Encylopédie     © l’Art Lyrique Français

ŒUVRES LYRIQUES FRANÇAISES

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

 

O

OL - OR - ORP

 

 

Ô MON BEL INCONNU !

 

Comédie musicale en trois actes, livret de Sacha Guitry, musique de Reynaldo Hahn.

 

Personnages : Antoinette Aubertin ; Marie-Anne ; Félicie ; Prosper Aubertin ; Lallumette ; Claude Aviland ; Jean-Paul ; Xavier ; Victor.

 

Première représentation à Paris, Bouffes-Parisiens, le 05 octobre 1933, avec Mmes Suzanne Dantès (Antoinette Aubertin), Arletty (Félicie), Simone Simon (Marie-Anne Aubertin) ; MM. Aquistapace (P. Aubertin), Abel Torride (M. Victor), Guy Ferrant (Aviland), P. Vyot (J.-P. Lévy), Numès (Tignardon), Koval (Lallumette), sous la direction de Marcel Cariven.

 

"La famille Prosper Aubertin n'est point le temple de l'affection. La mari, chapelier, grogne, la femme Antoinette et la fille Marie-Anne sont lasses de leur existence monotone et acerbe. Tout cela va changer. L'une et l'autre ont écrit sur la foi d'une annonce au monsieur qui cherchait une âme sœur. Ce monsieur, c'est justement Prosper, et il n'est pas peu surpris de reconnaître l'écriture de sa femme et celle de sa fille. Elles ne sont pas d'ailleurs les seules pipées par cette annonce ; entre ses correspondantes le chapelier choisira une comtesse, sans reconnaître cette fois l'écriture de sa propre bonne, Félicie. On voit que l'auteur n'a pas craint de corser les choses d'un peu d'invraisemblance. Mais ce qui est finement observé, c'est la détente de tous ces cœurs bercés par de faux espoirs et par de poétiques correspondances. De sorte que quand Prosper, séduit par la comtesse supposée et furieux à demi seulement contre les siennes, leur aura donné à toutes rendez-vous dans une villa de Biarritz, M. Sacha Guitry n'aura pas trop de peine à arranger les choses, à réconcilier mari et femme, à faire épouser Félicie par un compère et Marie-Anne par un jeune homme venu là à point nommé.

Sur ce vaudeville mué en marivaudage, M. Reynaldo Hahn a écrit une partition pleine de charme. Point d'airs trop incisifs ; mais une suite de pages fort agréables et parfaitement dessinées par un compositeur qui sait tout le prix du métier de Messager et de la sensibilité de Mozart. Les lignes vocales sont toujours d'un dessin bien tracé, les accompagnements délicats, les préludes d'orchestre d'une invention et d'une ingéniosité remarquables. On retiendra naturellement le duo O mon bel inconnu, et aussi la « romance » émouvante Je suis celle que vous cherchez." (Larousse Mensuel Illustré, 1933)

 

 

OBÉRON ou LE COR MAGIQUE

 

[Oberon or the Elf King’s Oath]

Opéra romantique anglais en un prologue et trois actes, livret de James Robinson Planché (1796-1880) et Carl Maria von Weber, d'après le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare et Oberon, poème de Christoph Martin Wieland inspiré par le poème médiéval Huon de Bordeaux, musique de Carl Maria von Weber.

 

Personnages : Huon de Bordeaux (ténor) ; Sherasmin, son écuyer (baryton) ; Oberon, roi des fées (ténor) ; Puck (soprano) ; Rézia, fille d’Haroun el Rashid (soprano) ; Fatima, sa suivante (mezzo-soprano) ; une nymphe de la mer (soprano) ; Charlemagne, empereur des Francs ; Haroun el Rashid, calife ; Babekan, prince sarrazin ; Almanzor, émir de Tunis ; Abdullah, corsaire ; Titania, épouse d’Oberon ; Roshana, épouse d’Almanzor ; Namouna, grand-mère de Fatima ; Nadina, une femme du harem d’Almanzor (rôles parlés).

 

Créé à Londres, Théâtre du Covent Garden, dans la version originale anglaise, le 12 avril 1826.

 

Première fois à Leipzig, dans la version allemande de Th. Hell, avec récitatifs de Franz Wullmer, le 23 décembre 1826. C'est cette version qui fut présentée à Paris (à l'Opéra-Comique) le 23 mai 1831, par une troupe allemande en saison.

 

Première fois à New York, en 1828, à l'Académie de Musique, et repris au Metropolitan Opera, le 28 décembre 1918, dans une version d'Arthur Bodanzky.

 

En 1843, Castil-Blaze en publie une version française sous le titre de Huon de Bordeaux.

 

Une version de Gustave Muller fut représentée à Vienne, mais Bruxelles (Théâtre Royal de la Monnaie) adopta la version française de Nuitter, Beaumont et de Chazot, pour la première à ce théâtre, le 16 novembre 1863.

 

 

LONDRES

12.04.1826

PARIS

23.05.1831

BRUXELLES

16.11.1863

NEW YORK

28.12.1918

Rézia

M. A. PATON

SCHRÖDER-DEVRIENT

MAYER-BOULART

R. PONSELLE

Fatima

L. E. VESTRIS

SCHMIDT

FAIVRE

GENTLE

Puck

 

SCHNEIDER

BORGHÈSE

R. DELAUNOIS

 

 

 

 

 

Obéron

Ch. BLAND

Mme ROSNER

AUJAC

ALTHOUSE

Huon

J. BRAHAM

HAIZINGER

JOURDAN

G. MARTINELLI

Shérasmin

 

WIEZER

MEILLET

A. REISS

Sadack

 

 

MENGAL

 

Aboulifar

 

 

DUBOUCHET

 

Chef d’orchestre

Carl Maria von WEBER

X

HANSSENS

BODANZKY

 

A Paris, le Théâtre-Lyrique (boulevard du Temple) présentait Oberon en français, le 27 février 1857, dans la version de Nuitter, Beaumont et de Chazot. Cette version fut reprise au Théâtre Lyrique du Châtelet le 18 mai 1883, puis à celui de la Gaîté, le 8 juin 1876. Le Théâtre Lyrique de la Renaissance, le 10 avril 1899, donnait une version française de Michel Carré fils et L. V. Durdilly.

 

 

TEMPLE

27.02.1857

CHATELET

16.05.1863

GAITE

08.06.1876

RENAISSANCE

10.04.1899

Rézia

ROSSI-CACCIA

Del. UGALDE

SALLA

MARTINI

Fatima

GIRARD

GIRARD

SABLAIROLLES

LEBEY

Puck

BORGHESE

DUBOIS

THOMAS

MARTY

 

 

 

 

 

Obéron

FROMANT

LEGRAND

RICHARD

REGIS

Huon

MICHOT

MONJAUZE

MONTAUBRY

DELAQUERRIERE

Shérasmin

GRILLON

RIBES

LEPERS

CHALMIN

Chef d’orchestre

DELOFFRE

DELOFFRE

VIZENTINI

J. DANBE

 

Première fois au Palais Garnier, le 12 février 1954, dans l'adaptation française de Kufferath et Henri Cain, avec les récitatifs de F. Wullner — Révision musicale de Henri BÜSSER — Décors et costumes de Jean-Denis Malclès — Mise en scène de Maurice LEHMANN.

Mmes ARAUJO (Rézia), Denise DUVAL (Fatima), SCHARLEY (Puck), CASTELLI (une Naïade), CAUCHARD (un Troll).

MM. GEDDA (Huon de Bordeaux), ROMAGNONI (Obéron), BOURDIN (Shérasmin), MEDUS (le Calife), ROUQUETTY (le Prince Babékan), CHARLES-PAUL (Almanzor), MASSARD (Abdalah), DESHAYES et MAX-CONTI (2 Jannissaires), CHASTENET et PHILIPPE (2 Pirates).

Danses réglés par Albert AVELINE, Serge LIFAR et Harald LANDER, dansées par Mlles VAUSSARD, BARDIN, VYROUBOVA, DAYDE, LAFON, DYNALIX, CLAVIER, GUILLOT, MM. M. RENAULT, FRANCHETTI et le Corps de Ballet.

Chef d'orchestre : André CLUYTENS

 

50e représentation à l’Opéra, le 30 avril 1955, avec les créateurs, sauf :

Mmes SARROCA (Rézia), ANDREANI (Fatima), GUIHARD (une Naïade).

MM. GERMAIN (Shérasmin), CHASTENET (Babékan), CLAVERE (Almanzor), FINEL (1er Jannissaire), VANZO et SOIX (Deux Pirates).

67e et dernière représentation, le 30 Avril 1956.

Mmes MONMART (Rézia), ANDREANI (Fatima), G. SERRES (Puck), GUIHARD (une Naïade), CAUCHARD (un Troll).

MM. GEDDA (Huon), ROMAGNONI (Obéron), GERMAIN (Shérasmin), SERKOYAN (le Calife), ROUQUETTY (Babékan), CHARLES-PAUL (Almanzor), CLAVERE (Abdalah), GOURGUES et MAX-CONTI (2 Janissaires), CHASTENET et PHILIPPE (2 Pirates).

Chef d'orchestre : André CLUYTENS

 

Autres interprètes des principaux rôles à l'Opéra :

Rézia : Mmes MELVAT (1956), CRESPIN (1956).

Fatima : Mme A. GABRIEL (1956).

Pack : Mme GORR (1954).

Huon de Bordeaux : M. NORÉ (1954).

Shérasmin : M. NOGUERA (1954).

 

67 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

  

« Opéra représenté pour la première fois à Londres le 12 avril 1826, quelques semaines avant la mort de ce compositeur de génie. Le succès n'avait point répondu à son attente, et cette circonstance augmenta la mélancolie profonde à laquelle il était en proie depuis longtemps. Weber mourut le 5 juin de la même année. Le poème d'Oberon est tiré d'un roman de la Bibliothèque bleue, intitulé Huon de Bordeaux. Représenté sur le théâtre allemand, à Paris, en 1830, cet opéra ne fut guère apprécié que par les connaisseurs. L'ouverture seulement, adoptée par la Société des concerts du Conservatoire, ne tarda pas à devenir un des morceaux les plus admirés de son répertoire. Ce ne fut qu'en 1857 que le public français fut admis à connaître l'ouvrage entier de Weber au Théâtre-Lyrique, grâce à la traduction de MM. Nuitter, Beaumont et de Chazot. Une traduction plus ancienne en avait été faite par M. Crevel de Charlemagne. Le caractère de la musique d'Oberon est aussi original, aussi fantastique que celui du Freischutz et de Preciosa, mais beaucoup plus doux et empreint d'une délicatesse mélancolique. Les parties les plus saillantes de cet opéra sont le chœur d'introduction des génies, l'air de Rezia, suivi d'un duettino charmant et de la marche bizarre si délicieusement accompagnée par des vocalises, qui termine le premier acte ; la scène de l'orage, la suave barcarolle et le chœur du ballet aquatique du second ; dans le troisième, une ariette bien rythmée, le duo plutôt original que comique, mais d'un joli effet, entre Chérasmin et Fatime, enfin l'admirable cavatine de Rezia, dans laquelle semble avoir passé le dernier souffle du musicien poète. Il est regrettable que les directeurs de théâtre aient fait de nombreuses interpolations des morceaux de cet ouvrage à chaque nouvelle mise en scène. Les amateurs de la musique de Weber devront préférer la version primitive à tous ces remaniements. C'est sur des paroles anglaises et pour le théâtre de Covent-Garden que le compositeur écrivit sa partition. C'est là qu'il faut étudier le caractère de ces personnages déjà rendus traditionnels par le Songe d'une nuit d’été, d'Oberon, de Puck, de Titania ; c'est dans cette œuvre originale qu'on peut se rendre compte de l'alliance du génie allemand avec le génie de Shakespeare. Au Théâtre-Lyrique, les rôles ont été chantés par Michot, Girardot, Mme Rossi-Caccia et Girard. Mme Ugalde a chanté depuis admirablement le rôle de Rezia. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

« Distribution au Théâtre-Lyrique le 27 février 1857 : Huon, Michot ; Schérasmin, Grillon ; Obéron, Fromant ; Sadack, Leroy ; Aboulifar, Adolphe Girardot ; le Bey, Bellecour ; Rezzia, Mme Rossi-Caccia (et depuis Mmes Ugalde, Cambardi, Meillet) ; Puck, Mlle Borghèse ; Fatime, Mlle Girard. — Obéron avait été commandé à Weber par l'administration du théâtre de Covent-Garden. Il fut en effet représenté sur cette scène le 12 avril 1826. Le poème, écrit en anglais par un certain Planché, d'après la légende de Huon de Bordeaux, empruntée à la « Bibliothèque bleue », ne comportait pas moins de seize tableaux. Il a été assez profondément remanié par les traducteurs français, qui y ont même ajouté les personnages burlesques de Sadack et d'Aboulifar. — Weber s'était rendu à Londres pour surveiller les répétitions de son opéra. La mort l'y surprit quelques semaines après la première représentation (5 juin 1826). — Le rôle de Rezzia a été créé, à Covent-Garden, par miss Paton ; celui de Huon par Braham. Mais le célèbre ténor anglais devait être alors en pleine décadence, car, trente ans auparavant, il était venu à Paris et avait enchanté les salons du Directoire. — Antérieurement à 1857, Obéron n'avait été joué qu'une fois à Paris, par la troupe allemande de Rœkel, à la salle Favart, le 25 mai 1830. »

[Albert de Lasalle, Mémorial du Théâtre-Lyrique, 1877]

 

 

OCCASION (L')

 

Opéra-comique, musique de Saint-Amans, représenté à Bruxelles en 1778.

 

 

ŒDIPE

 

Tragédie lyrique en quatre actes et six tableaux, livret d’Edmond Fleg, d’après Œdipe de Cinethon, musique de George Enesco.

 

Création au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 10 mars 1936. Mise en scène de Pierre Chéreau. Décors et costumes d'après les maquettes d'André Boll.

Mmes FERRER (Jocaste), MONTFORT (la Sphinge), COURTIN (Antigone), ALMONA (Mérope), MARILLIET (une Thébaine), ROLLAND, LOMES, MARIN (3 Femmes du Palais), DASSAS (Ismène), NOTICK (la Nourrice), GERVAIS, LALANDE, Odette RICQUIER, VOLFER, JUILLERAC, BRANCA, HAMY, BLANCHARD, BEAUMELLE, NATHAN, CLERY, LUMIERE, JANNETEAU (les Vierges Thébaines), HOLNAY et BACHILLAT (2 Thébaines).

MM. André PERNET (Œdipe), ETCHEVERRY (Tirésias), FROUMENTY (Créon), DE TREVI (le Berger), NARÇON (le Grand Prêtre), CLAVERIE (Phorbas), MEDUS (le Veilleur), CAMBON (Thésée), CHASTENET (Laïos), MADLEN, NORÉ, GOURGUES, FOREST, CHARLES-PAUL et NOGUERA (les Thébains).

Au 1er acte, danses réglées par Albert AVELINE, dansées par le Corps de Ballet.

Chef d'orchestre : Philippe GAUBERT

 

Reprise le 09 juin 1937 avec Mmes Volfer, Montfort, Couetin, Almona ; MM. André Pernet, Etcheverry, de Trévy, Narçon.

 

11e à l’Opéra, le 25 juin 1937, avec les créateurs, sauf :

Mme VOLFER (Jocaste), MM. CHARLES-PAUL (Créon), NOGUERA (Phorbas).

 

11 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

 

"M. Edmond Fleg a résumé en quatre actes toute l'histoire d'Œdipe : nous le voyons porté dans son berceau, au moment où le devin aveugle Tirésias prédit son tragique avenir, et abandonné à un berger ; nous le voyons dans une rixe au milieu des rochers tuant un inconnu qui se trouve être son père; nous le voyons triomphant de la Sphinge de Thèbes et proclamé roi de la ville, c'est-à-dire, par le même accident, époux de sa mère ; nous le voyons apprenant ses forfaits, désespéré, s'aveuglant lui-même et fuyant la ville ; et enfin, vieillard, arrivant avec Antigone. Ainsi nous avons bien des tragédies en une seule ; mais celle-ci ne s'en trouve pas fatalement élevée au degré lyrique. Tout au contraire, l'accumulation des événements oblige le librettiste à des explications continuelles, à des conflits d'ordre dramatique, qui ne permettent au musicien qu'un commentaire sans architecture musicale propre, qu'un récitatif plus ou moins expressif, souvent confus, rarement attachant. Mais il y a cependant, au milieu de ces scènes, un tableau remarquable par sa grandeur, où le compositeur redevient maître de son art, où il assure l'unité d'effet par le retour d'éléments mélodiques bien choisis, où il émeut musicalement par un beau dialogue entre le basson et la flûte lointaine, le tableau d'Œdipe approchant des murailles de Thèbes et triomphant de la Sphinge en répondant à sa question sur le destin : « L'homme est plus fort que le destin. » Après la grandeur de ce nocturne, l'irruption de la foule joyeuse, dans le matin, produit une vive impression. M. André Pernet s'est acquitté magnifiquement d'un rôle où il soutient brillamment l'action presque seul pendant quatre actes." (Larousse Mensuel Illustré, 1936)


 

ŒDIPE À COLONE

 

Tragédie-opéra en trois actes, livret de Nicolas-François Guillard (1752-1814), d’après la tragédie de Sophocle, musique d’Antonio Sacchini.

 

Créé à la Cour de Versailles, le 4 janvier 1786, puis à Paris, à l'Académie Royale de Musique (salle de la Porte Saint-Martin), le 1er février 1787 — Divertissement réglé par GARDEL l'Aîné.

 

 

Création

01.02.1787

Reprise à l’Opéra

1821

Reprise à l’Opéra

1827

Reprise à l’Opéra

1843

Antigone

CHÉRON

ALBERT

DABADIE

DORUS-GRAS

 

 

 

 

 

Polynice

LAINE

LAFEUILLADE

PREVOST

MASSOL

Œdipe

Augustin CHÉRON

DERIVIS

DABADIE

LEVASSEUR

Thésée

CHARDINY

LAYS

A. NOURRIT

CANAPLE

Chef d’orchestre

Jean-Baptiste REY

R. KREUTZER

HABENECK

HABENECK

 

579e et dernière, le 15 mai 1844, avec Mme DOBRE (Antigone), MM. MASSOL (Polynice), SERDA (Œdipe), KOENIG (Thésée), sous la direction de HABENECK.

 

Première fois au Palais Garnier, le 2e acte seulement, le 27 février 1916, dans une mise en scène de O. LABIS.

Mme CAMPREDON (Antigone).

MM. DELMAS (Œdipe), PLAMONDON (Thésée), GONGUET (Coryphée).

Chef d'orchestre : Gabriel GROVLEZ

 

581 représentations à l’Opéra dont 2 au Palais Garnier (2e acte seul) au 31.12.1961.

  

« Tragédie-opéra représentée à l'Opéra le 1er février 1787, six mois après la mort du compositeur. Ce fut un magnifique succès posthume. L'histoire terrible d'Œdipe, comme celle d'Iphigénie, a souvent inspiré la muse des auteurs tragiques. Le plus ancien, Sophocle, semblait avoir épuisé le sujet dans ses deux chefs-d'œuvre : Œdipe roi et Œdipe à Colone. Le poète latin Sénèque a suivi le plan de Sophocle, et n'a montré d'invention que dans les épisodes, surtout celui de la peste qui remplit le premier acte. Prévost fut le premier auteur d'une tragédie d'Œdipe en français ; elle fut jouée en 1605. Sainte-Marthe en donna une nouvelle en 1614. Pierre Corneille introduisit dans son Œdipe, représenté en 1659, deux éléments que ses devanciers avaient négligés, l'un volontairement, l'autre par impuissance ; je veux parler de l'amour et du raisonnement philosophique. Il est possible que cette dernière innovation ait nui au succès de la tragédie ; mais, sous la plume de Corneille, les théories de la fatalité et du libre arbitre sont tracées d'une manière sublime dans le dialogue de Jocaste et de Thésée. L'Œdipe de Voltaire, joué en 1718, renferme aussi des morceaux remarquables, surtout lorsqu'on songe que l'auteur le composa à l'âge de dix-huit ans. Nous ne mentionnons que pour mémoire la tragédie de Lamotte, jouée en 1726, et celle d'Œdipe chez Admète de Ducis (1778), dont le plan s'éloigne le plus de celui du vieux tragique grec. Guillard a choisi les situations les plus propres à la musique, et son poème n'est pas sans mérite. La partition d'Œdipe à Colone est le chef-d'œuvre de Sacchini. Il s'y élève parfois à la sublimité du sujet antique. L'auteur de compositions, tour à tour si suaves et si dramatiques, avait éprouvé de grandes difficultés pour faire représenter cet ouvrage. Les succès qu'il avait obtenus en Italie et en Angleterre n'avaient pas suffi pour le faire accueillir à Paris comme il le méritait. Il ne put triompher des cabales qui s'élevaient contre lui, malgré la protection de la reine. Il mourut le 7 octobre 1786, à l'âge de cinquante-deux ans, laissant un chef-d'œuvre de plus au monde artistique. L'ouverture n'est pas assurément à la hauteur de l'expression générale du drame. Il faut se montrer à cet égard indulgent en raison des habitudes des maîtres italiens de cette époque. L'exemple de Gluck néanmoins était bon à suivre, et l'ouverture d'Iphigénie aurait dû exciter l'émulation de Sacchini ; mais le maître ne tarde pas à s'élever au ton de son sujet. L'air de Polynice : le Fils des dieux, le successeur d'Alcide, a de la grandeur, et il est suivi du chœur des soldats, dont la facture énergique et simple a été imitée depuis par Méhul. Le chœur de femmes : Allez régner, jeune princesse, a des formes si pures, un rythme si harmonieux, qu'on croirait assister à une procession des Panathénées. L'air de l'Athénienne, celui d'Eryphile ont beaucoup de charme ; la marche des prêtres est sublime et peut-être supérieure à ce qu'a écrit Gluck dans ce caractère. Tout le monde connaît la grande scène : Ah ! n'avançons pas davantage. Le contraste du vieil Œdipe, appuyé sur sa jeune fille Antigone, est admirablement interprété. Le mouvement de l'allégro : Filles du Styx, terribles Euménides, est d'un effet saisissant. Enfin, pour abréger, la scène de la reconnaissance du malheureux fils et du plus mal heureux père est d'un pathétique puissant et d'une beauté achevée. L'air : Elle m'a prodigué sa tendresse et ses soins, est un des plus beaux airs français. Et cependant, lorsque, en 1843, l'Académie de musique a repris cet ouvrage, elle n'a pu en donner que six représentations, auxquelles j'ai fidèlement assisté. Ces beautés sévères, ces formes si pures d'harmonie, ces accents si vrais et si pathétiques n'ont pu triompher de la froideur et des distractions du public. Il aurait fallu un auditoire mieux préparé pour apprécier une telle œuvre, dont on peut certainement dire :

 

C'est avoir profité que de savoir s'y plaire.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

ŒDIPE À THÈBES

 

Tragédie lyrique en trois actes, paroles du comte Duprat de Latouloubre, musique de Méreaux, représentée à l'Opéra le 30 décembre 1791. Quoique cet ouvrage n'ait pas eu de succès, on a remarqué la musique de l'auteur d'Alexandre aux Indes.

 

 

ŒDIPE-ROI

 

Tragédie lyrique en trois actes, livret extrait de la traduction de Marie-Joseph de Chénier, musique de Paul Bastide, représentée à Rouen le 21 février 1936. => fiche technique

 

 

ŒIL CREVÉ (L’)

 

Opéra bouffe en trois actes, livret et musique d’Hervé.

 

Première représentation à Paris, Folies-Dramatiques, le 15 octobre 1867, sous la direction d’Artus, avec Milher (Géromé).

 

 

ŒIL DE FEU (L’)

 

Opérette en un acte, livret d’Alfred Pouillon et René Gry, musique de M. Campisiano, représentée aux Folies-Bergère en octobre 1872.

 

 

ŒIL DE GAZELLE (L’)

 

Opérette, livret de Paul Ferrier, musique de Justin Clérice. Création à Monte-Carlo en 1908 avec Mariette Sully et le ténor Berthaud.

 

 

ŒIL DE MONSIEUR L’EXPERT (L’)

 

Opérette en un acte, musique d'Emile Ettling, représentée au concert de l'Eldorado en 1874.

 

 

ŒNONE

 

Scène lyrique, paroles de Roy, musique de Destouches, chantée à la cour le 20 avril 1719.

 

 

ŒNONE

 

Opéra en deux actes, livret de Lebailly, musique de Kalkbrenner père, représenté après la mort de cet artiste à l'Opéra de Paris le 26 mai 1812. Il n'eut aucun succès.

 

 

ŒUF ROUGE (L’)

 

Opérette en trois actes, livret de William Busnach et Albert Vanloo, musique d’Edmond Audran, représentée aux Folies-Dramatiques le 14 mars 1890. Interprètes : MM. Gobin, Larbaudière, Nuguet, Guyon fils, Duhamel, Mmes Jeanne Thibault, Leriche.

 

 

OFFICIER COSAQUE (L')

 

Opéra-comique en un acte, livret de Cuvelier et Barouillet, musique de Gianella et Dumonchau, représenté au théâtre de la Porte-Saint-Martin le 08 avril 1803.

 

 

OFFICIER DE FORTUNE (L')

 

Opéra-comique en deux actes, en vers, livret de Patrat, musique de Bruni, représenté à Feydeau le 24 septembre 1792. Il n'y a rien à dire sur cet ouvrage médiocre du musicien favori du Directoire.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

OFFICIER ENLEVÉ (L') ou L’ENLÈVEMENT SINGULIER

 

Opéra-comique en un acte, livret d'Alexandre Pineu-Duval, musique de Charles-Simon Catel. Création à l’Opéra-Comique (salle Feydeau) le 04 mai 1819, avec Marie Julie Boulanger.

 

 

OFFICIER ET LE PAYSAN (L')

 

Opéra-comique en un acte, livret d'Achille Dartois, musique de Frédéric Kreubé. Création à l'Opéra-Comique (salle Feydeau) le 31 juillet 1824.

 

 

OFFICIER FRANÇAIS À L'ARMÉE (L')

 

Opéra-comique, musique de Fortia de Piles, représenté à Nancy en 1786.

 

 

OFFRANDE À L’HYMEN (L’)

 

Scène lyrique, musique de Joseph Borremans, exécutée au théâtre de la Monnaie de Bruxelles, le 31 octobre 1816.

 

 

OFFRANDE À LA LIBERTÉ (L’)

 

Scènes patriotiques de Pierre Gardel, musique de François-Joseph Gossec.

 

Créées à Paris, à l'Académie Nationale de Musique (Théâtre des Arts, Salle Montansier) le 30 septembre 1792 (9 vendémiaire an I) — Mise en scène de Pierre GARDEL et création au théâtre de « la Marseillaise » orchestrée par Gossec.

Mme MAILLARD (la Liberté), M. LAINE (le Conscrit), toute la troupe et les Chœurs.

Chef d'orchestre : Jean-Baptiste REY

 

Reprise du 11 mars 1915 (Salle du Trocadéro) pour la seconde matinée donnée par l'Opéra depuis la déclaration de guerre, le Palais Garnier étant fermé (149e représentation à l'Opéra) — Mise en scène de O. LABIS.

Mmes LAPEYRETTE (la Marseillaise), BUGG (la Belle Gabrielle), BOURDON (la Belle Aude), BONNET-BARON (la Belle Bourbonnaise), LE SENNE (la Charité).

MM. NOTÉ (le Conscrit), LESTELLY (Thomas).

Danses réglées par Léo STAATS, dansées par Mlle URBAN, M. Léo STAATS et le Corps de Ballet.

Chef d'orchestre : Henri BÜSSER

 

Première fois au Palais Garnier, le 14 juillet 1939 (151e représentation), dans une mise en scène de Pierre CHEREAU.

Mmes HOERNER (la Marseillaise), Fany ROBIANNE (la Liberté).

MM. DESHAYES (le Conscrit), BECKMANS (Thomas).

Chef d'orchestre : Louis FOURESTIER

 

151 représentations à l’Opéra dont 3 au Palais Garnier au 31.12.1961.

 

 

OFFRANDE À LA PATRIE (L')

 

Œuvre lyrique, représentée sur le théâtre de l'Opéra le 2 octobre 1792. Le chant de la Marseillaise mis en action, des scènes guerrières, des danses, des cortèges et la pantomime d'une insurrection, tel était le sujet du livret. Gossec, au milieu du fanatisme qu'excitait la représentation, parvint à faire remarquer son harmonie correcte et son instrumentation énergique, dont il fournit d'autres preuves plus durables dans ses opéras sérieux et dans sa musique d'église.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

OGIER LE DANOIS

 

Opéra, musique de Roll. Non représenté.

 

 

OGRE (L')

 

Opérette, musique de Pauline Viardot, représentée dans la villa Tourgueniev, à Bade, en juin 1868.

 

 

OH ! C’ PALADIN !

 

Opérette en un acte, livret de Seurat et Wilfrid, musique de Georges Douay, représentée aux Folies-Marigny le 29 juin 1875.

 

 

OH ! PAPA

 

Opérette en trois actes, livret d'André Barde, musique de Maurice Yvain. Création au Théâtre des Nouveautés le 02 février 1933 avec Mmes Jacqueline Francell (Nane), Suzanne Dehelly (Julia), Davia (Monique Desormeaux) ; MM. Boucot (Godin), Carol (Edouard Thibaudet), Robert Darthez (Sim), P. Feuillère (J. Fougère).

 

"Nane, jeune demi-mondaine, voulant se donner une allure du vrai monde, imagine de s'affubler d'un père d'emprunt, Godin, et fait si bien la prude qu'on la cite en exemple à Monique Desormeaux. Mais un ancien camarade de Nane, Sim, bavarde sans se douter des conséquences, et gâche tout ; ce qui ne manquera pas d'être arrangé au dénouement. Sur ce thème, pareil à tant d'autres. M. Maurice Yvain a écrit une musique peut-être point très originale, mais très joliment faite, avec duos, quintette, chœurs, avec un orchestre toujours délicatement conduit." (Larousse Mensuel Illustré, 1933)

 

 

OHÉ ! LES GRANDS AGNEAUX !

 

Opérette en un acte, musique de M. Ventéjoul, représentée en 1858, au petit théâtre Deburau (Champs-Elysées).

 

 

OIE DU CAIRE (L’)

 

[l'Oca del Cairo]

Dramma giocoso en deux actes, livret de l'abbé Giambattista Varesco, chapelain de la cour de Salzbourg, musique inachevée de Wolfgang Amadeus Mozart (1783).

 

Personnages : Don Pippo, marquis de Ripasecca, amoureux de Lavina et se croyant veuf de Donna Pantea ; Donna Pantea, sa femme, sous le nom de Sandra (soprano) ; Celidora, leur fille, fiancée au comte Lionetto di Biondello (soprano) ; Biondello, riche gentilhomme de Ripasecca (ténor) ; Calandrino, neveu de Pantea, ami de Biondello et amant de Lavina (ténor) ; Lavina, amie de Celidora (soprano) ; Chichibbio, majordome de Don Pippo, amant d’Auretta ; Auretta, servante de Donna Pantea.

 

« C'était un livret stupide, que l'auteur avait fabriqué pour céder aux instances du père de Mozart, et que le fils avait finalement laissé de côté, désespérant d'obtenir du poète les corrections convenables. La pièce devait avoir trois actes. Le dernier ne fut jamais composé. M. André, éditeur de musique à Offenbach, fit graver le manuscrit. Il n'y avait d'orchestrés que l'ouverture, le quatuor d'introduction, l'air d'Isabelle, le trio qui termine le premier acte, et les ritournelles des autres morceaux. Le reste n'offrait que la basse chiffrée. M. Victor Wilder a traduit en vers cette pièce informe, en a arrangé quelques scènes pour en rendre la représentation supportable. Un vieil épouseur de soixante ans veut se marier à sa pupille. Son neveu est épris de la belle et finit par se substituer à l'oncle. Les manèges et les jeux de scène, les échelles, les scènes de balcon, les tours de clef inutiles, les escalades ne manquent pas, et à la fin de la pièce apparaît une oie colossale conduite par un eunuque, sans qu'on devine en quoi la présence de ces deux personnages intéresse le dénouement. La femme du tuteur Beltram, qu'il croyait morte depuis longtemps, semble sortir des flancs de cette oie, ainsi que plusieurs petits-enfants qu'elle ramène du harem du pacha d'Egypte, où elle a séjourné plusieurs années. Quelle qu'ait été la pièce originale, il est difficile de l'imaginer plus maussade que celle qui a été jouée aux Fantaisies-Parisiennes en juin 1867. C'est une folie de carnaval peu comique en somme. La partition offre plusieurs morceaux ravissants. M. Constantin, chef d'orchestre des Fantaisies-Parisiennes, a complété l'orchestration inachevée avec habileté et conscience. Il a introduit dans l'ouvrage une ouverture et une scène d'introduction tirés d'un opéra manuscrit de Mozart, intitulé : Lo Sposo deluso, ainsi qu'un trio de la Villanella rapita, opéra de Bianchi, mais dont la musique a été composée par Mozart en 1784. L'ouverture débute par un motif présenté par les clarinettes et les hautbois, et qui a vieilli. L'adagio qui suit est empreint de cette mélancolie qui abandonne rarement Mozart. Après le quatuor d'introduction, le ténor Fabrice chante un air dont la mélodie est charmante et dans lequel on remarque une rentrée de flûte dont l'effet est délicieux. L'air d'Aurette, la soubrette, est plein d'expression et d'esprit. Le duo qu'elle chante avec son amoureux Pascal est une scène de fâcherie et de réconciliation à la Molière et qui est bien traitée. L'air de la pupille Isabelle est le digne pendant de l'air de la comtesse : Dove sono, des Nozze. Pendant le duo de la bague entre Isabelle et Fabrice, et qui se termine en trio, on entend un roucoulement de violons délicieux. C'est d'une grâce achevée. Le deuxième acte débute par un quatuor dans la forme italienne. La scène de Joconde : Quand on attend sa belle, exprime une situation analogue, et la comparaison de ces deux scènes peut servir à démontrer en quoi diffère le goût français du génie allemand. Dans la pièce française, l'expression est tendre, mais vive, sobre et un peu railleuse ; dans le quatuor du plus doux et du plus sensible des Allemands, la symphonie domine et les personnages sont plutôt des musiciens excellents que des amoureux. Devant ce magistral ensemble, le pauvre petit trio de Niccolo se dérobe comme il peut, mais avec un sourire plein de malice et de grâce qui veut dire : Je reviendrai. Le duo des cadeaux offre un accompagnement de gruppetti qui n'a pas la légèreté des dessins d'orchestre de Mozart. Nous ne croyons pas qu'il doive lui être attribué. Les couplets de Beltram sont des meilleurs. Ils sont suivis d'un quatuor et d'un chœur final.

Distribution : Don Beltram, Geraizer ; Fabrice, Laurent ; un eunuque, Bonnet ; Pascal, Masson ; Isabelle, Aurette, Jacinthe, Mmes Armand, Géraizer, Mathilde.

Cet ouvrage avait déjà été exécuté à l'Académie de chant de Magdebourg le 3 février 1861. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

OIES DE FRÈRE PHILIPPE (LES)

 

Opéra bouffe en trois actes, livret d’Édouard Duprez, musique du marquis de Colbert-Chabanais, représenté sur le théâtre Duprez, en 1872.

 

 

OISEAU BLEU (L')

 

Féerie en quatre actes, paroles de Rougemont, musique de Foignet, représenté au théâtre des Jeunes-Artistes le 25 mars 1803.

 

 

OISEAU BLEU (L')

 

Opérette en trois actes, livret d’Henri Chivot et Alfred Duru, musique de Charles Lecocq.

 

Première représentation à Paris, Théâtre des Nouveautés, le 16 janvier 1884, sous la direction de Geng, avec Marguerite Ugalde, dans un rôle à travestissements (Stenio Strozzi) qu'elle jouait d'une façon adorable, Juliette Darcourt (Arabella), Herman (Rosa), MM. Berthelier (Bricoli), Vauthier (César Cavalcanti), Albert Brasseur (Beppo), Charvet (Cascarello).

 

 

OISEAU BLEU (L')

 

Conte dramatisé en deux actes et trois tableaux, en vers libres, livret de Simone Arnaud, musique d’Arthur Coquard.

 

Représenté au théâtre d’Application (la Bodinière) le 08 mars 1894.

 

 

OISEAU BLEU (L')

 

Féerie lyrique en sept tableaux, poème de Maurice Maeterlinck, musique d’Albert Wolff.

 

Première représentation à New York, Metropolitan Opera, le 27 décembre 1919, avec Raymonde Delaunois et Robert Couzinou (le Chien), sous la direction du compositeur.

 

Première à la Monnaie de Bruxelles le 21 avril 1920 avec Mmes Luart (Tyltyl), Despy (Mytyl), Richardson (la fée, Mme Berlingot), Berelly (la chatte), Gianini (l'eau, la joie d'être juste), Béhon (le lait), Terka-Lyon (la lumière), Heilbronner (la mère Tyl, l'amour maternel), Grialys (grand' maman Tyl), Gellaz (la nuit), Pire (le chef des bonheurs), Prick (la joie de comprendre), Merck (la joie de voir ce qui est beau), Baratto (la petite fille), MM. Dalman (le feu), Decock (le chien), Raidich (le pain), Hyacinthe (le sucre), Chantraine (le père Tyl), Grommen (grand papa Tyl).

 

 

OISEAU PERDU ET RETROUVÉ (L') ou LA COUPE DES FOINS

 

Opéra-comique en un acte, livret de Pierre-Yvon Barré et Pierre-Antoine-Augustin de Piis, musique de vaudevilles. Création à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 05 novembre 1782.

 

 

OISEAUX DE MER (LES)

 

Opéra-comique en un acte, musique de Martin, écrit vers 1796.

 

 

OISEAUX EN CAGE (LES)

 

Opéra-comique en un acte, livret de Charles Nuitter, musique de Théodore de Lajarte, publié dans le Magasin des Demoiselles en 1875.

 

 

OISELEUR (L')

 

Opérette en trois actes, paroles de MM. West et Held, musique de M. Zeller, représentée à Vienne, sur le théâtre An der Wien, le 10 janvier 1891, et en français, à Bruxelles, en octobre 1896.

 

 

OLETTA, LA FILLE DU CORSE

 

Drame musical en trois actes et quatre tableaux, livret de Paul de Choudens et André Leroy, musique d’Henry Février, représenté au Grand-Théâtre de Bordeaux en 1927.

 

 

OLGA ou LA FILLE DE L'EXILÉ

 

Opéra en trois actes, paroles de Mme ***, musique de Bernard, représenté à Saint-Pétersbourg en septembre 1845.

 

 

OLIVIER BASSELIN

 

Chronique normande en un acte, paroles de Brazier et de Courcy, musique de Pilati, représentée au théâtre de la Renaissance, le 15 novembre 1838. Cet ouvrage n'obtint qu'un demi-succès.

 

 

OLIVIER LE SIMPLE

 

Drame musical en trois actes et six tableaux, livret de Jules Delacre, musique de Victor Vreuls.

Première à la Monnaie de Bruxelles le 09 mars 1922 avec Mmes Bergé (Pandosia), Flo Mally (Aude), Ballard (la mère), MM. Descamps (Olivier), Van Obbergh (Renaud), Chantraine (le prieur).

 

 

OLYMPIADE (L’) ou LE TRIOMPHE DE L’AMITIÉ

 

[Olimpiade]

Drame héroïque italien en trois actes, livret de Métastase, musique d’Antonio Sacchini.

 

Création à Padoue en 1763.

 

Première à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 02 octobre 1777, dans une version française de Nicolas-Etienne Framery.

 

 

OLYMPIE

 

Tragédie-lyrique en trois actes, livret de Voltaire et de Guillard, musique de Christian Kalkbrenner. Création au Théâtre de l'Opéra [Théâtre de la République et des Arts] (salle Montansier) le 18 décembre 1798 (28 frimaire an VII).

 

 

OLYMPIE

 

Tragédie lyrique en trois actes, livret de Eugène Briffaut, Michel Dieulafoy et Bujac, d'après la tragédie de Voltaire, musique de Gaspare Spontini, création au Théâtre de l'Opéra le 22 décembre 1819. Divertissements de Pierre Gardel. Décors d'Ignazio Degotti et Charles Ciceri. Costumes d'Auguste Garneray. Après l'immense succès de l'opéra de la Vestale, le public s'attendait à trouver dans Olympie de ces beautés de premier ordre qui commandent l'admiration et imposent silence à la critique. Celle-ci était très animée contre Spontini, et on peut affirmer qu'elle exerça une influence funeste sur le génie de ce compositeur, en l'obligeant à se défendre sans cesse dans les journaux, tantôt à douter de son mérite, tantôt à l'affirmer avec affectation. Son opéra d'Olympie fut remanié pendant les répétitions, de telle sorte que les frais de copie s'élevèrent à 15,000 fr. Il y a eu chez Spontini, dans cette circonstance, des incertitudes, des hésitations qui ont très probablement été nuisibles à son œuvre ; elle eut une douzaine de représentations. Cette chute décida Spontini à ne plus écrire pour l'Opéra français, et à accepter les offres avantageuses qui lui étaient faites par le roi de Prusse. Lorsque son opéra d'Olympie fut représenté l'année suivante en Allemagne, le succès fut incontesté et durable. On disait : « l'auteur d'Olympie » comme on disait en France « l'auteur de la Vestale. » Nous pensons que Castil-Blaze a cédé à des préventions, lorsqu'il a accusé Spontini de stérilité. Ce maître avait déjà eu quinze opéras joués en Italie avant de venir en France. Il se fit d'abord connaître ici par trois ou quatre petits ouvrages, et, pour conclure, il ne faut pas oublier de remarquer qu'il a le premier donné l'exemple de ces formes développées devenues nécessaires à cause de la pompe croissante du spectacle, et que les trois partitions de la Vestale, de Fernand Cortez et d'Olympie, représentent la valeur de dix opéras de Piccinni. L'ouverture d'Olympie et un chœur superbe sont encore exécutés dans les concerts.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

OMBRE (L’)

 

Opéra-comique en trois actes, livret d'Henri de Saint-Georges, musique de Friedrich von Flotow. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 07 juillet 1870, mise en scène d’Ernest Mocker, avec Mmes Priola (Madame Abeille), Marie Roze (Jeanne), MM. Monjauze (Fabrice), Meillet (le docteur Antoine Mirouet).

 

Première à la Monnaie de Bruxelles le 19 octobre 1870 avec Mmes Fidès Devriès (Jeanne), Nordet (Madame Abeille), MM. Lhérie (Fabrice), Ben-Aben (le docteur Antoine Mirouet).

 

« Cet ouvrage est certainement l'un des plus distingués qu'on ait écrits dans ces dernières années ; son succès a été interrompu par la guerre et on ne peut douter qu'il ne devienne un digne pendant de Martha. Le livret est très dramatique et intéressant. Quoique le cadre dans lequel M. de Saint-Georges a placé l'action soit bien dédoré par l'usage, puisqu'il s'agit des éternelles dragonnades, les détails sont poétiques, charmants et émouvants. Voici d'abord la donnée de la pièce : le comte de Rollecourt, officier sous le commandement du maréchal de Villars, avait désobéi à ses chefs en sauvant une famille de protestants qu'on allait massacrer ; on l'avait condamné à mort pour ce fait. Une jeune fille, élevée dans le château de Rollecourt, qui, à l'insu du comte, avait conçu pour lui un amour ardent, le voit tomber sous les balles des soldats ; nul doute, son maître est mort ; mais le comte a été sauvé par le capitaine chargé de l'exécution ; son amitié a inspiré à celui-ci l'idée d'un stratagème qu'on découvre et qu'il va payer de sa vie. Le comte s'est réfugié dans un village ; il est le locataire de Mme Abeille, veuve et riche ; il se fait passer pour un artisan, sculpteur en bois, et prend le nom de Fabrice ; la fermière ne le regarde pas avec indifférence ; le médecin du village, Antoine Mirouet, s'est lié avec le jeune sculpteur ; tout ce monde se prépare à fêter la Saint-Fabrice, lorsqu'une jeune fille se présente à la ferme ; elle est épuisée de fatigue, et sous l'impression des scènes de violence dont elle vient d'être témoin ; elle demande à remplacer la servante du sculpteur, qui l'a quitté depuis quelques jours. Fabrice l'accepte ; mais, en le voyant, Jeanne reste stupéfaite, et ne peut détacher ses regards de cet homme qui a tous les traits de son maître qu'elle a vu fusiller ; Mme Abeille voit dans cette pauvre fille une rivale et conçoit de l'aversion pour elle ; Fabrice se laisse fasciner à son tour par la beauté de Jeanne et dépose un baiser sur son front ; la jeune fille prend la résolution de fuir de cette maison ; Fabrice entend un cri ; il se précipite dans la chambre de sa servante ; Mme Abeille, qui épie tous ses mouvements, voit ce scandale. Ainsi finit le premier acte. Jeanne est en butte aux mauvais propos dans le village ; elle est chassée de l'église et va quitter le pays, lorsque Fabrice fait connaître son innocence. Après son entretien avec lui, Jeanne était sortie par un brouillard épais et prenait la direction d'un précipice où elle allait trouver la mort ; Fabrice avait couru après elle et l'avait ramenée évanouie dans ses bras. Le bon docteur Mirouet, touché de ce récit, offre de faire un sort à la pauvre fille en l'épousant. Mme Abeille reçoit ensuite les confidences de Jeanne, qui lui raconte la passion insensée et secrète qu'elle a conçue pour son jeune maître, et les sentiments qui l'animent en présence d'un autre lui-même dont elle ne peut s'expliquer la si parfaite ressemblance. Fabrice a entendu cette conversation, et, loin de détromper Jeanne, il l'entretient dans la pensée que cette ressemblance est purement imaginaire. Mais voici que le docteur apporte une nouvelle dont il tient le récit d'un colporteur ; c'est le fait que nous avons raconté plus haut, relativement au simulacre d'exécution du ceinte. Il ajoute que si le comte ne vient pas se livrer lui-même, son ami, qui a trahi son devoir, sera fusillé à sa place. Rollecourt n'hésite pas ; profitant de la nuit, il revêt son uniforme et se dispose à partir. Un rayon de lune le trahit aux yeux de Jeanne, qui le retrouve tel qu'elle l'a connu. Elle se jette à ses genoux, lui avoue sa tendresse, le conjure de rester. Le devoir impérieux de l'honneur l'emporte dans le cœur de Rollecourt, qui quitte Jeanne en la laissant évanouie. Au troisième acte, il a repassé encore la frontière ; car l'action se passe plutôt sur les confins de la Savoie que dans les Cévennes, qui en sont trop éloignées pour la vraisemblance du drame. Il y a eu là une assez grave distraction géographique chez l'auteur dramatique. Rollecourt a obtenu un sursis de vingt-quatre heures et veut en profiter pour épouser l'orpheline, et lui laisser son nom et sa fortune. Jeanne s'abandonne à toute l'illusion de son bonheur ; elle se laisse parer pour la cérémonie, elle reçoit l'anneau nuptial ; le mariage est célébré. Mais le secret fatal lui est révélé. Le comte, cette fois, va la quitter pour toujours. On comprend toute cette scène de larmes, de prières, de résistance. Pour abréger et finir, le docteur Mirouet apporte la nouvelle de la grâce accordée par le maréchal de Villars aux deux officiers. En glissant sur divers détails peu vraisemblables, sur les deux départs de Rollecourt, qui amènent deux scènes analogues, sur le mariage si prompt du comte avec une pauvre servante, on peut trouver ce livret très favorable à l'œuvre musicale, à cause des situations pathétiques et originales qu'il présente, et du caractère bien marqué de chacun des quatre personnages mis en scène ; car, de même que dans l'Eclair, il n'y a dans l'Ombre que quatre voix, sans mélange de chœurs. Soutenir l'intérêt pendant trois actes avec si peu de ressources semblait une tache difficile. Les auteurs s'en sont acquittés avec honneur et succès ; tant il est vrai qu'une œuvre où l'inspiration, le goût, le véritable talent en un mot préside, peut se passer de toutes ces complications dont on a surchargé les plus modestes opéras-comiques. Quel luxe indigent dans la plupart ! Ici, au contraire, la simplicité, et néanmoins un grand effet ! La partition est une digne émule de celle de Martha. L'inspiration y est moins abondante ; il y a plus de recherche et d'effort ; néanmoins, tout y est traité avec goût et distinction. Le travail harmonique laisse, à mon avis, quelque chose à désirer ; on trouve des modulations éloignées d'un fâcheux effet, surtout dans l'ouverture. Lorsque M. de Flotow veut être savant musicien, il s'égare ; quand il se contente d'écrire sous la dictée de son inspiration, il exprime avec beaucoup de naturel le sens dramatique, et l'expression mélodique est à la fois juste et agréable. L'ouverture débute par un larghetto pathétique et doux ; l'allegro qui suit est formé en partie du motif des couplets du docteur : Quand je monte Cocotte. La transposition dans plusieurs tons de ce motif gracieux, qui doit son succès à sa parfaite adaptation aux paroles, n'est pas toujours heureuse. Le compositeur a aussi abusé de l'accord de septième, de sensible et de ses renversements plaqués et en arpèges. Depuis une quinzaine d'années, cet accord jouit d'une trop grande faveur. Le duo du docteur et de Mme Abeille est bien traité dans le style qui convient à l'opéra-comique, mais n'offre rien de saillant. Le trio, malgré une assez jolie phrase dans l'andante, est médiocre et dans le goût des opérettes de M. Offenbach. On regrette d'y trouver de ces répétitions par deux voix du dernier mot chanté par le soprano. Cet effet n'est plus comique, mais commun et suranné. Je n'ai que des éloges pour les couplets très réussis du docteur ; le quatuor du premier acte est le morceau le plus important de tout l'ouvrage ; l'andante : La nuit approche, voici l'heure, est d'un rythme gracieux, et, lorsque le motif est exécuté pour la seconde fois, la voix de soprano dessine des broderies d'un charmant effet. Toute cette première partie du quatuor mérite d'être rangée au nombre des plus jolis morceaux du répertoire de l'Opéra-Comique. Il est regrettable que l'allegro n'y réponde pas. C'est un chœur qui paraît avoir été écrit pour les orphéons :

 

Et tic et toc et tic et toc,

De nos verres vive le choc.

 

Il me semblait que les auteurs de livrets d'opéra-comique avaient répudié définitivement cette vieille défroque de M. Scribe. Tout le reste du premier acte est dramatique. Les moyens musicaux sont bien simples et presque pauvres ; le ténor répète à l'octave les phrases du soprano, puis arrivent de fréquents unissons. Mais il y a tant de mobilité, tant de variété, dans le travail artistique de M. de Flotow que l'intérêt ne languit jamais. Le deuxième acte est précédé d'une sorte de rêverie symphonique. La sonorité en est douce et habilement conduite, mais la mélodie contournée ; des effets de quintes et des fausses relations sont mal dissimulés sous les nuances et les élégances de l'instrumentation. L'air de Mme Abeille est très médiocre. Je ne comprends pas qu'un musicien de la valeur de M. de Flotow se soit laissé influencer par les petits effets rythmiques particuliers à M. Offenbach, et qu'il ait imité ses appogiatures interrompues et dures, ses éternelles valses chantées. Les couplets du docteur : Une femme douce et gentille, qui sont loin de valoir ceux qu'Auber mettait dans ses opéras-comiques, ont le tour gaulois. Quant au second quatuor : Un mot, chère voisine, il ne vaut pas le premier, mais il est très scénique et se termine par un allegretto d'une gaieté communicative. Le duo de Jeanne et de Fabrice : D'où vient que maintenant près d'elle, est à la fois d'une vérité d'expression très soutenue et d'un charme mélodique incontestable. Bien écrit pour les voix, il prendra place dans le répertoire des chanteurs. Avec la première partie du quatuor du premier acte, c'est le morceau que je trouve le mieux réussi. La fin de l'acte est d'un effet pittoresque. Une petite symphonie jouée par les instruments à cordes en sourdine est traitée avec goût. Des critiques sévères pourraient reprocher aux auteurs d'avoir abusé dans cet opéra des hors-d’œuvre et d'avoir fait une part trop grande aux épisodes descriptifs. Mais les morceaux sont courts et mélodieux. M. de Flotow a du goût et n'insiste pas comme l'a fait souvent Meyerbeer, qui traçait un grand tableau là où il aurait fallu un simple croquis. Cette observation m'est suggérée par les couplets si applaudis sur les heures de midi et minuit. Cet andante est fort gracieux ; je crois que le sens voluptueux des paroles, qui flatte le goût du public de ce temps, a bien un peu contribué au succès de cet intermède.

La romance de Fabrice : Pauvre ange dont la triste vie, n'est qu'une inspiration distinguée. Elle est loin de rendre tout ce que la situation de Fabrice a de poignant. Cette scène m'a fait penser à une scène analogue dans le Déserteur, et la cantilène : Adieu, chère Louise, du vieux Monsigny, est bien autrement émouvante. Après un assez joli trio avec effet de cloches sonnant le mariage, et une romance médiocre du docteur, l'opéra se termine par un trio dramatique, dans lequel on peut admirer une phrase large et belle chantée à l'unisson, et par la reprise finale du chœur des cloches. L'Ombre restera un des jolis ouvrages du répertoire de l'Opéra-Comique. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1872]

 

 

OMBRE D'ARGENTINE (L’)

 

Opéra bouffon en un acte, livret d’Alfred Bayard et Edmond de Biéville, musique d’Alexandre Montfort. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 28 avril 1853.

 

 

OMELETTE À LA FOLLEMBUCHE (L’)

 

Opérette bouffe, livret d’Eugène Labiche et Marc Michel, musique de Léo Delibes, représentée aux Bouffes-Parisiens (Champs-Elysées) le 08 juin 1859.

 

« Vous prenez des œufs, vous les cassez avec précaution, et... » — Si c'est ainsi qu'on s'y prend pour confectionner une Omelette à la Follembuche, il n'y a pas de quoi crier au miracle, ni tant faire de gorges-chaudes à propos d'une prétendue découverte qui n'est rien moins que du domaine de la vulgarité. — Patience, je vous attends au dénouement de l'opération.

Mais procédons par ordre.

Vous plait-il qu'avant de mettre en lumière la précieuse recette, nous en fassions quelque peu l'historique ? Nous suivrons, si vous l'avez pour agréable, la version accréditée aux Bouffes-Parisiens et qui nous paraît être tout à la fois la plus authentique et la plus divertissante.

Un jour — je vous parle de longtemps — un certain marquis de Criquebœuf mariait son unique rejeton, le jeune damoiseau Pertuisan de Criquebœuf à la nièce de très haute et très puissante dame de Follembuche et autres lieux. Ce jour-là, jour de liesse et de gala, on voulut, célébrer royalement une alliance aussi considérable. Il y allait de l'honneur de la maison de Criquebœuf. Aussi, majordomes, valets et gens de service du château étaient-ils partis de grand matin pour aller quérir à la ville les victuailles du festin nuptial. Ce que voyant, un parti de mousquetaires escalada les fenêtres de l’antique manoir et commença à piller les caves et les cuisines au nez et à la barbe du marquis de Criquebœuf, qui en conçut une colère notable.

« — Tout beau, messieurs les pendards !... qu'on sorte de céans ou prenez souci de la vieille épée des Criquebœuf qui pourrait briller une fois encore.

« — Pardon, dit le capitaine de Givrac que son amour pour Berthe de Follembuche autant que la faim de ses mousquetaires a jeté dans cette folle équipée — pardon, monsieur, mais nous préparons le repas du roi qui chasse dans la forêt voisine et que vous allez avoir l'honneur de recevoir à votre table. »

La ruse du capitaine réussit à merveille. A ce mot du roi tout tremble, tout s'émeut. Les Criquebœuf et les Follembuche oubliant leurs manchettes brodées, confectionnent de leurs mains une omelette monstre. C'était, du reste, le seul plat possible, domestiques et provisions manquant totalement au château.

Pourtant il revient aux oreilles du marquis que le capitaine s'est joué de lui. Alors chacun d'introduire dans la poêle des ingrédients insolites et d'une fantaisie imprévue. Celui-ci y verse le contenu de sa tabatière, celui-là imagine de la saturer de poivre ; un autre se sert de l'omelette en guise d'éponge à nettoyer le pavé ; (!)… elle sera toujours assez bonne pour ces damnés mousquetaires !

On sert chaud.

Mais il advient que — ô hasard ! — le roi, le véritable roi arrive réellement au château. Déjà il est à table et fait face à l'omelette prodigieuse, insensée, inénarrable qu'on a cru servir à Givrac et à ses mousquetaires. La stupeur s'empare de tous, et il pourrait bien se faire que la Bastille fût le prix de ce méfait.

Heureusement qu'avant que le premier coup de dent royale ne fût donné, les gens du château avaient eu le temps de revenir de la ville avec force comestibles et gourmandises délectables qu'on s'empressa de servir à la place de la fabuleuse omelette.

Criquebœuf en fut quitte pour la peur et pour une belle-fille, car Berthe, qui aimait Givrac, profita du conflit pour rompre ses engagements avec ce grand nigaud de Pertuisan.

En résumé, la RECETTE DE L'OMELETTE À LA FOLLEMBUCHE est d'une simplicité qui la met à la portée de tout le monde : vous ferez d'abord une omelette vulgaire ; puis, au moment de la servir, vous y ajouterez… tout ce qu'il vous plaira.

La musique de M. Delibes était légère, bien rythmée, et avait ce cachet de belle humeur qui convient à pareille littérature. Un joli trio et une ronde originale étaient particulièrement applaudis. »

[Albert de Lasalle, Histoire des Bouffes-Parisiens, 1860]

 

 

O’MONIQUE

 

Opérette en un acte, paroles de Juin et de Noter, musique de Picheran, représentée au petit théâtre des Mathurins le 13 décembre 1899.

 

 

OMPHALE

 

Tragédie lyrique en cinq actes, avec un prologue, paroles de La Motte, musique de Destouches, représentée par l'Académie royale de musique le jeudi 10 novembre 1701. Cet ouvrage eut beaucoup de succès. On le reprit cinq ou six fois ; il fut représenté à Trianon, devant la cour, le lundi gras 23 février 1702. La dernière reprise eut lieu en 1752, avec Jélyotte, Thevenard, Mlles Fel, Chevalier et le sieur Vestris. A l'occasion de cet ouvrage, nous signalerons un fait intéressant pour l'histoire du théâtre : c’est qu'il y eut pour la première fois, le lundi 21 mars 1735, une véritable représentation au bénéfice des artistes. On donna cette tragédie d'Omphale ; elle fut suivie d'une cantatille chantée par Mlle Fel, d'un air italien par Mlle Bourbonnais, et d'un pas de trois dansé par Mlle Mariette et par les sieurs Dumoulin et Dupré.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

OMPHALE

 

Tragédie lyrique en cinq actes, paroles de La Motte, musique de Cardonne, représentée par l'Académie royale de musique le 02 mai 1769. Cardonne était un officier de la chambre de Madame. Il croyait avoir plus de talent pour la composition que Destouches. L'accueil qu'on fit à son opéra lui prouva le contraire.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

OMPHALE

 

Opéra, musique du comte Laville de Lacépède, répété à l'Opéra de Paris en 1771, mais non représenté.

 

 

ON DEMANDE UN ARLEQUIN

 

Opérette en un acte, livret de Louis Péricaud et Lucien Delormel, musique de Firmin Bernicat. Création à l'Eldorado en 1878. => fiche technique

 

 

ON DEMANDE UN GENDRE

 

Opérette en un acte, livret d’Albert Lambert père et B. Lebreton, musique d’Auguste de Villebichot (Dijon, 30 septembre 1827 - 11 octobre 1898), représentée à l'Eden-Concert le 19 mars 1887.

 

 

ON DEMANDE UN PÉDICURE

 

Opérette en un acte, paroles de M. Max, musique de Raoul Schubert, représentée au concert de l'Époque le 16 octobre 1886.

 

 

ON DEMANDE UN PITRE

 

Opérette en un acte, musique de Frédéric Barbier, représentée à l’Eldorado en 1870.

 

 

ON DEMANDE UNE BONNE QUI BOITE

 

Opérette en un acte, paroles de Francis Tourte, musique de M. Sailly, représentée au théâtre de la Tour-d'Auvergne (aujourd'hui disparu) le 8 décembre 1874.

 

 

ON DEMANDE UNE FEMME DE CHAMBRE

 

Opérette en un acte, livret de Pierre Véron, musique de Robert Planquette, représentée sur les théâtres de société en 1876. Cette partitionnette renferme cinq morceaux. La pièce est jouée par un seul personnage, Claudine (Mme Judic). La pièce est agréable et spirituelle, mais la musique en est bien faible. Le jeu habile et la diction de Mme Judic ont fait réussir cette bluette.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1876]

 

 

ON DEMANDE UNE INSTITUTRICE

 

Opérette en un acte, musique de Victor Robillard, représentée au théâtre du Luxembourg le 30 mars 1867.

 

 

ON DIRA DES BÊTISES

 

« Fantaisie-actualité en une visite », paroles de Ch. Alphand, musique de Borel-Clerc, représentée au théâtre des Capucines en avril 1902.

 

 

ON GUÉRIT DE LA PEUR

 

Opéra de salon, paroles de Henri Boisseaux, musique de Th. de Lajarte, joué à Paris en 1853. La partition de cet ouvrage a été gravée et publiée chez Choudens.

 

 

ON NE BADINE PAS AVEC L'AMOUR

 

Comédie lyrique en trois actes, livret de Gabriel Nigond et Louis Leloir, d'après la pièce d’Alfred de Musset, musique de Gabriel Pierné.

 

Création à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 30 mai 1910. Mise en scène d'Albert Carré. Décors de Lucien Jusseaume. Costumes de Félix Fournery.

Mmes Marthe CHENAL (Camille), BILLA-AZÉMA (Rosette), Hélène DUVERNAY (Dame Pluche), Marguerite HERLEROY (Nicole), JURAND (Angélique), GANTERI (Sylvaine), CARRIÈRE (petite Suzon), VILLETTE (Vieille Marie), MARIETTI (Mlle Brigitte), JULLIOT (Jaquotte), SAINT-MARTIN (Colette), petite BRÉVAL (une petite fille).

MM. Thomas SALIGNAC (Perdican), VIGNEAU (Blazius), CAZENEUVE (le Baron), COULOMB (Pierre), GUILLAMAT (Janot), BELHOMME (Landry), Louis VAURS (un Cabaretier), IMBERT (Jacques), BRUN (un ivrogne), SOUCHON (un Musicien), BARTHEZ (un Paysan).

Chef d'orchestre : François RÜHLMANN.

 

8 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

 

ON NE S'AVISE JAMAIS DE TOUT

 

Opéra-comique en un acte, en prose, mêlé d'ariettes, livret de Michel-Jean Sedaine, d’après le conte de Jean La Fontaine, musique de Pierre-Alexandre Monsigny. Création à la Foire Saint-Laurent le 14 septembre 1761. Première à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 03 février 1762. Représenté à Fontainebleau le 14 novembre 1770.

 

Représenté au Théâtre Pigalle le 28 mai 1931 (avec Giannina et Bernadone, opéra en deux actes de Cimarosa).

"Bien que l'on ait assez faiblement transformé le texte de Sedaine, on ne peut manquer de goûter la verve drue, l'inspiration fraiche de Monsigny, et son art savant de combiner les voix. La pièce de Cimarosa n'a point tant de piquant ; les passages passionnés ou mélancoliques rompent de temps à autre la jolie bouffonnerie italienne. Ce dernier opéra bénéficia de charmants décors fort ingénieux et joliment colorés de Théodore Komisarjewsky." (Larousse Mensuel Illustré, 1931)

 

« On peut citer dans cette bluette des couplets assez gracieux, l'ariette chantée par Dorval : Je vais te voir, charmante Lise ; la chanson : Une fille est un oiseau qui semble aimer l'esclavage, et le quinque final, qui est assez bien traité. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

ON NE S'AVISE JAMAIS DE TOUT

 

Opéra-comique, musique de Gluck, représenté à Vienne en 1762.

 

 

ON NE S'AVISE JAMAIS DE TOUT

 

Opéra-comique en un acte, livret d’Eugène de Planard, d’après le conte de Jean de La Fontaine, musique de F. Génin. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 28 avril 1843.

 

« L'auteur de la musique, confiant dans ses talents, ne craignit pas de refaire l'œuvre de Monsigny. Ancien élève de l'Ecole normale, professeur de littérature ancienne à la Faculté des lettres de Strasbourg, rédacteur du National, critique acerbe des compositeurs les plus autorisés et les plus estimés, il semblait n'avoir aucun titre pour faire admettre une partition d'opéra dans un théâtre privilégié. M. Villemain, alors ministre de l'instruction publique, écrivit au directeur de l'Opéra-Comique, M. Crosnier, et le personnel du théâtre dut s'évertuer à interpréter une musique pitoyable, telle qu'on n'en entendit jamais de semblable, si ce n'est peut-être la fameuse symphonie que J.-J. Rousseau fit exécuter à Lausanne. Par égard pour le docte corps auquel il appartenait, M. Génin se fit annoncer, après la chute du rideau, sous le nom de Lefèvre. On donna quatre représentations de cette fantaisie ministérielle. Quelques critiques se hasardèrent à entretenir le public de la carrière extramusicale de M. Génin, entre autres un des rédacteurs de la Gazette musicale. Le professeur, piqué, intenta un procès à M. Maurice Schlesinger, et le fit condamner à 500 fr. d'amende et à 1,500 fr. de dommages et intérêts. Qui aurait pu imaginer que ce comique opéra rapporterait de tels droits d'auteur ? On ne s'avise jamais de tout. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

ON RESPIRE !

 

Comédie mêlée d’ariettes en un acte, livret de Charles-Louis Tissot, musique de Rodolphe Kreutzer. Création à l’Opéra-Comique (1re salle Favart) le 09 mars 1795.

 

 

ONCLE CÉLESTIN (L’)

 

Opérette-bouffe en trois actes, livret de Maurice Ordonneau et Henri Kéroul, musique d’Edmond Audran, représentée au théâtre des Menus-Plaisirs le 24 mars 1891. Interprètes : Mmes Yvonne Stella, Augier, Fanny Génat, MM. Vandenne, Verneuil, Montcavrel et Vavasseur.

 

 

ONCLE ET LE NEVEU (L’)

 

Opéra-comique en un acte, paroles de Grétry neveu, musique de Solié, représenté au théâtre Montansier le 26 novembre 1803.

 

 

ONCLE JEAN (L')

 

Opéra-comique en un acte, paroles de M. de Méria, musique de Justin Clérice, représenté à Dunkerque le 04 décembre 1897.

 

 

ONCLE POMARD (L')

 

Opérette en un acte, livret de H. Lefebvre, musique de V. Robillard, représentée aux Folies-Bergère le 10 octobre 1869.

 

 

ONCLE SALOMON (L')

 

Opéra-comique en trois actes, livret de M. de Najac, musique d'Albert Grisar, ouvrage posthume et inédit.

 

 

ONCLE TRAUB (L')

 

Opéra-comique en un acte, livret de Zaccone et Valois, musique de Delavault, représenté au Théâtre-Lyrique (boulevard du Temple) le 11 avril 1862, avec MM. Gabriel, Verdellet, Mmes Faivre et Zevaco.

 

Les deux librettistes sont des romanciers à succès ; le compositeur est devenu un homme politique.

 

 

ONCLE VALET (L')

 

Comédie en un acte, en prose, mêlée de chants, livret d'Alexandre Pineu-Duval, musique de Domenico Della Maria. Création à l'Opéra-Comique (1re salle Favart) le 08 décembre 1798. Ce petit ouvrage, qui suivit de près le Prisonnier, renferme encore quelques traces de l'inspiration facile et mélodique de l'infortuné compositeur.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

ONDINE

 

Opéra-comique en trois actes, livret de Lockroy et Mestépès, musique de Théodore Semet, représenté au Théâtre-Lyrique (place du Châtelet) le 07 janvier 1863, avec Charles Battaille.

 

Le sujet du livret a été tiré du conte d'Ondine, par le baron de La Motte-Fouqué, publié à Paris en 1819. Cet ouvrage n'a pas eu de succès.

 

« Le premier opéra joué au Théâtre-Lyrique de la place du Châtelet était une féerie aquatique, sorte de flatterie aux naïades de la Seine que désormais ce théâtre aurait pour voisines. Le sujet était emprunté à un conte fantastique de Lamothe-Fouquet. Un rôle comique y était réservé à Battaille qui, après avoir été le Chevrier du Val d'Andorre, le don Belflor du Toréador, et le Pierre-le-Grand de l'Étoile du Nord, faisait sa dernière création dans l'Ondine qu'il ne pouvait sauver de l'insuccès. Par une bizarrerie du destin, Battaille devait cependant reparaître sur une autre scène : le gouvernement de la Défense nationale l'a fait sous-préfet d'Ancenis. »

[Albert de Lasalle, Mémorial du Théâtre-Lyrique, 1877]

 

 

ONDINES AU CHAMPAGNE

 

Opérette en un acte, livret de Henri Lefebvre et Jules Pélissié [pseudonyme de Victorien Sardou], musique de Charles Lecocq, représentée au théâtre des Folies-Marigny le 03 septembre 1865.

 

« Malgré la répugnance que j'éprouve à occuper le lecteur de pareilles insanités dont le contact déshonore depuis trop longtemps l'art musical, je citerai les paroles d'un chœur chanté par Marsouin, Chien-de-mer et les Ondines :

 

Par ce décret annoncé

Au son de la conque,

Tout le monde est enchanté ;

Quiconque

De cet aimable instrument

Entend le mugissement

Dit avec ravissement :

Quell' conque !

 

M. Charles Lecocq abuse de la facilité dans l'art d'écrire que lui ont donnée de bonnes études musicales et il l'applique à des sujets quelconques. Cette indifférence engendre la banalité et lui fait perdre tout scrupule quant au choix des idées. La musique de cette opérette est écrite avec correction et verve ; l'ouverture a quelque gentillesse. Je signalerai la romance d'Aigue-Marine ; le quatuor en mi majeur ; un autre quatuor en fa, dans lequel les auteurs ont un peu parodié celui de l'Irato de Méhul ; les couplets du champagne. Les meilleurs morceaux sont le chœur en si mineur : Vengeance, et celui en mi bémol : On va juger le complot. Joué par Montrouge et Mme Macé-Montrouge, avec une douzaine de personnages de leur troupe. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1876]

 

 

OPÉRA À LA COUR (L’)

 

Opéra-comique en quatre parties, livret d’Eugène Scribe et Henri de Saint-Georges, musiques de Weber, Méhul, Berton, Ricci, Boieldieu, Dalayrac, Auber, Donizetti, Mozart et Rossini, arrangées par Albert Grisar et Adrien-Louis Boieldieu. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 16 juillet 1840, avec Mme Henri Potier (Mina), MM. Masset (le Duc), Achille Ricquier (Cornélius).

« Ce pastiche a été imaginé pour la réouverture de la salle Favart. On a entendu avec plaisir, dans cet ouvrage, une belle romance de Charles de France, intitulée : Les chevaliers de la fidélité, par Boieldieu, chantée par Masset. Chollet, Roger, la basse Botelli, Mme Eugénie Garcia constituaient alors un bon ensemble à l'Opéra-Comique. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

OPÉRA AU CAMP (L')

 

Opéra-comique en un acte, livret de Paul Foucher, musique d’Alphonse Varney. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 18 août 1854, avec Mmes Andréa FAVEL (Madame Favart), BÉLIA (Michelette), MM. DUVERNOY (le Maréchal), Edmond DELAUNAY-RIQUIER (Larose), LEMAIRE (Vanbruth).

Représenté à l'Opéra-Comique le 06 septembre 1854 avec les créateurs.

« L'auteur met en scène le maréchal de Saxe et Mme Favart, une troupe de comédiens et une troupe de soldats. On a remarqué dans la musique une chanson militaire, une mélodie sur la Charité et un bon duo chanté par le major et Mme Favart. La partition de cet ouvrage a été réduite au piano par M. Vauthrot. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

OPÉRA AU VILLAGE (L') ou LA FÊTE IMPROMPTUE

 

Divertissement à l'occasion de la paix et du retour de S. M. l'empereur et roi, livret de Sewrin, musique de Jean-Pierre Solié. Création à l’Opéra-Comique (salle Feydeau) le 30 juillet 1807. Cette pièce de circonstance ne dut son succès qu'à la disposition des esprits à cette époque.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

OPÉRA AUX FENÊTRES (L')

 

Opérette en un acte, livret de Ludovic Halévy, d'après Kotzebue, musique de Léon Gastinel, représenté aux Bouffes-Parisiens le 05 mai 1857.

« C'était un véritable opéra que l’on chantait accoudé à de véritables fenêtres. Un décor ingénieux et compliqué en charpente, représentait une maison vue de face et dont les ouvertures laissaient l'œil du spectateur pénétrer dans l'antre d'un tuteur cacochyme et jaloux, dans la chambrette d'une allemande rêveuse, et dans la mansarde d'un poète. La pièce était gaie sans tapage, et pleine de situations heureuses. Dans la partition, il y avait un quatuor très bien fait et une valsée d'un rythme très accentué.

M. Gastinel, l'auteur de la musique, est un ancien prix de Rome qui n'attend qu'une occasion favorable pour se révéler d'une façon plus éclatante. La patience est un art aussi bien qu'une vertu ; on en devrait enseigner les secrets au Conservatoire. »

[Albert de Lasalle, Histoire des Bouffes-Parisiens, 1860]

 

 

OPÉRA-COMIQUE (L')

 

Opéra-comique en un acte, en prose, livret de Joseph-Alexandre de Ségur et Emmanuel Dupaty, musique de Domenico Della Maria. Création à l'Opéra-Comique (1re salle Favart) le 09 juillet 1798.

 

 

OPÉRA DE PROVINCE (L’)

 

Parodie en deux actes, livret de Pierre-Yvon Barré, Pierre-Antoine-Augustin de Piis, Jean-Baptiste-Denis Després et Louis-Pierre Pantaléon Resnier, musique de vaudevilles. Création à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 17 décembre 1777. C’est une parodie d’Armide de Gluck.

 

 

OPÉRA DE QUAT'SOUS (L’)

 

[Die Dreigroschenoper]

Comédie allemande en musique de Bertolt Brecht, musique de Kurt Weill, créée à Berlin le 31 août 1928.

Version française créée au Théâtre de l'Etoile le 24 septembre 1937.

"Contrairement à ce qui se passe d'ordinaire, c'est de l'écran à la scène qu'à été transportée l'action dramatique de l'Opéra de quat'sous. Cette œuvre vaut surtout par la partition ; le compositeur à su trouver une musique des pauvres, traînarde, désespérante et lancinante qui a rencontré d'excellents interprètes en Suzy Solidor, Jeannette Choisy, Raymond Rouleau, Raymond Cordy et Bergeron." (Larousse Mensuel Illustré, 1937)

 

 

OPÉRA DE SOCIÉTÉ (L’)

 

Opéra-ballet en un acte, paroles de Gaultier de Mondorge, musique de Giraud, représenté par l'Académie royale de musique le 1er octobre 1762. Giraud a composé des motets pour le concert spirituel. Il faisait partie de la musique du roi.

 

 

OPÉRATEUR BARRY (L')

 

Comédie en un acte, en prose, avec un prologue et un divertissement, paroles de Dancourt, musique de Gilliers, représentée à la Comédie-Française le 11 octobre 1702.

 

 

OPOPONAX (L’)

 

Opérette en un acte, livret de Charles Nuitter et William Busnach, musique de Léon Vasseur, représentée aux Bouffes-Parisiens le 2 mai 1877 ; chantée par Mme Berthe Stuart.

 

 

OR DU RHIN (L’)

 

[Das Rheingold]

Opéra en deux actes et quatre tableaux constituant le Prologue de l'Anneau du Nibelung (voir ce titre), poème et musique de Richard Wagner.

 

Personnages :

Les dieux : Wotan, père des dieux (baryton-basse) ; Donner, dieu du tonnerre et de la foudre (baryton) ; Froh, dieu du soleil (ténor) ; Loge, dieu du feu (ténor) ; Fricka, déesse de la fécondité, épouse de Wotan (mezzo-soprano) ; Freia, sa sœur, déesse de la jeunesse (soprano) ; Erda, déesse de la terre (contralto).

Les Nibelungs : Alberich, roi des Nibelungs (baryton) ; Mime, son frère (ténor).

Les Géants : Fasolt (basse) ; Fafner (basse profonde).

Les Filles du Rhin : Woglinde (soprano) ; Wellgunde (soprano) ; Flosshilde (contralto).

 

L’action se déroule dans le lit du Rhin, dans une région montagneuse près du Rhin, dans les cavernes souterraines du Nibelheim, à l’époque légendaire.

 

Créé à Munich, Hoftheater, le 22 septembre 1869.

 

Première fois dans le cycle de « l'Anneau du Nibelung » au Théâtre de Bayreuth, le 13 août 1876.

 

Première fois au Metropolitan-Opera de New York, le 04 janvier 1889.

 

Première fois en français, dans la version d'Alfred Ernst, au Théâtre Royal de la Monnaie, à Bruxelles, le 31 octobre 1898.

 

 

MUNICH

22.09.1869

BAYREUTH

13.08.1876

NEW YORK

04.01.1889

BRUXELLES

31.10.1898

Fricka

Sophie STEHL

F. GRUN

MORAN-OLDEN

KUTSCHERA

Fréïa

MULLER

M. HAUPT

BETTAQUE

GOTTRAND

Erda

SEEHOFER

L. JAIDE

REIL

Lydia ILLYNA

les Filles du Rhin

     

DOMENECH, CLAESSENS, MILCAMPS

 

 

 

 

 

Wotan

August KINDERMANN

F. BETZ

FISCHER

SEGUIN

Donner

HEINRICH

E. GURA

GRIENAUER

WHITEHILL

Froh

Franz NACHBAUR

G. UNGER

MITTELHAUSER

DISY

Loge

Heinrich VOGL

H. VOGL

ALVARY

IMBART DE LA TOUR

Alberich

FISCHER

C. HILL

BECK

H. DUFRANNE

Mime

SCHLOSSER

SCHLOSSER

SELOMAYER

CAZENEUVE

Fasolt

VESSER

A. EILERS

MODLINGER

GILIBERT

Fafner

BAUSEWEIN

REICHENBERG

WEISS

M. JOURNET

Chef d’orchestre

Franz WÜLLNER

H. RICHTER

A. SEIDL

Ph. FLON

 

Une audition de fragments importants, dans la version d'Alfred Ernst, avec des conférences de Catulle Mendès, fut donnée au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 06 mai 1893.

Mmes Renée RICHARD (Erda, Flosshilde), BOSMAN (Fricka, Wellgund), MARCY (Fréïa, Woglinde).

MM. FOURNETS (Wotan, Donner), VAGUET (Loge, Froh, Mime), M. RENAUD (Alberich).

Aux deux pianos d'accompagnement : Raoul PUGNO et Claude DEBUSSY.

 

Première au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 17 novembre 1909, dans la version d'Alfred Ernst. Mise en scène de Paul Stuart. Décors d'A. Belluot, Georges Mouveau et Demoget. Costumes de Joseph Pinchon.

Mmes DEMOUGEOT (Fricka), CAMPREDON (Fréïa), CHARBONNEL (Erda), GALL (Woglinde), LAUTE-BRUN (Wollgund), LAPEYRETTE (Flosshilde).

MM. DELMAS (Wotan), VAN DYCK (Loge), DUCLOS (Alberich), FABERT (Mime), NOTÉ (Donner), NANSEN (Froh), A. GRESSE (Fasolt), JOURNET (Fafner).

Chef d'orchestre : André MESSAGER

 

 

07.10.1921

22e

03.03.1933

50e

06.04.1935

54e

19.08.1938*

63e

03.11.1941

67e

07.05.1955

80e

Fricka

LAPEYRETTE

LAPEYRETTE

LAPEYRETTE

LAPEYRETTE

BOUVIER

MALANIUK

Fréïa

BERTHON

GERVAIS

Yvonne GERVAIS

BONNI-PELLIEUX

BONNI-PELLIEUX

WEISZ

Erda

MONTFORT

MONTFORT

MONTFORT

MONTFORT

MONTFORT

SIEWERT

Woglinde

LAVAL

Milly MORÈRE

Milly MORÈRE

LALANDE

CARRIER

KRUYSWICK

Welgunde

LAUTE-BRUN

DONIAU-BLANC

DONIAU-BLANC

DONIAU-BLANC

DONIAU-BLANC

DEMMER

Flosshilde

COURSO

RICQUIER

E. SCHENNEBERG

E. SCHENNEBERG

RICQUIER

ASSERSON

 

 

 

 

 

 

 

Wotan

DELMAS

JOURNET

Paul CABANEL

Jean CLAVERIE

CABANEL

S. BJOERLING

Loge

LAFFITTE

FABERT

José de TRÉVI

José de TRÉVI

José de TRÉVI

SUTHAUS

Alberich

DUCLOS

DUCLOS

DUCLOS

NOGUÉRA

NOGUÉRA

NEIDLINGER

Mime

RAMBAUD

RAMBAUD

Ed. RAMBAUD

Ed. RAMBAUD

RAMBAUD

KUEN

Donner

CERDAN

CLAVERIE

Jean CLAVERIE

PACTAT

PACTAT

PETER

Froh

DUBOIS

CHASTENET

LE CLÉZIO

GOURGUES

GOURGUES

BLESSIN

Fasolt

A. GRESSE

NARÇON

NARÇON

ETCHEVERRY

ETCHEVERRY

GREINDL

Fafner

A. HUBERTY

A. HUBERTY

A. HUBERTY

BERNASCONI

A. HUBERTY

ERNSTER

Chef d’orchestre

CHEVILLARD

GAUBERT

Paul PARAY

RÜHLMANN

RÜHLMANN

KNAPPERTSBUSCH

 

* Projections de M. Klausz.

 

83e à l’Opéra, le 06 mai 1957, dans le cadre de la Tétralogie (voir l'Anneau du Nibelung).

 

Autres interprètes des principaux rôles à l'Opéra :

Fricka : Mmes LE SENNE (1910), MATI (1911), KIRSCH (1913), MONTFORT (1923), CARO (1938), CAVELTI (1957).

Fréïa : Mmes ROMANITZA (1922), MONSY (1923), MAC ARDEN (1924), HAMY (1928), VOLFER (1942).

Erda : Mmes LACOMBE-OLIVIER (1910), CHARNY (1911), COURSO (1923), COSSINI (1929), ALMONA (1938), LEFORT (1941).

Wotan : M. CLAVERIE (1938), HOTER (1955), SCHOEFFLER (1957).

Loge : MM. ROUSSELIERE (1912), SWOLFS (1913), VERDIER (1921), FORTI (1929), DE TREVI (1935).

Alberich : MM. DANGES (1910), PERNERSTOFFER (1955).

Mime : MM. NANSEN (1909), GILLES (1929), ZIMMERMANN (1955).

 

83 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

 

 « Cet ouvrage est la première partie d'une trilogie dont les fanatiques de la musique de l'avenir attendent l'avènement qui sera à leurs yeux la Messiade de l'art ; cette trilogie a pour titres : Siegfried, les Walkyries, le Crépuscule des dieux. Le prophète s'appuie d'ailleurs fortement sur le bras séculier. S. M. Louis II favorise largement ses élucubrations ; il assistait à cette représentation, qui d'ailleurs a eu peu de succès, malgré un orchestre de cent vingt musiciens, des instruments nouveaux d'une sonorité formidable, et le concours d'un certain nombre d'enclumes donnant des intonations différentes. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1872]

 

« Les théories poétiques, scéniques et musicales émises par Richard Wagner au sujet de sa fameuse tétralogie appellent trop la critique, l'analyse et la controverse pour qu'il nous soit possible, dans un livre tel que celui-ci, de parler, autrement qu'au point de vue purement descriptif, de cette œuvre colossale. Nous devons donc nous borner à une analyse très sommaire des poèmes, sans pouvoir entrer dans aucun détail en ce qui concerne la musique, laquelle ne saurait être jugée que dans son ensemble et en s'appuyant sur les riches commentaires dont l'auteur lui-même l'a entourée. D'ailleurs, la littérature wagnérienne est devenue tellement abondante aujourd'hui, même en France, que le lecteur soucieux de s'instruire à cet égard n'a que l'embarras du choix entre les innombrables publications que chaque jour voit éclore sur le maître de Bayreuth.

Le premier tableau du Rheingold représente les profondeurs du Rhin, où l'on voit nager et s'ébattre paisiblement trois ondines : Woglinde, Wellgunde et Flosshilde, les trois filles du Rhin. Bientôt on voit apparaître un être difforme et monstrueux, la nain Alberich, le plus audacieux de cette race de gnomes qu'on appelle les Nibelungen. La vue des trois nymphes excite sa convoitise, mais elles se moquent de lui au point d'exciter sa fureur... Mais le jour se lève, les ondes du fleuve deviennent plus transparentes, et l'or, le fameux Or du Rhin, brille au sein des eaux avec un éclat merveilleux. Les ondines, tout en se jouant, exaltent son pouvoir, et l'une d'elles révèle que la toute-puissance est promise à celui qui pourra forger un anneau avec l'Or du Rhin, à la condition qu'il renonce aux joies et aux ivresses de l'amour. Alberich a entendu, et dès lors il ne songe plus à la beauté des ondines, mais seulement à l'ambition du pouvoir. D'un bond il s'élance sur le trésor fatal, maudit l'amour, et, arrachant l'Or du rocher, s'enfonce et disparaît dans les ténèbres.

Le second tableau nous transporte sur une montagne, au-dessus de la vallée où coule le Rhin. C'est la demeure de Wotan, le maître des dieux, que nous trouvons en compagnie de son épouse Fricka. Sur la plus haute cime du mont, les géants lui ont élevé pendant la nuit un palais superbe, le Walhalla, qu'il contemple avec orgueil. Mais Fricka lui rappelle que pour prix de leur travail il a promis de leur abandonner Freia, la déesse de l'amour et de la beauté, et bientôt, en effet, les géants viennent réclamer leur récompense. Freia, épouvantée, implore Wotan, qui cherche à éluder l'engagement pris par lui sur le conseil de Loge, le dieu du feu. Les deux géants, Fasolt et Fafner, ne veulent rien entendre ; les autres dieux cherchent en vain un moyen d'apaisement, et Wotan rappelle à Loge qu'il n'a consenti à promettre Freia aux géants que sur sa promesse, à lui, de chercher un trésor plus précieux qu'il pourrait leur offrir en échange de la jeune déesse. Loge déclare alors qu'il a vainement parcouru le monde pour trouver un trésor supérieur à l'amour et à la beauté : pourtant, dit-il, le nain Alberich a renoncé à l'amour pour s'emparer de l'Or du Rhin, qui est un trésor sans pareil... Ces paroles font naître à la fois chez Wotan et chez les géants la tentation de l'or. Wotan voudrait s'en emparer, et les géants l'exigent en remplacement de Freia, qu'ils emmènent néanmoins comme otage, en accordant à Wotan un délai jusqu'au soir. Wotan se décide à pénétrer avec Loge à Nibelheim, dans la demeure souterraine des Nibelungen, afin de ravir à Alberich l'or dont celui-ci s'est emparé.

C'est là, dans la caverne des Nibelungen, que se déroule le troisième tableau. Alberich a réduit tous ses compagnons en servitude depuis qu'avec l'Or du Rhin il s'est forgé l'anneau tout-puissant. Il les oblige à chercher de l'or partout, à lui en apporter des monceaux et à lui forger d'innombrables joyaux. On n'entend là que le bruit des enclumes, on ne voit que la rouge lueur des forges. Alberich a obligé son frère Mime à lui fabriquer un heaume magique, le tarnhelm, espèce de capuchon qui lui permet de se rendre invisible à volonté. Arrivent Wotan et Loge, qui se trouvent en présence d'Alberich au moment où celui-ci, portant son anneau à ses lèvres et prononçant une formule appropriée, donne une idée de sa toute-puissance. Loge feint d'être incrédule devant les assertions d'Alberich, qui lui vante le pouvoir de son anneau et de son tarnhelm, et qui, pour le convaincre, se transforme en un dragon monstrueux. Loge paraît considérer l'épreuve comme insuffisante, et défie Alberich de prendre la forme d'un être petit et misérable. Le Nibelung prononce alors les paroles sacramentelles et se change en crapaud. Loge et Wotan se jettent aussitôt sur lui, le saisissent et lui arrachent son capuchon ; Alberich reparaît alors dans sa forme naturelle, mais il est leur prisonnier et, garrotté par eux, il est emmené loin de sa demeure.

Le quatrième tableau nous ramène sur la montagne de Wotan. Alberich est là, captif et enchaîné. Pour sa rançon, Wotan exige qu'il lui donne tout l'or qui est en sa possession. Furieux, le nain s'exécute et, s'étant fait délier la main droite et portant l'anneau à ses lèvres, il appelle tous les Nibelungen, ses esclaves, qui apportent tous ses trésors. Il espère pourtant conserver son tarnhelm, mais celui-ci lui est pris avec le reste, et Wotan lui arrache encore son anneau magique, malgré ses cris de rage. Loge le remet alors en liberté ; mais il ne lui reste plus rien... rien que le pouvoir de maudire. Il a renoncé à l'amour pour conquérir l'Or du Rhin ; ce renoncement frappera désormais ceux qui posséderont l'anneau terrible, qu'il maudit en s'enfuyant. C'est alors que les géants se présentent : pour rendre Freia ils exigent l’or, et avec l'or l'anneau tout-puissant, que Wotan leur refuse. Bientôt paraît Erda, la déesse de la Nature, la grande devineresse. Elle supplie Wotan d'abandonner l'anneau, qui ne peut que lui attirer les plus grands malheurs ; déjà elle perçoit dans l'avenir le crépuscule des dieux, dont l'anneau ne peut que hâter la venue. Wotan jette donc l'anneau aux géants, qui lui rendent Freia. Mais la malédiction d'Alberich commence à porter ses fruits. Fafner et Fasolt se disputent le précieux talisman, et le premier tue son compagnon d'un coup de massue, puis s'éloigne en emportant l'or et l'anneau. Et voici comment un commentateur raconte la fin de ce prologue du grand drame :

« ... Une angoisse profonde pèse sur les dieux. Donner, le dieu du tonnerre, veut purifier le ciel des nuées qui l'obscurcissent ; il rassemble ces nuées, et, brandissant son marteau, fait éclater la foudre : le Walhalla resplendit dans l'azur, doré par la splendeur du soleil couchant : un arc-en-ciel brille, jeté sur la vallée du Rhin comme le pont lumineux qui doit conduire Wotan à sa glorieuse demeure. Wotan salue le Walhala d'un chant solennel, où la grandeur se colore de mélancolie ; il sent que la nuit est proche, et la nuit est ici le symbole du danger, de la guerre déclarée au pouvoir des dieux par les puissances de l'ombre, par la haine d'Alberich, qui voudra ressaisir l'anneau. Une pensée naît dans l'esprit de Wotan, la pensée créatrice d'où sortiront les Héros et les Valkyries, la pensée d'engendrer une force guerrière, d'opposer le Fer à l'Or, de susciter chez les hommes des braves qui reprendront l'anneau et qui, le rendant aux eaux du Rhin, délivreront ainsi les dieux et le monde de la malédiction. Cette pensée, Wotan ne l'énonce pas, mais, élevant une épée qui, forgée dans Nibelheim, fut apportée avec l'or et dédaignée par les géants, il fait de cette épée le signe de la puissance nouvelle. Il marche avec Fricka et les autres dieux vers le Walhalla, et s'engage sur la courbe éclatante de l'arc-en-ciel. »

Tel est cet Or du Rhin, prologue de l'Anneau du Nibelung, dont l'exécution, qui doit se faire sans entr'actes, ne dure pas moins de deux heures et demie. Des fragments de cet ouvrage ont été exécutés le 6 mars 1893, à l'Opéra, sous forme de concert, d'après la traduction de Victor Wilder ; les chanteurs étaient Mmes Richard, Bosman et Marcy, MM. Renaud, Vaguet et Fournets. Une traduction a été faite par M. Alfred Ernst, qui a donné, le 15 juin 1895, à la salle Pleyel, sur invitations, une audition intégrale de l'Or du Rhin. La musique du premier tableau est charmante à peu près d'un bout à l'autre ; celle du quatrième tableau a des pages pleines de grandeur et d'un souffle superbe. Mais, comme dans toutes les œuvres de Wagner, l'ensemble se fait remarquer par des longueurs terribles, par des redites inutiles, par un manque de mesure et de proportions. Ce qui n'empêche pas, d'ailleurs, les belles pages d'étinceler d'un incomparable éclat. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]

 

 

ORACLE (L')

 

Opéra-comique en un acte, paroles de Desriaux, musique de Porta, représenté à l'Ambigu-Comique en 1797.

 

 

ORACLE (L')

 

Opérette en un acte, livret d'Henri Cellot et Demange, musique de Guttenguer, représentée aux Folies-Bergère le 02 mai 1869.

 

 

ORAGE (L')

 

Opéra, musique de Charles Foignet père, représenté à Paris, au théâtre Montansier le 09 juin 1798.

 

 

ORAGE (L’)

 

Opéra-comique en un acte, livret d’Armand Silvestre, musique de John Urich (1849-1939), compositeur anglais, représenté au théâtre de la Monnaie, à Bruxelles, le 02 mai 1879 avec Mme Lonati (Martha), MM. Dauphin (Mathurin), Soulacroix (Julien). On a reconnu des qualités à cet ouvrage, et une romance de basse a été remarquée.

 

 

ORAGE (L') ou QUEL GUIGNON !

 

Opéra-comique en un acte, paroles de Cuvelier, musique de Navoigille jeune, représenté au théâtre de la Cité en 1793.

 

 

ORAGE AU MOULIN (L’)

 

Opéra-comique en un acte, musique de Ferdinand Berré, représenté au Cercle symphonique de Bruxelles au commencement de 1867. Le 12 octobre de cette année, ce petit ouvrage, traduit en langue flamande, était joué au théâtre du Cirque de la même ville sous le titre de Markies op Jacht.

 

 

ORANGS-OUTANGS (LES)

 

Opérette bouffe, paroles de M. d'Izy, musique de Louis François, représentée au théâtre de Dijon en mai 1864.

 

 

ORCHESTRE DES DANOISES (L’)

 

Opérette, musique de Frédéric Barbier, représentée à l’Alcazar en 1867.

 

 

ORCO (L')

 

[la Chimère]

Opéra fantastique en deux actes et trois tableaux, paroles de Louis Hymans, d'après une nouvelle de George Sand, musique d'O. Stoumon, représenté au théâtre de la Monnaie, à Bruxelles, le 08 janvier 1864, sans succès, avec Mme de Maesen, MM. Jourdan, Brion d'Orgeval, Mengal.

 

 

ORDRE DE L'EMPEREUR

 

Opérette en trois actes et quatre tableaux, livret de Paul Ferrier, musique de Justin Clérice, représentée aux Bouffes-Parisiens le 04 mars 1902. Le livret était une imitation d'un ancien vaudeville en deux actes d'Anicet Bourgeois et Dumanoir, la Savonnette impériale, représenté au théâtre du Palais-Royal le 23 novembre 1835.

 

 

ORDRE DU ROI

 

Opéra-comique en un acte, paroles de MM. Gadobert et Dupré, musique de M. Dhavernas, représenté à Amiens le 4 mars 1880.

 

 

OREILLES DE MIDAS (LES)

 

Opéra-comique en un acte, livret de Nérée Desarbres et Charles Nuitter, musique de Frédéric Barbier, création aux Fantaisies-Parisiennes le 21 avril 1866.

 

 

ORESTE ET PYLADE

 

Opéra-comique en un acte, livret d’Eugène Scribe et Henri Dupin, musique d’Alphonse Thys. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 28 février 1844. Les personnages de cette pièce n'appartiennent pas aux temps héroïques. Il n'y est question que d'un huissier muni d'un arrêt de prise de corps contre un débiteur qu'il ne quitte pas plus que son ombre. Cette idée avait déjà paru sur la scène dans le vaudeville intitulé les Inséparables, et dans une autre pièce, l'Ami intime. La musique de ce petit ouvrage n'a eu aucun succès.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

ORESTE ET PYLADE

 

Opéra-comique en un acte, paroles de M. Flan, musique de Luigi Bordèse, représenté à la salle de la rue de Turenne le 23 octobre 1892.

 

 

ORESTE ET TYNDARE

 

Opéra, musique de Langlé, écrit vers 1783 (inédit).

 

 

ORFEIDE (L’)

 

Trilogie lyrique, poème et musique de Gian Francesco Malipiero.

 

Cette œuvre comprend trois parties indépendantes :

1 — LA MORT DES MASQUES (La morte delle maschere)

2 — SEPT CHANSONS (Sette Canzoni)

3 — ORPHÉE ou LA HUITIÈME CHANSON (Orfeo ovvero l’Ottava canzone)

 

Créé à Düsseldorf, Stadttheater, le 30 octobre 1925.

 

Aucune représentation à l’Opéra au 31.12.1961. Seul, le second volet fut représenté au Palais Garnier. (Voir : Sept Chansons).

 

 

ORGANISTE DANS L'EMBARRAS (L')

 

Opéra-comique en un acte, livret de M. Alboize, musique de Jean-Baptiste Weckerlin, représenté au Théâtre-Lyrique (boulevard du Temple) le 17 mai 1853.

 

« La scène se passe à Munich en 1790. Maître Klussmann est organiste d'une chapelle princière. Il est vieux ; on cherche à lui faire perdre sa place en proposant un concours, dans lequel il doit faire exécuter un morceau de sa composition. Le vieil organiste, par une suite d'intrigues, ne parvient pas à monter son œuvre : la chanteuse lui manque de parole, puis le chanteur ; les chœurs seuls lui restent fidèles. Au moment d'aller à la chapelle, on trouve moyen de l'enfermer dans une pièce attenant au chœur, et de là il entend chanter admirablement son œuvre : malgré cela, il est hors de lui, car il croit qu'un rival s'attribue sa musique. Heureusement, ce concurrent, c'est Albert, un élève du vieil organiste, qui sauve ainsi l'honneur de son maitre et lui fait rendre sa place. De plus, Albert épouse Berthe, la nièce de l'organiste. Distribution : Klussmann (basse), Honoré Grignon ; Coppélius, riche usurier (trial), Leroy ; Albert (ténor), Carré ; un huissier, Lemaire ; Berthe, nièce de Klussmann, Mlle Larcena. On a remarqué dans cet ouvrage l'ouverture, un trio dans le style ancien, une jolie romance accompagnée par le cor anglais, et le finale, dans lequel se dessine une phrase qui est un des principaux motifs de l'ouverture. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

« Ce petit opéra, chanté par Grignon, Carré, Leroy et Mlle Larcena, s'est maintenu longtemps au répertoire. M. Weckerlin, élève d'Halévy, a beaucoup écrit de musique dans tous les genres. Il a fait notamment entendre de grandes odes-symphonies, telles que l'Inde et les Poèmes de la mer. On lui doit aussi la réédition de quantité de chansons du temps jadis, travail d'archéologue et de curieux, où il a mis en œuvre les connaissances spéciales qu'il possède dans la matière. Il occupe actuellement l'emploi de bibliothécaire au Conservatoire. »

[Albert de Lasalle, Mémorial du Théâtre-Lyrique, 1877]

 

 

ORGEAT, LIMONADE, LA BIÈRE

 

Parodie de Lucrèce Borgia, paroles de MM. Paul Cezano et Charles Norcé, musique de M. Coesi, représentée au concert du Gaulois en 1872.

 

 

ORGUE DE BARBARIE (L')

 

Opérette en un acte, livret de M. de Léris, musique d’Alary, représentée aux Bouffes-Parisiens le 24 décembre 1856.

 

« Par le titre de cette pièce, M. Alary semblait donner l'éveil aux virtuoses de la rue et les prévenir qu'il y avait à prendre dans sa partition. Mais nous avons eu beau écouter à tous les carrefours, l'écho ne nous a apporté que l'air des Lanciers ou celui des Petits agneaux !... — Nous nous plaindrons ! »

[Albert de Lasalle, Histoire des Bouffes-Parisiens, 1860]

 

 

ORIFLAMME (L')

 

Opéra en un acte, livret d'Etienne et Baour-Lormian, musique de Méhul, Paer, Henri Montan Berton et Rodolphe Kreutzer. Création au Théâtre de l'Opéra le 01 février 1814.

 

« Cette pièce de circonstance, improvisée à l'approche des armées alliées, servit à provoquer les manifestations contraires de l'esprit public ; les uns voyant dans l'Oriflamme le drapeau tricolore, les autres saluant avec enthousiasme le retour des lis. La dernière représentation de cet acte, la onzième, eut lieu le 15 mars 1814. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

ORION

 

Tragédie lyrique en cinq actes, en vers, précédée d'un prologue, livret de Joseph de Lafont, musique de Louis de La Coste, représentée à l'Opéra (Théâtre du Palais-Royal) le 17 février 1728. L'abbé Pellegrin collabora à cette pièce mythologique laissée inachevée par Lafont.

 

 

ORLÉANAIS (LES)

 

Drame lyrique, livret de Jules Brésil, musique d’Eugène Prévost.

 

 

ORPHÉE

 

Opéra en trois actes, avec un prologue, paroles de Duboullay, musique de Louis Lully, représenté à l'Opéra le 08 avril 1690. Son frère, Jean-Baptiste Lulli, l'avait aidé dans la composition de cet ouvrage avant d'entrer au séminaire de Saint-Sulpice. Il n'eut aucun succès.

 

 

ORPHÉE

 

Drame en quatre actes, en vers, de Charles Grandmougin, avec musique de Benjamin Godard, représenté à la salle Duprez le 14 mai 1887.

 

 

ORPHÉE AUX ENFERS

 

Opéra bouffon en deux actes et quatre tableaux, livret de Hector Crémieux, musique de Jacques Offenbach. Création aux Bouffes-Parisiens le 21 octobre 1858, avec Lise Tautin (Eurydice), Tayau (Orphée) et Léonce (Pluton), sous la direction d’Alphonse Varney.

 

Remanié et augmenté sous forme d’opéra-féerie en quatre actes et douze tableaux, par Hector Crémieux et Ludovic Halévy, il fut représenté à la Gaîté le 07 février 1874, avec Mme Cico, Meyronnet et Montaubry, sous la direction d’Albert Vizentini.

 

Personnages : Pluton, dieu des Enfers (ténor) ; Jupiter, roi des Dieux (baryton) ; Orphée, violoniste (ténor) ; Jean Styx, bouffon (baryton) ; Mercure (ténor) ; Bacchus (rôle parlé) ; Mars (basse) ; Morphée (ténor) ; Eurydice, épouse d’Orphée (soprano) ; Diane (soprano) ; l’Opinion publique (mezzo-soprano) ; Vénus (contralto) ; Cupidon (soprano) ; Junon (mezzo-soprano) ; Minerve (soprano).

 

Représentation à l’Eden-Théâtre, en 1889.

 

Reprise au Théâtre Mogador le 23 décembre 1931 avec Maryse Beaujon et Lucien Muratore.

"Cette nouvelle reprise de l'œuvre célèbre d'Offenbach présente ceci de particulier qu'on s'est adressé à des chanteurs d'opéra comme Mme Beaujon et M. Muratore pour tenir les principaux rôles ; cette méthode très usitée en Allemagne n'a point encore cours en France ou nos grands virtuoses du chant sont peu préparés au jeu comique." (Larousse Mensuel Illustré, 1931)

 

Première à l’Opéra-Comique (3e salle Favart) le 11 décembre 1970, sur un livret remanié par Jean Marsan, mise en scène de Jean Darnel, mouvements scéniques réglés par Michel Rayne, Divertissement de l'Enfer réglé par Jacques Chazot, maquettes des décors et costumes de Maurice Brunet.

 

24e représentation le 17 mars 1971.

Mmes Monique LINVAL (Eurydice), Christiane HARBELL (Cupidon), Edmée SABRAN (l'Opinion publique), Jeannine COLLARD (Junon), Patricia DUPONT (Vénus), Lyliane GUITTON (Diane), Jacqueline BROUDEUR (Minerve).

MM. Robert ANDREOZZI (Aristée-Pluton), Michel ROUX (Jupiter), Michel CADIOU (Orphée), Georges DAUM (John Styx), André MALLABRERA (Mercure), André JONQUERES (Mars), Robert DUMÉ (Morphée).

Direction musicale : Jean-Claude CASADESUS.

 

8 représentations à l'Opéra-Comique en 1970, 20 en 1971, soit 28 au 31.12.1972.

 

« Saluez, s'il vous plaît un des plus étonnants succès qui se soient vus à Paris depuis longtemps. O la bonne plaisanterie ! la burlesque odyssée ! La parodie en délire, la charge épileptique ont-elles jamais atteint ces limites insensées qu'on peut appeler le sublime de l'absurde ! Un esprit chagrin a pourtant dit quelque part que la gaieté française était morte ! Morte de quoi ? Monsieur le philosophe, peut-être de vos sermons pédantesques et grondeurs. Et le plus triste de ceci c'est qu'un troupeau de mélancoliques ergoteurs a été répéter aux quatre coins du monde qu'en France il n'y avait plus de gaieté. N'est-ce donc rien que ce courant irrésistible, magique en quelque sorte, qui pendant sept mois et plus a entraîné une partie de Paris au théâtre de la rue Monsigny ? Là on donnait à rire et la foule est accourue ; ce fait n'a-t-il pas sa signification ?

La gaieté de ce public si sensible aux lazzis et qu'un calembour fait bondir commençait à l'entrée de Léonce et ne finissait qu'au ballet infernal du dernier tableau. On se plaisait à voir ainsi les dieux de l'Olympe en habits de mardi gras parler la langue des vaudevillistes qui font réveillon.

Les scènes les plus formidables de saugrenuité et aussi les plus applaudies étaient :

La scène où Pluton, venu sur la terre déguisé en berger d'Arcadie, enlevait Eurydice et s'en retournait chez lui par l'omnibus de la barrière d'Enfer ; celle où Jupiter, jaloux du bonheur de Pluton le citait à la barre de son tribunal pour rendre compte de son escapade terrestre (Pluton arrivait suivi d'une hure de sanglier comme en-cas gastronomique) ; celle encore où le maître des enfers se faisait servir par John Styx., un ex-roi de Béotie dont l'ombre

était réduite à l'état de domesticité. Le dernier tableau était des plus brillants ; il représentait l'enfer mythologique sous ses plus vives couleurs ; c'étaient des palais, des arceaux, des portiques dont les perspectives vertigineuses allaient se perdre dans une mer de lave embrasée. Au premier plan une table était chargée de mets fabuleux et de liqueurs ardentes. Pluton traitait Jupiter et les dieux de son Olympe, lesquels blasés sur l'ambroisie, vidaient avec curiosité des flacons d'essence de feu. On était gris et l'on chantait… puis on était ivre et l'on dansait... tout tournait, tout flambait, c'était une orgie homérique donnée dans des palais babyloniens.

M. Offenbach avait écrit pour cette pompeuse folie une de ses partitions les plus chantantes. Les orgues de la rue se débarbariseront longtemps en redisant les cantilènes d'Orphée aux enfers. La jolie introduction ! et les jolis couplets que chantait le berger Aristée ! Aimez-vous aussi le concertino que jouait M. Tayau sur le violon et dont la reprise se transformait en duo avec Mlle Tautin ? Que pensez-vous de la marche des dieux qui terminait le premier acte ? Était-ce assez mouvementé ?... Et des couplets du roi de Béotie ? et du duo de la mouche ? et de l'Hymne à Bacchus ? Ce dernier morceau était vraiment d'une facture magistrale ; la mélodie s'y cabrait fièrement soutenue par une harmonie puissante et large ; cela avait grande tournure ; c'était quelque chose de simple, de net et tout à la fois d'imposant. Quant au divertissement final, il commençait par un menuet, qu'on eût dit composé à l'époque galante de la Sallé et de la Guimard et se terminait par un galop effréné ; il s'y donnait des coups de talon à faire prendre feu au parquet.

Vous souvient-il du fameux coup de pied que lançait Mlle Tautin aux environs du nez de Désiré ? Cette gambade fit beaucoup d'argent. Mais il est arrivé qu'une certaine demoiselle — dont le nom commence comme le terme d'argot rigoler, et rime avec bamboche — a perfectionné de quelques centimètres en hauteur l'art d'inquiéter la figure de son vis-à-vis... — à quoi tient la renommée ! — l'ingrat public a aussitôt changé d'idole. Tel on vit autrefois l'ut célèbre de Duprez être éclipsé par l'ut dièse de Tamberlick.

A en juger par la première représentation, Orphée ne semblait pas devoir fournir une carrière de plus de quatre-vingts soirées ; mais petit à petit, au moyen de coupures intelligentes et grâce aux improvisations souvent heureuses de Léonce (Pluton) et de Désiré (Jupiter), la pièce atteignit bientôt à un comique inespéré et n'eut jamais tant de succès que le jour où on l'interrompit pour cause de fatigue des artistes.

Tayau remplissait le rôle d'Orphée (professeur de violon et directeur de... l'Orphéon).

Bache, pour ses débuts jouait celui du roi de Béotie (grand succès).

Mlle Tautin, celui d'Eurydice.

Mlle Garnier, celui de Vénus (Virginie Vénus, comme disait Ernest Baron de Jupiter !)

Mlle Maréchal, celui d'Amphitrite.

Mlle Chabert, celui de Diane.

Mlle Cicco, celui de Minerve.

Mlle Enjalbert, celui de Junon.

Mlle Guffroy, celui de Cupidon.

Les costumes avaient été dessinés par MM. Gustave Doré et Stop, les décors brossés par MM. Cambon et Thierry !

Orphée a eu 227 représentations consécutives ! M. Offenbach n'aurait pas changé sa pièce contre un hectare de terre en Californie.

Le plus curieux de l'affaire, c'est que le succès d'Orphée aux enfers fut long à se décider, et sa période la plus florissante ne commence guère qu'à la quatre-vingtième représentation. A partir de ce jour et jusqu'à la cent quatre-vingtième, la recette quotidienne a presque toujours atteint son chiffre maximum.

Le 4 mars 1859, elle était de       2,175 fr. 50 c.

Le 5 «                                          2,259 fr. 50 c.

Le 6 «                                          2,240 fr. 50 c.

Le 7 «                                          2,306 fr. 50 c.

Le 8 (mardi gras) »                     2,386 fr. 50 c.

Ce dernier chiffre représente la recette la plus forte qu'on ait jamais encaissée aux Bouffes.

Le mois de mars de 1859 a, du reste, produit au théâtre la somme de 62,003 fr. 10 c., ce qui donne une moyenne de 2,000 fr. 10 c. par soirée.

Le 5 juin de la même année, jour où l'on dut cesser de jouer Orphée, parce que les acteurs, qui n'avaient pu fatiguer le public, étaient eux-mêmes exténués, ce jour-là, disons-nous, la recette était encore de 1,071 fr. »

[Albert de Lasalle, Histoire des Bouffes-Parisiens, 1860]

 

« Opéra bouffon représenté aux Bouffes-Parisiens le 21 octobre 1858. Cette parodie grossière et grotesque, qui commence par transformer Orphée en maître de violon, courant le cachet, pour finir par une danse populacière appelée vulgairement cancan, a obtenu un succès immense, général, dans toute la société européenne. Cette vogue a déjà duré plusieurs années et se renouvellera probablement encore. Cette pièce ayant valu à ses auteurs des avantages de toute espèce, même les faveurs honorifiques que le gouvernement décerne volontiers au succès, sinon toujours à ce qui est beau et utile, a servi de signal pour la fabrication de pièces du même genre, et tous les théâtres en ont été inondés au grand détriment du goût, de l'esprit et de l'art. L'opéra bouffon d'Orphée aux enfers a inauguré dans l'histoire de la musique une ère nouvelle. C'est une date. C'est le point de départ de toute une génération de compositeurs. Presque tous à l'envi ont gravité et gravitent encore autour de cet astre lumineux, qui à nos yeux n'est qu'un lampion fumeux répandant une lueur blafarde et exhalant une odeur malsaine. On n'a pas tardé à s'apercevoir qu'on était entré dans une voie funeste ; mais l'impulsion avait été trop fortement donnée pour qu'on pût y mettre un frein. La Belle Hélène est venue à son tour corroborer ce genre de bouffonnerie à outrance qui remplace de parti pris les plaisirs de l'esprit et de l'oreille, les émotions du cœur, par les sensations et les excitations les plus grossières. Après avoir donné notre avis sur la nature de cette œuvre, nous ferons connaître brièvement la composition de la pièce et les détails de la partition. Orphée est un drôle qui déteste sa femme Eurydice. Celle-ci est, de son côté, une drôlesse qui se fait courtiser à la fois par le fabricant de miel Aristée, qui n'est autre que Pluton déguisé, et par Jupiter. Ce maître des dieux se change en mouche pour pénétrer dans la chambre d'Eurydice. Eurydice a aussi un amant transi dans la personne du fils d'un ancien roi de Béotie, appelé John Styx, domestyx de Pluton. Au moment où Orphée ramène des enfers sa femme Eurydice, malgré lui et malgré elle, invitus invitam, il reçoit de Jupiter un coup de pied olympien qui l'oblige à se retourner. Mais il ne peut pas dire : omnis effusus labor. Tous les dieux et déesses se livrent ensuite à une bacchanale échevelée, accompagnée de beaucoup de poussière et de bruit. Orphée aux enfers a été joué par Léonce, Désiré, Tayau, Bache, Mlles Tautin, Garnier, Macé, Enjalbert, Geoffroy, Chabert, Cico. On a dansé partout sur les motifs principaux de la partition, qui sont ceux des couplets du fils du roi de Béotie, d'Eurydice et d'Aristée, de la Barque à Caron, des galops et des morceaux d'ensemble. Plusieurs de ces mélodies ne manqueraient pas de charme et d'originalité si elles n'étaient associées au souvenir des scènes les plus grotesques et les plus indécentes. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

« Il fut repris en opéra féerique en quatre actes et douze tableaux, sur le théâtre de la Gaîté le 7 février 1874. Sous cette nouvelle forme très développée, Orphée a obtenu le même succès qu'en 1858, avec cette différence qu'au lieu d'amuser une petite réunion de spectateurs oisifs et appartenant à une classe aisée, il a attiré la foule et a contribué à répandre dans les classes laborieuses le goût funeste de l'opérette et du café-concert. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1876]

 

 

ORPHÉE ET EURYDICE

 

[Orfeo ed Euridice]

Opéra en quatre actes, livret de Ranieri de Calzabigi (1714-1795), musique de Christoph Willibald, chevalier von Gluck.

 

Personnages : Orphée (castrat contralto dans la première version, ténor dans la version française) ; Eurydice (soprano) ; l’Amour (soprano) ; bergers, nymphes, furies, spectres, héros, héroïnes, suite d’Orphée.

 

Créé à Vienne, Théâtre de la Hofburg, le 5 octobre 1762, par Mmes Marianna BIANCHI (Eurydice), Lucia CLAVERO (l'Amour) et M. Gaetano GUADAGNI (Orphée).

 

Première fois à Paris, à l'Académie Royale de Musique (seconde salle du Palais Royal), le mardi 2 août 1774, dans une nouvelle version sur un texte français de Pierre Louis Moline.

Mmes Sophie ARNOULD (Eurydice), LEVASSEUR (l'Amour).

M. LEGROS (Orphée).

Ballet : Mlles GUIMARD, HAINEL, MM. VESTRIS, GARDEL.

Chef d'orchestre : Louis-Joseph FRANCOEUR

 

299e à l'Opéra (Salle Le Peletier) le 24 mars 1838, avec :

Mmes DABADIE (Eurydice), JAWURECK (l'Amour), M. DUPREZ (Orphée), sous la direction de François-Antoine HABENECK.

 

Abandonné par l'Opéra, l'ouvrage fut repris dans différents théâtres de la capitale, toujours dans la traduction française de Moline. Hector Berlioz le révisa musicalement pour la reprise de 1859 où le rôle d'Orphée fut confié à un contralto. Paul Vidal le révisa à son tour pour celle de 1921 où le rôle principal fut rendu à un ténor.

 

Repris au Théâtre-Lyrique (boulevard du Temple) le 19 novembre 1859 dans des décors de Cambon et Thierry, une mise en scène de Carvalho avec Mmes Pauline VIARDOT (Orphée), Marie SASSE (Eurydice), MARIMON (l’Amour), sous la direction d’Hector BERLIOZ.

 

Représentation au Théâtre de la Gaîté-Lyrique le 09 mai 1889 en italien. Représentation à ce théâtre le 21 novembre 1907 avec Mmes Marie DELNA (Orphée), VALLANDRI (Eurydice), D'OLLIGE (l'Amour), sous la direction d'Auguste AMALOU.

 

L'œuvre fut reprise par le Théâtre National de l'Opéra pour une unique représentation au Théâtre Antique d'Orange, le 31 juillet 1939 (300e représentation par l'Opéra), dans une mise en scène d’André LEJEUNE.

Mmes HOERNER (Eurydice), J. ROLLAND (l'Amour), S. DELMAS (l'Ombre Heureuse).

MM. Louis ARNOULT (Orphée).

Danses réglées par Serge LIFAR, dansées par le Corps de Ballet.

Chef d'orchestre : Philippe GAUBERT

 

Le 2e acte fut donné seul au cours d'un Gala le 1er juin 1943, avec Mme Hélène BOUVIER (Orphée), sous la direction de Louis FOURESTIER.

 

Autres interprètes des principaux rôles à l’Opéra :

Eurydice : Mmes LAGUERRE (1778), BRANCHUT (1812), ALBERT (1814), PAULIN (1816).

L'Amour : Mmes SAINT-HUBERTY (1778), GRANIER (1812), CAZAT (1816).

Orphée : MM. LAINE (1778), NOURRIT (1812), Adolphe NOURRIT (1831), POULTIER (1838).

 

301 représentations à l’Opéra (aucune au Palais Garnier sauf le 2e acte seul) au 31.12.1961.

  

Première à l'Opéra-Comique (salle du Châtelet) le 06 mars 1896, dans la version de Moline, musique révisée par Hector Berlioz, mise en scène de Léon Carvalho.

Mmes Marie DELNA (Orphée), Jane MARIGNAN (Eurydice), Jeanne LECLERC (l'Amour), LAISNÉ (l'Ombre heureuse).

Chef d'orchestre : Jules DANBÉ.

 

Le 20 décembre 1899, Albert Carré remontait cette œuvre à l'Opéra-Comique dans des décors de Ronsin, Rubé et Jambon.

 

 

20.12.1899

Opéra-Comique

(79e)

10.05.1900

Opéra-Comique

(100e)

09.02.1905

Opéra-Comique

(121e)

30.12.1908

Opéra-Comique

(143e)

Orphée

GERVILLE-REACHE

Marie DELNA

Rose CARON

Alice RAVEAU

Eurydice

BREJEAN-GRAVIÈRE

MARIGNAN

VALLANDRI

VALLANDRI

L'Amour

EYREAMS

EYREAMS

DUMESNIL

BAKKERS

L’Ombre Heureuse

LAISNÈ

DAFFETYE

L. VAUTHRIN

O'BRIEN

Danses

J. CHASLES

J. CHASLES

R. BADET

R. BADET

Chef d'orchestre

MESSAGER

MESSAGER

H. BÜSSER

RÜHLMANN

 

Le 21 novembre 1907, « Orphée » entrait au répertoire de la Gaîté-Lyrique, sous la direction d’A. AMALOU, avec Mmes Marie DELNA (Orphée), Aline VALLANDRI (Eurydice), D'OLLIGÉ (l'Amour) et DESVAREILLES (l'Ombre heureuse).

 

 

20.04.1912

Opéra-Comique

(163e)

11.10.1921

Opéra-Comique

(183e)

23.12.1924

Opéra-Comique

(211e)

23.03.1929*

Opéra-Comique

(219e)

Orphée

Marie DELNA

ANSSEAU

Alice RAVEAU

ROGACHEWSKY

Eurydice

ESPINASSE

VALLANDRI

RITTER-CIAMPI

Jeanne GUYLA

L'Amour

VAUCHELET

Y. BROTHIER

N. ROUSSEL

Niny ROUSSEL

L’Ombre Heureuse

GANTERI

COIFFIER

COIFFIER

Jeanne GUYLA

Danses

Y. RIANZA

S. PAVLOFF

S. PAVLOFF

Mlles DE RAUWERA, H. ANDRE, ROSNE et les Dames du Corps de Ballet

Chef d'orchestre

RÜHLMANN

A. WOLFF

INGHELBRECHT

M. FRIGARA

 

* Décors de Lucien Jusseaume (1er et 5e tableaux), Carpezat (2e acte), E. Ronsin (3e acte), Amable (4e acte). Au 3e acte, Scènes dansées.

 

N. B. — La version pour ténor chantée en 1921 et 1929 est la version originale révisée par Paul Vidal.

 

229 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950 (dont 147 entre le 01.01.1900 et le 31.12.1950), 4 en 1960, 6 en 1961, 6 en 1967, 10 en 1968, 3 en 1969, 2 en 1970, soit 260 au 31.12.1972.

 

L'œuvre fut reprise à l'Opéra-Comique le 04 novembre 1959 dans une mise en scène de Michel CROCHOT, avec Mmes GORR - remplacée au 2e acte par Simone COUDERC - (Orphée), MICHEAU (Eurydice), L. BERTON (l'Amour), sous la direction de Louis de FROMENT.

 

« La partition d'Orphée fut écrite à Vienne en 1764, sur un livret italien de Calzabigi. L'auteur sut tirer d'un des épisodes principaux des Géorgiques un poème favorable à la musique. Les situations dramatiques y sont heureusement disposées, et le souffle de Virgile y règne dans toute sa force. Le rôle d'Orphée fut écrit pour le célèbre sopraniste Guadagni. La traduction française fut faite par Moline avec assez d'habileté ; mais Gluck dut transposer la partie d'Orphée pour la voix de haute-contre du chanteur Legros, auquel il fit une concession plus regrettable encore en introduisant des notes d'agrément et des traits peu en rapport avec le caractère du rôle. Mme Pauline Viardot nous a rendu en partie les effets primitifs de la partition italienne grâce à une nouvelle transposition. Cette éminente artiste a obtenu dans cet ouvrage un succès d'enthousiasme, le plus grand peut-être de sa carrière théâtrale. Orphée forme, avec Alceste et les deux Iphigénies, les quatre assises de la gloire de Gluck. Joué à Parme, aux fêtes du mariage de l'infant, avec un succès sans précédent, cet opéra, traduit dans notre langue, obtint dix ans après le même succès à Paris ; il fut donné quarante-neuf fois de suite, au milieu de l'été.

Le premier acte s'ouvre par un chœur empreint d'une sombre tristesse, pendant lequel on rend les honneurs funèbres à Eurydice. Il est plusieurs fois interrompu par les accents déchirants d'Orphée. Le rythme produit par l'effet des syncopes est d'une invention admirable. Resté seul avec sa douleur, Orphée lui donne un libre cours. Les deux strophes , entrecoupées de récitatifs, offrent une succession de mouvements à trois et à quatre temps qui expriment bien le désordre de ses pensées. Après l'ariette charmante chantée par l'Amour, le grand air paraît un peu long et trop chargé de vocalises. Depuis la première note jusqu'à la dernière, le deuxième acte est un chef-d'œuvre complet et une des productions les plus étonnantes de l'esprit humain. Le chœur des démons : Quel est l'audacieux ! tour à tour gronde, s'irrite, éclate menaçant, s'apaise, s'éteint, comme vaincu et sympathique aux accents de la lyre d'Orphée. Quoi de plus émouvant que la phrase : Laissez-vous toucher par mes pleurs ? En voyant un nombreux auditoire captivé par ce sujet mythologique, l'auditoire de nos salles de spectacle, si mêlé, si distrait, si frivole, transporté moralement sur la scène, on reconnaît la puissance réelle de la musique ; le compositeur a vaincu ses auditeurs comme son Orphée a soumis les démons. Nulle part, dans aucun ouvrage, l'impression n'est plus vraie, plus saisissante. L'acte des champs Elysées a aussi ses beautés. L'air d'Eurydice, le chœur des ombres heureuses, respirent un calme, une paix, une sérénité inaltérables. Là encore Gluck a trouvé dans la science du rythme les effets les mieux appropriés à son sujet. Nous passons rapidement sur le duo qui suit et qui nous semble la partie faible du chef-d'œuvre, à l'exception de la phrase : Fortune ennemie, pour arriver à l'air incomparable : Che faro senza Euridice :

 

J'ai perdu mon Eurydice,

Rien n'égale mon malheur !

 

dans lequel le compositeur s'est surpassé. Roger l'a de nouveau popularisé et Mme Viardot l'a interprété dignement lors de la reprise de cet ouvrage qui eut lieu au Théâtre-Lyrique le 19 novembre 1859. Toutes les formes du langage ont été épuisées pour louer la stupeur, la passion, le désespoir exprimés dans cette page sublime, qui n'est égalée que par les vers du poète de Mantoue :

 

Vox ipsa et frigida lingua,

« Ah ! miseram Eurydicen, » anima fugiente, vocabat ;

“Eurydicen,” toto referebant flumine ripæ.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

« Composé à Vienne en 1764, sur un livret italien de Calsabigi, Orphée fut traduit en français par Moline et représentée l'Opéra le 2 août 1774. Les deux principaux rôles étaient tenus par la haute-contre Legros et Mlle Sophie Arnould. — Gluck était particulièrement protégé par Marie-Antoinette, à qui il avait appris la musique. Il arrivait à Paris en réformateur. Son style, si bien approprié à ce qu'on appelait alors la tragédie lyrique, fut une révélation. L'école qui en est née a compté Méhul et Spontini parmi ses plus glorieux disciples, et elle s'est maintenue en faveur jusqu'à la venue de Rossini et de Meyerbeer. Mais nous devons à Gluck des bienfaits de plus d'une sorte : c'est lui qui imagina de faire baisser le rideau pendant les entractes ; c'est encore lui qui dota nos orchestres de la harpe et du trombone, et en bannit le cor de chasse et la flûte à bec. La légende veut même que ce soit grâce à son autorité que les violonistes ne jouent plus avec des gants en hiver. — (Voir Mémoires pour servir à l’histoire de lu révolution opérée dans la musique par le chevalier Gluck, par l'abbé Leblond ; Naples et Paris, 1781 ; un vol. in-8° de 491 p. Voir aussi les Gluckistes et les Piccinnistes, un ouvrage récent de M. Desnoireterres.) — La reprise d'Orphée au Théâtre-Lyrique fut entourée de soins pieux : l'orchestre et les chœurs avaient été renforcés d'une partie du personnel du Théâtre-Italien ; les décors, très saisissants et d'un charme tout virgilien, étaient signés des grands artistes Cambon et Thierry ; Berlioz avait été engagé pour surveiller les répétitions, notamment pour rétablir le rôle d'Orphée suivant le texte chanté à la création par le sopraniste Guadagni. Mais c'est encore à Mme Viardot, interprète de ce rôle capital, c'est à l'intelligence et à la force tragique qu'elle a déployées, qu'on peut surtout attribuer le succès du chef-d’œuvre de Gluck pendant plus de cent cinquante représentations. (Voir le buste de Mme Viardot, modelé par Aimé Millet ; voir aussi, avec la « scène des Enfers », son portrait dessiné par E. Morin, dans le Monde illustré du 26 novembre 1859.) »

[Albert de Lasalle, Mémorial du Théâtre-Lyrique, 1877]

 

 

ORPHELIN ET LE BRIGADIER (L’)

 

Opéra-comique en deux actes, livret de Paul de Kock, musique de Prosper de Ginestet. Création à l'Opéra-Comique (salle Feydeau) le 13 octobre 1827.

 

« Cet Orphelin est un jeune maréchal des logis qui, rival de son capitaine, le blesse en duel ; il va être condamné par un conseil militaire lorsqu'on reçoit son brevet d'officier, ce qui lui fait obtenir sa grâce ; et pour surcroît de bonheur il retrouve son père dans son colonel. Succès contesté. »

[Almanach des spectacles, 1828]

 

 

ORPHELINE DU HAMEAU (L’)

 

Opéra-comique en un acte, paroles de Paccard, musique de Richard, représenté au théâtre des

Jeunes-Élèves le 29 juin 1807.

 

 

ORPHÉON DE FOUILLY-LES-OIES (L’)

 

Vaudeville-opérette en un acte, paroles de M. Marquet, musique de M. Kriesel, représenté aux Folies-Marigny le 20 mai 1865.

 

 

ORSOLA

 

Drame lyrique en trois actes, livret de Pierre-Barthélemy Gheusi, musique de Paul et Lucien Hillemacher.

 

Création au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 21 mai 1902. Mise en scène d'Alexandre Lapissida. Décors d'Eugène Carpezat. Costumes de Charles Bianchini.

Mmes Aïno ACKTÉ (Thisbé), HÉGLON (Orsola).

MM. DUBOIS (Silvio), DELMAS (l'Evêque), Jean NOTÉ (Scopas), BARTET (le Duc), LAFFITTE (Toretti), BAER (Ercole), DOUAILLIER (Andréa), CANCELIER, DENOYE, NIVETTE (3 soldats).

Chef d'orchestre : Paul VIDAL

 

5e à l’Opéra, le 22 juin 1902, avec les créateurs, sauf André GRESSE (l'Evêque).

 

5 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

  

« Un drame bien noir, bien invraisemblable, bien mal écrit, sans couleur et sans intérêt, ne possédant aucune des qualités qui conviennent au genre lyrique. Une musique bruyante, écrite solidement et avec expérience, mais sans charme, sans inspiration, sans l'ombre même d'une idée musicale, et selon les plus purs principes de l'école néo-wagnérienne, par deux artistes, deux frères, qui naguère obtinrent l'un et l'autre le grand prix de Rome et qui depuis lors n'ont cessé de travailler en collaboration. C'est surtout à leurs tendances qu'on peut s'en prendre. Les auteurs de la partition d'Orsola sont dans la voie débilitante et funeste où nos musiciens se laissent entraîner depuis une vingtaine d'années et qui a produit des résultats si déplorables. Ils sacrifient l'idée au procédé, le fond à la forme, sans vouloir comprendre que cette forme, chez eux absolument arbitraire, est à la fois anti-musicale et anti-scénique, et qu'elle ne nous a donné que des œuvres sans valeur, sans saveur, sans couleur, des œuvres que le public, d'abord surpris, puis bientôt lassé, accueille avec une indifférence de jour en jour plus complète et plus accentuée. Ils ont pu s'en rendre compte par la froideur glaciale que ce public a montrée à la représentation d'Orsola. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1904]

 

 

OSCARINE

 

Opérette en trois actes, livret de Charles Nuitter et Albert Guinon, musique de Victor Roger, représentée aux Bouffes-Parisiens le 15 octobre 1888. Interprètes : Mmes Thuillier-Leloir, et Macé-Montrouge, MM. Piccaluga, Montrouge, Schmidt et Paul Ginet.

 

 

OSSIAN ou LES BARDES

 

Opéra en cinq actes, livret de P. Dercy et Jean-Marie Deschamps, musique de Jean-François Lesueur.

 

Création au Théâtre de l'Opéra (salle Montansier) le 10 juillet 1804 (21 messidor an XII). Divertissements de Pierre Gardel et Louis Milon. Décors de Protain fils. Costumes de Jean-Simon Berthélemy.

Mmes ARMAND (Rosmala), JANNARD (une Calédonienne).

MM. LAINEZ (Ossian), CHERON (Duntalmo), LAIS (Hydala), ADRIEN (Rosmar), ROLAND (Mornal), BERTIN (Salgar), ELOY (un Soldat), MARTIN (un Barde).

Ballets réglés par GARDEL et MILON, dansés par Mlles GARDEL, CLOTILDE, ROSIERE, MM. MILON, AUMER, BIANCHU, BEAUPRE et le Corps de Ballet.

Chef d'orchestre : Jean-Baptiste REY

 

Première fois au Palais Garnier, LE SOMMEIL D'OSSIAN (extrait du 4e acte) le 25 mai 1916 (unique représentation) :

Mme HARAMBOURE, M. Robert COUZINOU et les Chœurs de l'Opéra.

Chef d'orchestre : Gabriel GROVLEZ

 

N. B. — « Le Sommeil d'Ossian », extrait du 4e acte, avait été créé seul au cours d'un Concert spirituel à l'Opéra (Salle Montansier) le 24 Germinal an X (1802).

 

65 représentations à l’Opéra (aucune au Palais Garnier) au 31.12.1961.

  

« La scène se passe en Calédonie. Rosalma est l'héroïne, et Ossian le héros. Le songe dans lequel Ossian croit voir tous les héros de sa race est la scène la plus remarquable de l'ouvrage. Les décorations et la perspective des palais aériens étaient, dit-on, d'un effet magique. La musique de Lesueur, composée dans un style qui s'écartait des idées reçues, eut des admirateurs enthousiastes et des détracteurs non moins passionnés. On ne peut en méconnaître l'originalité et le caractère grandiose et simple, mais plutôt religieux que dramatique. L'empereur Napoléon Ier passait pour faire ses délices de la lecture des poèmes d'Ossian, cette mystérieuse compilation de Macpherson. C'est par ce goût singulier de mélancolie rêveuse et de sentiments vagues qu'il appartenait à la fin du XVIIIe siècle. Oscar, Malvina et Fingal avaient le privilège d'émouvoir sa sensibilité, ce qui explique la protection qu'il accorda à l'ouvrage de Lesueur. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

OTHELLO ou LE MORE DE VENISE

 

[Otello ossia il Moro di Venezia]

Opéra italien en trois actes, livret de Francesco Berio di Salsa (1765-1820), d’après la tragédie de William Shakespeare, musique de Gioacchino Rossini.

 

Personnages : Otello, More, général des troupes vénitiennes (premier ténor) ; Odalbert, sénateur (première basse) ; Moncenigo, doge de Venise (second ténor) ; Rodrigue, son fils (premier ténor) ; Yago, officier vénitien (seconde basse) ; un gondolier (premier ténor) ; Edelmone, fille d’Odalbert (premier dessus) ; Ermance, confidente d’Edelmone (deuxième dessus) ; sénateurs, soldats, pages, amis d’Otello, dames vénitiennes.

 

L’action se passe à Venise, en 1570.

 

Première représentation fois à Naples, Teatro del Fondo, le 04 décembre 1816, avec Isabella Colbran (Desdemona) et Nozzari (Otello), sous la direction du compositeur.

 

Représenté à Paris, Théâtre-Italien, le 05 juin 1821 (en italien).

 

Représenté dans la version française de Castil-Blaze, à Lyon, Grand Théâtre, le 01 décembre 1823 et à Paris, Odéon, le 25 juillet 1825.

 

Première au Théâtre de l'Opéra (salle Le Peletier) le 02 septembre 1844, dans la version française d’Alphonse Royer et Gustave Vaëz. Divertissements de Joseph Mazilier. Décors empruntés à d'autres œuvres. Costumes de Paul Lormier.

 

« Cet ouvrage, composé après le Barbier de Séville, montre toute la souplesse du génie de Rossini. Autant son dernier opéra offrait de saillies, de finesse et de grâce, autant celui-ci est énergique, pathétique et émouvant. C'est le plus remarquable de la seconde manière du maître, étant donné le style italien. Le génie de Shakespeare ne pouvait trouver une interprétation musicale plus fidèle dans le troisième acte surtout. Les récitatifs monotones de l'ancienne tragédie lyrique y sont remplacés par des récitatifs d'une forme nouvelle, variée et en harmonie avec le caractère dramatique des situations. L'orchestre remplace le clavecin dans l'accompagnement du récit, ce que Gluck avait d'ailleurs imaginé le premier. Othello, dans le genre dramatique, se place à côté de Guillaume Tell et de Semiramide. Nulle part Rossini n'a mis plus de passion, et le reproche adressé à la musique italienne, de ne pas traduire scrupuleusement les situations dramatiques, doit tomber, en présence des beautés de premier ordre qu'offre cette partition. Au point de vue de l'instrumentation, elle est des plus remarquables. L'ouverture est une admirable symphonie. Le premier morceau que chante le More de Venise, au commencement du premier acte, est magnifique ; il se compose de gammes ascendantes produisant le plus bel effet. Vient ensuite le fameux duo de la jalousie, entre Iago et Othello, dans lequel on admire l'andante : No piu crudel un' anima, aussi bien que l'allegro ; puis le trio entre Rodrigo, Desdemona et Othello ; l'air de la malédiction paternelle et la prière. La romance de Desdemona : Assisa al piè d'un salice, connue sous le nom de la Romance du saule, est une inspiration des plus heureuses ; les rafales de vent et l'orage que l'orchestre exprime entre les deux strophes la rendent très dramatique. Le rôle de Desdemona a eu pour interprètes mémorables Mmes Pasta et Malibran. Celle-ci chantait la phrase du finale : Se'l padre m'abbandonna, avec un accent si déchirant, que tous ceux qui l'ont entendue en ont conservé le souvenir. On dit que Garcia jouait le rôle d'Othello d'une manière si passionnée et si tragique, que sa fille craignait sérieusement qu'il ne la tuât. Mme Pasta débuta dans Othello, au Théâtre-Italien, le 5 juin 1821. L'opéra d'Othello, traduit en français par Alphonse Royer et Gustave Vaëz, fut représenté à l'Académie royale de musique le 2 septembre 1844. Cette tentative n'a pas réussi. La nature du sujet s'accommode mieux de la langue italienne, et celle de la musique à plus forte raison. Mme Stoltz et Duprez, contre toute attente, ont chanté les rôles de Desdemona et d'Othello avec un talent de vocalisation que le répertoire français ne leur avait pas encore fourni l'occasion de montrer. Duprez surtout était admirable dans le récitatif et le duo de la lettre, qu'il chantait avec Baroilhet, l'Ira d'averso fato. Levasseur, Octave, Mlle Méquillet, complétaient le personnel de la représentation. Au Théâtre-Italien, Othello n'a pas cessé de figurer en tête du répertoire courant. Avec Tamberlick pour interprète, il a semblé rajeuni. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

OTHELLO

 

[Otello]

Drame lyrique italien en quatre actes, livret d’Arrigo Boito, d'après la tragédie de William Shakespeare, musique de Giuseppe Verdi.

 

Personnages : Othello, Maure, général de l’armée vénitienne (ténor) ; Iago, enseigne (baryton) ; Cassio, chef d’escadre (ténor) ; Rodrigue, gentilhomme vénitien (ténor) ; Lodovico, ambassadeur de la République de Venise (basse) ; Montano, ancien gouverneur de Chypre (basse) ; un héraut (basse) ; Desdémona, femme d’Othello (soprano) ; Emilia, femme de Iago (mezzo-soprano) ; Chœur ; soldats et marins de la République de Venise ; Dames et gentilshommes vénitiens ; Femmes et peuple de Chypre ; Hommes d’armes grecs et albanais ; Enfants ; un tavernier ; Quatre garçons de taverne ; Soldats.

 

L’action se déroule dans une ville maritime de l’île de Chypre, au XVe siècle.

 

Créé à Milan, Théâtre de la Scala, le 05 février 1887.

Mmes Romilda PANTALEONI (Desdémone), Ginevra PETROVICH (Emilia).

MM. Francesco TAMAGNO (Othello), Victor MAUREL (Iago), Giovanni PAROLI (Cassio), Vincenzo FORNARI (Roderigo), Francesco NAVARRINI (Lodovico), Napoleone LIMONTA (Montano), Angelo LAGOMARSINO (un héraut).

Chef d'orchestre : Franco FACCIO.

 

Premières fois en italien à New York le 16 avril 1888 ; à Londres (Lyceum Theatre) le 05 juillet 1889 ; à Nice en février 1891 ; à Londres (Covent Garden) en 1891 ; à New York (Metropolitan Opera) en 1892 ; à Paris (Théâtre-Italien) le 13 avril 1897 ; à Lyon le 11 juillet 1914.

 

 

NEW YORK

1888

LONDRES

1889

NICE

1891

LONDRES

1891

NEW YORK

1892

Desdémone

TETRAZZINI

CATANEO

MURASNI

ALBANI

ALBANI

 

 

 

 

 

 

Othello

MARCONI

TAMAGNO

TAMAGNO

DE RESZKE

DE RESZKE

Iago

GALASSI

V. MAUREL

V. MAUREL

V. MAUREL

E. CAMERA

Chef d’orchestre

X

FACCIO

MASCHERONI

MANCINELLI

L. SAAR

 

Première à Paris, au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 12 octobre 1894, dans la version française d’Arrigo Boito et Camille Du Locle, en présence de Monsieur le Président de la République et de Giuseppe Verdi, élevé ce soir-là à la dignité de Grand Croix de la Légion d'Honneur. Mise en scène d'Alexandre Lapissida. Décors de Marcel Jambon et Alexandre Bailly (1er acte), Amable et Eugène Gardy (2e acte), Eugène Carpezat (3e acte), Auguste Rubé et Philippe Chaperon (4e acte). Costumes de Charles Bianchini.

Mmes Rose CARON (Desdémone), HÉGLON (Emilia).

MM. SALÉZA (Othello), MAUREL (Iago), VAGUET (Cassio), LAURENT (Rodrigue), L. GRESSE (Ludovic), DOUAILLIER (Montano), EUZET (un héraut).

Danses réglées par Joseph HANSEN : Mlles SANDRINI, VIOLLAT, BLANC, H. REGNIER et le Corps de Ballet.

Chef d'orchestre : Paul TAFFANEL

 

Reprise le 05 octobre 1937 avec Mme Eidé NORENA (Desdémone) ; MM. Giovanni MARTINELLI (Othello), Lawrence TIBBET (Iago).

"Cette reprise de l'œuvre si expressive du musicien italien a été marquée par la présence d'interprètes exceptionnels, Mme Eidé Norena tenant le rôle de Desdémone, M. Giovanni Martinelli celui d'Otello et M. Lawrence Tibbet celui d'Iago." (Larousse Mensuel Illustré, 1937)

 

 

06.11.1903

36e

22.01.1919

48e

06.05.1931

55e

28.01.1935

77e

07.10.1955

 

Desdémone

GRANDJEAN

BUGG

GALL

GALL

Régine CRESPIN

Emilia

GOULANCOURT

LAPEYRETTE

LAPEYRETTE

ALMONA

COUDERC

 

 

 

 

 

 

Othello

ALVAREZ

FRANZ

FRANZ

SAINT-CRICQ

José LUCCIONI

Iago

DELMAS

RENAUD

VANNI-MARCOUX

SINGHER

René BIANCO

Cassio

LAFFITTE

DUBOIS

VERGNES

LE CLEZIO

Louis RIALLAND

Rodrigue

CABILLOT

MARIE

GILLES

GILLES

Camille ROUQUETTY

Ludovico

NIVETTE

A. HUBERTY

NARÇON

NARÇON

Pierre SAVIGNOL

Montano

DOUAILLIER

NARÇON

DALERANT

FROUMENTY

André PHILIPPE

un Hérault

CANCELIER

GODARD

ERNST

ERNST

Georges ALVES

Chef d’orchestre

TAFFANEL

A. VIGNA

Philippe GAUBERT

RÜHLMANN

George SEBASTIAN

 

N. B. – 100e, le 8 novembre 1943, avec les interprètes de la reprise de 1943, sauf : MM. NOUGARO (Iago), CHASTENET (Cassio), GICQUEL (Hérault).

 

Autres interprètes des principaux rôles à l'Opéra :

Desdémone : Mmes BOSMAN (1894), LAFARGUE (1895), ALDA (1910), Rosa RAISA (1914), HOERNER (1931), NORENA (1931), NEVADA (1932), VOLFER (1944), DOSIA (1945), LUCAZEAU (1946), BONNI-PELLIEUX (1947), CASTELLI (1952), SEGALA (1953), MONMART (1959), GEORGUIGVA (1959).

Othello : MM. DUPEYRON (1894), TAMAGNO (1897), FONTANA (1914), DARMEL (1919), CARRERE (1919), MELCHIOR (1931), DE TREVI (1931), MARTINELLI (1937), MEGRET (1947), DEL MONACO (1954), GUICHANDOT (1957), BEIRER (1957), VINAY (1958), OUZOUNOV (1959).

Iago : MM. Robert COUZINOU (1916), ENDREZE (1931), TIBETT (1937), CLAVERE (1946), DENS (1947), NOGUERA (1951), BARSAC (1952).

Cassio : MM. FUSCO (1914), GONGUET (1916), JOBIN (1931), DESHAYES (1946), GEDDA (1957), VANZO (1957), MICHEL (1958).

 

160 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

 

Représentation en français à Rouen, le 1er février 1895 ; à Marseille, le 09 mars 1911.

 

Première à la Monnaie de Bruxelles le 22 février 1902 avec Mmes Claire Friché (Desdémone), d'Hasty (Emilia), MM. Imbart de la Tour (Othello), Albers (Iago), Forgeur (Cassio), Bourgeois (Lodovico), Colsaux (Rodrigue), Durand (Montano), Grosseaux (un héraut).

 

« Ce fut pour l'Italie un événement immense que de voir Verdi reparaître à la scène après seize années de silence. Depuis 1871 et la représentation d'Aida, il semblait avoir terminé sa carrière, et tout à coup le vieux lutteur se réveillait et, toujours plein de vigueur et d'énergie, rentrait dans la lice avec une œuvre nouvelle et importante. A la seule annonce de ce fait, ce fut une clameur immense dans toute la Péninsule, et il semblait que l'étonnante popularité du maître trouvât encore le moyen de s'accroître dans des proportions inconnues. C'est sur la scène glorieuse de la Scala, théâtre de ses débuts, sur cette scène où, quarante-huit ans auparavant, il avait donné son premier ouvrage, Oberto, conte di San Bonifacio, qu'il voulut voir paraître son Otello, et l'on peut dire que le public de ce théâtre et toute la ville de Milan lui ménagèrent un de ces triomphes qui comptent dans la vie d'un artiste. Il est certain que le succès d'Otello fut éclatant non seulement à Milan, mais dans toute l'Italie. Est-ce à dire, comme quelques-uns ont cru pouvoir l'affirmer, qu'Otello soit non seulement un chef-d’œuvre, mais le chef-d’œuvre de Verdi ? Ceci me paraît excessif, et, sans vouloir lui rien ôter de sa valeur, on peut ne pas partager entièrement cette opinion.

C'est à M. Boito, poète plein d'élégance et musicien remarquable, qu'on doit le livret d'Otello. On peut lui reprocher d'avoir cru trop facilement que tous les spectateurs étaient familiers avec Shakespeare et connaissaient Otello par cœur, si bien qu'il ne s'est pas cru obligé, en taillant dans l'œuvre originale et en y faisant les larges suppressions que nécessitait son adaptation lyrique, d'éclairer certains faits, d'appuyer sur certains incidents qu'il eût été pourtant indispensable de faire ressortir. Il en résulte qu'un trop grand nombre de détails de son livret restent peu compréhensibles parce qu'ils sont inexpliqués, et qu'ils ne peuvent être saisis par le spectateur qui n'a pas son Shakespeare dans l'esprit ou sous les yeux. C'est le défaut capital de ce livret d'Otello, dont la condensation est telle que la marche n'en est ni claire ni toujours intelligible.

Très carrément, et de par son droit strict, le librettiste a supprimé le premier acte du drame de Shakespeare, et a entamé son action par l'épisode émouvant de la tempête. Il y a gagné de présenter tout d'abord au public un tableau plein de grandeur et de puissance, de mouvement et d'émotion, qui du premier coup saisit et retient son attention, en même temps qu'il excite son intérêt. Nous voyons le vaisseau qui porte Otello ballotté furieusement par les flots, puis aborder enfin et permettre au More de débarquer en proclamant la victoire qu'il vient de remporter sur la flotte ottomane. Tandis qu'il rentre en son palais, Iago, après avoir déjà fait connaître la haine qu'il porte à Cassio, fait boire celui-ci et l'enivre au point de le mettre en fureur et de lui faire tirer l'épée contre Montano. Attiré par le bruit, Otello reparaît accompagné de Desdemona, et déclare à Cassio qu'il le dégrade. La nuit est venue, le silence se fait sur l'ordre du maître, soldats, marins et popolani se dispersent de tous côtés, Otello reste seul avec Desdemona, et tous deux alors, sous le ciel bleu, à la clarté des étoiles, devant les flots apaisés, entament un duo d'amour qui est bien l'une des inspirations les plus enchanteresses qui se soient jamais échappées de l'âme d'un musicien, et qui saisit d'autant plus l'auditeur que le contraste est frappant entre cette scène exquise, ce chant d'ivresse et d'extase amoureuse, et tout ce qui l'a précédé.

Ce premier acte, inégal sans doute, n'en est pas moins fort intéressant. La scène de la tempête, qui ferait souhaiter plus d'originalité, est puissante néanmoins, et il s'en détache, à sa conclusion, une prière d'un noble accent et d'un bel effet. A remarquer aussi le chœur dansé autour du bûcher, dont le rythme est d'une grâce et d'un abandon délicieux. Moins bonne est la scène de l'ivresse et du duel, où le bruit remplace l'inspiration. Mais on ne saurait trop louer encore le duo des époux, dont la première partie surtout, pleine de mystère, de tendresse et de poésie, semble comme un défi jeté à la beauté mélodique.

Le second acte montre au spectateur Iago ourdissant ses intrigues, conseillant d'abord à Cassio d'implorer Desdemona pour qu'elle intercède en sa faveur auprès d'Otello, puis soufflant peu à peu la jalousie au cœur de celui-ci, timidement pour commencer, puis plus ouvertement, s'emparant ensuite subrepticement du mouchoir de Desdemona pour le faire remettre dans la chambre de Cassio, et parvenant enfin à persuader au More que sa femme le trompait avec ce dernier. — Au point de vue musical, cet acte est inégal, comme le premier, et contient, à côté de pages superbes, des épisodes d'une valeur secondaire. Le premier air d'Iago ne manque certes pas de caractère, la couleur en est sombre, comme il convient au personnage, mais l'idée première est à peu près nulle et ne vaut pas qu'on s'y arrête. Une chose charmante, c'est le chœur avec accompagnement de mandolines que les Cypriotes viennent chanter devant Desdemona sortant de son pavillon pour pénétrer dans les jardins ; l'effet de ces mandolines jointes aux voix d'hommes, de femmes et d'enfants est absolument délicieux. On n'en saurait dire autant du quatuor du mouchoir, qui n'est qu'une sorte de double duo entre Otello et Desdemona d'une part, Iago et Emilia de l'autre, les sentiments des deux couples étant complètement distincts et différents. Nous sommes singulièrement loin ici de l'admirable quatuor de Rigoletto, conçu dans des conditions scéniques presque identiques. Il est vrai qu'un musicien ne fait pas deux fois en sa vie le quatuor de Rigoletto, pas plus qu'il ne referait le trio de Guillaume Tell. Toujours est-il que celui-ci me paraît au-dessous de la situation et qu'il ne produit pas l'effet qu'on en pourrait attendre. Mais ce qu'il faut louer sans réserve, ce qu'il faut admirer parce que c'est admirable, c'est le récit du prétendu songe de Cassio fait par Iago à Otello pour lui mettre la rage au cœur et le convaincre de l'infidélité de sa femme. Il est à peine croyable que la musique puisse trouver des accents si expressifs, si ténébreux, si louches, pourrait-on dire, que ceux que le compositeur a mis dans la bouche d'Iago, et qui dépeignent véritablement la bassesse, la lâcheté et l'infamie du personnage ; la parole musicale prend ici un caractère tellement odieux et d'une telle expression, que l'auditeur en est à la fois comme honteux et exaspéré. Cette page est vraiment prodigieuse de vérité. Le finale de cet acte est un morceau d'ensemble puissant, mais qui ne présente aucune particularité.

Le troisième acte porte à leur comble la scélératesse d'Iago et les fureurs d'Otello. Iago a fait porter dans la chambre de Cassio le mouchoir de Desdemona ; celui-ci l'a trouvé, sans savoir, naturellement, d'où et de qui il vient ; Iago lui demande à le voir, Cassio le lui montre, et le misérable, qui a fait cacher Otello, à son tour le montre sournoisement à ce dernier qui, devant cette preuve apparente, ne doute plus de son malheur et jure de se venger. Bientôt a lieu dans le palais une réception solennelle des envoyés de la République de Venise, et c'est ici que le librettiste a eu une idée malheureuse, qui confine au burlesque, et dont l'effet est déplorable. Otello, ayant Desdemona à ses côtés, reçoit les envoyés, et, tandis qu'il répond à leurs hommages, il s'interrompt à chaque instant pour se tourner vers elle et l'invectiver à voix basse sans qu'aucun des assistants soit censé s'en apercevoir. Ces apartés, il faut en convenir, sont absolument ridicules, et d'autant plus qu'il est impossible à la musique de les rendre d'une façon convenable au milieu d'une situation si grandiose et si solennelle. C'est bien là une complète erreur de la part de M. Boito. Enfin, ne pouvant plus se contenir, Otello, devant tous, accable tout à coup Desdemona de reproches et d'injures et, se précipitant sur elle, d'un mouvement furieux la jette à terre à ses pieds. — Cet acte s'ouvre par un duo entre Otello et Desdemona, dont la première partie surtout est d'un joli sentiment. Après ce duo, touchant de la part de Desdemona, ironique, puis cruel de la part d'Otello, vient une sorte de monologue dramatique d'Otello, qui, avec son accompagnement au rythme obstiné, avec ses modulations successives, avec son caractère plein de mélancolie, est d'un intérêt musical très intense et d'un effet profond sur l'auditeur ; c'est une page remarquable par son expression puissante et douloureuse. Il faut encore signaler l'espèce de déploration que soupire Desdemona après avoir subi la fureur d'Otello ; il y a là une phrase touchante et désolée qui peint de la façon la plus dramatique la douleur de l'innocente victime, aimante et désespérée. Le long ensemble final qui vient ensuite semble beaucoup plus bruyant qu'inspiré.

Le dernier acte est le plus court. On sait d'avance ce qu'il est et ce qu'il contient : la scène de Desdemona avec Emilia, la romance du saule, la prière et le meurtre. Le dialogue des deux femmes n'a pas d'importance ; la romance ne manque pas de caractère, sans qu'elle s'impose pourtant à l'attention d'une façon particulière ; quant à l’Ave Maria que chante Desdemona devant l'image pieuse, c'est au contraire une page d'un sentiment merveilleux et d'une inspiration idéale en sa simplicité ; on ne saurait vraiment comment caractériser cette prière d'une beauté si noble et si pure, d'un style si élevé, d'une si réelle éloquence. Pour ce qui est de la scène finale, celle du meurtre de Desdemona suivi du suicide d'Otello, rapide et courte, comme il convient, elle n'appelle aucune observation.

En résumé, il me faut dire de cette partition d'Otello, dans son ensemble, ce que j'ai dit de quelques-unes de ses parties : c'est, à mon sens, une œuvre inégale, incomplète, mais une œuvre de maître, marquée de la griffe du lion, dans laquelle on rencontre des épisodes superbes, des pages de premier ordre, et qui n'est certes pas indigne de l'auteur de Rigoletto, d'Aida, du Requiem, et de ce Falstaff si curieux et si réjouissant. Le vieux maître, qui se tient au courant de tout, qui étudie toutes les tendances et qui ne reste pas étranger au mouvement créé par l'école néo-allemande, a voulu ici, de toute évidence, chercher et réaliser la formule d'un art nouveau, en ce qu'elle peut avoir d'adéquat aux conditions physiologiques du génie latin. Sa parution est divisée en scènes, et le discours musical se continue volontiers sans interruption, tout en laissant place parfois à certains épisodes qui, sans affecter la forme de morceaux proprement dits, n'en demeurent pas moins distincts et se détachent vivement de l'ensemble général. A-t-il trouvé cette formule désirée, et l'exemple peut-il servir de modèle ? Je n'en voudrais pas jurer, car il me semble que cette recherche a plutôt gêné qu'aidé son inspiration. Sous ce rapport, il me parait avoir mieux réussi dans Falstaff, où les mêmes tendances se retrouvent, et qui d'ailleurs est venu après Otello. Quoi qu'il en soit, on ne saurait nier l'intérêt d'une telle tentative faite par un génie de cette trempe, de cette vigueur et de cette expérience. Et il est certain que la partition d'Otello nous met en présence d'une œuvre mâle, puissante, singulièrement vigoureuse en dépit de quelques faiblesses, qui appelle toujours l'attention et la sympathie, et parfois une admiration sincère. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]


 

OUDELETTE

 

Drame lyrique en trois actes et quatre tableaux, livret de Richard Ledent, musique de Charles Radoux.

Première à la Monnaie de Bruxelles le 11 avril 1912 avec Mmes Béral (Oudelette), Montfort (Dora), le petit De Beer (un enfant), MM. Dua (Paschal), Ponzio (Bruno), Bouilliez (Othon).

 

 

OUI ou LE DOUBLE RENDEZ-VOUS

 

Opéra-vaudeville en un acte, livret de Jean-François-Thomas Goulard, musique de Jean-Pierre Solié et vaudevilles. Création à l'Opéra-Comique (1re salle Favart) le 29 août 1800.

 

 

« OUI » DES JEUNES FILLES (LE)

 

Comédie lyrique en trois actes, livret de René Fauchois, d'après Leandro Fernández de Moratín, musique de Reynaldo Hahn, orchestration d’Henri Büsser.

 

Création à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 21 juin 1949. Mise en scène de Max de Rieux. Décors et costumes d'après les maquettes de Gérard Cochet.

Mmes RITTER-CIAMPI (dona Irène), Denise DUVAL (Francesca), Christiane GAUDEL (Rita), Ginette GAUDINEAU (Mercédès), Margaret MAS (une jeune fille), Colette HÉRENT, Lily DANIÈRE et Germaine CHELLET (trois jeunes filles), FENOYER (la Duègne).

MM. Roger BOURDIN (don Diégo), Raymond AMADE (don Carlos), Jacques HIVERT (Calamocha), Jean CHESNEL (don Pédro), Willy TUBIANA (Simon), Gabriel JULLIA (Gussman), Camille MAURANE (un jeune homme), Xavier SMATI (un Hidalgo), Serge RALLIER, Michel FOREL, VIZZAVONA et DAGUERRESSAR (les jeunes gens).

Au 1er acte, Divertissement réglé par Jean-Jacques ETCHEVERY.

Chef d'orchestre : André CLUYTENS.

 

11 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

 

OURAGAN (L’)

 

Drame lyrique en quatre actes, livret d’Émile Zola, musique d’Alfred Bruneau.

 

Création à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 29 avril 1901. Mise en scène d’Albert Carré. Décors de Lucien Jusseaume.

Mmes Jeanne RAUNAY (Jeannine), Marie DELNA (Marianne), Julia GUIRAUDON (Lulu).

MM. MARÉCHAL (Landry), Hector DUFRANNE (Gervais), Jean BOURBON (Richard).

Chef d'orchestre : Alexandre LUIGINI.

 

14 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

  

Première fois au Palais Garnier (le 3e acte seulement), le 17 février 1916 - Mise en scène de O. LABIS.

Mmes M. BUGG (Jeannine), Marie DELNA (Marianne).

MM. Léon LAFFITTE (Landry), DELMAS (Gervais), LESTELLY (Richard).

Chef d'orchestre : Camille CHEVILLARD

 

3 représentations (3e acte seul) à l’Opéra au 31.12.1961.

 

 « Malgré la prétention orgueilleuse des deux auteurs, malgré l'étonnante vanité, vraiment curieuse, dont ils faisaient preuve dans l' « avertissement » placé par eux en tête du programme de la première représentation, leur œuvre n'obtint et ne pouvait obtenir aucun succès. La pièce n'est qu'un mélodrame non seulement banal, mais mal fait, mal construit, et dénué d'intérêt autant que de chaleur et de poésie. La musique, pauvre, bruyante et criarde sans être sonore, mal écrite pour l'orchestre aussi bien que pour la voix, absolument dépourvue d'inspiration, n'offrait, elle non plus, aucune espèce d'intérêt. Il est inutile de s'appesantir sur une œuvre aussi vide de sens sous tous les rapports, et l'on ne peut que souhaiter aux auteurs de faire un retour sur eux-mêmes et de les voir prendre une revanche d'un insuccès flagrant et trop mérité. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1904]

 

 

OURS ET L'AMATEUR DE JARDINS (L')

 

Bouffonnerie musicale en un acte, livret de William Busnach et Marquet, musique d’Isidore Legouix, représenté au théâtre des Bouffes-Parisiens le 01 septembre 1869. Cette bluette ne se recommande que par son excentricité. Un jeune sculpteur fait poser un ours du Jardin des plantes pour un groupe dont le sujet est la fable de La Fontaine. Cet ours fait son entrée dans un intérieur bourgeois où se débattent diverses affaires matrimoniales. On croit à une farce du prétendu qui aurait trouvé plaisant de s'affubler de la peau de l'animal. De là quiproquos et effroi général lorsqu'on découvre qu'on a affaire à une bête féroce. La musique a passé inaperçue. On n'a remarqué que la chanson des crêpes et un air de chasse. Joué par Désiré, Poirier, Vautier fils et Mlle Bonelli.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1872]

 

 

OURS ET LE PACHA (L')

 

Opéra-comique en deux actes, livret d’Eugène Scribe et Xavier Saintine, d’après le vaudeville de Scribe, musique de François Bazin. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 21 février 1870. La pièce de Scribe a fait le tour du monde ; cette drôlerie fort plaisante, saupoudrée de gros sel, ne pouvait supporter que quelques couplets rondement tournés et un ou deux chœurs bouffes. Un compositeur tel que M. Bazin pouvait encore y trouver une occasion d'exercer sa verve dans ces conditions restreintes. Mais c'était un peu user sa poudre contre des moineaux que d'écrire pour une farce de ce genre une ouverture très travaillée, un grand duo et divers morceaux remplis d'intentions musicales recherchées et d'effets harmoniques savamment combinés. Le directeur qui a dit à M. Bazin « Prenez mon ours » a été mal inspiré. L'association de la musique avec les scènes burlesques du livret n'a pu s'effectuer, plutôt par la faute du sujet que par la volonté du compositeur. Cet opéra-comique a été joué avec beaucoup d'entrain par Couderc, Potel, Prilleux, Ponchard et Mlle Bélia.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1872]

 

 

OVINSKA ou LES EXILÉS EN SIBÉRIE

 

Opéra-comique en trois actes, livret de Villemontez, musique de Gaveaux, représenté au théâtre Feydeau le 30 décembre 1801.

 

 

OYAYAYE ou LA REINE DES ÎLES

 

Anthropophagie musicale en un acte, livret de Jules Moinaux, musique de Jacques Offenbach.

 

Première représentation à Paris, théâtre des Folies-Nouvelles, le 26 juin 1855, avec Hervé (Oyayaye) et Joseph Kelm (Racle-à-mort), sous la direction de Bernardin.

 

 

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Encylopédie     © l’Art Lyrique Français