ; le 19 mai 1911 à celle de Thérèse (Morel) de Massenet. A été affiché, à partir de 1900, dans Bastien et Bastienne (Colas), le Caïd (Aboul-y-far), Carmen (Escamillo ; le Dancaïre), Cendrillon (Pandolfe) de Massenet, le Chalet (Max), la Dame blanche (Gaveston), le Déserteur (Jean-Louis), le Domino Noir (Gil-Pérez), la Fille du Régiment (Sulpice), la Flûte enchantée (Gardien du Temple), Fra Diavolo (Giacomo), l'Irato (Pandolphe), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine musicien), Joseph (Judas), la Légende du Point d'Argentan (Docteur), Lakmé (Nilakantha), Louise (Bricoleur), Macbeth (l'apparition), Madame Butterfly (Yakusidé, le Bonze), Manon (l'Hôtelier), Mârouf (un Marchand), Mignon (Lothario), Mireille (Ramon, Ourrias), Philémon et Baucis (Vulcain), le Pardon de Ploërmel (le Chasseur), Richard Cœur de Lion (Urbain), Sapho (le Patron), le Toréador (don Belfort), la Tosca (Sacristain), la Bohème (Schaunard), la Vivandière (Lieutenant Vernier), Werther (le Bailli). Participe à la première le 09 juin 1892 des Troyens à Carthage (2e soldat) d'Hector Berlioz.

"Une des voix de basse les plus franches qu'on ait entendues depuis longtemps. A sa sortie du Conservatoire, il débuta dans Lalla Roukh et créa les Contes d'Hoffmann ; puis il fit plusieurs saisons à Lyon. De retour à l'Opéra-Comique, il chanta un certain nombre de rôles du répertoire, entre autres Gil Pérès, du Domino noir, Haydée et, surtout, le Chalet, où son bel organe fait merveille. Il a créé le rôle de Daland, du Vaisseau fantôme."

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

 

 

Hippolyte Belhomme

 

 

BELLECOUR. — Débute vers 1851.

 

BELLET Félix François dit Félix. — Baryton (69.Lyon, 06 juillet 1882 –). A créé Madame Sans-Gêne (Brigode). A chanté Carmen (Moralès), le Chemineau (Thomas), les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil), Cavalleria rusticana (Alfio), la Coupe enchantée (Bertrand), le Jongleur de Notre-Dame (Moine peintre), Lakmé (Frédéric), Louise (Chansonnier, Peintre, Marchand d'habits), Madame Butterfly (Commissaire impérial), Manon (Lescaut), Mârouf (Ali), les Noces de Jeannette (Jean), Mignon (Jarno), Ping-Sin (Kan-Si), la Reine Fiammette (Jean Vassari), les Rendez-vous bourgeois (Jasmin), le Roi d'Ys (Jahel), Sapho (Patron, Caoudal), la Tosca (Sacristain), Werther (Albert), Phryné (Arogagyne), le Juif Polonais (Yéri), Aphrodite (Callidès), le Barbier de Séville (Figaro). A débuté le 14 mars 1915 dans Paillasse (Sylvio). Participe à la première le 23 novembre 1917 de Béatrice (Beppo) d'André Messager.

 

BELLIARD. — Débute le 27 avril 1826 dans le Muletier (Flandrinos).

 

BELLO. — Basse. A débuté dans Lakmé (Nilakantha) le 17 septembre 1891. A créé les Cadeaux de Noël (une voix), Madame Sans-Gêne (Roustan) et Scènes Alsaciennes (un Notable). A été affiché dans la Flûte enchantée (un prêtre), le Jongleur de Notre-Dame (Moine crieur).

 

BELNIE Noël Joseph Augustin. — (1799 –). Trial. Il débuta vers 1825. Il doubla Ferréol.

 

BENOÎT Jean-Christophe. — Baryton (Paris, 18 mars 1925 ). Chante les Noces de Jeannette (Jean), Pan et la Syrinx (Pan), le Mariage secret (Robinson), le Maître de chapelle (le Maître), Colombe (Poète chéri), Angélique (Charlot), Dolorès (le Mari), le Téléphone (Ben), les Contes d'Hoffmann (Nicklausse), Hop Signor (Hel Gar), le Barbier de Séville (Bartholo), le Comte Ory (Raimbaud), la Poule noire (Berbiqui), Ciboulette (Duparquet). Créé le 22 juin 1962 Princesse Pauline (Borghèse) d'Henri Tomasi.

 

BÉRARD Fernand. — Baryton. Débute en mai 1894. => biographie

 

BÉRIEL. — Baryton. A créé le 05 mai 1896 le Chevalier d'Harmental (Pompadour) d'André Messager.

 

BÉRIOT Jacques. — Comédien, a créé Fragonard (Jean Bergeret) le 21 février 1946.

 

BERNACET. — A débuté en 1898.

 

BERNAERT César Désiré Joseph dit César. — Baryton (59.Roubaix, 14 juillet 1863 ). Epouse le 09 octobre 1886 la cantatrice Magdelaine Bernaert. A débuté en 1886. A été affiché dans les Amoureux de Catherine (Rebstock), le Caïd (Aboul-y-far), Carmen (Zuniga, le Dancaïre), la Dame blanche (Mac Irton), le Déserteur (Jean-Louis), Farfadet (le Bailli), la Fille du Régiment (Sulpice), Joseph (Zabulon), Manon (l'hôtelier, un garde), le Médecin malgré lui (Géronte), Mignon (Jarno), Mireille (le passeur, Ambroise), la Navarraise (Remiggio), les Noces de Jeannette (Jean), Phryné (Arogagine), Pré-aux-Clercs (Girot), les Rendez-vous bourgeois (César), Richard Cœur de Lion (William), le Roi d'Ys (Jahel), le Roi malgré lui (Maugiron), la Bohème (Schaunard), Werther (le Bailli), la Traviata (le Docteur). A créé le 30 mai 1890 la Basoche (Roland) d'André Messager ; le 03 décembre 1890 de Benvenuto (Orazio) d'Eugène Diaz ; le 05 mai 1896 le Chevalier d'Harmental (Richelieu) d'André Messager. Participe à la première le 09 juin 1892 des Troyens à Carthage (Mercure) d'Hector Berlioz.

"Prix du Conservatoire, belle voix de baryton, a débuté avec succès dans Sulpice, de la Fille du Régiment. Il a créé un rôle dans le Baiser de Suzon, et a repris Jahel, du Roi d'Ys. Jean, des Noces de Jeannette, et Sulpice, de la Fille du Régiment sont deux de ses bons rôles." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

BERNARD François Laurent Gaétan. — Basse (75006.Paris, 01 janvier 1841 – 75010.Paris, 05 mai 1900*). A débuté en 1867. Fut affiché dans la Dame Blanche (Mac Irton), le Domino Noir (Lord Elford), les Dragons de Villars (le Pasteur), Fra Diavolo (Mathéo), Joseph (un officier), le Maître de Chapelle (Barnabé), le Pré-aux-Clercs (Comminges), les Rendez-vous bourgeois (Dugravier), Richard Cœur de Lion (Floustan), le Roi l'a dit (Merlusse). Il a créé Mignon (Jarno) ; le 30 novembre 1872 Don César de Bazan (le Capitaine des Gardes) de Jules Massenet ; le 19 janvier 1884 Manon (un Joueur) de Jules Massenet. Il fut Directeur de la scène à l'Opéra-Comique de 1892 à 1897.

"Un artiste, dont la carrière modeste n'en a pas moins été fort utile, Bernard, ancien régisseur de l'Opéra-Comique, s'est éteint ces jours derniers, à la suite d'une très longue maladie, à l'hospice Laribosière. Sortant de la classe de Duvernoy père au Conservatoire, il était entré comme basse-taille à l'Opéra-Comique, jouant lord Elfort du Domino noir, Milord de Fra Diavolo, César des Rendez-vous bourgeois, etc., faisant aussi quelques créations, entre autres le bohémien Jarno dans Mignon, qu'il se vantait d'avoir joué jusqu'à sa millième représentation (incluse), sans en avoir manqué une seule. Plus tard, Bernard accepta les fonctions de régisseur, qu'il tenait avec beaucoup de zèle et de conscience. Depuis deux ans la maladie l'avait éloigné du théâtre qu'il aimait, et elle vient de le délivrer de ses souffrances." (le Ménestrel, 13 mai 1900)

 

 

 

François Laurent Gaétan Bernard

 

 

BERNARD. — Baryton. Débute en 1906. Créé la Carmélite (2e Bourgeois) ; le 08 mai 1906 le Roi aveugle (un homme) d'Henry Février. Chante Iphigénie en Tauride (un Scythe), le Jongleur de Notre-Dame (un Ivrogne), la Traviata (le Baron). Participe le 12 avril 1906 à la première de la version scénique de Marie-Magdeleine (Thomas) de Jules Massenet.

 

BERNARDI. — Ténor. Débute en créant Angélique (l'Anglais) le 03 juin 1930 et chante Paillasse (Canio), Madame Butterfly (Pinkerton).

 

BERNASCONI Lucien. — Basse. Débute le 05 août 1937 dans Pelléas et Mélisande (Arkel).

 

BERRIEL. — A débuté en 1895.

 

BERTHAUD. — Crée Madame Sans-Gêne. Est affiché dans les Amoureux de Catherine (Heinrick), Carmen (le Dancaïre), les Contes d’Hoffmann (Spalanzani), Coupe Enchantée (Thibaut), la Fille de Madame Angot (Pomponnet), Juif Polonais (Docteur Nickel), Lakmé (Hadji), Louise (Peintre, Marchand d'habits), Madame Butterfly (Yamadori), Manon (Brétigny), Mârouf (Chef des marins), Mignon (Laërte), Paillasse (Beppe), les Rendez-vous bourgeois (Charles), Sapho (La Borderie), la Tosca (Spoletta), la Traviata (le Vicomte), la Bohème (Parpignol), le Barbier de Séville (Pédrille), Werther (Schmidt), Fortunio (Landru). A débuté le 13 décembre 1914 dans la Vivandière (André). Participe à la première le 23 novembre 1917 de Béatrice (Fabio) d'André Messager.

 

BERTHELIER Jean François Philibert. — Ténor. Débute le 12 décembre 1856. => biographie

 

BERTIN. — Crée le 21 janvier 1801 le Grand deuil (Crispin) d'Henri Montan Berton.

 

BERTIN Émile. — Ténor. Débute le 20 mai 1878. => biographie

 

BERTON Adolphe. — Ténor. Débute vers 1837. => biographie

 

BEYLE Jean Marie Baptiste Gaston dit Gaston. — Baryton (38.Chanas, 14 mars 1860 38.Le Péage-de-Roussillon, 13 avril 1932). A débuté le 10 mai 1898 dans la première de Fervaal (Arfagard).

"Baryton, a créé Arfagard, de Fervaal, et joué Ourrias, de Mireille. Artiste consciencieux." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

BEYLE Augustin dit Léon. — Ténor (69.Lyon, 28 février 1871 – 69002.Lyon, 17 juillet 1922). A débuté le 26 octobre 1898 dans Carmen (Don José). A créé Fervaal (Arfagard), l'Ancêtre (Tébaldo), Aphrodite (Démétrios), Beaucoup de bruit pour rien (Claudio), le Carillonneur (Joris), Fille de Roland (Gérald), Fille de Tabarin (Roger), Iphigénie en Aulide (Achille), Iphigénie en Tauride (Pylade), la Lépreuse (Ervoanik), la Marseillaise (Rouget de Lisle), Myrtil (Hilas), Sanga (Jean), Snégourotchka (le Tzar), la Sorcière (don Enrique), la Tosca (Mario), Troupe Jolicœur (Jacques). A été en outre affiché dans Alceste (Admète), Cavalleria rusticana (Torrido), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), le Clos (Jean-Simon), la Flûte Enchantée (Tamino), Fidelio (Florestan), Lakmé (Gérald), Julien (Julien), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux), Marie-Magdeleine (Jésus), Miarka (le Roi), Mignon (Wilhelm Meister), Philémon et Baucis (Philémon), la Reine Fiammette (Danièlo), le Rêve (Félicien), Roi d'Ys (Mylio), la Traviata (Rodolphe), le Vaisseau fantôme (Erik), Werther (Werther).

"Ténor, a débuté dans Don José, de Carmen, et Wilhem Meister, de Mignon. Jolie voix. De l'avenir. A chanté à l'Opéra et en province." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

(Il débuta à l'Opéra de Paris le 01 janvier 1897 dans Ottavio de Don Juan, mais sa voix s'accommodant mal de l'immense vaisseau du palais Garnier, il préféra devenir pensionnaire de l'Opéra-Comique où il fit pratiquement toute sa carrière, y chantant tout le répertoire, y créant quinze ouvrages dont la Tosca, Aphrodite et la Lépreuse. C'était un merveilleux Werther. Il prit sa retraite en 1914, mais la guerre le ramena salle Favart privée brusquement de ses pensionnaires mobilisés.)

 

 

 

Léon Beyle en 1907

 

 

BIANCO René Germain Dominique dit René. — Baryton (Constantine, Algérie française, 21 juin 1908 – 69.Charbonnières-les-Bains, 23 janvier 2008). Débute le 02 mai 1948 dans les Contes d’Hoffmann (Dapertutto). Chante ensuite Carmen (Escamillo), Paillasse (Tonio), la Tosca (Scarpia), la Traviata (d'Orbel), Mireille (Ourrias), les Pêcheurs de perles (Zurga), Cavalleria rusticana (Alfio) et les Contes d’Hoffmann (les 4 rôles). Crée Dolorès (Pascualo).

 

BILLOT Étienne. — Baryton-basse (13.Marseille, 1878 – 13.Marseille, 04 novembre 1962). Débute dans Lakmé (Nilakantha) le 29 septembre 1903. Crée le Clos (Gervais), le 10 mai 1904 le Cor fleuri (Obéron), les Pêcheurs de Saint-Jean (Landy). Est affiché dans Alceste (un Héraut), le Caïd (Aboul-y-far), la Basoche (Louis XII), la Dame blanche (Gaveston), Fra Diavolo (Giacomo), Louise (le Père), Manon (le Comte), la Navarraise (Remiggio), le Roi d'Ys (Saint Corentin), la Bohème (Benoît), Werther (le Bailli), Pelléas et Mélisande (Golaud), Louise (le Père), la Tosca (Scarpia), la Reine Fiammette (Pompéo Cortèz). Il a participé aux premières le 10 mai 1904 du Jongleur de Notre-Dame (un Moine poète) de Jules Massenet ; le 12 avril 1906 de la version scénique de Marie-Magdeleine (Jacques le mineur) de Jules Massenet. Quand il se retira de la scène, il se consacra à l'enseignement à Marseille.

 

BISSON Yves. — Baryton (Mostaganem, 31 mai 1936-). Débute le 21 octobre 1963 en créant le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

BLAFFARD Amilcare. — Ténor. Chante entre 1954 et 1972.

 

BLANC Ernest Marius Victor dit Ernest. — Baryton (83.Sanary-sur-Mer, 01 novembre 1923 – 2011). Engagé en 1954 à la RTLN. Chante, à la Salle Favart, Paillasse (Tonio), Carmen (Escamillo), Mireille (Ourrias), les Pêcheurs de perles (Zurga), Cavalleria rusticana (Alfio), Eugène Onéguine.

 

 

 

Ernest Blanc

 

 

BLANCARD. — Débute le 04 septembre 1908 dans le Barbier de Séville (Bazile). Crée Sanga (le Chevrier) et est affiché dans Carmen (Escamillo), le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur), Lakmé (Nilakantha), Mignon (Lothario), la Navarraise (Garrido) et Sanga (Maître Vigord).

 

BLONDIN (petit). — Crée Pelléas et Mélisande (Yniold) le 03 avril 1902.

 

BOLLEY. — Chante dans les chœurs du Théâtre Feydeau, puis chante au Gymnase. Débute à l'Opéra-Comique le 24 septembre 1822 dans l'Epreuve villageoise (André).

 

BOLLY Louis Jean Marie Bernard Jacques. — Ténor (26.Die, 09 mars 1855 –). A débuté le 13 décembre 1883 dans la Fille du régiment (Tonio).

 

BONAFÉ. — Baryton-basse. Débute dans la Tosca (Geôlier) le 05 novembre 1910. Crée la Jota (le Navarrais) et est affiché dans Joseph (Gad), Louise (1er Philosophe), Macbeth (l'Apparition), Werther (Johann).

 

BONNEVAL René. — Ténor. Débute le 28 mars 1940 dans Mireille (Andreloun). A créé Ariane à Naxos (Scaramouche), Carmosine (un Marchand), la Chanson de Paris (le Colporteur), Comme ils s'aiment (Hector), l'Étoile (Tapioca), Ginevra (Lapo), Mesdames de la Halle (Marchand d'habits), Mon Oncle Benjamin (un Homme, un Paysan, le Greffier). A chanté de plus Angélique (l'Anglais), Carmen (don José), Chanson de Paris (Jean), Chemineau (Toinet), l’École des maris (un clerc), l'Enlèvement au sérail (Pédrille), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), le Médecin malgré lui (Léandre), Mireille (Vincent), les Noces de Figaro (Bazile), Pauvre Matelot (le Matelot), Rossignol de Saint-Malo (le Servant d'Amour), la Traviata (le Vicomte, Rodolphe), la Bohème (Parpignol), Werther (Schmidt ; Brühlmann), le Roi malgré lui (Liancourt).

 

BONNORON. — Débute le 03 décembre 1939 dans Werther (Brühlmann). Chante la Basoche (Jacquet) en 1940.

 

BONOMO Victor. — Ténor. Chante entre 1954 et 1972.

 

BORGIOLI Dino. — Ténor italien (Florence, 15 février 1891 – Londres, 13 septembre 1960). Débute le 20 octobre 1933 dans le Barbier de Séville (Almaviva). Chante la Cenerentola (don Ramiro), et Manon (Des Grieux).

 

BORTHAYRE Jean. — Baryton (64.Musculdy, 25 mai 1901 – 95.Montmorency, 25 avril 1984). Enterré au Père Lachaise (26e division). Epouse Marie-Louise Azéma-Billa, fille de Louis Azéma. Est affiché dans Carmen (Escamillo), les Contes d’Hoffmann (Dappertutto), Mireille (Ourrias), Paillasse (Tonio) et les Pêcheurs de perles (Zurga), rôle de ses débuts le 22 février 1951. Il quitta la RTLN en 1968.

 

BOSSAN. — Crée le Hulla (un jeune homme) le 09 mars 1923, et interprète la Habanéra (un Andalou), la Bohème (Parpignol) et la Lépreuse (un Paysan).

 

BOTIAUX Gustave. — Ténor. Débute en 1956. => biographie

 

BOUDARD. — Débute dans Lakmé (Gérald) le 16 février 1928. Chante le Barbier de Séville (Almaviva) et la Bohème (Rodolphe).

 

BOUDOURESQUE Marcel. — Baryton-basse. Débute le 17 septembre 1888. => biographie

 

BOUHY Jacques-Joseph-André dit Jacques. — Baryton belge (Pepinster, Belgique, 18 juin 1848 – Paris, 29 janvier 1929). Epouse en 1894 Barbe dite Barbelte Ach (Wintzenheim, Alsace, 04 juin 1859 –), cantatrice. Débute en 1872. Crée le 30 novembre 1872 Don César de Bazan (Don César de Bazan) de Jules Massenet, le 03 mars 1875 Carmen (Escamillo). Participe à la première de la version oratorio de Marie-Magdeleine (Judas) de Massenet le 24 mars 1874. Il fut directeur du Conservatoire de New York.

 

BOULLARD Prosper. — Basse. Appartenait à la troupe en 1828.

 

BOULO Jean Jacques Joseph. — Ténor (31.Toulouse, 02 mai 1820 31.Toulouse, mai 1887). Chante de 1848 à 1853.

 

BOULO. — Ténor. Est affiché à partir de 1900 dans la Dame Blanche (Georges), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent).

 

BOULOGNE Raymond. — Baryton. Débute le 22 juin 1911 dans Lakmé (Nilakantha). Crée le Carillonneur (Batholoméus), la Danseuse de Pompéi (Ludius), Francesca da Rimini (Giovanni), Julien (l’Hiérophante, le Paysan, le Mage), Soldats de France (un Officier). Chante Carmen (Escamillo),  Cavalleria rusticana (Alfio), le Chemineau (le Chemineau), Louise (le Père), Mireille (Ourrias), Paillasse (Tonio), Pelléas et Mélisande (Golaud), le Roi d’Ys (Karnac), Thérèse (André Thorel), la Tosca (Scarpia), la Traviata (d'Orbel), Manon (Comte Des Grieux), la Bohème (Marcel, Schaunard) et Tristan et Isolde (Kurwenaal).

 

BOURBON Louis dit Jean. — Baryton (58.La Machine, 08 mai 1875 ). Débute en créant l'Ouragan (Richard) le 29 avril 1901. Crée également la Carmélite (le Poète) et la Troupe Jolicœur (Jean Taureau). Chante Carmen (Escamillo), Cavalleria rusticana (Alfio), Grisélidis (Marquis de Saluces), Mireille (Ourrias), Pelléas et Mélisande (Golaud), le Roi d’Ys (Karnac) et la Vivandière (de Rieul).

 

BOURBON René. — Débute le 13 mars 1953 en participant à la première de Ciboulette (le Père Grenu) de Reynaldo Hahn.

 

BOURDIN Roger. — Baryton. Débute le 20 octobre 1922. => biographie

 

BOURET Claude-Antoine. — Acteur (06 décembre 1732 - 16 septembre 1783). Débute en 1755.

 

BOURGEOIS Georges. — Crée Lorenzaccio (un Orfèvre) et la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Léonard Ménétrier). Chante la Basoche (Roland), les Contes d’Hoffmann (Luther, Hermann), la Coupe Enchantée (Griffon), les Amoureux de Catherine (Rebstock), la Fille de Madame Angot (Cadet, Larivaudière), l'Irato (Docteur), Louise (2e Philosophe), Mârouf (le Vizir), Mireille (Ambroise), Fortunio (de Verbois), le Barbier de Séville (Bartholo), Carmen (Zuniga), Sapho (Césaire), Sauteriot (Mikkel), Tosca (Sacristain), la Bohème (Benoît), la Vivandière (de Rieul), Werther (Johann). A débuté le 18 novembre 1915 dans les Rendez-vous bourgeois (César).

 

BOURRILLON Paul. — Ténor. Débute le 04 septembre 1908. => biographie

 

BOUVET Nicolas-Maximilien dit Max. — Baryton (17.La Rochelle, 03 décembre 1854 – Paris, 1943). Débute le 08 novembre 1884 lors de la première du Barbier de Séville (Figaro) de Gioacchino Rossini. A créé à l'Opéra-Comique Cavalleria rusticana (Alfio), l'Attaque du Moulin (Merlier), le Chevalier Jean, Fidelio, Guernica, Iphigénie en Tauride (Oreste), la Jacquerie, le 06 mai 1886 Maître Ambros de Charles-Marie Widor, la Marseillaise (Diétrich), le Rêve (Hautecœur), le Roi d'Ys (Karnac), le Roi malgré lui, la Traviata (d'Orbel), le Vaisseau fantôme (le Hollandais), la Bohème (Marcel), et, le 15 mai 1889 Esclarmonde (l'Evêque de Blois) de Jules Massenet. Il a participé aux premières le 09 juin 1892 des Troyens à Carthage (3e spectre) d'Hector Berlioz ; le 16 janvier 1893 de Werther (Albert) de Jules Massenet ; le 03 octobre 1895 de la Navarraise (Garrido) de Jules Massenet. A chanté en outre Carmen (Escamillo), le Déserteur (Courchemin), Don Juan (don Juan), Joseph (Jacob), Manon (Comte Des Grieux), Mireille (Ourrias), le Pardon de Ploërmel (Hoel), les Pêcheurs de perles (Zurga), Philémon et Baucis (Jupiter), Richard Cœur de Lion (Blondel). En 1883, il avait créé aux Folies Dramatiques François les Bas Bleus. Il fut professeur de déclamation lyrique (opéra) au Conservatoire de Paris (1905-1911).

"Elève du Conservatoire, chanta d'abord le grand répertoire à l'étranger. A Paris, il débuta aux Folies-Dramatiques, dans Fanfan la Tulipe et François les Bas-bleus et y obtint un succès éclatant. C'est dans Figaro, du Barbier de Séville, qu'il fit son apparition à l'Opéra-Comique ; il fut de la création du Chevalier Jean, du Roi malgré lui et du Roi d'Ys, où il fut surtout remarquable. Il partit à Bruxelles et revint sur notre seconde scène lyrique pour l'Attaque du moulin. Il a créé Guernica ; le général espagnol, dans la Navarraise ; Guillaume, de la Jacquerie ; il avait chanté ce rôle à Monte-Carlo, qui eut la primeur de l'œuvre de Lalo et M. Coquard ; son personnage est vivant et impressionnant. Il a créé le général Claude Rupert, dans la Femme de Claude, et repris Hoël dans le Pardon de Ploërmel. — Voix solide de baryton et beau talent de composition.

Bouvet est aussi peintre distingué. Il expose chaque année au Salon des Champs-Elysées. Un de ses tableaux a été acheté par l'Etat."

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

BOUVIER (petit). — Vers 1932, interprète Gianni Schicchi (Ghérardino), Louise (l'Apprenti) et les Noces de Jeannette (Petit-Pierre).

 

BOUVIER Georges. — Débute au Trocadéro le 18 décembre 1939 dans le Barbier de Séville (un Officier). Crée Carmosine (Lyspariano), Cyrano de Bergerac (le Vicomte), Frasquita (Diégo), le 17 février 1935 Gargantua (3e Buveur, le Prieur, Ponocratès) d'Antoine Mariotte, Nèle Dooryn (Doris), Tarass Boulba (un Juif). Est affiché dans Angélique (un Voisin), Une éducation manquée (Pausanias), le Barbier de Séville (un Officier, le Notaire), Carmen (Zuniga, Escamillo), Cavalleria rusticana (Alfio), Frasquita (Aristide), Gianni Schicchi (Marco), le Jongleur de Notre-Dame (Boniface), Manon (Brétigny, Lescaut), Mireille (Ambroise, Ourrias), Madame Butterfly (le Bonze, Scharpless), le Médecin malgré lui (Valère), les Noces de Figaro (Antonio, Figaro), les Pêcheurs de perles (Zurga), Pelléas et Mélisande (un Médecin), le Pré-aux-Clercs (un Archer), Pauvre Matelot (l'Ami), la Reine Fiammette (le Promoteur), Résurrection (Gardien-chef), le Roi malgré lui (Docteur Caylus), le Roi d'Ys (Jahel, Saint Corentin), le Sicilien (Philène), le Sourd (Doliban), la Tosca (Scarpia), la Traviata (d'Orbel), la Bohème (Marcel), Werther (le Bailli, Albert), Quatre-vingt-treize (Lantenac).

 

BOYER Frédéric Hector Louis. — (31.Toulouse, 25 juillet 1849 –). A débuté en 1876.

 

BOYER Pierre Joseph Alexis dit Alexis. — Baryton (34.Cazouls d’Hérault, 03 décembre 1876 – Paris, 1954). Débute le 22 décembre 1900 dans le Maître de Chapelle (Barnabé). Chante Carmen (Moralès), Louise (Peintre, Chansonnier), Manon (de Brétigny).

 

BRAJNICK. — Ténor. Chante entre 1954 et 1972.

 

BRAZZI Jean (Jean BUIRET dit). — Ténor (10.Troyes, 30 mai 1936 –). Chante vers 1968-1972.

 

BRÉARD. — Débute en créant la Carmélite (un Soldat) le 16 décembre 1902.

 

BRÉGY Victor. — Ténor (Kiev, 03 septembre 1903 – 20 mai 1976). Débute dans Lakmé (Gérald) le 09 octobre 1931. Chante également Manon (Des Grieux) et Werther (Werther).

 

BROWNLEE John. — Baryton (Geelong, Australie, 07 janvier 1900 – New York, 12 janvier 1969). Débute dans la Tosca (Scarpia) le 10 janvier 1934. Chante le Roi d'Ys (Karnac) et les Pêcheurs de perles (Zurga).

 

BRUN. — A débuté le 15 mai 1900 dans Joseph (Judas). A créé le Carillonneur (le Vieux), la Carmélite (un Soldat), le Cloître (un Moine), la Danseuse de Pompéi (le Centurion), la Fille de Tabarin (un Buveur), la Jota (un Carliste), Mârouf (un Mameluck) ; le 07 décembre 1921 Dans l'Ombre de la Cathédrale (un Chanoine) de Georges Hüe ; On ne badine pas avec l'Amour (un Ivrogne), Résurrection (un Paysan), Sanga (André), Solange (un Révolutionnaire), la Sorcière (Torillo), la Tosca (Sciarrone). A été affiché dans Alceste (l'oracle), la Basoche (un Officier, le Veilleur de nuit, le Chancelier), Ariane et Barbe-Bleue (un Paysan), Carmen (Moralès), Cendrillon (le Premier Ministre) de Massenet, les Contes d’Hoffmann (Luther), les Armaillis (Vieux Domestique), la Fille de Madame Angot (Guillaume), la Fille du Régiment (un Caporal), la Flûte enchantée (un Esclave), Louise (2e Philosophe), Madame Butterfly (Yakusidé), Manon (l'Hôtelier, le Portier, un Garde), Mignon (Jarno), Mireille (Ambroise, le Passeur), Paillasse (un Paysan), la Reine Fiammette (le Promoteur), le Roi d'Ys (Jahel), la Tosca (le Geôlier, Sciarrone), la Traviata (le Baron, le Marquis). Il a participé à la première le 10 mai 1904 du Jongleur de Notre-Dame (un Ivrogne) de Jules Massenet.

 

BRUNSWACK. — Débute dans Louise (l'Apprenti) le 04 septembre 1923.

 

BUCK Henry. — Débute dans Carmen (le Rémendado) le 21 juin 1937. Crée Ariane à Naxos (un Perruquier), Comme ils s'aiment (un Invité), la Gageure Imprévue (Lafleur), Mon oncle Benjamin (le Maître d'école). Est affiché dans Angélique (un Voisin), le Barbier de Séville (l'Alcade, le Notaire), la Basoche (le Grand-Prévôt), le Bourgeois de Falaise (Champagne), Mignon (Frédéric, Laerte), les Contes d’Hoffmann (Andrès, etc.), l’École des Maris (le Commissaire), l’Enlèvement au Sérail (le Muet), Gargantua (Capitaine Grandgousier), Gianni Schicchi (Ghérardo), Ginevra (Grimaldi), la Habanéra (2e Compère, un Fiancé), Lakmé (Hadji), Louise (Poète), Madame Butterfly (Goro), Manon (Guillot), Masques et Bergamasques (Gilles), le Médecin malgré lui (Maître Robert), Mignon (Frédéric), les Noces de Figaro (Doublemain), la Tosca (Spoletta, Sciarrone), la Traviata (un Domestique), la Bohème (Saint-Phar), Werther (Schmidt).

 

BURDINO André. — Ténor. Débute le 06 février 1925 dans Carmen (don José). Chante Julien (Julien), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux), les Pêcheurs de perles (Nadir), la Tosca (Mario Cavaradossi), la Traviata (Rodolphe), Lakmé (Gérald), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), la Bohème (Rodolphe) et Werther (Werther).

 

BURKE Thomas Aspinall dit Tom. — Ténor (Leigh, Lancashire, 02 mars 1890 – 13 septembre 1969). Débute le 04 juin 1928 dans la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

BURLES Charles. — Ténor (13.Marseille, 21 juin 1936 –). Engagé en 1970. Chante le Barbier de Séville ; Mireille (Vincent) ; Don Pasquale (Ernesto).

 

BUSSAC. — A créé le 06 décembre 1886 Egmont (Mendez) de Gaston Salvayre ; le 07 mai 1888 le Roi d'Ys (Jahel) d'Edouard Lalo.

 

BUSSINE Prosper Alphonse. — (Paris, 22 septembre 1821 – Paris, 22 janvier 1881). Frère de Romain Bussine. Débute le 10 décembre 1845 dans Jean de Paris (le Sénéchal).

« Elève de Garcia, lauréat de 1846, avant de devenir un excellent musicien, Bussine a été un excellent ébéniste. Aussi a-t-il gardé quelque chose de l'ouvrier sous l'artiste. Nous ne disons pas précisément qu'il rabote un rôle comme on rabote une planche ; mais, comédien exact et exécutant plein de propreté, il a la science, il a la voix, il a le style : aura-t-il jamais le feu sacré ?

Quelle délicieuse voix de baryton ! une voix à fleur de lèvres, comme disent les Italiens, timbrée, suave, agile ; la seule ce théâtre — et sans doute en France — qui puisse se mesurer avec les rôles exceptionnels écrits pour Martin.

Le Sage Alidor de Cendrillon fut un de ses premiers rôles de début. Il s'y montra si raide, si guindé, si empêtré, qu'il semblait qu'on vit sur la scène un des Pharaons embaumés promenant une pyramide d'Egypte. Sur l'observation que lui en fit son professeur : « Monsieur Garcia, dit gravement Bussine, je représente un savant, un sage. »

— Mais sacrebleu ! s'écria le maître, avec cette violence héréditaire qui le caractérise, un savant n'est pas un âne empaillé !

Bussine gagne 18.000 francs par an ; son engagement est de deux années.

La fiancée. — la Fête du Village voisin. — la Chanteuse voilée. — les Voitures versées. »

(H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

 

BUSSONNET Roger. — Baryton (18 mars 1911 – 28 février 1981). Débute dans le Jongleur de Notre-Dame (le Moine peintre) le 17 janvier 1942. Chante Carmen (Moralès), Lakmé (Frédéric), Fragonard (Hubert-Robert), Manon (Brétigny, Lescaut), le Médecin malgré lui (Valère), les Noces de Figaro (Figaro), la Bohème (Marcel), le Barbier de Séville (Figaro), Ginevra (Doria) et Werther (Albert).

 

BUSSY Max. — Débute dans Madame Butterfly (Pinkerton), le 07 juillet 1922. Crée Pépita Jimenez (don Luis) et Polyphème (Nicias). Chante Fortunio (Fortunio), la Lépreuse (Ervoanik), Manon (Des Grieux), la Tosca (Cavaradossi), le Roi d'Ys (Mylio) et Werther (Werther).

 

CABALET. — Baryton. Débute vers 1889.

 

CABANEL Jean Paul dit Paul. — Basse (Oran, Algérie, 29 juin 1891 – Paris, 05 novembre 1958). Débute le 18 janvier 1932 dans la Tosca (Scarpia). Chante Carmen (Escamillo), le Barbier de Séville (Bazile), Louise (le Père), Manon (le Comte Des Grieux), Mignon (Lothario), Nele Dooryn (Père Fredaels), les Noces de Figaro (Figaro), Paillasse (Tonio), Lakmé (Nilakantha), la Bohème (Colline) et les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.).

 

CABEL (Edmond Antoine Auguste CABU dit). — Ténor (Namur, 18 novembre 1832 Bruxelles, décembre 1888). Epouse la cantatrice Marie Cabel. Débute en 1856.

 

CADAYÉ Jean (Jean Jacques CAPDAZÉ dit). — Basse (31.Toulouse, 11 juillet 1890 –). Débute le 07 décembre 1919 dans Mireille (Ramon). Est le créateur de Lorenzaccio (Giono le Hongrois). A chanté les Amoureux de Catherine (Rebstock), le Chalet (Max), les Contes d’Hoffmann (Luther), Fortunio (Guillaume), Louise (le Bricoleur), Madame Butterfly (le Bonze), Mârouf (le Vizir), la Tosca (le Sacristain), la Traviata (le Docteur), la Bohème (Benoît), Werther (le Bailli), le Roi d'Ys (Saint-Corentin) et Manon (le Comte).

 

CADIOU Michel. — Ténor. Débute le 29 octobre 1958. => biographie

 

CAILLOT Joseph. — Baryton. Débute le 01 février 1762. => biographie

 

CAISSO Ferdinand Victor dit Victor. — Ténor (78.Saint-Germain-en-Laye, 24 octobre 1846 –). A débuté le 01 décembre 1875 dans le Val d'Andorre (Saturnin).

 

CALÈS Claude (Jean-Claude CALESTRÉMÉ dit). — Baryton (47.Saint-Sylvestre-sur-Lot, 20 avril 1934 ). Epouse Michèle Claverie. Engagé en octobre 1961. Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

CAMARGO. — Ténor ( Campinas, Brésil, 16 octobre 1931). Débute le 19 juin 1922 dans Cavalleria rusticana (Torrido).

 

CAMBON Marius Emmanuel dit Charles. — Baryton (34.Florensac, 03 mai 1892 – Paris, 15 septembre 1965). Débute le 04 décembre 1945 dans les Pêcheurs de perles (Zurga).

 

CAMBOT Henri. — Basse (Sainte-Colonne, Basses-Pyrénées, 01 octobre 1856 ). A débuté le 05 décembre 1884 dans Roméo et Juliette (le Duc). A créé le 06 décembre 1886 Egmont (Vansen) de Gaston Salvayre.

 

CAMERANI Barthélemy-André. — Acteur (1735 - 22 avril 1816). Débute en mai 1767.

 

CAMY. — Crée George Dandin (Collin) le 19 mars 1930.

 

CANAPLE Jean-Baptiste-Bazille. — Basse (80.Demuin, 15 février 1808 Paris, 04 août 1863). Débute le 23 février 1831 dans le Nouveau seigneur de village (Frontin).

 

CAPITAINE Jean Léo Alexandre Maurice dit Maurice. — Ténor (64.Bayonne, 12 décembre 1885 –). Débute le 22 octobre 1911 dans le Voile du Bonheur (Tou-Fou). Crée Julien (un Bûcheron, un Bohème, un Camarade). Est affiché dans le Barbier de Séville (Almaviva), Carmen (don José), Fortunio (Fortunio), Lakmé (Gérald), Louise (le Noctambule), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), le Pardon de Ploërmel (Corentin), la Bohème (Rodolphe) et Werther (Werther).

 

CAPOUL Joseph Amédée Victor dit Victor. — Ténor (31.Toulouse, 27 février 1839 32.Pujaudran, 18 février 1924). Débute le 26 août 1861 le Chalet (Daniel). Crée le 03 avril 1867 la Grand'Tante (le Comte Guy de Kerdrel) de Jules Massenet ; le Premier jour de bonheur d'Esprit Auber ; Vert-Vert de Jacques Offenbach ; la Déesse et le berger. Il fut directeur du Conservatoire de New York, puis directeur de la scène à l'Opéra de Paris de 1901 à 1907. Par ailleurs, il créa Paul et Virginie au Théâtre-Lyrique de la Gaîté (1876), Saïs à la Renaissance (1881), Jocelyn au Théâtre du Château-d'Eau (1888). On lui doit le livret du Clown d'Isaac de Camondo.

(Ce fut un grand ténor de demi-caractère à la voix chaude et ensoleillée. Il débuta en 1861 à l'Opéra-Comique et devint très vite une idole de la salle Favart. En 1871, est engagé au Drury Lane de Londres. L'année suivante, au Théâtre-Italien de Paris, il triomphe dans Martha, la Somnambule et Rigoletto. En 1873 il prend la direction du Conservatoire de New York. Il revient à Paris en 1876 pour créer Paul et Virginie à la Gaîté-Lyrique et diriger les saisons françaises de la salle Ventadour où il crée Roméo dans les Amants de Vérone. Il paraît au Covent Garden de 1877 à 1879 et au Metropolitan Opera de New York à partir de 1883. En 1888, il est au théâtre du Château-d'Eau le créateur de Jocelyn. Candidat malheureux à la direction de l'Opéra-Comique en 1898, il occupera au palais Garnier (où il ne fut pourtant jamais affiché) le poste de directeur de la scène.)

 

CARBONNE Raymond Jean Baptiste Ernest dit Ernest. — Ténor (31.Toulouse, 30 juillet 1866 –). Débute dans les Dragons de Villars (Silvain) le 15 janvier 1890. A créé le 30 mai 1890 la Basoche (Jehan L'Eveillé) d'André Messager ; le 03 décembre 1890 de Benvenuto (Pompeo Guasconti) d'Eugène Diaz ; le 05 mai 1896 le Chevalier d'Harmental (l'Abbé Brigaud) d'André Messager ; la Carmélite (Baudrillet), Intermezzo, Fidelio (Jaquinot), le Juif Polonais (Docteur Nickel), le Légataire Universel (Eraste), Louise (Noctambule), les Pêcheurs de Saint-Jean (Marc), la Reine Fiammette (Castiglione), le Violoneux (Pierre). Il a participé aux premières : le 03 octobre 1895 de la Navarraise (Ramon) de Jules Massenet ; le 10 mai 1904 du Jongleur de Notre-Dame (un Moine poète) de Jules Massenet ; du Vaisseau Fantôme (le Pilote) de Richard Wagner. A été affiché à partir de 1900 dans Alceste (Evandre), le Barbier de Séville (Almaviva), Bastien et Bastienne (Bastien), le Caïd (Birotteau), la Dame Blanche (Dickson), le Chalet (Daniel), le Domino Noir (Horace), Falstaff (Fenton), la Fille du Régiment (Tonio), Fra Diavolo (Lorenzo), l’Irato (Lysandre), Mignon (Laerte, Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), l'Ouragan (Landry), Muguette (Lionel), la Navarraise (Ramon), Phryné (Nicias), le Roi l'a dit (Benoît), le Toréador (Tricolin), la Traviata (le Vicomte). En 1906, a été nommé régisseur général et directeur de la scène de l'Opéra-Comique.

"Très agréable ténor ; jolie voix sympathique et flexible. En sortant du Conservatoire, Carbonne débuta à l'Opéra-Comique dans Horace, du Domino noir. Il a créé Pris au piège et le rôle du capitaine de la Navarraise. Joue particulièrement les rôles de Couderc, et a repris avec succès le rôle de Corentin, du Pardon de Ploërmel, créé par Sainte-Foy. Il a repris le rôle de Dikson, de la Dame blanche ; a créé celui du timonier, du Vaisseau fantôme." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

CARLE Albert. — Crée Madame Bovary (Médéric) le 01 juin 1951.

 

CARLIN (Carlo Antonio BERTINAZZI dit). — Acteur (02 décembre 1710 06 septembre 1783). Jouait les Arlequins à la Comédie-Italienne du 10 avril 1741 à 1762. Joua à l'Opéra-Comique du 10 avril 1762 à 1783.

 

CARLOT Jules Henri Auguste. — Ténor (Ath, Belgique, 22 août 1816 ). Il chanta également à l'Opéra, où il débuta le 31 mai 1841.

 

CARPENTIER Marcel. — En représentation, crée les Brigands (Torrido) le 13 juin 1931.

 

CARREL. — Ténor. Créé le 05 mai 1896 le Chevalier d'Harmental (Jean Gargouille) d'André Messager.

 

CARROUL Louis Henri Quentin. — Baryton (82.Montauban, 02 novembre 1851 ). A débuté le 18 octobre 1879 dans Roméo et Juliette (le Duc).

 

 

 

Louis Henri Quentin Carroul

 

 

CARTIER Jean-Louis. — Crée Madame Bovary (Binet et le Capitaine des Pompiers) le 01 juin 1951.

 

CARVALHO Léon (Arthur Léon CARVAILLE dit). — Basse (Port-Louis, île Maurice, 18 janvier 1825 Paris, 29 décembre 1897). Epouse en 1853 la cantatrice Mme Miolan-Carvalho. Père de Henri Carvalho (épouse Mlle Chéronnet ; parents d'André Carvalho [– Lausanne, août 1892]). Il débuta à l'Opéra-Comique le 02 juin 1849 dans Gilles ravisseur (Scapin), puis devint directeur du Théâtre-Lyrique (1856-1875), du Théâtre du Caire, du Vaudeville à Paris, et de l'Opéra-Comique (1876-1887, 1891-1897). Il avait chanté également aux Concerts du Conservatoire (sociétaire le 23 décembre 1851).

(Il débuta comme basse chantante le 2 juin 1849 à l'Opéra-Comique ,et y resta cinq ans avant de prendre la direction du Théâtre-Lyrique, en 1855. En 1870, il devint surintendant du Théâtre Khédival au Caire et organisa ainsi la création mondiale d'Aida en 1871. Revenu à Paris, il prit en 1872 la direction du Vaudeville où il créa l'Arlésienne avec la musique de scène de Bizet. Nommé en 1875 assistant du directeur de l'Opéra, il inaugura le palais Garnier, et en 1876 se vit confier la direction de l'Opéra-Comique qu'il dut abandonner au lendemain de l'incendie du théâtre en 1887. Acquitté en 1891, il reprit son poste directorial jusqu'à sa mort. Ce fut un excellent administrateur, un metteur en scène habile et un directeur avisé. C'est lui qui, travaillant évidemment à son compte, prit le risque de créer des ouvrages français comme la Reine Topaze, le Médecin malgré lui, Faust, les Troyens à Carthage, Mireille, Roméo et Juliette, Manon, Lakmé, la Basoche, l'Attaque du Moulin, les Contes d'Hoffmann.)

« Carvalho est un jeune artiste qui laisse soupçonner parfois au public une voix de basse bonne à entendre. Un engagement sur le point d'expirer : 7.000 fr. » (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

 

CASIMIR. — Débute vers 1825.

 

CASSEL. — Débute le 27 avril 1822 dans Gulistan.

 

CATHELAT Georges. — Ténor. Débute le 17 mars 1932. => biographie

 

CAUJOLLE Jean. — Débute le 30 avril 1949 dans Cavalleria rusticana (Torrido).

 

CAUSSADE Louis Elie. — (94.Vincennes, 20 mars 1837 ). Débute en 1859.

 

CAVÉ. — Débute le 13 juin 1826 dans l'Opéra-Comique (Armand) et Un jour à Paris (Saint-Romain).

 

CAZEAUX. — Débute le 16 septembre 1904 dans la Traviata (le Baron). Chante Manon (l'Hôtelier), Mireille (Ourrias), la Traviata (le Marquis), Cavalleria rusticana (Alfio).

 

CAZENAVE Guy. — Ténor. Débute dans la Tosca (Mario Cavaradossi) le 03 juillet 1928. Chante également Paillasse (Canio).

 

CAZENEUVE Pierre Antoine Ernest dit Maurice. — Ténor (75017.Paris, 12 janvier 1861 – mort pour la France, 55.Vauquois, 06 avril 1915). Débute le 06 août 1900 dans Mignon (Laerte). Crée les Armaillis (le Musicien), la Carmélite (le Duc), Céleste (Garenne), la Chambre Bleue (Prémaillac), le Chemineau (Martin), le Clos (Blaizot), la Coupe enchantée (Thibaut), la Fille de Tabarin (de la Roche-Posay) ; le 05 juin 1907 Fortunio (Subtil) d'André Messager ; l’Heure espagnole (Torquemada), la Jota (Charempla), Julien (le Sonneur), Léone (Massino), Madame Butterfly (Goro), le 25 février 1914 la Marchande d'allumettes (premier Apache) de Tiarko Richepin, le Mariage de Télémaque (Styrax), Mârouf (un Marchand), Miarka (le Maire), Muguette (Peter Pott), On ne badine pas avec l'Amour (le Baron), Paillasse (Beppe), Snegourotchka (Boby Bakoula), Solange (Germain), la Sorcière (Arias), la Troupe Jolicœur (Jolicœur), le Voile du bonheur (Tchao). Il a participé à la première le 23 mai 1905 de Chérubin (le Duc) de Jules Massenet. Est affiché en outre dans Alceste (Evandre), Aphrodite (Philodème), les Amoureux de Catherine (Heinrich), la Basoche (Léveillé), la Cigale (Garçon de recette), le Caïd (Birotteau), Carmen (le Dancaïre), le Chalet (Daniel), le Chemineau (Toinet), la Dame Blanche (Dickson), le Domino noir (Juliano), les Dragons de Villars (Silvain), Falstaff (Docteur Caïus), la Fille du régiment (Tonio), la Flûte enchantée (Monostatos), Galathée (Ganymède), la Habanéra (1er compère, 2e aveugle), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine poète), le Légataire Universel (Eraste), Louise (Noctambule), Manon (Brétigny, Guillot), Marie-Magdeleine (un Disciple), la Navarraise (Ramon), Philémon et Baucis (Philémon), la Reine Fiammette (Daniélo), Rose et Colas (Colas), le Portrait de Manon (Tiberge), Sapho (la Borderie), la Tosca (Spoletta), la Traviata (le Vicomte), le Vaisseau fantôme (Pilote), la Vivandière (André), Zampa (Daniel). Engagé volontaire en 1914 au 46e R. I., est tombé au champ d'honneur en Argonne.

 

 

 

Maurice Cazeneuve en 1907

 

 

CAZETTE Louis (Victor Louis Camille PÉAULT dit). — Ténor (44.Nantes, 09 décembre 1887 – Paris, 30 avril 1922). Débute le 14 juin 1919 dans Louise (Noctambule). Crée Gismonda (Tibério), Lorenzaccio (Tébaldo), Masques et Bergamasques, le Sauteriot (Montreur d'ours). A été affiché dans Cosi fan tutte (Fernand), Don Juan (Ottavio), Lakmé (Gérald), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux), le Mariage de Télémaque (Télémaque), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent) et la Rôtisserie de la Reine Pédauque (d'Anquetil). Il est mort des suites d'une piqûre au doigt.

 

CÉCIL Georges. — Débute le 09 octobre 1946 dans Louise (le Noctambule). Chante la Bohème (Rodolphe).

 

CELLIER. — Crée le 31 mai 1802 le Concert interrompu (Germain) d'Henri Montan Berton.

 

CHAIX François Amédée. — Basse-taille (84.Orange, 30 septembre 1820 Rio de Janeiro, 1850). Débute en septembre 1844 dans l'Eau merveilleuse (Tartaglia). Chante également aux Concerts du Conservatoire (aspirant le 30 décembre 1841 ; sociétaire du 27 novembre 1845 au 11 avril 1848). Il est mort du choléra.

 

CHALIAPINE Feodor Ivanovitch dit Feodor. — Basse russe (Ometovo, près de Kazan, 13 février 1873 – Paris, 12 avril 1938). Débute le 02 décembre 1931 dans Don Quichotte (don Quichotte) qu'il avait créé à Monte-Carlo. Chante le Barbier de Séville (Bazile), Boris Godounov (Boris Godounov), le Prince Igor (Prince Galitsky) et crée Mozart et Salieri (Salieri).

"M. Louis Masson qu'on est heureux de voir définitivement installé dans son fauteuil directorial, a donné, ces dernières semaines, de nombreuses représentations de gala. Il a convié l'illustre chanteur russe Feodor Chaliapine à venir interpréter salle Favart le rôle principal du Don Quichotte de Massenet, et don Basile du Barbier de Séville, avec cette maîtrise de moyens, cette articulation exemplaire, cette expression tour à tour mordante, ironique, pateline, émouvante ou profonde, qui ont fait une fois de plus merveille, mais qui, il faut bien l'avouer, dépassent le cadre restreint que vous savez, et écrasent un peu l'entourage." (Gustave Samazeuilh, la Revue hebdomadaire, janvier 1932)

 

CHALLET. — Basse. A débuté en 1892.

 

CHALMIN Victor. — Basse (1862 – 24 février 1922). Débute dans Werther (le Bailli) le 14 novembre 1903. Crée le Secret de Maître Cornille (Cantagreil). Il a participé à la première le 23 mai 1905 de Chérubin (le Baron) de Jules Massenet, qu'il avait créé le 14 février 1905 à l'Opéra de Monte-Carlo. Chante le Barbier de Séville (Bartholo), le Domino Noir (Gil Pérez), la Fille du Régiment (Sulpice), Mireille (Ramon), la Bohème (Benoît), la Vivandière (la Balafre), Maître Wolfram (Wilhem), Mignon (Lothario), le Toréador (don Belfort).

 

CHAMLEE Mario (Archer CHOLMONDELEY dit). — Ténor américain (Los Angeles, 29 mai 1892 – Hollywood, 13 novembre 1966). Débute le 11 avril 1929 dans Manon (Des Grieux).

 

CHAMPVILLE (Gabriel-Eléonor-Hervé DUBUS dit SOLI ou). — Joua les seconds valets et les paysans à la Comédie-Italienne de 1749 à 1762. Joue à l'Opéra-Comique de 1762 à 1769.

 

CHANTAL. — Joue Louise (l'Apprenti) en 1929.

 

CHAPUIS Gérard François dit Gérard. — Basse (69.Lyon, 21 octobre 1931 ). Engagé à la RTLN en 1956. Chante, à la salle Favart, le Barbier de Séville (Basile), les Pêcheurs de perles (Nourabad), les Contes d'Hoffmann (Lindorf), les Noces de Figaro (Bartholo), Lulu (le Dompteur), le Roi l'a dit, la Chauve-Souris, la Fille du Far-West. Créé le 22 juin 1962 Princesse Pauline d'Henri Tomasi ; le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

CHARBONNIER. — Crée Frasquita (un Gendarme) le 03 mai 1933.

 

CHARDEY. — Crée le Couronnement de Poppée (Mercure) le 23 décembre 1937.

 

CHARDY Henry. — Ténor. Débute le 25 janvier 1906 dans Fidelio (un Prisonnier). Chante le Barbier de Séville (Almaviva), le Jongleur de Notre-Dame (un ivrogne), Louise (Marchand d'habits). Il a participé à la première de la version scénique de Marie-Magdeleine (Philippe) de Massenet le 12 avril 1906.

 

CHARELLI (Auguste Napoléon LARCHER dit). — Ténor (1839 – ap.1906). A chanté en 1876-1877.

 

CHARLES-PAUL. — Baryton-basse (13.Marseille, 29 juin 1903 – 10 octobre 1985). Débute le 19 janvier 1933 dans Cavalleria rusticana (Alfio). Est affiché dans Carmen (Zuniga), les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil), Frasquita (un Soupeur), Ginevra (Ambroglio), Mireille (Ourrias), les Noces de Figaro (Almaviva), Paillasse (Sylvio), les Pêcheurs de perles (Zurga), Tarass Boulba (Yégor), la Tosca (Scarpia), le Roi d'Ys (Jahel).

 

CHARLESKY. — Ténor. Débute le 29 juillet 1923. => biographie

 

CHARTREL Hippolyte Louis. — Baryton (80.Heilly, 05 août 1815 31.Toulouse, 1841). Débute le 20 avril 1839 dans le Chalet (Max). Chante également aux Concerts du Conservatoire (sociétaire du 28 octobre 1838 à 1839).

 

CHASTENET Edmond. — Ténor (23 janvier 1904 – 27 mai 1973). Débute le 26 novembre 1939 dans la Tosca (Mario Cavaradossi). Chante Carmen (don José), Cavalleria rusticana (Torrido), Ginevra (Barnabé) et crée Nèle Dooryn (le Matelot).

 

CHAUVET Guy. — Ténor (03.Montluçon, 02 octobre 1933 – 25 mars 2007). Débute en 1960. Chante Paillasse (Canio) et la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

CHELLI (Jean François Marie Joseph Louis CHELLE dit). — (31.Toulouse, 18 mars 1845 ). Débute le 10 mai 1870 dans la Fille du régiment (Tonio).

 

CHENARD Simon. — Basse-taille (89.Auxerre, 20 mars 1758 1832). Il avait chanté à l'Opéra où il avait débuté en 1782. Débute en 1783 et prend sa retraite de l'Opéra-Comique en 1822. Crée le 15 mars 1797 Ponce de Léon (Caffardo) d'Henri Montan Berton ; le 21 janvier 1801 le Grand deuil (Leblanc) d'Henri Montan Berton ; le 31 mai 1802 le Concert interrompu (Renwal) d'Henri Montan Berton ; le 14 juillet 1806 les Maris garçons (Dugrand) d'Henri Montan Berton ; le 13 septembre 1813 Valentin (Simon) d'Henri Montan Berton.

 

CHENEVIÈRE. — Ténor. A débuté en 1877.

 

CHÉRY Yvon. — Régisseur, débute au pied levé le 11 novembre 1951 dans Manon (un Garde).

 

CHESNEL Jean. — Baryton (Paris, 17 février 1915 ). Débute le 06 octobre 1946 dans le Roi malgré lui (Henri de Valois). Crée le Oui des Jeunes Filles (don Pedro). Chante l'Étoile (Hérisson), Madame Butterfly (Scharpless), Masques et Bergamasques, Pelléas et Mélisande (Pelléas), Vol de nuit (Robineau, 1960), Werther (Albert).

 

CHEVALIER Jean Henri. — Ténor (Paris, 13 février 1875 –). Débute dans Mireille (Vincent) le 03 septembre 1904. Chante Lakmé (Hadji), Mignon (Wilhelm Meister), Sœur de Jocrisse (Jocrisse), la Traviata (le Vicomte), la Vivandière (André).

 

CHOLLET Jean-Baptiste. — Ténor. Débute le 23 mars 1825. => biographie

 

CIAVARELLI Alexandre. — Acteur (– 12 juin 1774). Joua les Scapins à la Comédie-Italienne du 02 septembre 1739 à 1769.

 

CLAIRVAL (Jean-Baptiste GUIGNARD dit). — Ténor (91.Etampes, 07 novembre 1735 – Paris, 1795). Débute en 1758. Il créa en 1771 Zémire et Azor de Grétry au Palais de Fontainebleau, et Richard Cœur de Lion (Blondel) de Grétry. Il fut surnommé le "roi de l'Opéra-Comique". Il se retira de la scène en juin 1792.

(Fils d'un perruquier, il prit très jeune une part active aux divertissements des seigneurs qui jouaient la comédie au château de Bourgneuf, près d'Étampes. Envoyé à Paris apprendre le métier paternel, il préféra développer ses dispositions naturelles pour le théâtre et débuta à la foire Saint-Germain. Habile et élégant comédien, il réussit fort bien malgré une voix assez discrète et quelque peu chevrotante. Il devint un précieux collaborateur du ménage Favart et, à l'Hôtel de Bourgogne comme plus tard à l'Opéra-Comique, les rôles qu'il créa furent aussi nombreux que ses aventures galantes. Parmi ses nombreux succès on doit signaler l'Amant jaloux, Aucassin et Nicolette, le Déserteur, Zémire et Azor, Richard Cœur de Lion, le Tableau parlant.)

 

CLARENCE. — Baryton. Chante Lakmé (Nilakantha), rôle de ses débuts, le 06 novembre 1899.

 

CLASENS. — Crée Louise (Marchand d'habits) le 02 février 1900 et la Fille de Tabarin (un Mendiant) le 20 février 1901. Chante Joseph (Lévy) et Proserpine (Filippo).

 

CLAUDE-GOT (Paul André Claude GOT dit). — Baryton-basse (Paris, 22 décembre 1906 –). Débute le 05 septembre 1931 dans Manon (le Comte Des Grieux). Est le créateur, salle Favart, de Tarass Boulba (Tarass Boulba). A été affiché dans le Barbier de Séville (Bazile), Carmen (Zuniga), le Juif Polonais (Mathis), Don Quichotte (don Quichotte), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), Lakmé (Nilakantha), Louise (le Bricoleur, le Père), Mireille (Ramon), Pelléas et Mélisande (Arkel), la Bohème (Colline) et la Tosca (Scarpia).

 

CLAUDE-JEAN. — Débute le 28 novembre 1920 dans Cavalleria rusticana (Torrido). Chante Carmen (don José), Gismonda (Almério), Louise (le Noctambule), Manon (Des Grieux), Paillasse (Canio) et le Roi Candaule (Gysès).

 

CLAUDEL Marcel. — Ténor (Charleroi, Belgique, 1902 –). Débute dans la Bohème (Rodolphe) le 06 mai 1928. Crée Cantegril (Boucabel), la Fiancée vendue (Yénik), George Dandin (Clitandre) et reprend le Mariage Secret (Paolino). Est affiché dans le Barbier de Séville (Almaviva), Lakmé (Gérald), la Dame Blanche (Georges), Frasquita (Armand), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), le Juif Polonais (Christian), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), le Pré-aux-Clercs (Mergy), le Roi malgré lui (Comte de Nangis), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Jacques Ménétrier), le Sicilien (Adraste), les Voitures versées (Armand).

 

CLAVENSY Charles (Charles CLAVERIE dit). — Basse (65.Lourdes, 04 juin 1914 22 juin 1980). Frère de Jean Claverie, basse. Débute le 04 février 1939 dans Mireille (Ramon). Est affiché dans Ariane à Naxos (Maître de musique), le Barbier de Séville (Bartholo), Carmen (Zuniga), le Chemineau (Thomas), les Contes d’Hoffmann (Coppélius), Ginevra (Guido), Grisélidis (Prieur), l’Heure espagnole (Inigo), Lakmé (Nilakantha), la Lépreuse (le Prêtre), Manon (le Comte), Mignon (Lothario), les Noces de Figaro (Bartholo), Pauvre Matelot (Beau-père), Pelléas et Mélisande (Arkel), le Rêve (Hubert), le Sicilien (Philène), la Traviata (le Docteur), la Bohème (Schaunard, Colline), Werther (Brühlmann, Johann), Cosi fan tutte (don Alphonse), Gargantua (le Prieur, Tyravant), Mireille (Ambroise), le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur). Reprend l'Enfant et Sortilèges (l'Arbre, le Fauteuil). Crée Madame Bovary (Rouault) ; le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage (le Maharadja) de Gian Carlo Menotti.

 

CLAVÈRE Marcel. — Baryton (34.Servian, 23 juin 1900 ). Débute dans la Traviata (d'Orbel) le 28 décembre 1947.

 

CLAVERIE Jean Lucien Godefroy dit Jean. — Basse (65.Lourdes, 08 novembre 1902 – Paris, 04 novembre 1963). Frère de Charles Clavensy, basse. Père de Michèle Claverie, cantatrice. Débute dans l'Enlèvement au Sérail (Osmin) le 06 décembre 1941. Crée la Farce de Maître Pathelin (le Drapier). Chante Carmen (Escamillo), Lakmé (Nilakantha), Mireille (Ramon), la Traviata (d'Orbel).

 

CLAYES. — A débuté en 1894.

 

CLÉMENT Frédéric Jean Edmond dit Edmond. — Ténor (75001.Paris, 28 mars 1867 – 06.Nice, 23 février 1928). Débute le 29 novembre 1889 dans Mireille (Vincent). Est le créateur le 03 décembre 1890 de Benvenuto (Andrea) d'Eugène Diaz ; la Cabrera (Pédrito), le Clos (Simon), Don Juan (Ottavio), Don Pasquale (Ernesto), Falstaff (Fenton), Hélène (Pâris), le Juif Polonais (Christian), Madame Butterfly (Pinkerton), Phryné (Nicias), la Vivandière (Georges). Participe à la première le 09 juin 1892 des Troyens à Carthage (Hylas) d'Hector Berlioz ; le 19 mai 1911 à celle de Thérèse (Armand) de Jules Massenet, qu'il avait créé à Monte-Carlo. Est en outre affiché dans les Amoureux de Catherine (Heinrich), le Barbier de Séville (Almaviva), la Basoche, (Clément Marot), Carmen (don José), le Chalet (Daniel), la Dame blanche (Georges), la Fille du Régiment (Tonio), la Flûte enchantée (Tamino), Fra Diavolo (Fra Diavolo), Lakmé (Gérald), Manon (Des Grieux), Mignon (Wilhelm Meister), Philémon et Baucis (Philémon), Proserpine (Sabastiano), la Reine Fiammette (Daniélo), le Roi d’Ys (Mylio), la Tosca (Mario Cavaradossi), la Traviata (Rodolphe), la Bohème (Rodolphe), Werther (Werther).

"Fils de chanteur, eut la chance d'entrer dans la carrière avec un nom déjà connu. Au Conservatoire, il obtint un grand succès au concours de 1889 avec l'air de Lakmé et remporta le premier prix. Son début à l'Opéra-Comique eut lieu dans Mireille : ce jeune artiste ne faiblit pas sous le poids du rôle de Vincent. Très jolie voix, méthode mélangée de Montaubry et de Capoul ; comédien chaleureux et plein d'avenir. Un excellent interprète du répertoire.

Clément a créé Nicias, de la Phryné de Saint-Saëns ; repris avec éclat le rôle créé par Capoul dans Paul et Virginie, et Ottavio, de Don Pasquale ; créé Georges de Rieul, de la Vivandière, et dans Xavière, Landry dont il fait valoir les mélodies. Il a repris avec succès le rôle de Georges Brown, de la Dame blanche, et celui d'Almaviva, du Barbier de Séville, ces deux écueils des ténors légers. Élève de Warot."

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

 

 

Edmond Clément en 1907

 

 

CLÉMENT Willy. — Baryton. Débute le 01 avril 1945. => biographie

 

COBALET Arthur (Jean Arthur COMBALET dit). — Basse (24.Saint-Cyprien, 04 janvier 1855 – 94.Joinville-le-Pont, 18 mai 1901). Débute le 04 décembre 1881 dans le Chalet (Max). Créé le 19 janvier 1884 Manon (le Comte) de Jules Massenet.

 

CŒURIOT Paul Joseph. — (dépt de la Seine, 24 novembre 1787 – 1846). Débute le 01 août 1812.

 

COLALTO-MATTIUZZI Antonio. — Acteur (1717 – 05 juillet 1778). Joua les Pantalons à la Comédie-Italienne du 20 septembre 1759 à 1762.

 

COLIN. — Débute vers 1881.

 

COLLIN Léopold dit Lucien. — Baryton-basse (Paris, 28 mai 1849 –). A débuté en 1875 dans le Pré-aux-Clercs (Girot). Créé le 19 janvier 1884 Manon (De Brétigny) de Jules Massenet.

 

COMBE Francis. — Débute le 27 juillet 1923 dans Manon (le Comte Des Grieux). Est affiché dans les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur), Lakmé (Nilakantha), Louise (le Père), Paillasse (Tonio), le Roi d'Ys (le Roi) et la Bohème (Colline).

 

COMMINGE. — Crée Angélique (un Voisin). A débuté le 16 janvier 1911 dans Lakmé (le Kouravar).

 

CONLEY Eugene. — Ténor (Lynn, Massachusetts, 12 mars 1908 – Etat du Texas, 17 décembre 1981). Débute le 12 mars 1947 dans la Bohème (Rodolphe). Chante également la Traviata (Rodolphe).

 

COQUELIN cadet (Alexandre Honoré Ernest dit). — Acteur (62.Boulogne-sur-Mer, 16 mai 1848 – 92.Suresnes, 08 février 1909). En représentation, joue dans les Deux Aveugles (Giraffier) (entre 1900 et 1909).

 

CORAZZA Rémy. — Ténor (08.Revin, 16 avril 1933 –). Débute le 09 août 1959 dans Paillasse (Beppe). Chante les Pêcheurs de perles (Nadir) ; le Roi l'a dit (Benoît) ; Lakmé (Gérald) ; le Dernier Sauvage (Kodanda) ; Mignon (Wilhelm) ; Dialogues des Carmélites (le Chevalier) ; Louise (le Pape des fous, le Noctambule) ; Hop Signor ! (Adorne) ; les Contes d'Hoffmann (Hoffmann) ; Vol de Nuit (Pellerin) ; la Traviata (Rodolphe) ; la Bohème (Rodolphe) ; le Conte Ory ; Madame Butterfly (Pinkerton) ; Orphée aux enfers.

 

CORBIÈRE Jean Fulcran Louis Marie. — Baryton (34.Lodève, 13 février 1890 –). Débute le 28 septembre 1912 dans la Tosca (Geôlier). Crée Julien (Garçon de café), Mârouf (Homme de police), la Sorcière (Iberra) et est affiché dans les Contes d’Hoffmann (Luther), Louise (1er Philosophe), Manon (l'Hôtelier, un Garde), Werther (Johann), Zampa (Corsaire).

 

CORNELLIER Joseph Albert dit Albert. — Ténor (Saint-Rémi, Canada, 28 mars 1900 –). A créé la Femme et le Pantin (une voix, un Guide), la Peau de Chagrin (Antonin, de Trailles), Sarati le Terrible (Mostoul, Beppo) et a chanté Béatrice (le Jardinier), Lorenzaccio (Julien Salvati), Louise (Poète, Marchand d'habits), Mignon (Frédéric), la Tosca (Sciarrone), Tristan et Isolde (Pâtre, Matelot), la Vie brève (un Vendeur). A débuté le 14 janvier 1927 dans Paillasse (Beppe).

 

CORNUBERT Pierre Alexandre dit Pierre. — Ténor (Paris, 14 mai 1863 – 1922). A débuté le 30 novembre 1887. A créé le 15 mai 1889 Esclarmonde (un Héraut byzantin) de Jules Massenet. Il fut professeur de déclamation lyrique (opéra) au Conservatoire de Paris (1919-1922).

 

CORPAIT Marius. — Baryton. Débute le 05 mars 1906. => biographie

 

COSSIRA Emile. — Ténor. Débute le 13 décembre 1883. => biographie

 

COTTA Charles. — Baryton (22 septembre 1902 –). Débute le 21 juin 1936 dans Cavalleria rusticana (Alfio). Chante Manon (Lescaut).

 

COUDERC Joseph Antoine Charles dit Charles. — Ténor puis baryton (31.Toulouse, 10 mars 1810 Paris, 1875). Débute le 03 mars 1834 dans le Chalet (Daniel). Rentre en 1844 dans le Chaperon rouge (comte Rodolphe). Crée l'Eclair (Georges) ; l'Ambassadrice (Bénédict) ; le Domino noir (Horace) ; les Diamants de la couronne (don Henriquez) ; le Songe d'une nuit d'été (Shakespeare) ; les Noces de Jeannette (Jean) ; le Voyage en Chine (Pompéry) ; Mignon (Laerte). Il fut professeur de déclamation lyrique (opéra-comique) au Conservatoire de Paris (1865-1875).

(Élève de Nourrit, il débuta à l'Opéra-Comique en 1834. Hormis une période de huit ans qu'il passa en province, en Belgique et à Londres, il resta fidèle à l'Opéra-Comique dont il sera un des plus brillants pensionnaires. En trente ans de présence il y chanta plus de 70 rôles. En 1865, il fut nommé professeur au Conservatoire. Malade durant le siège de Paris sous l'uniforme de garde national, il ne put reprendre son activité.)

« Les vrais artistes ressemblent à un vin généreux : le temps les mûrit, mais il ne les vieillit pas. — Après avoir été pendant dix ans un très agréable ténor et un charmant amoureux, Couderc revient au théâtre de ses premiers succès, et c'est toujours un comédien d'un talent merveilleusement souple, tour à tour noble ou trivial, triste ou gai. Hier, vous battiez des mains à Daniel, au cousin de l'Éclair, à Horace de Massanna, à don Henrique de Sandoval ? — Eh bien ! applaudissez aujourd'hui Jean, Coquerel et Shakespeare, — car, croyez-le-bien, ces diverses créations se valent.

Couderc est le seul des artistes parisiens qui n'ait pas d'engagement signé ; il donne sa parole comme un gentilhomme ; cela suffit : confiant dans cette loyauté proverbiale, un Directeur s'endort sans avoir le cauchemar du Tribunal de commerce.

Couderc gagne 15.000 francs par an.

Le Fidèle Berger. — le Songe d'une nuit d'été. — les Noces de Jeannette. »

(H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

 

COULOMB Charles Eugène Maurice. — Ténor (Paris, 02 février 1885 –). Débute le 16 octobre 1909 dans la Princesse Jaune (Kornélis). Crée le Cœur du Moulin (Jacques), l'Heure espagnole (Gonzalve), la Jota (un Carliste), On ne badine pas avec l'amour (Pierre). Est affiché dans le Jongleur de Notre-Dame (Moine poète), Joseph (Lévy), Madame Butterfly (Yamadori), Pelléas et Mélisande (Pelléas), la Reine Fiammette (Castiglione), le Voile du Bonheur (Tou-Fou).

 

COULON Théodore Jean Joseph. — Basse (Nivelles, Belgique, 21 mai 1822 Paris, 21 octobre 1874). Il débuta le 25 août 1851 dans la Fée aux roses (Atalmuc). Il chanta également à l'Opéra où il débuta en 1855.

 

COURET Gabriel. — Ténor (34.Cournonterral, 12 avril 1907 ). Débute le 22 octobre 1935 dans la Princesse Jaune (Kornélis). Crée le Bourgeois de Falaise (Léandre), le Couronnement de Poppée (un Soldat), Guignol (Guignol), Quatre-Vingt-Treize (Hamaldo) ; le 24 juin 1938 Zadig (Cador) de Jean Dupérier. Est affiché dans Angélique (l'Italien), Ariane à Naxos (Scaramouche), les Contes d’Hoffmann (Nathanael), la Habanéra (1er Compère, 2e Aveugle, un jeune homme), le Jongleur de Notre-Dame (Moine poète, Jean), Louise (l'étudiant, le Bohème), Madame Butterfly (Yamadori), le Médecin malgré lui (Léandre), Lakmé (un Marchand), Pauvre Matelot (le Matelot), le Pré-aux-Clercs (Cantarelli), le Roi malgré lui (Liancourt), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Jacques Ménétrier), le Sicilien (Adraste), Sapho (la Borderie), la Traviata (le Vicomte), la Bohème (Parpignol), Vieux Garçons (Kobbe), Werther (Schmidt), Ami Pierrot (Lulli). Il fut régisseur général du chant à l'Opéra de 1955 à 1965, nommé le 01 juillet 1965 directeur de la scène à l'Opéra-Comique, puis directeur de la scène à l'Opéra en 1967, année où il prit la succession de Louis Izar à la direction du Capitole de Toulouse.

 

 

 

Gabriel Couret

 

 

COURTY. — Chante Mârouf (un Muezzin), rôle de ses débuts le 11 août 1917, et la Bohème (Parpignol). Participe à la première le 23 novembre 1917 de Béatrice (le Jardinier) d'André Messager.

 

COUZINOU Robert. — Baryton. Débute le 11 janvier 1912. => biographie

 

CRABBÉ Armand. — Baryton belge (Saint-Gilles, Bruxelles, 23 avril 1883 – Bruxelles, 24 juillet 1947). Débute le 13 janvier 1926 dans Mârouf (Mârouf). Chante le Barbier de Séville (Figaro), Paillasse (Tonio), la Tosca (Scarpia).

 

CROSTI Eugène Charles Antoine. — Basse (Paris, 31 octobre 1833 1909). Chante de 1857 à 1868, débute dans Joconde. Chante également aux Concerts du Conservatoire (sociétaire du 24 novembre 1863 au 19 décembre 1865).

 

DABURON. — Débute le 27 octobre 1907 dans la Bohème (Parpignol). Crée Solange (un Allemand), Julien (un Bourgeois). Joue les Noces de Jeannette (Thomas).

 

DAGUERRESSAR Charles. — Baryton. Débute le 13 mars 1949 dans Manon (un Garde). Crée le Oui des Jeunes Filles (un Jeune homme), Dolorès (Chulla), Madame Bovary (Charlot) et Ciboulette (Auguste). Est affiché dans Angélique (un Voisin, Boniface), Ariane à Naxos (un Laquais), le Barbier de Séville (l'Officier), Mireille (Passeur), le Carrosse du Saint-Sacrement (Balthazar), les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil), Louise (un Agent), les Mamelles de Tiresias (le Mari, Monsieur barbu), le Médecin malgré lui (Valère), le Oui des Jeunes Filles (Pédro), Paillasse (un Paysan), la Tosca (le Geôlier, Sciarrone), le Roi malgré lui (Caylus), Carmen (le Dancaïre, Morales), le Jongleur de Notre-Dame (un Loustic).

 

DAMOREAU Vincent Charles. Ténor (75.Chaillot, 03 juin 1793 – 95.Ecouen, 09 octobre 1863). Epouse à Bruxelles en 1827 Laure Cinti-Damoreau. Il débuta à l'Opéra en 1819, puis à l'Opéra-Comique (salle Feydeau) la même année.

 

DANDÉ. — Basse-taille. Il appartenait à la troupe en 1844.

 

DANGÈS Henri. — Baryton (69.Lyon, 1870 – Paris, 1948). Débute le 11 novembre 1898 dans Maître de Chapelle (Barnabé). Crée Louise (le 1er Philosophe) et chante le Farfadet (Marcelin), Joseph (Dan), Manon (Brétigny), Proserpine (Orlando), Cendrillon (le Roi), Carmen (Escamillo, Zuniga), Philémon et Baucis (Jupiter), la Bohème (Saint-Phar).

 

DANINOS David Lucien dit Lucien. — Ténor (Sétif, dépt de Constantine, 10 novembre 1893 –). Débute au Trocadéro le 14 janvier 1933 dans Paillasse (Canio). Chante Carmen (don José), Cavalleria rusticana (Torrido), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), Mireille (Vincent), le Roi d’Ys (Mylio), Tarass Boulba (Bogdug), la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

DARANCOURT. — Basse-taille. Crée le 13 septembre 1813 Valentin (Vandick) d'Henri Montan Berton ; le 22 décembre 1824 les Deux Mousquetaires (Monval) d'Henri Montan Berton. Prend sa retraite en 1826.

 

DARBOVILLE (Jules Etienne Jean CLERGET dit). — (13.Marseille, 06 décembre 1781 13.Marseille, 22 septembre 1842). Débute le 30 avril 1823 dans le Nouveau seigneur de village (Frontin) et Jeannot et Colin (Colin).

 

DARMEL (Arthur FRANÇOIS dit). — Ténor belge (La Bouverie, près de Mons, 20 mars 1879 – 78.Maisons-Laffitte, 12 mai 1944). Débute le 15 août 1915 dans Carmen (don José). Chante Aphrodite (Démétrios), Julien (Julien), Paillasse (Canio), les Quatre Journées (Jean), la Tosca (Mario Cavaradossi), Madame Sans-Gêne (Maréchal Lefebvre) et Werther (Werther).

 

DAUM Georges. — Basse. Chante Mireille (un Ami d'Ourrias) en 1959.

 

DAUMAS André. — Ténor (1926 –). Chante Mireille (un Ami d'Ourrias) en 1959. Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

DAUPHIN. — Débute le 20 septembre 1877 dans Mignon (Lothario).

 

DAVID Léon Baptiste Joseph dit Léon. — Ténor (85.Les Sables-d’Olonne, 18 décembre 1867 – 85.Les Sables-d'Olonne, 27 octobre 1962). A débuté le 09 juin 1892 dans la première des Troyens à Carthage (Iopas) d'Hector Berlioz. Il a créé le 01 mai 1900 le Follet (René) d'Ernest Lefèvre-Dérodé ; le 10 juin 1916 Madame Sans-Gêne (Neipperg) d'Umberto Giordano ; les Visitandines (Belfort fils). Il a chanté le Barbier de Séville (Almaviva), Carmen (don José), la Dame Blanche (Georges Brown), la Vivandière (Georges), Lakmé (Gérald), Manon (Des Grieux), Mignon (Wilhelm Meister), les Pêcheurs de perles (Nadir), Mireille (Vincent), la Tosca (Mario), la Traviata (Rodolphe), la Bohème (Rodolphe), Sapho (Jean), Werther (Werther).

"Fait pour la seconde fois partie de l'Opéra-Comique. Chante les premiers ténors du répertoire : Almaviva, Des Grieux, Georges Brown, etc. Jolie voix. Vocalise facilement." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

DAVOUST. — Basse. Débute en 1876. Créé le 19 janvier 1884 Manon (un Archer) de Jules Massenet.

 

DAYDÉ Bernard. — Joue les Noces de Jeannette (Petit-Pierre) et la Habanéra (un petit garçon) en 1942.

 

DEARLY Max (Lucien Paul Marie Joseph ROLLAND dit). — Chanteur et acteur (75017.Paris, 22 novembre 1874 – 92.Neuilly-sur-Seine, 02 juin 1943). En représentation, il participe à la première de la Fille de Madame Angot (Trénitz) le 28 décembre 1918.

 

DECARD. — Interprète les Noces de Figaro (Brid’Oison) (entre 1900 et 1950).

 

DE CREUS Eugène. — Ténor. Débute le 19 juin 1911. => biographie

 

DECUGIS Louis. — Débute le 03 avril 1940 dans la Traviata (le Docteur). Est affiché dans Carmen (Zuniga), Comme ils s'aiment (de Lustrac), Louise (Bricoleur), Manon (le Comte), Mireille (Ramon), Mignon (Lothario), les Pêcheurs de perles (Nourabad), la Tosca (Angelotti), Werther (le Bailli), la Bohème (Schaunard).

 

DEGENNE. — Ténor. Débute le 10 mai 1884 dans Lakmé (Gérald).

 

 

 

Degenne

 

 

DEGRAEVE Eugène. — (– 1899). Il chanta de 1885 à 1887.

 

DEHESSE Jean-Baptiste. — Acteur (septembre 1705 22 mai 1779). Dit Deshayes. Joua les pères comiques, les premiers valets et les paysans à la Comédie-Italienne du 02 décembre 1734 à avril 1769.

 

DELAHAYE. — Débute le 13 juillet 1900 dans Manon (un Soldat). Crée la Carmélite (l'Huissier), la Fille de Tabarin (un Buveur), le Légataire Universel (Gaspard), la Petite Maison (Justin), Secret de Maître Cornille (Pascarel), la Troupe Jolicœur (un Bourgeois) ; le 20 janvier 1903 Titania (un Homme) de Georges Hüe ; Une Aventure de la Guimard (le vieil Abonné), Cigale (le Garçon de Banque). A été en outre affiché dans le Barbier de Séville (Pédrille), la Basoche (le Grand-Prévôt), les Dragons de Villars (Lieutenant Vernier), Carmen (le Rémendado), Louise (Poète), Manon (le Portier, un Archer), le Médecin malgré lui (Lucas, Maître Robert), Mignon (Antonio), Lakmé (Hadji), la Bohème (Parpignol), la Traviata (un Domestique), Werther (Schmidt), la Reine Fiammette (Césano).

 

DELAQUERRIÈRE Louis-Achille dit Louis. — Ténor (Les Loges, 24 février 1858 ). Epouse Mlle de Miramont. A débuté le 16 mars 1881 dans le Chalet (Daniel). A créé le Roi malgré lui (Duc de Nangis) et a été affiché entre autre dans la Carmélite (le Roi), Carmen (don José), la Dame Blanche (Georges), le Déserteur (Alexis), Fra Diavolo (Fra Diavolo), Mireille (Vincent), le Pré-aux-Clercs (Mergy), le Barbier de Séville (Almaviva) et la Traviata (Rodolphe). Par ailleurs, il a créé au Théâtre de la Renaissance le 26 janvier 1893 Madame Chrysanthème (Pierre) d'André Messager.

 

DELAROUÉ. — Joue Louise (l'Apprenti) dans Louise en 1945.

 

DELAUNAY Théodore. — Basse. Débute le 15 août 1826 dans Joseph (Jacob), puis est engagé au Théâtre d'Anvers.

 

DELAUNAY-RIQUIER Edmond. — Ténor. Débute en 1851. => biographie

 

DELBOS. — Débute le 25 juillet 1929 dans le Jongleur de Notre-Dame (le Moine Sculpteur).

 

DELCLAUX Claude. — Ténor. Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

DELFONT José. — Basse. Chante vers 1971.

 

DELMAS Charles. — Ténor. Débute en 1891. Il chanta également à l'Opéra où il débuta le 09 mai 1912.

 

DELMAS Elie. — Est affiché dans les Contes d’Hoffmann (Athanael), Louise (Marchand d'habits), Paillasse (un Paysan) et Lakmé (un Marchand) rôle de ses débuts le 06 novembre 1949.

 

DELMAS Jean-François dit Francisque. — Basse (69.Lyon, 14 avril 1861 – 73.Saint-Alban-de-Monthel, 29 septembre 1933). Crée Pépita Jimenez (un Officier) le 18 juin 1923 et Résurrection (Krizloff) le 16 mai 1927.

 

DELOFFER. — Crée le Cloître (un Moine) le 20 décembre 1926.

 

DÉLOGER Pierre Etienne Joseph dit Pierre. — Baryton (41.Blois, 30 avril 1890 –). Débute le 07 mars 1913 dans Cavalleria rusticana (Alfio). Crée Francesca da Rimini (un Soldat), Julien (Garçon de café), le 25 février 1914 la Marchande d'allumettes (le Libraire) de Tiarko Richepin, Mârouf (un Homme de police), la Vie brève (un Vendeur). Est affiché dans le Barbier de Séville (Figaro), Louise (le Peintre), Madame Butterfly (Commissaire impérial), le Mariage de Télémaque (Eténous), la Tosca (Spoletta), les Noces de Jeannette (Jean), Paillasse (Sylvio) et Carmen (Moralès).

 

DELSARTE François. — Ténor. Débute en 1830. => biographie

 

DE LUCA Libero. — Ténor suisse (Kreuzlingen, 13 mars 1913 – 1998). Débute le 11 mars 1948 dans la Bohème (Rodolphe). Chante Werther (Werther), Manon (Des Grieux), la Tosca (Mario Cavaradossi), les Pêcheurs de perles (Nadir) et la Traviata (Rodolphe).

 

DELVOYE Jean. — Baryton belge (Liège, 25 novembre 1854 – Ougrée [auj. Seraing], près de Liège, 13 juin 1938). A débuté au Théâtre du Château d'Eau le 27 octobre 1898 dans Mireille (Ourrias). Est le créateur, salle Favart, de Céleste (M. Mazurier), le Chemineau (Thomas), Circé (Politès), la Danseuse de Pompéi (Philippe), la Fille de Tabarin (Frère Eloi), le Follet (Jeannic), les Fugitifs (Méraudon), Hansel et Gretel (le Père), l'Heure Espagnole (Inigo), Macbeth (le Portier), le Mariage de Télémaque (Ménélas), Mârouf (le Vizir), la Marseillaise (Moreau), Myrtil (Probulos), la Petite Maison (Dominique), la Reine Fiammette (Lucagnolo), la Revanche d'Iris (Diogène), Sanga (Gauchut), le Secret de Maître Cornille (Cornille), Solange (le Maire de Saint-Dié) ; le 20 janvier 1903 Titania (Mathias) de Georges Hüe ; la Tosca (le Sacristain), les Visitandines (Frontin), Feminissima (le Précepteur). A d'autre part été affiché dans le Barbier de Séville (Figaro, Bartholo), la Basoche (Duc de Longueville), Carmen (Escamillo), Cavalleria rusticana (Alfio), le Déserteur (Montauciel), Don Juan (Mazetto), Don Pasquale (Malatesta), les Dragons de Villars (Bellamy), le Farfadet (Marcelin), l'Irato (Scapin), Falstaff (Ford), Fortunio (Maître André), le Jongleur de Notre-Dame (Boniface), Lakmé (Frédéric), Louise (Chansonnier), Madame Butterfly (Scharpless), le Maître de Chapelle (Barnabé), Maître Wolfram (Wolfram), Manon (Brétigny, Lescaut), les Noces de Jeannette (Jean), l'Ouragan (Gervais), le Roi d'Ys (Karnac), Sapho (Césaire), la Traviata (d'Orbel), la Bohème (Marcel).

"Baryton, vient de Lyon et a débuté dans Mireille et le Maître de Chapelle. Rendra des services dans le répertoire." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

 

 

Jean Delvoye en 1907

 

 

DE MARCHI Emilio. — Ténor italien (Voghera, 06 janvier 1861 – Milan, 20 mars 1917). En représentation, chante la Tosca (Mario Cavaradossi) le 31 octobre 1904.

 

DENS Maurice Marcel dit Michel. — Baryton (59.Roubaix, 22 juin 1911 ). Débute le 04 juin 1947 dans Werther (Albert). Est affiché dans le Barbier de Séville (Figaro), la Bohème (Marcel ; Schaunard, 1971), Carmen (Escamillo), Lakmé (Frédéric), Manon (Lescaut), Mireille (Ourrias), les Pêcheurs de perles (Zurga), la Traviata (d'Orbel), la Tosca (Scarpia). Crée le 01 juin 1951 Madame Bovary (Rodolphe) d'Emmanuel Bondeville.

 

 

 

Michel Dens, photo P. Belzeaux

 

 

DEPRAZ Xavier. — Basse. Débute le 06 février 1952. => biographie

 

DERENNE Paul. — Ténor (35.Rennes, 27 août 1907 – Paris, 18 avril 1982). Débute en créant le Testament de la Tante Caroline (Noël) le 11 mars 1937. Crée également Ariane à Naxos (Brighella), la Gageure Imprévue (Détieulette), Ginevra (le Chanteur). Est affiché dans le Barbier de Séville (Almaviva), l'Enlèvement au Sérail (Belmont), Fortunio (Fortunio), Lakmé (Hadji), Mireille (Andreloun), Masques et Bergamasques.

 

DEREIMS Etienne. — Ténor (34.Montpellier, 26 avril 1845 Paris, 26 mars 1904). Epouse Jeanne Devriès. Père d'Andréa Dereims. Débute en 1877 dans Cinq-Mars. Il chanta également à l'Opéra où il débuta le 05 décembre 1879.

 

DERIVIS Prosper. — Basse (1808 ). Fils de Louis-Etienne Derivis. Il débuta en 1831. Il chanta également à l'Opéra où il débuta le 21 septembre 1831.

 

DERROJA Alban. — Débute le 06 novembre 1929 dans le Roi malgré lui (d'Elbeuf). A créé Ariane à Naxos (l'Intendant), le Directeur de Théâtre (Saint Amour), l’École des Maris (le Notaire), l'Étoile (Hérisson), la Femme nue (Sous-secrétaire d'Etat), Frasquita (Paolo, André), le 17 février 1935 Gargantua (Gargamelle, Picrochole) d'Antoine Mariotte, Ginevra (le Cocu public), les Mamelles de Tirésias (Lacouf), Mesdames de la Halle (Madame Madoux), Mon Oncle Benjamin (le Bailli) ; le 24 juin 1938 Zadig (un Marchand) de Jean Dupérier. A été affiché dans Angélique (l'Anglais), le Barbier de Séville (l'Officier, l'Alcade), la Basoche (Guillot), Carmen (Lillas-Pastia, le Rémendado, le Dancaïre), les Contes d’Hoffmann (Andrès, etc.), les Deux aveugles (Giraffier), Djamileh (Marchand d'esclaves), Don Quichotte (un Valet, un Bandit, le Chef des bandits), l'Enlèvement au Sérail (Sélim), Frasquita (Hippolyte, José, Philippe), Gargantua (Capitaine Grandgousier), Gianni Schicchi (Spinelloccio), le Jongleur de Notre-Dame (un Chevalier), Lakmé (Hadji), Louise (un Agent), Madame Butterfly (Goro), Manon (Brétigny, Guillot), Masques et Bergamasques (Arlequin), le Médecin malgré lui (Maître Robert), Mignon (Laërte), les Noces de Figaro (Doublemain), le Nouveau Seigneur du village (le Marquis), les Rendez-vous bourgeois (Bertrand), George Dandin (Lubin), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (2e Postillon), le Sourd (Danière), Thérèse (un Officier municipal), la Tosca (Spoletta, Sacristain), la Bohème (Saint-Phar), les Voitures versées (un Voyageur).

 

DÉRUBELLE. — Etait encore en activité en 1801.

 

DESBROSSES. — Appartenait à la troupe en 1762. Jouait les niais, raisonneurs et petits valets.

 

DESCHAMPS. — Ténor. Débute au Théâtre des Gobelins le 02 avril 1905 dans le Barbier de Séville (Almaviva).

 

DÉSESSARTS Eugène. — Débute en 1807.

 

DÉSESSARTS A. — Basse-taille. Débute le 16 janvier 1822 dans la Fausse magie (Florimont).

 

DESHAYES Henri Achille dit Henry. — Basse. Appartenait à la troupe en 1828. Chante également aux Concerts du Conservatoire (sociétaire le 04 mars 1828).

 

DESPÉRAMONS François Noël. — Baryton (81.Lugan, 25 décembre 1783-). Il débuta à l'Opéra en 1805, puis à l'Opéra-Comique en 1811.

 

DEVAUX. — Ténor. Débute le 15 septembre 1899 dans Mignon (Laërte). Crée la Fille de Tabarin (de Surgères) et Louise (Etudiant). Est affiché dans Carmen (Moralès, le Dancaïre), le Chalet (Daniel), Fidelio (un Prisonnier), la Fille du Régiment (Tonio), le Follet (René), Galathée (Ganymède), Joseph (Issachar), Lakmé (Hadji), Louise (Noctambule), la Navarraise (Ramon), Philémon et Baucis (Philémon), Proserpine (Ercole).

 

DEVERCORS Dominique. — Basse. Chante vers 1961.

 

DEVINEAU Louis Stanislas. — Ténor (41.Cellettes, 01 novembre 1854-). Débute le 25 décembre 1890 dans Carmen (Don José).

 

DEVRIÈS Hermann. — Baryton-basse (New York, 25 décembre 1858 – Chicago, 28 avril 1949). Fils de la cantatrice Rosa Devriès. Débute le 22 octobre 1880 dans Mignon (Lothario).

"Baryton, frère de la grande cantatrice, Fidès Devriès, avait déjà fait partie de la troupe de l'Opéra-Comique. Il a remporté de grands succès en province, surtout dans le répertoire.

Sa réapparition à l'Opéra-Comique a eu lieu dans Lothario, de Mignon, et il a créé le comte de Sainte-Croix, dans la Jacquerie, en excellent comédien, donnant au personnage une physionomie pleine de noblesse. Excellente acquisition."

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

DEVRIÈS David Etienne Joseph dit David. — Ténor (31.Bagnères-de-Luchon, 14 février 1882 – 92.Neuilly-sur-Seine, 05 juillet 1934). Fils de Marcel Devriès [fils de la cantatrice Rosa Devriès]. Débute au Théâtre Montparnasse le 04 décembre 1904 dans Lakmé (Gérald). Est affiché dans l'Attaque du Moulin (Dominique), le Barbier de Séville (Almaviva), la Basoche (Clément Marot), la Cabrera (Pédrito), Carmen (don José), Cavalleria rusticana (Torrido), le Chemineau (Toinet), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), Don Juan (Ottavio), la Habanéra (Pédro), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), Julien (Julien), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux), Mârouf (Mârouf), Mignon (Wilhelm Meister), Miarka (le Roi), Mireille (Vincent), la Navarraise (Araquil), les Noces Corinthiennes (Hippias), Pelléas et Mélisande (Pelléas), la Princesse Jaune (Kornélys), le Rêve (Félicien), le Roi malgré lui (Comte de Nangis), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Jacques Ménétrier), Sapho (Jean), Thérèse (Armand), la Tosca (Mario Cavaradossi), la Traviata (Rodolphe), la Bohème (Rodolphe), la Vivandière (Georges), Werther (Werther), Xavière (Landry). Est le créateur de : Aphrodite (Philodème), les Armaillis (Hansli), Circé (Helpénor), le Roi aveugle (Ymer), la Victoire (un Brigadier).

 

 

 

David Devriès en 1907

 

 

DHEZ René. — Crée Guignol (le petit gendarme) le 18 janvier 1949 et joue dans Madame Butterfly (l’Enfant).

 

DI MAZZEI Enrico (Enricus Damasus Julius TACCHELLA di MAZZEI dit). — Ténor français d’origine italienne (Filippopoli, Bulgarie, 31 août 1894 – Gand ou Genève, 1958). Débute dans la Tosca (Mario Cavaradossi) le 20 juillet 1926. Chante Werther (Werther), Madame Butterfly (Pinkerton) et la Bohème (Rodolphe).

 

DOMENECH. — Débute dans la Bohème (un Douanier) le 31 juillet 1920.

 

DONVAL Francis (Francis BIDON dit). — Ténor (02 juillet 1871 ). Débute le 07 septembre 1909 dans Manon (le Portier, un Soldat). Participe aux créations de : le Carillonneur (un Ouvrier), Céleste (un Homme), Chiquito (le Crieur), le Cœur du Moulin (Vieux Mendiant), la Danseuse de Pompéi (Plaudius), la Forêt Bleue (un Paysan), Francesca da Rimini (Vieux Serviteur), le Hulla (un Mendiant), la Jota (Matapan), le 25 février 1914 la Marchande d'allumettes (le Marchand de marrons) de Tiarko Richepin, Mârouf (l'ânier), Nausicaa (un Serviteur) ; le 07 décembre 1921 Dans l'Ombre de la Cathédrale (un Prêtre) de Georges Hüe ; le Sauteriot (un Vieux), Paillasse (un Paysan), Sainte Odile (un Mendiant), la Sorcière (un Homme du peuple), la Vie brève (le Forgeron). A été affiché dans Alceste (un Coryphée), Ariane et Barbe Bleue (un Paysan), Carmen (le Dancaïre, le Rémendado), les Contes d’Hoffmann (Nathanael), la Fille de Madame Angot (Buteux), la Flûte enchantée (un Gardien), Joseph (Nephtali), Lakmé (Hadji), la Lépreuse (un Paysan), Louise (Marchand d'habits), le Pardon de Ploërmel (Claude), Pénélope (un Pâtre), Richard Cœur de Lion (Charles), le Sauteriot (Aubergiste), la Tosca (Sciarrone), Werther (Schmidt), le Barbier de Séville (l'Officier, le Notaire), les Noces de Figaro (Doublemain), Gismonda (Andrioli) et la Rôtisserie de la Reine Pédauque (un Postillon).

 

DONVILLE. — Débute en 1923 dans Carmen (le Dancaïre).

 

DORLINI. — Débute le 21 mai 1933 dans la Bohème (Rodolphe). Chante le Barbier de Séville (Almaviva), Lakmé (Gérald), Madame Butterfly (Pinkerton), Mignon (Wilhelm Meister) et la Tosca (Cavaradossi).

 

DORSONVILLE (Jacques BÉRON dit). — Chanteur. Débute le 12 juin 1777.

 

DOUCET Jacques. — Baryton (16.Angoulême, 02 juin 1925 ). Débute le 07 mai 1952 dans Carmen (Escamillo). Chante la Bohème (Marcel). Il a participé à la première le 07 octobre 1960 de Vol de nuit (Rivière) de Luigi Dallapiccola [version française de Jacques Bourgeois]. Il a créé le 22 juin 1962 Princesse Pauline (Masséna) d'Henri Tomasi. Il fut directeur du Capitole de Toulouse de 1981 à 1991.

 

DOUSSET André. — Baryton. Débute le 06 septembre 1907. => biographie

 

DOZAINVILLE. — (– 23 décembre 1809). La perte de Trial (mort en 1794) lui ouvrit les portes de l'Opéra-Comique pour l'emploi des niais. Crée le 15 mars 1797 Ponce de Léon (Pélerino) d'Henri Montan Berton ; le 26 janvier 1804 la Romance (M. de Ferville) d'Henri Montan Berton.

 

DRANEM (Armand MÉNARD dit). — Chanteur et acteur (75010.Paris, 23 mai 1869 – Paris, 14 novembre 1935). En représentation, il participe à la première de la Fille de Madame Angot (Buteux) le 28 décembre 1918 et des Brigands (le Caissier) le 13 juin 1931.

 

DRAN André. — Ténor (57.Metz, 15 juin 1924 –). Epouse Monique de Pondeau, cantatrice (– 1988). Père du ténor Thierry Dran. Il chanta de 1953 à 1970, notamment dans la Fille de Madame Angot (Pomponnet), Ciboulette (Antonin), les Pêcheurs de perles (Nadir), Paillasse (Beppe), le Roi l'a dit (Benoît), Madame Butterfly (Pinkerton), la Chauve-Souris (Alfred), le Jongleur de Notre-Dame (Jean, 1954).

 

DROUILLON. — Acteur de l'Opéra-Comique de la période 1724-1761.

 

DROUIN. — Acteur de l'Opéra-Comique de la période 1724-1761.

 

DROUIN Jean. — Crée Ariane à Naxos (un Laquais), le Carrosse du Saint-Sacrement (Balthazar), Fantaisie Nocturne (Pierrot) et Mon oncle Benjamin (un Voisin). Chante Angélique (un Voisin), le Barbier de Séville (Figaro), Chanson de Paris (le colporteur), les Contes d’Hoffmann (Nicklauss), Don Quichotte (un Bandit), Fortunio (Guillaume, Landry), le Jongleur de Notre-Dame (Moine peintre), Lakmé (Frédéric), la Lépreuse (un Paysan), Madame Butterfly (Yamadori), Manon (Brétigny, un Garde), le Médecin malgré lui (Valère), les Noces de Jeannette (Jean), Mon oncle Benjamin (un Mousquetaire), le Roi malgré lui (Maugiron), le Rossignol de Saint-Malo (Jacquemin), la Tosca (Spoletta, Sciarrone), la Traviata (un Domestique), la Bohème (Marcel), Werther (Brühlmann, Albert). A débuté le 05 juillet 1942 dans Carmen (Moralès).

 

DUBOIS Gaston Camille Paul dit Gaston. — Ténor (93.L'Ile-Saint-Denis, 04 octobre 1873 ). Epouse Tina Dubois-Lauger. Débute le 01 septembre 1911 dans Manon (Des Grieux). Chante Carmen (don José), Cavalleria rusticana (Torrido), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), Werther (Werther), le Chemineau (Toinet), le Vaisseau fantôme (Erik).

 

DUBOSC. — Ténor. Chante, à partir de 1900, Cendrillon (le Roi) de Jules Massenet — rôle qu'il a créé le 24 mai 1899 —, le Domino noir (Lord Elfort), Manon (le Portier, Guillot), la Bohème (Saint-Phar) et Mignon (Laërte), rôle de ses débuts le 28 octobre 1898.

"Naguère amoureux comique, au Palais-Royal, où il reprit, entre autres rôles, celui de Bébé, et fit d'heureuses créations, est engagé pour l'emploi des Couderc. Il a débuté dans Laërte, de Mignon, et Thibaut, des Dragons de Villars. Rendra de grands services." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

DUBUC Gilbert. — Baryton (Pétiguy, Belgique, 01 janvier 1925 –). Chante entre 1954 et 1972.

 

DUCHESNE Adolphe. — Ténor (Paris, 1840 –). Débute vers 1874. Participe à la première de la version oratorio de Marie-Magdeleine (Jésus) de Massenet le 24 mars 1874.

 

DUCIS. — Débute le 04 octobre 1896 dans l'Amour médecin (Clitandre).

 

DUDOUET André. — Est affiché dans le Barbier de Séville (le Notaire), Carmen (Lillas-Pastia), Lakmé (le Kouravar), Louise (un Agent) — rôle de ses débuts le 11 octobre 1934 —, Madame Butterfly (Commissaire impérial), Manon (le Portier, le Sergent), Mignon (Antonio). A créé Madame Bovary (un Meunier).

 

DUFONT Louis. — A participé aux créations de Mon Ami Pierrot (un Voisin), Cyrano de Bergerac (le Cuisinier, la Sentinelle), l’École des Maris (un Vieillard, un Clerc), le 17 février 1935 Gargantua (2e Chicanier, 3e Ennemi) d'Antoine Mariotte, le Hulla (un Client), Marie l'Égyptienne (une voix), Mon oncle Benjamin (le Patient) ; le 24 juin 1938 Zadig (un Pêcheur) de Jean Dupérier. A été affiché dans le Barbier de Séville (l'Officier, l'Alcade), la Basoche (le Veilleur de nuit, le Chancelier), Don Quichotte (le Chef des bandits), la Habanéra (un Homme entre deux âges), Gianni Schicchi (Guccio), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine sculpteur), Lakmé (Kouravar), Louise (un Agent), la Lépreuse (un Paysan), Madame Butterfly (le Bonze), Manon (l'Hôtelier, le Portier, un Garde), le Bon roi Dagobert (Pépin), Mignon (Jarno), Mireille (le Passeur), les Noces de Figaro (Antonio), Paillasse (un Paysan), le Pré-aux-Clercs (un Chevau-léger), Résurrection (un Gardien), Sapho (le Patron), le Sicilien (Philène), la Tosca (le Geôlier, Angelotti), la Traviata (le Marquis), la Bohème (un Douanier), Werther (Johann), le Juif Polonais (le Polonais), Frasquita (Saint-Ange). Pour ses débuts, le 09 juillet 1921, interprétait Mârouf (un Mameluck).

 

DUFOUR Michel. — Baryton. Débute le 19 octobre 1894. => biographie

 

DUFRANNE Hector Robert dit Hector. — Baryton (Mons, 25 octobre 1870 – Paris, 04 mai 1951). Débute dans Iphigénie en Tauride (Thoas) le 18 juin 1900. Chante Alceste (Grand Prêtre), Carmen (Escamillo), Cavalleria rusticana (Alfio), Fidelio (Pizzaro), le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur), Lakmé (Nilakantha), Louise (le Père), Mireille (Ourrias), la Navarraise (Garrido), Philémon et Baucis (Jupiter), le Roi d'Ys (Karnac), Thérèse (André Thorel) [qu'il avait créé à Monte-Carlo], le Vaisseau fantôme (le Hollandais). Crée les Armaillis (Koebi), la Carmélite (l'Évêque), le Chemineau (le Chemineau), Circé (Ulysse), le Cloître (le Prieur), le Clos (Pierre), l'Enfant Roi (François), la Fille de Roland (Amaury-Ganelon) ; le 05 juin 1907 Fortunio (Clavaroche) d'André Messager ; le 20 novembre 1901 Grisélidis (Marquis de Saluces) de Jules Massenet ; Pelléas et Mélisande (Golaud), Ouragan (Gervais), la Tosca (Scarpia), les Tréteaux de Maître Pierre (don Quichotte). A également chanté Iphigénie (Oreste). Il a participé à la première de la version scénique de Marie-Magdeleine (Judas) de Massenet le 12 avril 1906.

(Il débuta à la Monnaie en 1896 dans Faust (Valentin). En 1897, il chantait au Covent Garden et le 18 juin 1900 il entra à l'Opéra-Comique. Ce fut un des plus beaux barytons de la salle Favart où il marqua de sa personnalité plusieurs créations importantes : Pelléas et Mélisande (Golaud), la Tosca (Scarpia), Fortunio (Clavaroche), le Chemineau (le Chemineau), les Tréteaux de maître Pierre (don Quichotte). En 1908 et 1910 il chante au Manhattan Opera de New York, en 1909 on le trouve à l'Opéra de Paris, en 1910 et 1912 à l'Opéra de Philadelphie et à celui de Chicago, jusqu'en 1914 au Teatro Colon de Buenos Aires. Il est le créateur d'Armand Thorel dans Thérèse, du Mendiant dans les Burgraves et de Léandre dans l'Amour des trois oranges. Il cessa de paraître en scène en 1932.)

 

 

 

Hector Dufranne en 1907

 

 

DUFRESNE Joseph [Dufrêne]. — Ténor. Débute le 01 décembre 1851 en créant le Château de la Barbe-Bleue de Limnander.

 

DUFRICHE Paul Eugène Denis dit Eugène. — Basse (Paris, 07 octobre 1848 –). Débute en 1876 dans le Pardon de Ploërmel (le Chasseur). Il chanta à l'Opéra le 21 septembre 1891.

"Un mariage entre deux artistes fort connus est annoncé officiellement à Asnières. Les bans sont publiés. Le baryton Dufriche épouse Mlle Lagie (lisez Suzanne Lagier)." [Gil Blas, 07 octobre 1887].

 

DUFRICHÉ. — Ténor. Débute dans Carmen (don José) le 06 septembre 1908. Chante Cavalleria rusticana (Torrido), Lakmé (Gérald), Julien (Julien), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent) et la Navarraise (Araquil).

 

DULAC. — Débute en créant la Habanéra (un jeune homme) le 26 février 1908 et chante Louise (Marchand d'habits).

 

DULAC Georges. — Chante en 1954 le Jongleur de Notre-Dame (un Ivrogne).

 

DULIN Marie Jean Théophile. — Basse (80.Plachy-Buyon, 06 mai 1855 –). Débute le 09 décembre 1883 dans la Fille du régiment (Sulpice).

 

 

 

Marie Jean Théophile Dulin

 

 

DUMÉ Robert. — Ténor (06.Nice, 02 juillet 1941 ). Débute en 1970. Chante Madame Butterfly (Pinkerton) ; la Chauve-Souris (Orlowsky) ; la Bohème (Parpignol).

 

DUMÉNY Camille. — Comédien (Paris, 1857 – 01.Nantua, 1920). A l'occasion d'un Gala, il a participé, salle Favart, à la première de la Fille de Madame Angot (un Officier) le 28 décembre 1918.

 

DUMONTIER Emile Louis. — Ténor (Paris, 04 mars 1872 –). A débuté dans le Chalet (Daniel) le 10 octobre 1897. A été affiché entre 1900 et 1950 dans la Basoche (Guillot), Carmen (Morales, le Rémendado), Cendrillon (le Doyen de la Faculté) de Massenet, les Dragons de Villars (Thibault), la Fille du Régiment (Hortensius), Galathée (Midas), la Flûte enchantée (un esclave), l’Heure espagnole (Torquemada), Lakmé (Hadji), Manon (Brétigny, le Portier), Mignon (Laerte) et Werther (Schmidt).

 

DUNAN Gérard. — Ténor (16 juin 1936 – 17 mars 1977). Chante le Barbier de Séville (Almaviva) ; Mignon (Wilhelm). Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

DUPARC. — Débute en créant Angélo, Tyran de Padoue (un Page noir) le 16 janvier 1928. Est affiché dans le Barbier de Séville (l'Alcade), Werther (Brühlmann).

 

DUPONT. — Venant des chœurs de l'Opéra, il débuta le 04 janvier 1821 dans Zémire et Azor (Azor).

 

DUPOUY Louis Jean Emile dit Louis. — Baryton (Paris, 10 février 1881 –). Débute à la Gaîté-Lyrique dans Mireille (Ourrias) le 10 janvier 1908. Crée Léone (le Caporal), Snégourotchka (un Héraut), Solange (l'Agent). Chante Ariane et Barbe-Bleue (un Paysan), Carmen (Moralès), Cavalleria rusticana (Alfio), les Dragons de Villars (Bellamy), le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur), Lakmé (Frédéric), Louise (le Peintre), Madame Butterfly (Commissaire impérial), la Navarraise (Bustamente), la Reine Fiammette (Jean Vassari), le Roi d'Ys (Jahel), la Traviata (d'Orbel).

 

DUPOUY Jean. — Ténor (64.Pau, 18 juillet 1938 –). Engagé à la RTLN en 1969. Chante les Pêcheurs de perles (Nadir) ; la Bohème (Rodolphe) ; Mireille (Vincent) ; Madame Butterfly (Pinkerton).

 

DUPRÉ Pierre Ernest dit Pierre. — Baryton-basse (64.Pau, 01 août 1884 – 22 mars 1980). Débute le 12 novembre 1909 dans le Chemineau (François). Chante Aphrodite (Grand Prêtre, Geôlier), la Basoche (Roland), Carmen (Zuniga), les Contes d’Hoffmann (Luther, Lindorf, etc.), Cosi fan tutte (don Alphonse), la Dame Blanche (Mac Irton), le Devin du Village (le Devin), Don Juan (Leporello), le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur), Joseph (Jacob), Lakmé (Nilakantha), la Légende du Point d'Argentan (le Docteur), la Lépreuse (Mattelinn), Lorenzaccio (Cardinal Cibo), Louise (Chiffonnier, le Père), le Hulla (Danischmendt), Macbeth (Meurtrier), Manon (le Comte), le Médecin malgré lui (Valère), Mireille (Ramon), Mignon (Lothario), la Navarraise (Garrido), les Noces de Figaro (Antonio), Dans l’ombre de la cathédrale (Estéban), Pelléas et Mélisande (le Médecin, Arkel), Pénélope (Eumée), Quand la Cloche sonnera (Akimitch), Richard Cœur de Lion (Florestan), le Roi d'Ys (Saint Corentin, Jahel, le Roi), le Sauteriot (le Curé), la Tosca (Angelotti), Tristan et Isolde (Roi Marke), la Bohème (Colline), le Voile du bonheur (Tchang i), Werther (le Bailli), Ariane et Barbe-Bleue (un vieux Paysan), le Chalet (Max), Mârouf (le Vizir), Madame Butterfly (le Bonze). Est le créateur de Cantegril (Bessède), Éros Vainqueur (Terkaud), Gianni Schicchi (Simone), Gismonda (Grégoras), la Grand-Mère (John Green), la Jota (el Cabrito), Julien (Casseur de pierres, une voix de l'abîme), Lorenzaccio (Cardinal Valori), le Mariage de Télémaque (Eumée), les Noces Corinthiennes (le Pêcheur), Pépita Jimenez (le Révérend), Scémo (Arrigo), le Sicilien (Philène) et la Sorcière (Lopez). Il est enterré au cimetière de Pau.

 

DUPREZ Gilbert Louis. — Ténor. Débute le 13 septembre 1828. => biographie

 

DUPUY Jules Benjamin. — Ténor. Débute le 12 octobre 1888 dans le Pré-aux-Clercs (Mergy).

 

DURAND Georges. — A débuté en 1897. A été affiché dans le Barbier de Séville (Pédrille, Bazile), Carmen (Zuniga, Lillas-Pastia), le Chalet (Max), la Dame Blanche (Mac Irton), les Dragons de Villars (le Pasteur), la Fille du Régiment (Sulpice), Galathée (Pygmalion), Joseph (Judas), Lakmé (Nilakantha), Manon (le Portier, un garde), Mignon (Lothario), Mireille (Ramon), la Traviata (le Baron), la Vivandière (un paysan). Il a créé le 23 mars 1898 l'Ile du rêve (un Officier) de Reynaldo Hahn. Il chanta à l'Opéra le 08 janvier 1913.

 

DUREL Paul. — Débute le 08 mars 1933 dans Louise (Noctambule). Crée Mon Ami Pierrot (un Voisin), Cyrano de Bergerac (une Sentinelle), l'École des maris (un Clerc), le 17 février 1935 Gargantua (le Vieux Médecin, Gymnaste) d'Antoine Mariotte. Chante le Barbier de Séville (l'Alcade), le Chemineau (Toinet), les Contes d’Hoffmann (Nathanael), Don Quichotte (un Bandit), l’École des Maris (Valère), la Habanéra (1er Compère, 2e Aveugle), le Jongleur de Notre-Dame (Moine poète), Mignon (Wilhelm Meister), Paillasse (Beppe), Phryné (Cynalopex), la Reine Fiammette (Castiglione), la Tosca (Sciarrone), la Bohème (Parpignol, Rodolphe), Frasquita (Serge).

 

DUTHOIT. — Débute le 16 juin 1946 dans Mignon (Lothario).

 

DUTILLOY Henry. — Baryton (– 05 juillet 1937). Débute le 11 octobre 1903 dans les Noces de Jeannette (Jean). Crée la Reine Fiammette (Pompéo Cortez). Est affiché dans le Barbier de Séville (Figaro), les Dragons de Villars (Bellamy), le Jongleur de Notre-Dame (Moine peintre), Lakmé (Frédéric), Louise (Chansonnier), le Maître de Chapelle (Barnabé), Manon (Brétigny), Portrait de Manon (Des Grieux), les Rendez-vous bourgeois (César), la Traviata (le Baron), la Vivandière (Capitaine Bernard).

 

DUVALEIX. — En représentation, crée Fragonard (Maréchal de Soubise) le 21 février 1946.

 

DUVERNOY. — Ténor. Débute le 05 avril 1821 dans Joseph (Joseph).

 

DUVERNOY Charles François. — (Paris, 16 avril 1796 Paris, 27 novembre 1872). Débute en 1843. Il fut professeur de déclamation lyrique (opéra) au Conservatoire de Paris (1851-1871).

« Duvernoy, acteur-régisseur, est un garçon intelligent, un peintre de mérite, assure-t-on, et qui a su donner du caractère et un cachet au petit rôle d'usurier de Gille ravisseur. Appointement réunis : 7.500 fr. » (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

 

DUVERNOY. — Trial. Epouse en 1875 Mme Franck-Duvernoy, cantatrice. Débute en juin 1872 dans Galathée (Ganymède).

 

DUVERNOY Charles Henri Edmond dit Edmond. — Baryton (Paris, 17 juin 1844 Paris, 12 janvier 1927). Frère du compositeur Alphonse Duvernoy. Débute le 20 janvier 1873. Créé le 10 mai 1875 Don Mucarade (Gabiole) d'Ernest Boulanger.

 

ÉLAIN Léon Louis dit Léon. — Baryton (93.Saint-Denis, 25 décembre 1889 –). Débute le 19 décembre 1912 dans le Barbier de Séville (Figaro). Chante Manon (de Brétigny).

 

ELLEVIOU Pierre Jean Baptiste François. — Ténor (35.Rennes, 14 juin 1769 Paris, 05 mai 1842). Il débuta le 01 avril 1790 dans le Déserteur (Alexis) à la Comédie Italienne (salle Favart) comme basse-taille, puis devint ténor. Il créa Gulnare, Zoraïme et Zulnar, Adolphe et Clara, le Prisonnier, Maison à vendre, le Calife de Bagdad ; le 31 mai 1802 le Concert interrompu (Lindorf) d'Henri Montan Berton ; le 14 juillet 1806 les Maris garçons (Florville) d'Henri Montan Berton ; le 28 janvier 1809 Françoise de Foix (François Ier) d'Henri Montan Berton. Il chanta Zémire et Azor, Richard Cœur de Lion (Blondel), le Roi et le fermier, Félix, Joseph, Jean de Paris. Il démissionna le 10 mars 1813.

(Il débuta salle Favart le 01 avril 1790. Il avait alors une voix de basse naturelle qu'il transforma peu à peu, à force de travail, en une fort jolie voix de ténor. Au demeurant il était bon comédien et joli garçon. En 1792 il sert dans les armées de la République, mais bientôt il reparaît salle Favart et se spécialise dans le répertoire de Grétry, non sans connaître de gros succès dans Paul, de Paul et Virginie, Pierre, de Pierre le Grand et Joseph, de Joseph. L'Empereur ayant refusé d'augmenter les traitements des comédiens, il démissionne de l'Opéra-Comique dont il était l'un des administrateurs depuis 1803 et se retire fortune faite à Roncière, près de Villefranche-sur-Saône. Il avait signé les livrets de Délia et Verdikan et le Vaisseau Amiral, que Henri Montan-Berton mit en musique.)

 

ÉLOI (ÉLOI DE ROQUEBLAVE dit). — Baryton. Débute en 1889. Il a créé le 25 septembre 1893 Madame Rose (un Paysan) d'Antoine Banès ; le Carillonneur (l'échevin), la Carmélite (Maître des cérémonies), Chiquito (Pathiry), Don Pasquale (le Notaire), la Fille de Tabarin (Marchand de dentelles), Gianni Schicchi (Pinellino), le Hulla (un Héraut), Julien (un étudiant), le Mariage de Télémaque (Asphalion), Ping-Sin (un Serviteur), Solange (un Allemand), Une aventure de la Guimard (le Sergent du guet), Javotte (le Maire), Scènes Alsaciennes (un Notable). Il a participé le 16 janvier 1893 à la première de Werther (Brühlmann) de Jules Massenet, et le 23 mai 1905 à celle de Chérubin (un Officier) de Massenet. Est affiché d'autre part dans Ariane et Barbe-Bleue (un paysan), le Barbier de Séville (Pédrille, l'Alcade), la Basoche (le Grand-Prévôt), le Caïd (le Muezzin), Carmen (Lillas Pastia, un Guide), Cendrillon (1er Ministre, le Roi), les Contes d’Hoffmann (Wilhelm, Fritz), la Dame blanche (Gabriel), le Domino Noir (Melchior), les Dragons de Villars (un Dragon), la Fille du Régiment (le Notaire), la Flûte Enchantée (un esclave), Fra Diavolo (Beppo), l'Irato (un Valet), Joseph (un Officier), la Jota (el Cabrito), Lakmé (un Marchand, Hadji), Louise (le Marchand d'habits, le peintre, l'étudiant, le Bohème, 2e Philosophe), Madame Butterfly (Officier du registre), Manon (l'hôtelier, le Portier, un Sergent, un Garde), Mariage aux Lanternes (Garde-champêtre), Mârouf (un Homme de police), Mignon (Antonio), les Noces de Jeannette (Thomas), Paillasse (un Paysan), Phryné (un Héraut), la Traviata (le Baron, le Domestique), la Bohème (Père la Pêche), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (un Sergent), Dans l’ombre de la cathédrale (un Prêtre), Werther (Schmidt). Il a participé à la première le 10 mai 1904 du Jongleur de Notre-Dame (un Chevalier) de Jules Massenet.

 

EMILE. — Avait joué au Gymnase sous le nom de M. Victor. Débute le 20 mars 1825 dans Jean de Paris (Jean de Paris).

 

EMMANUEL Henri. — (Paris, 15 mai 1842 ). Débute en 1869.

 

EMON. — Ténor. Il appartenait à la troupe en 1844.

 

ENDRÈZE Arthur (Arthur KRACKMAN dit). — Baryton (Chicago, 28 novembre 1893 – Chicago, 15 avril 1975). Débute dans le Roi d'Ys (Karnac) le 04 octobre 1928. Chante Madame Butterfly (Scharpless), la Traviata (d'Orbel), la Tosca (Scarpia), le Rêve (Hautecœur) et Faust (Valentin).

 

ENGEL Pierre-Emile. — Ténor (Paris, 15 février 1847 – 1927). Epouse en 1908 Jeanne Bathori. Il débuta à l'Opéra-Comique le 06 septembre 1877 dans la Dame blanche (George Brown). Il débuta à l'Opéra le 09 décembre 1889.

 

ÉNIA Jean. — Basse. Débute dans les Noces de Figaro (Almaviva) le 19 juin 1947. Chante Ariane à Naxos (Truffaldin), Carmen (Zuniga), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, Crespel), le Jongleur de Notre-Dame (Moine sculpteur), Louise (2e Philosophe, un Agent), Manon (l'Hôtelier), Madame Bovary (Arthur), Mignon (Jarno, Lothario), Mireille (Ambroise), le Pré-aux-Clercs (un Archer), la Traviata (le Docteur, le Baron, le Marquis), le Roi malgré lui (Chef des Serves), la Bohème (Colline, 1948), Werther (Johann, le Bailli), Madame Butterfly (le Bonze), l’Enfant et Sortilèges (le Fauteuil, l'Arbre), les Pêcheurs de Perles (Nourabad).

 

ÉNOT Marcel. — Baryton (50.Saint-Lô, 20 mai 1909 – 13 juillet 1977). Débute le 11 octobre 1934 dans Louise (le Sculpteur). Crée Mon Ami Pierrot (Écrivain public), le 17 février 1935 Gargantua (Tailleboudin) d'Antoine Mariotte, les Mamelles de Tirésias (Presto), Marion (l'Espérance). Est affiché dans le Barbier de Séville (Figaro), Carmen (Moralès), les Contes d’Hoffmann (Luther, Hermann, Schlemil, Nicklauss), Don Quichotte (un Bandit), Gianni Schicchi (Pinellino), Frasquita (Saint-Ange), Lakmé (Frédéric), Louise (un Agent, le Marchand d'habits), Manon (l'Hôtelier, Lescaut), Madame Bovary (Anthime), le Nouveau Seigneur du village (Frontin), la Reine Fiammette (Pompéo Cortez), la Bohème (Marcel), Werther (Brühlmann), les Noces de Jeannette (Jean), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine musicien).

 

ÉPINAY d'. — Débute en créant Pénélope (Léodès) le 20 janvier 1919. Interprète les Noces de Figaro (Brid’Oison).

 

ESPIRAC Henri. — Baryton. Débute le 10 octobre 1926. => biographie

 

ETCHEVERRY Henry-Bertrand. — Basse (33.Bordeaux, 29 mars 1900 – Paris, 14 novembre 1960). Débute dans Pelléas et Mélisande (Golaud) le 05 août 1937. Crée Carmosine (Pierre d'Aragon), le Couronnement de Poppée (Sénèque), Ginevra (Ambroglio) ; le 24 juin 1938 de Zadig (Moabdar) de Jean Dupérier. Est affiché dans Manon (le Comte), Mireille (Ramon, Ourrias) et les Pêcheurs de perles (Nourabad).

 

ÉTEX. — Ténor. Débute le 03 mai 1922 dans Cavalleria rusticana (Torrido).

 

ETIENNE Gérald. — Baryton. Débute le 29 juillet 1948 dans la Tosca (Scarpia). Chante la Bohème (Schaunard, 1959 ; Marcel, 1960).

 

EVRARD. — Il chanta à la Comédie-Italienne à partir du 10 avril 1736.

 

FABERT Henri (Henri FABRE dit). — Ténor (26.Savasse, 19 janvier 1897 – 13.Marseille, 22 février 1941). Crée Madame Sans-Gêne (Fouché) le 10 juin 1916.

 

FABRE Denis Marcel. — Baryton (30.Nîmes, 16 janvier 1887 –). Débute le 24 février 1913 dans les Contes d’Hoffmann (Luther).

 

FAGIANELLI José. — Baryton. Débute vers 1955. => biographie

 

FALCHIERI (Georges PÉROT dit). — Basse chantante (1826 –). Epouse Adrienne Compayre ( septembre 1880), danseuse. Débute en 1867.

 

FARDULLI. — Débute dans Cavalleria rusticana (Alfio) le 19 juin 1929. Chante Paillasse (Tonio) et la Bohème (Marcel).

 

FARGUEIL Paul Jean. — Trial (1788 – vers 1870). Père de la cantatrice Anaïs Fargueil. Il joua à l'Opéra-Comique de 1833 à 1837.

 

FAURE Jean-Baptiste. — Baryton (03.Moulins, 15 janvier 1830 Paris, 09 novembre 1914). Epouse en 1859 la cantatrice Caroline Faure-Lefebvre. Il débuta le 20 octobre 1852 dans Galathée (Pygmalion). Il chanta le Caïd (le Tambour-major), Haydée (Malipieri), Marco Spada (frère Borromée, puis baron de Torrida), le Chalet (Max), le Songe d'une nuit d'été (Falstaff), l'Etoile du Nord (Peters), Manon Lescaut (Marquis d'Erigny), Joconde (Joconde), le Pardon de Ploërmel (Hoel). Il chanta également à l'Opéra où il débuta le 14 octobre 1861. Professeur de chant, il resta peu de temps au Conservatoire. On lui doit une méthode intitulée la Voix et le Chant.

(C'est comme contrebassiste qu'il débute dans la fosse du Théâtre-Italien. Mais bientôt il passe dans les chœurs et c'est là que l'on viendra le chercher en 1852 pour succéder à Mme Wertheimer dans le rôle de Pygmalion, de Galatée, qu'elle venait de créer à l'Opéra-Comique. Il y révèle une grande voix conduite avec goût et reste pensionnaire de ce théâtre où il créera entre autres Noël dans le Pardon de Ploërmel. Il épouse sa camarade de scène Caroline Lefèvre et en 1861 entre à l'Opéra dans Julien, de Pierre de Médicis. Il devait y triompher dans Guillaume Tell, Don Juan, les Huguenots, y créer l'Africaine, Don Carlos, Hamlet. Pendant le siège de Paris il se réfugia à la Monnaie de Bruxelles. Sollicité à plusieurs reprises par la Russie et l'Amérique, il ne s'y rendit jamais, mais à partir de 1860 parut régulièrement au Covent Garden. Il quitta la scène en 1878 mais continua de chanter comme soliste à Notre-Dame.)

« Faure possède une voix charmante de baryton grave, assouplie, travaillée, agile ; un remarquable talent de vocaliste, de la grâce, du goût et du savoir. C'est de plus un excellent musicien.

Acteur, il n'a pas encore d'originalité qui lui appartienne. Dans les rôles où il remplace Battaille, — Marco Spada et Falstaff, par exemple, — il arrive qu'en cherchant des intentions, il ne trouve que des souvenirs. Mais chanteur, et surtout chanteur d'exécution, il a une valeur qu'il n'emprunte à personne et qui s'en va grandissant tous les jours. — Une des étoiles du théâtre.

Son engagement est de trois années, à raison de 10.000 fr. par an.

La Tonelli. — le Chalet… »

(H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

 

FAURE. — Débute dans Alceste (un Coryphée) le 28 septembre 1904. Chante Louise (Marchand d'habits), la Reine Fiammette (Jean Vasari) et les Contes d’Hoffmann (Luther).

 

FAVILLA (André Louis Dominique VENTRE dit). — Baryton (88.Raon-l'Etape, 25 août 1895 –). Débute le 21 décembre 1919 dans Manon (Brétigny). Crée Lorenzaccio (Pierre Strozzi) et le Sauteriot (Josef). Est affiché dans Fortunio (d'Azincourt), Lakmé (Frédéric), Louise (Poète), Madame Butterfly (Commissaire impérial).

 

FAY Etienne (Etienne BARON dit). — Ténor et compositeur (37.Tours, 1770 78.Versailles, 06 décembre 1845). Epouse la cantatrice Jeanne Fay. Père de Louise-Jeanne-Léontine Fay (09 novembre 1810 - 29 août 1876), comédienne. Débute au Théâtre Feydeau en 1797 puis chante à l'Opéra-Comique. Crée le 31 mai 1802 le Concert interrompu (Firmin) d'Henri Montan Berton. Chante le 25 juillet 1818 dans Montano et Stéphanie (Salvator).

 

FEINER Julien. — Baryton. Débute le 21 septembre 1916. => biographie

 

FELDMANN. — Joue Louise (l'Apprenti) en 1923.

 

FÉODOROFF. — Ténor. Débute le 21 avril 1904 dans Iphigénie (Pylade). Crée Macbeth (Duncan) et chante Richard Cœur de Lion (Richard), le Roi d'Ys (Mylio).

 

FÉRAUD Auguste François Antoine Léon. — (06.Nice, 29 avril 1864 ). Débute le 26 septembre 1893.

 

FÉRAUD DE SAINT-POL. — Crée Madame Sans-Gêne (Leroy) et Ping-Sin (le Mandarin d'armes). Chante Mârouf (le Vizir), les Rendez-vous bourgeois (Dugravier). A débuté le 30 janvier 1915 dans les Amoureux de Catherine (Rebstock).

 

FÉRÉOL (Louis SEGOND dit). — Trial (1795 45.Orléans, 1870). Neveu de M. Baptiste du Théâtre-Français. Débute le 09 juin 1818 dans le Secret (Thomas) et Zémire et Azor (Ali). Crée le 22 décembre 1824 les Deux Mousquetaires (Germain) d'Henri Montan Berton ; le 12 août 1826 Marie (Lubin) d'Herold ; le 09 juillet 1827 les Petits appartements (Baron de Trigoso) d'Henri Montan Berton. Il chanta en 1832 le Pré-aux-Clercs (Comminges).

 

FERNANDI Eugenio. — Ténor italien (Turin, vers 1928 –). Chante la Bohème (Rodolphe) le 21 mars 1965.

 

FERNET. — Débute le 24 septembre 1904 dans Alceste (un Coryphée). Crée le Roi Aveugle (le Viking), et chante Cavalleria rusticana (Torrido), Louise (Marchand d'habits), la Reine Fiammette (Jean Césano).

 

FERRAND Guy. — Comédien, interprète l'Enlèvement au sérail (Sélim) en 1937.

 

FÉVRIER. — Débute en créant Madame Butterfly (l'Officier du registre) le 28 décembre 1906.

 

FIERENS. — Basse. Débute vers 1891.

 

FILISTAD Aldo. — Ténor. Chante la Bohème (Rodolphe) le 20 février 1972.

 

FILLION. — Débute dans Carmen (Escamillo) le 22 novembre 1947. Est affiché ensuite dans Mireille (Ambroise).

 

FINEL Paul. — Ténor (34.Villeveyrac, 18 décembre 1924 –). Débute en 1955. Chante Eugène Onéguine (le Paysan), Louise (le Marchand d'habits ; Julien), Cavalleria rusticana (Turridu), la Tosca (Mario Cavaradossi), Paillasse (Canio), Werther (Werther), les Contes d'Hoffmann (Hoffmann), Il Tabarro (Luigi), la Fille du Far-West (Dick).

 

FIRMIN. — Débute le 03 janvier 1825 dans Joconde (le Bailli) et l'Habit du Chevalier de Grammont (Termes).

 

FISCHER. — Baryton. En représentation, débute le 16 novembre 1925 dans la Tosca (Scarpia).

 

FLETA Miguel. — Ténor espagnol (Albalata de Cinquos, près de Huesca, 28 décembre 1897 – La Coruna, Espagne, 31 mai 1938). Débute le 18 avril 1928 dans la Tosca (Cavaradossi).

 

FLETA Pierre (Anatole BURRO-FLETA dit). — Ténor (06.Villefranche-sur-Mer, 04 juillet 1925 ). Chante Manon (Des Grieux) en 1959.

 

FLEURIOT. — Crée le 15 mars 1797 Ponce de Léon (un chirurgien) d'Henri Montan Berton ; le 15 avril 1799 Montano et Stéphanie (Fabrice) d'Henri Montan Berton ; le 31 mai 1802 le Concert interrompu (Moyse) d'Henri Montan Berton.

 

FLEURY Louis Joseph Léon. — Ténor (34.Montpellier, 23 février 1814 Paris, 1875). Débute le 28 mars 1836 dans le Prisonnier (Bluiral). Chante également aux Concerts du Conservatoire (aspirant le 22 octobre 1835 ; sociétaire le 20 janvier 1838).

 

FOIX Georges. — Ténor. Débute en créant Il était une Bergère (le Berger) le 16 avril 1913. Chante Louise (Noctambule), Mignon (Wilhelm Meister), le Voile du bonheur (Tou-Fou).

 

FONTAINE Charles. — Ténor belge (Anvers, 24 mai 1878 – 08 juin 1955). Débute le 27 décembre 1914 dans Carmen (don José). Chante Aphrodite (Démétrios), l'Attaque du Moulin (Dominique), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), Lakmé (Gérald), Julien (Julien), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux), Paillasse (Canio), Pénélope (Ulysse), la Reine Fiammette (Daniélo), le Roi d’Ys (Mylio), Sapho (Jean), Thérèse (Armand), la Tosca (Cavaradossi), la Bohème (Rodolphe), Werther (Werther) et les Contes d’Hoffmann (Hoffmann). Est le créateur de Gismonda (Almério), Madame Sans-Gêne (Maréchal Lefèvre) et les Quatre Journées (Jean). Participe à la première le 23 novembre 1917 de Béatrice (Lorenzo) d'André Messager.

 

FONTENAY. — Ténor. Débute en 1877.

 

FOREL Michel. — Baryton (07 juin 1912 –). Débute le 19 novembre 1947 dans la Bohème (un Douanier). Participe aux créations de Blaise le Savetier (2e Recors), Guignol (le Capitaine), le Oui des Jeunes Filles (un jeune homme). Est affiché dans Ariane à Naxos (un Laquais), le Carrosse du Saint-Sacrement (Balthazar), le Jongleur de Notre-Dame (Moine peintre), Louise (Chansonnier), Mignon (Antonio), Paillasse (un Paysan), Tosca (le Geôlier, Sciarrone), la Traviata (le Marquis), le Barbier de Séville (Pédrille), Angélique (un Voisin), Ciboulette (un Officier), le Roi malgré lui (Maugiron), Manon (le Portier), Werther (Brühlmann).

 

FOREST Jules Henri dit Jules. — Baryton-basse (59.Tourcoing, 27 février 1905 –). Débute le 29 novembre 1942 dans la Traviata (d'Orbel).

 

FORMICHI Cesare. — Baryton italien (Rome, 15 avril 1883 – Rome, 21 juillet 1949). En représentation, chante la Tosca (Scarpia) et Paillasse (Tonio) en 1935.

 

FORTI Victor. — Ténor (vers 1890-). Débute dans Paillasse (Canio), le 16 novembre 1925. Chante Tristan et Isolde (Tristan).

 

FOUCHY Pierre Louis dit Pierre. — Ténor (Paris, 25 septembre 1902 –). Débute en créant le Sicilien (Tircis) le 19 mars 1930. Crée également Cantégril (un Laboureur, un jeune homme), le Fou de la Dame (Cavalier blanc), George Dandin (le Tabarin), la Grand-Mère (un Bourgeois), Vieux garçons (Kobbe). Est affiché dans les Armaillis (Fritz, un Berger), Mon Ami Pierrot (Lulli), le Barbier de Séville (Almaviva), Habanéra (2e Compère, un Fiancé), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), Lakmé (Gérald), Madame Butterfly (Yamadori, Pinkerton), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), Paillasse (Beppe), les Pêcheurs de perles (Nadir), Louise (le Poète).

 

FOURNETS René-Antoine. — Basse. Débute le 05 décembre 1884. => biographie

 

FRANC. — Crée le Roi d'Yvetot (un Vieillard) le 15 janvier 1930.

 

FRAIKIN. — Débute le 03 septembre 1923 dans Carmen (don José). Chante Lakmé (Gérald), Julien (Julien), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux), Mignon (Wilhelm Meister), Paillasse (Canio), la Bohème (Rodolphe), Cavalleria rusticana (Torrido), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), Mireille (Vincent), Werther (Werther), la Navarraise (Araquil).

 

FRANCELL Fernand. — Ténor. Débute le 11 septembre 1906. => biographie

 

FRANZINI Mario. — Basse. Débute le 04 octobre 1946 dans Lakmé (Nilakantha). Chante la Bohème (Colline, 1947), Manon (le Comte Des Grieux), Mignon (Lothario), la Tosca (Scarpia), l’Etoile (Sirocco), le Barbier de Séville (Bazile) et Pelléas et Mélisande (le Médecin).

 

FRESNEL. — Interprète le Rêve (un Enfant de Chœur) en 1944-1945.

 

FRIANT Auguste Charles Paul dit Charles. — Ténor (75018.Paris, 12 janvier 1890 – Paris, 22 avril 1947). Epouse Mlle Mougot. Débute le 04 février 1920 dans Werther (Werther). Chante Carmen (don José), Frasquita (Armand), la Habanéra (Pédro), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), le Joueur de Viole (le Joueur), Lakmé (Gérald), Manon (Des Grieux), Mârouf (Mârouf), les Noces de Figaro (Bazile), le Rêve (Félicien), Paillasse (Canio), Sapho (Jean) et la Tosca (Cavaradossi). A créé le Bon roi Dagobert (Dagobert), l'Enlèvement au Sérail (Pédrille), la Femme Nue (Pierre), la Forêt Bleue (le Prince charmant), Forfaiture (Richard), le Hulla (Narsès) ; le 07 décembre 1921 Dans l'Ombre de la Cathédrale (Manuel) de Georges Hüe ; la Peau de Chagrin (Raphaël), la Plus Forte (Jean) ; le 17 décembre 1928 Riquet à la houppe (Riquet) de Georges Hüe ; le Roi Candaule (Gygès) ; Scémo (Lazaro) ; le 24 juin 1938 de Zadig (Zadig) de Jean Dupérier.

(Il débuta comme comédien auprès de Sarah Bernhardt qui l'emmena en tournée et lui confia des petits rôles dans l'Aiglon et les Bouffons. Premier prix de chant en 1914, il fut mobilisé et ne put débuter qu'en 1919, au Théâtre lyrique du Vaudeville où il créa Andry dans Tarass Boulba. Il entra à l'Opéra-Comique en 1920 et fut, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, un des plus précieux ténors de la maison. En dehors de la salle Favart il créa le Lion amoureux à Vichy (1933), Deux sous de fleurs à l'Empire (1933) et Mandrin à Mogador (1934). Il participa aussi aux représentations lyriques de la Porte-Saint-Martin en 1935 et 1936.)

 

FRONVAL Charles. — Ténor (19 février 1903 ). Débute dans Julien (Julien) le 07 avril 1940.

 

FROUMENTY Pierre. — Basse (47.Agen, 14 juin 1897 – 01 février 1975). Pour ses débuts, le 25 novembre 1945, interprète le Barbier de Séville (Bazile). Chante Cosi Fan Tutte (Alphonse), les Noces de Figaro (Bartholo), Pelléas et Mélisande (Arkel), Manon (Comte Des Grieux). Crée le Libertin (Trulave).

 

FUGÈRE Lucien. — Baryton (Paris, 28 juillet 1848 – Paris, 15 janvier 1935). Débute le 09 septembre 1877 dans les Noces de Jeannette (Jean). A créé le Bonhomme Jadis (Jadis), le Barbier de Séville (Bartholo) ; le 30 mai 1890 la Basoche (le Duc de Longueville) ; le 08 mai 1894 le Portrait de Manon (Des Grieux) de Jules Massenet ; le 05 mai 1896 le Chevalier d'Harmental (Buvat) d'André Messager ; le 24 mai 1899 Cendrillon (Pandolfe) de Jules Massenet ; Don Juan (Léporello), Don Pasquale (don Pasquale), la Fille de Tabarin (de Beauval), la Flûte enchantée (Papageno) ; le 20 novembre 1901 Grisélidis (le Diable) de Massenet ; Louise (le Père) ; le 05 juin 1907 Fortunio (Maître André) d'André Messager ; le Mariage de Télémaque (Ulysse), Muguette (Klotz), la Petite Maison (Pichon), Phryné (Dicéphile), Sanga (Maître Vigord), la Bohème (Schaunard), le Violoneux (Père Mathieu), la Vivandière (la Balafre), Xavière (Abbé Fulcran). A chanté tous ces rôles à partir de 1900, et a été de plus affiché à partir de cette date dans : les Dragons de Villars (Bellamy), Falstaff (Sir John Falstaff), Manon (Comte Des Grieux), le Médecin malgré lui (Sganarelle), le Pré-aux-Clercs (Girot, Cantarelli), le Roi l'a dit (de Montcontour), la Servante Maîtresse (Pandolphe), la Traviata (d'Orbel). Il a participé aux premières le 09 juin 1892 des Troyens à Carthage (2e spectre) d'Hector Berlioz ; le 10 mai 1904 du Jongleur de Notre-Dame (Boniface) de Jules Massenet ; le 23 mai 1905 de Chérubin (le Philosophe) de Massenet ; le 16 mai 1908 du Clown (Barbazan) d'Isaac de Camondo ; le 07 octobre 1924 de Don Quichotte (Sancho) de Massenet. Il chanta à l'Opéra le 01 avril 1919.

"D'abord sculpteur, puis artiste-étoile d'opérette, eut de grands succès à Ba-ta-Clan, où il débuta, puis aux Bouffes-Parisiens. L'Opéra-Comique eut le bon esprit de s'attacher cet excellent chanteur, qui joue la comédie supérieurement et possède cette note comique, chaude et naturelle à laquelle ne résiste pas la foule. C'est un Bartholo merveilleux, ce qui prouve de sérieuses études. Sa fantaisiste et charmante création de Fritelli, dans le Roi malgré lui, a prouvé encore une fois que l'esprit d'invention égalait chez lui le talent acquis. Fugère est l'un des chanteurs-comédiens les plus remarquables que nous ayons ; aussi les compositeurs demandent-ils son concours. Parfait dans sa création de Dicéphile, de Phryné, et dans Domingue, de Paul et Virginie ; partait aussi dans sa création du Sergent La Balafre, de la Vivandière, qu'il a composé et habillé avec beaucoup d'art ; dans l'abbé Fulcran, de Xavière ; dans Buvat, du Chevalier d'Harmental, et surtout dans Don Pasquale. Il a repris le rôle de Leporello, de Don Juan, dont il a fait une véritable création, et qu'il a chanté à Londres avec grand succès. Il a repris aussi dans le Roi l'a dit le rôle créé par Ismaël, et avec un même succès ; a créé Schaunard, de la Vie de Bohème.

Très recherché dans les salons, Fugère y monte parfois des opéras-comiques « de société » et avec un tact merveilleux."

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

(Cet extraordinaire comédien-chanteur n'est jamais passé par un conservatoire. Il débuta au Ba-ta-clan où durant quatre années il joua les vaudevilles. Puis il entra aux Bouffes-Parisiens en 1874 où il créa la Branche cassée, Madame l'archiduc et la Sorrentine. L'été il se rendait au casino de Néris que dirigeait Jules Danbé. Celui-ci l'amena à l'Opéra-Comique où il débuta en 1877. Il devait y rester 53 ans, s'orientant peu à peu vers les rôles bouffons. Sa gaieté, son rire joyeux, son charme vocal en firent un interprète plein d'humour et de malice. En 1933 — il avait 85 ans — Maurice Lehmann l'affichait encore dans Bartholo, du Barbier de Séville.)

 

 

 

Lucien Fugère dans le Barbier de Séville (Bartholo), devant l'Opéra-Comique, photo-montage (1907)

 

 

FUJIWARA Yoshie. — Ténor japonais (Fukuoka, 05 février 1898 – 22 mars 1976). Débute le 03 octobre 1931 dans la Bohème (Rodolphe).

 

FUMAT. — Débute le 10 octobre 1902 dans les Rendez-vous bourgeois (Jasmin).

 

FUREST. — Ténor. Débute vers 1891.

 

FURST Henri Melchior. — Ténor (49.Angers, 25 avril 1847 –). Débute en 1876.

 

GAILHARD Pierre dit Pedro. — Basse (31.Toulouse, 01 août 1848 – Paris, 12 octobre 1918). Débute le 04 décembre 1867. Il débuta à l'Opéra le 03 novembre 1871, dont il devint ensuite le directeur.

 

GAILLARD Achille Pierre. — (1841 – ap.1905). Débute en 1869.

 

GAILLARD. — Crée le 17 février 1935 Gargantua (1er Ennemi) d'Antoine Mariotte, le Sauteriot (un Garçon). Est affiché dans le Hulla (un Mendiant), Paillasse (un Paysan), la Bohème (Parpignol) et, pour ses débuts le 29 avril 1927, dans Lakmé (le Domben).

 

GAILLOUR Bernard. — Débute le 08 janvier 1929 dans Lakmé (le Domben). Crée Cantégril (Sylvain), Éros vainqueur (Capitaine des Lansquenets), la Femme Nue (Sellier), le Roi d'Yvetot (un Homme). Chante Angélique (l'Anglais), Cavalleria rusticana (Torrido), Louise (Noctambule), la Tosca (Sciarrone), la Vie brève (un Vendeur), le Roi malgré lui (Caylus).

 

GALAND Alfred [ou GALLAND]. — Ténor. Est affiché dans Lakmé (Gérald), Mignon (Wilhelm Meister), la Traviata (Rodolphe), ayant débuté le 20 février 1888 dans les Amoureux de Catherine (Walter).

 

GALLET. — Interprète Werther (Brühlmann) (entre 1900 et 1950).

 

GALLIA Roger (Roger GOURBESVILLE dit). — Ténor (10 mars 1913 –). Débute le 16 mars 1948 dans Carmen (don José). Chante Cavalleria rusticana (Torrido), Madame Butterfly (Pinkerton), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), Paillasse (Canio), Julien (Julien), la Tosca (Mario Cavaradossi), Werther (Werther).

 

GARAZZI Peyo (Peyo ETCHEVERRY dit). Ténor (64.Saint-Jean-Pied-de-Port, 31 mars 1937 –). Débute en 1970. Chante Cavalleria rusticana (Turridu) ; Lucie de Lammermoor (Edgardo) ; les Contes d'Hoffmann (Hoffmann).

 

GARBIN. — En représentation, débute le 07 février 1917 dans Madame Butterfly (Pinkerton).

 

GARCIN-BRUNET (Pierre Emmanuel BRUNET dit). — (23.Guéret, 20 février 1817 –). Il appartenait à la troupe en 1844.

 

GARDES Roger. — Ténor (Paris, 04 mars 1922 –). Il entra d'abord dans les chœurs. Débute en soliste en 1954. Chante le Barbier de Séville (Almaviva), Lakmé (Gérald), Mireille (Vincent), les Pêcheurs de perles (Nadir), Mignon (Wilhelm), Eugène Onéguine (Lensky), la Bohème (Rodolphe).

 

 

 

Roger Gardes dans la Bohème (Rodolphe) à l'Opéra-Comique en 1956

 

 

GARET. — Débute dans Fidelio (Florestan) le 29 janvier 1901.

 

GARON (Prosper Léon GACON dit). — (1849 – avril 1899). Il fut deuxième ténor.

 

GASSIER Louis Nicolas François. — Baryton (83.Saint-Maximin, 30 avril 1820 – La Havane, 18 décembre 1872). Il appartenait à la troupe en 1844.

 

GASTAUD Tullio. — Débute dans la Tosca (Spoletta) le 09 juillet 1923. Chante Fortunio (de Verbois), Madame Butterfly (Commissaire impérial), Manon (Brétigny), Lakmé (Frédéric). Crée la Brebis égarée (le Directeur de la Compagnie) et la Griffe (Carol).

 

GAUDIN André Achille Marie Constant dit André. — Baryton (85.Les Sables-d’Olonne, 28 mars 1902 – Paris, 10 décembre 1986). Epouse Catherine Casadesus. Débute le 16 octobre 1927 dans Paillasse (Sylvio). Crée Amphitryon 38 (Amphitryon), le Couronnement de Poppée (Othon), Cyrano de Bergerac (de Guiche), Fragonard (Hubert-Robert), la Pie Borgne (Paul). Est affiché dans Angelo (un Invité, un Buveur), le Barbier de Séville (Figaro), Carmen (Escamillo), les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil), la Basoche (Clément Marot), l’École des Maris (Ergaste), Fragonard (Fragonard), Lakmé (Frédéric), Lorenzaccio (l’Officier), Manon (Brétigny, Lescaut), Masques et Bergamasques, Pelléas et Mélisande (Pelléas), Pénélope (Eurymaque), Riquet à la houppe (le Prince Avenant), le Roi malgré lui (Henri), Sarati le Terrible (Bastien), la Traviata (d'Orbel), la Bohème (Marcel), la Vie brève (le Chanteur), Werther (Albert), Angélique (Charlot), Madame Butterfly (Scharpless), Rayon de Soieries (Gaston), la Tosca (Scarpia). Il quitta l'Opéra-Comique en 1946. Il interpréta Pelléas et Mélisande (Pelléas) au Colon de Buenos Aires.

 

GAUDIN Philippe. — Ténor. Chante entre 1954 et 1972.

 

GAULD Carlton. — Basse. Débute dans Lakmé (Nilakantha) le 11 avril 1932. Crée l'École des Maris (Ariste), Marie l'Égyptienne (le Pèlerin, Zozime), Quatre-vingt-treize (de Lantenac). Est affiché dans le Barbier de Séville (Bazile), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), Gianni Schicchi (Gianni), le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur), Manon (le Comte Des Grieux), Mignon (Lothario), Mireille (Ramon), les Noces de Figaro (Almaviva), Pelléas et Mélisande (Golaud), Paillasse (Tonio), Résurrection (Simonson), la Reine Fiammette (Cardinal Sforza), le Roi d'Ys (le Roi), la Tosca (Scarpia) et la Bohème (Colline).

 

GAUTIER Jules dit Franz. — Ténor (13.Marseille, 1866 – 1951). Débute le 10 janvier 1901 dans Lakmé (Gérald). Chante Carmen (don José), Julien (Julien), Mireille (Vincent), la Bohème (Rodolphe), Grisélidis (Alain), l'Ouragan (Landry), Titania (Yahn), la Reine Fiammette (Daniélo), la Fille de Tabarin (Roger), Manon (Des Grieux) et Cavalleria rusticana (Torrido).

 

GAVAUDAN Jean-Baptiste-Sauveur. — Ténor (13.Salon-de-Provence, 1772 Paris, 1840). Frère des cantatrices Jeanne, Adélaïde et Aglaé Gavaudan. Epouse la cantatrice Alexandrine Gavaudan. Débute en 1795. Chante Zoraïme et Zulnar, le Délire. Crée Jeannot et Colin de Niccolo, Joseph de Mehul, Nina ou le Mystère de Dalayrac ; le 15 mars 1797 Ponce de Léon (Padille) d'Henri Montan Berton ; le 15 avril 1799 Montano et Stéphanie (Montano) d'Henri Montan Berton ; le 03 septembre 1803 Aline, reine de Golconde (Saint-Phar) d'Henri Montan Berton ; le 28 janvier 1809 Françoise de Foix (Comte de Châteaubriant) d'Henri Montan Berton ; le 21 décembre 1811 Ninette à la cour d'Henri François Berton.

(Il fut d'abord marin. En 1789, il gagna Paris où deux de ses sœurs, chanteuses à l'Opéra, lui firent obtenir un emploi de bureau dans leur théâtre. Il travaille alors le chant avec le chef d'orchestre Loiseau de Pertuis, débute au théâtre Montansier en 1791 et se fait remarquer au Théâtre de Monsieur dans le Comte, de l'Île enchantée de Duni. En 1793, il est engagé au théâtre Feydeau. Deux ans plus tard il est à l'Opéra-Comique dont il deviendra un des acteurs les plus aimés du public qui le surnomma le « Talma de l'Opéra-Comique ». Il y créa quelque 85 ouvrages. Écarté de l'Opéra-Comique en 1815 pour ses idées bonapartistes, il prit la direction du théâtre de la Monnaie. Il revint à Paris en 1824 mais, devenant aveugle, abandonna la scène.)

 

GAVEAUX Pierre. — Ténor (34.Béziers, 09 octobre 1760 94.Charenton-le-Pont, 05 février 1825). Epouse la cantatrice Aglaé Gavaudan. Il débuta en 1801 et prit sa retraite en 1812. Crée le 03 septembre 1803 Aline, reine de Golconde (Sigiskar) d'Henri Montan Berton ; le 02 avril 1805 le Vaisseau Amiral (l'amiral Tourville) d'Henri Montan Berton.

(Il se destinait à la carrière ecclésiastique, travailla l'orgue et la composition à Bordeaux et se rendit à Paris où, ayant été engagé au théâtre de Monsieur, il aborda une carrière de ténor en 1789. Il la poursuivit au théâtre Feydeau, puis à l'Opéra-Comique jusqu'en 1811 ; atteint d'aliénation mentale, il passa les treize dernières années de son existence dans une maison de santé. Ce fut un charmant ténor, mais aussi un compositeur distingué qui signa 31 ouvrages lyriques représentés, souvent avec succès, à Feydeau ou à l'Opéra-Comique. Parmi eux le Bouffe et le tailleur qui se maintint longtemps à l'affiche. Monsieur Deschalumeau qui fut un franc succès, et surtout Léonore ou l'Amour conjugal sur le livret de Bouilly que Beethoven devait ensuite utiliser pour écrire son Fidelio.)

 

GEAY Robert. — Basse (Oran, 23 mars 1932 ). Engagé à la RTLN en 1960. Chante les Noces de Figaro (le Comte) ; la Bohème (Colline) ; les Pêcheurs de perles (Nourabad) ; les Contes d'Hoffmann (Lindorf).

 

GEBELIN Jean-Charles. — Baryton (1937 –). Chante vers 1970.

 

GEDDA Nicolaï (Harry Gustaf Nikolaj GÄDDA dit). — Ténor suédois (Stockholm, 11 juillet 1925 ). Il entra à la RTLN en 1954. A la salle Favart, il interpréta Mireille (Vincent) et les Pêcheurs de perles (Nadir).

 

GELLAS Alfred Jean-Baptiste Joseph dit Alfred. — Ténor ( 1859). Débute le 31 mai 1826 dans Adolphe et Clara (Adolphe).

 

GÉNIN Georges. — Ténor (69.Lyon, 30 décembre 1899 ). Débute le 24 juillet 1924 dans Lakmé (Hadji). Crée l’Enfant et Sortilèges (la Théière), Graziella (Beppo), Joueur de Viole (un Galant, un Marchand), le Poirier de Misère (le Vagabond, le Saint), Tristan et Isolde (Matelot). Il a participé à la première le 07 octobre 1924 de Don Quichotte (un Bandit) de Jules Massenet. A été affiché dans la Basoche (Léveillé), Carmen (don José), Don Quichotte (Juan), les Noces de Figaro (Brid'Oison), Gismonda (Andrioli), le Hulla (un Mendiant), Louise (Marchand d'habits), Lorenzaccio (Tébaldéo, Maffio, Alarnano), Madame Butterfly (Yamadori), Manon (Des Grieux), Mârouf (l'ânier), Masques et Bergamasques (Gilles), Mignon (Frédéric), Mireille (Vincent), Lakmé (Gérald), Orphée (Orphée), Paillasse (Beppe), la Tosca (Sciarrone, Cavaradossi), la Bohème (Rodolphe), le Chalet (Daniel), Werther (Werther).

 

GÉNIO. — Ténor. Débute le 05 décembre 1927. => biographie

 

GÉNOT. — Haute-contre. (1796 décembre 1843). Epouse la cantatrice Elisa Génot. Débute vers 1818. Chante également aux Concerts du Conservatoire (aspirant le 08 février 1831 ; sociétaire du 31 janvier 1833 au 21 janvier 1835).

 

GENTY Claude. — Baryton (18 avril 1931 ). Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

GEORGES (petit). — Crée Louise (un Apprenti) le 02 février 1900.

 

GEORGET. — Basse-taille ( 1823).

 

GÉRARD Jacques (Gérard POISSON dit). — Ténor canadien (Arthabaska, près de Drummondville, Québec, 26 juillet 1899 – Old Orchard, Maine, 12 août 1957). Débute le 06 août 1930 dans Manon (Des Grieux). Chante Lakmé (Gérald), la Bohème (Rodolphe), Mignon (Wilhelm Meister), Cavalleria rusticana (Torrido), les Pêcheurs de perles (Nadir) et Carmen (don José).

 

GERMAIN Pierre. — Baryton (25 mars 1923 – 16 septembre 1963). Débute le 18 août 1951 dans Madame Bovary (un Meunier). Est affiché par la suite dans le Barbier de Séville (l'Alcade), Carmen (Moralès), les Contes d’Hoffmann (Nicklauss), Isoline (Roselio), Lakmé (Frédéric), Louise (Sculpteur), Madame Bovary (l'Aveugle), Madame Butterfly (Commissaire impérial), Manon (Brétigny), Mireille (le Passeur), la Tosca (Sciarrone), Ciboulette (Roger). Crée Dolorès (Marchand de Pastèques) et Ciboulette (un Officier).

 

GESTA. — Ténor. Débute en 1886.

 

GEYRE Joseph Alexandre. — Ténor (33.Bordeaux, 03 août 1877 –). Débute dans Mireille (Vincent) le 02 septembre 1901. Chante Mignon (Wilhelm Meister), Carmen (don José), Lakmé (Gérald), le Juif Polonais (Christian) et Maître Wolfram (Fritz).

 

GHASNE (Georges Alexis BOBEUF dit). — Baryton (93.Saint-Denis, 19 février 1868 –). A débuté le 08 septembre 1897 dans Cavalleria rusticana (Alfio). A créé Aphrodite (Callidès), la Fille de Madame Angot (un Officier), Ghyslaine (Renaud), Iphigénie en Aulide (Agamemnon), Soldats de France (un Soldat). A été affiché dans Alceste (Grand Prêtre), Armaillis (Koebi), Carmen (Escamillo), la Coupe Enchantée (Josselin), Habanéra (Ramon), Iphigénie en Tauride (Oreste), Lakmé (Nilakantha), Louise (le Père), Mireille (Ourrias), Philémon et Baucis (Jupiter), l'Ouragan (Richard), Pelléas et Mélisande (Golaud), le Roi d’Ys (Karnac), Sanga (Maître Vigord), les Pèlerins de la Mecque (le Calender), la Tosca (Scarpia), la Traviata (d'Orbel), la Bohème (Schaunard), la Vivandière (de Rieul), la Fille de Madame Angot (Larivaudière), Werther (Albert), Manon (le Comte, Lescaut), Madame Butterfly (Scharpless), Aphrodite (Timon).

 

 

 

Ghasne en 1907

 

 

GIANNOTTI Pierre. — Ténor. Débute le 14 octobre 1939. => biographie

 

GIBAND Félix. — Basse (1924 –). Chante vers 1970-1972.

 

GIBERT Etienne. — Ténor (30.Jonquières-Saint-Vincent, 03 décembre 1859 – Paris, 1929). Débute le 15 mai 1889 dans Esclarmonde (le Chevalier Roland) de Jules Massenet. Est affiché, à partir de 1900, dans Cavalleria rusticana (Torrido), rôle qu'il a créé à Paris. Il chanta également à l'Opéra où il débuta le 06 novembre 1893.

 

GILIBERT Claude Charles Marie dit Charles. — Baryton (Paris, 19 novembre 1866 New York, 11 octobre 1910). Etudes au Conservatoire. Débute en 1889. Il a créé le 03 décembre 1890 Benvenuto (De Cagli) d'Eugène Diaz. Puis il chanta à la Monnaie de Bruxelles ; Londres (1894-1909, où il créé Louise (le Père) et le Jongleur de Notre-Dame (Boniface)) ; Metropolitan Opera de New York (1900-1903) ; Opéra de Manhattan (1906-1910).

"Gilibert, à qui notre collaborateur M. Gustave Vanzype consacre le bel article lu plus haut, est mort mercredi subitement en arrivant à New York. Il y a quelques jours, nous avions rencontré l’artiste, plein de vie, déjeunant au Chien Vert, en compagnie de sa femme et de quelques amis. Il nous disait qu’avant son engagement au Metropolitan Opera il allait donner une série de concerts en Amérique. « Ce n'est pas que cela m’amuse, ajoutait-il, mais j’aspire au repos et je veux le gagner vite. Une ou deux tournées, quelques saisons encore, puis je pourrai vivre libre. »

Il souffrait au moment du départ d’une maladie d’oreilles, mais il n’y prêta pas beaucoup d’attention ; il s’embarqua à Southampton et mercredi, en débarquant, il mourut.

Sa femme, qui chanta à la Monnaie sous le nom de Mme Lejeune, était allée à Paris conduire au lycée leur petit garçon, et se proposait de partir prochainement pour New York.
Premier prix du Conservatoire de Paris, Gilibert avait débuté à l’Opéra-Comique, puis avait été engagé à la Monnaie sous la seconde direction Stoumon-Calabrési. Il y resta plusieurs années, faisant applaudir sa jolie voix de baryton, son talent très fin de comédien et de chanteur. Etant à Bruxelles, il fut engagé l’été à Covent-Garden, dont il était depuis une quinzaine d’années un des artistes favoris. Il y a cinq ans, il fut engagé à New York, où il conquit une très grande situation." (l'Eventail, 16 octobre 1910)

 

GILLES Raymond Edouard Jacques dit Raymond. — Baryton-basse (Paris, 25 juin 1880 –). Débute le 02 septembre 1910 dans Werther (Albert). A créé l'Appel de la Mer (un Vieillard), Béatrice (un Pêcheur), Cantégril (Marchand d'almanachs), Éros Vainqueur (le Sénéchal), la Femme et le Pantin (Tonio), la Forêt Bleue (un Buveur), Frasquita (Fernando), le 17 février 1935 Gargantua (Tyravant) d'Antoine Mariotte, Gismonda (Malaxas), la Grand-Mère (un Paysan), la Jota (Matarabia), Lorenzaccio (Marquis de Cibo), Macbeth (Lennox), Peau de Chagrin (Firmin), Pénélope (Pisandre), Poirier de Misère (le Notaire), Résurrection (un Employé), Sicilien (un Chanteur) ; le 24 juin 1938 Zadig (un Villageois) de Jean Dupérier. A été affiché dans Aphrodite (Timon), le Barbier de Séville (Pédrille, l'Officier), la Basoche (un Officier, le Chancelier), les Brigands (le Précepteur), Carmen (Moralès, Zuniga, Lillas-Pastia, Escamillo), les Contes d’Hoffmann (Luther, Hermann, Schlemil), la Fille de Madame Angot (Cadet), Gargantua (Capitaine Grandgousier), Gianni Schicchi (le Notaire), Habanéra (un Madrilène), Iphigénie (1er Ministre), Joseph (Dan), Lakmé (le Domben), la Lépreuse (le Prêtre, un Paysan), Louise (un Agent, le Chiffonnier, 1er et 2e Philosophe), Madame Butterfly (Officier du registre, le Bonze), Manon (l'Hôtelier, le Comte, 1er Garde, le Portier), Mârouf (le Kadi, le Sultan), Mignon (Jarno, Antonio), Mireille (Ambroise, le Passeur), la Navarraise (Remiggio), Pelléas et Mélisande (un Médecin), Résurrection (Gardien-chef), le Roi d'Ys (Saint Corentin), le Roi malgré lui (Chef des Serves), Sauteriot (Thédée), la Tosca (le Geôlier), la Traviata (le Baron), la Bohème (un Douanier), Werther (le Bailli, Johann), Lorenzaccio (Giano le Hongrois, l'Orfèvre, Cardinal Valori), le Juif Polonais (le Songeur), Sapho (Césaire), le Voile du Bonheur (le Précepteur). A participé aux premières : le 19 mai 1911 de Thérèse (un Officier) de Jules Massenet ; le 23 novembre 1917 de Béatrice (un Pêcheur) d'André Messager.

 

GILLET. — Interprète le Barbier de Séville (un Officier), le Roi malgré lui (Maugiron), rôle de ses débuts le 09 mai 1937.

 

GILLY. — Est affiché (entre 1900 et 1950) dans le Barbier de Séville (Pédrille), les Contes d’Hoffmann (Nathanael), la Fille de Madame Angot (un Cabaretier), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine crieur), la Lépreuse (un Paysan), Lorenzaccio (Thomas Strozzi), Louise (un Agent), Madame Butterfly (Yakusidé) et Manon (un Garde).

 

GILLY Eugène Dinh dit Dinh. — Baryton (L'Agha, Algérie française, 21 juillet 1877 – Londres, 19 mai 1940). Père de Renée Gilly, cantatrice. Débute dans la Tosca (Scarpia) le 10 juillet 1922. Chante Carmen (Escamillo), Lakmé (Nilakantha), Paillasse (Tonio) et les Contes d’Hoffmann (les 4 rôles).

 

GILLY Étienne. — Crée Madame Bovary (Jules) le 01 juin 1951.

 

GIORGETTI Serge. — Débute le 12 juillet 1946 dans Mireille (Ourrias). Chante Carmen (Escamillo), la Traviata (d'Orbel), les Pêcheurs de perles (Zurga) et Cavalleria rusticana (Alfio).

 

GIOVANNETTI Julien. — Baryton-basse (20.Morosaglia, hameau de la Rocca Suprana, 09 janvier 1914 – Paris, 29 janvier 1966). Crée Ariane à Naxos (Truffaldin) et Ginévra (Guido). Est affiché dans Carmen (Escamillo), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), Grisélidis (le Diable), le Jongleur de Notre-Dame (Moine sculpteur), Manon (Lescaut), Mireille (Ramon), les Noces de Figaro (Figaro), le Roi malgré lui (Caylus), la Bohème (Colline), Werther (Johann). A débuté le 19 octobre 1940 dans Carmen (Zuniga).

 

GIRALDONI Eugenio. — Baryton (13.Marseille, 20 mai 1871 – 24 juin 1924). En représentation, débute le 05 juin 1913 dans la Tosca (Scarpia). Chante ensuite Madame Butterfly (Scharpless).

 

GIRARD Raoul. — Débute le 02 août 1928 dans Julien (Julien). A créé la Grand-Mère (Charles) et Tarass Boulba (Bogdug). A été affiché dans Carmen (don José), Cavalleria rusticana (Torrido), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), la Femme et le Pantin (Matéo), la Femme Nue (Pierre), la Fiancée Vendue (Yénik), Gargantua (Gargantua), la Habanéra (Pédro), Lakmé (Gérald), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux), Paillasse (Canio), le Pré-aux-Clercs (Mergy), le Roi d’Ys (Mylio), Tarass Boulba (Andry), la Tosca (Cavaradossi), la Bohème (Rodolphe), la Vie Brève (Paco) et Werther (Werther).

 

GIRAUD Marius Hippolyte Justinien. — Ténor (83.Hyères, 16 juillet 1820 – îles d'Hyères, août 1854). Il appartenait à la troupe en 1844. Chante également aux Concerts du Conservatoire (aspirant le 30 décembre 1841 ; sociétaire du 10 décembre 1843 au 02 février 1846).

 

GIRAUD. — Débute en créant la Reine Fiammette (le Promoteur) le 23 décembre 1903. Est affiché dans Madame Butterfly (Yakusidé), Manon (l'Hôtelier), Paillasse (un Paysan), la Tosca (le Geôlier), la Bohème (un Douanier), Maître Wolfram (Wolfram).

 

GIRAUD Jean. — Baryton (86.Poitiers, 28 août 1907 –). Débute le 16 octobre 1946 dans la Bohème (un Douanier). Est affiché dans le Jongleur de Notre-Dame (Moine crieur), Lakmé (le Domben), Madame Bovary (Binet), Madame Butterfly (Yakusidé), Louise (1er Philosophe), Manon (l'Hôtelier, le Portier, un Soldat), Mignon (Antonio), Mireille (le Passeur), Paillasse (un Paysan), le Pré-aux-Clercs (un Archer), la Tosca (Geôlier), la Traviata (le Marquis), Werther (Brühlmann). Créé Dolorès (un Matelot) et Ciboulette (Nicolas).

 

GIRAUDEAU Jean. — Ténor (83.Toulon, 01 juillet 1916 – Paris, 07 février 1995). Débute le 23 juillet 1947 dans les Pêcheurs de perles (Nadir). Créé Blaise le Savetier (Blaise), Il était un Petit Navire (Valentin), Marion (Fabrice). Est affiché dans Ariane à Naxos (Bacchus), le Barbier de Séville (Almaviva), Cosi fan tutte (Fernand), l'Heure Espagnole (Gonzalve), Lakmé (Gérald), Madame Bovary (Charles), Madame Butterfly (Pinkerton), les Mamelles de Tiresias (le Mari), Manon (Des Grieux) , le 22 juin 1962 Princesse Pauline (Blangini) d'Henri Tomasi. Il fut directeur de l'Opéra-Comique de 1969 à 1971.

(Il succéda à sa mère comme organiste à Toulon avant de débuter au théâtre en 1942 à Montpellier dans Wilhelm Meister, de Mignon. Après avoir créé à Strasbourg la Martine d’Henri Rabaud, et participé à Londres à une reprise des Troyens, il entra à l'Opéra-Comique le 23 juillet 1947, puis le 08 août à l'Opéra dans Tamino de la Flûte enchantée. Excellent musicien, excellent comédien, on devait dans ces deux théâtres lui confier les créations de Bolivar, Dialogues des carmélites, l'Atlantide, Il était un petit navire, Marion, l'Ange de feu. Il assura également différentes créations en province. Professeur au Conservatoire de Paris en 1955, il fut nommé maître des études vocales de la Réunion des théâtres lyriques nationaux en 1964 et directeur de la salle Favart en 1969. Depuis 1972 il s'est orienté vers la mise en scène et la direction d'orchestre.)

 

GIRAUDET Alfred. — Basse. Débute le 24 avril 1875.  => biographie

 

GIRIAT Albert Frédéric dit Albert. — Ténor (69.Villeurbanne, 12 décembre 1910 –). Créé le 24 juin 1938 Zadig (un Pêcheur) de Jean Dupérier. Est affiché dans le Bon roi Dagobert (le Guetteur), Chanson de Paris (Jean-Louis), la Bohème (Perpignol, Rodolphe), Carmen (don José), Esther de Carpentras (Vaucluse), Gargantua (Humevesme), la Habanéra (un Andalou), Lakmé (un Marchand), Louise (Noctambule, Marchand d'habits), Madame Butterfly (Yamadori, Pinkerton), Manon (Des Grieux), Mireille (Vincent), Mon oncle Benjamin (un Voisin), les Pêcheurs de perles (Nadir), le Rêve (Félicien), le Sicilien (Tircis), la Tosca (Sciarrone, Mario) Werther (Brühlmann, Werther), la Traviata (un Domestique). A débuté le 19 décembre 1937 dans les Contes d'Hoffmann (Nathanaël).

 

GIVAUDAN Jean. — Débute le 25 mai 1934 dans Mignon (Wilhelm Meister). Créé Mon ami Pierrot (2e Voisin), le 17 février 1935 Gargantua (1er Buveur, Machepain) d'Antoine Mariotte. Chante le Chemineau (Toinet), les Contes d’Hoffmann (Nathanael), le Jongleur de Notre-Dame (Moine poète), Louise (Noctambule), Mireille (Vincent), le Roi malgré lui (d'Elbeuf), Sapho (la Borderie), la Tosca (Spoletta), le Nouveau Seigneur du village (Colin), Paillasse (Beppe), la Reine Fiammette (Jean Césaro), Werther (Schmidt), le Sicilien (Tircis), Vieux garçons (Kobbe).

 

GLUCK Edmond. — Ténor. Débute le 22 mai 1891. => biographie

 

GOAVEC André. — Ténor. Débute le 07 avril 1922. => biographie

 

GODIN Guy. — Baryton. Débute le 13 janvier 1952 dans le Barbier de Séville (Figaro).

 

GOFFIN Paul. — Ténor. Débute le 08 octobre 1923 dans la Tosca (Mario Cavaradossi). Chante Julien (Julien), Cavalleria rusticana (Torrido), Werther (Werther) et Carmen (don José).

 

GONTCHARENKO Bernard. — Basse. Chante la Bohème (Colline, 1968, 1971).

 

GONTHIER. — Crée le 24 janvier 1811 le Charme de la voix (M. de Folleville) d'Henri Montan Berton.

 

GOT Claude. — Voir CLAUDE-GOT.

 

GOTTLIEB Peter Robert dit Peter. — Baryton (Brno, Tchécoslovaquie, 18 septembre 1930 –). Débute en 1963. Chante la Bohème (Marcel) ; le Dernier Sauvage (Abdul) ; le Barbier de Séville (Figaro) ; les Pêcheurs de perles (Zurga).

 

GOURDIN Alexandre Narcisse Marie. — (62.Arras, 06 juillet 1842 62.Inchy, 28 juillet 1865). Débute le 18 mars 1861 dans Maître Claude de J. Cohen.

"Jeune artiste qui mourut à la fleur de l'âge après avoir fait une apparition brillante à l'Opéra-Comique" (Fétis, Biographie universelle des musiciens).

 

GOURDON. — Basse ( 1912). A débuté le 12 novembre 1879 dans les Diamants de la Couronne. A créé le 24 mai 1899 Cendrillon (le Doyen de la Faculté) de Jules Massenet, la Chercheuse d'Esprit (M. Subtil), la Coupe Enchantée (Griffon), Javotte (le Seigneur), Phoebe (l'Astronome), Solange (le Cuisinier), et a été affiché dans le Barbier de Séville (Notaire), Carmen (Lillas Pastia), les Deux Aveugles (Patachon), le Domino Noir (Lord Elfort), le Farfadet (le Bailli), la Fille du Régiment (Hortensius), Fra Diavolo (Cockbourg), le Légataire Universel (Géronte), Manon (Guillot, l'Hôtelier), le Médecin malgré lui (Géronte), Mignon (Antonio), les Rendez-vous bourgeois (Dugravier), le Roi l'a dit (Gautru), la Bohème (Saint-Phar). Il chanta également à l'Opéra où il débuta en 1899.

"Créa bien des rôles aux Variétés, aux Bouffes-Parisiens, aux Fantaisies-Parisiennes, aux Menus-Plaisirs où il composa avec art le personnage multiple de Chalumeau, dans les Croqueuses de pommes, de Louis Deffès. A l'Opéra-Comique, il tient avec succès l'emploi des laruettes. Très amusant dans le Maçon et dans un des docteurs de l'Amour médecin. Il a repris le rôle de Guillot de Morfontlaine, de Manon, créé par Grivot." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

 

 

Gourdon

 

 

GOURGUES Raoul. — Ténor (14 juin 1905 – 16 juin 1966). Chante entre 1954 et 1966.

 

GOUTTEBROZE Robert. — Ténor (22 décembre 1925 –). Chante vers 1959-1972.

 

GRANGÉ. — Crée le 03 septembre 1803 Aline, reine de Golconde (Timur) d'Henri Montan Berton.

 

GRANGÉ. — Débute le 11 juin 1822 dans les Deux jaloux (Thibaut) et les Rendez-vous bourgeois (Bertrand).

 

GRANGER Pierre-Philibert. — Acteur (1744 25 octobre 1825). Débute le 05 mars 1782. Crée le 23 août 1790 les Rigueurs du cloître (un Officier) d'Henri Montan Berton.

 

GRARD Jean Baptiste Joseph. — Basse-taille (59.Douai, 15 mars 1815 59.Douai, 1888). Débute le 02 février 1841 dans le Chalet.

 

GRAUX Eugène. — Ténor. Débute le 19 juillet 1928. => biographie

 

GRAVE de. — Baryton. Débute le 10 septembre 1885 dans Lakmé (Nilakantha).

 

GRÉGOIRE. — Débute dans Paillasse (Canio), le 03 juin 1934.

 

GREIL. — Créé le Carillonneur (un Camarade) le 20 mars 1913, et chante la Habanéra (un Andalou), Louise (un Agent).

 

GRESSE André Etienne dit André. — Basse (69.Lyon, 23 mars 1868 – Paris, 1934). Débute le 17 novembre 1896 dans Don Juan (Commandeur). Est affiché, à partir de 1900, dans le Chalet (Max), Fra Diavolo (Mathéo), Fidelio (Fernando), la Dame Blanche (Gaveston), Joseph (Zabulon), Lakmé (Nilakantha), Louise (Chiffonnier), Manon (le Comte), Mignon (Lothario), Mireille (Ramon), la Navarraise (Remiggio), les Pêcheurs de perles (Nourabad), le Rêve (Hubert), la Bohème (Colline). A créé le 27 novembre 1897 Sapho (Césaire) de Jules Massenet, le Juif polonais (le Président du Tribunal). Il débuta à l'Opéra le 07 janvier 1901.

"Lauréat en 1896, élève d'Edmond Duvernoy, fils de l'excellente basse de l'Opéra, basse aussi et doué d'une excellente voix, a débuté dans le Commandeur, de Don Juan et chanté Gaveston, de la Dame blanche." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

GRIFFONI Antoine. — Baryton (27 novembre 1925 – 26 décembre 1980). Chante entre 1954 et 1972.

 

GRIGNON Honoré. — Baryton. Débute en mai 1836. => biographie

 

GRIVOT Pierre Antonin François dit François-Antoine. — Ténor (Paris, 1836 – 14.Deauville, 1912). Epouse l'actrice Marie Laurent dite Laurence puis Laurence Grivot (78.Versailles, 1843 77.By, près de Thomery, 05 juin 1890). A débuté le 15 novembre 1879 dans la Flûte enchantée (Monostatos). A créé le Légataire universel (Géronte), le 19 janvier 1884 Manon (Guillot de Morfontaine) de Jules Massenet, le 08 mai 1894 le Portrait de Manon (Tiberge) de Jules Massenet, la Sœur de Jocrisse (Béchamel), les Visitandines (Grégoire). A été affiché dans la Basoche (Maître Guillot), Carmen (le Dancaïre), le Domino noir (Lord Elfort), les Dragons de Villars (Thibaut), la Fille du Régiment (Hortensius), Fra Diavolo (Cockbourg), l'Irato (le Docteur), le Pré-aux-Clercs (Cantarelli), le Roi l'a dit (Miton), Maître Wolfram (Wilhem).

"Trial, débute en 1860, à Montmartre et Batignolles, et continue à Paris une carrière qu'aucun nuage n'a obscurcie. En 1862, Grivot est aux Délassements. En 1863, au Vaudeville, et s'y fait remarquer. En 1869, Grivot passe à la Gaîté, où Pierrot de la Grâce de Dieu lui va comme un gant.

Après deux ans de voyages, il rentre à la Gaîté, et prend part au succès d'Orphée ; se signale dans le Roi Carotte, le Voyage dans la lune, etc. La direction change, le genre aussi : Vizentini succédant à Offenbach, la musique saisit Grivot et ne le laisse plus échapper. Après des créations à la Gaîté-Théâtre-Lyrique, dans l'Aumônier du régiment, d'Hector Salomon, le Magnifique, la Clé d'or et après maintes reprises, Grivot fait une apparition aux Variétés. A l'Opéra-Comique, il a fait trente créations très remarquées et repris une quantité de rôles. Il tient tout le répertoire. C'est un des artistes les plus aimés de la maison."

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

 

 

François-Antoine Grivot

 

 

GUÉNOT Léon Louis Georges Auguste dit Louis. — Baryton (25.Besançon, 03 mai 1891 – 1968). Débute le 25 mars 1922 dans l'Attaque du Moulin (le Tambour). Créé Angelo (Orféo, le Doyen de St-Antoine), l’Appel de la Mer (Bartley), Bourgeois de Falaise (Dorante), Carmosine (Maître Bernard), Chanson de Paris (Père Froment), Comme ils s'aiment (de Fouillepointe), Danse pendant le Festin (Prince de Nora), le Directeur de Théâtre (Filvite), l’Enfant et Sortilèges (un Fauteuil, un Arbre), Esther de Carpentras (Barbacan-Mardochée), la Forêt Bleue (Père du petit Poucet), Gianni Schicchi (Marco), Mon oncle Benjamin (le Sergent), Scemo (Pasquale), le Testament de la Tante Caroline (de Courtepointe). Est affiché dans le Barbier de Séville (Bartholo), le Bon roi Dagobert (Odoric), le Chalet (Max), le Chemineau (Maître Pierre), les Contes d’Hoffmann (Luther, Crespel), l’Enlèvement au Sérail (Osmin), Fortunio (Maître André), Gargantua (Grandgousier), Gismonda (Grégoras), l’Heure espagnole (Inigo), le Hulla (le vieil Officier), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine peintre ; Boniface ; le Prieur), le Joueur de Viole (le grand décorateur, 2e marchand), Lakmé (Nilakantha), la Légende du Point d'Argentan (le Docteur), Lépreuse (le Prêtre), Lorenzaccio (Cardinal Cibo), Mignon (Lothario), Manon (le Comte), Mireille (Ramon), le Médecin malgré lui (Géronte), la Navarraise (Bustamente), les Noces de Figaro (Bartholo), Dans l’ombre de la Cathédrale (le Sonneur), Paillasse (Tonio), les Pêcheurs de perles (Zurga), Pelléas et Mélisande (Golaud, Arkel), Philémon et Baucis (Jupiter), Pauvre Matelot (Beau-père), le Roi malgré lui (de Villequier), le Roi d'Ys (Saint Corentin, Karnac), la Servante Maîtresse (Pandolphe), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Frère Ange), la Tosca (Sacristain, Scarpia) la Traviata (le Docteur), Tristan et Isolde (Kurwenal), la Bohème (Benoit, Schaunard), le Voile du bonheur (Li-Kiang), Werther (le Bailli, Johann), le Rêve (Hubert), Louise (Bricoleur, Chiffonnier, le Père), Carmen (Escamillo).

 

GUI Henri. — Baryton. Chante la Bohème (Marcel, 1962), Pelléas et Mélisande (Pelléas, 1963).

 

GUIAUD Joseph François. — (13.Marseille, 01 janvier 1777 Paris, 15 juillet 1846). Père du peintre Jacques Guiaud (-23 avril 1876). Ancien comédien de la Comédie-Française, il débuta le 06 juin 1826 dans la Fête du village voisin (Remi). Il créa le 12 août 1826 Marie (Georges) d'Herold. Il chanta le Barbier de Séville (Bartholo) le 29 septembre 1828.

 

GUICHARD. — Chanteur. Débute le 21 avril 1777.

 

GUILHEM Jean (Marcel BAUMELOU dit). — Ténor (69.Lyon, 04 janvier 1908 –). Débute le 12 septembre 1942 dans Mireille (Vincent). Chante la Traviata (Rodolphe), la Bohème (Rodolphe), Manon (Des Grieux), Lakmé (Gérald), Madame Butterfly (Pinkerton), la Tosca (Mario Cavaradossi), les Pêcheurs de perles (Nadir), Carmen (don José), Werther (Werther) et la Lépreuse (Ervoanik).

 

GUILLAMAT Paul François dit Paul. — Baryton (31.Carbonne, 01 juillet 1877 – Paris, 18 décembre 1957). Débute le 27 septembre 1903 dans Mignon (Lothario). A créé Alceste (Tanato), Aphrodite (Grand Prêtre), Armaillis (l'Aubergiste) ; le 05 juin 1907 Fortunio (de Verbois) d'André Messager ; Ghyslaine (le Prieur), la Jota (Zofras), Macbeth (l'Apparition), On ne badine pas avec l'Amour (Janot), Snegourotchka (Bekniate). A été affiché dans Alceste (l'Oracle, un Héraut), Ariane et Barbe Bleue (le vieux Paysan), la Basoche (Roland), Bastien et Bastienne (Colas), Carmen (Zuniga), les Dragons de Villars (le Pasteur), Fidelio (Fernando), la Fille du Régiment (Sulpice), la Flûte enchantée (un Prêtre), Fra Diavolo (Mathéo), Joseph (Utobal), Louise (Chiffonnier, Bricoleur), Macbeth (le Meurtrier), Manon (l'Hôtelier), Marie Magdeleine (un Disciple), Mireille (Ramon), la Navarraise (Remiggio), le Pardon de Ploërmel (un Chasseur), Pelléas et Mélisande (un Médecin), Philémon et Baucis (Jupiter), la Reine Fiammette (Pompéo Cortez), Richard Cœur de Lion (le Sénéchal), le Roi d'Ys (Jahel), la Traviata (le Docteur), Werther (le Bailli), l'Enfant Roi (Toussaint). Grisélidis (le Prieur), Lakmé (Nilakantha). Il a participé à la première le 10 mai 1904 du Jongleur de Notre-Dame (un Moine musicien) de Jules Massenet. En 1903 il habitait rue d'Hauteville à Paris.

 

GUILLOT. — Débute le 1er octobre 1916 dans Manon (un Garde). Crée le Hulla (un Marchand). Chante Don Quichotte (un Valet, un Bandit), la Habanéra (un jeune Homme), Lakmé (le Domben), Mârouf (un Marchand), la Bohème (Benoît, Parpignol), Werther (le Bailli), Louise (le Sculpteur, l'Étudiant, la Bohème).

 

GUYS Alexandre. — Débute le 14 août 1924 dans la Tosca (Mario Cavaradossi). Chante également Werther (Werther).

 

HAAS Julien. — Baryton belge naturalisé français (Liège, 29 mars 1930 – mars 2008). Epouse Andrée Esposito. Engagé en 1959 par la RTLN. Chante, salle Favart, Mireille (Ourrias), les Pêcheurs de perles (Zurga), Pelléas et Mélisande (Golaud), Paillasse (Tonio), la Fanciulla del West (Rance).

 

HABIB Sam. — Débute le 17 novembre 1934 dans Werther (Albert).

 

HACKETT Charles. — Ténor (Worcester, Etats-Unis, 21 novembre 1889 – New York, 01 janvier 1942). Débute dans la Tosca (Mario Cavaradossi) le 23 avril 1922. Chante Manon (Des Grieux).

 

HAGEN-WILLIAM Louis. — Baryton-basse (La Nouvelle-Orléans, 09 juin 1938 –). Chante vers 1971-1972.

 

HAMEL Michel. — Ténor (27.Evreux, 01 novembre 1921 ). Débute le 16 mars 1947 dans le Jongleur de Notre-Dame (Jean).

 

HAVERBECKE Richard. — Crée Madame Bovary (Louis) le 01 juin 1951.

 

HÉBERT. — Créé le 02 juin 1930 Angélique (un Voisin) ; Cantegril (le Montreur d'Ours) ; Frasquita (un Gendarme) ; le Roi d'Yvetot (un Vieillard) ; Sarati le Terrible (le Soudanais). Chante les Armaillis (un Berger). Il a participé à la première le 17 novembre 1931 de la Belle de Haguenau (un Parent) de Maurice Fouret.

 

HECTOR Claude. — Ténor (59.Tourcoing, 24 juillet 1924 –). Débute le 08 novembre 1952 dans la Tosca (Mario Cavaradossi). Chante les Contes d'Hoffmann (Hoffmann).

 

HENRI François Louis [Henry] (François Louis Ferdinand DESHAYES dit). — Baryton (78.Versailles, 12 mai 1786 Paris, 22 février 1855). Débute le 29 juin 1813 dans le Nouveau seigneur de village de Boieldieu. Chante également aux Concerts du Conservatoire (sociétaire du 04 mars 1828 au 16 février 1833).

 

HENRY (petit). — Joue Alceste (un fils d'Alceste) de Gluck lors de la première le 30 mai 1904.

 

HERBERT Gustave Prosper. — Ténor (1845 ap. 1905). Débute en 1879. A créé le 15 mai 1889 Esclarmonde (Enéas) de Jules Massenet.

 

 

 

Gustave Prosper Herbert

 

 

HÉRENT René. — Ténor. Débute le 17 août 1918. => biographie

 

HERMANN-LÉON. — Basse. Débute le 15 juillet 1844. => biographie

 

HEURTIER. — Chante le Barbier de Séville (Almaviva).

 

HIPERT. — Débute le 10 octobre 1917 dans Cavalleria rusticana (Torrido). Mort au Champ d'honneur en décembre de la même année.

 

HIRRIGARAY Jean. — Baryton. Débute le 06 septembre 1946 dans le Jongleur de Notre-Dame (Boniface). Chante Madame Butterfly (Scharpless) et la Traviata (d'Orbel).

 

HISLOP Joseph. — Ténor (Edimbourg, 05 avril 1884 – en Angleterre, 06 mai 1977). Débute dans Bohème (Rodolphe) le 26 mars 1926. Chante Werther (Werther) et la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

HIVERT Jacques (Jean-Jacques LECAILLON dit). — Baryton (04 décembre 1919 ). Epouse Denise Scharley. Débute le 09 décembre 1944 dans les Noces de Jeannette (Jean). Créé le Carrosse du Saint‑Sacrement (le Licencié), Dolorès (un Soldat), Guignol (Coquart), Malvina (Evariste), les Mamelles de Tirésias (le Fils), le Oui des Jeunes Filles (Calamouche), Ciboulette (Grisard). Est affiché dans Angélique (Charlot), Ariane à Naxos (un Perruquier), Don Quichotte (un Bandit), l'Étoile (Chef de la police), Fortunio (Landry), le Jongleur de Notre-Dame (Moine musicien), Lakmé (le Domben), Madame Bovary (Louis), Madame Butterfly (Goro), Manon (le Sergent), Mignon (Frédéric), Rôtisserie de la Reine Pédauque (un Postillon), la Bohème (Benoît, Marcel), la Tosca (le Sacristain), Mireille (l'Arlésienne), le Roi malgré lui (Liancourt).

 

 

 

Jacques Hivert dans la Bohème (Benoît) à l'Opéra-Comique en 1956

 

 

HOLLAND Charles. — Ténor Noir américain. Débute le 28 janvier 1955. => biographie

 

HOLTZEM Louis Alphonse. — (Paris, 26 juin 1827 69.Lyon, 1896). Débute en 1860.

 

HUBERDEAU Gustave Théophile dit Gustave. — Baryton (Paris, 10 mai 1874 – 49.Brain-sur-l'Authion, 31 mai 1945). Débute le 31 octobre 1898 dans Lakmé (le Kouravar). Est le créateur de : Aphrodite (le Geôlier), la Cabrera (Riosso), la Carmélite (le Sacrilège), le 24 mai 1899 Cendrillon (le Premier Ministre) de Jules Massenet, la Fille de Roland (Radbert) ; le 20 novembre 1901 Grisélidis (Gondebaud) de Massenet ; le 05 juin 1907 Fortunio (Guillaume) d'André Messager ; Iphigénie (1er Ministre), le Jongleur de Notre-Dame (Moine sculpteur), le Juif Polonais (le Polonais), Louise (le Sculpteur), Madame Butterfly (le Bonze), Miarka (le Maître d'école), la Tosca (Angelotti), la Troupe Jolicœur (Papillon). A été affiché dans Alceste (l'Oracle), le Barbier de Séville (Bazile), la Basoche (Roland, le Chancelier), Carmen (Zuniga), le Chalet (Max), le Domino Noir (Gil Pérez), Don Juan (le Commandeur), les Dragons de Villars (le Pasteur), Fidelio (un Prisonnier), Joseph (Asser), la Dame Blanche (Mac Irton), Lakmé (Nilakantha), le Légataire universel (Scrupule), Louise (Chiffonnier, Bricoleur), Manon (l'Hôtelier), le Médecin malgré lui (Valère), Mignon (Jarno, Lothario), Pelléas et Mélisande (Arkel), Mireille (Ambroise, le Passeur, Ramon), Philémon et Baucis (Vulcain), le Roi d'Ys (Saint Corentin, le Roi), la Traviata (le Docteur), la Bohème (Benoît, Colline), Werther (Johann), Xavière (Landrinier), la Fille du Régiment (Sulpice). Il a participé aux premières le 10 mai 1904 du Jongleur de Notre-Dame (un Moine musicien) de Jules Massenet ; le 23 mai 1905 de Chérubin (l'Aubergiste) de Massenet ; le 12 avril 1906 de la version scénique de Marie-Magdeleine (Jacques le majeur) de Massenet.

 

 

 

Gustave Huberdeau en 1907

 

 

HUBERT. — Débute en 1898.

 

HUBERTY Albert. — Basse belge (Seraing-sur-Meuse, Belgique, février 1881 – Ostende, 10 mars 1955). Débute le 20 mai 1915 dans le Chemineau (Maître Pierre). Chante Louise (le Père), le Jongleur de Notre-Dame (le Moine sculpteur).

 

HUBLING Franz. — Débute le 13 mai 1932 dans la Tosca (Scarpia).

 

HUC-SANTANA André (André Henri HUC dit). — Basse (31.Toulouse, 11 octobre 1912 – Paris, 21 janvier 1982). Débute dans le Barbier de Séville (Bazile) le 15 septembre 1946.

 

HUET Auguste. — Haute-contre ( octobre 1832). Crée le 13 septembre 1813 Valentin (l'Archiduc) d'Henri Montan Berton ; le 12 août 1826 Marie (le Baron) d'Herold.

 

HUET. — Est affiché à partir de 1900 dans les Dragons de Villars (un Lieutenant), Louise (le Sculpteur, l'Etudiant, 2e Philosophe), Manon (un archer) et la Vivandière (Lieutenant Vernier), rôle de ses débuts le 01 avril 1895.

 

HUGUENET Félix. — Acteur (69.Lyon, 1858 – 06.Antibes, 21 novembre 1926). Epouse en 1898 Madame Simon-Girard. En représentation, il participe à la première de la Fille de Madame Angot (Larivaudière) le 28 décembre 1918.

 

HURTEAU Jean-Pierre. — Basse (Montréal, 05 décembre 1924 –). Engagé à la RTLN en 1958. Chante les Noces de Figaro (Figaro), le Barbier de Séville (Basile), Cosi fan tutte (Don Alfonso).

 

HUYLBROCK Marcel (Marcel HUYLEBROECK dit). — Ténor (Braine l’Allend, Belgique, 03 août 1921 –). Débute en février 1954. Chante Werther (Werther), Roméo et Juliette (Roméo), les Contes d'Hoffmann (Hoffmann), Cavalleria rusticana (Turridu), la Fille de Madame Angot (Ange Pitou). Créé Vol de nuit, Lulu, Katia Kabanova.

 

HYACINTHE. — Ténor. Débute le 29 octobre 1898, au Théâtre du Château d'Eau, dans le Pré-aux-Clercs (Comminge). Est affiché dans le Domino Noir (Juliano), la Fille du Régiment (Tonio), Lakmé (Hadji), Mignon (Laërte).

"Ténor, arrive de Lyon. Comédien intelligent." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

IBOS Guillaume. — Ténor (31.Muret, 10 juillet 1860 – 31.Montesquieu-Volvestre, 22 septembre 1952). Il avait débuté à l'Opéra le 21 septembre 1885. Il débuta à l'Opéra-Comique le 16 janvier 1893 en participant à la première de Werther (Werther) de Jules Massenet.

 

IDRAC Louis. — Ténor (31.Toulouse, 21 février 1846 ). Débute en 1869 dans le Chalet (Daniel). Il chanta également à l'Opéra où il débuta le 30 juin 1890.

 

IMBART DE LA TOUR Jean Baptiste Georges. — Ténor (75007.Paris, 20 mai 1865 Paris, 1911). Débute le 19 septembre 1894.

 

IMBERT Elie-Jacques dit Elie. — Baryton (34.Montpellier, 06 janvier 1884 ). Elève d'Engel au Conservatoire. A débuté le 16 novembre 1900 dans la Basoche (Veilleur de nuit). A créé la Cabrera (l'Hôtelier), la Fille de Tabarin (un Mendiant), Miarka (un Vannier), Muguette (Jean), On ne badine pas avec l'Amour (Jacques), la Petite Maison (Firmin), la Tosca (le Geôlier), et Gianni Schicchi (Guccio). A été affiché dans Alceste (un Coryphée, l'oracle), la Basoche (le Veilleur de nuit, Maître Guillot), Carmen (Moralès), Cavalleria rusticana (Alfio), Fidelio (un Prisonnier), Grisélidis (Gondebaud), la Habanéra (un Madrilène), Iphigénie (un Scythe, Oreste), le Juif polonais (Yéri), Lakmé (le Kouravar), Lépreuse (un Paysan), Louise (1er Philosophe, le Peintre), Manon (le Portier, un Soldat), Mignon (Jarno), Mireille (Ourrias, le Passeur), les Noces de Jeannette (Jean), les Rendez-vous bourgeois (Jasmin), la Reine Fiammette (Lucagnolo), le Roi d'Ys (Saint Corentin), la Vivandière (un Paysan), le Hulla (un Mendiant), la Traviata (le Marquis), Paillasse (un Paysan). Il a participé aux premières le 10 mai 1904 du Jongleur de Notre-Dame (un Loustic) de Jules Massenet ; le 23 mai 1905 de Chérubin (un Officier) de Massenet ; le 12 avril 1906 de la version scénique de Marie-Magdeleine (Simon) de Massenet.

 

INCHINDI (Jean-François HENNEKINDT dit). — Basse belge. Débute le 25 septembre 1834. => biographie

 

ISAMBERT. — Débute en 1809. Etait en 1822 au Théâtre du Vaudeville.

 

ISMAËL. — Baryton. Débute le 30 septembre 1871. => biographie

 

ISNARDON Jacques. — Basse (Alger, 15 février 1860 – 13.Marseille, 14 novembre 1930). Débute le 23 février 1885 en créant Diana (Baxter) d'Emile Paladilhe. Chante le 03 septembre 1885 le Roi l'a dit (de Merlusse). Créé le 05 mai 1896 le Chevalier d'Harmental (le Capitaine Roquefinette) d'André Messager. A été affiché à partir de 1900 dans le Barbier de Séville (Bazile), le Caïd (Michel), la Fille du Régiment (Sulpice), Louise (le Père), Manon (Lescaut), Mignon (Lothario), Proserpine (Squarocca) et la Bohème (Colline), rôle qu'il a créé. Il chanta également à l'Opéra où il a débuté le 15 août 1892. Il fut professeur de déclamation lyrique (opéra-comique) au Conservatoire de Paris (1901-1924).

"A la suite de débuts passés à peu près inaperçus s'en fut à Bruxelles, où il resta pendant plusieurs années. De retour, il reprit le rôle de Lescaut, de Manon, devenu vacant par la mort de Taskin. Depuis, il a beaucoup chanté le répertoire : Mignon, les Pêcheurs de perles, Lakmé et la Traviata, et le capitaine Roquefinette, du Chevalier d'Harmental ; et Cantagnac, de la Femme de Claude et Miton, du Roi l'a dit, et Malipieri, d'Haydée, et Colline de la Vie de Bohème.

Isnardon chante tous les ans en Italie, où il obtient du succès.

Elève de MM. Bax et Ponchard. Auteur d'un ouvrage intitulé : le Théâtre de la Monnaie."

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

(Il débuta à Montpellier en 1884 dans Faust, car il chantait alors les ténors. C'est cependant comme baryton qu'il entra à l'Opéra-Comique le 23 février 1885, et c'est comme basse qu'il fut engagé l'année suivante par le théâtre de la Monnaie. En 1890, il chante Leporello et Beckmesser au Covent Garden. Il donna des représentations à Milan et Monte-Carlo, parut à l'Opéra en 1892 dans Méphistophélès, de Faust, et réintégra l'Opéra-Comique où il fut le créateur de Xavière (Landrinier), la Bohème (Colline) et Beaucoup de bruit pour rien (don Juan). Après avoir professé au Conservatoire de Paris, il fonda une école de chant à Marseille. Il a signé quelques ouvrages pédagogiques et écrit une Histoire du théâtre de la Monnaie fort documentée.)

 

 

 

Jacques Isnardon

 

 

IZAR Louis Joseph dit Louis. — Ténor (31.Toulouse, 17 janvier 1895 –). Débute le 24 juillet 1925 dans Mireille (Vincent). Il fut directeur du Capitole de Toulouse jusqu'en 1967.

 

JACQUET Maurice. — Baryton. Débute en 1893. => biographie

 

JACQUIN Emile Henri dit Emile. — Baryton (75002.Paris, 06 avril 1861 –). Epouse à 92.Asnières-sur-Seine le 18 avril 1901 Nahly Edmonde Reine de Levesou de Vésins. Débute le 05 juillet 1900 dans le Barbier de Séville (Bazile). Il a créé la Fille de Tabarin (de Chailly) ; le 20 novembre 1901 Grisélidis (le Prieur) de Jules Massenet ; le Légataire Universel (Scrupule). Il a été affiché dans les Amoureux de Catherine (Rebstok), la Basoche (Louis XII), le Caïd (Aboul-y-far), le Domino Noir (Gil-Pérez), Falstaff (Pistolet), la Fille du Régiment (Sulpice), le Juif Polonais (le Président du Tribunal), Maître Wolfram (Wilhem), Manon (le Comte), la Marseillaise (Myram), Mignon (Lothario), Mireille (Ambroise), la Navarraise (Garrido, Remigio), Phryné (Arogagyne), le Roi l'a dit (Baron Merlusse), Rose et Colas (Mathurin), la Bohème (Benoît, Schaunard), la Vivandière (la Balafre), Werther (Johann), la Carmélite (le Comte), la Traviata (le Baron). Par ailleurs, il a créé au Théâtre de la Renaissance le 26 janvier 1893 Madame Chrysanthème (Yves) d'André Messager.

 

JAHN. — Débute le 15 septembre 1901 dans Mignon (Frédéric). Créé la Carmélite (le Marquis), la Chambre Bleue (Léon), Marie Magdeleine (un Disciple), la Reine Fiammette (Jean Césano), le Secret de Maître Cornille (Rémy). Chante d'autre part Alceste (Evandre), Aphrodite (Philodène), le Barbier de Séville (Almaviva), Carmen (le Dancaïre), le Chalet (Daniel), les Dragons de Villars (Sylvain), la Fille du Régiment (Tonio), Iphigénie (Pylade), Lakmé (Hadji), Louise (Noctambule), Manon (Brétigny), le Médecin malgré lui (Léandre), Mignon (Laerte, Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), le Maître de Chapelle (Benetto), la Navarraise (Ramon), Philémon et Baucis (Philémon), la Reine Fiammette (Jean Vassari), Rose et Colas (Pierre Leroux), la Traviata (le Vicomte), la Vivandière (André, la fleur), Maître Wolfram ( Fritz), Cor Fleuri (Silvère). Il a participé à la première de la version scénique de Marie-Magdeleine (Jean) de Massenet le 12 avril 1906.

 

JALADIS Gérald. — Joue Madame Butterfly (l’Enfant) en 1929-1930.

 

JALADIS Marcel. — Joue Louise (un Apprenti) en 1921.

 

JALADIS Roger. — Participe le 15 octobre 1919 à la première de Gismonda (l'Enfant) d'Henry Février, et joue Madame Butterfly (l’Enfant) en 1919-1920.

 

JANSEN Jacques (Jacques TOUPIN dit). — Baryton (Paris, 22 novembre 1913 – Paris, 13 mars 2002). Débute le 20 avril 1941 dans Pelléas et Mélisande (Pelléas). Créé Fragonard (Fragonard) ; Malvina (Valérien) ; la Belle de Paris. Chante Masques et Bergamasques ; le Barbier de Séville (Figaro) ; la Fille de Madame Angot (Ange Pitou) ; Monsieur Beaucaire ; Dolorès.

 

JANSENNE Louis. — Ténor (Paris, 13 mars 1809 –). Epouse la cantatrice Dorothée Henchoz. Débute en 1834. Chante également aux Concerts du Conservatoire (aspirant le 30 janvier 1838 ; sociétaire du 28 octobre 1838 au 08 novembre 1839).

 

JANSON José. — Ténor (34.Montpellier, 1904 Casablanca, 10 octobre 1967). Débute le 24 février 1939 dans Werther (Werther). Chante Manon (Des Grieux) et créé la Nuit Embaumée (Noureddine).

 

JAUSSERAND. — Crée le 26 janvier 1804 la Romance (Valsain) d'Henri Montan Berton.

 

JEANTET Robert Joseph Auguste dit Robert. — Baryton (34.Sète, 13 février 1905 –). Débute le 06 août 1933 dans Frasquita (Sebastiano, Philippe). Crée le 17 février 1935 Gargantua (Toucquedillon) d'Antoine Mariotte ; les Mamelles de Tirésias (le Directeur) ; Marie l'Égyptienne (une voix) ; Mon oncle Benjamin (Jean-Pierre). Est affiché dans Carmen (Escamillo), le Chemineau (le Chemineau), le Juif Polonais (Yéri), Falstaff (Ford), Louise (le Sculpteur), Manon (Lescaut), Madame Butterfly (Scharpless), Mireille (Ourrias), les Noces de Jeannette (Jean), Cavalleria rusticana (Alfio) , les Pêcheurs de perles (Zurga), Pelléas et Mélisande (Roland), le Roi malgré lui (Laski), Sapho (Caoudal), la Tosca (Scarpia), la Traviata (d'Orbel), la Bohème (Marcel), Werther (Albert), Ciboulette (Roger), Madame Bovary (Rodolphe), Paillasse (Sylvio, Tonio). A sa retraite de la scène en 1957, il fut nommé régisseur général de l'Opéra-Comique ; il le resta jusqu'en 1963.

 

JENNOTTE. — Débute dans Lakmé (Nilakantha) le 08 septembre 1909. Créé Chiquito (Eshkerra) et chante Carmen (Escamillo).

 

JÉRÔME Henri. — Ténor. Débute le 15 novembre 1894. => biographie

 

JOBIN André. — Ténor. Débute le 01 juin 1934 dans Angélique (l'Anglais).

 

JOBIN André. — Baryton (Québec, 20 janvier 1933 –). Fils de Raoul Jobin, ténor. Débute en 1963 dans Pelléas et Mélisande (Pelléas).

 

JOBIN Roméo dit Raoul. — Ténor (Québec, 08 avril 1906 – Québec, 13 janvier 1974). Père d'André Jobin, baryton. Débute le 06 novembre 1937 dans Carmen (don José). Chante la Tosca (Mario Cavaradossi), Werther (Werther), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), Manon (Des Grieux), Julien (Julien) et Paillasse (Canio).

 

JONQUÈRES André. — Baryton. Chante la Bohème (Schaunard) en 1971.

 

JOUATTE Georges Emile Ernest Alfred dit Georges. — Ténor (16.Villefagnan, 17 juin 1892 – Ile de Ré ou Paris, 13 février 1969). Débute le 18 février 1837 en participant à la première de l'Enlèvement au Sérail (Belmont). Créé Ariane à Naxos (Bacchus), le Couronnement de Poppée (Néron). Chante Werther (Werther), Faust (Faust).

 

JOURDAN Pierre Marius Victor Simon. — Ténor (12.Marseille, 28 octobre 1823 Bruxelles, février 1879). Epouse à 75003.Paris le 26 novembre 1849 Alexandrine Marie Mercier, soprano. Débute le 29 juin 1846 dans Zémire et Azor. Chante également aux Concerts du Conservatoire (sociétaire du 27 octobre 1846 au 24 mars 1857).

« Beaucoup de jeunesse et d'ardeur dans le talent, mais aussi une intempérance de mouvements par trop inquiets et épileptiques. Jourdan ne brûle pas les planches, — il les brise. Une voix quelque peu fêlée, mais qu'un bon sentiment corrige et épure. Qualités et défauts compensés, les qualités surnagent déjà, et il se peut qu'elles grandissent.

L'engagement de Jourdan a encore deux années à courir ; appointements : 12.000 fr. par an.

Le Chalet. — la Fille du régiment. — le Pré-aux-Clercs. »

(H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

 

JOURDAN Adolphe Robert Vincent. — Ténor (Paris, 26 août 1850 ). Débute le 11 octobre 1877 dans les Diamants de la couronne.

 

JOUSSERAN. — Crée le 02 avril 1805 le Vaisseau Amiral (le comte d'Hocquincour) d'Henri Montan Berton.

 

JULIEN (Alexandre Louis GÉNANT dit). — (Paris, 29 novembre 1770 Paris, 20 janvier 1844). Epouse le 10 août 1830 Céleste Sophie Caruyer (Rouen, 23 octobre 1787-). Comédien du Théâtre du Vaudeville, il débuta à l'Opéra-Comique en octobre 1807. Crée le 26 septembre 1808 Ninon chez Madame de Sévigné (Marquis de la Châtre) d'Henri Montan Berton.

 

JULIEN. — Il a participé à la première le 23 mai 1905 de Chérubin (un Officier) de Jules Massenet.

 

JULIET père [Juliette] (Antoine JUILLET dit). — Acteur comique (1755 Paris, 30 mai 1825). Père de Juliet fils. Il prit sa retraite de l'Opéra-Comique le 12 avril 1821. Crée le 02 avril 1805 le Vaisseau Amiral (Saint-Pern) d'Henri Montan Berton ; le 26 septembre 1808 Ninon chez Madame de Sévigné (le Prieur de Coulange) d'Henri Montan Berton ; le 13 septembre 1813 Valentin (un Officier suisse) d'Henri Montan Berton.

 

JULIET fils (Marcel Jean Antoine JUILLET dit). — Acteur comique (76.Rouen, 01 juillet 1789 Bruxelles, 16 novembre 1841). Fils de Juliet père. Débute en novembre 1811.

 

JULLIA Gabriel Marc dit Gabriel. — Basse (22 février 1898 08 février 1968). Débute en créant Cantegril (le Contrebandier) le 09 février 1931. Crée également Amphitryon 38 (le Trompette), Cyrano de Bergerac (l'Officier), Dolorès (Baptista), l'École des maris (un Vieillard, un Clerc), l'Étoile (Zalzal), la Femme nue (Tabourot), Frasquita (Pédro), le 17 février 1935 Gargantua (l'Apothicaire, le Héraut) d'Antoine Mariotte, Ginevra (Fieschi), Malvina (M. de Condom), les Mamelles de Tirésias (le Monsieur barbu), le Oui des Jeunes Filles (Gussman), le Roi d'Yvetot (un Homme), Tarrass Boulba (un Juif), Ciboulette (le Maître) et le Libertin (un Gardien d'asile). Il a participé à la première le 17 novembre 1931 de la Belle de Haguenau (le Notaire) de Maurice Fouret. A été affiché dans les Armaillis (un Berger), le Bon roi Dagobert (Pépin), Carmen (Moralès, Zuniga), les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil, Crespel), la Gageure Imprévue (M. Dubois), Grisélidis (Gondebaud), Frasquita (Sébastiano), la Habanéra (un Domestique, 3e Compère, 1er Aveugle), Gianni Schicchi (di Nicolas, Marco), le Jongleur de Notre-Dame (Moine Sculpteur), Louise (Bricoleur, Sculpteur, 2e Philosophe), Madame Bovary (Médéric), Manon (l'Hôtelier, le Comte), Mignon (Jarno), Mireille (Ambroise, le Passeur), Madame Butterfly (Yakusidé, le Bonze, Commissaire impérial), les Noces de Figaro (Antonio), les Pêcheurs de perles (Nourabad), Pelléas et Mélisande (un Médecin), Phryné (Arogagyne), le Pré-aux-Clercs (un Chevau-léger). Résurrection (un Officier), le Roi d'Ys (Saint Corentin), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Léonard), la Tosca (Geôlier, Angelotti), la Traviata (le Baron, le Marquis), la Bohème (Colline), les Voitures versées (un Voyageur), Werther (le Bailli, Johann), la Basoche (Roland), Cantegril (Bernat), le Roi malgré lui (Villequier).

 

JULLIEN. — Interprète Manon (le Portier) en 1891. 

 

JULLIEN. — Créé la Fille de Tabarin (Ignace) le 20 février 1901, chante Fra Diavolo (Giacomo), Louise (le Peintre).

 

JULLIOT. — Crée la Habanéra (un Andalou) le 26 février 1908.

 

JYSOR Robert (Robert BIDAUT dit). — Baryton (02.Neuilly-Saint-Front, 23 mai 1893 78.Les Mureaux, 05 novembre 1982). Débute le 09 octobre 1926 dans Manon (de Brétigny). Créé le Poirier de Misère (le Fossoyeur), Résurrection (un Officier). Chante Cavalleria rusticana (Alfio), les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil), Lorenzaccio (un Officier, Roberto Corsini), Paillasse (Sylvio), Pénélope (Eurymaque). Quitte l'Opéra-Comique en 1931.

 

KAISIN François dit Franz. — Ténor (Fleurus, Hainaut, Belgique, 02 décembre 1892 – 31.Toulouse, 27 juin 1987*). Epouse à 31.Toulouse le 20 mai 1941 Yvonne Ducuing. Débute le 14 avril 1924 dans Lakmé (Gérald). Chante le Roi d’Ys (Mylio), Carmen (don José), la Tosca (Mario Cavaradossi), Werther (Werther), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), Manon (Des Grieux), Julien (Julien), Madame Butterfly (Pinkerton), Cavalleria rusticana (Torrido), la Bohème (Rodolphe).

 

KAMERER. — Crée le 03 septembre 1803 Aline, reine de Golconde (Oscar) d'Henri Montan Berton.

 

KARL Roger. — Joue dans les Noces de Figaro (Doublemain) (entre 1900 et 1950).

 

KARLE Theo. — Ténor (Olympia, Washington, 1895 ). Débute le 16 septembre 1927 dans le Barbier de Séville (Almaviva). Chante la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

KARLONI. — Basse. Débute le 08 novembre 1895 dans Mireille (Ramon). Créé le 05 mai 1896 le Chevalier d'Harmental (Cellamare) d'André Messager.

 

KATCHENOWSKY. — Débute le 03 octobre 1908 dans Lakmé (Nilakantha). Chante Louise (le Chiffonnier).

 

KELM Joseph. — Ténor. Débute vers 1825. => biographie

 

KIEPURA Jan. — Ténor (Sosnoviece, Pologne, 16 mai 1902 – Harrisson, Etats-Unis, 15 août 1966). Epouse en 1936 Martha Eggerth. Débute le 07 novembre 1934 dans la Tosca (Mario Cavaradossi). Chante Manon (Des Grieux) et la Bohème (Rodolphe).

 

KIRSCHOFF Walter. — Ténor allemand (Berlin, 17 mars 1879 – Wiesbaden, 26 mars 1951). En représentation, débute le 12 mars 1930 dans Tristan et Isolde (Tristan) qu'il chante en allemand.

 

KOUDELINE Raoul. — Débute le 03 octobre 1935 dans les Pêcheurs de perles (Nourabad). Chante Carmen (Zuniga), Gargantua (4e Buveur, Baizeluc), Manon (l'Hôtelier), Madame Butterfly (le Bonze), Louise (le Chiffonnier), la Tosca (Angelotti), Werther (le Bailli) et le Barbier de Séville (Bazile).

 

KRAHL. — Ténor. Chante Tristan et Isolde (Tristan) en allemand avec l'Opéra de Bayreuth en novembre 1931.

 

KRENN Fritz. — Baryton allemand (1887 1964). Chante Tristan et Isolde (Kurwenal) en allemand avec l'Opéra de Bayreuth en novembre 1931.

 

KRIFF Edouard (Joseph KRIHIFF dit). — Ténor (Alger, 05 août 1905 – Paris, 29 mars 1966). Epouse Paulette de Beer (1912-2003), première danseuse à la Gaîté-Lyrique. Débute dans Carmen (don José) le 09 décembre 1938. Chante la Tosca (Mario Cavaradossi), Julien (Julien), Werther (Werther), Madame Butterfly (Pinkerton) et Manon (Des Grieux). Il fut directeur de la scène à l'Opéra-Comique (1956-1958).

 

LABAT. — Basse. Débute en 1879.

 

LABIS Octave Louis. — Baryton (59.Tourcoing, 02 septembre 1857 ). Débute le 15 octobre 1882 dans les Dragons de Villars (Belamy). Créé le 19 janvier 1884 Manon (l'Hôtelier) de Jules Massenet. Chante au Grand-Théâtre de Nantes durant la saison 1884-1885.

 

LACOME. — Baryton. Débute le 23 décembre 1917 dans Lakmé (Nilakantha).

 

LACROIX. — Débute en 1898. Est affiché, à partir de 1900, dans les Dragons de Villars (un Lieutenant), la Vivandière (le Tambour-Maître), la Bohème (un Douanier).

 

LAFARGE Emmanuel. — Ténor. Débute en 1891. Participe à la première le 09 juin 1892 des Troyens à Carthage (Enée) d'Hector Berlioz.

 

LAFEUILLADE. — Débute vers 1825. Crée le 22 décembre 1824 les Deux Mousquetaires (Florville) d'Henri Montan Berton ; le 12 août 1826 Marie (Adolphe) d'Herold.

 

LAFFAGE Jean-Pierre. — Baryton (Paris, 26 juin 1927 – 18 mai 2012). Chante Manon (Lescaut, 1959), le Barbier de Séville (Figaro), Mireille (Ourrias), les Pêcheurs de perles (Zurga), la Bohème (Marcel, Schaunard), Cavalleria rusticana (Alfio), Paillasse (Tonio), les Contes d'Hoffmann (les quatre rôles graves), la Tosca (Scarpia), la Traviata (d'Orbel), Madame Butterfly (Scharpless). Créé Il Tabarro (Michel), la Locandiera (Fabrice), Zoroastre (Abramane, Oromazès).

 

LAFONT Jules dit Julien. — Baryton (34.Montpellier, 08 mai 1880 07 janvier 1970). Débute le 26 avril 1917 dans le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur). Crée Angelo (Angèlo), Camille (Giambattista), la Forêt Bleue (l'Ogre), le Hulla (le vieil Officier), Lorenzaccio (Scoronconcolo), Quand la Cloche sonnera (Akimich) ; le 17 décembre 1928 Riquet à la houppe (le Roi Mignonet) de Georges Hüe ; la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Astarac), Sainte Odile (Atalric), Sarati le Terrible (Sarati), le Sauteriot (Mikkel) et la Victoire (un Ouvrier). Est affiché dans Carmen (Escamillo), le Chemineau (le Chemineau), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), Lakmé (Nilakantha), Louise (le Père), Madame Butterfly (Scharpless), Manon (le Comte Des Grieux), Mignon (Lothario), Paillasse (Tonio), Résurrection (Simonson), le Roi d'Ys (le Roi), la Tosca (Scarpia), la Bohème (Colline, Schaunard), le Voile du bonheur (Tchang i), Werther (le Bailli), la Fille de Madame Angot (Louchard).

 

LAGARDE Fernand. — Baryton (13.Marseille, 03 janvier 1915 ). Débute dans Mireille (Ourrias) le 25 décembre 1941. Crée Mon Oncle Benjamin (un Mousquetaire). Chante Carmen (Escamillo), Grisélidis (Gondebaud), la Habanéra (un Andalou), Mon Oncle Benjamin (Minxit), les Pêcheurs de perles (Zurga), la Tosca (Scarpia), la Traviata (d'Orbel) et la Bohème (Marcel).

 

LAGET Auguste. — Ténor. Débute vers 1841. => biographie

 

LAGET Henri. — Ténor. Débute le 26 octobre 1841. => biographie

 

LAIGNEZ Roland. — Débute en créant la Femme et le Pantin (un Spectateur) le 11 mars 1929. Crée également la Peau de Chagrin (du Tillet). Chante Mireille (Ourrias), les Noces de Figaro (Almaviva) et le Roi malgré lui (Docteur Caylus).

 

LAÏLLA Charles. — Débute le 29 novembre 1942 dans la Traviata (un Domestique). Chante Amphitryon 38 (Jupiter), Don Quichotte (un Bandit), la Traviata (le Marquis), la Bohème (Schaunard), Werther (Albert, Brühlmann), la Habanéra (Ramon).

 

LALANDE Roger (Roger Charles MOREAU-LALANDE dit). — Baryton (33.Bordeaux, 22 octobre 1893 –). Débute le 17 novembre 1921 dans le Mariage de Télémaque (Eténous). Crée la Griffe (Nicolas), le Hulla (un Mendiant). Il a participé à la première le 07 octobre 1924 de Don Quichotte (un Bandit) de Jules Massenet. Est affiché dans l'Attaque du Moulin (un jeune homme), Aphrodite (Callidès), Gismonda (Pasquali), la Lépreuse (le Prêtre), Lorenzaccio (François Pazzi), Louise (le Peintre), Madame Butterfly (Yakusidé), les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil), Mârouf (un Homme de police), Manon (de Brétigny), la Tosca (Spoletta), l’Appel de la mer (un Vieillard).

 

LAMANDER Robert. — Baryton. Chante entre 1954 et 1972. Chante Isoline (Daphnis).

 

LAMBERT Hugo Humbert. — Ténor. Débute dans la Traviata (Rodolphe) au Théâtre de la Gaîté le 12 mars 1908.

 

LANCE Albert (Lancelot Albert INGRAM dit). — Ténor australien naturalisé français en 1967 (Adélaïde, Australie, 12 juillet 1925 –). Débute le 27 avril 1956 dans la Tosca. Chante la Bohème (Rodolphe), Madame Butterfly (Pinkerton), Werther (Werther, 05 avril 1957), les Contes d'Hoffmann (Hoffmann), Paillasse (Canio).

 

 

 

Albert Lance

 

 

LANGLET. — Débute en créant le Hulla (un Marchand) le 09 mars 1923. Crée également la Femme et le Pantin (2e Anglais), la Griffe (le Hotteur), le Roi d'Yvetot (un Vieillard) et Sarati le Terrible (un Mendiant). Est affiché dans les Armaillis (un Berger), Louise (2e Philosophe), Manon (un Garde, un Soldat), Paillasse (un Paysan), la Bohème (Père la Pêche, un Douanier), le Jongleur de Notre-Dame (Moine crieur).

 

LANGLOIS. — Débute le 26 octobre 1905 au Théâtre Montparnasse dans Mireille (le Passeur). Crée le Clos (Pomone). Chante le Jongleur de Notre-Dame (un loustic), Mignon (Jarno), Mireille (Ambroise). Il a participé à la première de la version scénique de Marie-Magdeleine (Thadée) de Massenet le 12 avril 1906.

 

LANTÉRI Paul. — Baryton (06.Antibes, 01 décembre 1880 – 13.Salon-de-Provence, 13 avril 1961). Débute le 05 août 1922 dans Carmen (Escamillo). Chante Louise (le Père), la Tosca (Scarpia), Mireille (Ourrias), le Roi d’Ys (Karnac) et Paillasse (Tonio).

 

LANZONE Joseph Alfred Nicolas dit José. — Baryton (34.Montpellier, 18 décembre 1897 –). Débute dans la Bohème (Marcel) le 10 mai 1931. Crée l'École des Maris (Ergaste). Chante le Barbier de Séville (Figaro), Carmen (Escamillo), Cavalleria rusticana (Alfio), Lakmé (Frédéric), Madame Butterfly (Scharpless), Mireille (Ourrias), Paillasse (Sylvio), la Tosca (Scarpia), Manon (Lescaut), Werther (Albert).

 

LAPELLETRIE René. — Ténor (33.Libourne, 02 novembre 1884 – 33.Bordeaux, 25 février 1956). Débute le 26 janvier 1919 dans Werther (Werther). Crée Lorenzaccio (le Duc), Quand la Cloche Sonnera (Yacha), le Sauteriot (Indrick) et la Tisseuse d'Orties (Lionel). Chante Carmen (don José, le Dancaïre), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann, Spalanzani), Béatrice (Lorenzo), Don Quichotte (Chef des bandits), Gismonda (Almério), Julien (Julien), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux, Guillot) les Noces de Figaro (Bazile), Pénélope (Ulysse), la Tosca (Mario Cavaradossi, Spoletta), la Traviata (Rodolphe), la Bohème (Rodolphe), Lakmé (Gérald), le Roi d’Ys (Mylio) et Faust (Faust).

(Il débuta en 1908 à Paris, au Trianon-Lyrique, dans Lorédan, de Haydée. Pendant trois saisons, il y interpréta les répertoires d'opéra-comique et d'opéra. En 1913, Gabriel Astruc lui confie Benvenuto Cellini pour l'inauguration du théâtre des Champs-Elysées. Après la guerre, il entre à l'Opéra-Comique le 26 janvier 1919. Plus tard, avant de prendre sa retraite, il y interpréta les trials. Mais entre-temps il fut affiché à Vienne, Budapest, Belgrade, Genève, Barcelone, Amsterdam, au Caire, Alexandrie et Athènes. A partir de 1941 il professa le chant au Conservatoire de Bordeaux.)

 

LAROZE André Jean dit André. — Ténor (21.Dijon, 23 janvier 1912 ). Débute dans les Pêcheurs de perles (Nadir) le 27 mai 1951. Chante Carmen (don José), Lakmé (Gérald), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux), Mireille (Vincent), la Bohème (Rodolphe), la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

LARTIGUE. — Débute le 08 mars 1827 dans la Fausse magie (Dorimont).

 

LARUETTE Jean-Louis. — Baryton (31.Toulouse, 07 mars 1731 31.Toulouse, 10 janvier 1792). Epouse la cantatrice Marie-Thérèse Laruette. Il débuta en 1752 dans les rôles d'amoureux, mais il prit bientôt l'emploi des pères et des ganaches, auquel son nom resta attaché. Il quitta l'Opéra-Comique en 1778.

(Il débuta à l'Opéra-Comique de la foire Saint-Laurent jouant les amoureux. Il ne disposait que d'un filet de voix mais, musicien, savait s'en servir. Puis il passa dans les rôles de pères, enfin dans ceux des ganaches auxquels il donna son nom ; on dit encore d'un acteur interprétant les baillis, les Cassandre ou les vieillards ridicules : « Il joue les Laruette ». Il compte parmi les créateurs de le Cadi dupé (le Cadi), le Huron (Gilotin), le Déserteur (Jean-Louis), Zémire et Azor (Ali) et les Deux Avares (Grippon). Il avait épousé Marie-Thérèse Villette qui fut à ses côtés une agréable chanteuse et une comédienne experte.)

 

LASKIN. — Baryton. Débute le 20 novembre 1918 dans Lakmé (Nilakantha).

 

LASSALLE Jean-Louis. — Baryton (69.Lyon, 10 décembre 1845 ou 14 février 1847 – Paris, 07 septembre 1909). Père du ténor Robert Lassalle. Débute à l'Opéra le 09 juin 1872. Il chanta Carmen (Escamillo) à l'Opéra-Comique le 11 décembre 1890 pour l'érection du monument à la mémoire de Bizet.

 

LA TASTE Gaston. — Baryton (– 74.Thonon-les-Bains, 16 août 1933). Débute le 12 juin 1915 dans Fortunio (de Verbois). Chante le Juif Polonais (Songeur).

 

LAURE Jean. — Baryton. Débute le 10 octobre 1910. => biographie

 

LAURENS. — Débute en créant la Carmélite (un Bourgeois) le 16 décembre 1902.

 

LAURENS Henry. — Débute le 06 avril 1952 dans la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

LAURENT Charles Gustave. — Ténor (Paris, 04 avril 1844 – ap. 1899). Débute en 1874. Quitte l'Opéra-Comique en 1875. Entre à l'Opéra le 08 mars 1875.

 

LAURENT Georges. — Crée Madame Bovary (un Meunier, Eugène) le 01 juin 1951.

 

LAURI-VOLPI Giacomo. — Ténor italien (Lanuvio, près de Rome, 11 décembre 1892 – Valence, Espagne, 17 mars 1979). Epouse Maria Ros. Débute dans la Tosca (Mario Cavaradossi) le 19 juin 1929. Chante Carmen (don José), Manon (Des Grieux), Werther (Werther), Paillasse (Canio) et la Bohème (Rodolphe).

 

LAUWERS. — Baryton (Belgique mars 1892).

 

LAVARENNE. — Débute le 09 avril 1905 au Théâtre Montparnasse dans le Barbier de Séville (Almaviva). Crée Ghyslaine (Edelbert) et est affichée dans la Fille du Régiment (Tonio), Louise (Noctambule), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), les Dragons de Villars (Sylvain), Galathée (Ganymède), Lakmé (Gérald).

 

LEBAU Jean. — Joue le Rêve (un Enfant de chœur), les Noces de Jeannette (Petit Pierre) et Louise (l’Apprenti) en 1944-1945.

 

LEBRETON Marcel. — Débute le 13 mars 1937 dans Mireille (Vincent). Chante le Barbier de Séville (Almaviva), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), Lakmé (Gérald), Manon (Des Grieux), la Tosca (Mario Cavaradossi), la Traviata (Rodolphe) et Werther (Werther).

 

LECHEVALIER. — Ex-comédien du théâtre de Nantes, débute le 21 mai 1818 dans le Traité nul (Simonin).

 

LECLER. — Crée le 03 septembre 1803 Aline, reine de Golconde (un Golcondois) d'Henri Montan Berton.

 

LECLERC. — Débute en 1820.

 

LECLERC (petit). — Joue la Habanéra (un petit Garçon) en 1938.

 

LECLERCQ. — Crée la Danseuse de Pompéi (un Chevrier) le 29 octobre 1912.

 

LÉCLUZE DE THILLOY Louis. — Acteur (1711 1792). Appartenait à l'Opéra-Comique en 1743.

 

LECOCQ Michel. — Ténor (59.Anzin, 16 septembre 1931 –). Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

LECŒUR Edmond. — Il débuta en 1867.

 

LEDUC Fernand. — Crée le Hulla (un Marchand) le 09 mars 1923 et Madame Bovary (Victor) le 01 juin 1951. Joue la Habanéra (un jeune Homme).

 

LEFÈVRE. — Ténor. Débute vers 1874. Créé le 10 mai 1875 Don Mucarade (Don Pablo) d'Ernest Boulanger

 

LEGAY Henri (Henri GUAY dit). — Ténor (Paris, 01 juillet 1920 – 16 septembre 1992). Débute le 23 avril 1952 dans Lakmé (Gérald). Chante Manon (Des Grieux), les Pêcheurs de perles (Nadir), Mignon (Wilhelm Meister).

 

LEGRAND. — Ténor. Débute en 1876. Créé le 19 janvier 1884 Manon (le Portier) de Jules Massenet.

 

LEGRAND. — Ténor. Débute dans Mârouf (Mârouf) le 08 juin 1919. Crée le Cloître (dom Marc) et le Pauvre Matelot (le Matelot). Chante le Chemineau (Toinet), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), Madame Butterfly (Pinkerton), Mârouf (Mârouf), la Tosca (Mario Cavaradossi), Ariane à Naxos (Brighella) et la Lépreuse (Ervoanik).

 

LEGROS Adrien Antonin dit Adrien. — Baryton-basse (13.Aix-en-Provence, 09 mars 1903 –). Fils d'Hippolyte-Fortuny Legros, basse. Débute le 08 octobre 1946 dans Carmen (Escamillo). Chante le Barbier de Séville (Bazile), les Contes d’Hoffmann (Dappertutto, Miracle), le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur), Lakmé (Nilakantha), Louise (le Père), Mignon (Lothario), Mireille (Ramon), la Tosca (Scarpia), Manon (le Comte) et la Bohème (Colline).

 

LE HÉMONET Pierre. — Baryton (Oran, Algérie française, 24 octobre 1929 –). Chante en 1970-1972 le Barbier de Séville, l'Heure espagnole, Werther.

 

LEJEUNE Jean-François. — Acteur ( 1769). Joua les premiers jeunes amoureux comiques à la Comédie-Italienne du 03 février 1760 à 1762. Joue à l'Opéra-Comique de 1762 à 1769.

 

LEJEUNE. — Débute vers 1851.

 

LEMAIRE. — Débute vers 1851.

« Lemaire est la grimace triste et lugubre dont se compose le masque stéréotypé des vieux farceurs du théâtre départemental. Une année d’engagement, 4.000 fr. » (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

 

LEMET. — Débute avant 1823.

 

LE MOAN Jean. — Ténor. Débute dans Carmen (don José) le 18 mars 1951.

 

LEMONNIER Louis. — Haute-contre (1793 Saint-Sever, 04 mars 1875). Frère de l'actrice Adèle ou Geneviève Reine Lemonnier épouse Bousigues ( 03 janvier 1828). Débute en 1817. Crée le 22 décembre 1824 les Deux Mousquetaires (Dercourt) d'Henri Montan Berton ; le 09 juillet 1827 les Petits appartements (de Saint-Alban) d'Henri Montan Berton.

 

LEMONNIER Antoine Alexis François. — Baryton (Paris, 06 janvier 1813 ). Débute le 08 février 1837 dans la Dame blanche (Gaveston) et le Chalet (Max).

 

LEMOYNE Guillaume. — Acteur de l'Opéra-Comique de la période 1752-1757.

 

LÉON (comte MOISSON de BRÉCOURT dit). — Trial. Père de Mlle Laurentine, actrice et première épouse de Victorien Sardou. Débute le 02 octobre 1823 dans les Maris garçons (Edmond) et Maison à vendre (Versac).

 

LÉON Bernard. — Débute le 23 mars 1825 dans l'Avis au public (Roch) et les Rendez-vous bourgeois (Dugravier).

 

LEPRESTRE Julien. — Ténor (Paris, 27 avril 1864 94.La Varenne-Saint-Hilaire, 28 juillet 1909). Débute en septembre 1894. Créé le 05 mai 1896 le Chevalier d'Harmental (Raoul, chevalier d'Harmental) d'André Messager ; le 27 novembre 1897 Sapho (Jean Gaussin) de Jules Massenet.

 

LE PRIN Frédéric. — Ténor. Débute le 28 août 1930 dans Carmen (le Rémendado). Crée Cantegril (Jean Poulet), Dolorès (un Matelot), l'École des maris (le Commissaire), Frasquita (Juan), le 17 février 1935 Gargantua (Humevesne) d'Antoine Mariotte, Ciboulette (l'Huissier). Est affiché dans le Barbier de Séville (le Notaire), les Brigands (Gloria Cassis), les Contes d’Hoffmann (Andrès, etc.). Don Quichotte (un Valet), l’Enfant et Sortilèges (Vieillard arithmétique), Gianni Schicchi (Betto), la Femme nue (Prince de Chabran), la Habanéra (2e Compère, un Fiancé), le Juif Polonais (Docteur Nickel), Lakmé (Hadji), Madame Butterfly (Goro), Maison à vendre (Ferville), Manon (Guillot), les Mamelles de Tiresias (Lacouf), Masques et Bergamasques (Arlequin), le Médecin malgré lui (Lucas), Mignon (Frédéric, le Souffleur), les Noces de Figaro (Doublemain, Brid'Oison), les Rendez-vous bourgeois (Bertrand), Riquet à la houppe (1er Ministre, Léporellus), le Roi d'Yvetot (Bertrand), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (le Guéritaude), la Tosca (Sciarrone), la Bohème (Saint-Phar), Werther (Schmidt).

 

LEQUIPÉ Jean. — Baryton. Chante entre 1954 et 1972.

 

LEROUX. — Débute en 1817.

 

LEROY Gustave. — Ténor. Débute le 16 août 1865. => biographie

 

LESAGE. — Acteur comique. Prend sa retraite de l'Opéra-Comique le 31 mars 1819.

 

LESCOUTRAS. — Ténor. Débute en 1882.

 

LESPINASSE. — Ténor. Débute en 1892.

 

LETELLIER. — Ténor. Sortant du grand théâtre de Lyon, il débuta dans l'emploi des amoureux le 12 juin 1818 dans les Deux prisonniers (Adolphe) et Maison à vendre (Versac).

 

LEVISON Emmanuel Léopold. — Baryton (76.Rouen, 03 novembre 1880 –). Débute au Théâtre Montparnasse le 07 octobre 1904 dans Mireille (le Passeur). Chante Lakmé (Frédéric), Mignon (Jarno), la Traviata (le Baron), la Vivandière (capitaine Bernard). Il a participé à la première le 23 mai 1905 de Chérubin (un Officier) de Jules Massenet.

 

LHÉRIE (Paul LÉVY dit Paul). — Ténor puis baryton (Paris, 08 octobre 1844 – Paris, 17 octobre 1937). Epouse le 09 février 1863 Clémence Alexandrine Abazaer (Paris, 30 juin 1841 ), professeur de piano. Débute le 23 février 1866 dans l'Ambassadrice. Crée le 30 novembre 1872 Don César de Bazan (Charles II) de Jules Massenet, le 03 mars 1875 Carmen (Don José). Chanta les rôles de barytons à partir de 1882. Il fut professeur de déclamation lyrique (opéra-comique, 1897-1901 ; opéra, 1901-1905) au Conservatoire de Paris.

 

LHEUREUX Arthur. — Ténor belge (Frameries, Hainaut, 1882 – 1950). Débute dans Carmen (don José) le 16 janvier 1916. Crée les Quatre Journées (Jacques). Chante Aphrodite (Philodène), Cavalleria rusticana (Torrido), Louise (Noctambule, Julien), Manon (Des Grieux), Sapho (Jean Gaussin), Mârouf (le Fellah, un Muezzin), Madame Sans Gène (Nepperg), Paillasse (Canio). Participe à la première le 23 novembre 1917 de Béatrice (Fabrice) d'André Messager.

 

LICCIONI Georges Louis dit Georges. — Ténor (13.Marseille, 10 février 1932 –). Engagé à la RTLN en 1964. Chante Lakmé (Gérald) ; Mireille (Vincent) ; la Bohème (Rodolphe) ; Madame Butterfly (Pinkerton) ; Cavalleria rusticana (Turridu) ; les Contes d'Hoffmann (Hoffmann) ; la Fanciulla del West (Dick Johnson) ; Werther (Werther).

 

LIGNEL Michel Amédée. — Trial (1832 – ap. 1900). Joua à l'Opéra-Comique de 1869 à 1874.

 

LIGNON Eve Léon. — Ténor (34.Agde, 24 décembre 1897 –). Débute le 08 novembre 1924 dans Lorenzaccio (Pierre Strozzi). Chante le Barbier de Séville (Almaviva), le Chalet (Daniel), Louise (Marchand d'habits).

 

LINSOLAS Jacques. — Baryton (06.Nice, 07 septembre 1925 –). Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti. Chante Cosi fan tutte le 06 février 1963.

 

LIOTE. — Débute le 06 décembre 1941 dans l'Enlèvement au sérail (Sélim).

 

LIVEN Marex. — Débute le 10 septembre 1933 dans la Tosca (Angelotti). Chante les Contes d’Hoffmann (Crespel), le Juif Polonais (le Songeur), Manon (le Comte), les Pêcheurs de perles (Nourabad), Résurrection (le Gardien-chef), le Jongleur de Notre-Dame (un Loustic), Louise (le Bricoleur).

 

LLADO Michel. — Baryton (06.Nice, 18 août 1939 –). Chante la Bohème (Marcel) en 1966.

 

LONATI. — Basse. Débute en 1888. A créé le 30 mai 1890 la Basoche (le Grand-Prévôt, le Veilleur de nuit) d'André Messager ; le 03 décembre 1890 Benvenuto (Cosme de Médicis) d'Eugène Diaz.

 

LOOR Gustav von. — Ténor. Chante Tristan et Isolde (Tristan) en allemand avec l'Opéra de Bayreuth en novembre 1931.

 

LOREAU Jacques. — Ténor (94.Choisy-le-Roi, 27 août 1920 –). Débute le 01 décembre 1960 dans Vol de nuit (Leroux). Chante la Bohème (Saint Phar), les Contes d'Hoffmann (Andrès, Cochenille, Pitichinacchio, Frantz), Turandot (l'Empereur Altoum), l'Heure espagnole (Torquemada), Gianni Schicchi (Maître Spinelloccio), le Barbier de Séville (Notaire), la Tosca (le Sacristain), Werther (Schmidt, 1978). Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

LORRAIN Eugène Jérôme. — Basse (69.Limonest, 21 avril 1856-). Il avait débuté à l'Opéra le 10 janvier 1879. Il débuta à l'Opéra-Comique le 08 octobre 1890 dans Mignon (Lothario). Il a créé le 03 décembre 1890 Benvenuto (De Montsolm) d'Eugène Diaz. Participe à la première le 09 juin 1892 des Troyens à Carthage (Narbal) d'Hector Berlioz.

 

LOUVET Jean-Pierre. — Basse (Seine-et-Oise, 01 mars 1788 –). Crée le 13 septembre 1813 Valentin (un Officier de garde) d'Henri Montan Berton.

 

LOUYRETTE. — Débute en 1883.

 

LUBERT Albert. — Ténor. Débute en 1885.

 

 

 

Albert Lubert

 

 

LUBEZ de. — En représentation, chante le 20 décembre 1906 la première des Pèlerins de la Mecque (Ali) de Gluck.

 

LUCA Libero de. — Voir DE LUCA Libero.

 

LUCAZEAU Joseph Paul. — Ténor (17.Royan, 26 octobre 1879 – 95.Montmorency, 18 décembre 1962). Epouse à 17.Saint-Mandé-sur-Brédoire le 02 mars 1905 Jeanne Louise Rivero de Gaja (11 août 1878 – 22 mars 1936). Père de Jacqueline Lucazeau, cantatrice. Débute le 23 septembre 1905 dans Grisélidis (Alain). Crée Ariane et Barbe-Bleue (un Paysan), Miarka (le Roi), Sanga (Grégoire), Snegourotchka (un Héraut). Est affiché dans Alceste (un Coryphée), la Basoche (Léveillé), Cavalleria rusticana (Torrido), Cendrillon (le Roi) de Massenet, la Fille du Régiment (Tonio), le Jongleur de Notre-Dame (Moine poète), la Flûte enchantée (un Gardien), Louise (Noctambule), la Navarraise (Ramon). Il a participé le 12 avril 1906 à la première de la version scénique de Marie-Magdeleine (André) de Jules Massenet.

 

LUCCIONI Jacques. — Ténor (Paris, 25 janvier 1930 –). Fils de José Luccioni, ténor. Engagé à la RTLN en 1956. Chante Carmen (Don José), la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

LUCCIONI Joseph dit José. — Ténor (20.Bastia, 14 octobre 1903 – 13.Marseille, 06 octobre 1978). Père de Jacques Luccioni, ténor. Débute le 18 novembre 1933 dans Carmen (don José). Chante Werther (Werther), la Tosca (Mario Cavaradossi), Paillasse (Canio), Manon (Des Grieux), la Bohème (Rodolphe) et Cavalleria rusticana (Torrido). Crée Cyrano de Bergerac (Cyrano).

 

LUCKX. — Basse. Débute en 1881.

 

LUGO Giuseppe. — Ténor (Isola della Scala, près de Vérone, 02 novembre 1898 – Milan, 18 septembre 1980). Débute dans la Tosca (Mario Cavaradossi) le 06 octobre 1931. Chante Manon (Des Grieux), la Bohème (Rodolphe), Madame Butterfly (Pinkerton), les Pêcheurs de perles (Nadir), Werther (Werther) et Rigoletto (le Duc).

 

LUPIAC. — Ténor. Est affiché, à partir de 1900, dans Fidelio (un Prisonnier), Joseph (Lévy), la Vivandière (André) et Philémon et Baucis (Philémon) rôle de ses débuts le 07 novembre 1898.

"Ténor, a débuté dans Philémon et Baucis. Fort agréable voix." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

LUZI Charles Napoléon. — Ténor (20.Bastia, 07 mai 1892 –). Chante Cavalleria rusticana (Torrido), ayant débuté le 28 août 1925 dans Paillasse (Canio).

 

LYS. — Crée la Rôtisserie de la Reine Pédauque (un Sergent du guet). Est affiché dans le Barbier de Séville (Pédrille), la Fille de Madame Angot (Guillaume), Louise (le Bricoleur), Manon (Brétigny), le Mariage aux Lanternes (Garde champêtre), Mignon (Jarno), Mireille (Ambroise), Sapho (le Patron), Sauteriot (un Paysan), la Tosca (le Geôlier, Angelotti), la Bohème (Benoît), le Jongleur de Notre-Dame (Moine sculpteur), Madame Butterfly (Yakusidé), les Noces de Figaro (Doublemain), Mârouf (un Mameluck) et, pour ses débuts le 06 juillet 1918, Werther (Johann).

 

MADA. — Débute vers 1822.

 

MAGNICOT Raphael. — Crée Madame Bovary (Martin) le 01 juin 1951.

 

MAGUENAT Alfred. — Baryton (vers 1880 ). Débute le 19 octobre 1908 dans la Traviata (le Baron). Chante Manon (Brétigny, Lescaut), Carmen (Escamillo), Louise (le Peintre), Pelléas et Mélisande (Pelléas), la Tosca (Scarpia), le Roi d’Ys (Karnac), Paillasse (Tonio), Cavalleria rusticana (Alfio) et le Barbier de Séville (Figaro). Par ailleurs, il a créé le 23 février 1914 Cléopâtre (Marc-Antoine) de Jules Massenet à l'Opéra de Monte-Carlo.

 

MAIEVSKI Maurice (Maurice MACHABANSKI dit). — Ténor (Paris, 11 janvier 1938 –). Engagé en 1963 à la RTLN. Chante Cavalleria rusticana (Turridu). Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

MAISON René. — Ténor belge (Frameries, Belgique, 24 novembre 1895 – 63. Le Mont-Dore, 11 juillet 1962). Débute en créant Résurrection (le Prince Dimitri) le 16 mai 1927. Chante Carmen (don José), le Roi d’Ys (Mylio), Julien (Julien), Werther (Werther), la Tosca (Mario Cavaradossi), Paillasse (Canio) et Sapho (Jean Gaussin).

 

MAJOUFFRE. — Débute le 02 mars 1941 dans le Barbier de Séville (Almaviva). Est également affiché dans Mignon (Wilhelm Meister).

 

MALLABRERA André. — Ténor. Débute le 14 décembre 1958. => biographie

 

MALLABRERA José. — Ténor. Débute le 15 juin 1947. => biographie

 

MALLET. — Baryton. Débute dans Paillasse (Sylvio) le 15 juin 1934.

 

MALVASIO Raymond. — Ténor (94.Fontenay-sous-Bois, 21 novembre 1909 – décembre 1987). Débute le 07 novembre 1937 dans Lakmé (le Kouravar). Crée Carmosine (Pédrillo), Chanson de Paris (Jean), le Couronnement de Poppée (un Soldat), Fantaisie Nocturne (Arlequin), Banquet (le Récitant) ; le 24 juin 1938 Zadig (un Pêcheur) de Jean Dupérier. Est affiché dans Angélique (l'Italien), le Bon roi Dagobert (le Guetteur), Carmen (Moralès) le Chemineau (Toinet), l’Enlèvement au Sérail (Pédrille), les Contes d’Hoffmann (Nathanaël), Ginevra (Barnabo), la Habanéra (1er Compère, 2e Aveugle), l’Heure espagnole (Gonzalve), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine musicien), Lakmé (Gérald), Louise (Marchand d'habits, Noctambule), le Médecin malgré lui (Léandre), Mireille (Andreloun, Vincent), les Noces de Figaro (Bazile), Pauvre Matelot (le Matelot), le Roi malgré lui (Comte de Nangis), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Jacques), le Sicilien (Tircis), la Traviata (un Domestique), la Bohème (Parpignol, Rodolphe), Werther (Brühlmann, Schmidt), Manon (un Garde, un Soldat), Scènes Dansées (le Récitant). En 1969 il devint régisseur de scène à l'Opéra-Comique et se retira en 1976.

 

MALVIGNE. — Débute en 1817.

 

MANOWARDA Josef von. — Basse polonaise (Cracovie, 03 juillet 1890 – Berlin, 24 décembre 1942). Chante Tristan et Isolde (Marke) en allemand avec l'Opéra de Bayreuth en novembre 1931.

 

MAQUAIRE Paul. — Débute le 09 avril 1933 dans Carmen (le Remendado). Crée le 17 février 1935 Gargantua (1er Chicanier) d'Antoine Mariotte ; Malvina (Arthur). Chante le Barbier de Séville (Notaire), Mignon (Frédéric), les Contes d’Hoffmann (Andrès, etc.), Frasquita (Hyppolite), Madame Butterfly (Goro), Manon (Guillot), les Noces de Figaro (Bazile), le Nouveau Seigneur du village (Blaise), le Pré-aux-Clercs (Canteralli).

 

MARCELIN Emile. — Ténor (59.Roubaix, 1885 – janvier 1947). Débute dans Werther (Werther) le 06 mai 1912. A créé Graziella (le Poète). A chanté la Navarraise (Araquil), Carmen (don José), Cavalleria rusticana (Torrido), le Chemineau (Toinet), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), le Hulla (Narsès), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), la Lépreuse (Ervoanik), Lakmé (Gérald), Julien (Julien), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), Paillasse (Canio), le Roi d’Ys (Mylio), Thérèse (Armand), la Tosca (Mario Cavaradossi), la Traviata (Rodolphe), la Bohème (Rodolphe).

 

MARCHAL. — Crée le Roi d'Yvetot (un Vieillard), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (le valet Criton), Scènes Alsaciennes (un Notable) — rôle de ses débuts le 18 mars 1915 — et joue Louise (un Agent), Mârouf (un Marchand).

 

MARCHI Emilio de. — Voir DE MARCHI Emilio.

 

MARC-NOHEL. — Baryton. Débute en 1891. Créé le 05 mai 1896 le Chevalier d'Harmental (Philippe d'Orléans) d'André Messager ; le 27 novembre 1897 Sapho (Caoudal) de Jules Massenet.

 

MARCOUX Vanni. — Voir VANNI-MARCOUX.

 

MARÉCHAL Adolphe. — Ténor belge (Liège, 26 septembre 1867 – Bruxelles, 01 février 1935). A débuté dans Carmen (don José) le 07 novembre 1895. A créé le 20 novembre 1901 Grisélidis (Alain) de Jules Massenet, Louise (Julien), l'Ouragan (Landry), la Reine Fiammette (Daniélo) ; le 20 janvier 1903 Titania (Yann) de Georges Hüe. A participé aux premières de la Bohème (Rodolphe) de Giacomo Puccini ; le 10 mai 1904 du Jongleur de Notre-Dame (Jean) de Jules Massenet, qu'il avait créé au Théâtre de Monte-Carlo le 18 février 1902. A été affiché également dans Cavalleria rusticana (Torrido), Don Juan (Ottavio), les Dragons de Villars (Sylvain), Joseph (Joseph), Lakmé (Gérald), Manon (Des Grieux), Mireille (Vincent), la Navarraise (Araquil), le Pardon de Ploërmel (un Faucheur), les Pêcheurs de perles (Nadir), le Pré-aux-Clercs (Mergy), le Roi d’Ys (Mylio). Il chanta à l'Opéra le 11 novembre 1900.

"Ténor de demi-caractère, a quoique jeune, plusieurs années de province, particulièrement au théâtre du Grand Cercle d'Aix-les-Bains. Son début s'est effectué dans le rôle de José, de Carmen. Depuis, il s'est fait apprécier dans les Pêcheurs de perles, Cavalleria rusticana, Carmen, les Dragons de Villars, et Don Juan. — Il a créé avec beaucoup de succès Rodolphe de la Vie de Bohème, où il a su faire apprécier sa très jolie voix."

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

 

 

Adolphe Maréchal en 1907

 

 

MARÉCHAL Nicolas. — Débute le 15 juin 1902 dans Louise (le Noctambule). Chante également le Roi d'Ys (Jahel).

 

MARGAILLAN. — Basse (04 juin 1829 –). Débute le 19 mai 1826 dans Joseph (Jacob). Chante également aux Concerts du Conservatoire (sociétaire du 18 décembre 1860 au 11 juin 1889).

 

MARGULIES Georges. — Ténor. Débute dans le Barbier de Séville (Almaviva) le 04 mars 1937. Participe le 21 février 1946 à la première de Fragonard (Dauberval) de Gabriel Pierné. Chante Angélique (l'Italien), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), Manon (Guillot), Masques et Bergamasques (Gilles), le Médecin malgré lui (Lucas), Mignon (Laerte), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (la Guéritaude), la Tosca (Spoletta), Werther (Schmidt).

 

MARIÉ DE L'ISLE Claude Marie Mécène. — Ténor (58.Château-Chinon, 22 mai 1811 – 60.Compiègne, 14 août 1879). Il chanta également à l'Opéra où il débuta le 03 juin 1840.

 

MARIO François. — Ténor. Débute le 16 septembre 1910. => biographie

 

MARION Paolo. — Ténor (Zagreb, Agram, 1895 – 1962). Débute le 15 avril 1932 dans la Tosca (Mario Cavaradossi)

 

MARIS Louis Alfred. — Basse (89.Saint-Sauveur, 04 mai 1849 –). Débute en 1876. Crée le 30 mai 1890 la Basoche (Louis XII) d'André Messager ; le 03 décembre 1890 Benvenuto (Coversini) d'Eugène Diaz. Chante également aux Concerts du Conservatoire (sociétaire le 12 octobre 1886).

 

MARNY Jean (Jean CÈBE dit). — Ténor (02 novembre 1885 –). Père de Gina Marny, soprano (épouse le chef d'orchestre Georges Prêtre). Débute dans Werther (Werther) le 09 août 1917. Crée la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Jacques Ménétrier). Chante Béatrice (Lorenzo), Carmen (don José), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), Lakmé (Gérald), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux), Paillasse (Canio), le Roi d’Ys (Mylio), Sapho (Jean Gaussin), la Tosca (Mario Cavaradossi), Julien (Julien) et la Bohème (Rodolphe). A sa retraite de chanteur, il se consacra à la direction d'opéra et dirigea notamment le Grand Théâtre de Marseille.

 

MARRIO Max. — Débute le 11 décembre 1925 dans Paillasse (Tonio). Est affiché dans le Chemineau (François), la Dame Blanche (Gaveston), la Bohème (Schaunard), les Voitures Versées (le Rond), le Barbier de Séville (Bazile) et le Mariage Secret (Geromino). En 1922, il chantait au Trianon-Lyrique.

 

MARS Jacques (Jacques HOCHARD dit). — Basse (Paris, 25 mars 1926 ). Engagé à la RTLN en 1956. Chante, à la salle Favart, les Pêcheurs de perles (Nourabad), le Roi malgré lui (Laski), Lakmé (Nilakantha), Dolorès (le Moine), Mireille (Ramon), les Contes d'Hoffmann (les quatre rôles graves), la Tosca (Scarpia), le Barbier de Séville (Basile), la Bohème (Colline), Pelléas et Mélisande (Golaud).

 

MARTELL Richard. — Ténor. Chante entre 1954 et 1972.

 

MARTIN Jean-Blaise. — Baryton (Paris, 24 février 1768 63.Tourzel-Ronzières, 28 octobre 1837). Débute au Théâtre Feydeau en 1789. Débute à l'Opéra-Comique en 1794 et prend sa retraite en 1823 et réapparait en 1826 puis en 1834 pour créer les Souvenirs de Lafleur qu'Halévy écrivit pour lui. Il fut professeur au Conservatoire de Paris de 1825 à 1837. Il est enterré au Père Lachaise (11e division). Il a laissé son nom à un type particulier de baryton léger (baryton-Martin). Crée le 31 mai 1802 le Concert interrompu (Alfred) d'Henri Montan Berton ; le 26 janvier 1804 la Romance (Frontin) d'Henri Montan Berton ; le 14 juillet 1806 les Maris garçons (Edmont) d'Henri Montan Berton ; le 24 janvier 1811 le Charme de la voix (Lafleur) d'Henri Montan Berton ; le 13 septembre 1813 Valentin (Valentin) d'Henri Montan Berton.

« Le public a été menacé cette année [1821] de perdre Martin. La représentation de retraite de cet admirable chanteur a été donnée le 24 mars. Talma s'y est montré dans Mithridate, et Mlle Mars dans la jeune femme colère. Martin n'a pas fait comme son ancien camarade, M. Elleviou, qu'on regrette et qu'on regrettera encore longtemps ; il a cédé aux vœux des nombreux admirateurs de son talent, il est resté. Cela n'a pas fait l'affaire de quelques-uns de ses co-sociétaires, dont l'amour-propre craint la comparaison ; mais le public en a été très satisfait, et c'est probablement au public que Martin voulait plaire d'abord. » [Almanach des spectacles, 1822]

(Ce fut un baryton cher aux spectateurs de l'Opéra-Comique, qui admiraient l'aisance avec laquelle il atteignait des notes aiguës de ténor. Il laissa d'ailleurs son nom à un emploi vocal, celui des « barytons Martin ». Orphelin à quatre ans, il travailla le violon et débuta comme instrumentiste à la Comédie-Italienne. C'est Henri Berton qui lui conseille de monter sur les planches. Il s'essaya dans les concerts, y révélant une voix pure et musicale, et il débuta en 1789 au théâtre de Monsieur dans le Marquis de Tulipano de Paisiello. C'est en 1794 qu'il entra à l'Opéra-Comique. Il y resta jusqu'en 1823, assurant avec succès une multitude de rôles et y créant en particulier le Barbier de Séville de Paisiello (Figaro) dans sa version française, Maison à vendre (Darmond), l'Irato (Scapin), Ma tante Aurore (Frontin), Jean de Paris (le Sénéchal), le Nouveau Seigneur du village (Frontin), Joconde (Joconde), Jeannot et Colin (Jeannot), la Fête du village voisin (de Renoville), le Petit Chaperon rouge (Rodolphe), les Voitures versées (Dormeil) et le Maître de chapelle (Barnabé). Ayant étudié la composition avec Candeille, il signa plusieurs mélodies, des pièces pour violon, et un aimable petit acte, les Oiseaux de mer, qui fut créé au théâtre Feydeau. Il fut nommé professeur au Conservatoire en 1826.)

 

MARTIN. — Débute en 1896.

 

MARTIN William. — Ténor. Débute dans Werther (Werther) le 25 mai 1923. Crée le Poème du Soir (Philippe). Chante les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), Julien (Julien), la Tosca (Mario Cavaradossi), Madame Butterfly (Pinkerton), le Roi d'Ys (Mylio) et la Bohème (Rodolphe).

 

MARTINET. — Débute le 23 juin 1915 dans Manon (le Comte Des Grieux). Chante la Chambre Bleue (le Garçon), Lakmé (Nilakantha), Mireille (Ramon), Paillasse (Tonio), le Roi d’Ys (le Roi) et Werther (le Bailli).

 

MARVINI Robert. — Basse (1885-). Participe à la première le 03 juin 1930 d'Angélique (le Nègre) de Jacques Ibert, qu'il a créé le 28 janvier 1927 au Théâtre Fémina. Par ailleurs, il a créé au Théâtre des Champs-Elysées le 24 avril 1924 le Carrosse du Saint-Sacrement (l'Evêque) de lord Berners.

 

MARZO. — Débute le 12 mai 1940 dans Lakmé (Nilakantha).

 

MARZOLLI (Gaston MAZEROLLE dit). — Ténor (près de Vichy, 21 août 1897 –). Débute dans Paillasse (Canio) le 29 septembre 1935.

 

MASINI. — Ténor. En représentation, chante le Requiem de Verdi le 19 avril 1875.

 

MASSARD Robert. — Baryton (64.Pau, 15 août 1925 –). Débute en 1953. Chante le Jongleur de Notre-Dame (un Moine peintre, 1954), Manon (Lescaut, 1957), les Pêcheurs de perles (Zurga), le Barbier de Séville (Figaro), Carmen (Escamillo), Paillasse (Sylvio), Mireille (Ourrias), la Traviata (d'Orbel), la Bohème (Marcel).

 

MASSET Nicolas Jean Jacques. — Ténor (Liège, 27 janvier 1811 – 45.Beaugency, octobre 1903). Il débuta le 20 septembre 1839 dans la Reine d'un jour. Il chanta aussi à l'Opéra où il débuta en 1849.

 

MASSON. — Débute avant 1823.

 

MASSONNET. — Chante en 1954 le Jongleur de Notre-Dame (un Ivrogne).

 

MATHYL. — Créateur de Cantegril (Marchand d'images), la Femme nue (l'Avoué), le Poirier de Misère (le Lépreux), Sarati le Terrible (un Portefaix, un Aveugle), est affiché dans Angélique (le Diable), Ariane et Barbe Bleue (un Paysan), les Brigands (un Courrier, un Huissier), Carmen (le Rémendado), Don Quichotte (Rodriguez, Juan, un Bandit), Lorenzaccio (Maffio, Alamano), Louise (Marchand d'habits), Madame Butterfly (Yamadori, Goro), Manon (Brétigny), le Hulla (un Mendiant), les Noces de Figaro (Bri-d'Oison), Paillasse (Beppe), Résurrection (un Officier), le Roi d'Yvetot (le Sonneur), le Roi malgré lui (Liancourt), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (un Postillon), la Tosca (Spoletta, Sciarrone), la Vie brève (une Voix), les Voitures versées (un Voyageur). A débuté le 27 décembre 1925 dans Mârouf (Chef des marins, un Muezzin).

 

MAUGUIÈRE Georges Louis Alexandre. — Baryton (59.Douai, 08 juillet 1860 –). Débute le 05 décembre 1884 dans Roméo et Juliette (Pâris).

 

MAURANE Camille (Camille MOREAU dit). — Baryton (76.Rouen, 29 novembre 1911 – 95.Eaubonne, 21 janvier 2010). Fils de Robert Moreau, professeur de chant. Epouse Odile Versini, cantatrice. A également été affiché sous le nom de MOREAU. Débute le 14 janvier 1940 dans le Jongleur de Notre-Dame (Moine musicien). Crée Dolorès (un Soldat), Ginevra (Doria), Nèle Dooryn (le Capitaine), Mon oncle Benjamin (un Homme), le Oui des Jeunes Filles (un jeune homme). Chante le Barbier de Séville (Pédrille), la Basoche (Ecuyer du Roy), Carmen (Moralès), l’École des Maris (un Clerc), Fantaisie Nocturne (Pierrot), Lakmé (le Kouravar, Frédéric), Louise (Marchand d'habits, le Chansonnier), Madame Bovary (Martin, l'Aveugle), Madame Butterfly (Yakusidé, Yamadori), Paillasse (Sylvio), Pelléas et Mélisande (Pelléas), Masques et Bergamasques, le Roi malgré lui (Maugiron), la Vie brève (le Chanteur), la Bohème (Parpignol, Marcel), Werther (Albert), Mireille (un Arlésien), les Contes d’Hoffmann (Nicklauss). De 1962 à 1981, il fut professeur de chant au Conservatoire.

 

MAURAS. — Ténor. Débute en 1878.

 

MAUREL Victor. — Baryton (13.Marseille, 17 juin 1848 – New York, 22 octobre 1923). Débute à l'Opéra le 04 mars 1868. Débute à l'Opéra-Comique le 06 octobre 1885 dans l'Etoile du Nord (Peters). Chante Zampa, le Songe d'une nuit d'été, Don Juan. Chante, à partir de 1900, Falstaff (Falstaff) et le Juif Polonais (Mathis), deux rôles qu'il créa salle Favart. Verdi l'avait choisi pour créer Otello (Iago) et Falstaff (Falstaff) à la Scala de Milan. En 1883, il tenta de ressusciter le Théâtre Italien à Paris.

 

 

 

Victor Maurel dans Falstaff (Falstaff)

 

 

MAUREL Louis. — Chanteur et comédien (Paris, 1859 Paris, 1936). A l'occasion d'un Gala, il a participé, salle Favart, à la première de la Fille de Madame Angot (Cadet) le 28 décembre 1918.

 

MAURETTE. — Interprète Paillasse (un Paysan), ayant débuté dans Mârouf, savetier au Caire (un homme de police) le 02 mai 1915.

 

MAX-CONTI. — Basse. Débute le 08 octobre 1952 dans Manon (le Sacristain). Est affiché dans Mignon (Antonio), Carmen (Lillas Pastia), Ciboulette (Jean-Pierre).

 

MAYAN Joseph Marius. — (13.Marseille, 22 décembre 1847 ). Débute en 1876.

 

MAZOTA Alexandre. — Ténor. Chante entre 1954 et 1972.

 

MEDINI. — Basse. En représentation, chante le Requiem de Verdi le 19 avril 1875.

 

MÉDUS Henri. — Basse (Guelma, près de Constantine, 21 octobre 1904 – novembre 1985). Débute le 20 avril 1941 dans Pelléas et Mélisande (Arkel). Chante le Chemineau (Pierre), l'Enlèvement au Sérail (Osmin), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine sculpteur).

 

MÉGRET Henri. — Ténor. Débute le 22 décembre 1942 dans la Tosca (Mario Cavaradossi). Chante Carmen (don José) et Cavalleria rusticana (Torrido).

 

MEILLET Auguste Alphonse Edmond. — Baryton. Débute le 28 mai 1852. => biographie

 

MEINSTER. — Débute le 20 février 1920 dans la Habanéra (un petit garçon). Est affiché dans Gianni Schicchi (Ghérardino).

 

MELCHISSÉDEC Pierre-Léon. — Baryton (63.Clermont-Ferrand, 07 mai 1843 – Paris, 23 mars 1925). Débute le 16 juillet 1866 en créant José-Maria de J. Cohen. Il entra à l'Opéra le 07 novembre 1879.

 

MELGATI. — Débute le 06 septembre 1907 dans Louise (le Peintre). Est affiché dans Alceste (un Hérault), le Barbier de Séville (Pédrille), Carmen (Moralès), la Basoche (Veilleur de nuit, Ecuyer du Roy), les Dragons de Villars (le Pasteur), Mireille (Ambroise, le Passeur), la Habanéra (3e compère, 1er aveugle), Madame Butterfly (Commissaire impérial) et la Traviata (le Baron).

 

MELONI Claude. — Baryton (13.Marseille, 06 août 1940 –). Débute en 1969 dans Madame Butterfly (Sharpless). Chante les Contes d'Hoffmann (Nicklausse) ; Werther (Albert) ; la Bohème (Marcel, Schaunard) ; les Noces de Figaro (le Comte) ; la Chauve-Souris (Tourillon) ; la Pietra del Paragone (Pacuvio).

 

MÉNIER Philippe-Thomas. — Basse. Débute le 09 février 1773 dans le Huron de Grétry. Chante Sylvain de Grétry et le Déserteur de Monsigny.

 

MESMAECKER Louis. — Ténor (16 juillet 1858 ). Fils de l'acteur Pierre Joseph de Mesmaecker (Bruxelles, 1826 octobre 1901). A débuté le 25 juin 1900 au Palmarium du Jardin d'acclimatation dans le Roi l'a dit (Pâcome). A créé salle Favart la Carmélite (Maître à danser), Céleste (un Notaire), la Chambre Bleue (Moulinot), le Clos (Pelavoix), la Coupe enchantée (Tobie), la Fille de Tabarin (Pradel), Gianni Schicchi (Spinelloccio), la Jota (Chinchin), le Joueur de Viole (le Grand Symphoniste), Julien (l'Acolyte), le Légataire Universel (Cristobel), Lorenzaccio (Baptista Venturi), le 25 février 1914 la Marchande d'allumettes (le Marchand de jouets) de Tiarko Richepin, le Mariage de Télémaque (Posadochus), Mârouf (le Fellah), Muguette (van Hert), Noël (le Sacristain), la Petite Maison (Jasmin), le Poirier de Misère (un Embaumeur), Sauteriot (l'Aubergiste), la Sœur de Jocrisse (Jocrisse), la Troupe Jolicœur (Traîne-Misère), Une Aventure de la Guimard (le Lieutenant de police), Cigale (Madame Fourmi), les Lucioles (Pan). Il a participé à la première le 07 octobre 1924 de Don Quichotte (un Valet) de Jules Massenet. A été affiché en outre dans la Basoche (Maître Guillot), les Bavards (Torrido), le Caïd (Ali-Bajou), Carmen (le Rémendado), le Chemineau (Martin), les Contes d’Hoffmann (Andrès, etc.), le Déserteur (Bertrand), les Deux Aveugles (Giraffier), les Dragons de Villars (Thibaut), Falstaff (Bardolphe), Farfadet (Bastien), la Fille de Madame Angot (Trénitz), la Fille du Régiment (Hortensius), Fortunio (Subtil), Fra Diavolo (Beppo), Galathée (Midas), Lakmé (Hadji), Louise (Poète), Madame Butterfly (Goro), Manon (Guillot), Maison à vendre (Ferville), le Maître de chapelle (Benetto), Mârouf (un Marchand, l'ânier), le Médecin malgré lui (Lucas), Mignon (Frédéric, Laerte), le Pardon de Ploërmel (Loic), Phryné (Cynalopex), les Pèlerins de la Mecque (Osmin), les Rendez-vous bourgeois (Bertrand), Richard Cœur de Lion (Charles Guillot), la Tosca (Sciarrone), la Servante Maîtresse (Scapin), la Vivandière (Lafleur), la Bohème (Saint-Phar), Werther (Schmidt), Zampa (Dandolo), Javotte (le Garde champêtre), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (la Guéritaude).

 

MESTRAL Armand (Armand SELIKSON dit). — Basse (Paris, 25 novembre 1917 –). Débute le 29 novembre 1942 dans la Traviata (le Docteur). Chante la Lépreuse (un Prêtre, un Paysan), Lakmé (un Marchand, le Kouravar), Werther (Brühlmann), Carmen (Zuniga), la Bohème (Colline).

 

MEYER-WOLFF Frido. — Baryton-basse (Potsdam, 22 avril 1934 –). Débute le 21 octobre 1963 en créant le Dernier Sauvage (Kodanda) de Gian Carlo Menotti. Chante la Bohème (Colline, 1964).

 

MEYRONNET Auguste Pierre. — (Tournai, 17 janvier 1849 ). Débute en septembre 1873.

 

MEZY François. — Baryton (30.Montfrin, 1872 – novembre 1963). Débute le 03 septembre 1910 dans Carmen (Escamillo). Chante Cavalleria rusticana (Alfio), Louise (le Père) et le Roi d'Ys (Karnac).

 

MICALEF. — Débute vers 1818.

 

MICHARD. — Ténor. Débute en 1886. A créé le 06 décembre 1886 Egmont (Jetter) de Gaston Salvayre ; le 18 mai 1887 le Roi malgré lui (d'Elbeuf) d'Emmanuel Chabrier.

 

MICHAUD. — Débute en 1898. Crée Louise (un Agent) le 02 février 1900, joue la Fille du Régiment (le Caporal).

 

MICHAULT. — Débute vers 1874.

 

MICHEL Jean. — Ténor. Débute dans Louise (le Noctambule) le 03 janvier 1948. Crée Blaise le Savetier (1er Recors), Ciboulette (Jules), Dolorès (un Matelot), le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti. Chante les Contes d’Hoffmann (Nathanael), Lakmé (un Marchand), Madame Bovary (un Paysan), le Oui des Jeunes Filles (un jeune Homme), Paillasse (un Paysan), la Vie brève (une voix), la Bohème (Parpignol), l’Enfant et Sortilèges (la Théière).

 

MICHELETTI Gaston. — Ténor (20.Tavaco, 05 janvier 1894 – 20.Ajaccio, 21 mai 1959). Débute le 13 décembre 1925 dans Manon (Des Grieux). Est le créateur de : Angélo (Rodallo), Chevalier de Mauléon (le Chevalier), la Femme et Pantin (Matéo), le Joueur de Viole (le Joueur), Sarati le Terrible (Gilbert), Tarass Boulba (Andry). Est affiché en outre dans Carmen (don José), Cavalleria rusticana (Torrido), Iphigénie (Pylade), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), Lakmé (Gérald), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (un Sergent), Paillasse (Canio), Résurrection (Prince Dimitri), le Roi d’Ys (Mylio), Sapho (Jean Gaussin), la Vie Brève (Paco), Werther (Werther), la Bohème (Rodolphe), la Tosca (Mario Cavaradossi) et Roméo et Juliette (Roméo).

 

MICHOT Pierre Jules. — Ténor (1832 avril 1896).

 

MICHU Louis. — Acteur (04 juin 1754 1802). Débute le 18 janvier 1775. Crée le 23 août 1790 les Rigueurs du cloître (le Comte) d'Henri Montan Berton ; le 15 mars 1797 Ponce de Léon (Ponce de Léon) d'Henri Montan Berton ; le 05 août 1798 le Rendez-vous supposé (Florville) d'Henri Montan Berton.

 

MINVIELLE Auguste. — Ténor (64.Orthez, 17 décembre 1877 avril 1905). Débute le 30 septembre 1902 dans Louise (le Marchand d'habits). Crée la Reine Fiammette (Jean Vassari) et Marie Magdeleine (un Disciple). Chante Alceste (un Coryphée), la Carmélite (un Musicien), Mireille (Vincent).

 

MIRAL Pierre Antoine Henri. — (31.Toulouse, 02 décembre 1837 ). Débute en 1869.

 

MIRO-SKALA. — Débute le 05 juin 1949 dans la Bohème (Rodolphe) qu'il chante en italien.

 

MOCKER Toussaint Eugène Ernest dit Ernest. — Ténor et metteur en scène (69.Lyon, 16 juin 1811 ). Il appartenait à la troupe en 1844. Il fut professeur de déclamation lyrique (opéra-comique) au Conservatoire de Paris (1860-1887). Chanta également aux Concerts du Conservatoire (sociétaire du 04 janvier 1830 au 25 janvier 1833, puis du 20 novembre 1839 au 31 janvier 1843).

« Simple timbalier en 1830, il franchit la rampe et attaque bravement, avec le gracieux filet de voix que vous lui connaissez, un air sur la clé de fa, celui du sénéchal dans Jean de Paris ! Puis la province nous l'enlève et nous le garde huit ans. Après avoir chanté tour à tour les chollet, les barytons et les ténors légers, Mocker revient à Paris conquérir enfin sa place et son originalité. Il débute avec éclat dans Polichinelle.

Chanteur de beaucoup d'art et de beaucoup d'adresse ; acteur sympathique ; comique d'un goût fin, délicat, retenu, — la gaîté des gens d’esprit ! — Mocker est l'incarnation et la tradition vivante du genre de l'Opéra-Comique. — Dans le nombre très grand de ses créations heureuses, il compte deux rôles hors ligne : — Montauciel et Gille ravisseur.

Mocker touche 13.000 francs par an ; son engagement est de trois années.

Le garçon meunier du Roi d'Yvetot. — l'Eau merveilleuse. — le Maçon. — Gille ravisseur. — le Toréador. — les Porcherons. — le Déserteur. »

(H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

 

MOLESE Michele. — Ténor (New York, 29 août 1928 – Broni, 05 juillet 1989). Débute le 21 octobre 1963 en créant le Dernier Sauvage (Kodanda) de Gian Carlo Menotti.

 

MOLINIER. — Débute le 15 mars 1827 dans Euphrosine et Coradin (Alibour).

 

MOLLET Pierre. — Baryton (Neufchâtel, Suisse, 23 mars 1920 –). Débute dans Pelléas et Mélisande (Pelléas) le 20 janvier 1952.

 

MONDAUD François. — Baryton (33.Bordeaux, 10 avril 1860 ). Epouse à 75011.Paris le 29 mai 1890 Charlotte Christine Cabot dite Panseron, cantatrice. Débute le 23 novembre 1893 en créant l'Attaque du moulin (Capitaine ennemi). Est affiché, à partir de 1900, dans Cavalleria rusticana (Alfio), Don Juan (don Juan), Carmen (Escamillo), Mireille (Ourrias), le Pardon de Ploërmel (Hoël), les Pêcheurs de perles (Zurga) et Lakmé (Nilakantha). Il a participé le 03 octobre 1895 à la première de la Navarraise (Remigio) de Jules Massenet. Il a créé le 23 mars 1898 l'Ile du rêve (Tairapa) de Reynaldo Hahn.

"Baryton, chanta le grand répertoire à Lyon et à Rouen. Il a créé remarquablement le rôle de l'officier ennemi de l'Attaque du moulin et a repris celui de Sainte-Croix, dans Paul et Virginie. Il chante le Toréador et Carmen ; il a chanté Don Juan, après Maurel et Bouvet. Voix forte et bien timbrée." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

MONDONVILLE. — Débute le 21 juin 1825 dans Euphrosine et Coradin (Alibour) et la Fête du village voisin (Henri).

 

MONJAUZE Jules. — Ténor. Chante le 07 juillet 1870. => biographie

 

MONROSE cadet. — Débute le 09 août 1822 dans Ma tante Aurore (Frontin).

 

MONTAUBRY Achille-Félix. — Ténor (79.Niort, 12 novembre 1826* 49.Angers, 02 octobre 1898*). Frère d'Edouard Montaubry, compositeur. Epouse à La Haye en 1850 Caroline Elisa Prévost (Paris, 13 décembre 1828 ), fille de la cantatrice Zoé Prévost. Débute en 1846.

 

MONTAUBRY. — Crée la Chambre bleue (la Voix de l'Anglais) le 16 janvier 1902 et la Carmélite (Capitaine des Gardes) le 16 décembre 1902.

 

MONTÉGUT Philippe. — Baryton. Débute le 30 avril 1899. => biographie

 

MORATI André. — Ténor (Paris, 21 mai 1877 –). Débute le 07 octobre 1904 dans Cavalleria rusticana (Torrido). Chante la Traviata (Rodolphe).

 

MOREAU. — Acteur comique. Crée le 05 août 1798 le Rendez-vous supposé (Lafleur) d'Henri Montan Berton ; le 26 septembre 1808 Ninon chez Madame de Sévigné (Comtois) d'Henri Montan Berton ; le 13 septembre 1813 Valentin (Faribulli) d'Henri Montan Berton.

 

MOREAU-SAINTI Théodore François. — Ténor. Débute le 05 mai 1829. => biographie

 

MORISSON. — Débute dans Paillasse (Tonio) le 12 juin 1921.

 

MORLET. — Baryton. Débute en 1877.

 

MORLIER. — Débute dans le Barbier de Séville (Bazile) le 30 octobre 1949.

 

MOROT Louis. — Basse (21.Dijon, 06 avril 1905 –). Débute le 07 novembre 1937 dans Lakmé (Nilakantha). Crée Nele Dooryn (Père Fredeals) ; le 24 juin 1938 Zadig (Orcan) de Jean Dupérier. Est affiché dans Amphitryon 38 (le Trompette), Ariane à Naxos (le Maître de Musique), l'Enlèvement au Sérail (Osmin), Manon (le Comte), le Médecin malgré lui (Géronte), Mireille (Ramon), les Noces de Figaro (Antonio), Pauvre Matelot (Beau-Père), les Pêcheurs de perles (Nourabad), la Bohème (Colline).

 

MORTON. — En représentation, joue Carmen (Lillas Pastia) le 07 décembre 1936.

 

MORTURIER Nicolas Louis dit Louis. — Basse (58.Saint-Pierre-le-Moutier, 02 décembre 1888 – 12 mai 1969). Débute le 23 septembre 1919 dans la Tosca (Angelotti). A créé l'Appel de la Mer (un Homme), le Bon roi Dagobert (Pépin), la Brebis Égarée (Père Gabriel), Cantegril (Miguel), Comme ils s'aiment (M. Deschars), la Femme et le Pantin (l'Inspecteur, Garcia, le Sérèno), la Gageure imprévue (Dubois) ; le 17 février 1935 Gargantua (4e Buveur, Baizeluc, Marquet) d'Antoine Mariotte ; Lorenzaccio (Sir Maurizzio), Rayon de Soieries (M. Comptant) ; le 17 décembre 1928 Riquet à la houppe (Mordax) de Georges Hüe ; Sainte Odile (Odulf), Sarati le Terrible (un Matelot), la Tisseuse d'Orties (le Prévôt), le 06 novembre 1922 les Uns et les autres (Corydon) de Max d'Ollone. A été d'autre part affiché dans Ariane et Barbe Bleue (un Paysan), la Basoche (Chancelier), Béatrice (Vieux Pêcheur), Carmen (Zuniga), le Chalet (Max), Chemineau (Maître Pierre), les Contes d’Hoffmann (Crespel), la Dame Blanche (Mac Irton), Don Quichotte (Chef bandits), Fortunio (Guillaume), Gianni Schicchi (Simone), Gismonda (Malaxas, l'Evêque Sophron ), Grisélidis (le Prieur), la Habanéra (4e Compère, 3e Aveugle), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine sculpteur ; le Prieur), Louise (Bricoleur, Chiffonnier), Manon (l'Hôtelier, le Comte), le Médecin malgré lui (Géronte), Mignon (Jarmo, Lothario), Mireille (Ramon, Ambroise, le Passeur), Mârouf (le Vizir), Madame Butterfly (le Bonze), le Mariage de Télémaque (Phémiros), la Navarraise (Remiggio), les Noces de Figaro (Antonio, Figaro), Dans l’ombre de la Cathédrale (Pérez), Pauvre Matelot (Beau-père), les Pêcheurs de perles (Nourabad), Pelléas et Mélisande (Arkel), Pénélope (Ctésippe), la Pie Borgne (Olivier), le Pré-aux-Clercs (Girot), Résurrection (Gardien-chef), le Rêve (Hubert), le Roi d'Ys (le Roi), le Roi malgré lui (Villequier), la Rôtisserie de la reine Pédauque (Léonard), Sapho (Césaire, le Patron du restaurant), Sauteriot (le Curé), le Sicilien (Philène), la Tosca (le Sacristain), la Traviata (le Marquis, le Docteur), la Bohème (Benoit), Werther (le Bailli, Johann), le Roi Candaule (Hermanax), les Amoureux de Catherine (Rebstock).

 

MORYN Gilbert (Gilbert Etienne MORIN dit). — Basse (Paris, 02 novembre 1892 – 06.Cannes, 02 décembre 1973). Chante entre 1954 et 1972.

 

MOSJOUKINE Alexandre. — Basse russe (1877 1952). Frère de l’acteur de cinéma Ivan Ilitch Mosjoukine (près de Penza, Russie, 26 septembre 1889 – 92.Neuilly-sur-Seine, 17 janvier 1939). Epouse Cléo Carini. Il émigre en France après la Révolution russe. En représentation, débute le 14 octobre 1926 dans Don Quichotte (don Quichotte).

 

MOUGEAT Henri Joseph. — Joue au Palais-Royal (1863-1865), à l'Opéra-Comique (1867-1869), au Palais-Royal (1870-1872), aux Bouffes-Parisiens (1873-1875).

 

MOULIÉRAT Jean. — Ténor. Débute le 11 novembre 1879. => biographie

 

MOUTIA. — Chante le Barbier de Séville (Almaviva) (entre 1900 et 1950).

 

MOUZELER. — Baryton. Débute en 1888.

 

MURACCIOLE Bernard (dit ensuite Bernard-Jean MURA). — Ténor puis baryton (Bizerte, Tunisie, 24 novembre 1937 ). Chante Gianni Schicchi (Rinuccio) ; Madame Butterfly (Pinkerton) ; la Chauve-Souris (Alfred) ; la Bohème (Rodolphe). Participe le 12 juin 1970 à la première de Colombe (Armand) de Jean-Michel Damase.

 

MURATET Antoine. — Ténor (31.Toulouse, 19 août 1862 ). Débute le 22 novembre 1885 dans Lalla-Roukh. A débuté à l'Opéra le 22 mars 1886.

 

 

 

Antoine Muratet

 

 

MURATORE Lucien. — Ténor (13.Marseille, 29 août 1876 – Paris, 16 juillet 1954). Epouse.1. en 1906/1907 (divorce en 1913) Marguerite Beriza ; ép.2.1913. Lina Cavalieri. Débute en créant la Carmélite (le Roi) le 16 décembre 1902. Crée également Cor Fleuri (Sivère) et Muguette (Lionel). A chanté Carmen (don José), Mignon (Wilhelm Meister), Roméo et Juliette (Roméo), la Traviata (Rodolphe) et Pénélope (Ulysse). A été Directeur de l'Opéra-Comique durant quelques semaines en 1944.

 

MUSY Louis François dit Louis. — Baryton (Oran, Algérie française, 22 octobre 1902 – 19 octobre 1981). Epouse Renée Gilly, cantatrice. Débute le 17 octobre 1925 dans le Chemineau (le Chemineau). A créé Cyrano de Bergerac (de Casteljaloux), École des Maris (Sganarelle), la Femme nue (Rouchard), George Dandin (Dandin), Mon oncle Benjamin (Minxit), le Pauvre Matelot (Son Ami), Quatre-Vingt-Treize (Sergent Radoub) ; le 17 mars 1932 le Roi bossu (Balthazar) d'Elsa Barraine ; le Roi d'Yvetot (le Roi), Scémo (Tappatto). Il a participé à la première le 17 novembre 1931 de la Belle de Haguenau (Kasper) de Maurice Fouret. A chanté en outre le Barbier de Séville (Bartholo), la Basoche (Duc de Longueville), les Brigands (Falsaccapa), Pelléas et Mélisande (Golaud), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), Don Quichotte (Sancho), Fortunio (Maître André), Gargantua (Frère Jean), Grisélidis (Marquis de Saluces), la Habanéra (Ramon), Iphigénie (Oreste), le Jongleur de Notre-Dame (Boniface), le Joueur de Viole (le Roi), le Juif Polonais (Mathis), Lakmé (Nilakantha), Lorenzaccio (Roberto Corsini), Louise (le Père), Manon (Lescaut), le Médecin malgré lui (Sganarelle), Mireille (Ourrias), Paillasse (Tonio), les Pêcheurs de perles (Zurga), le Pré-aux-Clercs (Girot), Phryné (Dicéphile), le Roi d'Ys (Karnac), le Roi malgré lui (Fritelli), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Jérôme Coignard), la Tosca (Scarpia), la Traviata (d'Orbel), la Vie brève (Manuel), la Bohème (Schaunard), Werther (Albert), Cavalleria rusticana (Alfio), Falstaff (Sir John Falstaff), Rigoletto (Rigoletto), Carmen (Escamillo, Lillas Pastia). Il fut directeur des mises en scène à partir de 1947.

 

NAINVILLE. — Acteur ( 1780). Débute à la Comédie-Italienne le 03 mai 1767 dans le Maréchal ferrant de Philidor. Il chanta le Cadi dupé de Monsigny, les Deux chasseurs de Duni, la Laitière de Duni, Mazet de Duni, le Soldat magicien de Philidor.

 

NARBONNE Pierre-Marie. — Débute à la Comédie-Italienne en octobre 1772. Il chanta Sylvain (Sylvain) de Grétry, Tom Jones (Wessern) de Philidor, le Roi et le fermier (Richard) de Monsigny. Il prit sa retraite en 1787.

 

NATHAN Elias. — Basse (Hombourg, 15 janvier 1822 Paris, 28 octobre 1884). Chante de 1847 à 1881. Il fut régisseur de l'Opéra-Comique. Il chanta également aux Concerts du Conservatoire (sociétaire du 20 novembre 1849 au 30 mai 1882).

« Nathan a laissé percer quelques bourgeons d'un comique heureux dans l'Ombre d'Argentine et les Trovatelles. Deux années d'engagement, 6.000 fr. » (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

 

NEATE Ken. — Ténor (Cessnock, Australie, 27 juillet 1914 –). Chante entre 1954 et 1972.

 

NÈGRE Angély Louis dit Louis. — Basse (81.Carmaux, 14 août 1902 – 29 avril 1962). Epouse Suzanne Sarroca, cantatrice. Débute le 06 avril 1933 dans la Tosca (Angelotti). Crée Frasquita (José). Chante Louise (le Bricoleur), Résurrection (un Paysan), la Tosca (Scarpia), Werther (Johann), le Pré-aux-Clercs (un Archer).

 

NÉQUEÇAUR Jean. — Ténor (64.Idaux-Mendy, 27 avril 1900 1980). Débute le 25 novembre 1929 dans Cavalleria rusticana (Torrido). Crée le Roi d'Yvetot (le Sonneur). Chante les Armaillis (Hansli), Carmen (don José), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), Madame Butterfly (Pinkerton), la Tosca (Mario Cavaradossi) et la Bohème (Rodolphe).

 

NEVEU. — Basse. Débute vers 1872. Crée le 30 novembre 1872 Don César de Bazan (Don José de Santarem) de Jules Massenet.

 

NICOLINI Ernesto. — Ténor. Débute le 10 juillet 1857. => biographie

 

NICOT Charles-Auguste. — Ténor. Débute le 01 mars 1869. => biographie

 

NIEL Léon. — Débute le 14 février 1924 dans le Chalet (Daniel). A créé Angelo (3e Invité, l'Intendant, 2e Buveur), Cantegril (Raccommodeur de faïences), la Femme nue (Gréville), Frasquita (Leblant), le 17 février 1935 Gargantua (Fracassous) d'Antoine Mariotte, les Indes Galantes, le Poirier de Misère (le Trouvère), le Roi d'Yvetot (Jean-Louis), Sarati le Terrible (un Muezzin, un Matelot, l'Ivrogne), Tarass Boulba (un Juif), Tristan et Isolde (un Pâtre). A en outre été affiché dans Angélique (l'Italien), Aphrodite (Philodème), le Barbier de Séville (Almaviva), Béatrice (Fabio), les Contes d’Hoffmann (Nathanael), la Dame Blanche (Georges), Don Quichotte (Rodriguez), Frasquita (Paolo, 2e Gendarme), Gismonda (Tibério, Andrioli), la Habanéra (un Andalou), le Jongleur de Notre-Dame (Moine poète), Lakmé (Gérald), Lorenzaccio (Maffio, Alamano, Julien Salvati, Tébaldio), Louise (Noctambule, Poète, Peintre), Madame Butterfly (Yamadori), Mârouf (le Fellah, un Muezzin), Masques et Bergamasques, Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), Paillasse (un Paysan), Pénélope (Antinous, Léodès), Tosca (Spoletta), la Bohème (Parpignol), Werther (Schmidt), Tristan et Isolde (Mélot).

 

NIVETTE Louis Marie Juste dit Juste. — Basse (Paris, 09 juin 1866 ). Chante, à partir de 1900, la Flûte enchantée (Sarastro), rôle de ses débuts le 16 décembre 1892. Il entra à l'Opéra le 09 avril 1900.

 

NOEL André. — Ténor (15 août 1892 – 06 octobre 1967). Débute le 02 octobre 1947 dans l'Étoile (Hérisson). Crée le Carrosse du Saint-Sacrement (Martinez), Ciboulette (Victor), la Farce de Maître Pathelin (le Berger), Il était un Petit Navire (Sosthène), Madame Bovary (Nicolas) et Dolorès (un Buveur). Est affiché dans Ariane à Naxos (Maître à danser), le Barbier de Séville (le Notaire), Carmen (le Rémendado, Lillas Pastia), les Contes d’Hoffmann (Andrès, etc.), Lakmé (Hadji), Louise (un Agent, 2e Philosophe, le Poète), Manon (Guillot), Mignon (Laerte), Masques et Bergamasques (Arlequin), la Tosca (Spoletta, le Sacristain), la Bohème (Saint-Phar), Werther (Schmidt), les Noces de Figaro (Doublemain), Angélique (un Voisin).

 

NOGUERA Louis (Louis CLAVER dit). — Baryton (Alger, 12 décembre 1910 – Paris, 08 mars 1984). Débute le 02 décembre 1945 dans Carmen (Escamillo). Crée le Carrosse du Saint-Sacrement (le Vice-Roi). Est affiché dans Cosi fan tutte (Guillaume), Madame Bovary (Lheureux), Manon (Lescaut), Mireille (Ourrias), les Noces de Figaro (Figaro).

 

NOHEL. — Voir MARC-NOHEL.

 

NORÉ Georges (Georges Pierre Léon TOURNEZ dit). — Ténor (72.Le Mans, 25 mars 1910 ). Débute le 29 mars 1942 dans la Traviata (Rodolphe). Chante Lakmé (Gérald), Manon (Des Grieux), Madame Butterfly (Pinkerton), la Tosca (Mario Cavaradossi) et Werther (Werther). Crée Dolorès (Toinet).

 

NOUGARO Pierre Laurent François dit Pierre. — Baryton (31.Toulouse, 27 avril 1904 – 13.Marseille, 26 octobre 1988). Père du chanteur Claude Nougaro (31.Toulouse, 09 septembre 1929 – Paris, 04 mars 2004). Débute le 18 octobre 1942 dans les Pêcheurs de perles (Zurga). Chante le Chemineau (le Chemineau), la Tosca (Scarpia).

 

NUCELLY Louis. — Baryton (1883 ). Débute le 27 février 1919 dans la Tosca (Scarpia).

 

NUIBO Augustin dit Francisco. — Ténor (13.Marseille, 01 mai 1874 – 06.Nice, avril 1948). Débute à la Gaîté-Lyrique le 27 février 1908 dans Lakmé (Gérald). Chante Cavalleria rusticana (Torrido) et la Bohème (Rodolphe).

 

OGER Maurice. — Ténor (1891 –). Débute le 25 mai 1922 dans Cavalleria rusticana (Torrido). Chante Aphrodite (Démétrios), Carmen (don José), Gismonda (Almério), la Habanéra (Pèdro), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), Lorenzaccio (le Duc), Julien (Julien), la Navarraise (Araquil), Paillasse (Canio), Pénélope (Ulysse), Quand la cloche sonnera (Yacha), le Tosca (Mario Cavaradossi) et Tristan et Isolde (Tristan). Est le créateur de Fra Angelico (Fra Angelico), le Roi d'Yvetot (le Cabaretier gras), Sainte Odile (Adelbert).

 

OLIVIER. — Débute en créant la Carmélite (le loueur de chaises) le 16 décembre 1902.

 

OLIVIER Georges. — Crée Madame Bovary (Anthème) le 01 juin 1951. Chante le Jongleur de Notre-Dame (un Chevalier, 1954).

 

ORLAN. — Ténor. Débute le 27 juin 1934 dans Cavalleria rusticana (Torrido). Chante Paillasse (Beppe).

 

OUDINOT Théodore. — Débute le 14 avril 1826 dans Euphrosine et Coradin (Coradin).

 

OVIDO Georges. — Débute le 18 mai 1911 dans Carmen (don José). Chante Cavalleria rusticana (Torrido), Julien (Julien), la Tosca (Mario Cavaradossi), la Bohème (Rodolphe) et Werther (Werther).

 

PACTAT André. — Basse. Débute le 30 mai 1944 dans Lakmé (Nilakantha). Chante Louise (le Chiffonnier).

 

PAILLARD Albert. — Ténor. Chante les Amoureux de Catherine (Heinrick), Carmen (don José), Cavalleria rusticana (Torrido), Sapho (Jean Gaussin), Fortunio (d'Azincourt), Louise (Noctambule, Julien), Manon (Des Grieux), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), Madame Butterfly (Yamadori), Paillasse (Canio), Phryné (Nicias), Ping-Sin (Yao), Thérèse (un Officier), la Bohème (Rodolphe), la Vivandière (Georges), le Jongleur de Notre-Dame (Moine poète), Lakmé (Gérald), Madame Sans-Gêne (Despréaux), le Roi d'Ys (Mylio), la Traviata (Rodolphe), Werther (Werther). A débuté le 10 décembre 1914 dans la Fille du régiment (Tonio).

 

PALERME Roch. — Est affiché dans Mignon (un Domestique), la Bohème (Père la Pêche, un Douanier), l'École des Maris (un Lutteur), Carmen (Lillas Pastia), le Jongleur de Notre-Dame (un Ivrogne), Manon (un Garde, un Soldat), Mignon (Antonio) et la Bohème (un Douanier). Crée Madame Bovary (Arsène). A débuté le 19 mai 1936 dans Louise (un Agent).

 

PALIANTI Louis Pierre Marie dit Louis. — Acteur et metteur en scène (Cadix, 09 septembre 1810 Paris, 05 novembre 1875). Sous-régisseur puis régisseur de l'Opéra-Comique de 1836 à 1875. Il créa le 12 décembre 1840 la Rose de Péronne d'Adolphe Adam, et le 06 mars 1841 les Diamants de la couronne d'Auber.

"Tout le monde connaît l'anecdote du comédien Fleury, qui, ayant accepté, dans le Sylvain, un rôle de comparse, soulevait l'enthousiasme de la salle entière, rien qu'en se découvrant lentement, au dénouement de la pièce.

Voici quinze ans passés que Palianti, de même que l’illustre comédien de la Comédie-Française, s'efforce de faire comprendre au directeur, aux auteurs et au public qu'il n'y a pas de petit rôle pour un grand acteur. S'il fallait compter les nombreux coups de chapeau de cet artiste, qui s'en va creusant si profondément chacun de ses rôles, que de la coque d'une noix qui lui est livrée par le musicien et le poète, il lui arrive presque toujours de faire un monument de composition de couleur et de vérité, — La critique n'y suffirait pas.

Certes, il ne faut dénigrer ni le passé illustre ni les contemporains fameux, — Talma et Mlle Rachel ; mais y a-t-il dans les mouvements, dans les cris sublimes qu'on a notés chez l'un et chez l'autre, des mots, des intentions, des regards, des sourires, des jeux de scènes muets, qui valent les effets trouvés par ce grand comédien obscur qu'on a enchaîné aux rôles de comparse, et qui frémit involontairement de sa captivité intellectuelle, comme un lion en cage se heurtant le front et cherchant, à travers les barreaux, les vastes solitudes du désert ?...

Chacun n'a-t-il pas présent à la mémoire, ces a parte de Palianti ? — ramache le toi-même... faire grache ? il ne fait que cha ! du Déserteur ; — le qu'est-che qu'elle a fait la Catarina ? des Diamants de la Couronne ; — ou bien encore le qu'est-che qui dit donc avec Schon Deschebruyères ? des Porcherons.

Cela vivra autant que doit vivre l'art dramatique.

Il y a plus : ce grand, ce sublime acteur, n'a-t-il pas créé un monde ou les auteurs avaient laissé le chaos, prononcé un fiat lux ! on flottaient les ténèbres ? — n’a-t-il pas inventé, dans Monsieur Pantalon, le silence prolongé et le sourire d'intelligence du porteur de panier ? ajouté au dénouement des Noces de Jeannette une scène de fiançailles muettes, celle où il ramène triomphalement, accrochée à son bras, une jeune fille de quinze ans qu'il désirait épouser, et dont les deux auteurs, — les ingrats ! — ont eu l'indignité de lui refuser la main ?

Il n'y a pas de grand artiste qui ne voie l'art sous un certain aspect : cet aspect est son idéal. M. Ingres voit gris : chez Victor Hugo, tout se formule en assonances et en antithèses : dans la composition d'un rôle et dans l'art de le détailler, Palianti sent, voit et parle auvergnat. L'auvergnat est son idéal. Mais comme il le parle, grand Dieu ! quel grand porteur d'eau ! quel sublime chaudronnier ! Saint-Flour, qu'il te naisse un poète, à cette heure ! la langue de cet enfant divin est trouvée !

Le jour de la justice serait-il arrivée , qu'il est sérieusement question de créer au Conservatoire une chaire d'auvergnat (classe d'opéra-comique) et de la confier à Palianti ?

Palianti, auteur-régisseur, ne gagne que 3.000 francs par an !!!

Ses créations : l'auvergnat de Fra Diavolo. — L'auvergnat du Déserteur. — L'auvergnat des Diamants. — L'auvergnat des Porcherons. — L'auvergnat de la pièce bretonne de la Croix-de-Marie. — L'auvergnat de la pièce italienne des Trovatelles. — L'auvergnat des Noces de Jeannette. — L'auvergnat des Sabots de la Marquise. — Pièce dans laquelle il apporte un bouquet qu'il devrait garder pour lui, etc."

(H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

 

PALIER Paul Laurent. — Ténor (Paris, 19 août 1883 –). Débute le 26 septembre 1913 dans la Navarraise (Araquil). Chante Carmen (don José), Cavalleria rusticana (Torrido) et Werther (Werther).

 

PALTRINIERI Giordano. — Ténor (1890 –). En représentation, débute le 07 février 1917 dans Madame Butterfly (Goro).

 

PAMART. — Ténor. Débute en 1877.

 

PANZÉRA Charles Auguste Louis dit Charles. — Baryton (Genève, Suisse, 16 février 1896 – Paris, 06 juin 1976). Epouse Magdeleine Panzéra-Baillot. Débute dans Werther (Albert) le 31 octobre 1919. Crée Forfaiture (le Vieux Japonais), Lorenzaccio (Thomas Strozzi) ; le 07 décembre 1921 Dans l'Ombre de la Cathédrale (Pérèz) de Georges Hüe ; le Roi Candaule (Pittacos) et le Sautériot (Jahn). Est affiché dans Carmen (Moralès), Lakmé (Frédéric), Lorenzaccio (Roberto Corsini), Louise (le Chansonnier), Madame Butterfly (Commissaire impérial), Manon (Brétigny), Mârouf (un Marchand), Pelléas et Mélisande (Pelléas), le Roi d'Ys (Jahel), la Traviata (le Marquis), Gismonda (Simonetti), Sapho (Caoudal).

 

PARAVAY. — Basse. Débute en 1879.

 

PARMENTIER Jean-Paul dit Paul. — Baryton (Paris, 25 janvier 1891 –). Elève du Conservatoire de Paris : admis en classe d'alto en 1907, 1er prix d'alto en 1911, 1re médaille de solfège en 1912, 2e prix d'opéra-comique en 1913, 2e prix de chant, 1er accessit d'Histoire de la musique et prix d'excellence de déclamation lyrique en 1917. Débute dans l'Irato (Scapin) le 17 octobre 1917. Chante Béatrice (Tibério), Cavalleria rusticana (Alfio), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), Fortunio (Clavaroche), Madame Butterfly (Scharpless), Manon (Lescaut), Mârouf (Ali), les Noces de Figaro (Almaviva), Lakmé (Frédéric), Paillasse (Sylvio), Sapho (Caoudal), la Tosca (Scarpia), la Bohème (Marcel), Werther (Albert), Carmen (Escamillo), le Jongleur de Notre-Dame (Boniface), Mireille (Ourrias). Est le créateur de Pénélope (Eurymaque), la Victoire (un Messager), le 25 janvier 1918 Au beau jardin de France (Silvanus) de Francis Casadesus.

 

PASQUIER Robert (Philippe Robert PESCHIER dit). — Ténor (Paris, 03 juillet 1885 –). Débute dans la Reine Fiammette (Castiglione) le 17 septembre 1910. Est affiché dans l'Ancêtre (Tébalda), le Carillonneur (l'Ouvrier), le Chalet (Daniel), le Chemineau (Martin), les Contes d’Hoffmann (Nathanael), la Fille du Régiment (Tonio), l’Heure Espagnole (Gonzalve), l'Irato (Lysandre), Joseph (Issachar), Madame Butterfly (Yamadori), Maison à vendre (Darmont), Mignon (Laërte), le Pardon de Ploërmel (Claude), le Toréador (Tracolin), la Tosca (Spoletta), la Traviata (le Vicomte), le Vaisseau Fantôme (le Pilote), le Voile du bonheur (Tchao). A créé la Danseuse de Pompéi (Modeste), les Fugitifs (Savinard), la Jota (un jeune Carliste), Julien (un Ouvrier, un Camarade), la Lépreuse (un Paysan), Macbeth (un Serviteur), Noël (un Bourgeois), la Sorcière (Zaguir). A participé le 19 mai 1911 à la première de Thérèse (un Officier) de Jules Massenet.

 

PAUCKE. — Débute le 18 août 1923 dans Paillasse (Tonio).

 

PAUL (Paul DUTRECK dit). — Haute-contre. Epouse la cantatrice Mme Paul-Michu. Il avait débuté en 1804 dans les rôles d'amoureux, et se retira en 1823 pour diriger à Garches une blanchisserie de toiles. Crée le 26 septembre 1808 Ninon chez Madame de Sévigné (Marquis de Sévigné) d'Henri Montan Berton ; le 28 janvier 1809 Françoise de Foix (Duc de Bellegarde) d'Henri Montan Berton.

 

PAULIN. — Crée le 15 mars 1797 Ponce de Léon (un apothicaire) d'Henri Montan Berton ; le 05 août 1798 le Rendez-vous supposé (Ambroise) d'Henri Montan Berton.

 

PAYAN Paul. — Basse. Débute le 06 septembre 1907. => biographie

 

PAYEN Paul. — Baryton. Débute le 21 novembre 1925. => biographie

 

PENNO Gino. — Ténor italien (Felizzano, 1920 ). Débute le 13 juin 1952 dans la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

PÉREIRA. — Débute dans Paillasse (Tonio) le 31 mars 1935.

 

PÉRIER Jean Alexis dit Jean. — Baryton (75009.Paris, 02 février 1869 – 92.Neuilly-sur-Seine, 01 novembre 1954). Débute le 16 décembre 1892 dans la Flûte enchantée (Monostatos). Est affiché dans Basoche (Clément Marot), le Domino noir (Juliano), Don Juan (don Juan), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), Fortunio (Clavaroche), le Juif Polonais (Mathis), Manon (Lescaut), le Mariage de Télémaque (Ulysse), Mignon (Laerte), les Rendez-vous bourgeois (César), Sapho (Caoudal, Césaire), la Tosca (Scarpia), la Bohème (Colline), la Vivandière (Capitaine Bernard), Xavière (Galibert). Crée la Charmante Rosalie (Margency), le Chemineau (François), l’Enfant roi (Auguste), la Fille de Tabarin (Mondor) ; le 05 juin 1907 Fortunio (Landry) d'André Messager ; l’Heure espagnole (Ramiro), le Légataire universel (Crispin), Madame Butterfly (Scharpless), Madame Sans-Gêne (l'Empereur), le 25 février 1914 la Marchande d'allumettes (le Vieux Mendiant) de Tiarko Richepin, Pelléas et Mélisande (Pelléas), Phryné (Arogagyne), les Quatre journées (l'Abbé Lazare), Miarka (Gleude), Mârouf (Mârouf), la Reine Fiammette (Giorgo d'Ast), le Roi Candaule (Candaule), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Jérôme Coignard), la Sorcière (le Cardinal), le Voile du bonheur (Tchang i). Il a participé à la première le 16 mai 1908 du Clown (Auguste) d'Isaac de Camondo. Il avait créé, aux Bouffes-Parisiens, Véronique (Florestan) d'André Messager. Il fit également carrière au théâtre et au cinéma, dans la troupe de Sacha Guitry.

"Elève de son père, M. Camille Périer, et de MM. Bussine, Melchissédec et Taskin, remporta au Conservatoire deux premiers prix en 1892. Engagé à l'Opéra-Comique, il y chanta Cantarelli, du Pré-aux-Clercs, et Pierrot, du Dîner de Pierrot.

Brillants débuts aux Folies-Dramatiques, dans François Bernier, de François les Bas-bleus ; succès aussi dans la Fiancée en loterie, dans la Falote et dans Rivoli. — Voix sûre, dirigée avec goût ; comédien un peu timide encore, mais intelligent.

Cet excellent baryton, frère de Kam-Hill (le chanteur équestre au frac rouge), avait été, avant son admission au Conservatoire, employé au Crédit Lyonnais."

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

(Il débute à l'Opéra-Comique le 16 décembre 1892. D'un caractère indépendant et doué d'un sens du théâtre étonnant qui fera de lui un remarquable comédien, il préfère être affiché aux Bouffes-Parisiens et aux Menus-Plaisirs. Il reviendra cependant salle Favart en 1900 pour en devenir un des plus précieux pensionnaires, créateur prestigieux de Pelléas et Mélisande, la Reine Fiammette, le Voile du bonheur, l'Heure espagnole, la Marchande d'allumettes, Mârouf, la Rôtisserie de la reine Pédauque. On lui doit d'autre part les créations de Hans dans Hans le joueur de flûte, de Chilon dans Quo vadis ? et de Duparquet dans Ciboulette. C'était un artiste complet, aussi à l'aise dans la tragédie que dans un ouvrage bouffe. Il composait ses personnages avec intelligence, était peut-être plus comédien que chanteur mais, excellent musicien, s'adaptait à des tessitures aussi différentes que celles de Colline (basse), Pelléas (baryton) et Laerte (ténor).)

 

 

 

Jean Périer dans Pelléas et Mélisande (Pelléas)

 

 

PERNET André. — Basse (88.Rambervilliers, 06 janvier 1894 – 75014.Paris, 17 juin 1966). Epouse 1. à Metz le 05 octobre 1920 (divorce le 26 juillet 1927) Elisabeth Almayer ; ép.2. à Montpellier le 21 mars 1928 Thérèse Pauly, artiste lyrique. Débute le 10 janvier 1931 dans Don Quichotte (don Quichotte). Chante le Barbier de Séville (Bazile), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), Lakmé (Nilakantha), Louise (le Père), les Noces de Figaro (Almaviva), la Tosca (Scarpia), Mignon (Lothario) et la Bohème (Colline).

 

PERNOT. — Baryton. Débute le 25 août 1924 dans Cavalleria rusticana (Alfio).

 

PESCHARD. — Débute vers 1873.

 

PETER. — Baryton. Débute le 13 juillet 1925 dans Cavalleria rusticana (Alfio).

 

PETITPAS Jean. — Basse (03 octobre 1912 – 01 février 1983). Chante entre 1954 et 1972.

 

PEYRON Joseph. — Débute le 14 octobre 1945 dans Lakmé (Gerald). Chante le Barbier de Séville (Almaviva).

 

PEYROTTES Henry. — Baryton. Débute le 05 octobre 1952 dans Madame Butterfly (le Bonze). Chante Werther (le Bailli), les Contes d’Hoffmann (Lindorf), le Barbier de Séville (un Officier), Mireille (Ambroise), Paillasse (Tonio), la Bohème (un Douanier).

 

PHILIPPE (Philippe CAUVY dit). — Acteur (1754 1820). Débute le 09 août 1780. Crée le 15 avril 1799 Montano et Stéphanie (Léonati) d'Henri Montan Berton. Etait encore en activité en 1801. Une représentation fut donnée à l'Opéra de Paris le 30 juillet 1806 au bénéfice de Mr Philippe de l'Opéra-Comique, après 25 ans de service.

 

PHILIPPE André. — Basse (27 janvier 1897 –). Débute le 20 février 1945 dans Manon (le Comte Des Grieux). Chante Lakmé (Nilakantha), Mignon (Lothario), Mireille (Ramon), Pelléas et Mélisande (un Médecin), Madame Bovary (Rouault).

 

PHILIPPE Michel. — Baryton. Chante vers 1971-1972.

 

PICCALUGA Albert Alexandre dit Albert. — Baryton (Paris, 17 octobre 1854 1925). Débute en 1880. Créé le 28 décembre 1881 les Pantins (Coster, Polichinelle) de Georges Hüe.

 

PICHERAN Marcel. — Chef de chant. Au pied levé, en remplacement d'artistes indisponibles, a chanté la Tosca (Angelotti) et créé Sarati le Terrible (Bastien, un Arabe) le 09 mai 1928.

 

PICHON. — Débute le 13 novembre 1910 dans le Jongleur de Notre-Dame (le Moine crieur).

 

PINKNS. — Débute le 11 septembre 1913 dans Louise (l'apprenti).

 

PIROIA. — Débute en 1893.

 

PISO Ion. — Ténor (Brahov, Roumanie, 1926 –). Chante vers 1968-1972.

 

PITEL. — Joue Louise (l'Apprenti), la Bohème (Père la Pèche) et Werther (Brühlmann), rôle de ses débuts le 26 mars 1936.

 

PITSCKALSKI. — Crée la Jota (un enfant) le 26 avril 1911 et la Danseuse de Pompéi (petit Sannion) le 29 octobre 1912. Joue Louise (l'apprenti).

 

PLANEL Jean Alphonse dit Jean. — Ténor (26.Montélimar, 21 octobre 1903 26.Montélimar, 14 mai 1986). Frère de Robert Planel, compositeur. Crée Idylle Funambulesque (Pierrot) le 08 mars 1934.

 

POLÉES. — Joue Louise (l'Apprenti) en 1912.

 

PONCET Tony (Antoine PONCÉ dit). — Ténor (Maria, Almeria, Espagne, 23 décembre 1918 – 33.Libourne, 13 novembre 1979). Engagé à la RTLN en 1957. Chante Paillasse (Tonio), la Bohème (Rodolphe), Cavalleria rusticana (Turridu).

 

PONCHARD Louis-Antoine-Eléonor dit Louis. — Ténor (Paris, 31 août 1787 Paris, 06 juin 1866). Epouse le 23 novembre 1815 la cantatrice Marie-Sophie Ponchard ; parents du ténor Charles Ponchard. Elève de Garat au Conservatoire de Paris. Débute le 16 juillet 1812 dans l'Ami de la maison de Grétry. Créé le 13 septembre 1813 Valentin (Charles) d'Henri Montan Berton ; la Dame blanche, Joconde, Leicester, le Maçon, le Chaperon rouge, le Nouveau seigneur du village, les Voitures versées. Il fut professeur au Conservatoire. Il chanta également aux Concerts du Conservatoire (sociétaire le 04 mars 1828).

(Son père, maître de chapelle à Saint-Eustache, lui enseigna la musique. Il était alors haute-contre mais l'erreur d'un infirmier l'obligea à se retrancher dans le répertoire plus léger de l'Opéra-Comique où il entra en 1812 dans le Tableau parlant. C'était un chanteur distingué, expressif, qui put aisément succéder à Elleviou et qui sut avantageusement lutter contre la voix, la verve et la réputation de Blaise Martin. Il devait donner sa représentation d'adieu à l'Opéra-Comique dans la Dame blanche (Georges), qu'il avait créé. Il avait été le créateur de bien d'autres succès : le Nouveau Seigneur du village (Colin), Joconde (Lucas), le Petit Chaperon rouge (Rodolphe), les Voitures versées (Armand) et le Maçon (Roger).)

 

PONCHARD Charles-Marie-Auguste dit Charles. — Ténor et metteur en scène (Paris, 17 novembre 1824 Paris, 26 avril 1891). Fils des chanteurs Louis et Marie-Sophie Ponchard. Débute à l'Opéra en 1846. Débute à l'Opéra-Comique le 17 décembre 1847 dans Ne touchez pas à la reine (Fernand). Il fut professeur de déclamation lyrique (opéra-comique) au Conservatoire de Paris (1875-1891). Il chanta également aux Concerts du Conservatoire (sociétaire du 05 janvier 1853 au 03 mars 1857).

(Fils de Louis Ponchard, autre gloire de l'Opéra-Comique, il avait reçu une éducation très complète. Au Conservatoire, outre la musique et le chant que lui avait déjà enseignés son père, il travailla la comédie et c'est comme comédien qu'il débuta au Théâtre-Français. Mais après un court séjour à l'Opéra, il s'installa définitivement à l'Opéra-Comique où il entra le 17 décembre 1847. Il devait y rester 43 ans comme chanteur d'abord, régisseur ensuite, directeur de scène enfin, ce qui lui permit de réaliser les premières mises en scène de Carmen, Lakmé, Manon, le Barbier de Séville, Proserpine, le Roi malgré lui et le Roi d'Ys.)

« De la complaisance, du zèle, du travail, une aptitude égale à jouer aujourd'hui ou à chanter demain, dans un emploi ou dans un autre ; ne mettant rien en relief, gâtant le moins possible : en un mot, un talent de magasin, qu'un accroche au vestiaire du théâtre et qu'on jette sur les épaules du premier rôle venu qui vient à se trouver indisposé : — Additionnez ; le total vous donnera M. Charles Ponchard.

M. Ponchard a passé par la tragédie et à travers les couronnes du Conservatoire : c'est ce qui l'a heureusement façonné aux drôleries de mon ami Charles, des Rendez-vous bourgeois et de Lélio de Bonsoir, M. Pantalon !

Quant à l'organe du chanteur, c'est un enfant tard venu que la voix de Ponchard père a eu dans sa vieillesse.

Appointements : 12.000 francs ; engagement : trois années.

Les créations de l'artiste sont d'ordinaire des habits retournés, la défroque de tous les jours d'un chef d'emploi dont on lui fait un vêtement des dimanches. »

(H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

 

PONZIO Léon Barthélemy Julien dit Léon. — Baryton (06.Nice, 10 février 1883 33.Bordeaux, 1947). Débute le 10 novembre 1932 dans Carmen (Escamillo). Chante le Barbier de Séville (Figaro) et le Maître de Chapelle (Barnabé).

 

POPOV Boris. — Débute le 14 octobre 1927 dans Carmen (Escamillo).

 

POTEL (Pierre Armand PIAU dit). — Trial ( 1879). Fils de Thomas Piau dit Potel, marchand de vin à Montrouge. Il avait débuté aux Bouffes-Parisiens en 1862. Il chanta à l'Opéra-Comique de 1863 à 1877, où il doublait Sainte-Foy. Créé le 10 mai 1875 Don Mucarade (Roch) d'Ernest Boulanger

 

POTHIER. — Débute avant 1819.

 

POTHIER. — Débute en 1899.

 

POTTER de. — Débute dans Lakmé (Frédéric) le 16 décembre 1906. Crée Madame Butterfly (le Commissaire impérial). Est affiché dans Alceste (un Coryphée), Iphigénie (un Scythe), Louise (le Peintre), Marie-Magdeleine (un Disciple), les Noces de Jeannette (Jean), les Rendez-vous bourgeois (Jasmin), la Traviata (le Baron), la Vivandière (un paysan).

 

POTTIER Jacques Raoul dit Jacques. — Ténor (76.Darnetal, 17 août 1930 ). Engagé en février 1962 à la RTLN. Chante la Bohème (Rodolphe) ; les Contes d'Hoffmann.

 

POUGNET. — Est affiché dans le Barbier de Séville (l'Alcade), Lakmé (un Marchand), Louise (l'Etudiant, le Bohème), Madame Butterfly (Officier du Registre), Manon (un Garde, un Sergent), Mignon (Antonio, le Souffleur), Werther (Brühlmann), les Noces de Jeannette (Thomas), Carmen (Lillas Pastia). A débuté dans Louise (le Peintre) le 08 juillet 1927.

 

POUJOLS. — Débute dans Manon (un Soldat) le 16 août 1920. Est le créateur de Mon Ami Pierrot (un Voisin), le Bourgeois de Falaise (Champagne), le Cloître (un Moine), Cyrano de Bergerac (le Mousquetaire), Esther de Carpentras (le Médecin), la Femme et le Pantin (l'Anglais), Frasquita (Franco), le Hulla (le Nègre), Malvina (un Huissier, un Garde National), Mesdames de la Halle (Madame Beurrefondu), Nèle Dooryn (le Pilote), Mon Oncle Benjamin (un Gardien), Quatre-Vingt-Treize (le Caïman), Tout Ank Amon (un Officier), Fête de Jadis (le Duc), la Guivre (le Bailli), la Rosière du Village (le Maire). A été affiché dans Angélique (un Voisin), le Barbier de Séville (Pédrille, le Notaire, l'Alcade), la Basoche (le Grand-Prévôt, Roland), les Bavards (Pedro), Carmen (Dancaïre, Lillas-Pastia, un Guide), Chemineau (Thomas), les Contes d’Hoffmann (Fritzel, Spalanzani), la Femme nue (l'Artiste peintre), Frasquita (le Patron, un Gendarme), Gargantua (le vieux Médecin, le Héraut, Ponocratés), Gianni Schicchi (Pinellino), le Jongleur de Notre-Dame (un Chevalier), Lakmé (un Marchand), Louise (Peintre, Etudiant, Bohème), Manon (un Garde, un Sergent, Brétigny, Lescaut), le Mariage aux Lanternes (Garde champêtre), le Médecin malgré lui (Lucas), Mignon (Antonio, Laerte), Madame Butterfly (Officier du registre), les Noces de Figaro (Doublemain), les Noces de Jeannette (Thomas), le Nouveau Seigneur du village (le Bailli), Paillasse (un Paysan), Phryné (un Héraut), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Sergent du guet), Sapho (Caoudal), le Sourd (Chevalier d'Orbe), la Tosca (Spoletta), Werther (Brühlmann), la Bohème (Père la Pêche, Saint-Phar), la Lépreuse (un Paysan), Mârouf (un homme de police), Werther (Schmidt).

 

POUMAYRAC Georges de (Charles Marie Gabriel Gaston POUMAYRAC DE MASREDON dit). — Ténor (31.Toulouse, 11 octobre 1877 –). Débute au Théâtre Montparnasse le 09 octobre 1904 dans Mireille (Vincent). Est le créateur de Bérénice (un Officier), la Cabrera (Joaquin), Chiquito (Handia), le Cœur du Moulin (Pierre) ; le 05 juin 1907 Fortunio (d'Azincourt) d'André Messager ; la Habanéra (1er Compère, 2e Aveugle), Iphigénie en Aulide (Général grec), la Jota (Vincente), Solange (Saint-Landry). A été affiché dans Alceste (un Coryphée, Evandre), Aphrodite (Philodène), la Basoche (Léveillé), Carmen (le Dancaïre), le Chalet (Daniel), le Chemineau (Martin), les Contes d’Hoffmann (Spalanzani), le Domino noir (Horace), les Dragons de Villars (Sylvain), la Fille du Régiment (Tonio), Fra Diavolo (Lorenzo), la Flûte enchantée (un Prêtre), Galathée (Midas), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine poète ; Jean), Joseph (Ruben), Lakmé (Hadji), Louise (le Poète, Noctambule), Madame Butterfly (Yamadori), Mignon (Wilhelm Meister), la Navarraise (Ramon), Philémon et Baucis (Philémon), la Reine Fiammette (Jean Césaro), la Tosca (Spoletta), la Traviata (le Vicomte), la Vivandière (Georges). Il a participé à la première le 23 mai 1905 de Chérubin (le Capitaine Ricardo) de Jules Massenet, et le 12 avril 1906 à celle de la version scénique de Marie-Magdeleine (Barnabé) de Massenet. Par ailleurs, il a créé au Théâtre des Champs-Elysées le 24 avril 1924 le Carrosse du Saint-Sacrement (Martinez) de lord Berners.

 

POZEMKOVSKY Georges. — Ténor (1890 –). Débute le 03 avril 1922 dans la Tosca  (Mario Cavaradossi). Chante, avec la troupe de l'Opéra Russe de Paris, Boris Godounov (Chouisky), Kitège (Grichka) et crée Mozart et Saliéri (Mozart).

 

PRADEAU Etienne. — Ténor (1817 – 1895). Il débuta vers 1848 dans la Dame blanche (Dickson), puis entra aux Bouffes-Parisiens.

 

PRAX. — Ténor. Débute en 1877.

 

PRÉVILLE (Pierre-Louis DUBUS dit). — Acteur (19 septembre 1721 – 18 décembre 1799). Appartenait à l'Opéra-Comique en 1743.

 

PRÉVOST. — Crée le 03 septembre 1803 Aline, reine de Golconde (Nessir) d'Henri Montan Berton.

 

PRIGENT Maurice Yves Pierre dit Maurice. — Ténor (Paris, 01 juin 1908 –). Débute dans le Jongleur de Notre-Dame (un Moine poète) le 06 décembre 1933. Chante Carmen (Lillas Pastia), les Contes d’Hoffmann (Nathanael).

 

PRILLEUX. — Appartenait à la troupe vers 1860-1870.

 

PRIMA Miguel. — Ténor. Chante entre 1954 et 1972.

 

PUGET Jacques Marius dit Henri. — Ténor (1813 17 octobre 1887). Adopte à 75002.Paris le 05 août 1872 le compositeur Paul Puget. Il chanta aussi à l'Opéra où il débuta vers 1857.

« Figaro a dit de ce jeune artiste : — « La voix de M. Puget est une clarinette d'aveugle ; mais le chanteur ne sait pas encore jouer de son instrument. »

M. Puget a beaucoup trop réussi en province ; on le peut comparer à ces touristes qui, ayant parcouru à pied une grande quantité de pays, ont gardé de la boue de chaque localité leurs souliers de voyage. — La critique pourrait baptiser au besoin chacune des excentricités du chanteur :

— Ce chevrotement : Rouen ! — ce trait miaulé en fausset : Marseille ! comme un dégustateur qui fait la grimace en avalant du Suresnes.

L’artiste ne manque pas absolument des qualités du comédien, mais il est fâcheux que son entrain et sa verve aient toujours le transport et la fièvre chaude.

Au demeurant, M. Puget a de l'intelligence et, dans certains rôles, il a conquis le gros du public.

Il n'a réussi entièrement que dans la Dame Blanche ; mais il est tombé tout à fait dans le Pré-aux-Clercs. — Une partie de perdue, une autre de gagnée ! — à bientôt, il faut l’espérer, la bonne.

18 mois d'engagement ; 15.000 francs par an. »

(H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

 

PUJOL Victor. — Ténor. Débute le 17 novembre 1917. => biographie

 

PY Gilbert. — Ténor (34.Sète, 09 décembre 1933 ). Engagé à la RTLN en 1969. Chante Paillasse ; la Tosca ; les Contes d'Hoffmann (Hoffmann).

 

QUEULAIN Benjamin Léon Edouard. — Basse (59.Dunkerque, 11 octobre 1847 ). Débute en 1876.

 

QUILICO Louis. — Baryton québécois (Montréal, 14 janvier 1925 – Toronto, 15 juillet 2000). Père de Gino Quilico (New York, 29 avril 1955 –), baryton. Chante vers 1962.

 

RAGNEAU. — Basse. Débute en 1892.

 

RALF Oscar (Oscar Georg PETERSON dit). — Ténor suédois (Malmö, 03 octobre 1881 – Kalmar, 03 avril 1964). Débute en créant Tristan et Isolde (Tristan) le 26 mai 1925.

 

RALLIER Henri René dit Serge. — Ténor (Paris, 17 juin 1916 – 1988). Epouse Jacqueline Lucazeau, cantatrice. Débute le 23 décembre 1945 dans la Bohème (Parpignol). Est affiché dans Angélique (l'Anglais, le Diable), Ariane à Naxos (Brighella), le Barbier de Séville (l'Alcade), les Contes d’Hoffmann (Spalanzani), l’Enfant et Sortilèges (la Théière), Fortunio (d'Azincourt), l’Heure espagnole (Gonzalve), le Jongleur de Notre-Dame (un Seigneur), Lakmé (un Marchand), Louise (Etudiant, Bohème, Marchand d'habits), Manon (un Garde, un Soldat), Guignol (Cadet), Masques et Bergamasques, Mignon (Frédéric), Don Quichotte (Rodriguez), le Roi malgré lui (Liancourt), la Traviata (un Domestique), la Vie brève (un Vendeur), Madame Butterfly (Commissaire impérial, Yamadori), Paillasse (un Paysan, Beppe), le Roi malgré lui (duc de Nangis). A participé aux créations de Blaise le Savetier (Monsieur Prince), Il était un petit Navire (Florimond), Madame Bovary (Léon), les Mamelles de Tirésias (le Journaliste), le Oui des Jeunes Filles (un jeune Homme), Dolorès (un Mendiant) et Ciboulette (Olivier Métra).

 

 

 

Serge Rallier en 1956

 

 

RALLO Jean. — Baryton (Tunis, 19 avril 1928 ). Engagé à la RTLN en 1967. Chante l'Heure espagnole (Ramiro) ; Cavalleria rusticana (Alfio) ; Mireille (Ourrias) ; la Bohème (Schaunard).

 

RAMBAUD Edmond. — Ténor (47.Agen, 22 janvier 1887 – 16 octobre 1960). Débute le 01 juillet 1939 dans les Noces de Figaro (Bazile). Chante de l'Enlèvement au Sérail (Belmont).

 

RANCK Pierre. — Ténor (64.Leren, 1921 –). Débute en 1953. Chante la Tosca (Mario Cavaradossi), Carmen (Don José), Cavalleria rusticana (Turridu), Madame Butterfly (Pinkerton), Paillasse (Canio), Louise (Julien).

 

RAPPAPORT. — A créé Louise (Poète) le 02 février 1900 et la Fille de Tabarin (Cyrille) le 20 février 1901.

 

RAVEAU. — Débute le 24 décembre 1914 dans la Vivandière (Georges).

 

RAVOUX Georges. — Débute dans Lakmé (Frédéric) le 07 novembre 1935. Crée Cyrano de Bergerac (Le Bret) et Quatre-vingt-treize (Guéchamp). Chante Carmen (Moralès, Zuniga), les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil, Spalanzani), Don Quichotte (un Bandit), la Habanéra (un Andalou), le Jongleur de Notre-Dame (Moine poète), Louise (Chansonnier), Manon (Brétigny), Mireille (l'Arlésien), le Roi d'Ys (Jahel), le Roi malgré lui (Maugiron), la Bohème (Marcel), Frasquita (Sébastiano, Philippe), Ami Pierrot (le Pâtissier), Madame Butterfly (Commissaire impérial).

 

RAYNER Sidney. — Ténor (La Nouvelle-Orléans, 12 septembre 1895 – New York, 14 septembre 1981). Débute dans Julien (Julien) le 27 janvier 1930. Chante Carmen (don José), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux), Paillasse (Canio), Werther (Werther), la Tosca (Mario Cavaradossi), la Bohème (Rodolphe) et Cavalleria rusticana (Torrido).

 

RAZAVET Paul. — Ténor (56.Auray, 27 juillet 1882 –). Débute le 03 juillet 1924 dans Werther (Werther). Est affiché dans Angelo (Rodolfo), Cavalleria rusticana (Torrido), Lakmé (Gérald), les Contes d’Hoffmann (Hofmann), Julien (Julien), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux), Mignon (Wilhem Meister), Paillasse (Canio), le Roi d’Ys (Mylio), la Tosca (Mario Cavaradossi), la Bohème (Rodolphe), Carmen (don José).

 

RENAUD Maurice (Maurice CRONEAU dit). — Baryton (33.Bordeaux, 24 juillet 1862 – Paris, 16 octobre 1933). Débute dans le Roi d'Ys (Karnac) le 12 octobre 1890. Il a créé le 03 décembre 1890 Benvenuto (Benvenuto Cellini) d'Eugène Diaz. Est affiché, à partir de 1900, dans Don Juan (Don Juan), le Vaisseau fantôme (le Hollandais) et la Tosca (Scarpia). Il chanta à l'Opéra à partir de 1890.

 

 

 

Maurice Renaud dans Don Juan (Don Juan)

 

 

 

 

RENAULT. — Débute dans Mârouf (l'Anier) le 02 mai 1915.

 

RENIER Gene. — Débute le 05 mars 1947 dans Madame Butterfly (Pinkerton).

 

RESZKÉ Jean de (Jan Mieczyslaw RESZKE dit). — Ténor d’origine polonaise (Varsovie, 14 janvier 1850 – 06.Nice, 03 avril 1925). Frère d’Edouard et Joséphine de Reszké. Débute à l'Opéra le 30 novembre 1885. Il chanta Carmen (Don Juan) à l'Opéra-Comique le 11 décembre 1890 pour l'érection du monument à la mémoire de Bizet.

 

RETZLAFF. — Débute le 28 février 1950 dans Louise (l'Apprenti).

 

RÉVIAL Louis Benoît Alphonse. — Ténor. Débute le 15 avril 1833. => biographie

 

REYMOND Jean. — Baryton. Débute le 13 octobre 1913 dans Carmen (Moralès). Chante Alceste (un Coryphée), Aphrodite (Timon), la Basoche (l'Ecuyer du Roi), Carmen (Escamillo), les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil), Cavalleria rusticana (Alfio), la Fille de Madame Angot (un Officier), Fortunio (de Verbois), Iphigénie (un Scythe), Lakmé (Frédéric), Louise (Peintre, Chansonnier), Madame Butterfly (Commissaire impérial), Manon (Brétigny), le Roi d'Ys (Karnac), la Bohème (Schaunard, Marcel), Werther (Albert), Mireille (Ourrias). Est le créateur de Gismonda (Simonetti), Lorenzaccio (un Officier), le 25 février 1914 la Marchande d'allumettes (le Pâtissier) de Tiarko Richepin, Mârouf (un Mameluck), Masques et Bergamasques, le Sautériot (Thédée).

 

REYNAL. — Débute en 1884. Créé le 19 janvier 1884 Manon (2e Garde) de Jules Massenet.

 

RÉZICOURT. — Il prit sa retraite de l'Opéra-Comique en 1805.

 

RIALLAND Louis. — Ténor. Débute le 16 novembre 1944. => biographie

 

RICHARD André. — Basse. Débute le 25 mai 1947. => biographie

 

RICHARD Charles. — Ténor. Débute le 30 décembre 1945. => biographie

 

RICHEBOURG. — Débute en 1814.

 

RICO Roger. — Basse. Débute le 11 novembre 1945. => biographie

 

RICQUIER Achille. — Basse. Débute le 08 mai 1835. => biographie

 

RICQUIER Charles. — Ténor (laruette). Chante de 1843 à 1849. Créé le 10 août 1847 la Cachette (M. Hériot) d'Ernest Boulanger. Il avait chanté à la Monnaie de Bruxelles où il avait débuté le 08 mai 1839 dans Zampa (Daniel).

 

RIEUX Max de (Max Ernest GAUTIER dit). — Metteur en scène (75005.Paris, 05 mars 1901 – 83.Fréjus, 10 mars 1963). Il a chanté l'Enlèvement au Sérail (Pédrille) en 1937 et 1946. Il fut directeur de la scène à l’Opéra-Comique de 1945 à 1946, puis à l’Opéra de 1949 à 1950. Il fut également directeur artistique chez Decca.

 

RIGA. — Débute le 18 décembre 1925 dans Manon (Brétigny). Chante les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil), Lakmé (Nilakantha) et la Tosca (Scarpia).

 

RIGAUX Désiré Lucien dit Lucien. — Baryton (94.Saint-Mandé, 06 mars 1878 –). Epouse à 92.Asnières-sur-Seine le 16 janvier 1904 Jeanne Eugénie Adelina Petit (75007.Paris, 06 mai 1874 – 95.Mériel, 13 décembre 1962), chanteuse d’opérette. Père du chansonnier Jean Rigaux. Débute le 30 octobre 1902 dans Pelléas et Mélisande (Pelléas). Chante également la Basoche (Clément Marot), Manon (Lescaut) et Manon (Brétigny).

 

RIVES. — Débute à la Gaité-Lyrique le 19 janvier 1908 dans Mignon (Jarno, Antonio). A créé le Hulla (un client), la Habanéra (un Domestique). A été affiché dans le Barbier de Séville (l'Officier, le Notaire), la Basoche (Chancelier), les Dragons de Villars (Thibault), le Jongleur de Notre-Dame (Moine peintre), Lakmé (le Kouravar), la Navarraise (Bustamente), Gismonda (Pasquali), Louise (le Sculpteur).

 

RIVIÈRE. — Ténor. Créé le 05 mai 1896 le Chevalier d'Harmental (Laval) d'André Messager.

 

ROBERT. — Joue Louise (l'Apprenti) en 1935.

 

ROCCA. — Débute à la Gaîté-Lyrique dans Lakmé (Gérald) le 19 février 1908. Chante Cavalleria rusticana (Torrido).

 

ROCHARD DE BOUILLAC Charles Raymond. — Joua les pères nobles et les pères amoureux à la Comédie-Italienne du 22 octobre 1740 à 1764.

 

ROGATCHEWSKY Joseph. — Ténor russe (Mirgorod, Poltava, Russie, 07 novembre 1891 – Ixelles, Belgique, 31 mars 1985). Remporte en 1920 les premiers prix de chant et d'art lyrique au Conservatoire de Paris. Débute dans la Tosca (Mario Cavaradossi) le 05 juin 1922. Chante le Bon roi Dagobert (le Roi), Cavalleria rusticana (Torrido), Manon (Des Grieux), la Navarraise (Araquil), Orphée (Orphée), Paillasse (Canio), le Roi d’Ys (Mylio), le Voile du bonheur (Tou-Fou), Carmen (don José) et Werther (Werther). Dès 1924, il avait fait partie de la troupe de la Monnaie de Bruxelles, scène qu'il dirigea de 1953 à 1959.

 

ROGER Gustave-Hippolyte. — Ténor (75018.La Chapelle-Saint-Denis, 17 décembre 1815 - Paris, 12 septembre 1879). Il a débuté le 16 février 1838 dans l'Eclair (Georges). Il chanta aussi à l'Opéra où il débuta le 16 avril 1849. Malgré un accident de chasse qui nécessita l'amputation d'un bras, il continua à se produire sur scène. Il fut professeur au Conservatoire et publia ses souvenirs sous le titre de Carnet d'un ténor.

 

ROLLET. — Débute le 25 décembre 1919 dans Madame Butterfly (Yamadori). Est affiché dans Mârouf (chef des marins), Louise (Marchand d'habits).

 

ROMAGNONI Raphaël. — Ténor (69.Lyon, 20 février 1906 –). Débute le 19 février 1947 dans Carmen (don José). Chante Manon (Des Grieux), Lakmé (Gérald), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), la Tosca (Mario Cavaradossi), les Pêcheurs de perles (Nadir), Madame Butterfly (Pinkerton), Cavalleria rusticana (Torrido) et la Bohème (Rodolphe).

 

ROMITO Filipe. — Baryton-basse (Buenos-Aires, 1893 – 01 mars 1962). Débute dans Pelléas et Mélisande (Golaud) le 18 décembre 1946.

 

ROQUE Antonin Jules Marius dit Emile. — Baryton (83.Toulon, 28 août 1902 –). Débute dans le Barbier de Séville (Figaro) le 18 décembre 1928. Crée le Fou de la Dame (3e pion blanc). Est affiché dans Carmen (Escamillo), Lakmé (Frédéric), Manon (Lescaut), Maison à vendre (Darmont), Masques et Bergamasques, Paillasse (Sylvio), la Peau de Chagrin (Blondel, Bixiou), la Pie Borgne (Paul), Riquet à la houppe (2e Ministre), le Roi malgré lui (Maugiron), le Sicilien (Ali), la Vie brève (le Chanteur), la Bohème (Marcel), Werther (Albert), Cavalleria rusticana (Alfio), Tristan et Isolde (Mélot).

 

ROSENBERG. — Joue Louise (l'Apprenti) en 1910.

 

ROSSEL Louis. — Chante Carmen (Moralès, Zuniga), Paillasse (Sylvio), Manon (l'Hôtelier), Mârouf (un Mameluck), Mignon (Jarno), Ping-Sin (le Mandarin d'armes), la Tosca (Sciarrone), la Traviata (le Baron), la Vivandière (Capitaine Bernard), la Reine Fiammette (le Promoteur). Pour ses débuts, le 21 mars 1915, chantait Louise (le Chansonnier). Participe à la première le 23 novembre 1917 de Béatrice (le Matelot) d'André Messager.

 

ROTHIER Léon Antoine dit Léon. — Baryton (51.Reims, 26 décembre 1874 – New York, 06 juillet 1951). A débuté le 01 octobre 1899 dans Philémon et Baucis (Jupiter). A chanté Carmen (Zuniga), la Basoche (Roland), Bastien et Bastienne (Colas), Cendrillon (le Roi) de Massenet, Fidelio (Fernando), Joseph (Utobal), le Médecin malgré lui (Valère), la Traviata (le Docteur), Mireille (Ramon), Rose et Colas (Colas), la Bohème (Benoit, Colline), les Visitandines (Melfort père). A créé la Chercheuse d'Esprit (Monsieur Narquois), le Juif Polonais (le Songeur), Louise (le Bricoleur), la Marseillaise (Desaix). Il chanta à l'Opéra le 11 novembre 1900.

 

ROTHMÜLLER Marko. — Baryton (Trnjani, Croatie, 31 décembre 1908 – Bloomington, Indiana, 20 janvier 1993). Débute le 24 mai 1952 dans la Tosca (Scarpia).

 

ROUQUETTY Camille. — Ténor (18 juillet 1910 – 28 mars 1976). Débute 05 juillet 1941 dans la Tosca (Mario Cavaradossi). Chante dans l'Enlèvement au sérail (Belmont) et crée Ginevra (Barnabo).

 

ROUSSEAU Emile Charles dit Emile. — Baryton (45.Fleury-aux-Choux [auj. Fleury-les-Aubrais], 31 août 1899 1985). Débute dans la Bohème (Schaunard) le 27 novembre 1923. Est le créateur d'Ariane à Naxos (Arlequin), le Bon roi Dagobert (Ego), Une Éducation manquée (Pausanias), la Farce de Maître Pathelin (Maître Pathelin), la Fiancée vendue (Krouchima), le Fou de la Dame (le Roi), Gageure imprévue (de Clainville), le 17 février 1935 Gargantua (Jobelin) d'Antoine Mariotte, les Indes Galantes (Ali), le Joueur de Viole (le Bailli), Malvina (Monsieur Choquart), les Mamelles de Tirésias (le Gendarme), la Peau de Chagrin (Blondel), Rayon de Soieries (Ben Ozzou) ; le 17 décembre 1928 Riquet à la houppe (Bécafigue) de Georges Hüe ; le Rossignol de Saint-Malo (Jaquemin), Sarati le Terrible (Carcabo, un Matelot), Vieux Garçons (van Hoosplott) ; le 24 juin 1938 Zadig (l'Ermite) de Jean Dupérier ; le Testament de la Tante Caroline (Docteur Pathogène), Guignol (Gnafron), Il était un Petit Navire (Victor), Madame Bovary (Homais). A été affiché dans Mon Ami Pierrot (l'écrivain public), Angélique (Charlot), Aphrodite (Callidés), le Barbier de Séville (Figaro), la Basoche (l'Ecuyer du Roi, le Veilleur de nuit), Carmen (Moralès), Cavalleria rusticana (Alfio), le Chemineau (François), les Contes d’Hoffmann (Luther, Nicklauss), la Femme nue (Rouchard), Fortunio (Maître André), Fragonard (Maréchal de Soubise, Hubert-Robert), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine peintre ; Boniface), Lakmé (Frédéric), Lorenzaccio (un Orfèvre, Bildo Altoviti), Louise (Sculpteur, Chansonnier), Madame Butterfly (Commissaire impérial, Scharpless), les Mamelles de Tirésias (le Directeur), Manon (Brétigny, Lescaut), Mârouf (un Marchand, le Pâtissier), Mireille (Ourrias), les Noces de Jeannette (Jean), le Oui des Jeunes Filles (don Diego), Paillasse (Sylvio), Pénélope (Pysandre), la Pie borgne (Paul), le Pré-aux-Clercs (Girot), la Reine Fiammette (Lucagnolo), les Rendez-vous bourgeois (Jasmin), le Roi d'Ys (Jahel), le Roi malgré lui (Fritelli), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Jérôme Coignard), le Sicilien (le Sénateur, Ali), le Sourd (Chevalier d'Orbe), Tristan et Isolde (Pilote), la Traviata (d'Orbel), la Vie brève (Manuel, le Chanteur), Werther (Albert, le Bailli), la Bohème (Marcel), Angelo (un Reître, Anafesto), Ciboulette (Duparquet), Djamileh (Splendiano). Il eut une classe au Conservatoire d'Orléans, puis, à compter de 1945, à celui de Paris, dont il prit sa retraite en 1971.

 

ROUSSEAU Jacques. — Basse. Est le créateur d’Ariane a Naxos (le Maître de musique). A chanté le Barbier de Séville (Bazile), le Chemineau (Maître Pierre), le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur), la Lépreuse (Matelinn), Louise (le Père), Manon (Comte Des Grieux), Mignon (Lothario), Mireille (Ramon), Philémon et Baucis (Jupiter, Vulcain), le Rêve (Hautecœur), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (d'Astarac), la Tosca (Scarpia), la Bohème (Schaunard), Werther (le Bailli), Carmosine (Pierre d'Aragon). Pour ses débuts, le 06 janvier 1939, chantait Lakmé (Nilakantha).

 

ROUSSEAU Louis. — Débute le 02 mai 1915 dans Mârouf (Chef des marins). Est affiché dans Louise (Marchand d'habits), les Quatre Journées (Jacques).

 

ROUSSEL Fernand. — Débute le 26 octobre 1919 dans les Contes d’Hoffmann (Spalanzani). Crée Gianni Schicchi (Gérhardo), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (la Guéritaude), le Secret de Suzanne (le valet de chambre). Il a participé à la première le 07 février 1925 de Véronique (Séraphin) d'André Messager. Est affiché dans la Basoche (Guillot), les Bavards (Torrido), Carmen (le Dancaïre), le Chemineau (Martin), Manon (de Morfontaine), Don Quichotte (un Bandit, un Valet, le Chef des bandits), la Fiancée vendue (Patron des Saltimbanques), Fortunio (Subtil), le Hulla (Mouzaffer), le Joueur de Viole (Grand Symphoniste), Lakmé (Hadji), Lorenzaccio (Baptista Venturi), Madame Butterfly (Goro), le Mariage aux Lanternes (Guillot), le Mariage de Télémaque (Ménélas), Masques et Bergamasques (Arlequin), le Médecin malgré lui (Géronte), Mignon (Laerte), les Noces de Figaro (Bazile), le Voile du bonheur (Tchao), la Bohème (Saint-Phar), Werther (Schmidt).

 

ROUSSELIÈRE Charles. — Ténor. Débute le 04 juin 1913. => biographie

 

ROUX. — Débute le 25 janvier 1827 dans le Nouveau seigneur du village (Colin).

 

ROUX Michel. — Basse (16.Angoulême, 01 septembre 1924 –). Débute le 05 octobre 1949 dans Lakmé (Nilakantha). Chante Carmen (Escamillo), les Contes d’Hoffmann (Miracle, Coppélius), Madame Bovary (Rodolphe), Manon (le Comte), Pelléas et Mélisande (Golaud). A créé Madame Bovary (l'Aveugle) et Ciboulette (Roger).

 

 

 

Michel Roux en 1956

 

 

ROZIÈRE (Jean-René LE COUPPEY DE LA ROSIÈRE dit ROZIÈRES ou). — Acteur (15 avril 1739 – 20 juillet 1814). Père de Jacques François Claude Rozière dit Delaporte puis Laporte (69.Lyon, 01 mars 1775 – Soisy-sous-Etiolles, 17 octobre 1841), acteur du Théâtre du Vaudeville. Débute le 04 mai 1765. Fait sa rentrée le 17 mai 1778.

 

RUDOLF. — Débute le 06 octobre 1904 dans Louise (1er Philosophe). Est affiché, à partir de 1900, dans le Barbier de Séville (Bazile), les Dragons de Villars (le Pasteur), Lakmé (Nilakantha) Mignon (Lothario), Mireille (Ramon), la Traviata (le Docteur), la Vivandière (de Rieul).

 

RUELLAN. — Ténor. Débute dans Cavalleria rusticana (Torrido) le 22 juin 1936.

 

RUFFO Titta (Ruffo Titta CAFIERO dit). — Baryton italien (Pise, 09 juin 1877 – Florence, 05 juillet 1953). En représentation, débute le 27 avril 1917 dans Paillasse (Tonio). Chante également la Tosca (Scarpia).

 

SABRY. — Débute le 16 décembre 1944 dans la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

SACLEY. — Débute vers 1874.

 

SAINT-ALBE (François Joseph Bernard dit). — (vers 1806 – 1886). Epouse Mlle Lelièvre dite Mme Saint-Albe, actrice. Il débuta en 1886.

 

SAINT-AMAND (Pierre Laurent dit). — Il chanta de 1852 à 1856.

 

SAINT-AUBIN (Augustin Alexandre d'HERBEZ dit). — Haute-contre (Paris, 1754 – 1818). Epouse à Lyon en 1785 la cantatrice Jeanne Saint-Aubin ; parents des cantatrices Cécile et Alexandrine Saint-Aubin. Débute à l'Opéra en 1784 puis à l'Opéra-Comique en 1786. Crée le 15 mars 1797 Ponce de Léon (1er médecin) d'Henri Montan Berton ; le 03 septembre 1803 Aline, reine de Golconde (Bahadar) d'Henri Montan Berton ; le 02 avril 1805 le Vaisseau Amiral (Forbin) d'Henri Montan Berton.

 

SAINT-CLAIR Guy. — Comédien, débute en créant Guignol (le Gamin) le 18 janvier 1949. Crée ensuite Blaise le Savetier (Jeannot).

 

SAINT-CÔME Elie. — Ténor (09.Suc, 30 septembre 1909 –). Débute le 14 juin 1942 dans la Bohème (Parpignol). Crée Malvina (Albert). Chante Angélique (l'Italien), Carmen (le Rémendado), Don Quichotte (Rodriguez), Fantaisie Nocturne (Arlequin), Ginevra (le Chanteur), la Habanéra (un Homme), le Jongleur de Notre-Dame (Moine poète, Jean), Lakmé (un Marchand, Gérald), Madame Butterfly (Pinkerton), Mireille (Andreloun, Vincent), la Traviata (le Vicomte), la Bohème (Rodolphe), Louise (Etudiant, Bohème), Chanson de Paris (un Moissonneur), Amphitryon 38 (Sosie).

 

SAINTE-FOY (Charles Louis PUBEREAU dit). — Trial (51.Vitry-le-François, 13 février 1817 – 92.Neuilly-sur-Seine ou Paris, 01 avril 1877). Epouse la cantatrice Clarisse Sainte-Foy. Débute en 1839. Il a créé le 10 août 1847 la Cachette (Robin) d'Ernest Boulanger ; le 07 septembre 1852 le Père Gaillard (Jacques) d'Henri Reber. Il joua l'opérette après 1870. Il était le fils d'un soldat du premier Empire que ses camarades avaient surnommé Sainte-Foy. Il chanta également aux Concerts du Conservatoire (aspirant le 10 décembre 1832 ; sociétaire du 23 décembre 1844 au 10 janvier 1856).

(Ce fut le plus étonnant trial que l'Opéra-Comique ait possédé durant une trentaine d'années. Il y débuta en 1839, succédant à Féréol dans Cantarelli, du Pré-aux-clercs. Grand, svelte, d'une physionomie naturellement comique, charmant chanteur et intelligent comédien, il interpréta plus de cent rôles et en créa soixante-dix. La maladie l'obligea à prendre une retraite anticipée et il s'éteignit dans la misère.)

« De la voix, de la gaîté, de la verve, de la naïveté, du naturel, de la jeunesse. Ste-Foy a succédé à Trial, à Moreau, à Dozainville, à Lesage, à Féréol, — mais comme Charlemagne avait succédé aux Rois Francs, — en les dépassant, d'un seul coup, de toute la hauteur de sa bouffonnerie Pantagruélique. Admirable queue rouge, il complète le triangle joyeux ayant nom Jocrisse, et qui compta a chacun de ses angles deux regrettables comédiens, Brunet et Alcide Tousez.

Sainte-Foy gagne 16.000 francs par an. Engagé pour deux années encore, — pour la forme, — il mourra au théâtre où il est né.

Le grand cousin du Déserteur. — les Rendez-vous bourgeois. — Fra Diavolo. — Valentin de Gille ravisseur. — Dickson de la Dame Blanche. — les Porcherons. — Colette. — les Sabots de la Marquise, etc. »

(H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

 

SAINT-PAUL. — Débute le 12 juillet 1822 dans la Dot (le Bailli).

 

SAINT-PREUX (Gaudy). — Débute le 25 juin 1822 dans le Nouveau seigneur de village (Blaise) et les Deux jaloux (Thibault).

 

SAINVAL. — Débute en créant le Couronnement de Poppée (Libert) le 23 décembre 1937.

 

SALDOU. — Ténor. Débute le 31 mai 1914 dans la Tosca (Mario Cavaradossi). Chante la Navarraise (Araquil).

 

SALÉZA Luc Albert dit Albert. — Ténor (64.Bruges, 18 octobre 1867 – 64.Biarritz, 26 novembre 1916). A débuté dans le Roi d’Ys (Mylio) le 19 septembre 1888. A chanté en représentation Carmen (don José) en 1910. Il a débuté à l'Opéra le 16 mai 1892.

 

 

 

Albert Saléza dans Carmen (Don José)

 

 

SALIGNAC Thomas (Eustase THOMAS dit). — Ténor (33.Générac, 29 mars 1867 – 75007.Paris, 16 novembre 1945). Epouse 1. Clémentine Antoinette Salignac ; 2. Marie Gand. Il débute en 1893 dans Richard Cœur de Lion. Après avoir chanté à l'étranger, il rentre à l'Opéra-Comique le 04 octobre 1905 dans Carmen (don José). Chante Cavalleria rusticana (Torrido), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), Julien (Julien), Manon (Des Grieux), Mârouf (Mârouf), Sapho (Jean), la Tosca (Mario Cavaradossi) et Werther (Werther). A créé la Brebis égarée (Pierre), le Chemineau (Toinet), la Habanéra (Pèdro), la Jota (Juan), On ne badine pas avec l'Amour (Perdican), le Pays (Tual), Paillasse (Canio), les Pêcheurs de Saint-Jean (Jacques) et les Tréteaux de Maître Pierre (Maître Pierre). Il a participé à la première de la version scénique le 12 avril 1906 de Marie-Magdeleine (Jésus) de Jules Massenet, et à la première le 16 mai 1908 du Clown (le Clown) d'Isaac de Camondo. Il fut professeur de déclamation lyrique (opéra-comique) au Conservatoire de Paris (1924-1936).

(Engagé à l'Opéra-Comique en 1893 il n'y débuta pas, mais devint pensionnaire de l'Opéra de Reims. En 1896, il entra au Metropolitan dans Carmen (Don José) et y resta sept ans. Revenu en Europe il chante au Covent Garden, à Nice et, en 1905, paraît enfin à l'Opéra-Comique où on lui confiera d'intéressantes créations comme Marie-Magdeleine, le Chemineau, la Habanera, On ne badine pas avec l'amour, le Pays, la Brebis égarée. Il créa également l'Auberge rouge à Nice, les Girondins et Naïl à la Gaîté, Mârouf à la Monnaie. Directeur de l'Opéra de Nice en 1914, il y révélera le Marchand de masques, d'Albert Wolff, dont il avait signé le livret. Il dirigea d'autre part des compagnies lyriques qui se produisirent au Canada et aux États-Unis. Fondateur du périodique Lyrica en 1922, il fut professeur au Conservatoire de Paris en 1924, et dans sa propre école de chant qu'il fonda en 1933.)

 

 

 

Thomas Salignac dans Manon (Des Grieux)

 

 

SALLUC. — Crée la Habanéra (un Madrilène) le 26 février 1908.

 

SALVÉ. — Débute le 29 décembre 1904 dans Lakmé (le Domben).

 

SAMI. — Joue Louise (l'Apprenti) vers 1930.

 

SAMPÉRAC. — Débute dans Madame Butterfly (Officier du registre) le 28 février 1908. Chante Lakmé (un Marchand).

 

SANSINI. — Débute le 30 mai 1900 dans Louise (l'Etudiant). Il a participé à la première le 23 mai 1905 de Chérubin (un Officier) de Jules Massenet

 

SAUVAGEOT Maurice Jean Louis dit Maurice. — (92.Clamart, 10 août 1888 – 06.Nice, 14 février 1974). Débute le 31 août 1919 dans Carmen (Moralès). Est affiché dans l'Attaque du Moulin (Capitaine Français), la Basoche (Veilleur de nuit, Clément Marot), Carmen (Escamillo), Cavalleria rusticana (Alfio), la Traviata (d'Orbel) la Habanéra (3e Compère, 1er Aveugle), Lakmé (Frédéric), la Lépreuse (un Paysan), Louise (Chansonnier, Peintre), Madame Butterfly (Commissaire impérial), Manon (Lescaut), le Mariage de Télémaque (Eténous), Mârouf (Ali), Masques et Bergamasques, Mireille (Ourrias), Pénélope (Eurymaque), le Roi Candaule (Pittacos), Dans l'Ombre de la Cathédrale (Pérez), les Noces de Jeannette (Jean), le Roi d'Ys (Karnac), Sapho (Caoudal), la Tosca (Spoletta, Scarpia), la Bohème (Marcel, Schaunard), le Voile du bonheur (Li-Lao), Werther (Albert), Paillasse (Sylvio). En 1948, il habitait avec sa femme Yvonne Marguerite Juliette Pain au 51 rue de Lancry (Paris 10e).

 

SAVERNY Paul. — Ténor. Débute le 09 décembre 1928, au Trocadéro, dans Werther (Werther). Chante Cavalleria rusticana (Torrido), Lakmé (Gérald), Manon (Des Grieux), Mignon (Wilhem Meister), Thérèse (Armand), Madame Butterfly (Pinkerton), la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

SAVIGNOL Pierre. — Basse. Débute le 23 mai 1948. => biographie

 

SAVOIE Robert. — Basse. Chante la Bohème (Schaunard) le 02 avril 1972.

 

SAVY. — Appartenait à la troupe en 1762. Jouait les Docteurs.

 

SCARAMBERG Emile [Scaremberg]. — Ténor (25.Besançon, 26 avril 1863 – 25.Besançon, 26 avril 1938). Débute en avril 1893. Il débuta à l'Opéra le 23 mai 1903.

 

SCELLIER Jacques Hippolyte Henri dit Jacques. — Basse (76.Le Havre, 30 décembre 1901 –). Débute dans le Roi d’Ys (le Roi) le 03 juin 1937. Chante Mignon (Lothario) et Manon (le Comte Des Grieux).

 

SCHIPA Raffaele Attilio Amedeo dit Tito. — Ténor italien (Lecce, 27 décembre 1888 – New York, 16 décembre 1965). En représentation, débute dans Manon (Des Grieux) le 14 juin 1946.

 

SCHOOTEN Frank. — Basse. Chante vers 1971-1972.

 

SCIAPIO. — Débute le 13 mai 1932 dans Madame Butterfly (le Bonze). Chante la Tosca (Angelotti).

 

SCOTTI Antonio. — Baryton italien (Naples, 25 janvier 1866 – Naples, 26 février 1936). Débute dans la Tosca (Scarpia) le 31 octobre 1904.

 

SEGUY André. — Débute le 16 mai 1937 dans la Tosca (Mario Cavaradossi). Chante Gargantua (1er Buveur, Gymnaste), la Habanéra (Pédro), Madame Butterfly (Pinkerton), Paillasse (Canio), les Pêcheurs de perles (Nadir), Lakmé (Gérald) et Mireille (Vincent).

 

SÉNÉCHAL Michel. — Ténor (Paris, 11 février 1927 –). Engagé à la RTLN en 1961. Chante jusqu'en 1963 le Barbier de Séville (Almaviva) ; l'Heure espagnole (Gonzalve) ; Cosi fan tutte (Ferrando) ; Dialogues des Carmélites (l'Aumônier) ; Lakmé (Gérald) ; le Mariage secret. Puis, à partir de 1968, Mireille (Vincent) ; Mignon (Wilhelm) ; Lulu ; le Comte Ory ; Orphée aux Enfers (Orphée) ; la Chauve-Souris (Alfred).

 

SENS Maurice. — Ténor. Epouse en 1923 Gina Cigna. Débute le 08 septembre 1909 dans Lakmé (Gérald). Crée Léone (Léone), Noël (Jacques) et Athanaïs (le Récitant). A chanté l'Ancêtre (Tébaldo), Carmen (don José), Cavalleria rusticana (Torrido), Julien (Julien), Manon (Des Grieux), Mireille (Vincent), la Navarraise (Araquil), le Roi d’Ys (Mylio), Thérèse (Armand), la Tosca (Mario Cavaradossi), la Bohème (Rodolphe ) et Werther (Werther).

 

SERDA. — Débute le 23 août 1827 dans la Maison isolée (Charles) et la Dame blanche (Gaveston).

 

SERKOYAN Gérard. — Basse (Istanbul, 14 juillet 1922 –). Débute le 05 octobre 1952 dans Carmen (Zuniga). Chante les Contes d’Hoffmann (Lindorf), Werther (le Bailli), le Carrosse du Saint-Sacrement (Evêque), les Pêcheurs de perles (Nourabad).

 

SEVEILHAC Paul. — Baryton (47.Marmande, 1866 – 47.Marmande, juillet 1942). Epouse à Londres en mai 1906 le soprano Pauline Lightstone dite Donalda (Montréal, 05 mars 1882 – 22 octobre 1970). Débute en créant la Habanéra (Ramon) le 26 février 1908.

 

SIMARD Jules. — Baryton (76.Aumale, 04 mai 1882 –). Débute le 18 octobre 1904, au Théâtre Montparnasse, dans Mireille (Ourrias). A créé la Cabrera (Juan Cheppa), Miarka (un jeune Romané) ; le 08 mai 1906 le Roi aveugle (un autre homme) d'Henry Février. A été affiché dans Cavalleria rusticana (Alfio), Joseph (Asser), la Traviata (d'Orbel). Il a participé à la première de la version scénique de Marie-Magdeleine (Mathieu) de Massenet le 12 avril 1906.

 

SIMONEAU Léopold. — Ténor (Saint-Flavien, près de Québec, 03 mai 1918 ). Epouse en 1946 Pierrette Alarie, soprano. Débute le 09 septembre 1949 dans Mireille (Vincent). Chante le Barbier de Séville (Almaviva) et la Traviata (Rodolphe). Crée le Libertin (Tom Rakewell).

 

SINCLAIR Bernard (Bernard JANSSEN dit). — Baryton (59.Marcq-en-Barœul, 1937 –). Chante entre 1954 et 1972.

 

SINGHER Martial Jean Paul dit Martial. — Baryton (64.Oloron-Sainte-Marie, 14 août 1904 – Québec, 09 mars 1990). Chante le Barbier de Séville (Figaro) et Carmen (Escamillo), rôle de ses débuts le 25 octobre 1938.

 

SIZES Eugène-Gabriel dit Eugène. — Baryton. Débute dans Carmen (don José) le 11 septembre 1903. Crée la Fille de Roland (Ragenhardt). Participe à la première de la Tosca (Spoletta). Il fut professeur de déclamation lyrique (opéra-comique) au Conservatoire de Paris (1911-1940).

 

SKLENARD. — A créé l'École des Maris (un Lutteur). Interprète l'Enlèvement au Sérail (un Garde), Manon (l'Hôtelier), la Bohème (un Douanier), rôle de ses débuts le 12 septembre 1933.

 

SLAMOWITZ. — Débute le 30 mai 1905 dans la Basoche (Grand Prévost), est également affiché dans Louise (l'Apprenti).

 

SMATI Xavier. — Basse (31.Toulouse, 01 janvier 1919 –). Débute le 03 octobre 1946 dans le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur). Crée le Carrosse du Saint-Sacrement (l'Evêque), le Oui des Jeunes Filles (un Hidalgo), Madame Bovary (Abbé Bournisier). Chante en outre Carmen (Zuniga), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), la Habanéra (4e Compère, 3e Aveugle), Lakmé (Nilakantha), Louise (Chiffonnier), Manon (le Portier), Mireille (Ramon), la Traviata (le Docteur), la Bohème (Colline), Werther (le Bailli), l'Etoile (Sirocco) et le Barbier de Séville (Bazile).

 

SMIRNOV Dmitri Alexeievich dit Dmitri. — Ténor russe (Moscou, 07 novembre 1882 – Riga, 27 avril 1944). Epouse Lydia Smirnova-Malzeva. En représentation, débute le 14 juin 1924 dans la Bohème (Rodolphe).

 

SOIX Charles. — Basse (07.Annonay, 22 juillet 1914 –). Chante entre 1954 et 1972.

 

SOLIÉ Jean-Pierre. — Acteur (1755 – 06 août 1812). Débute en 1786. Crée le 05 août 1798 le Rendez-vous supposé (Candor) d'Henri Montan Berton ; le 15 avril 1799 Montano et Stéphanie (Salvator) d'Henri Montan Berton ; le 03 septembre 1803 Aline, reine de Golconde (Usbeck) d'Henri Montan Berton ; le 24 janvier 1811 le Charme de la voix (M. de Vermont) d'Henri Montan Berton.

 

SONNELY [ou SONELLY]. — Débute dans les Contes d’Hoffmann (Nathanael) le 02 septembre 1913. Chante Aphrodite (Philodème) et crée le 25 février 1914 la Marchande d'allumettes (un Dandy ; un Matelot) de Tiarko Richepin.

 

SOUBEYRAN. — Ténor. Débute le 20 mars 1906 dans Carmen (don José). Il chanta également à l'Opéra.

 

SOUCHON. — Débute le 06 septembre 1907 dans Louise (le Marchand d'habits). Crée Ghyslaine (un Guetteur), On ne badine pas avec l'Amour (un Musicien). Chante la Bohème (Parpignol).

 

SOUDIEUX. — Débute le 21 février 1915 dans Mignon (Wilhem Meister).

 

SOULACROIX (Gabriel-Valentin SALACROIX dit). — Baryton (47.Fumel, 11 décembre 1853 – Paris, 16 août 1905). A débuté le 20 septembre 1885 dans les Dragons de Villars (Bellamy). Créé le 30 mai 1890 la Basoche (Clément Marot) d'André Messager ; Falstaff (Ford) ; Kassya (Camille). A été affiché, à partir de 1900, dans Carmen (Moralès), Cavalleria rusticana (Alfio), le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur), Mireille (Ourrias), la Traviata (d'Orbel), la Bohème (Schaunard) et le Barbier de Séville (Figaro). Il a débuté à l'Opéra le 19 mai 1892.

"Baryton, prix du Conservatoire, l'un des chanteurs les plus renommés du moment. A la Monnaie de Bruxelles, il est adoré ; à l'Opéra-Comique, il est tout aussi apprécié. Sa voix large et belle lui permet de chanter aussi bien Zampa que le Nouveau Seigneur. Il est très apprécié dans le rôle d'Orbel, de la Traviata ; on lui redemande toujours la belle romance en bémol. Soulacroix est certainement un artiste de grande valeur, auquel l'avenir réserve de nombreux succès encore, car il joint à la finesse du phrasé l'ampleur expressive de la force et un rare talent de comédien. Il a créé Plutus, de Charles Lecocq." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, 1891).

"Soulacroix avait quitté l'Opéra-Comique pour signer avec la Gaîté un engagement de 100.000 francs de minimum par saison. Il a chanté Rip deux cents fois ; on sait avec quel succès il a contribué au succès de Panurge.

La plus généreuse voix de baryton d'opéra-comique qu'on ait entendue depuis bien des années et le type accompli du chanteur-comédien... ou du comédien chanteur."

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

 

 

Gabriel-Valentin Soulacroix

 

 

SOUMAGNAS Jean-Louis. — Basse (12.Rodez, 08 novembre 1938 –). Entre à la RTLN le 01 janvier 1970. Chante les Noces de Figaro (Figaro) ; la Bohème (Colline) ; la Fille du Far-West (Wallace) ; les Contes d'Hoffmann (Crespel) ; Werther (le Bailli, 1978).

 

SOUZAY Gérard (Gérard TISSERAND dit). — Baryton (49.Angers, 08 décembre 1918 – 17 août 2004). Débute en 1960 dans Pelléas et Mélisande (Golaud).

 

SOYER Roger. — Basse (94.Thiais, 01 septembre 1939 ). Engagé à la RTLN en 1964. Chante le Barbier de Séville (Basile) ; la Bohème (Colline) ; Pelléas et Mélisande (Arkel) ; le Comte Ory.

 

SPATARO Thomas. — En représentation, débute le 19 novembre 1947 dans la Bohème (Rodolphe) qu'il chante en italien.

 

STABILE Mariano. — Baryton italien (Palerme, 12 mai 1888 – Milan, 11 janvier 1968). Débute le 11 juin 1928 dans la Tosca (Scarpia).

 

STASKIEWICZ Stanislas. — Basse (1936 –). Chante entre 1954 et 1972.

 

STEBER Charles. — Ténor. Débute le 25 mars 1928 dans les Contes d’Hoffmann (Hoffmann).

 

STEFFNER Raymond. — Baryton-basse (68.Mulhouse, 07 décembre 1927 –). Chante entre 1954 et 1972.

 

STÉPHANNE. — Ténor. Débute le 12 novembre 1875 dans Haydée (Loredan).

 

STERLIN. — Ténor. Débute le 28 août 1925 dans la Bohème (Rodolphe).

 

STOCKHAUSEN Jules. — Baryton (Paris, 22 juillet 1826 –). Débute en 1856.

 

STOKKING Johannès César. — Ténor (Zwijndrecht, Hollande, 25 mars 1901 –). Débute le 06 juillet 1937 dans la Bohème (Rodolphe). Chante Carmen (don José) et la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

STROESCO. — Ténor. Débute en créant Lorenzaccio (Maffio, Alamano Salvati) le 19 mai 1920. Chante la Tosca (Mario Cavaradossi), la Bohème (Rodolphe) et Pelléas et Mélisande (Pelléas).

 

STUART. — Ténor. Est affiché dans Carmen (le Rémendado), Joseph (Ruben), Lakmé (Hadji), Louise (l'Etudiant), Manon (un Garde, un Sergent), la Fille du Régiment (Notaire), Galathée (Ganymède), le Médecin malgré lui (Maître Robert), Mignon (Laërte). A débuté le 11 novembre 1898 dans le Maître de Chapelle (Benetto).

 

SUJOL Amédée Gustave. — Ténor (33.Bordeaux, 16 septembre 1858 –). Epouse à 75010.Paris le 30 juin 1892 Marie Antoinette Sébastienne Richard, artiste lyrique. Débute en 1885. Chante également aux Concerts du Conservatoire (sociétaire du 07 mai 1901 à 1919).

 

SWOLFS Laurent. — Ténor (Gand, 08 mars 1868 – 04 novembre 1954). En représentation, débute le 15 décembre 1911 en créant Bérénice (Titus).

 

TACOVA Victor (Victor AVOCAT dit). — (1798 – 1881). Père de l'acteur Victor Henri Avocat dit Tacova fils. Il resta 48 ans à l'Opéra-Comique dont 40 ans comme régisseur.

 

TALAZAC Jean dit Alexandre. — Ténor (33.Bordeaux, 16 mai 1853 – 78.Chatou, 26 décembre 1892). Epouse le 20 mars 1880 la cantatrice Hélène Fauvelle. Débute le 28 avril 1878 dans la Statue (Selim). Il participa en 1879 à la première de la Flûte enchantée (Tamino) de Mozart, et en 1886 à celle de la Traviata (Rodolphe). Il créa en 1880 Jean de Nivelles (Jean) de Léo Delibes, en 1881 les Contes d'Hoffmann (Hoffmann) de Jacques Offenbach, en 1883 Lakmé (Gérald) de Léo Delibes, le 19 janvier 1884 Manon (Des Grieux) de Jules Massenet, en 1888 le Roi d'Ys (Mylio) d'Edouard Lalo. Il a chanté Joseph, Roméo et Juliette (Roméo), Richard Cœur de Lion (Richard).

(Il débuta à l'Opéra-Comique en 1878. D'emblée il conquit le public qui s'enthousiasmait pour la pureté de sa voix charmante et puissante à la fois, et il occupa durant dix ans, sans partage, la première place dans la troupe de la salle Favart. Avec elle il créa Jean de Nivelle (Jean), les Contes d'Hoffmann (Hoffmann), la Galante aventure (le Chevalier), Lakmé (Gérald), Manon (des Grieux), Diane (Georges), Une nuit de Cléopâtre (Manékès) et le Roi d'Ys (Mylio). Il fut affiché à Londres, Bruxelles, Lisbonne, Madrid, reprit Nadir dans les Pêcheurs de perles à la Gaîté en 1899 et fut le créateur parisien de Samson et Dalila (Samson) le 31 octobre 1890 au théâtre Eden. En partie paralysé il dut abandonner le théâtre après cette dernière création.)

 

TALEYRAC Jean. — Ténor. Débute le 24 août 1937 dans Mireille (Vincent). Chante Carmen (don José), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), Mignon (Wilhem Meister), la Tosca (Mario Cavaradossi) et Werther (Werther).

 

TAPPY Eric. — Ténor suisse (Lausanne, 19 mai 1931 –). Chante entre 1959 et 1972.

 

TARQUINI D’OR Brutus (Brutus TARQUINI dit). — Baryton (La Chaux-de-Fonds, Suisse, 04 juillet 1882 – 89.Sens, 20 avril 1949). Fils de Mathilde Tarquini d’Or. Débute le 11 septembre 1906 dans Mireille (le Passeur). Crée Ariane et Barbe-Bleue (un Paysan), les Armaillis (Vieux Domestique), la Légende du Point d'Argentan (le Docteur). A été affiché dans Cendrillon (l'Hôtelier), le Jongleur de Notre-Dame (Moine sculpteur), Louise (1er Philosophe), la Cabréra (l'Hôtelier).

 

TASKIN Emile-Alexandre. — Baryton (Paris, 08 mars 1853 – Paris, 05 octobre 1897). Epouse la cantatrice Sophie Louise Félicité Champion (77.Lagny, 26 mars 1851 –). Débute le 09 février 1873 dans Haydée (Malipieri). Créé le 19 janvier 1884 Manon (Lescaut) de Jules Massenet ; le 15 mai 1889 Esclarmonde (l'Empereur Phorcas) de Jules Massenet. Participe à la première le 09 juin 1892 des Troyens à Carthage (1er spectre) d'Hector Berlioz. Il fut professeur de déclamation lyrique (opéra-comique) au Conservatoire de Paris (1891-1897).

(En 1875, à Anvers, il paraît dans le capitaine Rolland, des Mousquetaires de la reine ; l'année suivante il remplace au pied levé Bouhy dans Dominique, de Paul et Virginie, à la Gaîté. Après des saisons en province il était venu à Paris salle Ventadour créer le Capitaine Fracasse et les Amants de Vérone, puis il entra à l'Opéra-Comique en 1873. Joli garçon, habile chanteur malgré une voix assez courte, bon comédien et de surcroît fort sympathique, il devait y faire une brillante carrière. Il y fut entre autres le créateur de Jean de Nivelle (Charolais), les Contes d'Hoffmann (Lindorf, Coppelius et Docteur Miracle), Manon (Lescaut). Il fut nommé professeur au Conservatoire en 1891.)

 

TERGÉ. — Débute le 01 décembre 1905, au Théâtre Montparnasse, dans la Traviata (le Marquis). Crée la Habanéra (un Andalou) et joue dans Louise (un Agent).

 

TESSIER (Jules, dit Jean-Jules-Claude DANTINE). — (Paris, 30 septembre 1813 –). Débute vers 1836.

 

TESTAI André. — Débute le 26 novembre 1946 dans Louise (Noctambule).

 

TESTE (André Joseph LECLERC dit). — Baryton-basse (Paris, 05 mars 1840 –). Débute en 1874. Créé le 19 janvier 1884 Manon (1er Garde) de Jules Massenet. Chante également aux Concerts du Conservatoire (aspirant le 20 octobre 1874 ; sociétaire du 11 octobre 1881 au 06 juin 1900).

 

THARAUD. — Débute le 26 octobre 1913 dans Cavalleria rusticana (Torrido). Chante Paillasse (Canio).

 

THAU Pierre Eugène dit Pierre. — Basse (31.Toulouse, 16 décembre 1933 ). Engagé à la RTLN en 1965. Chante Mireille (Ramon) ; les Pêcheurs de perles (Nourabad) ; la Bohème (le Douanier) ; les Contes d'Hoffmann (Crespel) ; les Noces de Figaro (Figaro).

 

THÉNARD (Etienne Bernard Auguste PERRIN dit Etienne). — Ténor et compositeur (69.Lyon, 21 janvier 1807 – Bruxelles, 08 mai 1838). Fils de l'acteur Pierre Thénard aîné (69.Lyon, 24 avril 1779 – 57.Metz, 17 octobre 1825). Epouse à Paris le 01 avril 1827 la cantatrice Gabrielle Thénard. Débute le 05 juin 1827 dans Jean de Paris (Jean de Paris).

 

THÉODORE. — Basse-taille. Débute le 13 avril 1818 dans Blaise et Babet.

 

THIANNI. — Débute le 06 août 1827 dans la Dame blanche (George).

 

THIBAUT [ou THIBAULT]. — Participe aux créations suivantes : le 25 février 1914 la Marchande d'allumettes (un Etudiant) de Tiarko Richepin ; le 09 juin 1924 la Forêt bleue (un Buveur) de Louis Aubert ; Mârouf (un Muezzin) ; Nausicaa (un Serviteur). Est affiché dans la Habanéra (un jeune homme), le Hulla (un Mendiant), Louise (Marchand d'habits).

 

THIERRY. — Basse. Débute vers 1874. Il a créé le 03 décembre 1890 Benvenuto (le Chef du Guet) d'Eugène Diaz. Il a participé le 16 janvier 1893 à la première de Werther (le Bailli) de Jules Massenet.

 

THILL Georges. — Ténor. Débute le 15 mai 1928. => biographie

 

THIRACHE Julien. — Baryton (51.Reims, 25 novembre 1913 –). Débute le 03 octobre 1946 dans le Jongleur de Notre-Dame (le Moine musicien). Crée Guignol (le Brigadier) et Madame Bovary (Lestibourdois). Est affiché dans les Contes d’Hoffmann (Nicklauss), l’Enfant et Sortilèges (l'Horloge, le Chat), Fortunio (Guillaume), Carmen (Moralès), Lakmé (Frédéric), Louise (le Peintre), Madame Butterfly (Commissaire impérial), Manon (Brétigny), Mireille (un Arlésien), Paillasse (Sylvio), le Pré-aux-Clercs (l'Exempt), la Vie brève (le Chanteur, le Forgeron), la Bohème (Marcel), le Barbier de Séville (Pedrille).

 

THOMAS E.. — Baryton. Il a créé le 01 avril 1895 la Vivandière (André) de Benjamin Godard.

 

THOMAS Tony. — Ténor. Débute le 03 octobre 1892. => biographie

 

THOMASSIN (Guillaume-Adrien VICENTINI dit). — Acteur (1744 – 1807).

 

THOUVENIN. — Joue Alceste (un enfant d'Alceste) de Gluck lors de la première le 30 mai 1904.

 

THYGESEN Niels Thyge Baunsgaard dit Thyge. — Ténor danois (Copenhague, 16 mars 1904 – 17 janvier 1972). Epouse le soprano danois Margherita Flor (Copenhague, 05 octobre 1900 – 16 mars 1991). Débute le 02 juillet 1947 dans Carmen (don José). Chante également la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

TILLY Nicolas. — Trial. Débute le 15 novembre 1825 dans Gulistan (Gulistan). Crée le 09 juillet 1827 les Petits appartements (Fabrice) d'Henri Montan Berton.

 

TIRMONT Edmond Julien Louis dit Edmond. — Ténor (80.Abbeville, 11 août 1884 – 01 novembre 1985). Père de Dominique Tirmont (75012.Paris, 21 janvier 1923 – Paris, 10 août 2002), chanteur d'opérette. Débute le 24 novembre 1910 dans Joseph (Joseph). Chante Lakmé (Gérald), Madame Butterfly (Pinkerton), Mignon (Wilhem Meister), Louise (Noctambule), Paillasse (Beppe) et la Fille de Madame Angot (Ange Pitou).

 

TRANTOUL Antonin. — Ténor (31.Toulouse, 21 décembre 1887 – 13.Marseille, 31 août 1965). Débute le 02 décembre 1920 dans Manon (Des Grieux). Crée les Noces Corinthiennes (Hippias). Est affiché dans l’Attaque du Moulin (Dominique), le Barbier de Séville (Almaviva), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), la Lépreuse (Ervoanik), Julien (Julien), Orphée (Orphée), Madame Butterfly (Pinkerton), le Roi d’Ys (Mylio), la Tosca (Mario Cavaradossi),  la Bohème (Rodolphe), Carmen (don José) et Werther (Werther).

 

TRAVERSO Giuseppe. — Ténor. Débute dans la Tosca (Mario Cavaradossi) le 08 octobre 1947.

 

TREMPONT Michel Fernand dit Michel. — Baryton belge (Boussu, près de Mons, Belgique, 28 juillet 1928 ). Débute en septembre 1966. Chante les Noces de Figaro (Figaro) ; le Barbier de Séville (Figaro) ; la Bohème (Marcel) ; Madame Butterfly (Sharpless) ; la Traviata (d'Orbel) ; la Chauve-Souris (Gaillardin) ; le Comte Ory (Rimbaud) ; les Pêcheurs de perles (Zurga) ; la Gageure imprévue.

 

TRIAL Antoine. — Ténor (84.Avignon, 13 octobre 1737 – Paris, 05 février 1795). Frère cadet du compositeur Jean-Claude Trial. Epouse l'actrice Marie-Jeanne Milon dite Mme Trial. Il fit ses débuts dans la troupe du Prince de Conti, puis débuta le 04 juillet 1764 à la Comédie-Italienne dans le Sorcier (Bastien) de Philidor. Excellent comédien, mais possédant une voix faible et nasillarde, il mérita de donner son nom à l'emploi des ténors comiques, des niais et des paysans. Il fut membre de la Municipalité de Paris en 1793.

(Il parut sur plusieurs scènes de province avant de débuter à l'Hôtel de Bourgogne, en 1764, dans le Rosier de Philidor (Bastien). Il avait une voix nasillarde, mais sympathique, et il était très bon comédien ; aussi se spécialisa-t-il dans les rôles de ténor comique. Son nom est resté attaché à l'emploi, ce qui ne signifie pas qu'un trial soit un chanteur sans voix. Sous la Terreur il fut membre du Comité révolutionnaire de la rue Le Peletier, ce qui lui valut d'être accueilli en scène par des huées lors de la réaction thermidorienne. Il semble que de désespoir il se soit empoisonné.)

 

TRIANDAFYLLO Kimon. — Ténor (Athènes, 16 janvier 1884 –). Débute le 20 octobre 1913 dans Cavalleria rusticana (Torrido).

 

TROY Eugène Louis dit l'aîné. — Basse (31.Toulouse, 18 avril 1836 – 34.Montpellier, 11 juin 1871). Débute en 1857.

 

TROY Etienne dit le jeune. — Baryton (31.Toulouse, 21 juillet 1844 –). Frère de Troy l'aîné. A débuté dans Suzanne le 18 janvier 1879. A créé la Carmélite (le Concierge) ; le 15 mai 1889 Esclarmonde (un Envoyé sarrazin) de Jules Massenet ; le 30 mai 1890 le Basoche (l'Ecuyer du Roi) d'André Messager ; le 05 mai 1896 le Chevalier d'Harmental (Maillefer) de Messager ; le 24 mai 1899 Cendrillon (le Surintendant des plaisirs) de Massenet ; le Légataire Universel (un laquais), Louise (un Agent), Manon (un Sergent), Une Aventure de la Guimard (le Sergent recruteur), Javotte (un Adjoint) . A été affiché à partir de 1900 dans ces rôles, et également dans Alceste (un Coryphée), le Barbier de Séville (Notaire), Carmen (Lillas Pastia, un Guide), les Dragons de Villars (le Pasteur), Joseph (Gad), Lakmé (le Domben), Manon (l'Hôtelier), Mignon (Antonio), Mireille (le Passeur), Phryné (un Hérault), la Traviata (un Domestique), la Vivandière (Lieutenant Vernier). Il a été régisseur de l'Opéra-Comique.

"Baryton, frère du célèbre chanteur mort trop tôt. Troy jeune, lauréat du Conservatoire, a débuté au Théâtre-Lyrique, sous la direction Carvalho. Il fut de la création de Roméo et Juliette. À l'Opéra-Comique, il se rend très utile au second rang par son mérite de chanteur et de comédien et remplit les fonctions de régisseur de la direction. Troy est membre de la Société des Concerts du Conservatoire." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

TUBIANA William Désiré Hanoun dit Willy. — Baryton-basse (Saint-Eugène, dépt d'Alger, Algérie française, 13 février 1891 – Boulogne, 01 septembre 1980). Débute le 22 octobre 1920 dans Werther (le Bailli). Chante les Amoureux de Catherine (Rebstock), Ariane et Barbe-Bleue (un vieux paysan, Barbe-bleue), les Armaillis (l'Aubergiste), le Barbier de Séville (Bazile), la Basoche (Roland), Carmen (Escamillo), le Chalet (Max), le Chemineau (Maître Pierre, François), les Contes d’Hoffmann (Crespel, Coppelius, Miracle), l’Enfant et Sortilèges (le Fauteuil, l'Arbre), la Forêt Bleue (l'Ogre), Fortunio (Guillaume), la Habanéra (le Vieux), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine peintre ; un Moine musicien ; le Prieur), le Juif Polonais (Président du Tribunal), Lakmé (Nilakantha), la Lépreuse (Sénéchal), Lorenzaccio (Scoronconcolo), Louise (Chiffonnier, le Père), Madame Butterfly (Scharpless), Manon (le Comte), le Mariage de Télémaque (Hémistikos), Mârouf (le Pâtissier), Mignon (Lothario), Mireille (Ramon, Ourrias), la Navarraise (Garrido, Rémiggio), les Noces de Figaro (Bartholo), Paillasse (Tonio), les Pêcheurs de perles (Nourabad), Pénélope (Ctésippe), Phryné (Dicéphile), le Pré-aux-Clercs (un Chevau-léger), le Rêve (Hubert), le Roi d'Ys (Saint Corentin, le Roi), le Sicilien (don Pedro), la Tosca (Angelotti, Scarpia), la Vie brève (Oncle Salvaor), la Bohème (Schaunard, Colline), le Voile du bonheur (le Précepteur), la Traviata (le Baron), la Dame Blanche (Marc Irton). D'autre part est le créateur, salle Favart, de : Angélique (Boniface), Angelo (un Reître, Anafesto), Bourgeois de Falaise (Fijeac), la Chambre Bleue (le Garçon), le Chevalier de Mauléon (don Pedro), le Cloître (Idesbald), Éros Vainqueur (le Roi), Fra Angelico (un Mendiant), Gianni Schicchi (di Nicolas), les Indes galantes, le Joueur de Viole (Grand Lettré), le Oui des Jeunes Filles (Simon), la Peau de Chagrin (Barbentane), la Pie Borgne (Barcolet), le Poirier de Misère (le Bailli) ; le 17 mars 1932 le Roi bossu (Ambrosius) d'Elsa Barraine ; Scémo (Tomaso), Tarass Boulba (Torkich) ; le 24 juin 1938 Zadig (le Pauvre Pêcheur) de Jean Dupérier. Il a participé à la première le 07 octobre 1924 de Don Quichotte (le Chef des bandits) de Jules Massenet ; le 17 novembre 1931 de la Belle de Haguenau (le Reître) de Maurice Fouret.

 

TURP André. — Ténor (Montréal, 21 décembre 1926 –). Entre 1962 et 1968, chante Louise (Julien), Werther (Werther).

 

VAILLANT Georges. — Basse (Alger, 28 décembre 1912 – 06.Nice, 16 janvier 2000). Débute dans la Tosca (Scarpia) le 21 novembre 1952. Chante le Barbier de Séville (Bazile), Paillasse (Tonio) et Lakmé (Nilakantha).

 

VALDARNINI. — Débute le 10 juin 1934 dans Cavalleria rusticana (Torrido).

 

VALDEJO Jean Baptiste Théophile. — Ténor (68.Freland, 29 janvier 1846 –). Epouse l'actrice Juliette Marie Barataud. Débute le 21 août 1875 dans Zampa (Zampa).

 

VALEMBERT. — Ténor. Débute le 02 juin 1823 dans Maison à vendre (Versac).

 

VALÈRE F. — Epouse la comédienne Mlle Florigny (1803 – 24 mai 1825). Débute le 22 juillet 1825 dans Montano et Stéphanie (Silvain, Salvator).

 

VALLIER Jean. — Basse (34.Sète, 02 novembre 1863 – Paris, 1952). Il fit ses études au Conservatoire de Paris, entra à l'Opéra-Comique, puis débuta le 12 février 1892 à l'Opéra.

 

VALVILLE. — Crée le 15 mars 1797 Ponce de Léon (2e médecin) d'Henri Montan Berton.

 

VAN DAM José (Joseph Libert Alfred, baron VAN DAMME dit). — Baryton-basse belge (Ixelles, 25 août 1940 –). Chante entre 1961 et 1972.

 

VAN DYCK Ernest. — Ténor. Débute le 21 novembre 1903. => biographie

 

VAN LOO. — Il a participé à la première le 23 mai 1905 de Chérubin (un Officier) de Jules Massenet.

 

VANNI-MARCOUX (Jean Emile Diogène MARCOUX dit). — Basse (Turin, 12 juin 1877 – Paris, 21 octobre 1962). Débute le 03 juin 1914 dans Pelléas et Mélisande (Golaud). Chante le Barbier de Séville (Bazile), Carmen (Escamillo), la Habanéra (Ramon), Don Juan (don Juan), Louise (le Père) et la Tosca (Scarpia). Est le créateur, salle Favart, de Forfaiture (Tori), Gianni Schicchi (Gianni Schicchi), Lorenzaccio (Lorenzo), Polyphème (Polyphème), le Secret de Suzanne (le Comte). Il a participé à la première le 07 octobre 1924 de Don Quichotte (Don Quichotte) de Jules Massenet. Il fut professeur de déclamation lyrique (opéra-comique) au Conservatoire de Paris (1936-1943).

 

VANZO Fernand Albert dit Alain. — Ténor (Monaco, 22 avril 1928 – 93.Gournay-sur-Marne, 27 janvier 2002). Débute en 1954. Chante le Jongleur de Notre-Dame (un Moine poète, 1954), Manon (Des Grieux, 1957), les Pêcheurs de perles (Nadir), Mireille (Vincent), la Bohème (Rodolphe), Lakmé (Gérald), la Traviata (Rodolphe), Werther (Werther), les Contes d'Hoffmann (Hoffmann), Cavalleria rusticana (Turridu), Madame Butterfly (Pinkerton), Lucie de Lammermoor (Edgardo).

 

 

 

Alain Vanzo

 

 

VARIN. — Joue dans Louise (l'Apprenti) en 1948.

 

VAUQUELIN Jean-Paul. — Baryton (76.Maromme, 20 juin 1931 ). Engagé à la RTLN en 1962. Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

VAURS Louis. — Baryton. Débute le 20 décembre 1908. => biographie

 

VELSCH. — Débute en 1817.

 

VENTO Marc. — Baryton (83.Ollioules, 30 mai 1936 – 2005). Chante la Bohème (Schaunard) le 11 novembre 1971.

 

VERCAMMEN Marcel. — Ténor belge (Anvers, 20 juillet 1910 –). Chante entre 1954 et 1972.

 

VERDELLET Victor Claudius dit fils. — Ténor (62.Arras, 09 octobre 1836 – 1888). Fils de l'acteur Jean Claude Verdellet père (1808 – 1865) de la Comédie-Française. Débute en 1872.

 

VERDIÈRE René François Elie dit René. — Ténor (62.Tournehem-sur-la-Hem, 26 juillet 1899 – Paris, 06 mai 1981). Débute le 29 juin 1930 dans Werther (Werther). Crée le 17 février 1935 Gargantua (Gargantua) d'Antoine Mariotte ; Quatre-vingt-treize (Gauvain). Est affiché dans Carmen (don José), Julien (Julien), Cavalleria rusticana (Torrido), Paillasse (Canio), la Tosca (Mario Cavaradossi) et Quand la Cloche sonnera (Yacha).

 

VERGNES Paul-Henry. — Ténor (11.Lagrasse, 11 mai 1905 – 1974). Enterré au Père Lachaise (93e division). Débute le 04 juillet 1933 dans les Contes d’Hoffmann (Hoffmann). Chante Manon (Des Grieux), Lakmé (Gérald), les Pêcheurs de perles (Nadir), la Tosca (Mario Cavaradossi), la Traviata (Rodolphe), la Bohème (Rodolphe), le Roi d’Ys (Mylio), Werther (Werther). Est le créateur d’Esther de Carpentras (le Cardinal-Évêque).

 

VERGNET Edmond-Alphonse-Léon. — Ténor (34.Montpellier, 04 juillet 1850 – 1904). Il débuta à l'Opéra le 04 septembre 1874. Il débuta à l'Opéra-Comique le 22 novembre 1893 en créant l'Attaque du moulin (Dominique).

 

VERNE. — Débute à la Gaîté-Lyrique le 13 janvier 1909 dans Cendrillon (1er Ministre).

 

VERNERIS. — Débute le 30 janvier 1915 dans Thérèse (un Officier).

 

VERNIER Louis. — Joue dans Louise (l'Apprenti) en 1946.

 

VERNOUILLET Marie Joseph Albert. — Basse (41.Villexanton, 26 février 1855 ). Premier prix de chant en 1881 au Conservatoire de Paris (classe de Barbot). Débute en octobre 1881 dans la Dame blanche (Gaveston). Créé le 28 décembre 1881 les Pantins (Heilmann) de Georges Hüe.

 

VERNUDACCHI. — En représentation, chante dans les Pèlerins de la Mecque (le Sultan) de Gluck lors de la première le 20 décembre 1906.

 

VERONESE fils (Pietro-Antonio). — Acteur (25 mars 1732 – 06 avril 1776). Débute en 1763. Surnommé le Docteur.

 

VESSIÈRES André. — Basse. Chante Pelléas et Mélisande (Arkel) en 1963.

 

VESTRIS jeune (Ange-Marie-Gaspard). — Acteur (1730 – 10 juin 1809). Joue du 23 mai 1769 à 1780.

 

VEZZANI César. — Ténor (20.Bastia, 08 août 1888 – 13.Marseille, 11 novembre 1951). Epouse en 1913 Agnès Borgo. Débute le 17 décembre 1911 dans Richard Cœur-de-Lion (Richard). Chante Carmen (don José), Cavalleria rusticana (Torrido), Paillasse (Canio), Manon (Des Grieux), la Tosca (Mario Cavaradossi), le Pardon de Ploërmel (un Faucheur) et la Sorcière (don Enrique).

(Ce fut un ténor à la voix insolente qui lui valut des triomphes dans le répertoire lyrique classique. Il travailla d'abord avec sa compatriote Agnès Borgo — qu'il épousa — puis au Conservatoire de Paris et débuta le 17 décembre 1911 à l'Opéra-Comique. La guerre de 1914 l'empêcha de partir en Amérique où il était engagé et force lui fut de poursuivre ses représentations au lendemain des hostilités en France, en Belgique, en Suisse, en Algérie.)

 

VIALAS Jean Marius Joseph. — Ténor (31.Toulouse, 23 mars 1868 –). Débute le 07 novembre 1895 dans Galathée (Ganymède).

 

VIANNENC Louis. — Baryton. A débuté le 14 avril 1895 dans le Portrait de Manon (Des Grieux). A créé la Fille de Tabarin (le Matadore), le Juif Polonais (Yéri), Louise (le Peintre). A repris la Chercheuse d'esprit (Léveillé), Iphigénie (un Scythe) et a été affiché dans le Barbier de Séville (Pédrille), Carmen (Escamillo), Hansel (le père), Joseph (Dan), Lakmé (Frédéric), Manon (Brétigny, Lescaut), les Noces de Jeannette (Jean), Proserpine (Orlando), les Rendez-vous bourgeois (César, Jasmin). Il chanta à l'Opéra le 11 novembre 1900. En 1926, il était professeur de chant au 6 rue de Villersexel à Paris 7e.

"M. Louis Viannenc, de l'Opéra-Comique, soliste des grands concerts, a enregistré sur disques une série de vieilles chansons aveyronnaises qui ont été diffusées par le Poste Parisien et Radio-Strasbourg et qui ont enrichi la collection de l'Institut phonétique de l'Université de Paris. Ces mélopées authentiques et émouvantes doivent trouver la faveur de tous nos discophiles." (l'Intransigeant, 1935).

 

VIAUD. — Débute le 02 février 1900 en créant Louise (le 2e Philosophe).

 

VICTOR. — Il appartenait à la troupe en 1844.

 

VIDAL. — Débute le 09 octobre 1923 dans Louise (Marchand d'habits). Chante Louise (Noctambule), Madame Butterfly (Yamadori), Lakmé (Hadji).

 

VIDAL Maurice. — Baryton (1901 – 34.Gigean, 1981). Débute le 24 janvier 1948 dans le Barbier de Séville (Figaro).

 

VIEUILLE Félix. — Basse (17.Saujon, 15 octobre 1872 – 28 février 1953). Oncle de Jean Vieuille, baryton. Débute le 28 octobre 1898, salle du Château d'Eau, dans Mignon (Lothario). Chante le Barbier de Séville (Bazile), le Caïd (Michel), Carmen (Zuniga), le Chalet (Max), Don Juan (Leporello), Fidelio (Rocco), la Fille du Régiment (Sulpice), la Flûte Enchantée (Sarastro), Iphigénie (1er Ministre), Lakmé (Nilakantha), Louise (le Père), le Maître de Chapelle (Barnabé), Manon (le Comte), Mireille (Ramon), la Navarraise (Rémiggio), les Noces de Figaro (Figaro), Philémon et Baucis (Vulcain), Proserpine (Rienzo), la Reine Fiammette (Cardinal Sforza), le Rêve (Hubert), les Rendez-vous bourgeois (Dugravier), Richard Cœur-de-Lion (le Sénéchal), Rigoletto (Sparafucile), le Roi d'Ys (le Roi), la Servante Maîtresse (Pandolphe), le Toréador (don Belfort), le Vaisseau Fantôme (Daland), Werther (le Bailli), Faust (Méphistophélès). Crée Ariane et Barbe-Bleue (Barbe-Bleue), le Carillonneur (van Hulle), Bérénice (Mucien), le Chemineau (Maître Pierre), Chiquito (Etchemendy), Circé (Eurylaque), le Clos (Hennebaut), le Cœur du Moulin (le Vieux Meunier), Cosi fan tutte (Alphonse), la Danseuse de Pompéi (Chrestus), l’Enfant Roi (Toussaint), l’Enlèvement au Sérail (Osmin), la Fille de Roland (Charlemagne), Graziella (Andréa), la Habanéra (le Vieux), Iphigénie en Aulide (Chalcas), la Jota (Jago), le Joueur de Viole (le vieux Luthier), le Juif Polonais (Walter), la Lépreuse (Mattelinn), Lorenzaccio (Philippe Strozzi), Louise (le Chiffonnier), Macbeth (Macduff), Mârouf (le Sultan), Nausicaa (le Roi), les Noces Corinthiennes (Théognis), Noël (le Curé) ; le 07 décembre 1921 Dans l'Ombre de la Cathédrale (Esteban) de Georges Hüe ; Pauvre Matelot (Son Beau-père), le Pays (Horgen), Peau de Chagrin (Jonathas), les Pêcheurs de Saint-Jean (Jean-Pierre), Pelléas et Mélisande (Arkel), Pénélope (Eumée), Ping-Sin (le Prêtre Siang), Premier rendez-vous (Didier), le Roi Aveugle (le Roi), le Sicilien (don Pédro), Snégourotchka (l'Hiver), Tristan et Isolde (le Roi Marke), la Vie brève (Oncle Salvaor). Participe à la première le 23 novembre 1917 de Béatrice (l'Evêque) d'André Messager. Il chanta à l'Opéra le 22 décembre 1917.

"Basse, lauréat du Conservatoire ; Lothario, de Mignon ; Nilakantha, de Lakmé. Belle voix et l'instinct du théâtre." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

(Il débuta très jeune dans des rôles d'enfant et participait comme tel à la représentation de Mignon le soir de l'incendie de la salle Favart (25 mai 1887). Il débuta à Nice dix ans plus tard dans Faust (Méphistophélès) et entra à l'Opéra-Comique le 28 octobre 1898. Excellent comédien, musicien consommé, doué d'une belle voix au timbre grave et chaud, il en resta un précieux pensionnaire durant 35 ans. Il y créa 42 ouvrages parmi lesquels Pelléas et Mélisande (Arkel), le Chemineau (Maitre Pierre), la Habanera (le Vieux), Louise (le Chiffonnier), Mârouf (le Sultan), Lorenzaccio (Philippe Strozzi) et la Lépreuse (Mathelin).)

 

 

 

Félix Vieuille en 1907

 

 

VIEUILLE Jean Félix dit Jean. — Baryton (Paris, 14 février 1902 – 17.Saint-Georges-de-Didonne, 06 avril 1967). Neveu de Félix Vieuille, basse. Débute le 01 juillet 1928 dans les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil). Crée Mon Ami Pierrot (le Pâtissier), A quoi rêvent les Jeunes Filles (Laerte), Comme ils s'aiment (Adolphe), Cyrano de Bergerac (Ragueneau), le Directeur de Théâtre (Bouffe), Frasquita (Sébastiano, Philippe) ;  le 17 décembre 1928 Riquet à la houppe (2e Ministre) de Georges Hüe ; le 17 février 1935 Gargantua (Frère Jean) d'Antoine Mariotte, Ginévra (le Sultan), Guignol (Rosbach), Idylle Funambulesque (Arlequin), Nuit Embaumée (Mustapha), Peau de Chagrin (Bixiou), Quatre-Vingt-Treize (l'Imanus), le Sicilien (le Sénateur), Tarass Boulba (Balaban), Tout-Ank-Amon (Karos), Marion (Roquillard) et Dolorès (l'Oncle Mariano). D'autre part, est affiché dans Angélique (Charlot, le Nègre), Ariane et Barbe-Bleue (un Paysan), le Barbier de Séville (Pédrille, Bertholo), les Brigands (Carmagnola), Carmen (le Dancaïre, Moralès, Escamillo), Cavalleria rusticana (Alfio), le Chemineau (François, Thomas), les Contes d’Hoffmann (Nicklauss, Lindorf), Dans l'Ombre de la Cathédrale (Pérèz), l’École des Maris (Ariste), l’Enlèvement au Sérail (Sélim), Fortunio (Clavaroche), Gianni Schicchi (Marco), la Habanéra (3e Compère, 2e Aveugle), l'Heure Espagnole (Ramiro), Iphigénie (un Scythe), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine musicien ; Boniface), le Joueur de Viole (le Grand Décorateur), le Juif Polonais (Walter), Lakmé (Frédéric), la Lépreuse (le Sénéchal), Lorenzaccio (Roberto Corsini), Madame Butterfly (Scharpless), Manon (Brétigny, Lescaut, un Garde), Masques et Bergamasques, le Médecin malgré lui (Géronte, Valère), Mignon (Laërte), la Navarraise (Bustamente), les Noces de Figaro (Almaviva), Paillasse (Sylvio), Pelléas et Mélisande (un Médecin), Pénélope (Eurymaque), les Rendez-vous bourgeois (César), le Roi Bossu (Balthazar), le Roi malgré lui (Laski), Mireille (Ourrias), le Roi d'Yvetot (Renaud), la Reine Fiammette (Giorgo d'Ast), Sapho (Caoudal), le Sourd (Chevalier d'Orbe), Thérèse (Morel), la Tosca (Angelotti), la Traviata (d'Orbel), Tristan et Isolde (Mélot), la Vie brève (Oncle Salvaor), Gargantua (Frère Jean), Werther (Johann, Albert), le Pré-aux-Clercs (Comminges), le Carrosse du Saint-Sacrement (le Vice-roi), Louise (1er Philosophe), le Roi d'Ys (Jahel, Karnac), la Bohème (Marcel, Schaunard) et Angélo (Orféo, Doyen de Saint-Antoine), Ciboulette (père Grenu).

 

 

 

Jean Vieuille en 1956

 

 

VIGNEAU Jean Daniel Armand dit Daniel. — Baryton (33.Bordeaux, 25 mars 1881 – 92.Boulogne-Billancourt, 1970). Débute le 06 septembre 1907 dans Louise (le Chansonnier). A créé le Carillonneur (Farazyn), Chiquito (Tipia), la Habanéra (3e Compère, 1er Aveugle), le 25 février 1914 la Marchande d'allumettes (le Suisse) de Tiarko Richepin, Mârouf (Ali), On ne badine pas avec l'Amour (Blazius), Paillasse (Sylvio), Snégourotchka (Mizguir) et la Vie brève (le Chanteur). A été affiché dans Aphrodite (Timon), Carmen (Moralès, Escamillo), Cavalleria rusticana (Alfio), Fortunio (Landry), Iphigénie (un Scythe), le Jongleur de Notre-Dame (Boniface), Lakmé (Frédéric), Manon (Brétigny, Lescaut), Mireille (Ourrias), Richard Cœur-de-Lion (Blondel), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Jérôme Coignard), le Roi d'Ys (Jahel, Karnac), Sapho (Caoudal), la Tosca (Scarpia), la Bohème (Marcel), Werther (Albert), Zampa (Zampa), le Barbier de Séville (Figaro), les Noces de Jeannette (Jean), la Traviata (le Baron), Paillasse (Tonio).

 

VIGNO. — Débute au Trocadéro le 10 décembre 1932 dans le Barbier de Séville (Almaviva). Chante également Mireille (Vincent).

 

VIGUIÉ. — Baryton. Débute le 18 octobre 1901 dans Louise (1er Philosophe). A créé la Fille de Roland (Hardré), Muguette (Kobé), Pelléas et Mélisande (un Médecin). A été affiché dans Basoche (Roland, le Chancelier), Carmen (Zuniga), les Dragons de Villars (le Pasteur), Grisélidis (le Prieur), Louise (le Bricoleur), Mireille (Ramon), le Roi d'Ys (Jahel), la Traviata (le Baron, le Marquis, le Docteur), la Bohème (Benoit), Werther (Johann). Il a participé à la première le 10 mai 1904 du Jongleur de Notre-Dame (un Moine crieur) de Jules Massenet.

 

VILLABELLA Miguel. — Ténor (Bilbao, 20 décembre 1892 – Paris, 28 juin 1954). Débute dans la Tosca (Spoletta) le 01 août 1920. Crée les Indes Galantes (Tacimon), le 06 novembre 1922 les Uns et les autres (Mezzetin) de Max d'Ollone. Chante Aphrodite (Philodème), l’Attaque du Moulin (la Sentinelle), les Amoureux de Catherine (Heinrich), le Barbier de Séville (Almaviva), Carmen (don José), le Chalet (Daniel), le Chemineau (Toinet), les Contes d’Hoffmann (Nathanael, Hoffmann), Cosi fan tutte (Fernand), la Dame Blanche (Georges), l’Ecole des Maris (Valère), Fortunio (Fortunio), Gianni Schicchi (Rinuccio), la Habanéra (1er Compère, 2e Aveugle, Pédro), Il était une Bergère (le Berger), Lakmé (Gérald), Louise (Marchand d'habits, Noctambule), Madame Butterfly (Yamadori, Pinkerton), Manon (Des Grieux), Mârouf (le Chef des marins, un Muezzin, un Marchand), Masques et Bergamasques, le Médecin malgré lui (Léandre), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), les Pêcheurs de perles (Nadir), Résurrection (Prince Dimitri), le Roi d'Ys (Mylio), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Jacques Ménétrier), le Sauteriot (Montreur d'ours, Oslef), la Tosca (Mario Cavaradossi), la Traviata (Rodolphe), Bohème (Rodolphe), le Voile du bonheur (Tou-Fou), Gismonda (Tibério), Polyphème (Acis) et Paillasse (Beppe).

 

VILLIER Georges. — Débute le 22 octobre 1925 dans Werther (Albert). Chante le Barbier de Séville (Figaro), Carmen (Escamillo), Cavalleria rusticana (Alfio), Lakmé (Frédéric), Lorenzaccio (Roberto Corsini), Madame Butterfly (Scharpless), Manon (Lescaut), Mireille (Ourrias), les Noces de Figaro (Almaviva), la Tosca (Scarpia), Tristan et Isolde (Mélot), la Vie brève (le Chanteur), la Bohème (Marcel), Paillasse (Tonio). Par ailleurs, il avait créé au Trianon-Lyrique le 21 février 1924 la Belle de Haguenau (Kasper) de Maurice Fouret.

 

VINET. — Débute le 29 septembre 1907 dans Lakmé (le Kouravar). Est affiché dans Cendrillon (le Surintendant des plaisirs) de Massenet, la Fille du Régiment (le Notaire), la Flûte Enchantée (un Esclave), la Habanéra (un jeune homme), le Sauteriot (l'Ours), Werther (Brühlmann), le Jongleur de Notre-Dame (le Chevalier), la Traviata (le Domestique), la Bohème (un douanier).

 

VINOGRAD. — Crée Solange (un petit Marmiton), a débuté en créant la Habanéra (un enfant) le 26 février 1918. Joue dans Louise (l'Apprenti).

 

VITOU André. — Ténor. Débute dans Cavalleria rusticana (Torrido) le 22 novembre 1949. Chante également Paillasse (Canio).

 

VIZENTINI. — Acteur comique. Crée le 13 septembre 1813 Valentin (le Grand Fauconnier) d'Henri Montan Berton ; le 22 décembre 1824 les Deux Mousquetaires (Bertrand) d'Henri Montan Berton.

 

VIZZAVONA Jean. — Débute le 22 octobre 1946 dans Louise (Étudiant, Bohème). Crée le Oui des Jeunes Filles (un jeune Homme) et chante les Contes d’Hoffmann (Nathanael), l'Étoile (Patacha), Guignol (un Gamin), le Jongleur de Notre-Dame (Moine poète), Lakmé (un Marchand), Manon (un Soldat), Mignon (Frédéric), la Traviata (le Vicomte), Werther (Schmidt).

 

VOIS Ernest. — Ténor et acteur (– 1902). Il créa Mignon (Frédéric).

 

VOLI Albert. — Ténor (06.Cannes, 17 octobre 1932 ). Entre à la RTLN en février 1966. Débute en créant Béatrice et Bénédict (Bénédict). Chante Mireille (Vincent), le Barbier de Séville (Almaviva).

 

WAROT Victor Alexandre Joseph dit Victor. — Ténor belge (Verviers, 18 septembre 1834 – 92.Bois-Colombes, 29 mars 1906). Fils d'un chef d'orchestre de Lille et de l'actrice Cécile Destieux (mariés en 1833). Il débuta à l'Opéra-Comique en 1858, puis à l'Opéra le 06 mars 1863.

 

WAST Ulysse du. — Ténor. Débute en août 1876. => biographie

 

WELER. — Basse. Chante Tristan et Isolde (Marke) en allemand avec l'Opéra de Bayreuth en novembre 1931.

 

WELSCH — Débute le 15 mai 1823 dans Ma tante Aurore (Frontin).

 

WINKOPP Jean Adrien. — Baryton (91.Arpajon, 26 juin 1892 –). Débute le 08 septembre 1918 dans le Roi d'Ys (Jahel). Crée Gismonda (Pasquali), Lorenzaccio (François Pozzi) et le Sauteriot (un Paysan). Est affiché dans Aphrodite (Callidès), la Basoche (le Veilleur de nuit), Lakmé (Nilakantha), Louise (2e Philosophe), Madame Butterfly (Yakusidé), Mârouf (un Mameluck).

 

WION Gustave. — Baryton (34.Le Bousquet-d'Orb, 07 janvier 1919 ). Débute le 21 décembre 1944 dans Lakmé (le Kouravar). Est affiché dans le Barbier de Séville (un Officier), les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil), Don Quichotte (un Bandit), Fortunio (de Verbois), le Jongleur de Notre-Dame (Moine crieur), Carmen (Zuniga), Louise (1er Philosophe), Madame Butterfly (le Bonze), les Mamelles de Tirésias (le Monsieur barbu), Manon (un Garde), Mireille (le Passeur, Ourrias), le Oui des Jeunes Filles (un jeune Homme), les Pêcheurs de perles (Zurga), le Pré-aux-Clercs (un Chevau-léger), le Roi malgré lui (Caylus), la Bohème (Schaunard), Cavalleria rusticana (Alfio), Werther (Brühlmann).

 

YACAZZI Roger. — Ténor. Débute le 08 mars 1947 dans la Tosca (Mario Cavaradossi). Chante Cavalleria rusticana (Torrido), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux) et la Bohème (Rodolphe).

 

YD Claude d'. — Comédien, interprète l'Enlèvement au Sérail (Sélim) en 1946.

 

ZANUZZI François-Antoine. — Acteur (1728 ). Joua les premiers amoureux à la Comédie-Italienne du 25 juillet 1759 à 1780.

 

ZOCCHI Paolo. — Ténor. Débute le 10 mai 1898. => biographie

 

 

 

 

ARTISTES HOMMES DES CHŒURS DE L'OPÉRA-COMIQUE

 

 

 

1818

1821

1822 et 1823

1825

1826

1827

chef des chœurs M. FROMAGEAT M. FROMAGEAT M. FROMAGEAT M. FROMAGEAT M. FROMAGEAT M. FROMAGEAT
sous-chef     M. DUBREUIL      

premiers ténors ou hautes-contre

6 hautes-contre

KAMMERER

BARBIER

LAFOND

LALLEMAND

AUBER

DAMOREAU

 

 

 

 

KAMMERER

BARBIER

LAFOND

DAUGÉ

PAGNIER

DAMOREAU

 

 

 

 

Clément MÉZIÈRES

BARBIER

JAMAIN

PARFU

PAGNIER

DAMOREAU

GRELET

 

 

 

Clément MÉZIÈRES

BARBIER

JAMAIN

PARFU

PAGNIER

DAMOREAU

GRELET

GUÉRINEAU

 

 

Clément MÉZIÈRES

BARBIER

JAMAIN

PARFU

PAGNIER

DAMOREAU

Adolphe BASILE

GUÉRINEAU

CRESSON

THÉRASSE

seconds ténors ou tailles

6 tailles

GRANGÉ

MILON

DUCHENET

CAMPION

DEBIÈVRE

MADA

 

 

GRANGÉ

MILON

DUCHENET

CAMPION

DEBIÈVRE

MADA

 

 

GRANGÉ

DELATTE

DUCHENET

CAMPION

DEBIÈVRE

DESHAYES

TRÉVAUX

THOMAS

GRANGÉ

DELATTE

DUCHENET

CAMPION

DEBIÈVRE

DESHAYES

JOURDAN

THOMAS

GRANGÉ

TRÉVAUX

DUCHENET

CAMPION

DEBIÈVRE

DESHAYES

BOP

COUTEAU

basses-tailles

5 basses-tailles

DELAMOTTE

CAUCHOIS

LEBRUN

GAUDON

GROSSAINT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DELAMOTTE

CAUCHOIS

LEBRUN

GAUDON

GROSSAINT

Jeannin FERDINAND

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DELAMOTTE

CAUCHOIS

SÉGAUX

GAUDON

GROSSAINT

DUPRÉ

JARDIN

BOUCHY

SCAPRE

 

 

 

 

 

DELAMOTTE

CAUCHOIS

SÉGAUX

GAUDON

GROSSAINT

DUPRÉ

JARDIN

BOUCHY

SCAPRE

 

 

 

 

 

DELAMOTTE

CAUCHOIS

SÉGAUX

HERSANT

LEMATTE

DUPRÉ

JARDIN

BOUCHY

SCAPRE

GALY

HELFT

CHAMROY

Etienne DESHAYES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

publicités de 1931

 

 

 

Encylopédie