Encylopédie     © l’Art Lyrique Français

ŒUVRES LYRIQUES FRANÇAISES

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

 

S

SAL - SAN - SC - SER - SIE - SIR - SON - ST

 

 

SA MAJESTÉ L’AMOUR

 

Opérette en trois actes et huit tableaux, livret de Maurice Hennequin et Antony Mars, musique de Victor Roger. Création à l'Eldorado le 24 décembre 1896.

 

 

SABBAT POUR RIRE (LE)

 

Opérette en un acte, livret de Georges Chauvin, musique de Gilles Raspail. Création aux Bouffes-Parisiens le 02 mai 1877.

 

 

SABINES (LES)

 

Opérette-bouffe en un acte, paroles de M. des Réaux, musique de M. Hubans. Création à Nancy, le 12 février 1890.

 

 

SABINUS

 

Tragédie lyrique en quatre actes, livret de Chabanon de Maugris, musique de François-Joseph Gossec.

 

Première représentation à l'Académie royale de musique (2e salle du Palais-Royal) le 22 février 1774, sous la direction de Pierre Montan Berton.

 

« L'épisode d'Eponine et Sabinus a fourni le sujet de cet ouvrage, qui fut promptement éclipsé par le succès de l'Iphigénie et de l'Orphée, de Gluck, représentés quelques mois après. Les premières représentations de Sabinus comptaient cinq actes ; on en supprima un sans intéresser davantage le public. « C'est un ingrat, dit Sophie Arnould, de persister à s'ennuyer, quand on se met en quatre pour lui plaire. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SABOTIERS (LES)

 

Opéra-comique en un acte, livret de Pigault-Lebrun, musique de Bruni, représenté à Feydeau le 23 juin 1796. On signale aussi Charles Foignet comme l'auteur d'un opéra-comique portant ce même titre.

 

 

SABOTS (LES)

 

Comédie en un acte, mêlée d'ariettes, livret de Michel-Jean Sedaine, musique d’Egidio Duni. Création en privé à Auteuil chez M. Bertin, puis en public à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 26 octobre 1768. C'est une assez jolie bagatelle et bien traitée par l'élève de Durante. Cet ouvrage a été repris à l'Opéra-Comique le 09 septembre 1811 (salle Feydeau) et le 06 juillet 1866 (2e salle Favart).

 

 

SABOTS DE LA MARQUISE (LES)

 

Opéra-comique en un acte, livret de Jules Barbier et Michel Carré, musique d'Ernest Boulanger. Création à l’Opéra-Comique le 29 septembre 1854. => fiche technique

 

 

SABOTS ET LE CERISIER (LES)

 

Opéra-comique en un acte, livret de Cazotte et Sedaine, musique de Gossec, représenté sur le théâtre des Jeunes-Elèves le 13 décembre 1803.

 

 

SABRE ENCHANTÉ (LE)

 

Opéra-comique en un acte, livret d'Eugène Bertol-Graivil, musique d'Emile Boussagol, représenté au Théâtre-Lyrique de la galerie Vivienne le 08 février 1894.

 

 

SACHA

 

Comédie musicale en quatre actes, livret de Maurice Donnay et André Rivoire, lyrics de Guillot de Saix, musique d'André Messager terminée par Marc Berthomieu. Création à l'Opéra de Monte-Carlo le 23 décembre 1933. => détails

 

 

SACRIFICE D'ABRAHAM (LE)

 

Opéra en trois actes, livret du Colonel Saint-Marcel, musique de Felice Blangini, représenté à Cassel (Hoftheater) le 14 novembre 1810.

 

 

SACRIFICE D'ABRAHAM (LE)

 

Opéra, musique de Mathieu dit Lepidor. Non représenté.

 

 

SACRIFICE INTERROMPU (LE)

 

Opéra-comique en trois actes, livret de De Saur et de Saint-Genies, musique de Winter arrangée par Crémont, représenté à l'Odéon, où l'on chantait alors l'opéra, le 21 octobre 1824.

 

 

SACRIPANT

 

Opéra-comique en deux actes, livret de Philippe Gille, musique de M. Duprato, représenté aux Fantaisies-Parisiennes le 24 septembre 1866. Le compositeur a écrit un assez grand nombre de morceaux, dont plusieurs sont importants, tels que le finale du premier acte, pour une pièce de mauvais goût, sans intérêt et qu'on ne reprendra probablement pas. On a distingué l'air : Padoue est une grande ville, la ballade du bandit et un chœur d'un bon effet. Chanté par Gourdon, Barnolt, Mme Goby-Fontanel, Mlle Bonelli.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SADKO

 

Opéra épique en sept tableaux, livret de Vladimir I. Belski et Nikolaï Andreïevitch Rimski-Korsakov, d’après un ancien poème russe anonyme, musique de Nikolaï Andreïevitch Rimski-Korsakov.

 

Personnages : le Roi de l’Océan (basse) ; Volkhova, sa fille (soprano) ; Sadko, chanteur de Novgorod (ténor) ; Lubava, sa femme (mezzo-soprano) ; Nejata, joueur de gousli de Kiev (mezzo-soprano) ; un marchand viking (basse) ; un marchand indien (ténor) ; un marchand vénitien (baryton) ; quatre bouffons (deux mezzo-sopranos, un ténor et une basse) ; deux anciens, marchands de Novgorod (ténor et basse).

 

L’action se déroule à Novgorod, et au fond de l’Océan.

 

Première représentation à Moscou, théâtre Solodovnikov, le 28 décembre 1897 par Alexandre Danidov (Sadko).

 

Des extraits ont été donnés en russe à Paris, au Théâtre du Châtelet, le 06 juin 1911.

 

Première fois à Paris, au Palais Garnier, le 26 avril 1927, en oratorio.

Mmes Nina KOCHITZ (Volkhova), TIKHANOVA (Lioubava), ANTONOTOVITCH (Niejata).

MM. BAIDAROFF (Sadko), JOUKOVITCH (l'Océan), LEDNOFF (l'Apparition), BRAMINOFF (Daouda, un Varèque), LAVRETZKY (Sopiel, un Hindou), CHOUMOFF (Foma), NADEJINE (Luca).

Orchestre Colonne, Chœurs de l'Opéra Russe de Paris. Chef d'orchestre : Cyrille SLAVINSKY d'AGRENEFF

Seule audition à l’Opéra au 31.12.1961.

 

Représenté à New York, Metropolitan Opera, le 25 janvier 1930, dans la version française de M. Delines, sous la direction de Serafin.

 

Représentation en russe à Paris, Théâtre des Champs-Elysées, le 07 juin 1930.

 

 

S.A.D.M.P.

 

Opéra bouffe en un acte, livret de Sacha Guitry, musique de Louis Beydts.

Repris à la Comédie des Champs-Elysées le 21 octobre 1937 avec Mlle Nadia Dauty, MM. Gilbert Moryn, Lapelleterie, Gaston Rey et Robert Laurence.

"Amusante parodie des procédés des vieux opéras." (Larousse Mensuel Illustré, 1937)

 

 

SAGE DE L’INDOSTAN (LE)

 

Drame philosophique en un acte et en vers, musique de Fabre-d'Olivet, représenté à Paris en 1796.

 

 

SAINT-ANDRÉ (LA) ou L'ORPHELINE BRETONNE

 

Opéra-comique en un acte, paroles de Hippolyte Lucas, musique de M. Bazzoni, représenté sur le théâtre Beaumarchais (Opéra-Bouffe-Français), le 14 juillet 1849. La scène se passe au temps de la guerre de Vendée, pendant la Révolution, entre un officier municipal, lieutenant et aubergiste d'une part, et, d'autre part, un jeune émigré, cousin d'une jeune orpheline qu'il épouse. La musique de M. Bazzoni a paru bien faite et d'un effet agréable. François Marcel Junca était chargé du rôle de l'aubergiste.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SAINT FRANÇOIS

 

Oratorio en trois parties, poème de L. De Koninck, musique d'Edgard Tinel.

Première à la Monnaie de Bruxelles dans la version française d'Emma Tinel, le 22 janvier 1889, avec Mme Melba (une voix du ciel, le génie de l'espérance, le génie de l'amour), MM. Engel (François), Gandubert (le génie de la paix, le génie de la victoire), Renaud (l'hôte, le génie de la guerre), Gardoni (un veilleur de nuit, le génie de la haine).

 

 

SAINT GEORGES

 

Légende dramatique en quatre scènes de Maurice Bouchor, musique de Paul Vidal. => partition

Création au Conservatoire (audition des envois de Rome) le 19 décembre 1889, avec Mme Leroux-Ribeyre (Sélénis), MM. E. Baudoin-Bugnet (Georges) ; chef d'orchestre : Jules Garcin.

Reprise aux Concerts de l'Opéra le 02 avril 1896, avec Mlle Berthet (Sélénis), M. Affre (Georges) ; chef d'orchestre : Paul Vidal.

 

 

SAINT-HENRI (LA)

 

Opéra en un acte, musique de Blangini, représenté au théâtre de la cour en 1825.

 

 

SAINT-LUCAS (LA)

 

Opéra-comique, musique de M. Thiry ; représenté au théâtre de Gand, en février 1870.

 

 

SAINT-MÉGRIN

 

Opéra-comique en quatre actes et cinq tableaux, livret d'Ernest Dubreuil et Eugène Adenis, d'après Henri III et sa Cour, drame d'Alexandre Dumas, musique de Paul et Lucien Hillemacher, représenté au théâtre de la Monnaie de Bruxelles, le 02 mars 1886 avec Mmes Cécile Mézeray (Catherine), Wolf (Robert), Andréa Barbot (Madame de Cossé), Bolle (Marie), Zoé (un page), MM. Furst (Saint-Mégrin), Boyer (duc de Joyeuse), Nerval (Henri III), Renaud (duc de Guise), Gandubert (duc d'Epernon), Devriès (comte Ruggieri), Frankin (seigneur de Bussy), Séguier (seigneur de Saint-Luc), Vérin (Saint-Paul).

 

« MM. Paul et Lucien Hillemacher présentent cet exemple, unique dans les annales de l'Académie des Beaux- Arts, de deux frères, musiciens, ayant obtenu tous deux le grand prix de Rome (le premier en 1876, le second en 1880) ; ils offrent ensuite cet autre exemple, singulièrement rare, de deux musiciens travaillant constamment en collaboration, sans que ni l'un ni l'autre, jusqu'à ce jour, ait publié ou produit isolément une seule œuvre au public. Le fait est curieux au point de vue de l'art, en même temps qu'il est intéressant au point de vue moral.

Saint-Mégrin était le début à la scène des deux compositeurs. Leurs collaborateurs librettistes n'avaient pas eu grand' peine à se donner pour transformer en un poème d'opéra-comique le drame célèbre qui fut naguère le coup de cloche du romantisme. Ils avaient simplement retranché l'acte de la Ligue et supprimé du même coup le personnage de Catherine de Médicis, qui, décidément, n'a pas de chance sur la scène lyrique, puisqu'on avait dû jadis la faire disparaître de l'action des Huguenots, où elle devait figurer d'abord. La plus grande partie du dialogue d'Alexandre Dumas était conservée, et ce dialogue était mis en vers pour les morceaux de chant. La partition de Saint-Mégrin, quoique d'une réelle valeur, a paru un peu trop inégale, et comme forme et comme fond, voulant presque offrir un compromis entre le drame musical de la nouvelle école et l'opéra-comique du genre classique, employant les leitmotive du système wagnérien, et se prodiguant d'autre part en airs, chansons, ballades, couplets, romances, dont l'ensemble forme comme une sorte d'album à l'usage des salons de bonne compagnie. Cet ensemble manque donc essentiellement d'équilibre et d'unité, et c'est là ce qui lui a porté tort. Mais ce n'est pas à dire que l'œuvre soit sans talent, loin de là, et même sans inspiration, car elle renferme nombre de pages bien venues, dont quelques-unes fort intéressantes. Parmi celles-ci, il faut citer surtout deux morceaux symphoniques exquis, les deux entr'actes du second et du troisième actes, qui sont deux vrais bijoux. Il n'est que juste de faire ressortir ensuite le beau duo de Saint-Mégrin et de la duchesse au premier acte, puis, au second, la sarabande, la chanson de Joyeuse, l'entrée du duc de Guise, et le finale qui est d'un bel effet et d'une inspiration puissante. Le malheur est que les deux derniers actes sont inférieurs aux deux premiers, et que l'œuvre s'affaiblit à mesure qu'elle approche de sa fin. C'est toujours là un défaut irrémédiable. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]

 

 

SAINT-NICOLAS (LA)

 

Opéra-comique en un acte, livret et musique d'Henri de Mortarieu, représenté au Théâtre-Lyrique (salle de l'Athénée) le 06 juin 1873. C'est une pièce à deux personnages, qui convient mieux au salon ou au concert qu'au théâtre. Chanté par Bonnet et Mlle Blainville.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1876]

 

 

SAINT-SYLVESTRE (LA). Voir la Nuit de la Saint-Sylvestre.

 

 

SAINT-VALENTIN (LA)

 

Opérette en trois actes et quatre tableaux, livret de Maurice Ordonneau et Fernand Beissier, musique de Frédéric Toulmouche, représentée aux Bouffes-Parisiens le 28 mars 1895, avec MM. Huguenet, Charles Lamy, Barral, Bartet, Mlle Alice Bonheur.

 

 

SAINTE AGNÈS

 

Oratorio en deux actes, paroles de Louis Gallet, musique de Clémence de Grandval, représenté à Paris le 13 avril 1876.

 

 

SAINTE-CÉCILE

 

Cantate pour voix de soprano et chœurs, musique de Julius Benedict, exécutée au festival de Norwich en novembre 1866, et quelques années plus tard à l'Opéra de Paris, où Christine Nilsson en chantait la partie principale.

 

 

SAINTE-CÉCILE

 

Mélodrame-oratorio, musique du R. P. Adolphe de Doss, représenté au collège Saint-Servais, par les élèves de l'établissement, en décembre 1883.

 

 

SAINTE-CÉCILE

 

Drame lyrique en quatre tableaux, poème et musique de G. de Salelles, exécuté à Lille en 1894.

 

 

SAINTE-CÉCILE (LA)

 

Opéra-comique en trois actes, livret de François Ancelot et Alexis Decomberousse, musique d’Alexandre Montfort. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 19 septembre 1844. Carl Vanloo a représenté en sainte Cécile la jeune marquise de Gèvres, dont il est épris et qu'il protège contre les tentatives de séduction du marquis de Fronsac. Cette circonstance a fait donner à la pièce ce titre, qui ne répond nullement à l'ensemble de l'intrigue. La musique est bien faite et a été entendue avec plaisir. Le duo d'introduction entre Fronsac et la marquise est agréable : Il lui disait : je vous adore. Nous remarquerons le quatuor dit de la Courtepaille, la prière : Reine du ciel, vierge divine, et l'air de soprano du troisième acte, bien chanté par Mme Anna Thillon : Je crois encore entendre. C'est de la musique facile qui obtient un facile succès lorsque la pièce est amusante. Mais on se ferait volontiers une autre idée d'un ouvrage qui a pour titre le nom de la patronne des musiciens.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SAINTE-CLAIRE

 

Opéra en trois actes, livret de Mme Birch-Pfeiffer, version française de Gustave Oppelt, musique d'Ernst, duc de Saxe-Cobourg-Gotha.

Création au Théâtre de l'Opéra (salle Le Peletier) le 27 septembre 1855, dans la version française. Décors de Joseph Nolau et Auguste Rubé (actes I et III) et Edouard Desplechin (acte II). Costumes d'Alfred Albert.

Première à la Monnaie de Bruxelles le 19 avril 1858 avec Mmes Barbot, Vandenhaute, MM. Carman, Wicart, Depoitier.

 

 

SAINTE-FREYA

 

Opérette en trois actes, livret de Maxime Boucheron, musique d’Edmond Audran, représentée aux Bouffes-Parisiens le 4 novembre 1892 avec MM. Maugé, Piccaluga, Minart, Jannin, Désiré, Mmes Biana Duhamel, Maurel, Guitty, Burty.

 

 

SAINTE-GENEVIÈVE DE PARIS

 

Mystère en quatre parties et douze tableaux, paroles et musique de Claudius Blanc et Léopold Dauphin, représenté au théâtre d'ombres chinoises du Chat-Noir, en janvier 1893.

 

 

SAINTE ODILE

 

Drame lyrique en trois actes, livret de Georges Lignereux, musique de Marcel Bertrand.

 

Création à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 05 novembre 1923. Mise en scène d'Albert Carré. Décors de Lucien Jusseaume, Deshays et Arnaud. Costumes de Marcel Multzer.

Mmes Marguerite ROGER (Odile), FERRAT (l'Abbesse), BILLA-AZÉMA (Clotilde), Germaine EPICASTE (Ilse), DUCUING (Bertrade), CALAS, GARCIA, MARZANNE (3 Religieuses), VILLETTE (la Tourière), LECCA, HOLT, JULLIOT (3 jeunes filles).

MM. Maurice OGER (Adalbert), Julien LAFONT (Atalric), SAUVAGEOT (Clodomir), Louis MORTURIER (Odulf), DONVAL (un Mendiant).

Au 2e acte, danses réglées par Mmes Jeanne CHASLES.

Chef d'orchestre : Maurice FRIGARA.

 

9 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

 

SAINTE RUSSIE

 

Tableau populaire, musique empruntée à Moussorgski, Borodine, Tchaïkovski, Pantelliew et Rachmaninov.

 

Première audition à Paris, au Palais Garnier, le 5 février 1916.

Mme F. LITVINNE.

M. Michel D'ARIAL.

Chœurs de l'Eglise russe de Paris et Chœurs de l'Opéra.

Direction musicale : Célestin BOURDEAU.

Seule audition à l’Opéra au 31.12.1961.

 

 

SAINTES MARIE DE LA MER (LES)

 

Légende de Provence en 4 parties, paroles de Louis Gallet, musique d’Emile Paladilhe, représentée à Montpellier en avril 1892.

 

 

SAÏS (LE)

 

« Conte arabe » en quatre actes, paroles et musique de Marguerite Olagnier, représenté à la Renaissance le 18 décembre 1881 avec MM. Capoul, Jolly, Vauthier, Alexandre, Mmes Landau et Desclauzas.

 

« Ceci était un drame d'amour, dont le héros était un « saïs » (coureur, chef d'une tribu arabe), et qui contrastait singulièrement par son sujet avec les opérettes qui formaient alors le répertoire habituel du gentil théâtre de la Renaissance. Pour tout dire, et pour simple qu'il fût, le livret que Mme Olagnier s'était construit elle-même ne manquait pas d'intérêt ; et si la musique, sous prétexte d'orientalisme, imitait un peu les formes de celle de Félicien David (le choix eût pu être plus mauvais), elle n'en contenait pas moins des pages heureuses, et quelques-unes même vraiment empreintes de passion et d'un bon sentiment dramatique. L'œuvre était estimable en son ensemble et méritait l'accueil sympathique qu'elle a rencontré auprès du public. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]

 

 

SAISONS (LES)

 

Opéra-ballet en quatre entrées, avec un prologue, par l'abbé Pic, musique de Louis Lully et Colasse, représenté à l'Académie royale de musique le 18 octobre 1695.

 

 

SAISONS (LES)

 

Opéra-comique en trois actes et quatre tableaux, livret de Jules Barbier et Michel Carré, musique de Victor Massé. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 22 décembre 1855, mise en scène de Louis Palianti, décors de Charles Cambon, avec Mlles Caroline Duprez (Simonne), Lemercier (Zenobie), MM. Charles Battaille (Nicolas), Couderc (Jacques Ballu), Sainte-Foy (Thibaut), Edmond Delaunay-Riquier (Pierre).

 

« Le titre de la pièce n'est motivé que parce que le mariage de Simonne avec Pierre se prépare au temps de la moisson, est rompu pendant les vendanges, se renoue en hiver et est conclu au printemps. Il y a des détails réalistes de la vie des paysans que les auteurs auraient pu laisser au Journal amusant, parce que le public de l'Opéra-Comique ne s'y divertira jamais, fort heureusement. L’épisode de la cécité de Simonne n'a pas paru bien imaginé. La partition est la plus riche en motifs et en effets saillants de celles que le compositeur ait données au théâtre. L'ouverture a du caractère, surtout dans la première partie. Le chœur des moissonneurs : Les blés sont coupés ; l'air de chasse ; le chœur des vignerons ; les couplets du vin nouveau ; le tableau de la veillée d'hiver, où le compositeur a introduit les refrains populaires : Il court, il court, le furet, et Nous n'irons plus au bois ; enfin le chœur du printemps, forment la partie descriptive de l'ouvrage, et c'est la mieux traitée. Cependant la grande scène du finale du second acte est dramatique et fort belle. Dans le même ordre d'idées, nous rappellerons aussi le duo du troisième acte entre Simonne et Pierre. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SALAH-ED-DIN

 

Opéra en quatre actes, livret d'Henri Bocage et Paul Ferrier, musique de Gaston Salvayre (non représenté).

 

 

SALAMINE

 

Tragédie lyrique en trois actes, livret de Théodore Reinach, d'après les Perses d'Eschyle, musique de Maurice Emmanuel.

 

Création au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier), le 17 juin 1929. Mise en scène de Pierre Chéreau. Décors d'après les maquettes de M. Azéma exécutés par M. Darlot.

Mme Marisa FERRER (la Reine), A. MARILLIET (une Suivante de la Reine).

MM. FRANZ (Xerxès), H. FABERT (le Coryphée), André PERNET (le Messager), NARÇON (l'Ombre de Darius).

Mmes LALANDE, MANCEAU, LUMIERE, MM. GILLES, VERGNES, MADLEN, GUYARD, ERNST, NEGRE (les Dignitaires de la Cour).

Danse funèbre réglée par Nicolas GUERRA, dansée par Mlle Y. FRANCK (une Danseuse Mariandyne) et le Corps de Ballet.

Chef d'orchestre : Philippe GAUBERT

 

7e à l’Opéra, le 13 novembre 1929, même distribution, danse et direction que la création.

 

7 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

 

"Traduire en vers français l'œuvre d'Eschyle était une entreprise difficile, niais non chimérique. Mettre ensuite cette traduction en musique dépasse au contraire les entreprises ordinaires. Il y a beaucoup de récits dans l'œuvre du vieux tragique. Et ceci n'est point spécialement propre à la musique. La reine raconte son rêve ; un messager raconte la défaite ; le vieux roi Darius raconte ce qui se passait de son temps ; et c'est seulement au dernier acte que les personnages agissent pour leur compte et que Xerxès, ayant perdu sa flotte et son armée, subit les cris hostiles de la foule, puis l'amène à se lamenter avec lui. Dans tout cela, il y a bien peu de lyrisme, et par conséquent peu de prétextes pour le musicien à déployer sa sensibilité. Il est obligé de se rattraper en peignant les événements : c'est ce qu'il fait dès le prélude. Celui-ci est conçu à la manière symphonique sur deux thèmes de caractères opposés, l'un violent et emporté qui évoque l'élan des combattants, l'autre mélancolique et non sans grandeur. Ce prélude est peut-être la partie la plus réussie de l'œuvre.

Par ailleurs, force est au musicien d'abréger le texte. Cela même ne suffit pas. Pour ne point retarder infiniment une action qui déjà traîne beaucoup, le compositeur laisse parler un récitant au lieu de le faire chanter ; et il souligne le débit dramatique d'un accompagnement qui doit créer l'ambiance et qui, en fait, nous empêche d'entendre parfaitement les vers de Théodore Reinach. Quand le compositeur abandonne cette forme bizarre et malheureuse, il n'a point de peine à nous convaincre qu'il est en possession d'un fort bon métier. Son orchestre sonne bien. Son invention mélodique est distinguée. Il eût pu user en abondance des modes archaïques ; il s'en est pourtant gardé et ne les a employés qu'avec beaucoup de discrétion ; fort bien d'ailleurs, comme dans les chœurs du dernier acte."

(Larousse Mensuel Illustré, 1929)

 

 

SALAMMBÔ

 

Opéra en cinq actes et huit tableaux, livret de Camille du Locle, d'après le roman de Gustave Flaubert, musique d’Ernest Reyer.

 

Personnages : SALAMMBÔ, fille d'Hamilcar, jeune prêtresse de la déesse Tanit — TAANACH, son esclave — MATHO, commandant des mercenaires — NARR' HAVAS, Numide — SPENDIUS, Grec — HAMILCAR — GISCON — ANTHARITE — Le grand-prêtre de Melchart — Le grand-prêtre de Moloch — 2 prêtresses — Le grand-prêtre d'Echmoun — Le grand-prêtre de Khamon.

 

L'action se passe à Carthage en 240 avant Jésus-Christ.

 

Première représentation à Bruxelles, Théâtre Royal de la Monnaie, le 10 février 1890, par Mmes Rose CARON (Salammbô), Anna WOLF (Taanach), MM. SELLIER (Mathô), VERGNET (Shahabarim), Maurice RENAUD (Hamilcar), SENTEIN (Narr'Havas), Max BOUVET (Spendius), PEETERS (Giscon), CHALLET (Autharite), GOGNY (le grand prêtre de Khamon), SIMONIS (le grand prêtre de Melkarth), DE BARDY (le grand prêtre d'Eschmoun), VANDERLINDEN (le grand prêtre de Moloch), sous la direction d'Edouard BARWOLF.

 

Première fois en France, au Théâtre des Arts de Rouen, le 23 novembre 1890, avec Mme Eva DUFRANE (Salammbô), MM. RAYNAUD (Mathô) LEPRESTRE (Shahabarim), MONDAUD (Hamilcar), LEQUIEN (Narr'Havas), sous la direction de Philippe FLON.

 

Première à Paris, au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 16 mai 1892. Mise en scène d'Alexandre Lapissida. Divertissement réglé par Joseph Hansen. Décors d'Eugène Carpezat (1er et 5e actes), Auguste Rubé et Philippe Chaperon (2e acte), Amable et Eugène Gardy (3e et 4e actes). Costumes d'Eugène Lacoste.

Mme Rose CARON (Salammbô), VINCENT (Taanach).

MM. SALÉZA - débuts - (Mathô), VERGNET (Shahabarim), RENAUD (Hamilcar), DELMAS (Narr'Havas), G. BEYLE - débuts - (Spendius), DUBULLE (Giscon), BALLARD (Autharite), GALLOIS (Grand Prêtre de Khamon), M. DEVRIES (Grand Prêtre de Melkarth), DOUAILLIER (Grand Prêtre d'Eschoum), DENOYE (Grand Prêtre de Moloch), VOULET (un Prêtre).

Divertissement du 4e acte : Mlle HIRSCH et le Corps de Ballet.

Chef d'orchestre : Edouard COLONNE

 

 

20.09.1899

80e

27.06.1900

100e

21.05.1919

154e

23.05.1938

175e

Salammbô

Lucienne BRÉVAL

HATTO

CHENAL

LUBIN

Taanach

VINCENT

BEAUVAIS

LAUTE-BRUN

COUVIDOUX

 

 

 

 

 

Mathô

SALEZA

Georges LUCAS

FRANZ

LUCCIONI

Shahabarim

VAGUET

VAGUET

LAFFITTE

JOUATTE

Hamilcar

RENAUD

RENAUD

RENAUD

BECKMANS

Narr’Havas

DELMAS

DELMAS

DELMAS

PERNET

Spendius

SIZES

DOUAILLIER

NOEL

CLAVERE

Giscon

PATY

DELPOUGET

NARÇON

BERNASCONI

Autharite

DOUAILLIER

NIVETTE

ERNST

Roger RICO

Gd P. Khamon

ROGER

GALLOIS

GONGUET

GOURGUES

Gd P. Melkarth

BAUDIN

BAUDIN

OBEIN

NORÉ

Gd P. Eschoum

DELIT

LACOME

EZANNO

MEDUS

Gd P. Moloch

DENOYE

DENOYE

MAHIEUX

NOGUERA

Un Prêtre

EUZET

BERQUIER

CAMARGO

DE LEU

 

 

 

 

 

Ballet

DESIRE

LADAM

DESIRE

LADAM

J. SCHWARZ

G. RICAUX

LORCIA

PERETTI

Chef d’orchestre

TAFFANEL

TAFFANEL

RÜHLMANN

RÜHLMANN

 

Pour la reprise de 1938, les décors étaient de Souverbie, la chorégraphie d’Albert AVELINE et la mise en scène de Pierre CHEREAU.

 

196e à l’Opéra, le 26 février 1943, avec les interprètes de la reprise de 1938, sauf MM. NOUGARO (Hamilcar), PACTAT (Narr'Havas), MEDUS (Giscon), PHILIPPE (Autharite), DESHAYES, DELORME, PETITPAS et A. RICHARD (les 4 Grands Prêtres) et Eugène BIGOT au pupitre.

 

Autres interprètes des principaux rôles à l'Opéra :

Salammbô : Mmes BOSMAN (1892), BORGO (1904), MERENTIE (1907), DEMOUGEOT (1910), ROSAY (1919), FERRER (1938).

Mathô : MM. DUPEYRON (1892), SELLIER (1892), ROUSSELIERE (1902), ALVAREZ (1906), LAFFITTE (1919), DARMEL (1920), DE TREVI (1938).

Shahabarim : MM. AFFRE (1892), DUPEYRON (1892), SCARAMBERG (1904), DUBOIS (1904), NANSEN (1907), GAUTIER (1908), FEODOROW (1908), ALTCHEWSKY (1910), RAMBAUD (1919), ROUQUETTY (1938).

Hamilcar : MM. G. BEYLE (1892), NOTÉ (1893), BARTET (1902), BOULOGNE (1908), LESTELLY (1919), ROUARD (1919), SINGHER (1938).

Narr'Havas : MM. BALLARD (1892), BARTET (1899), BAER (1902), RIDDEZ (1904), CERDAN (1910), DRUINE (1919), ETCHEVERRY (1938).

 

196 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

 

Résumé.

Reyer avait été dans « la Statue », dans « Maître Wolfram », dans « Sigurd », réellement mélodiste. Pressentant l'impressionnisme qui allait surgir dans tous les arts, il a voulu sur le déclin de sa vie sacrifier lui aussi aux nouveaux dieux. De courts lambeaux de mélodies sont répandus un peu partout rappelant son ancienne manière : la nouvelle n'est encore qu'à l'état latent. Elle donne l'impression de la grandeur, l'impression de la passion, l'impression de la tendresse.

ACTE PREMIER : Dans le jardin d'Hamilcar. — Mécontents de la république, les mercenaires se révoltent. Lors d'un banquet auquel assistent tous les chefs mercenaires, Mathô délivre les prisonniers. Une grande agitation se répand, mais elle est calmée par la seule apparition de Salammbô que Mathô et Narr' Havas aiment.

ACTE DEUXIÈME : L'enceinte sacrée du temple de la déesse Tanit. — Mathô pénètre par surprise dans la ville et enlève « Zaïmph », le voile mystérieux de la déesse Tanit, dont Salammbô avait la garde.

ACTE TROISIÈME : 1er tableau : Le sanctuaire de Moloch. — La fortune de Carthage chancelle depuis le vol de « Zaïmph ». Le conseil des Anciens nomme Hamilcar dictateur. Un sacrifice humain doit être célébré en l'honneur de Moloch.

2e tableau : La terrasse de Salammbô. — Le grand-prêtre ordonne à Salammbô d'aller redemander le voile au ravisseur.

ACTE QUATRIÈME : 1er tableau : La tente de Mathô. — Narr' Havas propose à Mathô une alliance perfide que celui-ci accepte.

2e tableau : Le camp des mercenaires. — Salammbô va trouver Mathô et elle se livre à lui pour avoir l'objet sacré. Mais bientôt les deux sont dominés par un amour vrai et sincère.

3e tableau : Le champ de bataille. — Les mercenaires sont vaincus : Mathô est fait prisonnier.

ACTE CINQUIÈME : Mathô est désigné comme victime à Moloch. Salammbô doit elle-même sacrifier la victime au dieu. Mais, aimant Mathô, elle ne peut se résoudre à l'immoler. C'est pourquoi elle se tue elle-même et Mathô, la recevant dans ses bras, se précipite dans son épée.

 

« De même que le Sigurd du même auteur, Salammbô avait été représentée à Bruxelles avant d'être jouée à Paris, ce qui n'a pas empêché l'œuvre d'obtenir ici le succès qu'elle méritait. Voici l'analyse du poème, avec les titres que le librettiste a donnés à chaque tableau :

Acte premier (le Festin des Mercenaires dans les jardins d'Hamilcar). Hamilcar, le suffète carthaginois, fait traiter somptueusement les chefs de ses mercenaires, pour leur faire prendre patience sur les retards apportés à leur solde. Mais ses largesses ne suffisent pas à apaiser leur mécontentement, et bientôt l'un d'eux, Mathô, chef des Lybiens, ayant enfoncé les portes de la prison qui retient les captifs du suffète, une révolte générale éclate. C'est alors qu'apparaît au haut de la terrasse, dans toute la splendeur de sa beauté sévère. Salammbô, la fille d'Hamilcar. Éblouis à sa vue, les révoltés s'arrêtent. Salammbô descend, et de sa blanche main emplit une coupe qu'elle présente à Mathô en guise d'apaisement et de réconciliation. Mathô prend la coupe, fasciné par le regard de la jeune femme, mais Narr’Havas, roi des Numides, qui est épris de celle-ci, se jette, jaloux, sur le Lybien et le blesse d'un coup de poignard. Voici pourtant que s'approche l'armée carthaginoise pour punir les révoltés, et ceux-ci, se pressant autour de Mathô, l'acclament pour leur chef.

Le second acte (l'Enceinte sacrée du temple de Tanit), nous montre l'intérieur du temple. Au fond, le sanctuaire mystérieux où les prêtres gardent avec un soin jaloux le zaïmph, c'est-à-dire le voile sacré de la déesse, auquel est attaché le salut de Carthage, et que nul ne peut toucher sans s'exposer à la mort. Mathô, caché avec un des siens, a conçu le projet de s'emparer du zaïmph, dont la possession doit amener son triomphe. Il assiste aux pratiques religieuses des prêtres de Tanit, puis à l'arrivée de Salammbô, qui vient confier au grand prêtre Shahabarim l'inquiétude mortelle que lui causent des visions mystérieuses, en lui faisant entendre que Carthage est en danger et le zaïmph en péril. Le prêtre, saisi d'effroi, la laisse seule, et, tandis que Salammbô se lamente, Mathô pénètre dans le sanctuaire, enlève le voile sacré et, s'en enveloppant, se présente aux yeux de la jeune femme, qui croit à une apparition divine. Mais Mathô la détrompe et lui déclare qu'il l'aime. Salammbô alors, ivre de fureur, repousse le sacrilège. Ses cris attirent les prêtres courroucés, qui veulent se saisir de Mathô ; mais celui-ci leur échappe, grâce au voile qui le rend inviolable.

Acte troisième, premier tableau (le Conseil des Anciens dans le sanctuaire du temple de Moloch). Le conseil tient séance pour parer aux événements que présage la disparition du zaïmph. Au milieu du désarroi général et en profitant, Hamilcar paraît et n'a pas de peine à se faire nommer dictateur. — Deuxième tableau (la Terrasse de Salammbô). Seule, mélancolique et pensive au bord de la terrasse qu'éclairent les derniers feux du jour, Salammbô songe au jeune barbare qui tient en ses mains les destinées de sa patrie et que son père s'apprête à combattre. Elle est tirée de sa rêverie par l'arrivée de Shahabarim, qui lui dit qu'elle peut sauver Carthage en s'emparant à son tour du voile qu'un infâme à dérobé. Qu'elle mette ses plus beaux habits, qu'elle se pare comme une jeune épousée, lui-même la conduira à la tente de Mathô, et grâce à la puissance de sa beauté elle pourra reconquérir la sainte relique. Salammbô consent.

Acte quatrième, premier tableau (le Camp des Mercenaires). Narr’Havas, celui-là même qui a frappé Mathô, vient pour se réconcilier avec lui et lui offre une alliance et le concours de ses guerriers pour combattre les Carthaginois. Mathô accepte sans défiance. — Deuxième tableau (la tente de Mathô). Salammbô pénètre dans la tente du chef lybien, que sa vue seule fait bondir de joie. Elle lui réclame fièrement le voile sacré, et Mathô, subjugué, est près de le lui rendre. Mais lorsqu'il apprend qu'elle retourne à Carthage, Mathô se répand contre elle en injures et la repousse durement. Puis, frappé de sa beauté et de son impassibilité, il s'agenouille devant elle en lui demandant pardon. Et Salammbô, touchée de son amour, sent qu'elle l'aime à son tour, et oubliant tout, se laisse tomber dans ses bras. Tout à coup on entend des clameurs. C'est Narr’Havas, qui a trahi son serment et qui, avec Hamilcar, a surpris le camp des mercenaires. Mathô s'arrache aux bras de Salammbô et court au combat. — Troisième tableau (le Champ de bataille). Les Carthaginois ont vaincu, grâce à Narr’Havas, qui, pour prix de sa trahison, a obtenu d'Hamilcar la main de sa fille. Des prisonniers sont amenés, parmi lesquels Mathô, blessé, sanglant, et qui sait qu'il va mourir, comme les siens. Non pas comme eux pourtant, car, par un raffinement de cruauté, Hamilcar décide qu'il sera immolé au pied même de l'autel de Tanit, où sera consacrée l’union de Salammbô et de Narr’Havas.

Acte cinquième (les Noces de Salammbô). Le forum de Carthage avec le temple de Tanit, au jour réservé pour le triomphe et pour la fête nuptiale. On voit défiler le cortège triomphal. Puis vient Salammbô accompagnée de son père et de son fiancé, qui se place avec eux sous la statue de la déesse. Bientôt Mathô, amené par des gardes, est jeté brutalement aux pieds de la statue. Shahabarim s'apprête à lui donner la mort, lorsque la foule s'écrie : « Non ! pas le prêtre. Celle qui délivra le voile, Salammbô. » On veut que Salammbô elle-même fasse l'office de sacrificateur et de bourreau. Salammbô consent. Elle prend l'arme des mains du prêtre et s'avance vers Mathô en disant : « Quiconque te toucha, voile saint et béni, doit mourir ! » Mais au lieu de frapper la victime désignée, elle se frappe elle-même et tombe. En la voyant expirante, Mathô saisit à son tour le glaive, s'en frappe et tombe mourant sur le corps de celle qui l'aimait.

Tel est le livret sur lequel M. Reyer a écrit sa partition, œuvre pleine de noblesse, de grandeur, de passion et d'éclat. De trop d'éclat peut-être ; car, s'il est un reproche à lui faire, c'est l'abus un peu trop constant des sonorités stridentes et cuivrées. Peut-être y aurait-il lieu de lui faire quelques autres chicanes de détail, peut-être trouverait-on que les airs de ballet n'ont pas été suffisamment caressés par le compositeur, et qu'ils n'ont pas toute l'élégance, toute la délicatesse d'inspiration qu'on pouvait attendre de lui. Mais combien l'œuvre est belle et pure de lignes en son ensemble ! Quel grand sentiment dramatique on y rencontre toujours, et quelle poésie, quel charme, quelle mélancolie s'en dégage parfois, comme dans le tableau de la terrasse de Salammbô, qui est certainement l'une des pages les plus suaves, les plus exquises qu'on puisse rencontrer au théâtre !

Le premier acte, qui ne me paraît pourtant pas le meilleur, établit néanmoins l'action avec une netteté et une franchise remarquables, et il y faut tout au moins noter le chœur farouche de la révolte, aussi bien que l'heureuse couleur et le beau caractère de l'hymne à Tanit. Le second acte est d'une rare beauté. La scène où Mathô et son compagnon, s'introduisant furtivement dans le temple, dialoguent pendant que les prêtres se livrent à leurs rites religieux, est conçue avec une intelligence singulière des conditions scéniques, et le duo de Salammbô et de Shahabarim est superbe. Le sentiment mélodique de ce duo, plein d'accent, est d'une élégance rare et d'une délicieuse fraîcheur d'inspiration. La fin de l'acte ne le cède en rien au commencement, et donne le sentiment de la perfection.

Le premier tableau du troisième acte n'offre rien de particulier. Mais tout concourt à faire du second tableau l'un des spectacles les plus merveilleux et les plus émouvants qui se puissent concevoir : un décor qui est un pur chef-d'œuvre, une inspiration musicale dont la poésie pleine d'une mélancolie rêveuse vous transporte dans des régions inconnues, enfin une cantatrice (Mme Caron) dont la haute intelligence, le rare sentiment musical et les grandes facultés scéniques mettent dans tout leur relief les beautés de cette inspiration et les font ressortir dans toute leur intensité, voilà ce que nous offre cet épisode enchanteur de la terrasse de Salammbô. Cela est exquis, parfait, et sans une note discordante. Il faut remarquer surtout ici l'adorable mélodie, si poétique, de Salammbô : Qui me donnera, comme à la colombe, des ailes ? que précède une sorte de récitatif plein de douceur, qui revient avec un charme délicieux à la fin de la cantilène.

Le serment de Mathô, de Narr’Havas et de leurs guerriers, qui termine le premier tableau du quatrième acte, est plein de chaleur et d'énergie. Le second tableau ne contient qu'un seul morceau, le duo de Mathô avec Salammbô venant réclamer le voile sacré ; mais ce duo vigoureux et passionné est une des meilleures pages de la partition. Le tableau du champ de bataille est vivant, coloré, animé, et il se termine d'une façon superbe par la belle imprécation de Mathô : Toi qui n'as pas rougi de souiller tant de gloire, qui est d'une déclamation magnifiquement énergique. Le dernier acte avec son triomphe, son cortège, ses danses, est plein d'éclat et de couleur, et sa partie dramatique, la double mort de Salammbô et de Mathô clôt dignement cette œuvre puissante, émue et vivante, qui nous ramène aux belles et nobles traditions de la grande école musicale française.

Car c'est là l'une des grandes qualités de cette œuvre mâle et caractéristique. Elle s'inspire des vraies et saines traditions nationales, de notre génie clair et pur, elle fait litière des monstruosités préconisées par certains cerveaux malades, et elle apporte une consolation mélodique aux douleurs cuisantes que nous font endurer chaque jour de prétendus musiciens pour qui la musique est devenue l'art de déchirer les oreilles par la combinaison des sons. Tout en étant bien de son temps, tout en faisant leur juste part aux recherches de modernité dont sont épris nombre d'esprits sérieux, M. Reyer ne croit pas devoir faire fi, comme tant d'autres, des éléments puissants qui sont le fonds même de l'art musical dans son application au théâtre. Il croit que le sentiment d'une belle mélodie, claire et limpide, n'est pas chose absolument superflue ; que la coupe normale de la phrase, la clarté et la logique dans la conduite du discours musical, ne sont pas absolument à dédaigner ; qu'une interminable mélopée, qu'un récit éternel, sans césure, sans repos, sans points de repère, n’est pas ce qu'on a pu trouver de mieux jusqu'à ce jour pour charmer ou émouvoir l'auditeur ; qu'il n'est pas besoin d'étouffer ou d'écraser les voix sous le fracas d'un orchestre violent pour obtenir des effets dramatiques ; enfin, que ce sont les personnages du drame, êtres actifs, et non les instruments de cet orchestre, êtres passifs, qui doivent conduire l'action, maîtriser la situation et procurer l'émotion. Voilà ce que nous prouve la partition de Salammbô, et je crois que, en dehors de son mérite intrinsèque, qui est très grand, ce rappel de nos traditions, qui s'y montre d'une façon si remarquable, est loin d'avoir nui à son succès, qui a été éclatant. L'œuvre, il faut le dire au surplus, a été merveilleusement présentée au public par des artistes de premier ordre : Mme Caron, MM. Saléza, Vergnet, Renaud, Delmas et Beyle. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]

 

 

SALOMÉ

 

Drame musical en un acte, livret d'Hedwig Lachmann, d'après Salomé, tragédie d'Oscar Wilde, musique de Richard Strauss.

 

Personnages : Hérode Antipas, tétrarque de Judée (ténor) ; Hérodias, la femme d’Hérode (mezzo-soprano) ; Salomé, la fille d’Hérodias (soprano) ; Iokanaan (saint Jean-Baptiste) (baryton) ; Narraboth, un jeune Syrien capitaine de la garde (ténor) ; le page d’Hérodias (contralto) ; cinq Hébreux (quatre ténors et une basse) ; deux Nazaréens (basses) ; un homme de la Cappadoce (basse) ; un esclave (soprano ou ténor).

 

L’action se déroule dans le palais d’Hérode, à Tibériade en Galilée, en 30 avant J.-C.

 

Créé au Grand Théâtre de Dresde, le 09 décembre 1905.

 

Premières fois, à New York (Metropolitan Opera) le 22 janvier 1907 ; à Paris, en mars 1907, au Petit Théâtre ; à Paris, au Théâtre du Châtelet, le 08 mai 1907.

 

Première à la Monnaie de Bruxelles le 25 mars 1907 sous la direction de Sylvain Dupuis, avec Mmes Mazarin (Salomé), Laffitte (Hérodias), De Bolle (un page d'Hérodias), MM. Swolfs (Hérode), Petit (Iokanaan), Nandès (Narraboth), Vallier (un Nazaréen), François (un soldat), Danlée (2e soldat), Nandès, Dognies, Dister, Dua, Belhomme (cinq juifs), Deboot (un Cappadocien). Danse des sept voiles par Aïda Boni (Salomé).

 

 

DRESDE

09.12.1905

NEW YORK

22.01.1907

PARIS

03.1907

PARIS

08.05.1907

Salomé

Marie WITTICH

FREMSTAD

ISNARDON

DESTINN

Hérodias

CHAVANNE

WEED

G. REACHE

SENGERN

 

 

 

 

 

Hérode

Karl BURRIAN

BURRIAN

SIZES

BURRIAN

Iokanaan

PERRON

VAN ROOY

VIGNEAU

FEIHNALS

Narraboth

X

DIPPEL

PAULET

MILLER

Chef d’orchestre

Ernst von SCHUCH

HERTZ

W. STARAM

R. STRAUSS

 

Première au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 06 mai 1910, dans la version française de Joseph de Marliave et Pedro Gailhard. Mise en scène de Paul Stuart. Danse des Sept Voiles réglée par Mme Stichel. Décors de Rochette et Landrin. Costumes de Joseph Pinchon.

Mmes Mary GARDEN (Salomé), LE SENNE (Hérodias), BAILAC (Page).

MM. MURATORE (Hérode), DUFRANNE (Iokanaan), DUBOIS (Narraboth), FABERT, NANSEN, WARELLY, GONGUET, DELPOUGET (5 juifs), DELRIEU, CERDAN (2 Nazaréens), BERNARD (un Cappadocéen), LEQUIEN, EZANNO (2 Soldats), REVOL (un Esclave).

Danse des Sept Voiles dansée par Mme Mary GARDEN.

Chef d'orchestre : André MESSAGER

 

 

17.05.1926

50e

21.11.1934

75e

29.08.1938

100e

26.10.1951 *

104e

Salomé

VIX

LAWRENCE

DJANEL

I. BORKH

Hérodias

CARO

CARO

CARO

M. KLOSE

Un Page

COURSO

ALMONA

ALMONA

LEROY-THIEBAULT

 

 

 

 

 

Hérode

FONTAINE

DE TREVI

DE TREVI

M. LORENZ

Iokanaan

ROUARD

BROWNLEE

BECKMANS

WELITSCH

Narraboth

RAMBAUD

RAMBAUD

RAMBAUD

WITTRISCH

1er Juif

DUBOIS

LE CLEZIO

DE LEU

ZIMMERMANN

2e Juif

SORIA

CHASTENET

CHASTENET

CHASTENET

3e Juif

REGIS

GILLES

GILLES

DESHAYES

4e Juif

MORINI

GOURGUES

GOURGUES

MICHEL

5e Juif

NARÇON

NARÇON

NARÇON

FOREL

1er Nazaréen

MADLEN

MADLEN

MADLEN

RIALLAND

2e Nazaréen

GUYARD

CLAVERIE

CLAVERIE

K. BOEHME

Cappadocéen

LUBIN

FOREST

FOREST

MAX-CONTI

1er Soldat

CARBELLY

MEDUS

PACTAT

CHARLES-PAUL

2e Soldat

ERNST

ERNST

ERNST

M. ROUX

Un Esclave

DELRIEU

DE LEU

DE LEU

Mme RICQUIER

Chef d’orchestre

Ph. GAUBERT

Ph. GAUBERT

FOURESTIER

SEBASTIAN

 

* La reprise de 1951 eut lieu dans une mise en scène de M. TETJEN.

 

Reprise du 17 octobre 1958 (108e représentation). Mise en scène de José BECKMANS.

Mmes RHODES (Salomé), GORR (Hérodias), KAHN (un Page).

MM. VINAY (Hérode), BIANCO (Iokanaan), FINEL (Narraboth), MICHEL, CHASTENET, ROUQUETTY, ROMAGNONI, SERKOYAN (5 Juifs), GOURGUES et SAVIGNOL (2 Nazaréens), MAX-CONTI (un Cappadocéen), HURTEAU et CHAPUIS (2 Soldats), LAMANDER (un Esclave).

Chef d'orchestre : André CLUYTENS

 

117e à l’Opéra, le 6 avril 1959, avec les interprètes de la reprise ci-dessus, sauf : Mme G. SERRES (Hérodias), MM. LUCCIONI (Hérode), RALLIER (2e Juif), CHAUVET (un Esclave) et FOURESTIER au pupitre.

 

Autres interprètes des principaux rôles à l'Opéra :

Salomé : Mmes G. BELLINCIONI (1911), KOUSNIETZOFF (1912), Maria LABIA (1913), Pauly DREESEN (1929), Marcelle BUNLET (1934).

Hérodias : Mmes DUBOIS-LAUGER (1913), TESSANDRA (1929), MAHIEU (1935), SCHENNEBERG (1936), MILLINKOVIC (1952), DESMOUTIERS (1958).

Hérode : MM. DALMORES (1913), FORTI (1930).

Iokanaan : MM. DANGES (1911), J. NOTÉ (1912), SINGHER (1937), HERMANN (1952).

Narraboth : MM. R. LASSALLE (1911), RIALLAND (1958), Jacques LUCCIONI (1959).

 

N. B. — Richard STRAUSS a dirigé son œuvre au Palais Garnier, le 05 novembre 1930.

 

117 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

 

 

SALOMÉ

 

Tragédie lyrique en un acte, livret d'Oscar Wilde, musique d’Antoine Mariotte. Création à Lyon le 30 octobre 1908. Première au Théâtre de l'Opéra le 02 juillet 1919. => fiche technique

 

 

SALSIFIS

 

Opéra-comique en trois actes, musique d'Alphonse Pellet, représenté à Nîmes le 04 août 1868.

 

 

SALTIMBANQUES (LES)

 

Opérette en trois actes et quatre tableaux, livret de Maurice Ordonneau, musique de Louis Ganne.

 

Première représentation à Paris, Gaîté-Lyrique, le 30 décembre 1899, sous la direction de Charles Malo.

 

 

SALUTISTE (LA)

 

Opéra-monologue en un acte, livret de Fernand Beissier, musique de Charles Lecocq, représenté au Théâtre des Capucines le 14 janvier 1905.

 

 

SALVATOR ROSA

 

Opéra-comique en trois actes, livret d’Eugène Grangé et Henri Trianon, musique de Jules Duprato. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 30 avril 1861, avec Mlle Saint-Urbain, MM. Crosti, Warot, Nathan, Lemaire. Parmi les morceaux agréables qui composent la partition, on a distingué la chanson de Salvator au premier acte : Sans regret et sans envie ; le chœur dansé : Au son des guitares et des tambourins, et la chanson de l'ermite.

 

 

SAMARITAINE (LA)

 

« Evangile » en trois tableaux, en vers, d’Edmond Rostand, avec musique de Gabriel Pierné, représenté au théâtre de la Renaissance le 14 avril 1897.

 

 

SAMARITAINE (LA)

 

Drame lyrique en trois actes, livret d'Edmond Rostand, musique de Max d'Ollone.

 

Création au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 23 juin 1937. Mise en scène de Pierre Chéreau. Projections de Klausz.

Mmes HOERNER (Photine), MAHE, Odette RICQUIER, ALMONA (3 Femmes), COUVIDOUX (une Servante), VOLFER et COURTIN (2 Jeunes Filles).

MM. André PERNET (Jésus), DE TREVI (le Centurion), A. HUBERTY (le Prêtre), BUSSONET (Aziel), NARÇON (Pierre), GOURGUES (un Jeune Homme), PACTAT (un Ancien), NORÉ (Jean), MOROT (André), CHARLES-PAUL (Jacques), FOREST (Nathanael), ERNST (Judas), GILLES, NOGUERA, MADLEN, MEDUS (4 Marchands), AIRIL (le Choer), COTTEL (l'Aveugle), BOULE (le Paralytique), IMMOF et RODON (2 Enfants).

Chef d'orchestre : Max d'OLLONE

 

7e à l’Opéra, le 19 mars 1938, avec les créateurs, sauf : MM. Charles COTTA (André), DE LEU (le Choer).

 

7 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

 

"C'est le poème même d'Edmond Rostand, coupé, allégé autant que possible, que le compositeur a mis en musique. Ce point de départ n'est peut-être pas très heureux, surtout quand il s'agit des vers de Rostand, qui valent eux-mêmes par leur sonorité ; néanmoins M. Max d'Ollone a transformé ainsi la pièce en une sorte de noble oratorio, aux lignes mélodiques très pures, un peu monotones, soutenues par un orchestre discret et classique." (Larousse Mensuel Illustré, 1937)

 

 

SAMSON

 

Tragédie lyrique de Voltaire, musique de Jean-Philippe Rameau, écrite en 1732, non représentée.

 

 

SAMSON

 

Drame biblique en deux parties, poème de Voltaire, mis en musique par M. Weckerlin, exécuté sous forme de concert, dans la salle du Conservatoire, le 24 avril 1890. C'est à propos du poème de Samson, qu'il avait écrit pour Rameau et à sa demande, que Voltaire faisait les réflexions que voici : « Une comédie de Samson fut jouée longtemps en Italie. On en donna une traduction à Paris en 1717, par un nommé Romagnesi. On la représenta sur le théâtre français de la Comédie prétendue Italienne, anciennement le palais des ducs de Bourgogne (l'Hôtel de Bourgogne) . Elle fut imprimée et dédiée au duc d'Orléans, Régent de France. Dans cette pièce sublime, Arlequin, valet de Samson, se battait contre un coq d'Inde, tandis que son maître emportait les portes de la ville de Gaza sur ses épaules. En 1732, on voulut représenter à l'Opéra de Paris une tragédie de Samson, mise en musique par le célèbre Rameau ; mais on ne le permit pas. Il n'y avait ni Arlequin, ni coq d'Inde : la chose parut trop sérieuse. On était bien aise, d'ailleurs, de mortifier Rameau, qui avait de grands talents. Cependant, on joua dans ce temps-là l'opéra de Jephté, tiré de l'Ancien Testament, et la comédie de l'Enfant prodigue, tirée du Nouveau. » Le fait est que lorsqu'on eût connaissance d'un opéra intitulé Samson, les dévots s'ameutèrent, comme ils avaient fait naguère pour Tartuffe, et en firent interdire la représentation. Il est probable que Rameau n'écrivit jamais la partition du poème de Voltaire. C'est ce poème que M. Weckerlin, après un siècle et demi, eût l'idée de mettre en musique. Son œuvre est intéressante, un peu froide peut-être, mais d'un beau style et d'un excellent sentiment.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]

 

 

SAMSON

 

Opérette, livret d’Edouard Duprez, musique de Gilbert Louis Duprez (1857).

 

 

SAMSON ET DALILA

 

Opéra biblique en trois actes et quatre tableaux, livret de Ferdinand Lemaire, d’après l’épisode biblique, musique de Camille Saint-Saëns (composé en 1868-1877).

 

Personnages : Dalila (mezzo-soprano) ; Samson (ténor) ; le Grand-Prêtre de Dagon (baryton) ; Abimélech, satrape de Gaza (1re basse) ; un vieillard hébreu (2e basse) ; un messager philistin (ténor) ; premier Philistin (ténor) ; deuxième Philistin (basse) ; Hébreux, Philistins (chœur, ballet, figuration).

 

L’action se déroule à Gaza, avant J.-C.

 

Premières auditions en France : exécution du 2e acte sous forme d’audition en 1868 ; exécution du 2e acte en costumes le 20 août 1874 dans le parc de la propriété de Pauline Viardot à Croissy, avec Pauline Viardot (Dalila), Nicot (Samson) et Auguez (le Grand-Prêtre) avec Saint-Saëns au piano ; exécution du 1er acte au Concerts Colonne, le 26 mars 1875.

 

Créé au Théâtre Grand-Ducal de Weimar, le 2 décembre 1877, à l’instigation de Franz Liszt, dans une traduction allemande de Richard Pohl, décors de Haendel, costumes de Both, chorégraphie de Franke.

 

Premières fois en France, au Théâtre des Arts de Rouen, le 3 mars 1890 ; à Paris, pour l'inauguration du Théâtre-Lyrique de l’Eden, le 31 octobre 1890.

 

Première fois à la Monnaie de Bruxelles le 25 octobre 1894.

 

 

Concerts Colonne

26.03.1875

Weimar

02.12.1877

Rouen

03.03.1890

Paris

31.10.1890

Bruxelles

25.10.1894

Dalila

BRUAUT

VON MÜLLER

Amélie BOSSY

Rosine BLOCH

ARMAND

 

 

 

 

 

 

Samson

CAISSO

FERENCZY

LAFARGE

TALAZAC

COSSIRA

Grand Prêtre

MANOURY

MILDE

MONDAUD

Jacques BOUHY

BEYLE

Abimélech

 

DENGLER

 

FERRAN

JOURNET

Chef d’orchestre

Edouard COLONNE

Eduard LASSEN

Gabriel MARIE

Gabriel MARIE

 

 

Première au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 23 novembre 1892. Mise en scène d'Alexandre Lapissida. Décors d'Amable et Eugène Gardy (1er et 2e actes), Eugène Carpezat (3e acte). Costumes de Charles Bianchini.

Mme Blanche DESCHAMPS-JEHIN (Dalila).

MM. Edmond VERGNET (Samson), Jean LASSALLE (le Grand Prêtre), René FOURNETS (Abimélech), Marius CHAMBON (le Vieillard Hébreu), GALLOIS (un Messager), LAURENT et DOUAILLIER (les deux Philistins).

Au dernier tableau, « Bacchanale » réglée par Joseph HANSEN, dansée par Mlles LAUS, TORRI et le Corps de Ballet.

Chef d'orchestre : Edouard COLONNE

 

 

05.10.1898

100e

12.06.1907

 

09.04.1916

396e

25.02.1922

500e

28.06.1922

505e

(500e fêtée)

Dalila

HEGLON

MARGYL

LAPEYRETTE

MONTFORT

CHARNY

 

 

 

 

 

 

Samson

COURTOIS

ALVAREZ

LAFFITTE

CAZENAVE

FRANZ

Grand Prêtre

NOTÉ

NOTÉ

DELMAS

DUCLOS

JOURNET

Abimélech

DELPOUGET

DELPOUGET

NARÇON

MAHIEUX

NARÇON

Vieillard

L. GRESSE

NIVETTE

A. GRESSE

A. HUBERTY

A. HUBERTY

Messager

GALLOIS

GALLOIS

GONGUET

GONGUET

GONGUET

Philistin

LACOME

RAGNEAU

LACOME

BRUYAS

BRUYAS

Philistin

LAURENT

GONGUET

ERNST

ERNST

ERNST

 

 

 

 

 

 

Bacchanale

LOBSTEIN

TORRI

TROUHANOVA

VANGŒTHEN

KUBLER

DELSAUX

DELSAUX

BRANA

DELSAUX

BRANA

Chef d’orchestre

TAFFANEL

Paul VIDAL

BACHELET

GAUBERT

GAUBERT

 

 

 

30.01.1926

600e

19.10.1930

700e

02.07.1934

736e

14.10.1935

745e

Gala

Dalila

FROZIER-MARROT

MONTFORT

I. POPOVA

Ketty LAPEYRETTE

 

 

 

 

 

Samson

PERRET

FRANZ

FRANZ

Georges THILL

Grand-Prêtre

Robert COUZINOU

CLAVERIE

CLAVERIE

John BROWNLEE

Abimélech

BORDON

BORDON

FROUMENTY

André PERNET

le Vieillard

NARÇON

GROMMEN

NARÇON

Albert HUBERTY

Messager

MADLEN

MADLEN

MADLEN

Camille ROUQUETTY

Premier Philistin

GUYARD

GUYARD

FOREST

AIRIL

Deuxième Philistin

Charles CAMBON

Charles CAMBON

Charles CAMBON

Charles CAMBON

 

 

 

 

 

Bacchanale

DELSAUX

BRANCA

FRANCK

ELLANSKAIA

SOUTZO

BINOIS

SOUTZO

BINOIS

Chef d’orchestre

RÜHLMANN

SZYFER

GAUBERT

GAUBERT

 

A l'occasion du Centenaire de Camille Saint-Saëns, une deuxième production fut présentée le 14 octobre 1935, avec des décors et des costumes signés de Paul Larthe, et dans une mise en scène de Pierre CHÉREAU.

 

 

21.08.1938

761e

03.04.1940

800e

31.01.1954

922e

17.06.1960

934e

Dalila

ANDURAN

BOUVIER

COUDERC

Denise SCHARLEY

 

 

 

 

 

Samson

LUCCIONI

FRONVAL

VERDIERE

Mario DEL MONACO

Grand-Prêtre

SINGHER

ENDREZE

BIANCO

René BIANCO

Abimélech

FROUMENTY

DUTOIT

SOIX

Jacques MARS

le Vieillard

BERNASCONI

NARÇON

MEDUS

Gérard CHAPUIS

Messager

NORÉ

DELORME

BONOMO

Guy CHAUVET

Premier Philistin

AIRIL

ERNST

CHASTENET

Pierre RANCK

Deuxième Philistin

BUSSONNET

CAMBON

MAX-CONTI

Jean-Pierre HURTEAU

 

 

 

 

 

Bacchanale

S. SCHWARZ

BINOIS

CHAUVIRE

DUPREZ

DYNALIX

LACOTTE

Claire MOTTE

Attilio LABIS

Chef d’orchestre

GAUBERT

PARAY

CLUYTENS

Louis FOURESTIER

 

Une troisième production fut présentée le 17 juin 1960, décors de Maurice Brunet, chorégraphie de George SKIBINE — Mise en scène de José BECKMANS.

 

Autres interprètes des principaux rôles à l'Opéra :

Dalila: Mmes PASSAMA (1893), DELNA (1899), FLAHAUT (1899), Berthe SOYER (1901), Lucy ARBELL (1903), MARGYL (1905), BAILAC (1907), CHARBONNEL CROIZA (1908), Félia LITVINNE (1909, 2e acte seul), LACOMBE-OLIVIER (1910), CALVET (1912), Jeanne BOREL (1914), Rose MONTAZEL (1916), ROYER (1916), COURSO (1917), Marie-Louise ARNE (1920), TODOROVA (1921), Madeleine CARON (1923), MATZENAUER (1924), Hélène de SADOWEN (1924), Germaine GRIALYS (1926), TESSANDRA (1926), Georgette CARO (1927), ANDAY (1928), RAVEAU (1929), Jeanne MANCEAU (1932), Marie-Antoinette ALMONA (1934), Eliette SCHENNEBERG (1937), JONUSKAITE (1939), LEFORT (1941), Suzanne DUMAN (1942), CHABAL (1947), HARSHAW (1948), Agnès DISNEY (1949), GORR (1952), Lucienne DELVAUX (1956).

Samson : MM. ALVAREZ (1893), DUPEYRON (1893), Emmanuel LAFARGE (1896), RAYNAL (1897), AFFRE (1898), ROUSSELIERE (1900), CASSET (1902), GAUTIER (1908), RIDDEZ (1908), GODARD (1908), Marius CORPAIT (1909), ALTCHEWSKY (1910), SWOLFS (1910), FONTAINE (1911), R. LASSALLE (1912), VERDIER (1912), MAJERSKY (1912), GRANAL (1913), DARMEL (1914), DUTREIX (1914), SULLIVAN (1916), CARRERE (1919), ANSSEAU (1923), MURATORE (1924), Eric AUDOIN (1925), MORINI (1926), Fernand FANIARD (1930), DE TREVI (1931), SAINT-CRICQ (1932), YCHE (1935), KRIFF (1938), MAISON (1939), VITOU (1948), Jean LE MOAN (1950), JOBIN (1950), H. BEIRER (1960).

Le Grand-Prêtre : MM. Gaston BEYLE (1893), M. RENAUD (1893), Jean BARTET (1897), RIDDEZ (1902), Raymond BOULOGNE (1908), BECK (1908), TEISSIE (1908), DANGES (1910), ROSELLY (1910), ROUARD (1912), LESTELLY (1913), ROOSEN (1913), Yves NOËL (1914), CERDAN (1921), Romain CARBELLY (1922), Louis ARNAL (1923), LANTERI (1923), PEYRE (1925), DALERANT (1925), Pierre NOUGARO (1932), BECKMANS (1938), CAMBON (1942), CHARLES-PAUL (1945), BORTHAYRE (1952), MASSARD (1952), E. BLANC (1956).

le Vieillard hébreu : Auguste DUBULLE (1893), DELPOUGET (1905), Pierre d’ASSY (1907), KARDEC (1914), Léon ERNST (1917), Paul AUMONIER (1919), RAYBAUD (1927), André RICHARD (1949).

Abimélech : Juste NIVETTE (1901), André GRESSE (1916), DEL VAL (1917), Léon ERNST (1918), DRUINE (1919), Humbert TOMATIS (1939), Willy TUBIANA (1945), Jean PETITPAS (1946), Georges VAILLANT (1956), Jean-Pierre HURTEAU (1960).

 

945 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

 

Le 25 février 1910, l’œuvre fut représentée en français à la Scala de Milan par des artistes de l’Opéra de Paris : Ketty LAPEYRETTE (Dalila), Paul FRANZ (Samson), M. DUCLOS (le Grand-Prêtre), VANNI-MARCOUX (le vieillard hébreu), sous la direction d’Henri RABAUD. Les décors étaient de M. Sala et A. Parravicini.

 

« Le récit biblique a été profondément modifié par le librettiste. Dalila trahit Samson par fanatisme religieux, pour venger les insultes faites par les Israélites au dieu Dagon. Samson s'efforce de relever le courage abattu des Hébreux. Abimélech, satrape de Gaza, vient, accompagné de soldats philistins, pour s'opposer aux plaintes des vaincus ; Samson invoque contre lui la protection du Dieu d'Israël. Abimélech se précipite sur Samson, qui lui arrache son épée des mains et l'en transperce. Dalila, conseillée par le grand prêtre de Dagon, entoure Samson de toutes sortes de séductions ; les prêtresses forment une danse voluptueuse ; Samson paraît à moitié subjugué ; ainsi finit le premier acte. Le second se passe dans la vallée de Soreck, devant la maison de Dalila. Le grand prêtre vient conférer avec elle sur les moyens de prendre le chef redoutable des Hébreux, de découvrir le secret de sa force extraordinaire et de le livrer enchaîné à ses ennemis. Dalila promet de seconder son dessein. Samson arrive auprès d'elle, et, dans un duo très passionné et très long, l'un hésite à livrer le secret que l'autre veut obtenir tour à tour par ses caresses, ses menaces, son désespoir. Dalila se retire dans sa maison, Samson la suit. Des soldats philistins s'approchent dans l'ombre ; Dalila paraît à sa fenêtre et les appelle. Samson s'écrie : Trahison ! La toile tombe. Le premier tableau du troisième acte représente Samson enchaîné, aveugle, les cheveux coupés et tournant la meule. Il reconnaît sa faute et gémit sur son sort. On entend les Hébreux captifs reprocher à leur chef de les avoir sacrifiés à l'amour d'une femme. Dans le second tableau, le grand prêtre de Dagon est entouré dans le temple des princes philistins. Une fête solennelle se prépare. On voit la statue du dieu et les deux colonnes de marbre au milieu du sanctuaire. Dalila est présente et les jeunes filles des Philistins dansent. Un enfant amène Samson. Le grand prêtre pousse l'ironie jusqu'à lui faire verser de l'hydromel dans une coupe par Dalila elle-même ; bien plus, elle lui prend la main, le guide en lui adressant ces paroles :

 

Laisse-moi prendre ta main

Et te montrer le chemin,

Comme dans la sombre allée

Qui conduit à la vallée,

Ce jour où, suivant mes pas,

Tu m'enlaçais de tes bras !

Tu croyais à cet amour

C'est lui qui rive ta chaîne ;

Dalila venge en ce jour

Son Dieu, son peuple et sa haine !

 

« Venger sa haine » est une expression peu correcte ; c'est un détail. Mais ce qui est plus sérieux, c'est d'avoir conçu une situation aussi odieuse ; je ne crois pas qu'elle soit tolérée ailleurs qu'à Weimar, où l'on aime l'extraordinaire. Abreuvé d'insultes, Samson se fait conduire près des deux piliers du sanctuaire ; il adresse à Dieu une prière fervente pour obtenir un moment sa force première. Pendant qu'une sorte d'orgie religieuse règne dans ce temple et qu'une danse vertigineuse s'agite autour de lui, il ébranle les colonnes et l'édifice s'écroule au milieu des cris. On sait quelles affiliations unissent le musicien aux théories de MM. Wagner, Liszt et autres artistes qui s'efforcent de renouveler la mise en œuvre de l'art musical, de faire prévaloir les formes symphoniques sur les autres parties du drame lyrique, d'éviter les divisions du discours musical auxquelles tant de grands maîtres se sont assujettis non sans succès. M. Saint-Saëns s'est attaché à cette doctrine. Puisse-t-il fournir des preuves de sa vérité et donner des raisons de son esthétique. Dans son opéra de Samson et Dalila, les intentions sont visibles, soulignées, fortement déduites; mais malheureusement il n'y a que des intentions. Si messieurs les partisans de la musique dite de l'avenir se font un mérite de fuir la mélodie, c'est d'ordinaire parce que la mélodie les fuit. On peut être un excellent musicien sans être un compositeur ; la composition idéale est un don fort rare, et il n'est pas donné à un grand nombre de la cultiver avec un succès durable.

Il y a en outre différents genres, et peu de compositeurs peuvent, comme Mozart, exceller dans tous. L'opéra de M. Saint-Saëns ne contient qu'un très petit nombre de passages, je ne dis pas même de morceaux, que les gens de goût puissent admettre sans difficulté. Je citerai la fanfare chorale, Ah ! le souffle du Seigneur a passé dans son âme ; le chœur des femmes philistines, Voici le printemps portant des fleurs, dans le premier acte. La danse des prêtresses de Dagon est une pièce orchestrale qui a été exécutée dans les concerts à Paris et a eu ses partisans. Elle doit son effet, trop bizarre à mon avis, à l'intervalle désagréable du triton ou quarte augmentée, que les anciens évitaient, qu'au moyen âge on appelait le diable en musique, Diabolus in musica ; c'est cet intervalle qu'un certain pédantisme met à la mode depuis quelque temps pour donner une couleur prétendue archaïque. Si les personnes dont l'oreille n'est pas délicate s'y laissent prendre c'est que, pour elles, le beau c'est le laid. Un autre procédé, employé par M. Saint-Saëns et d'autres, consiste à pratiquer des quintes consécutives et de fausses relations, afin qu'on dise : C'est du nouveau, on n'a jamais entendu cela ! Je le crois bien, par la raison que les compositeurs de goût ont respecté les règles de l'harmonie comme nos bons auteurs se sont attachés à écrire en bon français.

Dans le second acte, presque rempli par un long duo, je ne trouve à signaler que la phrase en bémol chantée par Dalila, Ah ! réponds à ma tendresse ; encore ne tarde-t-elle pas à être gâtée par la partie de Samson, qui forme avec elle des dissonances intolérables, des prolongations et des retards qui font d'un duo d'amour un ensemble de cris discordants. Dans le dernier acte, on remarque une phrase de Samson d'un bon caractère, Quand tu parlais, je restais sourd, et un bon canon, Gloire à Dagon vainqueur. C'est ce style, imité de celui de Hændel, que le musicien traite le mieux ; mais il ne convient pas à une œuvre dramatique sous cette forme développée. Le reste de l'ouvrage n'offre rien de saillant ; le motif de l'hymne, Israël, romps la chaîne, au premier acte, est commun ; le lever du soleil est indiqué par une suite d'accords qui n'a aucun sens ; les vieillards chantent Hymne de joie, hymne de délivrance sur une psalmodie monotone en désaccord avec le sens des paroles. La prosodie laisse aussi beaucoup à désirer. L'accent final et la résolution de l'accord tombent sur des e muets, comme ceci : O mon doux maî-aî-aî-aî-TRE, cares-es-es-es-SE.

Les musiciens pourraient se rappeler avec fruit le conseil donné aux poètes :

 

Ayez pour la cadence une oreille sévère.

 

et surtout cet autre :

 

Fuyez des mauvais sons le concours odieux.

 

Ils éviteraient d'écrire des successions d'accords aussi barbares que ceux qui terminent l'opéra de Samson et Dalila sur ces paroles :

 

Souviens-toi de ton serviteur

Qu'ils ont privé de la lumière !

Daigne pour un instant, Seigneur,

Me rendre ma force première !

Qu'avec toi je me venge, ô Dieu !

En les écrasant en ce lieu !

 

Cet ouvrage a été chanté à Weimar par Mlle von Müller, Dalila ; M. Ferenczy, Samson ; M. Milde, le grand prêtre, sous la direction de M. Édouard Lassen. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1880]

 

« Cet ouvrage superbe a eu des destinées singulières, et ce n'est qu'après avoir parcouru l'Europe, après avoir été applaudi dans la plupart des villes françaises, après avoir paru même à Paris sur une scène secondaire, qu'il a pris enfin au répertoire de l'Opéra la place que lui assignaient sa haute valeur et ses mâles beautés. C'est à Weimar, le 2 décembre 1877, sur les instances de Liszt, que Samson et Dalila, traduit par M. Richard Pohl, parut pour la première fois à la scène, où il obtint un vif succès. De là il rayonna bientôt sur l'Allemagne, et fut joué successivement à Hambourg, à Cologne, à Prague, à Dresde et dans d'autres villes. C'est à Rouen, au théâtre des Arts, qu'on le vit pour la première fois en France au commencement de 1890. Le 31 octobre de la même année, on l'entendait enfin à Paris, lors de la tentative trop éphémère de reconstitution du Théâtre-Lyrique sur la scène de l'Eden. Tout aussitôt on le joue à Lyon, à Marseille, à Aix-les-Bains, à Bordeaux, à Toulouse, à Nantes, à Montpellier, à Nice, à Dijon, puis en Italie et en Suisse, à Florence et à Genève. Et enfin il s'implante solidement à l'Opéra, où, en moins de trois années, il atteint presque sa centième représentation.

Lors de la première apparition à Paris, sur la scène de l'Eden, de Samson et Dalila, M. Saint-Saëns venait de faire exécuter au Conservatoire, avec un succès éclatant, sa nouvelle symphonie en ut mineur, une œuvre d'un autre genre, une œuvre admirable, et peut-être la plus belle de ce genre qui ait paru depuis Beethoven. Ceux d'entre nous qui ont conservé quelque respect d'eux-mêmes, et qui, en ce temps de critique bâclée et impertinente à force d'ignorance, s'essayent à faire de la critique sérieuse et quelque peu éclairée, étaient encore sous le coup de ce succès. Nous connaissions par la lecture la partition de Samson ; nous en appréciions les fragments qui nous avaient été offerts parfois au concert, mais nous n'avions pas vu l'ouvrage à la scène, dans son véritable milieu, avec tout l'appareil qui l'explique et qui le complète, avec une exécution aussi intéressante que celle de l'Eden, et l'impression en nous fut profonde, et nous fûmes frappés de sa beauté sculpturale, de sa grandeur vraiment biblique, de la merveilleuse poésie qui s'en dégage. Nous étions à la fois étonnés et charmés, non pas seulement par l'œuvre, mais par ce fait d'un second succès, si différent du précédent, et venant se greffer sur lui à si peu de distance. Cela nous semblait trop beau d'applaudir ainsi coup sur coup un maître français et de saluer son génie dans deux productions si puissantes et si dissemblables ! Et voici qu'aujourd'hui la partition de Samson et Dalila a conquis, sur notre grande scène lyrique, la place qu'on lui a tant fait attendre et qu'elle est en droit d'occuper victorieusement. Tout est bien qui finit bien.

Parmi les critiques les plus enragés de wagnérisme, il n'en est guère qui se soient avisés, à propos de Samson et Dalila, de vouloir classer M. Saint-Saëns parmi les réactionnaires de la musique. On peut être étonné de cette mansuétude à l'égard d'un artiste qui, tout en reconnaissant la puissance du génie du maître de Bayreuth, a osé faire un jour, publiquement, dans un livre fort lu, cette déclaration courageuse et catégorique : « Je n'ai jamais été, je ne suis pas, je ne serai jamais de la religion wagnérienne. » On en peut être plus surpris encore quand on voit que les procédés employés par M. Saint-Saëns s'éloignent si fort des principes de la pure doctrine wagnérienne et continuent au contraire, en général, les traditions chères à l'école française ; quand on voit que le compositeur n'a pas hésité à diviser sa partition en morceaux nettement définis, airs, duos ou chœurs ; qu'il n'en a pas absolument proscrit les vocalises : qu'il ne dédaigne pas le retour du motif, ainsi qu'il le prouve au premier acte, dans la scène du grand prêtre, au second, dans l'air de Dalila et dans son duo avec Samson ; qu'il ne se prive pas d’accompagner un récitatif en trémolo, comme au premier acte, dans le bel élan héroïque de Samson ; qu'il n'hésite pas davantage à marier deux voix ensemble dans un duo, et qu'enfin il ne craint pas d'employer la forme du canon, comme on peut le voir au troisième acte dans le duo avec chœur de Dalila et du grand prêtre.

Tout ceci semble pourtant peu d'accord avec les principes exclusifs si chers aux wagnériens et à leur idole ; d'autant que, par surcroît, M. Saint-Saëns tient l'orchestre absolument à sa place et ne lui sacrifie jamais les voix. Cet orchestre est superbe, fourni, coloré, poétique, parfois d'une puissance foudroyante, parfois d'une délicatesse et d'une grâce enchanteresses, mais, je le répète, sans jamais empiéter sur les droits du chant. Quant à l'emploi du leitmotiv, si on le rencontre dans Samson et Dalila, c'est avec un singulière sobriété, à l'état en quelque sorte purement accidentel.

Ce qui est vrai, c'est que l'œuvre est française et bien française, dans son ensemble et dans toutes ses parties. Elle l'est par son équilibre merveilleux et par l'inébranlable solidité de son architecture ; par le souci de la forme où le sentiment moderne s'allie à la plus grande pureté classique ; par la noblesse de la déclamation unie au sens mélodique le plus raffiné et le plus exquis ; par l'élévation de la pensée musicale ; par la splendeur de l'orchestre ; par l'admirable sonorité des chœurs ; par la science magistrale et l'ingéniosité piquante de l'harmonie ; par tous les détails enfin qui concourent à la beauté de l'ensemble et qui lui donnent la physionomie d'un chef-d'œuvre.

En vérité, il faut rendre grâce au public d'avoir accueilli comme elle le méritait cette partition superbe, dont le premier acte surtout me paraît absolument admirable, depuis la lamentation chorale des Hébreux, qu'on entend avant le lever du rideau, jusqu'au chœur délicieux des femmes philistines, jusqu'à l'air de ballet en sourdines dont le rythme poétique et mystérieux est plein d'enchantement, jusqu'à la mélodie rêveuse et exquise de Dalila, en passant par l'appel à la révolte de Samson, d'une si fougueuse énergie, et par le beau chœur de délivrance des Hébreux. L'air de Dalila, au second acte, et son duo avec Samson étaient déjà célèbres pour avoir été chantés maintes fois dans nos concerts ; je n'aurai pas de peine à faire comprendre qu'ils acquièrent toute leur valeur à la scène, et que cette valeur est décuplée par le fait de l'action dramatique. Je préfère de beaucoup l'un et l'autre au duo de Dalila avec le grand prêtre. Je passerais volontiers sur la scène inutile de la meule qui forme le premier tableau du troisième acte, et je dirais presque qu'il y a là une coupure tout indiquée. Mais le dernier tableau est encore d'une merveilleuse opulence : le ballet est exquis, le duo en canon de la libation est d'un caractère grandiose, et la scène de l'orgie est d'un tourbillonnement voluptueux, d'une puissance tumultueuse impossible à décrire. L'œuvre entière, enfin, est d'une beauté achevée. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]

 

 

SAMSONNET

 

Opérette en trois actes, livret de Paul Ferrier, musique de Victor Roger, représentée au théâtre des Nouveautés le 26 novembre 1890 avec MM. Brasseur, Maugé, Germain, Mlle Mily-Meyer.

 

 

SANCHO

 

Comédie musicale en quatre actes et neuf tableaux, paroles d’Yve-Plessis, musique de Jaques-Dalcroze, représentée au Grand-Théâtre de Genève le 13 décembre 1897. L'œuvre est du plus pur wagnérisme. Les personnages chantent ou déclament une sorte de mélopée continue, tandis que l'orchestre, au moyen de thèmes caractéristiques, se combinant de diverses matières, commente les situations ou explique les sentiments. C'est absolument le procédé wagnérien appliqué au genre de la comédie.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1904]

 

 

SANCHO PANÇA GOUVERNEUR DANS L’ISLE DE BARATARIA

 

[ou Sancho Pança dans son île]

Comédie en un acte, en prose, mêlée d'ariettes, livret d’Antoine-Alexandre-Henri Poinsinet jeune, musique de Philidor. Création à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 08 juillet 1762.

 

 

SANCHO PANZA

 

Comédie lyrique en quatre actes, livret de R. Yve-Plessis, d’après Cervantès, musique d’Emile Jaques-Dalcroze.

 

Première représentation à Genève, le 13 décembre 1897.

 

 

SANDOMIR, PRINCE DE DANEMARK — Voir Ernelinde, princesse de Norvège.

 

 

SANGA

 

Drame lyrique en trois actes, livret d’Eugène Morand et Paul de Choudens, musique d’Isidore de Lara.

 

Création à l'Opéra de Nice le 19 mars 1906, avec Mmes Charlotte WYNS (Sanga), DEREYNE (Léna), DELCOUR (Mariette), MM. Paolo ZOCCHI (Jean), Lucien FUGÈRE (Maître Vigord), ROUGON (Sylvère), BONAFÉ (Grégoire), THONNERIEUX (Gauchut), PERRET (Patron Marc), REBUFFEL (Ruff), VINCENT (André).

 

Première à l'Opéra-Comique le 09 décembre 1908. Mise en scène d'Albert Carré. Décors de Lucien Jusseaume. Costumes de Félix Fournery.

Mmes Marthe CHENAL (Sanga), Nelly MARTYL (Léna), Judith LASSALLE (une Vieille), Jenny FAYOLLE (Mariette).

MM. Léon BEYLE (Jean), Lucien FUGÈRE (Maître Vigord), Louis VAURS (Patron Marc), DELVOYE (Gauchut), BRUN (André), BARTHEZ (Ruff), LUCAZEAU (Grégoire), BLANCARD (le Chevrier).

Chef d'orchestre : François RÜHLMANN.

 

20 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

 

SANGARIDO

 

Opéra-comique en un acte, livret d’Eugène de Planard et Jean-Baptiste Pellissier, musique de Michele Enrico Carafa. Création à l’Opéra-Comique (salle Feydeau) le 19 mai 1827.

 

« Un officier passe aux yeux d'un Gascon peureux pour un fameux voleur, nommé Sangarido ; il s’amuse aux dépens du poltron et de quelques autres personnes, et cède généreusement à son rival la main de la jeune demoiselle qui lui était destinée. Cette bluette, dont la situation rappelle une scène de Clara Wendel, a été traitée rigoureusement par le parterre. »

[Almanach des spectacles, 1828]

 

 

SANGRE Y SOL

 

Drame lyrique en trois actes, livret de Maria Star [Ernesta Stern] et Henri Cain, musique d’Alexandre Georges (Casino municipal de Nice, 01 mars 1912).

 

 

SANS ADIEU

 

Compliment de clôture, livret de Louis-Abel Beffroy de Reigny, musique de vaudevilles. Création à l’Opéra-Comique (1re salle Favart) le 28 mars 1789.

 

 

SANS DORMIR

 

Parodie en deux actes, livret de Rousseau (secrétaire du marquis de Villette), musique de vaudevilles. Création à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 12 octobre 1777. C’est une parodie d’Ernelinde ou Sandomir, prince de Dannemarck de Philidor, donné à l’Opéra en 1767 et repris en 1777.

 

 

SANS TAMBOUR NI TROMPETTE

 

Opérette en trois actes et quatre tableaux, livret de Pierre Veber et Henry de Gorsse, musique d'Henri Casadesus. Création aux Folies-Wagram le 27 mars 1931 avec Mmes Jeanne Montange (Colette), Pépa Bonafé (Nancy Valliès), Capazza (Nicole), Madeleine Guitty (Aglaé) ; MM. Gilbert-Moryn (Delanoy), Robert Allard (Alcide Pingois), Henry Jullien (Vergniaud).

 

"La jeune Colette que ses tantes, vieilles filles vertueuses, veulent marier avec un fils de notaire, Alcide Pingois, va, pour échapper à ce sort bourgeois, se réfugier chez le vieux peintre Delanoy. Celui-ci a naturellement maîtresse en ville ou plutôt à la Comédie-Française. Désespoir de Colette qui fuit à nouveau. Au dernier acte nous sommes sur la Côte d'azur. Delanoy aussi. Et il est bien près de céder au charme de ce jeune amour ; mais il réagit à temps ; il sait qu'un ami d'enfance de Colette aime réellement celle-ci ; il met en présence les deux amis d'autrefois et vous devinez bien que cela suffit pour amener à une conclusion matrimoniale. Tout est bien.

Charmante aussi la musique de Henri Casadesus, qui, sans se piquer de modernisme, a écrit une partition simple et plaisante." (Larousse Mensuel Illustré, 1931)

 

 

SANTA CHIARA

 

[en français Sainte Claire]

Opéra en trois actes, livret de Gustave Oppelt, musique de S. A. R. duc Ernest de Saxe-Cobourg-Gotha, représenté pour la première fois à Cobourg le 15 octobre 1854, et à Paris sur le théâtre de l'Opéra le 27 septembre 1855. Le livret a été primitivement écrit par Mme Birch-Pfeiffer. Une légende russe en a fourni le sujet. L'action se passe tour à tour en Russie et en Italie. Le czarévitch Alexis s'étant imaginé que la princesse Charlotte, sa femme, conspirait contre lui, lui a versé un breuvage empoisonné ; mais la dose ayant été trop faible pour procurer la mort, la princesse se ranime sur son lit de parade. Un archimandrite l'enveloppe d'un voile, l'entraîne loin du palais. La pauvre femme se réfugie en halle, dans un monastère où sous le nom de Sainte Claire, elle se fait, par ses vertus, une réputation de sainteté. Divers épisodes viennent atténuer un peu la couleur lugubre du sujet. Le second acte est le plus remarquable. Il renferme un beau chœur sans accompagnement. La scène de l'enterrement est bien conçue. Les airs de danse au troisième acte sont aussi fort bien traités. L'ouvrage a été interprété par Roger, Merly, Belval, Coulon, Mmes Lafont et Dussy.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SAPHIR (LE)

 

Opéra-comique en trois actes, livret d’Adolphe de Leuven, Michel Carré et Terence Hadot, musique de Félicien David. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 08 mars 1865, mise en scène d’Ernest Mocker, décors de Philippe Chaperon. Les librettistes ont dépecé la comédie du vieux Shakespeare : Tout est bien qui finit bien, et en ont assez facilement tiré une pièce amusante. Hermine, fille du médecin de la reine de Navarre, a sauvé l'enfant royal de Béarn. Pour lui prouver sa reconnaissance, la reine lui promet de lui accorder ce qu'elle demande, c'est-à-dire d'épouser le comte Gaston de Lusignan, son frère de lait, son ami d'enfance. Gaston, n'osant désobéir à son souverain, se résigne, mais abandonne aussitôt sa nouvelle épouse et part pour la guerre, lui jurant qu'elle ne deviendra sa femme que le jour où il lui mettra au doigt une bague ornée d'un saphir, que les comtes de Lusignan ont la coutume de donner à leur fiancée. Le deuxième acte nous transporte à Naples. Gaston fait la cour à une certaine Fiammetta, et, en compagnie de son page Olivier et du capitaine Parole, se livre à une existence assez désordonnée. Mais la pauvre Hermine arrive, conte son aventure à une duègne expérimentée, qui organise un rendez-vous nocturne dans lequel Gaston trouve, au lieu de Fiammetta, sa propre femme, qui obtient de lui par surprise le précieux saphir et retourne en France. Au troisième acte, tous les personnages se retrouvent au château du comte. Celui-ci, surpris de voir Hermine consolée de son veuvage et recevant d'assez bonne grâce d'ailleurs les hommages de jeunes seigneurs, sent naître en lui la jalousie. Il réclame ses droits ; mais il n'a plus en sa possession le saphir qu'à son tour la comtesse lui demande. Fiammetta et la duègne ne peuvent le lui rendre, et enfin c'est Hermine elle-même qui le lui montre à son doigt. La musique de cet ouvrage offre des morceaux charmants, mais aussi des parties, auxquelles l'inspiration a fait défaut. Nous signalerons un très beau chœur au commencement du premier acte ; un joli duo : Le temps emporte sur son aile ; une chanson pleine d'entrain de Fiammetta ; un bon quatuor scénique ; un chœur de matelots et la sérénade du ténor, dans le second acte. Enfin an troisième, l'air de danse béarnais et l'air du comte : C'est pour vous seule, Hermine. L'ouvrage a été fort bien chanté par Montaubry, Gourdin, Mlles Cico, Girard et Baretti.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SAPHIRINE ou LE RÉVEIL MAGIQUE

 

« Mélo-féerie » en deux actes, de Merle et Ourry, musique de Leblanc, représenté à la Gaîté le 25 juillet 1811.

 

 

SAPHO

 

Drame lyrique en trois actes, musique de J.-P.-E. Martini, représenté au théâtre Louvois en 1794.

 

 

SAPHO

 

Tragédie lyrique en trois actes, livret d’Empis [Adolphe-Joseph Simonis] et Hippolyte Cournol, musique d'Anton Reicha, création au Théâtre de l'Opéra (salle Le Peletier) le 16 décembre 1822. Ballets de Pierre Gardel. Décors de Charles Ciceri. Œuvre représentée sans succès.

 

 

SAPHO

 

Opéra en trois actes, livret d'Emile Augier, musique de Charles Gounod.

 

Création au Théâtre de l'Opéra (salle Le Peletier) le 16 avril 1851. Décors de Charles Séchan (actes I et II) et Edouard Desplechin (actes III et IV). Costumes de Paul Lormier.

Mmes Pauline VIARDOT (Sapho), POINSOT (Glycère).

MM. GUEYMARD (Phaon), BREMOND (Pythias), MARIE (Alcée), AIMES (un Pâtre), F. PREVOST (le Grand Prêtre), KOENIG (un Héraut), DONZEL, HENS, GOYON, ROBERT, CHAZOTTE, NOIR, ALEXANDRE, BERAULT (les Coryphées).

Chef d'orchestre : Narcisse GIRARD

 

Réduit à deux actes le 26 juillet 1858.

 

Première au Palais Garnier le 02 avril 1884 (20e représentation) dans une version nouvelle en 4 actes et 5 tableaux. Mise en scène d'Adolphe Mayer. Décors d'Auguste Rubé et Philippe Chaperon (acte I), Jean-Baptiste Lavastre (actes II et IV), Eugène Carpezat (acte III). Costumes d'Eugène Lacoste.

Mmes KRAUSS (Sapho), A. RICHARD (Glycère), DUMENIL (Oenone), NASTORG (une Femme du Peuple).

MM. DEREIMS (Phaon), GAILHARD (Pythéas), MELCHISSEDEC (Alcée), PLANÇON (Pittocus), PIROIA (un Pâtre), PALIANTI (le Grand Prêtre), SAPIN (Agathon), GIRARD (Erates), LAMBERT (Cynèque), MALVAUT, BOUTENS (2 Hérauts).

Ballet réglé par Louis MERANTE, dansé par Mlle SUBRA, M. VASQUEZ et le Corps de Ballet.

Chef d'orchestre : Charles GOUNOD

 

48e à l’Opéra, le 29 décembre 1884, avec les interprètes de la reprise, sauf MM. DUBULLE (Pythéas), CARON (Alcée) et Ernest ALTES au pupitre.

 

48 représentations à l’Opéra dont 29 au Palais Garnier au 31.12.1961.

 

Autres interprètes des principaux rôles à l'Opéra :

Sapho : Mmes MASSON (1851), ARTOT (1858), DUFRANE (1884).

Glycère : Mmes RIBAULT (1858), FIGUET (1884).

Phaon : M. SAPIN (1858).

Pythéas : M. MARIE (1858).

 

« La scène se passe à Mytilène, où Sapho règne par l'éloquence et la poésie, tandis que son cœur est dominé par sa passion pour Phaon l'indifférent. Sapho a pour rivale Glycère. Une conspiration, ourdie par Pythéas et le poète Alcée, est découverte par la courtisane, et le sort de Phaon, l'un des conjurés, est dans ses mains. Armée de ce redoutable secret, elle obtient de Sapho de renoncer à Phaon, de le laisser fuir seul sa patrie, et de lui faire croire à sa propre inconstance. Au troisième acte, qui se passe sur le promontoire de Leucade, les proscrits, au nombre desquels se trouve Phaon, maudissent Sapho, qu'ils supposent être l'auteur de leur infortune ; mais Sapho est venue chercher en ce lieu le remède au mal qui la dévore. Elle a entendu les imprécations de son amant et elle se précipite dans les flots. M. Augier traite les faits historiques à peu près comme le faisait Scribe. Il a réuni dans le même personnage les deux Sapho de l'antiquité. En outre, celle qui fut la contemporaine d'Alcée conspira avec ce poète pour renverser le tyran Pittacus, au lieu de protéger celui-ci. Cet ouvrage fut le début de M. Gounod sur notre première scène lyrique. Il fut accueilli froidement par le public et très chaleureusement ailleurs. La partition de Sapho est l'œuvre d'un excellent musicien, dont le goût est toujours fin et juste, les tendances élevées, et qui aspire à se faire dans l'histoire de l'art une place à part. C'est une noble ambition que justifient suffisamment plusieurs ouvrages distingués. On a remarqué au premier acte la romance : Puis-je oublier, ô ma Glycère ; le chant d'amour de Sapho : Héro sur la tour solitaire, suivi d'un beau finale qui a obtenu un grand succès. Le trio du second acte : Je viens sauver ta tête, est d'un bon sentiment dramatique. Le troisième acte offre quatre morceaux fort expressifs une romance de Phaon : O jours heureux ; une élégie de Sapho ; la chanson du pâtre : Broutez le thym, qui a un caractère fort pittoresque, et enfin les stances finales : O ma lyre immortelle. Cet opéra passe pour avoir été inspiré aux auteurs par Mme Pauline Viardot. Elle a interprété avec beaucoup de talent le rôle de Sapho. Celui de Glycère a été traduit par Mlle Poinsot. Gueymard, Bremond, Marié et Aymès ont chanté les rôles de Phaon, Pythéas, Alcée et du jeune pâtre. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SAPHO

 

Pièce lyrique en cinq actes, livret d’Henri Cain et Arthur Bernède, musique de Jules Massenet. Création à l'Opéra-Comique le 27 novembre 1897. => fiche technique

 

 

SARA ou LA FERMIÈRE ÉCOSSAISE

 

Comédie en deux actes, en vers, mêlée d'ariettes, livret de Jean-Baptiste Collet de Messine, musique de Pierre Vachon. Création à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 08 mai 1773.

 

 

SARAH ou L'ORPHELINE DE GLENCOË

 

Opéra-comique en deux actes, livret de Mélesville, musique d’Albert Grisar. Création à l'Opéra-Comique (salle de la Bourse) le 26 avril 1836. Le sujet de cette pièce est tiré d'une chronique de Walter Scott. Sarah fut le début à Paris de Grisar comme compositeur dramatique, et de Mlle Jenny Colon comme chanteuse à l'Opéra-Comique. Le compositeur avait déjà donné le Mariage impossible, joué à Bruxelles. On remarque déjà dans cette partition l'habileté d'instrumentation que le musicien a déployée depuis dans ses charmants ouvrages.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SARATI LE TERRIBLE

 

Drame lyrique en quatre actes, livret de Jean Vignaud, musique de Francis Bousquet.

 

Création à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 09 mai 1928. Mise en scène de Gabriel Dubois. Décors de Raymond Deshays et Arnaud. Costumes de Marcel Multzer.

Mmes Marie-Thérèse GAULEY (Rose), Mathilde CALVET (Rémédios), MASSON (la Fille), JOYEZ et JULLIOT (2 femmes).

MM. Julien LAFONT (Sarati), Gaston MICHELETTI (Gilbert), Victor PUJOL (Ahmed), Léon NIEL (un Muezzin, un Matelot, un Ivrogne), Louis AZÉMA (Hudelo), Marcel PICHERAN (Bastien, un Arabe), Louis MORTURIER et Eugène DE CREUS (2 Matelots), Émile ROUSSEAU (Carcabo, un Matelot), Paul PAYEN (un Portefaix, un Porteur d'eau, un Homme), CORNELLIER (Mostoul, un Marchand d'oranges, Beppo), D'ARJAC (un Marchand de grenades, un Assistant), MATHYL (un Portefaix, un Aveugle), GÉNIO (un Marchand de beignets), HÉBERT (le Soudanais), LANGLET (un Marchand).

Chef d'orchestre : Albert WOLFF.

 

16 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

 

SARDANAPALE

 

Opéra en quatre actes, livret de M. Bogros, musique de la baronne de Maistre. Cet ouvrage, connu aussi sous le nom de Ninive, a déjà préoccupé trop fortement les amateurs sérieux et plusieurs directeurs de théâtre, pour ne pas lui donner place dans ce Dictionnaire lyrique, d'autant mieux que la partition entièrement orchestrée a été déposée à l'Opéra, où son exécution a été plusieurs fois imminente, et que de nombreux fragments en ont été chantés dans les salons.

Le livret a été librement imité du Sardanapale de lord Byron.

Au premier acte, la scène se passe dans les jardins du satrape Arbace, dont on attend le retour ; il revient de vaincre les Mèdes. Des esclaves grecques se réjouissent de leur liberté prochaine, qu'Arbace leur rend pour fêter sa victoire : une seule, Myrrha, éprise de Sardanapale, et maudissant son amour impie, ne prend point part aux jeux de ses compagnes. Elle sent que sa fatale passion l'entraîne à sa perte, et qu'elle ne reverra plus le ciel de la patrie. Une marche guerrière se fait entendre, Arbace arrive, ses soldats et les esclaves se livrent à des divertissements qui sont interrompus par l'entrée de Bélésis, grand-prêtre de Baal. Bélésis aspire au trône d'Assyrie et conspire contre Sardanapale ; un événement inespéré va servir ses projets. Sardanapale a séduit Nephté, prêtresse de Bacchus et fille d'Arbace, pendant l'absence de ce dernier. Bélésis, qui veut entraîner Arbace dans la conspiration qu'il trame, vient lui annoncer que Nephté ayant violé son serment de chasteté, est condamnée au supplice. Arbace, tout à sa fureur, fera cause commune avec Bélésis, tandis que Myrrha, instruite de leurs projets, usera de sa liberté pour aller révéler à Sardanapale le péril qui le menace.

Au deuxième acte, on voit le péristyle du temple de Baal, sur les bords du Tigre. Les prêtres de Baal et le peuple sont réunis pour assister au supplice de Nephté. On l'amène voilée et entourée des prêtresses de Bacchus, qui pleurent sur le sort de leur compagne, tandis que les prêtres maudissent la coupable. Nephté, heureuse de donner sa vie à son amour, va mourir sans regrets. « Tu m'oublies, ma fille », crie Arbace, qui, perdu dans la foule, a voulu assister à ce triste spectacle. Il serre une dernière fois sa fille sur son cœur, jure de la venger et s'arrache à ses bras. Nephté va entrer dans le temple où elle doit être immolée, quand soudain un chant joyeux se fait entendre et l'on voit passer sur le Tigre une barque richement pavoisée, portant Sardanapale, Myrrha et les courtisans. « Tu vois, dit Bélésis à Nephté, pour quel ingrat tu vas mourir ; il t'oublie déjà, et c'est une esclave qui te succède dans son amour. — Laisse-moi vivre un seul jour pour me venger, dit Nephté. — Sardanapale ignore ton sort, répond Bélésis. Si tu veux, pendant la fête de Bacchus qu'on célèbre cette nuit, nous le livrer sans défense, enchaîné par l'ivresse, tu vivras. — Je le veux, dit Nephté. »

Le théâtre change. Sardanapale, dans les jardins de son palais, donne des ordres pour la fête de Bacchus ; il demande à Myrrha si elle voudra s'y rendre ; Myrrha répond qu'esclave, elle doit veiller sur les jours de son maître, que la conspiration qu'elle lui a dévoilée va éclater, et le conjure de sauver sa couronne ; Sardanapale accueille par des plaisanteries insouciantes les prières de Myrrha. « Aime-moi, lui dit-il, et je ne redoute rien. — Je t'aimerai, lui répond Myrrha, quand tu seras roi par le cœur et digne de l'amour d'une Grecque. »

Le troisième acte se passe sous les voûtes du temple de Baal. Bélésis, sûr du triomphe, chante la victoire, et se voit déjà maître de l'Assyrie. Arbace, les satrapes et les prêtres conjurés le rejoignent pour préparer la conspiration qui doit éclater cette nuit même. Arbace, qui croit sa fille morte, s'emparera du palais laissé à la garde de Zamès, un satrape fidèle, et Bélésis se rendra à la fête pour entraîner dans son parti les derniers amis de Sardanapale. Tout est prêt, le succès est certain, et l'aurore éclairera la chute du tyran qui déshonore l'Assyrie.

Un deuxième tableau montre au spectateur un pavillon sur le Tigre ; Sardanapale est couché sur un lit asiatique, couronné de roses et entouré de ses esclaves et de ses courtisans. Il chante sa vie heureuse, sans gloire, mais sans péril. La fête de Bacchus se célèbre, comme intermède, avec toute la pompe des anciennes Dyonisies ; Bélésis et les prêtres y prennent part. Après le divertissement, Sardanapale, enivré par Nephté, blasphème et défie les dieux ; la foudre gronde. Bélésis et Nephté, exploitant la terreur des courtisans, les soulèvent contre un roi qui attire sur eux le courroux céleste. Soudain le cri : aux armes ! retentit. Myrrha et Zamès accourent ; le palais est attaqué : ceux qui restent fidèles au roi se lèvent pour le défendre. Myrrha, dans un cri d'indignation, reproche à Sardanapale sa lâcheté au moment du péril. A ces mots généreux le roi s'éveille de sa torpeur ; il arrache sa couronne de fleurs, demande une épée et s'élance au combat.

Au quatrième acte, Sardanapale est endormi, blessé, dans une salle de son palais. Nephté, déchirée par les remords et aimant plus que jamais le roi, accourt pour le sauver. Son père, heureux de la retrouver vivante, lui accorde la vie de Sardanapale ; elle veut l'arracher par la fuite aux armes des conjurés. Sardanapale s'éveille ; Nephté lui annonce sa défaite. « Alors, tu viens m'apprendre qu'il faut mourir », dit Sardanapale. Désespoir de Nephté qui lui révèle sa trahison. « Je te pardonne ; mais tes prières sont vaines, je dois mourir en roi. — Je te sauverai malgré toi », dit Nephté en s'enfuyant. Une foule d'esclaves éplorés envahit la scène. Le Tigre est débordé, toute issue est fermée, il faut mourir. Sardanapale leur ordonne de préparer le bûcher splendide où il veut s'immoler. Demeuré seul : « Voici donc comme va finir le maître de l'Assyrie, dit-il, seul, sans amis, sans amour ; tout m'abandonne, même Myrrha », et, dans un chant douloureux, il pleure cet amour pur, son seul regret ici-bas. Puis il marche à la mort. « Pourquoi ne pas m'attendre, dit Myrrha qui se présente ; j'ai promis de t'aimer quand tu serais roi ; tu l'es aujourd'hui, et je viens mourir avec toi. » Sardanapale consent à ce sacrifice, et les deux amants chantent leur bonheur d'être unis par la mort ; ils marchent au bûcher. Nephté, qui n'a pu sortir du palais pour implorer son père, rentre en scène. Cependant l'Euphrate, furieux, ébranle les murailles ; la scène se remplit de fugitifs. Tout à coup on entend hors de la scène le duo de Sardanapale et de Myrrha. Nephté, éperdue, tombe à genoux : « voilà mon châtiment », dit-elle. Bientôt les murs de la salle, en s'écroulant, laissent voir, sur la tour de Nemrod, le bûcher où Sardanapale et Myrrha se tiennent embrassés ; puis, sur les hautes murailles, les conjurés vainqueurs, qui entonnent un chant de triomphe auquel se mêlent les derniers adieux de Myrrha et de Sardanapale et les cris de désespoir de Nephté.

La partition renferme des morceaux remarquables, dont la mélodie est distinguée et l'harmonie toujours intéressante. Les situations sont exprimées avec force et vérité d'expression. Dans le premier acte, nous pouvons signaler l'air de Myrrha : Sans moi, mes compagnes, dont la mélodie est pleine de charme ; le chœur dansé des esclaves : Le soleil déjà colore, et le finale à double chœur : Dieu qui punit le crime ; dans le deuxième acte, la marche funèbre, le chœur de la barque : Point de soucis moroses ; la romance : Fille de Mytilène ; dans le troisième, l'air du grand-prêtre : O nuit, qui sous tes sombres voiles, dont l'andante est d'un beau caractère ; le chœur de femmes : Au son de la lyre ; enfin, au quatrième acte, une berceuse chantée par Nephté : Il dort et la souffrance ; le duo de Nephté avec Sardanapale : Grâce ! pitié ! je t'ai perdu, et un autre duo : Salut, bonheur céleste.

C'est un opéra à grand spectacle, dont les épisodes se prêtent à la variété des décors et à la magnificence de la mise en scène. La musique dramatique de Mme la baronne de Maistre a obtenu les suffrages de juges autorisés, en attendant que le public soit admis à l'entendre et à en apprécier les qualités.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SARDANAPALE

 

Opéra en trois actes et cinq tableaux, livret de Henry Becque, musique de Victorin Joncières, représenté au Théâtre-Lyrique (place du Châtelet) le 08 février 1867.

 

« Le livret a été tiré de la tragédie de lord Byron ; mais l'auteur s'est plus rapproché de la tradition que le poète anglais, qui fait mourir Sardanapale avec une seule de ses femmes, Myrrha. Les premières scènes sont réellement belles. L'idée en est due au librettiste. Lorsque le rideau se lève, on voit conduire au supplice une jeune esclave, pauvre et intéressante victime que le grand prêtre, le cruel Bélèses, va immoler sur l'autel de Baal. Sardanapale arrive au même instant ; il voit cette victime humaine ; il est touché de sa grâce, de sa beauté. Il demande qu'on lui laisse la vie. Le fanatique Bélèses a beau revendiquer ses droits, Sardanapale enlève de ses mains la jeune Ionienne et l'emmène dans son palais. Le reste du poème ne se soutient pas à cette hauteur. En ce qui concerne la partition, le premier acte est le meilleur. Les récitatifs, écrits dans le style du grand opéra, sont d'une belle déclamation. L'entrée du cortège de Sardanapale, qui vient à propos interrompre les préparatifs d'un sacrifice humain, est originale et d'un heureux effet. Les couplets du roi d'Assyrie se terminant en duo avec Myrrha sont gracieux. Ils rappellent toutefois la phrase : Fleur de beauté, fleur d'innocence, dans la Reine de Chypre. Le second acte est d'un ennui mortel. Au troisième, on remarque l'air du grand prêtre, dont la phrase principale est bien sombre et en situation. C'est le morceau le mieux orchestré de la partition. Ailleurs, on remarque des imitations de l'instrumentation wagnérienne, qui forment un contraste avec le ton général assez classique de l'œuvre. La couleur n'est pas en harmonie avec le dessin. Mlle Nilsson a été ravissante de grâce et de talent dans le rôle unique de femme ; Cazaux, excellent dans celui du grand prêtre ; Monjauze laissait beaucoup à désirer dans le personnage de Sardanapale. Lutz, Laurent, Legrand ont créé les autres rôles. La teinte uniforme du livret a empêché le compositeur de se livrer à une certaine vivacité d'inspiration dont nous avons cru saisir la trace çà et là dans sa partition. Il semble chercher sa voie. Nous croyons qu'il la trouvera en consentant à être résolument mélodiste.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

« Adaptation à la scène lyrique du Sardanapale de lord Byron. M. V. Joncières, après avoir étudié la peinture dans l'atelier de Picot, s'est voué à la musique, et il faisait avec Sardanapale son premier début de compositeur dramatique. Il est titulaire du feuilleton musical de la Liberté où il défend avec intrépidité les principes de la « nouvelle école ».

[Albert de Lasalle, Mémorial du Théâtre-Lyrique, 1877]

 

 

SARDANAPALE

 

Grand opéra en trois actes et cinq tableaux, livret de Pierre Berton, musique d’Alphonse Duvernoy. Création au théâtre Royal de Liège en avril 1892, avec MM. Claeys, Cesset, Fabre et Mlle Balliste. Des fragments de cet ouvrage important avaient été exécutés précédemment, en décembre 1882, aux Concerts Lamoureux.

 

 

SARGINES ou L'ÉLÈVE DE L'AMOUR

 

Comédie lyrique en quatre actes, livret de Jacques-Marie Boutet de Monvel, musique de Nicolas Dalayrac. Création à l’Opéra-Comique (1re salle Favart) le 14 mai 1788. Cet ouvrage contient de fort jolies mélodies, entre autres : Hélas ! c'est près de toi, ô ma tant douce amie, et Si l'hymen a quelque douceur, qu'on trouve attribuées par erreur à Paer dans plusieurs recueils, notamment dans les Echos de France. La facture de ces airs aurait dû révéler à la simple lecture l'auteur de Nina.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SATAN

 

Opéra en trois actes et un prologue, musique de Florimond Van Duyse, représenté à Gand le 07 février 1869.

 

 

SATIRES DE BOILEAU (LES)

 

Opéra-comique en un acte, musique de Steveniers, représenté au théâtre du Parc et à celui des galeries Saint-Hubert, à Bruxelles, vers 1850.

 

 

SATURNALES (LES)

 

Opéra bouffe en trois actes, livret d’Albin Valabrègue, musique de Paul Lacôme, représentée aux Nouveautés le 26 septembre 1887 avec Mlles Jeanne Granier, Lantelme et Debriège, MM. Brasseur père et fils et Gaillard.

 

« Il s'agit de cette époque des fêtes de l'ancienne Rome, où, durant une semaine, les esclaves prenaient la place des maîtres et ceux-ci celle de leurs esclaves. L'auteur avait construit sur ce fond une fable assez amusante, que venait refroidir, par malheur, la vue assez peu récréative en ce genre des toges et des péplums qui constituaient le costume obligatoire des personnages. La musique des Saturnales offrait quelques morceaux heureux, entre autres, au second acte, un trio et un duo d'une bonne venue. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]

 

 

SAÜL

 

Opéra biblique en trois actes, paroles de Desprès, Deschamps et Morel, musique arrangée par C. Kalkbrenner et Lachnith, d'après Haydn, Mozart, Cimarosa et Paisiello, représenté au Théâtre de l'Opéra le 06 avril 1803 (16 germinal an XI), pendant la semaine sainte, pour tenir lieu des concerts spirituels, lesquels n'étaient pas encore rétablis.

 

 

SAUT DE LEUCADE (LE) ou LES DÉSESPÉRÉS

 

Opéra-comique, musique de Legat de Furcy, écrit à la fin du XVIIIe siècle (inédit).

 

 

SAUT DE LEUCADE (LE)

 

Opérette en un acte, livret de Henri Thierry, musique de M. Diache, représentée au théâtre du Château-d'Eau le 31 octobre 1872.

 

 

SAUTE, MARQUIS !

 

Opéra-comique en un acte, livret de Jules Truffier, musique de Paul Cressonnois.

Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 17 mai 1883, décor de Philippe Chaperon, avec Mmes Chevalier, Dupuis, Zoé Molé-Truffier, MM. Collin, Labis, Teste.

 

 

SAUTERIOT (LE)

 

Drame lyrique en trois actes et quatre tableaux, livret d’Henri-Pierre Roché et Martial Périer, d'après la pièce d'E. de Keyserling, musique de Sylvio Lazzari. Création à Chicago le 19 janvier 1917.

 

Première à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 08 avril 1920. Mise en scène d'Albert Carré. Décors d’Alexandre Bailly et Lucien Jusseaume. Costumes de Marcel Multzer.

Mmes Yvonne BROTHIER (Orti), Alice RAVEAU (Trine), Lucy PERELLI (Anne), FRANCESCA (Tija), Andrée FAMIN (Kereta), Jeanne BOURGUIGNON (Marquette), CALAS, BILLA-AZÉMA, Louise PERROLD (3 Marchandes, 3 femmes), ALQUIÉ (Madda), Maud BERNARD (une Marchande), JULLIOT (une jeune fille).

MM. Julien LAFONT (Mikkel), Louis AZÉMA (le Curé), René LAPELLETRIE (Indrik), Hubert AUDOIN (le Docteur), FAVILLA (Joseph), Victor PUJOL (Oslef), Charles PANZERA (Jahn), Jean REYMOND (Thédée), Louis CAZETTE (le Montreur d'ours), MESMAECKER (l'Aubergiste), SAUVAGEOT (un Joueur de quilles), WINKOPP (un Paysan), GAILLARD (un Garçon), DONVAL (un vieux).

Danses populaires lithuaniennes réglées par M. Robert QUINAULT, dansées par Mlle Sonia PAVLOFF et le corps de ballet.

Chef d'orchestre : Alphonse CATHERINE.

 

16 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

 

SAUVAGE PAR AMOUR

 

Opérette en un acte, paroles de M. Lagrillière-Beauclerc, musique de M. Sinsoilliez, représentée à Lille le 14 novembre 1888.

 

 

SAUVAGES (LES)

 

Acte d'opéra-ballet ajouté aux Indes galantes, paroles de Fuselier, musique de Rameau, représenté le 10 mars 1736.

 

 

SAUVE QUI PEUT !

 

Opérette en un acte, musique de J. Muller, représentée au concert de la Scala en mars 1877.

 

 

SAUVEZ MA FEMME

 

Opérette en un acte, paroles de M. Hellin, musique de Georges Rose, représentée aux Bouffes-du-Nord le 14 février 1879.

 

 

SAVETIER ET LE FINANCIER (LE)

 

Opéra-comique en deux actes, livret de Jean-Baptiste Lourdet de Santerre, d’après la fable de Jean de La Fontaine, musique d’Henri-Joseph Rigel. Création à Marly le 23 octobre 1778. Première à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 29 octobre 1778.

 

 

SAVETIER ET LE FINANCIER (LE)

 

Opérette-bouffe en un acte, livret d'Hector Crémieux, musique de Jacques Offenbach, représentée aux Bouffes-Parisiens le 23 septembre 1856.

 

 

SAVOIR-FAIRE (LE)

 

Opéra-comique en deux actes, musique de Gresnick, représenté au théâtre de la rue de Louvois, à Paris, en 1795.

 

 

SAVOISIENNE (LA)

 

Opéra-comique en un acte, livret de M. Dufrénois, musique de Ch. du Grosriez, représenté au théâtre de la Renaissance en avril 1876. Chanté par Mmes Tony et Peschard.

 

 

SAVOYARDES (LES) ou LA CONTINENCE DE BAYARD

 

Comédie en un acte, en prose, mêlée d’ariettes, livret de Pierre-Antoine-Augustin de Piis, musique de Girard de Propiac. Création à l’Opéra-Comique (1re salle Favart) le 30 mai 1789.

 

 

SCALTRA GOVERNATRICE (LA)

 

[en français la Gouvernante rusée]

Opéra italien en trois actes mêlé de ballets, musique de Gioacchino Cocchi. Création au Théâtre de l'Opéra le 23 mars 1753. Ce compositeur s'est distingué par sa verve comique dans le genre bouffe.

 

 

SCANDERBEG

 

[ou Scanderberg]

Tragédie en cinq actes, paroles de Lamotte, avec un prologue de Laserre, musique de Rebel et Francœur. Création au Théâtre de l'Opéra le 27 octobre 1735. Cet opéra n'a jamais été repris. Chassé, Tribou, Jélyotte, Dun, Mmes Eremans, Antier, Pellissier et Mlle Sallé en furent les principaux interprètes.

 

 

SCANDERBEG

 

Opéra, musique du comte Laville de Lacépède, reçu à l'Opéra de Paris, en 1786, mais non représenté.

 

 

SCARABÉE BLEU (LE)

 

Opérette en trois actes et huit tableaux, livret d'André Barde, musique de Jean Nouguès. Création à la Gaîté-Lyrique le 30 octobre 1931.

 

 

SCEMO

 

[le Fou]

Drame lyrique en trois actes et cinq tableaux, livret de Charles Méré, musique d’Alfred Bachelet.

 

Création au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 06 mai 1914. Mise en scène de Paul Stuart. Décors de Georges Mouveau (actes I et III), Gardère (acte II). Costumes de Joseph Pinchon.

Mmes Yvonne GALL (Francesca), BONNET-BARON (Fiordalice), LAUTE-BRUN (Benedetta), KIRSCH (Michelina), MONTAZEL (Antona), COSSET (Chilina), NOTICK (une Femme).

MM. ALTCHEWSKY (Scemo), LESTELLY (Giovann'anto), André GRESSE (Arrigo di Leca), NARÇON (Tomaso), CERDAN (Pasquale), TRIADOU (Cappato), GONGUET, EZANNO, CHAPPELON (3 Bergers), REVOL (Veilleur de Nuit), REY, VARELLY (2 Hommes).

Au 4e tableau, « Danses » réglées par Ivan CLUSTINE.

Chef d'orchestre : André MESSAGER

Décors : Pinchon et Mouveau (1er et 3e tableaux), Gardère et Lailhaca (2e), Mouveau (4e et 5e) — Costumes de Pinchon.

 

6e à l’Opéra, le 30 mai 1914, avec les créateurs.

 

6 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

  

Première à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 20 mai 1926. Mise en scène d'Albert Carré. Décors de Raymond Deshays et Arnaud. Costumes de Marcel Multzer.

Mmes Marguerite SOYER (Francesca), Olympe GARCIA (Benedetta), Lucienne ESTÈVE (Fiordalise), Milly MORÈRE (Michelina), DUCUING (Antona), LEBASQUE (Chilina).

MM. Charles FRIANT (Lazaro), José BECKMANS (Giovann'anto), DUPRÉ (Arrigo), Willy TUBIANA (Tomaso), Louis GUÉNOT (Pasquali), Louis MUSY (Tappato), Georges GENIN, Paul PAYEN, Louis MORTURIER (3 Bergers), Paul PAYEN (Veilleur de nuit).

Au 4e tableau, Danses réglées par Mme Louise VIRARD.

Chef d'orchestre : Alfred BACHELET.

 

7 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

 

SCEPTRE ET LA CHARRUE (LE)

 

Opéra-comique en trois actes, livret d’Armand Dartois et Emmanuel Théaulon de Lambert, musique de Louis-Alexandre Piccinni. Création à l'Opéra-Comique (salle Feydeau) le 14 juillet 1817.

 

 

SCHAHABAHAM II

 

Opéra bouffe en un acte, livret d’Adolphe de Leuven et Michel Carré, musique d’Eugène Gautier, représenté au Théâtre-Lyrique (boulevard du Temple) le 31 octobre 1854, avec Mlle Girard (Olivette), MM. François Marcel Junca (le pacha Schahabaham II), Ribes (Curtius), Achille César Allais (Valentin), Leroy (Agobar).

 

Représenté au Théâtre-Lyrique le 25 mars 1855 avec les créateurs.

 

« Cette petite pièce est amusante. Mlle Olivette, la Colombine du théâtre de la foire Saint-Laurent, à la suite de je ne sais quelle aventure, est devenue captive du grand Schahabaham et habite le harem de Sa Hautesse. L'amoureux Valentin a suivi les traces d'Olivette ; il franchit les murailles du harem : il est pris. Après une longue délibération avec son ministre sur le châtiment à infliger aux coupables, le grand Schahabaham décide que l'un sera étranglé, l'autre noyée. Mais un autre personnage de la troupe du théâtre Saint-Laurent arrive ; c'est le père noble, qui se dit astrologue. Il voit le péril des deux jeunes gens et s'adresse en ces termes à Schahabaham : « Glorieux pacha, la planète Vénus, qui a présidé à votre naissance, a présidé, quarante ans plus tard, à celle d'un autre homme, dont la destinée se trouve en conséquence liée à la vôtre. S'il est heureux, vous serez heureux ; s'il n'a pas de quoi manger, vous aurez faim ; s'il digère mal, vous aurez la colique ; s'il meurt... — N'achève pas, s'écrie le pacha tout tremblant. Mais où est-il celui dont je dois partager le sort ! — Je le cherche », reprend l'astrologue. Celui-ci l'a bientôt trouvé dans la personne de Valentin qui, a partir de ce moment, est choyé, régalé, traité en grand seigneur et complètement heureux, sans comprendre la cause de ce caprice de la fortune. La musique est remplie de drôleries ingénieuses. Néanmoins il y a plusieurs morceaux sérieusement traités et toujours instrumentés avec goût ; ce sont d'abord la romance de l'astrologue :

 

Les favoris, comme les roses,

Vivent l'espace d'un matin.

 

Le quatuor ; le trio : A Paris ! à Paris ! et un joli quintette. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

« Opéra bouffe assaisonné de gros sel italien qui mettait aux prises un pacha marocain avec des comédiens de la Foire Saint-Laurent. »

[Albert de Lasalle, Mémorial du Théâtre-Lyrique, 1877]

 

 

SCHEIBENTONI

 

Drame, musique de Chélard, représenté à Weimar en 1842.

 

 

SCHEINN BABA ou L’INTRIGUE AU HAREM

 

Opéra-comique en trois actes, musique de Ch. Solié, représenté au théâtre français de Nice le 5 avril 1879. Chanté par Gobereau, Marcelin, Mlle Pauline Luigini.

 

 

SCHRECKENSTEIN

 

Drame en cinq actes, musique de Kastner, représenté à Strasbourg en 1830.

 

 

SCULPTEUR (LE)

 

Opérette en un acte, musique de G. Michel, représentée à Toulon le 30 septembre 1882.

 

 

SCULPTEUR DE BRUGES (LE)

 

Drame lyrique en trois actes, livret d’Eugène Lagrillière-Beauclerc (journaliste lillois décédé pendant la Première Guerre mondiale), terminé par Paul Cosseret, musique d’Henri Bouillard, professeur au Conservatoire de Lille, représenté au Grand Théâtre de Lille le 16 avril 1925 avec MM. Paul Payan (Rogiers), Mille (Ghislain), Guillet (Jefke), Deligny (le prévôt), Mme Matha, des Concerts Colonne et Lamoureux (Ciska), Mlle Geroz (Kate)

 

 

SCYLLA

 

Tragédie lyrique en cinq actes, avec un prologue, paroles de Duché, musique de Théobalde Gatti, représentée par l'Académie royale de musique le 16 septembre 1701.

 

 

SCYLLA ET GLAUCUS

 

Tragédie lyrique en cinq actes, avec un prologue, paroles de d'Albaret, musique de Le Clair, représentée par l'Académie royale de musique le 04 octobre 1746. Mlle Fel joua le rôle de la nymphe et Jélyotte celui du dieu marin. Castil-Blaze et M. Fétis attribuent cet ouvrage à Leclerc, flûtiste de l'Opéra. Nous avons préféré nous en rapporter, en cette circonstance, à des témoignages plus anciens, à ceux dis frères Parfaict (1767), et de La Borde (1780). Ce dernier semble avoir connu personnellement le célèbre violoniste, et après quelques détails particuliers sur sa vie et ses talents, « son opéra de Scylla et Glaucus, dit-il, n'eut pas un grand succès ; on y trouva cependant plusieurs morceaux excellents, qu'on a depuis insérés dans d'autres opéras et qui sont toujours entendus avec plaisir. » Ce témoignage d'un contemporain est concluant. C'est bien le cas de dire que ce qui vient de la flûte doit retourner au violon.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SECRET (LE)

 

Opéra-comique en un acte, livret de François-Benoît Hoffman, d’après la Femme jalouse, comédie de François-Antoine Jolly, musique de Jean-Pierre Solié. Création à l’Opéra-Comique (1re salle Favart) le 20 avril 1796 (1er floréal an IV).

La pièce est amusante, le dialogue spirituel. Valère s'est battu en duel et passe pour avoir tué son adversaire. Il est contraint de se cacher chez un ami qui, à cet effet, a disposé dans une chambre un panneau à coulisses qui s'ouvre et se referme souvent dans le cours de l'acte. Cet ami dévoué s'appelle Dupuis. Cécile, sa femme, ignore le secret de cette cachette. La conduite mystérieuse de son mari lui donne des accès de jalousie. Les circonstances amènent dans cette chambre Angélique, la jeune personne qui a été la cause du duel. Les deux amants reconnaissent leurs voix à travers la porte de la cachette. Cette porte s'ouvre pour donner passage à la belle Angélique, qui en sort presque aussitôt avec Valère, aux yeux étonnés de Cécile. Hoffman a semé de détails divertissants ce canevas un peu léger. La jalousie de Cécile et la niaiserie du valet Thomas donnent lieu à des scènes comiques. La musique est des plus plates. Cependant elle a plu beaucoup à l'époque de sa nouveauté. Nous ne citerons que la romance de Cécile : Qu'on soit jaloux dans sa jeunesse ; celle de Valère : Je te perds, fugitive espérance ; et celle de Dupuis, qui est devenue populaire : Femmes, voulez-vous éprouver si vous êtes encore sensibles.

Il parait que Solié, qui jouait le rôle de Dupuis, le chantait à ravir. Ce qui a valu à ce petit opéra un succès prolongé, c'est d'abord le livret, qui est écrit avec talent, et ensuite l'interprétation de la musiquette de Solié par Martin, Dozainville et Mme Dugazon.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SECRET DE L'ONCLE VINCENT (LE)

 

Opéra-comique en un acte, livret de Henri Boisseaux, musique de Théodore de Lajarte, représenté au Théâtre-Lyrique (boulevard du Temple) le 24 novembre 1855.

 

« La pièce est intéressante, tour à tour comique et sentimentale. La partition offre, entre autres jolis morceaux, la chanson de Marcel : Bon travailleur, et la romance : Adieu, soyez dame et maîtresse. Interprètes : Meillet et Mlle Caye, qui a débuté dans le rôle de Thérèse. Cet ouvrage a eu soixante-dix représentations et a servi d'heureux début aux deux auteurs. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

« Musique aimable et facile, chantée par Meillet et Mlle Caye ; reprise quelque vingt ans plus tard à l'Athénée de la rue Scribe. »

[Albert de Lasalle, Mémorial du Théâtre-Lyrique, 1877]

 

 

SECRET DE MAÎTRE CORNILLE (LE)

 

Opéra-comique en un acte, livret d’Edmond Sivieude, d'après la nouvelle d’Alphonse Daudet, musique de Gabriel Parès et J. Parès.

 

Création au Grand Théâtre de Marseille le 20 janvier 1893, avec Mme DELAMAC (Livette), MM. DELVOYE (Cornille), G. DEVRIES (Cantagriel) sous la direction de MIRANNE.

 

Première à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 13 janvier 1904.

Mmes DAFFETYE (Livette), BARBIN (une jeune fille).

MM. DELVOYE (Cornille), CHALMIN (Cantagreil), JAHN (Rémy), DELAHAYE (Pascarel).

Chef d'orchestre : Eugène PICHERAN.

 

2 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

 

SECRET DE POLICHINELLE (LE)

 

Comédie musicale en trois actes, livret d’Henri Cain d'après la pièce de Pierre Wolff, musique de Félix Fourdrain, représentée au Théâtre du Casino de Cannes en mars 1922 avec Mmes Raymonde Vecart, Mathilde Cocyte, Christiane Coste, Claire Beaudouin, Tatya Chauvin, Degustal, M. Pacheco, M. Marcy, MM. Jean Aquistapace, Fernand Francell, Maurice Claudius, Oddonne, directeur de la musique : Reynaldo Hahn, orchestre sous la direction de Nestor Leblanc.

 

 

SECRET DE ROSE (LE)

 

Opérette en un acte, paroles de Durafour, musique d'Adrien Talexy, représentée au concert de la Pépinière le 30 octobre 1875.

 

 

SECRET DE SUZANNE (LE)

 

[Susannens Geheimnis]

Intermède allemand en un acte, livret de Max Kalbeck, d'après Enrico Golisciani ; version française de Maurice Kufferath ; musique d’Ermanno Wolf-Ferrari.

 

Personnages : le comte Gil, 30 ans (baryton) ; la comtesse Susanna, sa femme, 20 ans (soprano) ; Sante, leur servante, 50 ans (rôle muet).

 

L’action se déroule dans le Piémont.

 

Créé à Munich, Hoftheater, le 04 décembre 1909, sous la direction de Mottl.

 

Première fois en français le 28 octobre 1911 au Théâtre Royal de la Monnaie, à Bruxelles, avec Mlle Angèle PORNOT (la comtesse Suzanne), MM. DE CLÉRY (le comte Guy), AMBROSINY (Jules), sous la direction de Corneil de THORAN.

 

Première à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 28 juin 1921, à l'occasion du Gala annuel de la Caisse de retraite.

Mme Marguerite CARRÉ (la comtesse Suzanne).

MM. VANNI-MARCOUX (le comte Guy), ROUSSEL (le valet de chambre).

Chef d'orchestre : Albert WOLFF.

Seule représentation à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

 

SEIGNEUR BIENFAISANT (LE)

 

Opéra en trois actes, paroles de Rochon de Chabannes, musique de Floquet. Création au Théâtre de l'Opéra (2e salle du Palais-Royal) le 14 décembre 1780. Ballet d'Auberval, Noverre et Gardel. On a promptement oublié cet ouvrage médiocre ; mais la belle voix de baryton du jeune Lays et le talent que Mme Saint-Huberti déploya dans le rôle de Lise assurèrent le succès momentané de la pièce. On ajouta, en 1781, un acte intitulé : la Fête du château, et le 23 décembre 1782, un autre acte : le Retour du seigneur dans ses terres.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SEIGNEUR PANDOLFO (LE)

 

Opéra-comique en un acte, livret d’Ernest d'Hervilly, musique de Gustave Canoby, représenté sur le Grand-Théâtre de Rennes en février 1889.

 

 

SÉJOUR MILITAIRE (LE)

 

Opéra-comique en un acte, livret de Jean-Nicolas Bouilly et Emmanuel Dupaty, musique d’Esprit Auber. Création à l’Opéra-Comique (salle Feydeau) le 27 février 1813. Ce fut le début du compositeur sur cette scène qu'il a depuis occupée si brillamment et où il règne encore. Il avait alors trente-et-un ans. Le public accueillit froidement le Séjour militaire, ce qui détermina sans doute l'auteur de la musique à se tenir à l'écart de la scène pendant plusieurs années. Ce ne fut que sept ans plus tard qu'il obtint son premier succès. M. Auber a commencé sa carrière à l'âge où Rossini terminait la sienne.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SELAM (LE)

 

Ode-symphonie, poésie de Théophile Gautier, musique d’Ernest Reyer, exécutée dans la salle du Théâtre-Italien (Ventadour), le 05 avril 1850.

 

 

SELMA

 

Cantate, paroles de Georges Spitzmüller, musique de Maurice Le Boucher (prix de Rome, 1907).

 

 

SÉMELÉ

 

Tragédie lyrique en cinq actes, avec un prologue, paroles de Lamotte, musique de Marais, représentée par l'Académie royale de musique le 09 avril 1709. Thévenard chanta le rôle de Jupiter, Mlle Journet celui de Sémelé. Les danseurs Balon et Pécourt se distinguèrent dans le ballet.

 

 

SÉMIRAMIS

 

Tragédie lyrique en cinq actes, avec un prologue, paroles de Roy, musique de Destouches, représentée par l'Académie royale de musique le 04 décembre 1718. Le prologue a pour sujet l'éducation d'Hercule. Mlle Antier joua le rôle de Sémiramis, Thévenard chanta celui de Zoroastre, Cochereau se fit applaudir dans celui de Ninus ; mais cet ouvrage ne fut pas repris.

 

 

SÉMIRAMIS

 

Opéra en trois actes, livret de Philippe Desriaux, d'après la tragédie de Voltaire, musique de Charles-Simon Catel. Création au Théâtre de l'Opéra [Théâtre de la République et des Arts] (salle Montansier) le 04 mai 1802 [14 floréal an X]. Divertissements de Pierre Gardel. Décors de Charles Percier, Jean-Thomas Thibault et Pierre-François-Léonard Fontaine. Costumes de Jean-Simon Berthélemy. Avec Mme Branchu (Sémiramis).

 

« Ce compositeur venait d'écrire son traité d'harmonie dont le système contrariait les habitudes anciennes. Il était le professeur le plus influent du Conservatoire récemment organisé, et les réformes qu'il avait fait adopter dans l'enseignement lui avaient suscité des adversaires assez nombreux. Une coterie se déchaîna contre sa partition lorsqu'elle fut exécutée. Au lieu de l'écouter, de la comprendre, d'admirer les formes distinguées de la mélodie et la pureté de l'harmonie, on déclara que c'était de la musique savante, et le public le crut sans y aller voir. Sémiramis se traîna pendant deux ans et ne dépassa guère vingt représentations. Nous signalerons particulièrement l'air remarquable : Que l'éclat de votre naissance et des chœurs magnifiques. L'opéra de Sémiramis obtint une mention très distinguée dans la liste des prix décennaux institués par Napoléon Ier. Les opéras de la Vestale de Spontini, et de Joseph de Méhul, furent choisis pour les premier et second grands prix. Les Deux journées de Cherubini, Montano et Stéphanie de Berton, Ariodant de Méhul, et l'Auberge de Bagnères de Catel, obtinrent des mentions très honorables. Le jugement de la postérité a ratifié le choix du jury ; tous ces ouvrages sont remarquables. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SÉMIRAMIS

 

Opéra, d'après la tragédie de Voltaire, livret et musique d'Henri Blaze (vers 1802, non représenté).

 

 

SÉMIRAMIS

 

[Semiramide]

Mélodrame tragique italien en deux actes, livret de Gaetano Rossi (1774-1855), d’après Sémiramis, tragédie de Voltaire, musique de Gioacchino Rossini.

 

Personnages : Sémiramis, reine de Babylone (soprano) ; Arsaces, commandant de l’armée assyrienne (contralto) ; Assur, prince (basse) ; Idrenus, prince indien (ténor) ; Azema, princesse (soprano) ; Oroës, grand-prêtre des Mages (basse) ; Mitrane, capitaine de la garde (ténor) ; l’ombre de Ninus (basse) ; Satrapes, mages, dames de la cour, gardes, esclaves et le peuple.

 

L’action se déroule à Babylone, dans l’Antiquité.

 

Première représentation à Venise, théâtre La Fenice, 03 février 1823 (pendant la saison du carnaval), avec Isabella Colbran, R. Mariani, F. Galli, L. Mariani, Sinclair, sous la direction du compositeur.

 

Représenté à Paris, Théâtre Italien le 08 décembre 1825.

 

Première au Théâtre de l’Opéra (salle Le Peletier) le 09 juillet 1860, dans la version française en quatre actes de Joseph Méry, avec récitatifs adaptés par Carafa. Décors de Charles Cambon et Joseph Thierry (actes I et II), Joseph Nolau et Auguste Rubé (acte III), Edouard Desplechin (acte IV). Costumes d'Alfred Albert. Avec Carlotta et Barbara Marchisio.

 

« Ce chef-d'œuvre fut le dernier ouvrage que Rossini écrivit en Italie ; il était conçu d'après un plan très vaste et trop chargé de richesses musicales pour les oreilles italiennes de cette époque. Sémiramis est l'ouvrage le plus considérable de la seconde manière de Rossini. Après l'avoir composé, il se sentit naturellement entraîné vers d'autres cieux et d'autres sources d'inspiration. Après un long succès sans interruption au Théâtre-Italien où les interprètes les plus renommés du célèbre duo furent Mmes Sontag et Pisaroni ; Sémiramis fit enfin son apparition à l'Académie impériale de musique le 4 juillet 1860. Méry fit la traduction du livret de Rossi et le mit en quatre actes. Carafa adapta les récitatifs à la scène française et composa la musique du ballet. Les décors reproduisirent très heureusement des figures et des ornements empruntés au musée assyrien. L'exécution fut remarquable, et les sœurs Carlotta et Barbara Marchisio y acquirent leur réputation. L'ouverture de Sémiramis est une des plus belles conceptions que l'imagination musicale puisse produire. Dans tout l'ouvrage l'expression dramatique, passionnée, quelquefois terrible vient se joindre à la grâce italienne. Malgré le charme des traits de vocalisation encore très fréquents dans cette œuvre, il y a déjà des accents caractérisés, une certaine couleur locale qui font de cet opéra un type singulier de l'alliance des deux écoles italienne et française. L'introduction et le chœur : Belo si celebri inaugurent largement le drame puissant qui va se dérouler. Le trio : Là dal Gange, chanté par Idrène, Oroes et Assur, est surtout remarquable par l'originalité du rythme et la force de l'expression, que n'affaiblissent en rien les arabesques, les ornements variés de la vocalisation italienne. Après le quatuor Di tanti regi et popoli, encadré dans un chœur dont la sonorité est habilement conduite, on remarque la cavatine d'Arsace : Ah ! quel giorno ognor ramento et le duo d'Arsace et d'Assur : Bella immago degli Dei. L'air de Sémiramis : Bel raggio lusinghier a toujours été le plus applaudi, parce qu'il se prête merveilleusement à la virtuosité vocale. Que dirons-nous du duo que la reine chante avec Arsace : Serbami ognor si fido ? sinon qu'il est le type, le modèle le plus parfait du style dramatique italien réunissant à la fois le pathétique, la grâce et l'effet des timbres variés de la voix de femme. Quant au final du premier acte, c'est assurément la page musicale la plus grandiose que Rossini ait écrite avant l'opéra de Guillaume Tell.

Ce qui a un peu nui au succès de Sémiramis, surtout en Italie, c'est que le second acte produit moins d'effet que le premier. Le compositeur avait rencontré des inspirations si heureuses et aidé si puissamment au succès personnel des interprètes de son œuvre, qu'il était impossible que l'intérêt pût croître dans la seconde partie. Cependant ce second acte renferme des beautés de premier ordre; d'abord c'est le duo entre les deux complices du meurtre d'Assur : Se la vita ancor t'é cara, qui a des élans d'orgueil et de haine superbes ; c'est l'air d'Arsace : In si barbara sciagura ; le duo de Sémiramis et d'Arsace : Ebben ! a te ferisci, et la scène du tombeau de Ninus, qu'anime le souffle de la tragédie antique.

Pour exprimer la pitié qu'inspirait dans l'antiquité un corps privé de sépulture, Sophocle n'a pas hésité à employer les trésors poétiques de la langue grecque ; dans son Antigone, Eschyle a groupé avec science et habileté les images et les expressions pour rendre les effets de terreur qu'il avait à produire dans l'Orestie ; et dans notre propre langue, je ne sache pas que les beaux vers et les périodes symétriques aient affaibli sous la plume de Corneille l'impression terrible produite par le cinquième acte de Rodogune. En lisant ce préambule, le lecteur se demande où je veux en venir. Je veux répondre à un reproche adressé ordinairement par les gens du monde aux formes italiennes de plusieurs opéras du maître ; je veux dire que, faisant usage de la même liberté, Rossini a employé les ressources de la langue musicale de son pays et de son siècle, et fait servir ses richesses mélodiques et son harmonie féconde à exprimer des situations fortes et appartenant d'ailleurs à un ordre tout idéal. Il a réussi ; car, malgré l'éducation artistique différente de ses auditeurs et à plus de quarante ans d'intervalle, le terzetto final de Sémiramis : L'usato ardir il mio valor dov'è, produit toujours au théâtre une impression profonde. Nous le répétons, en notre qualité de Français, l'opéra de Guillaume Tell a nos préférences ; mais en fait d'esthétique, nous ne voyons pas qu'on puisse faire d'objection sérieuse contre une forme de l'art qui nous a valu des beautés impérissables. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SENTINELLE (LA)

 

Opéra-comique, livret arrangé d'après un vaudeville de d'Artois, musique de Dewint, représenté au théâtre de la Monnaie, de Bruxelles, le 14 mai 1828. L'auteur de la musique occupait les fonctions de chef d'orchestre au théâtre d'Anvers.

 

 

SENTINELLE PERDUE (LA)

 

[ou André ou la Sentinelle perdue]

Opéra-comique en un acte, livret d’Henri de Saint-Georges, musique de Victor Rifaut. Création à l'Opéra-Comique (salle de la Bourse) le 01 décembre 1834. On a remarqué dans cet ouvrage une valse élégante, les jolis couplets du Papillon voltigeur, et surtout la belle voix de Mlle Annette Lebrun, l'élève de Rossini.

 

 

SEPT BAISERS DE BUCKINGHAM (LES)

 

Opérette en un acte, paroles d'Alfred Tranchant et Coron, musique d'Eugène Déjazet, représentée au théâtre Déjazet le 27 octobre 1866.

 

 

SEPT CHANSONS

 

[Sette Canzoni]

Sept expressions dramatiques, constitue le second volet de la trilogie italienne l’Orfeide (voir ce titre), paroles et musique de Gian Francesco Malipiero.

 

Première fois à Paris, au Palais Garnier, le 10 juillet 1920, dans la version française de Henry Prunières — Décors d'après les maquettes de Valdo Barbey. — Mise en scène de MERLE-FOREST — Chorégraphie de Léo STAATS.

Les Vagabonds : M. Léonce TEISSIÉ (le Chanteur de Complainte), Mlles Y. FRANCK (une Jeune Femme), MATHIEU (une Passante), MM. BOURDEL l'Aveugle), PELLETIER, CUVELIER, FAIVRE (Passants).

à Vêpres : M. Armand NARÇON (un Moine), Mlle KERVAL (une Femme), M. JAVON (un Moine).

le Retour : Mme LAPEYRETTE (la Mère), M. ANTONY (le Fils).

l'Ivrogne : M. ROUARD (l'Ivrogne), Mlle MANTOUT (une Femme), MM. PACAUD (l'Amoureux), FEROUELLE (un Vieillard).

la Sérénade : M. DUTREIX (l'Amoureux), Mlle BRANA (Jeune Fille).

le Sonneur : M. DUCLOS (le Sonneur).

le Matin des Cendres : M. Yves NOEL (l'Eteigneur de Lanternes), M. MOUDON (un Paillasse).

Chef d'orchestre : Gabriel GROVLEZ

Seule représentation à l’Opéra au 31.12.1961.


 

SEPT PÉCHÉS CAPITAUX (LES)

 

[Die sieben Todsünden]

Ballet allemand avec chant en neuf tableaux, texte de Bertold Brecht, musique de Kurt Weill. Création au Théâtre des Champs-Elysées le 07 juin 1933, avec Lotte Lenya, sous la direction de Maurice Abravanel.

 

Première à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 04 mai 1968, dans une version française de Geneviève Serreau (1915-1981), mise en scène et chorégraphie de Milko Sparemblek, décor de Roger Bernard, costumes de Joëlle Roustan. 5 représentations en 1969, 9 en 1970.

 

 

SERAFINA

 

Opéra-comique, musique de Léon Kreutzer, écrit vers 1845 (inédit).

 

 

SÉRAIL (LE) ou LA FÉE DU MOGOL

 

Pièce en trois actes, avec chants et danses, de Hapdé et Dabaytua, musique de Leblanc, représentée au théâtre de la Cité le 23 octobre 1799.

 

 

SERAPHINA (LA)

 

Opéra-comique, livret de Frédéric Soulié, musique de Friedrich von Flotow, exécuté au château de Royaumont, chez M. le marquis de Bellisen, le 30 octobre 1836. Il s'agit dans la pièce d'une jeune bohémienne qui, élevée par un seigneur espagnol, est devenue une célèbre cantatrice. Son protecteur veut l'épouser et en faire une duchesse. La passion de l'art l'emporte dans son cœur et elle refuse ses offres pour rester cantatrice et l'idole de Madrid. La partition de M. de Flotow renfermait d'agréables motifs. Il était alors au début de la carrière qu'il a parcourue depuis avec quelque succès. La Seraphina a été chantée par Mmes de Forges et Lecocq, par le vicomte Deguerau, MM. Panel et Lecocq.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SERAPHINA (LA)

 

Opéra-comique en un acte, musique de Wanson, représenté à Liège en 1837.

 

 

SÉRAPHINA (LA) ou L’OCCASION FAIT LE LARRON

 

Opéra-comique en un acte, livret d’Henri de Saint-Georges et Henri Dupin, musique d’Alfred de Saint-Julien. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 16 août 1851, avec Mlles Lemaire, Decroix, Ponchard, MM. Audran, Sainte-Foy.

 

« Il y a de l'invention dans ce livret. La cantatrice Séraphina a quitté le théâtre pour épouser un marquis de contrebande, l'usurier José Corvo. Tous deux tombent dans une embuscade dressée par des brigands. Mais ceux-ci, effrayés par l'arrivée des gendarmes, laissent leurs prisonniers entre les mains de quelques artistes peintres qu'ils ont emmenés dans leur repaire. Ces jeunes gens se font passer pour les brigands eux-mêmes ; l'un, nommé Léoni, fait la cour à Séraphina, tandis que l'autre, le comte Julio, se fait rembourser par José Corvo mille francs qui lui ont été volés. Séraphina, en habile comédienne, découvre la ruse, et s'amuse aux dépens de Léoni en lui déclarant que la poésie et le pittoresque de sa profession de brigand ont pu seuls subjuguer son cœur, et que ce qu'elle aime en lui, c'est le voleur. Les soldats du pape arrivent et vont faire feu, lorsque Séraphina, par un mouvement généreux, s'élance au-devant des balles et sauve la vie à Léoni. Le reste se comprend. La musique de ce petit ouvrage n'est pas très originale. Néanmoins on l'a entendue avec plaisir. On a remarqué une romance de ténor, un joli boléro et la romance de Séraphina, agréablement orchestrée. M. Clémenceau de Saint-Julien est un élève d'Adolphe Adam. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SÉRÉNADE (LA)

 

Opéra-comique en un acte, livret de Sophie Gay, d’après la comédie de Jean-François Regnard, musique de Sophie Gail. Création à l’Opéra-Comique (salle Feydeau) le 02 avril 1818.

 

« La comédie de Regnard a servi de cadre à quelques morceaux de musique assez agréables, et surtout à la jolie scène qui termine l'ouvrage. Malgré le voile de l'anonyme dont les auteurs ont voulu s'envelopper, on les a bientôt reconnus. Ces dames avaient déjà une réputation méritée, l’une comme auteur de fort jolis romans, l'autre de quelques œuvres lyriques remarquables. Regnard, qu'elles se sont associé, ne les a pas toujours heureusement inspirées dans ce qu'il leur a plu d'ajouter à sa comédie. » [Almanach des spectacles, 1819]

 

« Il est singulier que les femmes qui écrivent pour le théâtre soient moins réservées dans le choix des situations et même dans celui des expressions que les hommes. La pièce de Mme Sophie Gay, non seulement offense ce qu'on appelle les mœurs dramatiques, mais elle offre des images et des mots qui choquent la bienséance. Valère et Léonore sont épris l'un de l'autre ; malheureusement c'est le père de Valère qui prétend épouser la jeune fille. Il est berné, dupé, trompé et même volé, avec le consentement de son fils, par Scapin et Marine, le valet et la suivante des amoureux. On lui fait payer les frais d'une sérénade qu'il avait préparée pour sa belle. Que Scapin soit fripon, cela est proverbial. Mais que des enfants désirent la mort de leurs parents pour en hériter, cela ne s'est vu que chez les Romains, au temps de Plaute et de Térence. Qu'il n'y ait pas même dans une pièce le contraste d'un sentiment honnête et désintéressé, voilà qui dépasse les limites de la tolérance que comporte ce genre d'ouvrages.

En revanche, la musique de Mme Gail est agréable. La mélodie est gracieuse et facile. Nous signalerons le duo de Scapin et de Marine : Beauté, divine beauté ; l'air de Scapin, dans lequel il trace le plan comique de la sérénade. La parodie du chœur de soldats d'Œdipe à Colonne, de Sacchini : Nous braverons pour lui les plus sanglants hasards, et celle de l'air de Zingarelli : Ombra adorata, en font les frais. Avec un sextuor bien traité, nous remarquons encore la barcarolle populaire arrangée à trois voix avec le chant à la basse :

 

O pescator dell'onda

Fidelin,

Veni pescar in qua

Colla bella sua barca,

Colla bella senevà,

Fidelin, lin la.

 

Non voglio cento scudi,

Fidelin ;

Ne borsa ricomà,

Colla bella sua barca,

Colla bella senevà,

Fidelin, lin la.

 

Io vo un bazin d'amore,

Fidelin ;

Che qual mi paghera.

Colla bella sua bocca,

Colla bella senevà,

Fidelin, lin la.

 

Il nous semble que la main de Boieldieu n'a pas été étrangère à cet arrangement, qui rappelle celui d'O dolce concerto, des Voitures versées. Ce petit ouvrage a été écrit pour le chanteur Martin et Mme Boulanger. Les autres rôles ont été chantés par Ponchard, Viscentini, Juillet, Moreau, Mlles Desbrosses et Leclerc. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SÉRÉNADE (LA)

 

Opérette en un acte, paroles de M. Donon, musique de M. Labit, chef de musique du 84e de ligne, représentée à Tours le 24 avril 1860. Cet ouvrage a été bien accueilli ; on a remarqué plusieurs morceaux d'une bonne facture. Il a été chanté par Beckers, Hervé et Mlle Dumas.

 

 

SÉRÉNADE (LA)

 

Opéra-comique en un acte, livret d’Édouard Duprez, musique du marquis de Colbert-Chabanais, arrangé pour piano et orchestré par M. Nicou-Choron, représenté à l'École Duprez en 1870. On a remarqué dans cet ouvrage une jolie romance chantée par Valère, Si l'on te dit que les étoiles.

 

 

SÉRÉNADE (LA)

 

Opéra-comique en deux actes, adaptation lyrique de la comédie de Regnard, par Charles Fourcaulx, musique d’André Martinet, représenté au Kursaal de Genève en juillet 1889

 

 

SERGENT D'OUISTREHAM (LE)

 

Opéra-comique en un acte, paroles de Théodore Lebreton et Georges Richard, musique de Camille Caron, représenté à Rouen le 18 mars 1863.

 

 

SERGENT DU GUET (LE)

 

Opérette en un acte, paroles de Gabriel Prévost, musique de Charles du Grosriez, représentée aux Bouffes-du-Nord le 7 juin 1877.

 

 

SERIN BLEU (LE)

 

Opérette en un acte, livret de Louis Péricaud et Lucien Delormel, musique de Lucien Collin. Création au concert de l'Eldorado le 19 mars 1892.

 

 

SERMENT (LE) ou LES FAUX MONNAYEURS

 

Opéra en trois actes, livret d’Eugène Scribe et Edouard-Joseph Mazères, musique d’Esprit Auber, création au Théâtre de l'Opéra (salle Le Peletier) le 01 octobre 1832. Décors de Charles Ciceri. Costumes d'Eugène Lami. Un aubergiste de village préfère pour gendre un inconnu, un brigand chef de faux-monnayeurs, à un jeune fermier qui est aimé de sa fille. Diverses circonstances le tirent à temps de son erreur. Un si mince sujet aurait pu fournir matière à un petit opéra-comique ; car les proportions de notre première scène lyrique, déjà trop vastes pour le livret du Philtre, le parurent bien davantage pour celui du Serment. Cet opéra ne réussit pas. Cependant on l'a souvent représenté, du moins en partie. La musique fourmille de détails ingénieux, et l'orchestration est finement travaillée. Il en est resté un beau chœur pour voix d'hommes, un air de basse chanté par Dérivis : Le bel état que celui d'aubergiste, et un air de soprano : Dès l'enfance les mêmes chaînes, dans lequel se trouvent accumulées comme à plaisir les difficultés les plus ardues de l'art du chant. C'était l'air de triomphe de Mme Damoreau. Il a été longtemps le morceau de concours le plus redouté des jeunes virtuoses.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SERMENT D’AMOUR

 

Opérette en trois actes, paroles de Maurice Ordonneau, musique d’Edmond Audran, représentée au théâtre des Nouveautés le 19 février 1886, avec Mmes Marguerite Ugalde, Juliette Darcourt, Lantelme, Bévalet, Varennes, MM. Berthelier, Morlet, Albert Brasseur, Charvet.

 

 

SERPENT À PLUME (LE)

 

Opérette-bouffe en un acte, livret de Cham et Philippe Gille, musique de Léo Delibes, représentée aux Bouffes-Parisiens le 16 décembre 1864.

 

 

SERPILLA E BAJOCCO, o VERO IL MARITO GIOCATORE, E LA MOGLIA BACHETONA

 

[en français le Mari joueur et la femme bigote]

Intermède comique en trois actes, représenté sur le théâtre de Lucio Papirio à Bruxelles en 1728, et à Paris sur celui de l'Académie royale de musique le mardi 07 juin 1729. Le rôle de Serpilla fut chanté d'abord par Mlle Rose Ungarelli, puis en 1752 par Mlle Tonelli. On ne nous a pas transmis les noms des auteurs de cet opéra italien. Le succès qu'il obtint prépara l'espèce de révolution qui s'opéra quelques années plus tard dans le caractère des œuvres lyriques. Dominique et Romagnesi en firent une parodie moitié en français, moitié en italien, dont la musique fut composée par Mouret, et le Mercure de France (juillet 1729, p. 1639), en fait l'éloge ; le rédacteur mentionne la chaconne comique et un air italien pour soprano, avec accompagnement de trompette. Les oreilles du Mercure ne paraissent pas avoir été bien délicates, si on en juge par sa critique.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SERRURIER (LE)

 

Opéra-comique en un acte, livret de François-Antoine Quétant, musique de Josef Kohaut. Création à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 20 décembre 1764.

 

 

SERVA PADRONA (LA) — Voir la Servante maîtresse.

 

 

SERVANTE À NICOLAS (LA)

 

Opérette en un acte, paroles de Nérée Desarbres et Charles Nuitter, musique de Jules Erlanger, représentée aux Bouffes-Parisiens le 11 mars 1861. Le livret offre des scènes intéressantes. On a applaudi un très joli trio de femmes. Mlle Chabert a parfaitement chanté le rôle de Berthe, la servante.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SERVANTE DE RAMPONNEAU (LA)

 

Opéra-comique en deux actes, paroles de M. Rodembourg, musique de M. Carman, représenté

à l'Opéra-Populaire (théâtre du Château-d'Eau) le 13 août 1886.

 

 

SERVANTE JUSTIFIÉE (LA)

 

Opéra-comique en un acte, livret de Charles Simon Favart et Barthélemy Fagan, d’après le conte de La Fontaine, musique de vaudevilles. Création à la Foire Saint-Germain le 19 mars 1740. Première à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 31 mai 1762. Repris avec une musique arrangée par Jean-Baptiste Moulinghen, à Fontainebleau, devant le roi, sur le théâtre de la Cour, le 09 octobre 1773, puis à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 10 janvier 1774. Moulinghen était l'époux d'une femme charmante, Mme Louise Moulinghen, qui pendant dix ans, de 1770 à 1780, fut l'une des actrices les plus aimées de la Comédie-Italienne et qui mourut à la fleur de l'âge. Elle avait une fille, claveciniste distinguée, qui obtint des succès au Concert spirituel.

 

 

SERVANTE MAÎTRESSE (LA)

 

[la Serva pardona]

Intermezzo italien en deux actes, livret de Gennaro Antonio Federico, d’après une comédie de Jacopo Angello Nelli, musique de Jean-Baptiste Pergolèse.

 

Personnages : Uberto (basse) ; Serpina, sa servante (soprano) ; Vespone, son serviteur (rôle mimé).

 

Créé à Naples, Teatro San Bartolomeo, le 28 août 1733 (comme intermède à l’opéra Il Prigioniero superbo de Pergolèse), par : Mme Laura MONTI (Zerbine) et M. Gioacchino CORRADO (Pandolphe).

 

Première fois à Paris, au Théâtre Italien, le mardi 4 octobre 1746.

 

Première à l'Académie Royale de Musique (1re salle du Palais-Royal), le 2 août 1752, dans la version originale italienne la Serva padrona par une troupe italienne de passage à Paris, avec Mme Anna TONNELI et M. MANELLI. Cette représentation se trouve à l'origine de la fameuse « Guerre des Bouffons ». Une reprise eut lieu en 1778.

 

Première fois en français, à Paris, à la Foire Saint-Germain, le 14 août 1754, dans la version en vers de Pierre Baurans, sous la titre de la Servante maîtresse, avec Mme FAVART et M. ROCHARD.

 

Première à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 29 mars 1762, dans la version française de Baurans.

 

Reprise à l’Opéra-Comique (salle Feydeau) le 09 août 1803.

 

Reprise à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 12 août 1862 (version française de Baurans) réorchestration de François-Auguste Gevaert, considérée comme la première ; Berthellier y a mimé le rôle muet de Scapin.

 

Reprise à l’Opéra-Comique (3e salle Favart) le 02 avril 1929 dans une version française de Paul Bérel (pseudonyme de Paul de Choudens).

 

Reprise à l’Opéra-Comique (3e salle Favart) le 23 décembre 1937, mise en scène de Jean Mercier, décors et costumes de Mlle Larnaudie.

 

 

12.08.1862

Opéra-Comique

(1re)

09.02.1870

Opéra-Comique

(100e)

22.02.1900

Opéra-Comique

(128e)

13.10.1910

Opéra-Comique

(134e)

02.04.1929

Opéra-Comique

(136e)

23.12.1937

Opéra-Comique

(147e)

Zerbine

GALLI-MARIÉ (débuts) GALLI-MARIÉ MARIÉ DE L’ISLE TIPHAINE Emma LUART L. THELIN

 

           

Pandolphe

GOURDON MELCHISSÉDEC L. FUGÈRE L. FUGÈRE F. VIEUILLE L. GUENOT

Scapin

BERTHELLIER POTEL BARNOLT MESMAECKER DE  CREUS V. PUJOL

Chef d'orchestre

DELDEVEZ DELOFFRE GIANNINI HASSELMANS M. FRIGARA G. CLOËZ

 

151 représentations à l’Opéra-Comique du 12.08.1862 au 31.12.1950 (dont 24 entre le 01.01.1900 et le 31.12.1950).

 

A l'occasion du bicentenaire de Pergolèse, le Théâtre de l'Hôtel des Modes à Paris le représentait, le 03 janvier 1910.

 

 

Opéra

02.08.1752

Italiens

14.08.1754

Opéra-Comique

12.08.1862

H. des Modes

03.01.1910

Zerbine

A. TONELLI

FAVART

GALLI-MARIÉ

G. FERAUD

 

 

 

 

 

Pandolphe

MANELLI

ROCHARD

GOURDON

Raym. GILLES

Scapin

COSINI

X

BERTHELLIER

GUIMINEL

 

Première fois au Palais Garnier, le 13 mai 1928 (43e représentation à l'Opéra), par la troupe de l'Opéra de Vienne.

Mme Elisabeth SCHUMANN (Zerbine).

MM. MAYR (Pandolphe), MADIN (Scapin).

Chef d'orchestre : Robert HEGER

 

43 représentations à l’Opéra dont 1 au Palais Garnier au 31.12.1961.

  

« Le compositeur n'avait pas vingt et un ans révolus lorsqu'il écrivit ce chef-d’œuvre. Quoiqu'il n'y ait dans la pièce que deux acteurs chantants et un personnage muet, c'est-à-dire un vieillard dominé par sa servante et un valet travesti en matamore, l'intérêt ne faiblit pas un instant, grâce à la vérité de l'expression musicale, à l'élégance et à la vivacité du dialogue. Un simple quatuor accompagne ce duo qui dure plus d'une heure. Le Mercure de France (octobre 1746, p. 160-162), rapporte que la Serva padrona avait déjà été représentée sur le théâtre de l'Académie royale de musique en 1729, par des acteurs bouffons que le prince de Carignan avait fait venir exprès d'Italie. Il est invraisemblable que le chef-d’œuvre de Pergolèse, celui qui a établi sa réputation, ait été accidentellement joué en France avant de l'être dans son pays. Le rédacteur du Mercure aura confondu la Serpina de Pergolèse avec Serpilla e Bajocco ossia il Giocatore, opéra italien en trois actes, représenté effectivement à l'Académie de musique le 7 juin 1729.

Une troupe italienne, appelée à Paris, inaugura ses représentations sur la scène de l'Opéra le 2 août 1752, par la Serva padrona. Ce fut le signal d'une réaction contre la musique française, dont Lully et Rameau étaient encore les représentants. Le Coin du roi soutenait l'honneur national ; le coin de la reine, c'est-à-dire le parti qui se groupait au théâtre sous la loge de la reine, tenait pour les Italiens. L'œuvre de Pergolèse eut un succès immense, interprétée par Anna Tonelli, qui chantait le rôle de Serpina. Baurans en fit une traduction en vers qui fut représentée au Théâtre-Italien sous le titre de la Servante maîtresse le 14 août 1754, et chantée par Rochard et Mme Favart. Elle eut cent cinquante représentations consécutives. C'est cette traduction qui a été donnée le 13 août 1862 à l'Opéra-Comique pour les débuts remarquables de Mme Galli-Marié. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SERVICE OBLIGATOIRE (LE)

 

Opérette bouffe en trois actes, livret d’Albert Marion, Henri Meilhac et Fournier-Sarlovèze, musique de Jules Costé, Emmanuel Chabrier et René de Boisdeffre, représentée à Paris, Cercle de l’Union artistique, le 21 décembre 1872.

 

 

SÉVILLANE (LE)

 

Opéra-comique en un acte, paroles d’Ed. Guinand, musique de Cécile Chaminade, exécuté dans un salon en février 1882.

 

 

SHAKSPEARE !

 

Opérette bouffe en trois actes, livret de Paul Gavault et P.-L. Flers, musique de Gaston Serpette, représentée aux Bouffes-Parisiens le 23 novembre 1899 avec Mariette Sully (Eponine). Aux temps anciens où les auteurs ne manquaient jamais de faire suivre le titre de leurs pièces d'un sous-titre qui en complétait la signification, on n'aurait pas manqué d'intituler celle-ci Shakespeare ou Nom d'un chien ! C'est qu'en effet le héros de cette opérette n'était point l'illustre auteur d'Othello et de la Tempête, mais simplement un brave et honorable caniche, qui jouait d'ailleurs son rôle en conscience et recueillait avec une satisfaction visible les applaudissements du public. Ajoutons que cet animal, docile et bien dressé, était précisément la propriété de l'auteur de la musique de Shakespeare.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1904]

 

 

SHÉRIF (LE)

 

Opéra-comique en trois actes, livret d’Eugène Scribe, musique de Fromental Halévy. Création à l'Opéra-Comique (salle de la Bourse) le 02 septembre 1839. L'idée du livret a été empruntée à une nouvelle de Balzac. Le shérif Turner est un magistrat vigilant qui protège la cité de Londres contre les malfaiteurs et semble ne pouvoir en préserver sa maison. Chaque jour il constate la disparition de quelque objet précieux. Aussi soupçonne-t-il tous ceux qui franchissent le seuil de son logis : il va jusqu’a faire arrêter son futur gendre. Sa fille, de son côté, ne peut se défendre de soupçonner le jeune marin Edgar, qu'elle aime. Tout s'explique : le shérif est somnambule, et il est lui-même le voleur mystérieux qui depuis si longtemps trompe sa vigilance. Quoique la partition du Shérif ait été considérée en 1839 comme une œuvre d'éclectisme musical et qu'en somme elle ait été peu goûtée du public, on peut présumer qu'elle serait mieux comprise aujourd'hui ; car les compositeurs qui ont eu de grands ouvrages joués pendant longtemps comme M. Halévy, finissent par influencer le goût du public et lui faire admettre les formes particulières de leur style, qui en premier lieu n'avaient pas été comprises. Il est constant qu’Halévy, dans ses opéras des Treize, de l'Eclair et du Shérif, a fait preuve d'une puissante originalité, et l'ouverture de ce dernier ouvrage montre que non seulement il a cherché à faire parler à l'harmonie un langage plus dramatique, mais encore que la symphonie des instruments a été traitée par lui dans le même esprit d'investigation hardie et souvent heureuse dans ses effets. Nous signalerons la ballade chantée par Roger : Enfant de l'Angleterre, avec le refrain du chœur : l'Océan est à nous ; l'air chanté par Mme Damoreau : Ah ! qu'une cuisinière, qui est fort difficile d'intonation, mais riche en saillies comiques ; le quatuor du premier acte ; la romance de soprano : Je vois encore la vague, chantée par Mlle Rossi, et le trio : Mais ce jeune marin. Moreau-Sainti et Henri ont chanté les rôles de l'Irlandais et du shérif.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SHYLOCK — Voir Jessica.

 

 

SI J'ÉTAIS ROI !

 

Opéra-comique en trois actes et quatre tableaux, livret d’Adolphe d’Ennery et Jules Brésil, musique d'Adolphe Adam.

 

PERSONNAGES : MOUSSOUL, roi de Goa (baryton) — Le prince KADOOR, son cousin (basse) — ZÉPHORIS et PIFÉAR, deux pêcheurs (ténors) — ZIZEL, inspecteur des arts (basse comique) — ATAR, ministre de la guerre (rôle parlé) — NÉMÉA, cousine du roi (soprano) — ZÉLIDE, sœur de Zéphoris (soprano) — ISSALIM, médecin du roi (basse) — Un esclave (basse) — Pêcheurs, Soldats, Bayadères, Peuple.

 

La scène se passe à Goa en 1510.

 

Création au Théâtre-Lyrique (boulevard du Temple) le 04 septembre 1852, avec MM. Tallon [en alternance avec Carré] (Zéphoris), Pierre Laurent (Moussoul), François Marcel Junca (Kadoor), Menjaud fils (Piféar), Leroy (Zizel), Lemaire (Atar), Mmes Pauline Colson [en alternance avec S. Noël] (Néméa), Rouvroy (Zélide), Garnier (une bayadère), sous la direction d’Alphonse Varney.

 

Reprise au Théâtre-Lyrique de la Gaîté le 07 novembre 1877 avec Mmes Adèle Franck-Duvernoy (Néméa), Nadaud (Zélide), Baretta (une Bayadère), MM. Jacques Bouhy [remplacé ensuite par Lepers] (Moussoul), Gresse (Kadoor), Paul Lhérie (Zéphoris), Grivot (Piféar), Sotto (Zizel), Nadaud (Atar), Aujac (Ali), Vizentini (le Médecin). Danse : Mlle Théodore. Décors de M. Cornil, costumes dessinés par M. Draner.

 

Résumé.

L'ouverture vive et brillante est devenue célèbre.

ACTE PREMIER : La résidence des pêcheurs au bord de la mer. — Le pauvre pêcheur Zéphoris aperçoit, dans la suite du roi Mossoul, la princesse Néméa, qu'il avait jadis sauvée sans la connaître. Il raconte l'histoire du sauvetage au cousin du roi, Kadoor, qui conspire avec l'ennemi pour renverser le roi. Celui-ci oblige Zéphoris à jurer de se taire et se présente à la princesse Néméa comme son sauveur de jadis. Tristement Zéphoris pense à son malheureux sort. Profondément absorbé, il écrit dans le sable « Si j'étais roi » et s'endort. Le roi le trouve ainsi et décide d'exaucer son désir pour un jour.

ACTE DEUXIÈME : La salle du trône. — Le lendemain, Zéphoris, en se réveillant, se trouve affublé d'habits royaux dans le palais royal. Il s'adapte bien vite à son nouveau rôle et promulgue rapidement des lois en faveur des pêcheurs et contre les exploiteurs du peuple. Connaissant la trahison de Kadoor, il fait marcher l'armée vers l'ennemi. Enfin il annonce ses fiançailles avec la princesse Néméa. Le roi le fait plonger dans un profond sommeil et le fait reporter dans sa cabane de pêcheur.

ACTE TROISIÈME : Une cabane de pêcheur. — Kadoor veut tuer Zéphoris, qui a déjoué tous ses plans. Mais Néméa intervient : elle avoue son amour pour Zéphoris. Sa perte paraît certaine et il n'y a que l'apparition du roi qui empêche le crime. C'est grâce à la prévoyance du pêcheur « roi pour un jour » que l'ennemi a été battu et Zéphoris reçoit en récompense la main de la princesse.

 

« Créé avec assez de succès. La pièce est amusante et la musique fort agréable à entendre. Les ouvrages d'Adam, que les amateurs d'autrefois reléguaient volontiers au troisième plan, à l'exception du Chalet et de Giralda, à cause de la vulgarité des idées mélodiques et de leur caractère dépourvu de toute élévation, nous semblent maintenant avoir beaucoup de mérite par la comparaison qu'on en fait avec les opéras bouffes et les opérettes de MM. Offenbach, Hervé, Lecocq et de la plupart des compositeurs en vogue. Il est incontestable qu'Adolphe Adam aimait son art au point de tout lui sacrifier, fortune, repos, honneurs. Sa vocation avait été irrésistible et sincère, et c'est pour cela que ses ouvrages, tout en étant conçus d'après un idéal borné, renferment une foule de pages bien supérieures à celles qu'on écrit de nos jours à la hâte et en vue d'un succès éphémère. Je tenais à signaler cette différence. Toutefois, la critique a reproché au compositeur des réminiscences flagrantes dans cet opéra. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1876]

 

« La scène se passe dans l'Inde. Succès, et si grand que, malgré l'usage des théâtres de musique, il fallut jouer la pièce tous les jours. La dernière reprise de Si j'étais roi ! a été donnée en 1871 (quelques jours après l'armistice), au café-spectacle Tivoli, situé sur le boulevard de Clichy, en face le cimetière Montmartre. »

[Albert de Lasalle, Mémorial du Théâtre-Lyrique, 1877]

 

« L'œuvre est charmante, et de la meilleure veine d'Adam ; elle brille par un grand charme, par une grâce piquante, par une verve rare, et l'on y constate certaines inspirations d'un caractère particulier qui dénotent chez l'auteur des qualités de tendresse et de mélancolie inconnues à des artistes plus richement doués que lui, et que, pour en citer un, Auber, par exemple, n'a jamais possédées. C'est à ce titre qu'il faut signaler, entre autres pages charmantes, la jolie romance de Zéphoris : J'ignore son nom, sa naissance... d'un caractère si touchant, et les couplets du roi : Dans le sommeil, l'amour, je gage... qui sont vraiment empreints d'un grand sentiment poétique. La partition de Si j'étais roi ! est de celles qui devraient toujours être au répertoire courant de nos théâtres lyriques. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]

 

 

SIBÉRIE

 

[Siberia]

Drame lyrique italien en trois actes, livret de Luigi Illica, musique d’Umberto Giordano. Une version remaniée fut présentée à la Scala de Milan le 04 décembre 1927.

 

Personnages : Stephana (soprano) ; Nikona (mezzo-soprano) ; la jeune fille (soprano) ; Vassili (ténor) ; Gléby (baryton) ; le prince Alexis (ténor) ; Ivan (ténor) ; le banquier Miskinsky (baryton) ; Valinov (basse) ; le capitaine (basse) ; le sergent (ténor) ; le cosaque (ténor) ; le gouverneur (basse) ; l’invalide (baryton) ; l’inspecteur (basse) ; officiers, notables, paysans, gens du peuple, soldats, prisonniers.

 

Créé à Milan, théâtre de la Scala, le 19 décembre 1903 par :

Mme Rosina STORCHIO (Stephana), MM. Giovanni ZENATELLO (Vassili), Giuseppe DE LUCA (Gléby), Antonio PINI-CORSI (Alexis), sous la direction de Cleofonte CAMPANINI.

 

Première fois à Paris, au Théâtre Sarah-Bernhardt, le 04 mars 1905, par une troupe italienne : Mme A. PINTO (Stephana), MM. A. BASSI (Vassili), Tita RUFFO (Gléby), L. GENZARDI (Alexis), sous la direction de Cleofonte CAMPANINI.

 

Première au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 09 juin 1911, dans une adaptation française de Paul Milliet. Mise en scène de Paul Stuart. Décors de Georges Mouveau et Demoget (1er acte), Rochette et Landrin (2e et 3e actes). Costumes de Joseph Pinchon.

Mmes Lina CAVALIERI (Stephana), LEJEUNE (Nikona), CAMPREDON (la Petite Fille).

MM. MURATORE (Vassili), DANGES (Gléby), DUBOIS (Alexis), CERDAN (Walitzi), NANSEN (le Cosaque), TRIADOU (l'Invalide), CARRIE (Miskinsky, le Banquier), REVOL (Ivan, le Sergent), LEQUIEN (le Capitaine), GONGUET (Lispravnick), EZANNO (l'Inspecteur).

Chef d'orchestre : Paul VIDAL

 

7e à l’Opéra, le 2 novembre 1912, avec les créateurs, sauf : Mme HATTO (Stephana), MM. DELPOUGET (le Capitaine), TRIADOU (Miskinsky, le Banquier).

 

7 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

 

 

SIBYLLE (LA)

 

Opéra en un acte, paroles de Harny, musique de Gibert, représenté à la Comédie-Italienne, à Paris, le 1er octobre 1758.

 

 

SICILIEN (LE)

 

Opéra-comique en un acte, livret arrangé d'après le petit chef-d'œuvre de Molière, musique de Mézeray, représenté à Strasbourg en 1825. L'auteur de la musique de ce petit ouvrage, qui devint plus tard un des chefs d'orchestre les plus fameux de la province et qui, pendant près de quarante ans, exerça ces fonctions au Grand-Théâtre de Bordeaux, était alors à peine âgé de quinze ans.

 

 

SICILIEN (LE)

 

Opéra-comique en un acte, musique de M. Joncières, représenté à l'Ecole lyrique de la rue de la Tour-d'Auvergne en décembre 1859.

 

 

SICILIEN (LE) ou L'AMOUR PEINTRE

 

Comédie-ballet en un acte de Molière, musique de Jean-Baptiste Lully.

 

Première au Palais Garnier, le 19 mai 1892 (partition adaptée par Camille Saint-Saëns).

Personnages de la Comédie :

Mmes MULLER (Isidore), DU MINIL (Climène).

MM. GOT (don Pèdre), Jules TRUFFIER (Hali), SAMARY (Adraste), CLERH (un Sénateur). Personnages du ballet :

MM. ENGEL (un Prêtre), RENAUD (Tircis), DELMAS (Philène), SOULACROIX (un Esclave).

Divertissement réglé par Mme FONTA, dansé par Mlles DESIRE, LOBSTEIN, OTTOLINI, S. MANTE et le Corps de ballet.

Chef d'orchestre : Edouard COLONNE.

Seule représentation à l’Opéra au 31.12.1961.

 

 

SICILIEN (LE) ou L'AMOUR PEINTRE

 

Opéra-comique en un acte, arrangé d'après la comédie de Molière, musique de Levasseur l'aîné, représenté en 1780 à Versailles, devant le roi, la reine et toute la cour.

 

 

SICILIEN (LE) ou L'AMOUR PEINTRE

 

Comédie lyrique en deux actes et trois tableaux, livret d’André Dumas, d'après la pièce de Molière, musique d’Omer Letorey.

 

Création à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 19 mars 1930. Mise en scène de Georges Ricou. Décors d’Emile Bertin. Costumes dessiné par Marcel Multzer exécutés par Mme Solatgès et Henri Mathieu. Au 3e tableau, Divertissement, réglé par Louise Virard.

Mmes Marie-Thérèse GAULEY (Isidore), Hélène JÉROME (Climène), Germaine CERNAY (un Berger ; Léonor), Andrée VAVON (Élise), QUÉNET (Lucinde).

MM. Félix VIEUILLE (don Pèdre), Victor PUJOL (Adraste), René HÉRENT (Hali), DUPRÉ (Philène), Jean VIEUILLE (le Sénateur), Pierre FOUCHY (Tircis), Raymond GILLES (un Chanteur)

Divertissement dansé par Mlles Andrée COMTE, Mariette DE RAUWERA et les dames du Corps de Ballet.

Chef d'orchestre : Louis FOURESTIER.

 

49e représentation à l'Opéra-Comique le 28 mars 1936.

Mmes Marie-Thérèse GAULEY (Isidore), Marguerite LEGOUHY (un Berger ; Lucinda), FENOYER (Léonor), Christiane GAUDEL (Climène), Germaine CHELLET (Élise).

MM. Willy TUBIANA (don Pèdre), Gabriel COURET (Adraste), René HÉRENT (Hali), Louis MORTURIER (Philène), Paul PAYEN (le Sénateur), GENIO (Tircis), Raymond GILLES (un Chanteur).

Divertissement dansé par Mlle Juanina et le Corps de Ballet.

Chef d'orchestre : Élie COHEN.

 

60e représentation le 13 janvier 1939.

Mmes Lucie THÉLIN (Isidore), Christine LIANY (un Berger ; Lucinda), FENOYER (Léonor), Christiane GAUDEL (Climène), Renée MAZELLA (Élise).

MM. Willy TUBIANA (don Pèdre), Gabriel COURET (Adraste), René HÉRENT (Hali), Louis MORTURIER (Philène), Paul PAYEN (le Sénateur), Raymond MALVASIO (Tircis), Raymond GILLES (un Chanteur).

Chef d'orchestre : Roger DESORMIÈRE.

 

72 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

"Le premier acte traîne un peu. Mais le deuxième acte est charmant ; dans la scène du portrait, le dialogue est plein d'animation, de verve, et de vraie musique. Il y a là aussi de quoi divertir les spectateurs." (Larousse Mensuel Illustré, 1930)

 

 

SIDONIE PANACHE

 

Opérette en deux actes et quinze tableaux, livret d'Albert Willemetz et Mouézy-Eon, musique de Joseph Szulc. Création au Théâtre du Châtelet le 06 décembre 1930 avec Mmes E. Favart (Sidonie), L. Hegoburu (Rosalie), J. Montange (Séraphine) ; MM. Bach (Chabichou), Bury (A. des Ormeaux).

 

"Imbroglio mouvementé qui nous conduit du bal Mabille en Afrique, où l'on voit Sidonie en soldat, le général Bugeaud en bonnet de nuit, le sergent Panache engagé dans des aventures étonnantes, tout cela prétexte à des costumes, à une musique alerte, brillante, dégagée de l'influence du jazz." (Larousse Mensuel Illustré, 1930)

 

 

SIÈGE DE CALAIS (LE)

 

Tragédie lyrique en quatre actes, livret d'Ed. Wacken, musique de Charles Hanssens, représentée à la Monnaie de Bruxelles le 09 avril 1861 avec Mmes Dupuy (la Reine), Vandenhaute (Béatrix), MM. Carman (le Roi), Wicart (d'Harcourt), Depoitier (le magistrat de Calais), Aujac (le fils d'Eustache).

 

 

SIÈGE DE CORINTHE (LE)

 

Tragédie lyrique en vers et en trois actes, livret d’Alexandre Soumet, d’après le livret de Giuseppe Luigi Balocchi (1776-1822) pour Maometto II, musique de Gioacchino Rossini, d'après son opéra Maometto II, créé à Naples le 03 décembre 1820.

 

Personnages : Mahomet II (basse) ; Cléomène (ténor) ; Néocle (ténor) ; Omar (basse) ; Pamira (soprano) ; Ismène (mezzo-soprano) ; Iero (basse profonde) ; Adraste (ténor) ; Turcs et Grecs.

 

Création au Théâtre de l'Opéra (salle Le Peletier) le 09 octobre 1826. Ballets de Pierre Gardel. Décors de Charles Ciceri. Costumes d'Hippolyte Lecomte. Avec L. Cinti-Damoreau, Fremont, Louis et Adolphe Nourrit, P. Dérivis, Prévost, sous la direction de F.-A. Habeneck.

 

« Cléomène, pour récompenser la valeur de Néoclès, se dispose à lui donner sa fille Palmira. Celle-ci refuse ; elle est éprise d'un guerrier ennemi qu'elle a connu sous le nom d’Almanzor ; cet amant déguisé est Mahomet, qui, bientôt maître de Corinthe, tient Palmira captive, et voit arriver Néoclès. Palmira, pour sauver le malheureux grec, le fait passer pour son frère, mais Cléomène pénètre dans le camp de Mahomet, et là il apprend l'amour de sa fille pour l'ennemi de son pays ; il la maudit. Palmira triomphe de son amour et se résout à mourir pour sa patrie. Elle sauve son père et Néoclès ; ils se retrouvent tous dans les tombeaux de Corinthe ; le prêtre bénit leurs drapeaux ; ils partent. Bientôt la citadelle de Corinthe est incendiée. Toute la population périt. Palmira se tue. Tel est le sujet de cet ouvrage qui a obtenu un succès d'enthousiasme. »

[Almanach des spectacles, 1827]

 

« L'illustre compositeur venait d'obtenir un grand succès à Paris. Son opéra de circonstance : Il viaggio a Reims, composé pour le sacre de Charles X, lui avait valu les plus flatteuses distinctions. Pressé de toutes parts d'écrire un ouvrage pour la scène française, il arrangea sur un nouveau poème la musique de son Maometto, représenté à Naples en 1820, et il y ajouta d'autres morceaux, notamment un bel air chanté par Mme Damoreau, et la magnifique scène de la bénédiction des drapeaux au troisième acte. Le Siège de Corinthe obtint un grand et légitime succès. L'air de basse : Qu'à ma voix la victoire s'arrête, fait partie du répertoire de tous les chanteurs. Dérivis et Dabadie l'interprétèrent successivement avec distinction. Nous citerons encore la prière : L'heure fatale approche, dont les accents pathétiques expriment au plus haut degré la douleur et l'effroi. Cet ouvrage a été réduit en deux actes en 1844. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SIÈGE DE LEYDE (LE)

 

Opéra en quatre actes et en sept tableaux, paroles de Hippolyte Lucas, musique d’Adolphe Vogel, représenté au théâtre Royal de La Haye le 4 mars 1847. Le roi des Pays-Bas avait indiqué aux auteurs ce sujet national. La défense de Leyde contre les Espagnols, en 1574, est une des plus belles pages de l'histoire de Hollande. Le bourgmestre Vander Werf montra un noble caractère, et sut par sa fermeté contenir des révoltés qui, pressés par la famine, voulaient capituler. Les intrigues de Madeleine Moons avec le général Valdez retardèrent la ruine de la cité, et donnèrent le temps au prince Guillaume de faire ouvrir les digues de la Meuse et de l'Issel pour engloutir sous les eaux le camp espagnol. Ces épisodes ont fourni au poète et au compositeur de belles et fortes situations. La partition offre des effets variés ; elle est pleine de vigueur et de mélodie. Une belle mise en scène et une exécution convenable ont contribué au succès. Les principaux artistes étaient : Diguet, Allart, Léon Fleury, Didot, Mmes Bouvard et Hillen. Les compositions de M. Vogel ne sont pas aussi connues qu'elles méritent de l'être. Quelques-unes de ses mélodies ont joui d une grande vogue, notamment celle de l'Ange déchu. Le chœur de la Veillée, dans son opéra de la Moissonneuse, est l'œuvre d'un maître distingué.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SIÈGE DE LEYDE (LE)

 

Drame lyrique en trois actes, musique de Mme Tarbé des Sablons, représenté à Florence sous le titre de I Batavi, en juin 1864. L'auteur a été rappelé huit fois sur la scène. Il avait été question de jouer cet ouvrage au Théâtre-Lyrique.

 

 

SIÈGE DE LILLE (LE)

 

Opéra-comique en un acte, paroles de Bertin d'Antilly, musique de Kreutzer, représenté à Feydeau le 14 novembre 1792.

 

 

SIÈGE DE LILLE (LE) — Voir Cécile et Julien.

 

 

SIÈGE DE LILLE (LE) ou LE BARBIER MAES

 

Opéra-comique en deux tableaux, paroles de Ch. de Franciosi, musique d’A. Delannoy, représentée au Grand-Théâtre de Lille le 19 avril 1858. L'auteur de la musique occupait l'emploi de second chef d'orchestre au théâtre ; les deux rôles principaux de l'ouvrage étaient tenus par M. et Mme Barbot.

 

 

SIÈGE DE MÉZIÈRES (LE) ou BAYARD À MÉZIÈRES

 

Opéra-comique en un acte, paroles de Dupaty et Chazet, musique de Niccolo Isouard, Cherubini, Catel et Boieldieu, représenté à l'Opéra-Comique le 12 février 1814.

 

 

SIÈGE DE THIONVILLE (LE)

 

Opéra en deux actes, paroles de Saulnier et Duthil, musique de Louis Jadin, représenté à l'Opéra (Académie de musique) le 02 juin 1793 (14 prairial an I), et, quelques jours après, gratuitement pour l'amusement des sans-culottes, par arrêté de la commune de Paris, en date du 19 juin. Les principaux artistes de l'Opéra étaient alors Chéron, Lays, Lainez, Adrien, Rousseau, Mlles Maillard, Rousselois, Gavaudan. Pour la danse A. Vestris, Mlles Saulnier, Aubry, Duchemin, Clotilde, Delisle, Chevigny. Garat avait prudemment quitté la France ; il y revint à la fin de 1794 ; Mme Saint-Huberti avait quitté la scène depuis trois ans.

C'est à l'occasion du Siège de Thionville que les noms des artistes figurèrent pour la première fois en regard de leurs rôles dans le Journal des spectacles.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SIEGFRIED

 

Drame lyrique allemand en trois actes et quatre tableaux, constituant la 2e journée de l'Anneau du Nibelung (voir ce titre), poème et musique de Richard Wagner.

 

Personnages : Siegfried (ténor) ; Mime (ténor) ; Wotan, déguisé en Voyageur errant (baryton-basse) ; Alberich (baryton) ; Fafner, déguisé en dragon (basse profonde) ; Erda (contralto) ; Brünnhilde (soprano) ; l’Oiseau de la forêt (soprano).

 

L’action se déroule à l’époque légendaire, dans une caverne rocheuse sur la forêt ; au cœur de la forêt ; dans une région sauvage au pied d’une montagne ; le rocher de Brünnhilde.

 

Créé au Théâtre du Festival de Bayreuth, dans le cadre de la Tétralogie, le 16 août 1876.

 

Premières fois à New York (Metropolitan Opera), le 09 novembre 1887 ; à Bruxelles (Théâtre Royal de la Monnaie, version française d'Alfred Ernst), le 12 janvier 1891 ; à Londres (Covent Garden), le 13 juin 1892 ; en France (au Théâtre des Arts de Rouen, dans la version de Ernst), le 17 février 1900 et dans une mise en scène de O. LABIS.

 

 

BAYREUTH

16.08.1876

NEW YORK

09.11.1887

BRUXELLES

12.01.1891

LONDRES

13.06.1892

ROUEN

17.02.1900

Erda

JAIDE

BRANDT

MORELLI

SUCHER

ROMAIN

Brunehilde

Amalie MATERNA

L. LEHMANN

LANGLOIS

SCHUMANN

BOSSY

Voix Oiseau

Lilli LEHMANN

SEIDL-KRAUS

CARRÈRE

TRAUBMANN

LEMAIGNAN

 

 

 

 

 

 

Siegfried

Georg UNGER

Max ALVARY

LAFARGE

ALVARY

DALMORES

Wotan

Franz BETZ

FISCHER

BOUVET

GRENGG

GRIMAUD

Mime

Karl SCHLOSSER

FERENCZY

ISOUARD

LIEBAN

STUARD

Alberich

Karl HILL

VON MILDE

Eugène BADIALI

LOUENT

de SAINT-POL

Fafner

REICHENBERG

ELMBLAD

VERIN

WIEGANT

VINCHE

Chef d’orchestre

Hans RICHTER

A. SEIDL

Ph. FLON

MAHLER

A. AMALOU

 

Première au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 03 janvier 1902, dans la version française d'Alfred Ernst. Mise en scène de Victor Capoul. Décors d'Amable. Costumes de Charles Bianchini.

Mme HEGLON (Erda), GRANDJEAN (Brunehilde), Bessie ABOTT (Voix de l'Oiseau).

MM. J. DE RESZKE (Siegfried), F. DELMAS (Wotan), L. LAFFITTE (Mime), J. NOTÉ (Albérich), PATY (Fafner).

Chef d'orchestre : Paul TAFFANEL

 

 

21.05.1909

31e

18.03.1921

41e

11.10.1926

49e

27.12.1938

90e

17.11.1950

92e

Erda

CHARBONNEL

LAPEYRETTE

MONTFORT

HAMMER

KLOSE

Brunehilde

GRANDJEAN

DEMOUGEOT

BOURDON

LUBIN

BRAUN

Voix Oiseau

LAUTE-BRUN

LAVAL

HARAMBOURE

M. BOCKOR

BOURSIN

 

 

 

 

 

 

Siegfried

ROUSSELIERE

VERDIER

FRANZ

SATTLER

LORENZ

Wotan

DELMAS

DELMAS

DELMAS

HOTTER

FRANTZ

Mime

FABERT

LAFFITTE

FABERT

ZIMMERMANN

ZIMMERMANN

Alberich

DUCLOS

DUCLOS

DUCLOS

FUCH

CHARLES-PAUL

Fafner

CERDAN

NARÇON

NARÇON

MEDUS

L. WEBER

Chef d’orchestre

MESSAGER

CHEVILLARD

GAUBERT

FURTWÄNGLER

SEBASTIAN

 

La reprise de 1950 eut lieu dans une mise en scène de M. TIETJEN.

 

Reprise du 13 mai 1955 (96e représentation), dans le cadre de l’Anneau du Nibelung (voir ce titre).

 

103e à l’Opéra, le 30 Novembre 1959 :

Mmes SIEWERT (Erda), VARNAY (Brunehilde), HOLLWEG (Voix de l'Oiseau), MM. FEIERSINGER (Siegfried), UHDE (Wotan), KUEN (Mime), METTERNICH (Alberich), SERKOYAN (Fafner).

Chef d'orchestre : Richard KRAUS

 

Autres interprètes des principaux rôles à l'Opéra :

Erda : Mmes B. SOYER (1902), FLAHAUT (1902), CHARNY (1911), COURSO (1921), COSSINI (1929), ALMONA (1934), SCHARLEY (1958).

Brunehilde : Mmes Lina PACARY (1909), LITVINNE (1909), BREVAL (1912), CLAESSENS (1921), PANIS (1931), BUNLET (1934), JUYOL (1951), MOEDL (1955).

Siegfried : MM. DALMORES (1911), MELCHIOR (1930), DE TREVI (1930), ALDENHOFF (1955), BEIRER (1955).

Wotan : MM. A. GRESSE (1902), JOURNET (1928), A. HUBERTY (1929), CLAVERIE (1934), S. BJOERLING (1955).

Mime : MM. RAMBAUD (1921), WARNERY (1931).

 

103 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

 

« Les quatre parties de la tétralogie se tiennent étroitement et se succèdent dans l'ordre naturel des faits. Sentant parfois cet inconvénient, Wagner n'a cherché à y échapper que pour tomber dans un autre : c'est-à-dire que, pour donner l'explication d'un fait résultant d'une situation antérieure, il lui est arrivé, comme dans la Walkyrie, de se jeter dans d'interminables, dans d'implacables récits destinés à faire connaître cette situation. Dans Siegfried, rien de pareil ; au contraire, le spectateur qui ne connaîtrait ni l'Or du Rhin ni la Walkyrie serait dans l'impossibilité de comprendre quoi que ce soit à l'action, si toutefois on peut donner le nom d'action à une affabulation aussi pauvre et aussi inconsistante. Un écrivain l'a prouvé en traçant ainsi, en peu de mots, une analyse du poème qui est vraiment complète : « Un jour, le jeune héros (Siegfried) s'empare des tronçons de l'épée brisée de Siegmund, emportés jadis, comme un gage d'espérance, par la malheureuse Sieglinde, et il se forge l'arme qui lui donnera la victoire. Voilà tout le premier acte. — Il tue le dragon Fafner et aussi le nain Mime, qui avait essayé de l'empoisonner pour s'approprier plus sûrement l'anneau fatidique. Voilà le second. — Guidé par un oiseau merveilleux, il franchit la muraille de feu élevée par le dieu Loge, réveille Brunehilde, la délivre et se fait aimer d'elle. Voilà le troisième. »

Or, il faut se rappeler que, dans l'Or du Rhin, le fameux anneau d'or, qui doit rendre son maître invincible, est devenu, en dépit de Wotan, le dieu suprême, la proie du géant Fafner, qui ici se transforme en dragon pour effrayer les amateurs. Il faut se rappeler encore que dans la Walkyrie, Wotan a condamné sa fille Brunehilde à demeurer endormie sur un rocher, entourée de flammes, jusqu'à ce qu'un homme, inaccessible à la peur, se jette à travers ces flammes pour s'approcher d'elle et la délivrer. Cet homme, ce héros, ce sera Siegfried, le fils à la fois posthume et incestueux de Siegmund (on sait que ce n'est pas par la moralité que brillent les drames de Wagner), dont la naissance a coûté la vie à sa mère, Sieglinde, morte en lui donnant le jour. Siegfried a été, on ne sait comment, recueilli par le nain Mime, dont le désintéressement n'est d'ailleurs qu'apparent, car il compte sur lui pour ravir à Fafner l'anneau magique que détient ce dernier. Grandi dans la solitude de la forêt, inaccessible à la crainte et doué d'une force prodigieuse, Siegfried, un jour, a vu son image dans l'eau limpide d'un ruisseau, et il a compris qu'un colosse comme lui ne pouvait être l'enfant d'un avorton comme Mime. Il demande donc et obtient de celui-ci le secret de sa naissance. Puis, comme Mime a appris de Wotan que c'est Siegfried qui doit tuer le dragon Fafner, qu'il doit le tuer avec l'épée brisée de Siegmund qui doit être reforgée, et que cette épée ne peut être reforgée que par un homme qui n'a jamais connu la peur, ledit Mime reste pétrifié en voyant Siegfried rapprocher les tronçons de l'épée, les souder ensemble, et s'y prendre de telle façon et la rendre si solide que, d'un seul coup de l'arme, il brise l'enclume sur laquelle il l'a travaillée. Le nain rumine alors son projet : Siegfried tuera le dragon, et, lorsque après le combat, altéré parla fatigue, il voudra boire, Mime lui présentera un breuvage empoisonné, après quoi il lui ravira sans peine et l'épée qu'il aura refaite et l'anneau conquis sur le monstre.

Au deuxième acte, nous sommes dans la forêt, d'où l'on aperçoit la caverne qui sert de résidence au dragon Fafner, lequel ronfle d'une façon terrible. Arrive Siegfried, suivi de Mime, qui lui apprend de quelle façon il doit l'attaquer. Puis, resté seul, Siegfried devient rêveur, s'étend sur le gazon, songe à sa mère, qu'il n'a pas connue, se laisse aller à des pensées mélancoliques et, comme pour se distraire, taille un roseau dont il s'exerce à tirer des sons plus ou moins harmonieux. Soudain, se rappelant le devoir qu'il a assumé, il échappe à sa rêverie et sonne avec son cor une fanfare brillante qui réveille le dragon. Bientôt il plonge son épée dans la gorge du monstre, qui meurt dans une horrible convulsion. Cet exploit le rend le maître désormais et (nous sommes dans le domaine de la féerie) lui donne la faculté de comprendre le langage des oiseaux ! L'un d'eux chante à son oreille, et il saisit toutes les nuances de son chant. Mime survient, qui veut mettre à exécution le projet qu'il a formé et présente à Siegfried le breuvage auquel il a mêlé du poison. Mais celui-ci, prévenu par la voix de l'oiseau, étend le nain mort à ses pieds. Puis, Siegfried apprend de l'oiseau qu'à la cime d'un rocher se trouve, plongée dans le sommeil, une femme admirablement belle, qu'il lui faut franchir, pour l'approcher, un cercle de feu, et qu'alors cette femme, qui n'est autre que Brunehilde, lui appartiendra, à lui qui n'a jamais connu la peur. Et Siegfried se met en marche, guidé par l'oiseau.

On devine que le troisième acte, à part quelques incidents secondaires, se concentre tout entier dans l'arrivée de Siegfried sur le rocher, d'où il écarte Wotan, qui veut l'arrêter, dans son récit mâle à la vue de la mer de feu qu'il doit traverser, et dans son duo superbe et passionné avec Brunehilde lorsque, au mépris du danger, il est parvenu jusqu'à elle, l'a délivrée et s'est fait connaître.

Tout cela est puéril au point de vue de l'invention dramatique, sans intérêt et sans action, mais non sans couleur et sans contrastes, contrastes dont le musicien a fait son profit, comme on peut le penser, et dont il a tiré souvent un parti magnifique. Revêtu de son merveilleux manteau d'harmonie, ce drame enfantin semble quelque chose et fait presque figure, alors que, réduit à ses seules ressources, il paraîtrait absolument misérable. En fait, il se laisse écouter grâce à la musique, qui donne le change sur son peu de  valeur. Il est certain que l'œuvre du musicien l'emporte d'une façon incomparable sur celle du poète. Si la partition de Siegfried est inégale, comme toutes celles de Wagner, manquant de mesure et de proportions, à son habitude, trop fertile en longueurs fâcheuses, elle n'en révèle pas moins l'artiste puissant et génial qu'était l'auteur de Parsifal, le musicien prodigieux qui, s'il vous fatigue et vous excède parfois, parfois aussi vous inonde d'une poésie enchanteresse ou vous arrache, par ses accents tumultueux, héroïques ou passionnés, des cris d'enthousiasme et d'admiration. De faire une analyse de cette partition de Siegfried, je n'essaierai même pas : on sait comment, par la forme particulière qu'il donne à sa musique, Wagner échappe et se dérobe à l'analyse. C'est seulement par l'ensemble, et non par le détail, qu'il faut apprécier ses œuvres. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]

 

 

SIGEBERT, ROI D'AUSTRASIE

 

Opéra-comique en trois actes, paroles de Grétry neveu, musique de Bieysse, représenté au théâtre des Jeunes-Elèves le 04 octobre 1806.

 

 

SIGISBÉE ou LE FAT CORRIGÉ

 

[ou le Cigisbé ou le Fat corrigé]

Opéra-comique en trois actes, livret de Jean-François Marmontel, musique de Luigi Piccinni. Création à l’Opéra-Comique (salle Feydeau) le 25 février 1804.

 

 

SIGNAL (LE)

 

Opéra-comique en un acte, livret d’Ernest Dubreuil et William Busnach, musique de Paul Puget. Création à l’Opéra-Comique (2e salle Favart) le 17 novembre 1886, avec Mlle Simonnet, MM. Herbert et Soulacroix.

 

« L'auteur de cet ouvrage, élève de Victor Massé, avait remporté le grand prix de Rome en 1873. M. Paul Puget, à qui l'on doit un recueil d'agréables mélodies vocales, occupe aujourd'hui les fonctions de chef du chant à l'Opéra. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]

 

 

SIGNOR DI PURSOGNAC (IL)

 

Opéra italien en trois actes, musique de L.-E. Jadin, représenté au théâtre de Monsieur (Feydeau) le 23 avril 1792.

 

 

SIGNOR FAGOTTO (IL)

 

Opérette en un acte, livret de Charles Nuitter et Etienne Tréfeu, musique de Jacques Offenbach, représentée d'abord à Ems sur le théâtre du Kursaal le 11 janvier 1863, puis aux Bouffes-Parisiens le 18 janvier 1864. L'air le plus applaudi est celui du Signor Fagotto, dans lequel le musicien a imité des cris d'animaux et tous les bruits possibles. On peut encore citer le quatuor d'entrée : Il arrive ; la Chanson de l'antiquaire et le sextuor final, dont la composition est attribuée au Signor Fagotto.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SIGNOR PASCARELLO (IL)

 

Opéra-comique en trois actes, livret d’Adolphe de Leuven et Brunswick, musique d’Henri Potier. Création au Théâtre National de l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 24 août 1848, avec Mmes Thibaut (Barbara), Lavoye (Paula), Blanchard (la Tourière), MM. Mocker (Pascarello), Jourdan (Gaetano), Grignon (le Commandeur). => livret

 

Il signor Pascarello est maître à chanter dans un couvent de religieuses à Florence ; il a pour filleul un jeune compositeur nommé Gaetano, qui aime la novice Paula, laquelle passe pour orpheline et va prononcer ses vœux. Le maître à chanter reconnaît Paula pour sa fille, épouse sa vieille gouvernante Barbara afin de lui donner une mère, et parvient, par ce stratagème un peu forcé, à faire sortir Paula de son couvent et à la donner à son filleul. On a remarqué dans cet ouvrage de jolis couplets chantés par Mocker, sur ces paroles :

 

Je ne suis pas de ces vieillards moroses,

Qui voudraient supprimer les roses

Qu'ils cueillaient dans leur printemps.

 

Les autres rôles ont été chantés par Jourdan, Mlles Louise Lavoye et Thibault.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SIGURD

 

Opéra en quatre actes et neuf tableaux, livret de Camille du Locle et Alfred Blau, musique d’Ernest Reyer.

 

Créé à Bruxelles, au Théâtre Royal de la Monnaie, le 07 janvier 1884, par Mmes Rose CARON (Brunehilde), BOSMAN (Hilda), Blanche DESCHAMPS (Uta), MM. JOURDAIN (Sigurd), M. DEVRIÈS (Gunther), L. GRESSE (Hagen), M. RENAUD (le Grand Prêtre d'Odin), BOUSSA (Rudiger), GOEFFOEL (Irnfrit), MANSUÈDE (Hamart), STALFORT (Ramunc), sous la direction de Joseph DUPONT.

 

Première fois en France, à Lyon, le 15 janvier 1885.

 

Première à Paris, au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 12 juin 1885. Mise en scène d'Alexandre Lapissida. Décors d'Auguste Rubé, Philippe Chaperon et Marcel Jambon (actes I et IV), Jean-Baptiste Lavastre (acte II), Eugène Carpezat (acte III). Costumes d'Eugène Lacoste (actes I, II et IV) et Charles Bianchini (acte III).

Mmes Rose CARON - débuts - (Brunehilde), BOSMAN - débuts - (Hilda), A. RICHARD (Uta).

MM. SELLIER (Sigurd), LASSALLE (Gunther), L. GRESSE (Hagen), BERARDI (le Grand Prêtre), VOULET - débuts - (Irnfrid), GIRARD (Hawart), CREPEAUX (Ramunc), LAMBERT (Rudiger).

Danses réglées par Louis MERANTE : Mlles HIRSCH, MERCEDES, BERNAY.

Chef d'orchestre : Jules GARCIN

 

 

30.12.1891

100e

13.01.1905

177e

08.03.1905*

 

01.12.1923

226e **

17.10.1934

243e ***

Brunehilde

R. CARON

BREVAL

HATTO

BOURDON

LAWRENCE

Hilda

BOSMAN

DEMOUGEOT

DEMOUGEOT

BEAUJON

MORERE

Uta

HEGLON

B. SOYER

B. SOYER

COURSO

MONTFORT

 

 

 

 

 

 

Sigurd

SELLIER

AFFRE

AFFRE

FRANZ

LUCCIONI

Gunther

RENAUD

NOTÉ

NOTÉ

ROUARD

SINGHER

Hagen

L. GRESSE

CHAMBON

CHAMBON

DELMAS

A. HUBERTY

Grand Prêtre

DUFRICHE

A. GRESSE

GILLY

DUCLOS

CABANEL

Irnfrid

PIROIA

CABILLOT

CABILLOT

DUBOIS

CHASTENET

Hawart

IDRAC

GALLOIS

GALLOIS

GUYARD

MADLEN

Ramunc

CREPEAUX

DENOYÉ

DENOYÉ

PEYRE

MEDUS

Rudiger

LAMBERT

DOUAILLIER

DOUAILLIER

MAHIEUX

FOREST

Chef d’orchestre

LAMOUREUX

P. VIDAL

 

RÜHLMANN

RÜHLMANN

 

* Danse : Mlles VIOLLAT, G. Couat, Barbier, Meunier, Billon, L. Couat, Klein, Rouvier, Urban, Dockes, Bouissavin, Guillemin, Mouret, Demaulde, Coudaire, Boos, Didier, V. Hugon, S. Mante, Moormans, Sirède, MM. Girodier, Régnier, Ch. Javon, Férouelle.

 

** Le Président de la République assistait à la reprise de 1923, au cours de laquelle Madame Rose CARON, créatrice du rôle de « Brunehilde », couronna le buste de Reyer.

 

*** Pour la reprise de 1934, la mise en scène fut signée de Pierre CHEREAU, cependant qu'Albert AVELINE avait réglé la chorégraphie du ballet. - Décors projetés de Ernest Klausz.

 

252e représentation à l’Opéra, le 18 octobre 1935, avec les interprètes de la reprise de 1934.

 

Autres interprètes des principaux rôles à l'Opéra :

Brunehilde : Mmes d'ERVILLY (1885), BOSMAN (1886), ADINI (1888), MARTINI (1894), CHRETIEN (1895), GRANDJEAN (1896), HATTO (1899), CHENAL (1905), BORGO (1906), LE SENNE (1912), LITVINNE (1916), HOERNER (1935).

Hilda : Mmes PLOUX (1885), PACK (1891), AGUSSOL (1891), DUFRANE (1894), CANNE (1895), DARCEY (1897), LUCAS (1899), ROYER (1905), DUBEL (1905), LAUTE-BRUN (1909), DUBOIS-LAUGER (1910), MAC ARDEN (1924), DENYA (1925), VERNET (1934).

Uta : Mmes FIGUET (1885), RAUNAY (1888), DOMENECH (1890), DESCHAMPS-JEHIN (1893), DUFRANE (1897), ARBELL (1905), FLAHAUT (1906), PAQUOT d'ASSY (1907), LAPEYRETTE (1909), CHARBONNEL (1909), CHARNY (1910), ALMONA (1934), MANCEAU (1935).

Sigurd : MM. ESCALAÏS (1885), MURATET (1888), DUC (1890), SALEZA (1893), DUPEYRON (1894), ANSALDY (1895), COURTOIS (1896), GAUTIER (1896), ALVAREZ (1896), LUCAS (1899), GARAIT (1903), CASSET (1903), GRANAL (1910), SULLIVAN (1916), PERRET (1924), SAINT-CRICQ (1934).

Gunther : MM. MELCHISSEDEC (1885), BERARDI (1887), BARTET (1895), RIDDEZ (1906), CARBELLY (1906), DANGES (1909), CARRIE (1912), TEISSIE (1924), BROWNLEE (1934), L. RICHARD (1935).

Hagen : MM. BERARDI (1885), PLANÇON (1885), NIVETTE (1903), A. GRESSE (1905), JOURNET (1923).

 

252 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

 

« Lorsqu'il parut à notre Académie nationale de musique, le Sigurd de M. Reyer était écrit depuis une quinzaine d'années, et non seulement les habitués en avaient pu connaître les fragments les plus importants, entre autres sa belle ouverture, mais l'ouvrage avait fait ses preuves à la scène, d'abord au théâtre de la Monnaie de Bruxelles, où il avait été joué pour la première fois le 7 janvier 1884, puis au théâtre de Covent-Garden, de Londres, et enfin à Lyon, ce qui fait que Paris n'était même pas la première ville française qui l'eût entendu. Le poème en est tiré de la fameuse légende Scandinave de l’Edda, dont Wagner s'est inspiré pour ses grandes œuvres, de sorte que nous y retrouvons la plupart des héros familiers au maître allemand. Sigurd nous présente, en effet, les personnages suivants : Gunther, roi des Burgondes ; Sigurd, héros franc ; Hagen, guerrier, compagnon de Gunther ; un prêtre d'Odin ; Brunehild, valkyrie chassée du ciel ; Hilda, sœur de Gunther ; Uta, nourrice d'Hilda.

Tandis que Gunther rêve de nouvelles conquêtes, sa sœur Hilda ne songe qu'au valeureux Sigurd, qui a vengé son père et qui l'a sauvée elle-même de la captivité après la défaite de celui-ci. Elle aime Sigurd, qui l'ignore, et sa nourrice, Uta, lui promet de le rendre amoureux d'elle, grâce à un breuvage magique dont elle possède le secret. A ce moment entrent des envoyés d'Attila, qui viennent demander à Gunther, pour leur maître, la main de sa sœur Hilda. Pendant les libations qui précèdent l'accomplissement de leur mission, un barde chante la légende de la valkyrie Brunehild, qu'Odin, le dieu Scandinave, tient endormie :

 

Odin, de courroux transporté,

Un jour chassa du ciel une vierge guerrière,

Qui, pour combattre sur la terre.

Avait osé quitter le séjour enchanté.

 

La vierge prisonnière et endormie sera le prix du guerrier vaillant qui, en dépit de tous les dangers et de tous les obstacles, traversera les murs de flamme du palais où elle est enfermée, et l'arrachera tout à la fois au sommeil et à la captivité.

Transporté par ce chant, Gunther forme aussitôt le projet de conquérir ce trésor de pureté. Alors arrive Sigurd, qui, lui aussi, sait la captivité de Brunehild, et, lui aussi, prétend la délivrer. Mais Uta est là, qui veille sur le bonheur d'Hilda ; elle offre à Sigurd le breuvage magique qu'elle a préparé, et Sigurd, aussitôt épris d'Hilda, ne songe plus à délivrer Brunehild pour lui-même. Mais il propose à Gunther, qui accepte, d'aller conquérir pour lui la princesse endormie.

Après ce premier acte, qu'on peut trouver trop long, scéniquement et musicalement, l'action se transporte en Islande, où le spectateur assiste d'abord, avant l'arrivée de Sigurd, à une scène religieuse qui rappelle un peu celle de Norma. La forêt où se passe cette scène fait bientôt place à une plaine désolée. C'est là que commencent les épreuves de Sigurd, qui amènent dans notre esprit le souvenir de Robert le Diable et du fameux tableau des nonnes entourant le héros. Il faut constater toutefois que les danses des Valkyries, des Nornes, des Elfes et des Villis cherchant à séduire, à déconcerter, à décourager Sigurd, forment un tableau charmant. Mais en dépit de leurs ruses et de leurs efforts, en dépit des flammes qui défendent l'entrée du palais enchanté, il franchit les murs de ce palais, et, parvenu auprès de Brunehild, l'arrache à son sommeil. En l'approchant, il a dû seulement prendre soin de baisser la visière de son casque et de ne point faire entendre sa voix, afin que la valkyrie ne puisse le reconnaître plus tard. Il ne faut point qu'elle le reconnaisse, afin qu'elle puisse croire que c'est Gunther qui l'a délivrée, puisque c'est Gunther qui doit l'épouser. Sur un ordre de Sigurd, la couche de Brunehild se transforme en une nacelle qui, conduite par deux fées transformées en cygnes, traverse la mer pour aller rejoindre Gunther. Là, se trouve un des plus beaux décors que l'on puisse rêver.

Le troisième acte est consacré aux fêtes du mariage de Brunehild avec Gunther, qu'elle croit son sauveur. Le quatrième, le plus beau peut-être au point de vue musical, est aussi le plus pathétique. Quoi qu'elle fasse, Brunehild aime Sigurd, et elle reproche aux dieux de la torturer. Hilda, qui a deviné sa passion, veut l'humilier en lui montrant à quel point Sigurd la dédaigne, puisqu'il lui a donné à elle, Hilda, la ceinture qu'elle portait et dont elle lui a fait présent lorsqu'il est allé l'arracher à la vengeance d'Odin. A cette vue, Brunehild frémit de colère, et sa fureur se répand en imprécations menaçantes contre Hilda et contre Gunther. Sigurd, qui survient, échappe à l'influence du breuvage d'Uta, et, violemment épris maintenant de la valkyrie, qui n'a pas cessé de l'aimer, prétend l'arracher à Gunther comme il l'a ravie à Odin. Mais Gunther, qu'un crime n'effraie pas, fait traîtreusement assassiner Sigurd par son ami Hagen. Et tandis qu'on amène auprès de Brunehild le héros moribond et qu'elle-même tombe mourante sur son corps, Hilda, que le crime et la lâcheté de son frère ont exaspérée, ordonne à Uta de porter à Attila le bracelet vengeur, le fameux bracelet de la légende, qui attirera sur Gunther le châtiment qu'il mérite. Enfin, dans une éblouissante apothéose, on voit Sigurd et Brunehild, ressuscites et étroitement unis, s'élever vers le ciel, vers le Walhalla, où Odin, miséricordieux, les attend pour leur pardonner.

Tel qu'il est, ce poème a vraiment inspiré M. Reyer, et la partition de Sigurd, mâle et puissante, poétique et colorée, est remarquable à tous égards. Si l'œuvre est complexe, touffue — un peu trop touffue — elle abonde du moins en beautés de divers genres. Le premier acte, à mon sens, est trop long, et il supporterait de larges coupures, surtout dans sa première moitié ; mais l'entrée de Sigurd est superbe, avec son éclat de trompettes, et toute la scène qu'elle amène, scène puissante et d'une déclamation vraiment héroïque, ne pouvait être écrite que par un grand artiste. Tout le tableau religieux du sacrifice, au commencement du second acte, est d'une inspiration pleine de grandeur et d'un effet saisissant. Le contraste est frappant entre ce tableau et le suivant, où Sigurd se trouve aux prises avec les esprits qui veulent l'empêcher de pénétrer jusqu'à la valkyrie. Après une mélodie délicieuse et d'un sentiment poétique très intense chantée par le héros, vient l'épisode fantastique de sa lutte avec les génies. On pense involontairement à Weber en écoutant cette musique colorée, originale, charmante, pleine de détails symphoniques aussi nouveaux que curieux, aussi heureux qu'inattendus. Enfin, au troisième tableau, il faut surtout tirer de pair la phrase exquise, enchanteresse, qui sert de thème à l'invocation de Brunehild : O mon sauveur silencieux !... La page maîtresse du troisième acte est le duo de Gunther et de Brunehild, dans lequel l'inspiration atteint à une grande hauteur, surtout lorsque Brunehild s'écrie :

 

Je suis à toi, Gunther, mon époux et mon maître,

Vaillant roi de ce beau pays ;

Echangeons nos serments entre les mains du prêtre

Et que les dieux soient obéis.

 

L'épisode des fiançailles, avec son ballet et la marche qui le suit, semble un peu décousu, un peu inégal. Mais le quatrième acte, quoique trop long, comme le premier, est, à mon sens, le meilleur de la partition. L'air de Brunehild est absolument beau, son duo avec Hilda est d'une vigueur et d'un sentiment dramatique superbes, et, quant au duo de Sigurd et de Brunehild, c'est une des pages à la fois les plus tendres, les plus passionnées et les plus puissantes que je connaisse au théâtre. Il y a surtout, dans ce duo, une cantilène dite par Brunehild :

 

Des présents de Gunther, je ne suis plus parée,

Je porte la verveine et la sauge pourprée...

 

qui est bien l'inspiration la plus suave et la plus poétique qui se puisse concevoir. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]



 

SILÈNE ET BACCHUS

 

Opéra, musique de Campra, représenté à l'Académie royale de musique au mois d'octobre 1722.

 

 

SILVIO-SILVIA

 

Opéra-comique en un acte, livret de Jules Brésil, musique de Paul d’Estribaud. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart), le 15 mai 1861, sans succès.

 

 

SIMON BOCCANEGRA

 

[Simone Boccanegra]

Opéra italien en trois actes et un prologue, livret de Piave, musique de Giuseppe Verdi.

 

Création à Venise, Fenice, le 12 mars 1857.

 

Une version française de Camille du Locle et Charles Nuitter a été publiée.

 

« La pièce a paru incompréhensible aux Italiens eux-mêmes ; nous n'essayerons pas d'en donner une analyse complète. La scène se passe à Gênes dans la première moitié du XIVe siècle. Le prologue traite d'une conspiration ourdie par des artisans et des hommes du peuple, entre autres par Paolo et Pietro, pour faire proclamer doge Simone Boccanegra, corsaire au service de la république. Au premier acte, Maria Boccanegra, fille de Simone, sous le nom d'Amelia Grimaldi, est fiancée à Gabriele Adorno, gentilhomme génois. Simone, le nouveau doge, en revenant de la chasse, s'arrête au palais de Grimaldi, et découvre qu'Amelia est sa fille qu'il croyait avoir perdue. Paolo, favori du doge, est amoureux d'Amelia ; il demande sa main à celui-ci, qui lui doit la dignité dont il est revêtu. Celui-ci la lui refuse. Paolo, irrité, jure avec son ami Pietro la perte de Simone. Ils commencent par faire enlever Amelia. Andrea, qui est le tuteur et le protecteur de la jeune fille, ainsi que Gabriele, son amant, accusent le doge de ce crime, et, le jour de l'anniversaire de son couronnement, Gabriele s'élance sur lui le poignard à la main. Amelia, qui est parvenue à se délivrer, accourt et déclare que le doge est innocent. Au deuxième acte, Paolo et Pietro proposent à Andrea et à Gabriele, qui ont été faits prisonniers, de tuer le doge pendant son sommeil. Tous deux s'indignent d'une telle proposition. Cependant le traître Paolo excite la jalousie de Gabriele au point que celui-ci, caché sur une terrasse et témoin d'une scène de tendresse entre le père et la fille, ne se possède plus, et parait encore une fois le poignard à la main pour immoler le doge à sa fureur jalouse. Amelia s'interpose de nouveau. En apprenant qu'elle est la fille de Simone, Gabriele implore son pardon, l'obtient et jure de défendre le doge contre tous ses ennemis. Dans le troisième acte, on assiste aux apprêts des noces de Gabriele et d’Amelia ; mais Paolo a empoisonné le doge, qui expire en bénissant les époux. M. Verdi avait tenté de se rapprocher du goût des Allemands et de la théorie de M. Wagner, en donnant au récitatif une importance presque exclusive. Les morceaux les plus remarqués dans cet opéra sont, la romance de Fiesco : Il lacerato spirito ; la cavatine d'Amelia au premier acte ; le récit : Orfanella il tetto umile ; le terzetto, suivi du chœur : All'armi ; et dans le troisième, le duo entre le doge et Fiesco, dans lequel se trouve une fort belle phrase : Piango perchè mi parla, et enfin le quartetto finale, qui est le plus beau morceau de l'ouvrage. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SIMON TERRE-NEUVE

 

Opérette en un acte, musique de Frédéric Barbier, représentée au théâtre Déjazet en 1863.

 

 

SIMONE

 

Opéra-comique en trois actes, livret de Pierre Barbier, musique de R. Cottier, représenté en privé en mai 1883 salle Duprez, et publié chez l'éditeur Girod.

 

 

SIMONE

 

Opérette en un acte, livret de M. de Leris, musique de M. Laforesterie, représentée au théâtre des Bouffes-Parisiens le 16 janvier 1858.

 

« Quoique apparenté à une famille française, M. de Laforesterie est sujet de l'empire d'Haïti. Ce compositeur, qui est venu en France apprendre, sous Adolphe Adam, les principes de son art, a cela de particulier qu'il est le seul d'entre ses compatriotes qui se soit livré à l'étude de la musique. La mission de M. de Laforesterie serait, selon nous, d'illustrer le règne de l'empereur Geffrard en allant fonder dans son pays une institution lyrique quelconque (un conservatoire élémentaire, par exemple, ou bien un théâtre â l'état d'embryon...) en un mot de porter à ses concitoyens le royal cadeau de nos mélodies européennes. Et, — nous le disons très sérieusement — ce projet nébuleux encore, et qu'assurément nous esquissons trop légèrement, parait-il donc si insensé quand on pense à ce qu’était chez nous la musique avant que l'abbé Perrin et plus tard Lulli ne fondassent l'Opéra pour ajouter une gloire de plus aux gloires de notre grand siècle ? »

[Albert de Lasalle, Histoire des Bouffes-Parisiens, 1860]

 

 

SIMONE EST COMME ÇA

 

Opérette en trois actes, livret d'Yves Mirande et Alex Madis, lyrics d'Albert Willemetz, musique de Raoul Moretti. Création aux Bouffes-Parisiens le 05 mars 1936 avec Mmes Claude May (Simone), Davia (une amie), Daumois (la bonne) ; MM. Garat (André), Koval (Max), Duvaleix et René Dary.

 

"Enrichie d'une musique impersonnelle mais facile, très agréable dans les passages allègres, la folie-vaudeville de Mirande et Madis a conservé sa joyeuse fantaisie. Elle se passe dans un monde imaginaire de rapins qu'on ne voit jamais le pinceau à la main ; et presque aussi singulière est cette Simone qui ne veut pat que l'amour se mêle à l'argent. Connaissant cela, son ami André n'a d'autre ressource que de dissimuler sa fortune, et de faire passer pour riche un camarade Max, lequel recevra des billets d'André, les donnera à Simone après honorable prélèvement, pour que celle-ci les remette à son tour dans la poche dudit André. Ce n'est peut-être pas d'une vérité incontestable ; mais l'invraisemblance est justement l'un des moyens les plus sûrs du vaudeville, et ici il déchaine la bonne humeur, d'autant plus que MM. Garat, Koval et Dacy sont des peintres pleins d'entrain dès qu'il s'agit de s'amuser, et qu'à la grâce de Mlle Claude May s'oppose la délicieuse malice de Mlle Davia, et l'impayable bouffonnerie de Mme Daumois." (Larousse Mensuel Illustré, 1936)

 

 

SIMPLE ET COQUETTE

 

Opéra-comique en un acte, musique de Mlle Pean de la Rochejagu, exécuté au petit théâtre de l'Ecole lyrique en mai 1856.

 

 

SIMPLE HISTOIRE

 

Opérette en un acte, musique d’Hervé, représentée sur le théâtre Deburau, au Champs-Elysées, le 08 octobre 1858.

 

 

SIMPLE HISTOIRE

 

Opéra-comique en deux actes, paroles de Jules Ruelle, musique de V. Herpreck, représenté à Dunkerque le 30 décembre 1894.

 

 

SINGE D'UNE NUIT D'ÉTÉ (LE)

 

Opérette en un acte, livret d'Edouard Noël, musique de Gaston Serpette, représentée aux Bouffes-Parisiens le 01 septembre 1886. => livret et partition

 

 

SINGE ET LA MARIÉE (LE)

 

Opérette en un acte, livret de Bugnet, musique de V. Robillard, représentée aux Folies-Bergère le 26 septembre 1869.

 

 

SIPHONIEN D’ASNIÈRES (LE)

 

Opérette en un acte, paroles de M. Dally, musique de Raoul Schubert, représentée au concert de l'Époque le 24 janvier 1885.

 

 

SIR WILLIAM

 

Opéra-comique en un acte, livret de Félix Coveliers, musique de M. Colyns, représenté au théâtre de la Monnaie de Bruxelles le 05 avril 1877, avec Mme Blum (miss Eva), MM. Morlet (Zambo ou sir William), Guérin (sir John).

 

« La pièce se passe chez les Peaux-Rouges ; aussi on y a applaudi une chanson nègre ?... La partition de ce violoniste distingué annonce de bonnes études musicales, mais n'a pas obtenu un succès décidé. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SIRE DE BARBE-BLEUE (LE)

 

Opérette en un acte, paroles de Marquet, musique d'Auguste L'Éveillé, représentée aux Folies-Marigny vers 1868.

 

 

SIRE DE CABOCH’AGIF (LE)

 

Opérette en deux actes, paroles de MM. Gaspari et Meillet, musique de Montaubry fils, représentée aux Délassements-Comiques le 12 mars 1887.

 

 

SIRE DE FRAMBOISY (LE)

 

Opérette en trois actes, paroles de Fernand Beissier et André Sciama, musique de Gaston Meynard, représentée au théâtre des Galeries-Saint-Hubert de Bruxelles le 05 décembre 1900.

 

 

SIRE DE VERGY (LE)

 

Opéra bouffe en trois actes, livret de Robert de Flers et Gaston Arman de Caillavet, musique de Claude Terrasse, représentée à Paris, Théâtre des Variétés, le 16 avril 1903, avec Mmes Anna Tariol, Lavallière, Jeanne Saulier, Lacombe, Dorgère, Desprez, D'Orlhac, Nita Rolla, Thiébaux, D'Hautencourt, Compton, Weill, D'Albret, Aymard, MM. Brasseur, Guy, Prince, Max Dearly, Claudius, Emile Petit, Vauthier, José Dupuis.

 

 

SIRE DUCOUCOU (LE)

 

Opéra-comique en trois actes, paroles de Gounin et Rouget, musique de Mme Matthyssens, représenté à Anvers en mars 1902.

 

 

SIRE OLAF

 

Pièce fantastique en trois tableaux, en vers, d’André Alexandre, avec musique de Lucien Lambert, représentée au théâtre municipal de Lille le 27 décembre 1887, et ensuite à Paris, sur le théâtre du Château-d'Eau (Théâtre-Lyrique-National), le 8 décembre 1888.

 

« Les vers de M. André Alexandre ne laissent pas de sonner d'une façon assez harmonieuse, mais le sujet traité par lui n'en est pas moins obscur. Et puis, encore des nyxes, et des valkyries, et des philtres amoureux, et des forêts enchantées, et tout ce qui s'ensuit ! Il serait temps, peut-être, de se défaire de cette défroque dont on abuse un peu trop. M. Lucien Lambert, un élève de M. Massenet et l'un des vainqueurs du concours Rossini, a écrit pour ces tableaux scéniques un certain nombre de morceaux : mélodrames, chœurs, airs de ballet, dont quelques-uns sont assez bien venus, mais dont l'exécution au Château-d'Eau était malheureusement déplorable, et ne laissait pas à l'auditeur une faculté d'appréciation suffisamment raisonnée. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]

 

 

SIRÈNE (LA)

 

Opéra-comique en trois actes, livret d’Eugène Scribe, musique d’Esprit Auber.

 

Personnages : Zerlina (soprano), Mathéa (soprano), Scopetto (ténor), Scipion (ténor), Bolbaya (basse), le Duc de Popoli (basse), Pecchione (basse).

 

Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 26 mars 1844, mise en scène de Louis Palianti, décors de Pierre-Luc-Charles Ciceri, avec Mlles Louise Lavoye, Prévost, MM. Roger, Henri, Audran, Achille Ricquier (le duc de Popoli).

 

Première au Théâtre-Lyrique (boulevard du Temple) le 19 juin 1855, avec Mlle Pannetrat, MM. Dulaurens, Achard, Prilleux, Colson.

 

« Les voleurs, les contrebandiers et les faux monnayeurs tiennent vraiment trop de place dans les œuvres de Scribe. Il s'agit encore ici d'un nouveau Fra Diavolo, nommé cette fois Marco Tempesta. Il a une sœur appelée Zerbina, qui joue au naturel le rôle des sirènes de l'antiquité, c'est-à-dire que par ses chants elle attire dans des embuscades les malheureux voyageurs que son frère et ses camarades détroussent sans pitié. A part ce vilain métier, Marco Tempesta a l'âme généreuse, les sentiments les plus nobles, le cœur le plus tendre. Il pardonne à ses ennemis, marie sa sœur à un jeune officier de marine qui a capturé la fortune des contrebandiers, et après avoir fait des heureux, il se dérobe par une évasion opportune et spirituellement conduite à leur reconnaissance.

Le dialogue agréable, les épisodes ingénieux donnent le change aux spectateurs sur la pauvreté du fond.

La musique appartient, par son style et son caractère, à la troisième manière de M. Auber. Il y a plus d'ampleur dans les phrases mélodiques et une sensibilité plus vraie que dans ses premiers ouvrages. L'ouverture est agréable et renferme un beau chant de violoncelles et une valse élégante. Dans le premier acte, on remarque les couplets devenus populaires : O chef des flibustiers, et un quatuor : O bonheur qui m'arrive, qui produit un grand effet. Le second acte offre une scène orchestrée avec un talent descriptif des plus remarquables, les couplets de la Sirène : Prends garde, montagnarde, que Mlle Lavoye chantait avec une grande facilité de vocalisation ; la scène pathétique entre le frère et la sœur, et la romance intercalée dans le trio : De nos jeunes années. Le troisième acte ne se distingue que par le dénouement de l'imbroglio et une vocalise de prima donna, écrite pour Mlle Louise Lavoye. Roger a créé le rôle de Marco Tempesta en artiste supérieur. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

« La Sirène est la seule partition d'Auber qui ait été chantée au Théâtre-Lyrique. Elle n'eut qu'un petit nombre de représentations. Le théâtre ferma le 1er juillet et ses vacances durèrent deux mois, bien qu'alors l'Exposition universelle de 1855 fût dans son plein. »

[Albert de Lasalle, Mémorial du Théâtre-Lyrique, 1877]

 

 

SIVA

 

Drame lyrique en deux actes, paroles de Saint-Luth, musique de Léon Honnoré, représenté à Rouen, sur le théâtre des Arts, le 4 mars 1898. Cet ouvrage avait été couronné au concours Cressent. Il a été très bien accueilli par le public, qui a applaudi, entre autres morceaux, un joli prélude et un chœur plein d'élégance : Andjani, voici des fleurs !

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1904]

 

 

SIX DEMOISELLES À MARIER

 

Opérette en un acte, livret d’Adolphe Jaime et Adolphe Joseph Choler (1821-1889), musique de Léo Delibes, représentée aux Bouffes-Parisiens le 12 novembre 1856.

 

« Encore Pradeau ; mais cette fois avec des cris de coq et les cheveux hérissés, pour simuler la crête de ce volatile. C'est dans cette pièce qu'ont débuté Tayau et son violon. On n'ignore pas que cet instrument est familier à l'artiste qui l'a si agréablement utilisé dans plusieurs de ses créations. Tayau est en outre régisseur de la scène au théâtre des Bouffes, et il fait au besoin un peu de gymnastique (voir Monsieur de Chimpanzé). »

[Albert de Lasalle, Histoire des Bouffes-Parisiens, 1860]

 

 

SNÉGOUROTCHKA ou LA FLEUR DE NEIGE

 

Conte de printemps en un prologue et quatre tableaux, d’après la pièce d’Alexandre Ostrosvki ; texte français de Pierre Lalo, d'après la traduction de Mme P. Halperine ; poème et musique de Nikolaï Andreïevitch Rimski-Korsakov.

 

Création à Saint-Pétersbourg, Théâtre Mariinski, le 10 février 1882.

 

Première à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 22 mai 1908. Mise en scène d'Albert Carré. Décors de Lucien Jusseaume. Costumes de Félix Fournery.

Mmes Marguerite CARRÉ (Snégourotchka), Suzanne BROHLY (Lel), MARIÉ DE L'ISLE (Fée Printemps), Berthe LAMARE (Koupava), Malcy COLAS (Bobyl Icka), FAYE (la Jonquille), BERG (la Rose), BAKKERS (le Bleuet), GONZALES (le Muguet), Rachel LAUNAY (la Marguerite), GORSKA (l'Œillet rouge), VILLETTE (la Violette), Jenny FAYOLLE (le Myosotis, un page), JULLIOT (le Pavot noir).

MM. Léon BEYLE (le Tzar), Daniel VIGNEAU (Mizguir), Félix VIEUILLE (l'Hiver), CAZENEUVE (Bobyl Bakoula), GUILLAMAT (Berniate), André DOUSSET (l'Esprit des bois), LUCAZEAU, DUPOUY (deux héraults), PAYAN (Carnaval).

Ballet réglé par Mme MARIQUITA, dansé par Mlles Regina BADET, Staccia NAPIERKOWSKA et les Dames du Corps de ballet.

Chef d'orchestre : François RÜHLMANN.

 

15 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

 

SŒUR ANGELICA

 

[Suor Angelica]

Opéra italien en un acte, livret de Gioacchino Forzano, musique de Giacomo Puccini [deuxième opéra de son Triptyque (Il Trittico), précédé de Il Tabarro et suivi par Gianni Schicchi].

 

Création au Metropolitan Opera de New York le 14 décembre 1918.

 

Première à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 22 février 1967 lors de la première intégrale du Triptyque (Gala de l'Association des Anciens Elèves de la rue Saint-Guillaume), dans une version française de Paul Ferrier, mise en scène de Paul-Emile Deiber, maquettes du décor et des costumes de Georges Wakhévitch. Décor construit et peint dans les Ateliers de la RTLN. Costumes réalisés dans les Ateliers de l'Opéra-Comique par Thérèse Marjollet. Coiffures exécutées par Thérèse Peter.

Mmes Andréa GUIOT (Sœur Angelica), Marie-Luce BELLARY (la Princesse), Gabrielle RISTORI (l'Abbesse), Jeannine COLLARD (la Sœur Zélatrice), Janine FOURRIER (la Maîtresse des Novices), Mireille MARTIN (Sœur Geneviève), Odile VERSINI (Sœur Osmine), Eliane DEBATISSE (Sœur Dolcine), Ariel DAUNIZEAU et Georgette RISPAL (les Sœurs Quêteuses), Michèle CLAVERIE (la Novice), Françoise GARNER et Nadine DENIZE (les Converses).

Chef d'orchestre : Antonio de ALMEIDA.

 

13 représentations à l'Opéra-Comique en 1967, 1 en 1968, soit 14 au 31.12.1972.

 

 

SŒUR BÉATRICE

 

Miracle en trois tableaux, poème de Maurice Maeterlinck, musique d’Albert Wolff.

 

Première représentation à l’Opéra de Nice, le 27 mars 1948, avec Renée Mazella, sous la direction du compositeur.

 

 

SŒUR DE JOCRISSE (LA)

 

Opéra-comique en un acte, livret d’Albert Vanloo, musique d'Antoine Banès. Création à l'Opéra-Comique le 09 juillet 1901. => détails

 

 

SŒUR DU GIRONDIN (LA)

 

Opérette en un acte, paroles de M. Siegel, musique de M. Michiels, représentée au concert de l'Eldorado en 1877.

 

 

SŒUR MARTHE

 

Drame lyrique en cinq tableaux, paroles de Charles Epheyre (pseudonyme de Charles Richet, membre de l'Académie de médecine) et Octave Houdaille, musique de Frédéric Le Rey, représenté au théâtre des Variétés le 1er juillet 1898. Les mystères et les prodiges de la télépathie transportés à la scène par un médecin éminent avec accompagnement musical, tel était le fond sur lequel s'appuyait cette Sœur Marthe, qui ne pouvait guère compter sur une longue existence. M. le Dr Richet, dont les idées à ce sujet sont bien connues, avait déjà publié sous ce titre un roman étrange, dont la fantaisie lui prit de tirer, avec le concours de M. Octave Houdaille, un livret d'opéra dont il confia à M. Frédéric Le Rey le soin d'écrire la musique. C'est bien là le théâtre le plus extraordinaire, en même temps que le plus lugubre que l'on puisse imaginer, théâtre dont l'action se produit à la fin du XVIIIe siècle, au plus fort de l'émotion causée dans le public par les fameuses doctrines de Mesmer. Il semble qu'on assiste, éveillé, aux péripéties d'un cauchemar. La musique n’était pas de nature à adoucir l'impression éprouvée par le spectateur. Elle prouvait simplement que le compositeur travaille trop, trop vite, et se livre à une production effrénée qui ne lui laisse pas le temps de réfléchir à ce qu'il fait. Cette Sœur Marthe, après être morte chaque soir, rendit définitivement l'âme après sept représentations.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1904]

 

 

SŒUR OFFICIEUSE (LA)

 

Opéra-comique en un acte, paroles de De Redon et Dufresnoy, musique de Bianchi, représenté au théâtre des Jeunes-Elèves le 17 octobre 1806.

 

 

SŒURS GAUDICHARD (LES)

 

Opérette en trois actes, livret de Maurice Ordonneau, musique d'Edmond Audran, représentée au théâtre de la Gaîté-Lyrique le 21 avril 1899.

 

 

SŒURS HORTENSIAS (LES)

 

Opérette en trois actes et quatre tableaux, livret d'Henri Duvernois et André Barde, musique de Raoul Moretti. Création au Théâtre des Nouveautés le 11 avril 1934. Reprise le 04 septembre 1934.

 

"Les Sœurs Hortensias furent un savoureux roman de Henri Duvernois. Elles sont devenues, avec la collaboration d'André Barde et de Raoul Moretti, une opérette d'un entrain perpétuel, et qui prend place dans la lignée des succès de musique légère de l'avant-guerre." (Larousse Mensuel Illustré, 1934)

 

 

SŒURS JUMELLES (LES)

 

Opéra-comique en un acte, livret d’Eugène de Planard, musique de François-Joseph Fétis. Création à l’Opéra-Comique (salle Feydeau) le 05 juillet 1823.

On a remarqué dans cet ouvrage le duo des sœurs, l'air : Est-ce vous ? est-ce toi ? et le sextuor final.

 

« Ce poème, qui a été composé pour montrer au public que madame Casimir ressemblait à madame Rigaut sous le double rapport de la figure et de la voix, a obtenu tout le succès auquel semblait aspirer l'auteur, et ce n'a pas été sans une grande surprise que le public a vu cette singulière ressemblance. La scène est en Italie. Deux sœurs jumelles, Julia et Rosette, sont les Ménechmes renouvelées. L’une d’elles est brouillée avec son oncle pour s'être mariée sans le consulter. Il s’agit de la faire rentrer en grâce, et pour cela elle revient auprès de sa sœur qui n'a pas quitté la maison de l’oncle, et à l'aide de la ressemblance, elle cajole le bonhomme ; lui chante des airs qui le ravissent et qui finissent par lui arracher un généreux pardon, quand la supercherie est reconnue. Voilà toute la pièce. Mais des situations très habilement ménagées, un dialogue plein d'esprit et de grâce, une musique charmante, le talent des deux jeunes actrices et l’originalité du rôle de l'oncle, fort bien représenté par Darboville ont procuré aux Sœurs jumelles un de ces succès de vogue auxquels M. Planard a dès longtemps habitué l'Opéra-Comique. »

[Almanach des spectacles, 1824]

 

 

SŒURS RIVALES (LES) — Voir les Deux sœurs rivales.

 

 

SOIRÉE D’ÉTÉ (LA)

 

Divertissement en un acte, livret de Pierre-Germain Parisau, musique de vaudevilles. Création à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 05 février 1782.

 

 

SOIRÉE DE NOËL (LA)

 

Farce rustique en trois actes, paroles de R. d'Auvray et Pottecher, musique de Lapicque et Michelot, représentée au théâtre populaire de Bussang en 1897.

 

 

SOIRÉE DES BOULEVARDS (LA)

 

Ambigu en un acte, mêlé de scènes, de chants et de danses, livret de Charles Simon Favart, musique de vaudevilles. Création à Paris, Théâtre-Italien, le 13 novembre 1758. Première à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 01 juin 1762.

 

 

SOIRÉE ORAGEUSE (LA)

 

Comédie en un acte, en prose, mêlée d'ariettes, livret de Jean-Baptiste Radet, musique de Nicolas Dalayrac. Création à l’Opéra-Comique (1re salle Favart) le 29 mai 1790.

 

 

SOIXANTE-SIX (LE)

 

Opérette en un acte, livret de Deforges et Laurencin, musique de Jacques Offenbach, représentée aux Bouffes-Parisiens le 31 juillet 1856.

 

« Il y avait là une tyrolienne qui eût été ravissante sans son air de famille avec celle de Betly, laquelle serait étincelante si elle ne ressemblait à toutes les tyroliennes connues. Mais le joli duo que celui qu'on chantait au lever du rideau ! que de grâce et de naïveté charmante ! (Début de Gertpré, qui, comme l'a très bien dit M. Jouvin, remplaçait l'originalité par la vivacité.) »

[Albert de Lasalle, Histoire des Bouffes-Parisiens, 1860]

 

« Il y a du sentiment dans cette gentille pièce. Le Tyrolien Franz croit posséder le numéro gagnant à la loterie, l'heureux 66, et s'empresse de faire mille folies, d'oublier même sa fiancée Grettly ; mais il se trouve qu'il a pris à la hâte le numéro 99 pour le 66. Adieu tous les projets de grandeur, toutes ses fantaisies. Il ne lui reste plus que la honte. Ses bons amis le consolent et lui pardonnent un moment d'oubli. La musique est des plus agréables ; il y a surtout une romance mélancolique et une joyeuse tyrolienne qui forment un contraste gracieux. Jouée par Gerpré, Guyot et Mlle Mareschal. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SOL-SI-RÉ-PIF-PAN

 

Bouffonnerie musicale en un acte, livret de William Busnach, musique de Georges Bizet sous le pseudonyme d’Henri Vincent (partition probablement détruite), représentée au théâtre du Château-d'Eau le 16 novembre 1872.

 

 

SOLANGE

 

Opéra-comique en trois actes, livret d’Adolphe Aderer, musique de Gaston Salvayre.

 

Création à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 10 mars 1909. Mise en scène d'Albert Carré. Décors de Lucien Jusseaume. Costumes de F. Fournery.

Mmes Aline VALLANDRI (Solange), Judith LASSALLE (la Chanoinesse), DE POUMAYRAC (Madame de Saint-Marteaux), Marguerite HERLEROY (Laure), Melcy COLAS (Madame de Virieu), JULLIOT (une Femme du peuple), VILLETTE (une Sœur ursuline).

MM. Fernand FRANCELL (Frédéric), André ALLARD (Marquis de Beaucigny), DE POUMAYRAC (Saint-Landry), DELVOYE (le Maire de Saint-Dié), CAZENEUVE (Germain), DUPOUY (l'Agent de police), GOURDON (le Cuisinier), Louis VAURS (un Homme du peuple), BRUN (un Révolutionnaire) ÉLOI et DABURON (deux Allemands), VINOGRAD (un petit Marmiton).

Chef d'orchestre : François RÜHLMANN.

 

14 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

 

SOLDAT DE CHOCOLAT (LE)

 

[Der Praliné-Soldat]

Opérette allemande en trois actes, livret de R. Bernauer et L. Jacobson d'après G. Bernard Shaw, version française de Pierre Veber, musique d'Oscar Straus. Création à Vienne le 14 novembre 1908. Première en français à Bruxelles le 08 septembre 1911. Première à Paris, en français, au Théâtre de l'Apollo le 08 novembre 1912.

 

Première au Trianon-Lyrique le 01 mars 1935 avec Mmes Marcelle Ragon (Nadina), Jane Morlet (Aurelia), Henriette Lebarol (Mascha) ; MM. Paul Francil (Bumerli), de Rieux (Alexius), Niel (colonel Popoff), Domnier (capitaine Massakroff).

"L'ironie un peu facile et forcée de Bernard Shaw se prête assez mal aux effusions lyriques, et le mariage d'un texte amer et paradoxal avec une musique langoureuse et banale ne produit pas un résultat bien étonnant. On y voit un mercenaire suisse se réfugiant dans la maison d'un colonel ennemi, tournant la tête des trois femmes qui s'y trouvent, mère, fille et nièce, épousant la fille, qui était précisément fiancée avec son adversaire Alexius, lequel n'a plus qu'à se consoler avec la nièce. Brochant sur le tout, la satire du vainqueur Alexius, qui n'a triomphé que par hasard, comme il sied dans une pièce de Shaw, où tout doit être à l'envers. Le musicien se rachète dans quelques airs gais ; mais l'interprétation est assez faible, surtout en ce qui concerne la principale héroïne." (Larousse Mensuel Illustré, 1935)

 

 

SOLDAT FRANÇAIS

 

Opéra-comique en deux actes, musique de Stanislas Champein, représenté par les comédiens du bois de Boulogne vers 1780.

 

 

SOLDAT MAGICIEN (LE)

 

Opéra-comique en un acte, livret de Louis Anseaume, sur un scenario donné par M. de Ferrières, musique de Philidor. Création au théâtre de la Foire Saint-Laurent le 14 août 1760. Première à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 05 mars 1762. Le compositeur justifia dans ce petit ouvrage les espérances qu'avait fait concevoir de son avenir musical la partition de Blaise le savetier. Il sut, malgré un mauvais poème, intéresser le public. Le Jardinier et son seigneur et le Maréchal, dont les représentations suivirent de près, achevèrent d'étendre sa réputation.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SOLDAT MALGRÉ LUI (LE)

 

Opéra-comique en deux actes, livret d’Henri Chivot et Alfred Duru, musique de Frédéric Barbier, création aux Fantaisies-Parisiennes le 19 octobre 1868. => détails

 

 

SOLDAT PAR AMOUR (LE)

 

Opéra-comique en deux actes, musique de Van Malder et Ignace Witzthumb, représenté à Bruxelles le 4 novembre 1766.

 

 

SOLDAT PAR AMOUR (LE)

 

Opéra-comique en un acte, livret anonyme, musique de Benoni Darondeau. Création à l’Opéra-Comique (1re salle Favart) le 26 septembre 1789.

 

 

SOLDATS DE FRANCE (LES)

 

Episode lyrique en quatre tableaux, scénario de Pierre-Barthélemy Gheusi, adaptation musicale de Paul Vidal.

 

Création à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 25 février 1915.

a) LE RÉGIMENT DE SAMBRE-ET-MEUSE (Planquette-Rauski).

b) LE CHANT DU DÉPART (Par. de A. Chénier, Mus. de Mehul).

Mmes Jane BOREL (une Mère), Eugénie BRUNLET (une épouse), Madeleine MATHIEU (une jeune fille), CARRIÈRE (le petit Tambour), — MM. BOULOGNE (un Officier), GHASNE (un Soldat), PAYAN (un Vieillard).

c) AU DRAPEAU !

d) LA MARSEILLAISE (Rouget de l'Isle), par Mme Marthe CHENAL.

Chef d'orchestre : Paul VIDAL

N. B. — LE CHANT DU DÉPART, dans sa présentation scénique, fut créé isolément le 6 décembre 1914, avec la distribution ci-dessus, et représenté 23 fois avant d'être englobé dans l'épisode lyrique de MM. Gheusi et Vidal.

 

33 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

 

SOLEIL DE MINUIT (LE)

 

Opérette en trois actes, livret de Nuitter et Beaumont, musique d’Albert Renaud, représentée aux Bouffes-Parisiens le 14 octobre 1898.

 

 

SOLEIL, LA TERRE ET LA LUNE (LE)

 

Opérette en un acte, musique de Paul Henrion, représentée au concert de l'Eldorado le 2 avril 1875.

 

 

SOLEIL VAINQUEUR DES NUAGES (LE)

 

Divertissement allégorique sur le rétablissement de la santé du roi, paroles de M. de Bordes, musique de Clairambault, représenté par l'Académie royale de musique le 12 octobre 1721. On joignit à cette pièce plusieurs entrées du ballet des Fêtes vénitiennes. Le Mercure de France explique ainsi ce titre singulier : « Le sujet de ce petit poème est tiré de la devise du roi, qui est un soleil naissant, avec ces mots : Jubet sperare, il fait espérer. Les sacrifices que les anciens peuples de Perse faisaient au soleil, et les différents transports de joie et de tristesse qu'ils faisaient éclater au lever de cet astre, selon qu'il leur paraissait plus ou moins serein, peignent allégoriquement les divers mouvements de tristesse ou de joie qui dans ces derniers jours ont agité les cœurs des Français sur la maladie et la santé du roi. » Le Mercure invoque ensuite l'autorité d'Hérodote et de Diogène-Laërce, pour expliquer la mise en scène, les costumes et les cérémonies, et il ajoute : « Les peuples de Perse forment les chœurs et les ballets des divertissements ; le mage et la grande prêtresse sont les deux seuls interlocuteurs, représentés par la demoiselle Antier et le sieur Lemire. Le théâtre représente les campagnes de la Perse, environnées de montagnes, qui ne paraissent d'abord éclairées que d'une faible clarté, qui s'augmente à mesure que le soleil s'élève sur l'horizon. » Malgré ces frais d'imagination, ce soleil ne tarda pas à s'éclipser.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SOLIMAN II ou LES TROIS SULTANES

 

Comédie en trois actes et en vers libres, mêlée d’ariettes, livret de Charles Simon Favart, d’après le conte de Marmontel, sur des airs à succès arrangés par Paul-César Gibert.

 

Création à Paris, Théâtre-Italien, par les Comédiens Italiens ordinaires du Roi, le 09 avril 1761, avec Marie Justine Favart (Roxelane).

 

Première à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 10 mars 1762.

 

Remis en musique par Blasius (voir les Trois sultanes).

 

« On vit pour la première fois dans cette comédie de véritables habillements turcs qu'on avait fait confectionner à Constantinople. Ils servirent dans l'opéra de Scanderbeg, représenté à la cour, et Mlle Clairon en introduisit les modèles à la Comédie-Française, où la pièce a été reprise le 28 avril 1803, sous le titre des Trois sultanes. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SOLIMAN ET ERONYME ou MAHOMET II

 

Opéra, musique de Langlé, écrit vers 1792 (inédit).

 

 

SOLITAIRE (LE)

 

Opéra-comique en trois actes et en prose, livret d’Eugène de Planard, musique de Michele Enrico Carafa. Création à l’Opéra-Comique (salle Feydeau) le 17 août 1822, décors de Mathis et Desroches, avec Eugénie Rigaut (Elodie). Le sujet est emprunté au roman de d’Arlincourt, qui alors, en 1822, faisait fureur. Représentation au Théâtre-Lyrique (boulevard du Temple) le 14 décembre 1855.

 

« Brillant succès, dû en partie à l'expression vive et originale de la musique. »

[Almanach des spectacles, 1823]

 

« De tous les ouvrages qu'a composés M. Carafa, c'est le Solitaire qui a obtenu le succès le plus populaire. Personne n'a oublié la fameuse ronde du Solitaire :

 

C'est le solitaire,

Qui voit tout,

Qui sait tout,

Entend tout,

Est partout.

 

C'est cependant le plus faible titre de cet ouvrage à l'estime des amateurs. Un bel air de ténor, un finale fort dramatique et des chœurs d'un bel effet seront toujours remarqués lorsqu'on reprendra cet opéra. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SOLITAIRES DE NORMANDIE (LES)

 

Opéra-comique en un acte, livret de Pierre-Yvon Barré et Pierre-Antoine-Augustin de Piis, musique de C. François Lescot et vaudevilles. Création à l’Opéra-Comique (1re salle Favart) le 15 janvier 1788.

 

 

SOMBRA (LA)

 

Opéra-comique en trois actes, livret d'Henri de Saint-Georges, traduit en espagnol, musique de Friedrich von Flotow, représenté sur le théâtre de Jovellanos, à Madrid, en octobre 1873. Ce charmant ouvrage a été chanté par Dalman, Loitia, Mmes Trillo et Velasco.

 

 

SOMMEIL D'OSSIAN (LE)

 

Extrait de l'opéra Ossian (voir ce titre) ; musique de Lesueur.

 

Cet extrait du quatrième acte de l'opéra Ossian fut créé isolément à l'Académie Impérial de Musique, au cours d'un concert spirituel, le 24 germinal an X.

 

Il fut repris isolément au Palais Garnier le 26 mai 1916, pour une unique audition :

Mme HARAMBOURE, M. Robert COUZINOU et les Chœurs de l'Opéra.

Chef d'orchestre : Gabriel GROVLEZ.

Seule audition à l’Opéra au 31.12.1961.

 

 

SOMMEIL DE L'AMOUR (LE)

 

Opéra-ballet, musique de Batistin (Struck), représenté à Versailles vers 1718, et à Chartres, par Mme de Montréal, en mars 1853.

 

 

SOMMEIL DE PÉNÉLOPE

 

Monologue lyrique, musique de M. Elwart, chanté à Calais par Mme de Montréal (Annette Lebrun). Un acteur récitant donne la réplique. C'est un ouvrage facile à monter et qui ne ruinera pas le directeur. M. Elwart s'est fait la part modeste. Il a cependant prouvé qu'il pouvait dignement occuper nos premières scènes lyriques.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SOMNAMBULE (LA)

 

[la Sonnambula]

Opéra italien en deux actes, livret de Felice Romani, d’après la Somnambule, vaudeville d’Eugène Scribe (1819), musique de Vincenzo Bellini, représenté au Teatro Carcano de Milan le 06 mars 1831, avec M. Rubini et Mme Pasta.

 

Représentation à Paris, Théâtre-Italien, le 28 octobre 1831, avec M. Rubini et Mme Pasta.

 

Représentation au Théâtre-Lyrique (place du Châtelet) le 14 juin 1867 dans une version française d’Etienne Meunier (qui était depuis longtemps adoptée par les scènes de province), avec MM. Vitaux (Elvino), Lutz (Rodolphe), Mlle Devriès (Amina).

 

« C'est un chef-d'œuvre de grâce et de sensibilité. Ce drame familier qui se passe dans un village, cette œuvre di mezzo carattere convenait admirablement à la nature tendre et poétique du compositeur sicilien ; aussi a-t-il trouvé des cantilènes ravissantes et des effets originaux sans recourir aux procédés de facture et à la puissante diversion de l'instrumentation. Voici en peu de mots l'analyse de la pièce :

Tout se prépare pour les noces de la jeune paysanne Amina, orpheline élevée par Thérésa, la meunière, avec Elvino, riche propriétaire du village. L'aubergiste, Lisa, qui aime en secret Elvino, cache mal son dépit, et, toute à la jalousie, elle repousse les propositions d'Alexis, son amoureux. Amina paraît, elle invite ses compagnes à partager sa joie. Son cœur déborde d'émotions tendres et passionnées. Elle embrasse Thérésa, sa bienfaitrice, et s'emparant d'une de ses mains, elle l'approche de son cœur :

 

Sovra il sen la man mi posa

Palpitar, balzar lo senti.

Egli è il cor che i suoi contenti

Non ha forga a sostener.

 

Elvino entre en scène à son tour ; pendant qu'on signe le contrat, il présente à Amina l'anneau nuptial et lui donne un bouquet de pensées. Plus tard, ces fleurs fournissent l'occasion d'une scène touchante. Après les protestations d'amour et de constance, survient un étranger ; c'est le comte Rodolphe, fils de l'ancien maître du château, et qui, depuis de longues années, n'a pas paru dans le pays où il n'est plus connu que de nom. Il cause avec les paysans, fait à la jeune fiancée des compliments flatteurs qui déplaisent beaucoup à Elvino et qui irritent encore la jalousie de Lisa. Le son des musettes annonce l'heure de la rentrée des troupeaux au bercail. Chacun gagne sa demeure, mais non pas avant que les villageois aient prévenu le comte Rodolphe de l'apparition extraordinaire d'un fantôme blanc qui, chaque nuit, se promène dans le pays et y jette l'épouvante. Rodolphe, comme Georges, dans la Dame blanche, se moque de ces superstitieuses terreurs et sort en laissant ensemble les deux fiancés. Ici a lieu une petite scène charmante de jalousie et de raccommodement.

Le théâtre représente ensuite une chambre de l'auberge. C'est celle où doit coucher Rodolphe. A peine s'y est-il installé, que Lisa y entre sous prétexte de s'informer de ce qui peut manquer au comte. On a déjà su au village qui il était, et elle a voulu être la première à le féliciter de son retour. Elle se laisse tenir quelques propos galants ; mais on entend du bruit près d'une fenêtre ; elle s'enfuit dans un cabinet en laissant tomber son petit châle. Alors a lieu une scène de somnambulisme exprimée avec une poésie délicieuse. Amina paraît. Elle est endormie, elle murmure le nom d'Elvino, elle chante son bonheur, et, se croyant déjà devant l'autel, elle s'agenouille, elle lève la main et jure à son époux amour et foi éternelle. Rodolphe,

surpris et charmé, respecte une si innocente créature, et ne voulant ni la réveiller ni profiter de son erreur, il s'apprête à sortir par la porte. Mais entendant du bruit, il s'esquive par la fenêtre. Qu'a fait Lisa pendant ce temps ? Elle a entr'ouvert la porte de sa cachette, elle a vu Amina entrer dans la chambre du comte ; elle lui prête les plus indignes desseins et sort pour informer Elvino de ce qui se passe. Les villageois arrivent pour complimenter le comte et lui souhaiter la bienvenue ; mais quelle est leur surprise en découvrant Amina couchée et endormie sur un sofa ! Elvino accourt ; il ne peut en croire ses yeux, il maudit sa fiancée et se livre au désespoir. Amina, que le bruit a réveillée, a beau protester de son innocence ; les apparences sont contre elle : tout le monde la voue au mépris et à l'infamie. Amina tombe presque évanouie dans les bras de sa mère adoptive. Ici finit le premier acte.

Le deuxième commence par un chœur de villageois et de villageoises qui s'entretiennent avec sympathie du malheur de la pauvre Amina. Dans l'opéra de Bellini, le chœur joue exactement le rôle du chœur antique, non seulement dans ce passage, mais dans plusieurs autres. C'est animé et intéressant. Amina, soutenue par Thérésa, s'avance en chancelant. Son cœur est brisé. Elvino se tient à l'écart et lui lance des paroles acerbes et cruelles ; il s'anime de plus en plus et finit par lui arracher du doigt son anneau nuptial. Lisa n'a pas perdu son temps, et le tableau suivant nous la montre prête à devenir la femme d'Elvino. Mais prévenu par les paysans de tous ces événements, le comte Rodolphe arrête le cortège et demande à être

entendu. Il explique la scène du somnambulisme ; mais les paysans sont incrédules, et Elvino se dispose à partir avec Lisa, qui veut calomnier encore une fois son infortunée rivale. Thérésa alors n'y tient plus. Elle apostrophe Lisa et demande comment on a trouvé son propre châle dans la chambre du comte. L'embarras de la jeune fille montre qu'elle n'est pas entièrement innocente. Les esprits flottent encore dans l'indécision, lorsqu'on voit soudain Amina sortir par une des mansardes du moulin, se promener en dormant sur l'extrémité du toit, arriver près de la roue et marcher sur une planche vermoulue. On la croit perdue. Elvino veut s'élancer à son secours ; il est retenu par Rodolphe. L'intéressante fille entre en scène tenant à la main son bouquet flétri, qu'elle arrose de larmes :

« O fleurs, je ne croyais pas vous voir si tôt fanées ! Semblables à l'amour d'Elvino, vous n'avez duré qu'un jour. Peut-être que mes pleurs pourraient vous rendre votre première vigueur ; mais ils ne peuvent pas faire renaître l'amour. »

Pendant son sommeil, Elvino remet à son doigt l'anneau qu'il lui avait enlevé. Amina se réveille dans les bras de celui qu'elle aime et qui lui a rendu son amour. Elle fait éclater les transports de son âme dans un dernier chant plein d'allégresse.

Bellini a exprimé toutes les situations de ce drame avec un naturel et une vérité qui font de sa partition un chef-d'œuvre de sentiment et de goût. Depuis le premier chœur d'introduction jusqu'à la cabaletta finale, l'inspiration ne faiblit pas. La cavatine suave et mélancolique de Lisa : Tutto è gioja, tutto è festa, au commencement du premier acte, me paraît seule mal exprimer le genre de tristesse et d'ennui que lui font éprouver les préparatifs de la noce d'Amina.

L'air d'Amina : Come per me sereno oggi rinacque il di, est parfait dans sa forme italienne. Cette fable ne convient-elle pas mieux d'ailleurs que toute autre pour peindre ce rayonnement d'un premier amour chez une toute jeune fille.

L'andante du duo de l'anneau nuptial est délicieux : Prendi l'anel ti dono ; l'air de Rodolphe : Vi ravviso o luoghi ameni, est classique. Il faudrait tout citer. Contentons-nous de rappeler l'admirable finale si pathétique, si émouvant, le plus beau morceau d'ensemble que Bellini ait écrit.

Le second acte n'est pas moins riche en beautés réelles. D'abord, c'est le chœur si original des contadini et contadine : Qui la selva è piu folta ed ombrosa ; ensuite, l'air : Tutto è sciotto, dans lequel Elvino exprime son désespoir ; enfin, l'andante de l'air final, chanté par Amina, qu'un auditeur doué de sensibilité n'a jamais entendu sans émotion :

 

Ah ! non credea mirarti

Si presto estinto, o fiore.

Passasti al par d'amore,

Che un giorno sol duro.

Potria novel vigore

Il pianto mio donasti...

Ma ravvivar l'amore

Il pianto mio non puo.

 

Nos modernes prédicants affichent leur dédain pour cette musique qui a le don de mouiller les paupières. Celle qu'ils proclament la musique du progrès, de l'avenir, que sais-je ? ne touche pas le cœur, il est vrai ; en revanche, elle fatigue les oreilles, soit par une sonorité excessive, soit par une confusion des modulations qui donne plutôt une idée du chaos que celle d'une belle œuvre d'art.

La Sonnambula a été représentée immédiatement après son apparition à Milan, sur toutes les scènes lyriques de l'Europe. Les rôles ont été écrits pour Mme Pasta, Rubini et Mariani. Le rôle d'Amina a servi aux débuts de Mlle Adelina Patti au Théâtre-Italien de Paris. On aurait dit qu'il avait été écrit pour elle, tant elle interprétait avec charme ses délicieuses cantilènes.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SOMNAMBULE (LE)

 

Opéra-comique, musique de Louis Piccinni, représenté à Stockholm vers 1797.

 

 

SON MANTEAU

 

Opérette bouffe en un acte, paroles d’A. Thalasso et G. Quillardet, musique de Ludo Ratz, représentée au théâtre des Mathurins le 27 janvier 1903.

 

 

SONGE D'UNE NUIT D'ÉTÉ (LE)

 

Opéra-comique en trois actes, livret d’Adolphe de Leuven et Joseph Rosier, musique d’Ambroise Thomas. => livret

 

Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 20 avril 1850, mise en scène d’Ernest Mocker, avec Mmes Lefebvre (Elisabeth), Grimm (Olivia), Marie (Nelly) ; MM. Charles Couderc (William Shakespeare), Charles Battaille (Falstaff), Boulo (lord Latimer), Bellecour (Jérémy), sous la direction de Théophile Tilmant.

 

Reprise à l'Opéra-Comique en 1886 avec Mmes Adèle Isaac (Elisabeth), Marie Castagné (Olivia), Esposito (Nelly) ; MM. Maurel (William Shakespeare), Taskin (Falstaff), Mouliérat (lord Latimer), Dulin (Jérémy).

 

« Il ne faut pas songer à trouver dans cette pièce les personnages et les ravissantes inventions de Shakespeare ; Puck, Oberon et Titania font place à Elisabeth, Shakespeare, Latimer, Falstaff, Olivia. La musique du compositeur se serait mieux adaptée à la fantaisie anglaise qu'à ce livret, qui offre plusieurs scènes d'un goût équivoque. Ce n'est pas par leur beau côté que les auteurs ont tracé les caractères de la reine et du grand William. Elisabeth et sa demoiselle de compagnie Olivia se sont trouvées séparées on ne sait comment du cortège royal. Elles sont poursuivies par des matelots, et se réfugient dans une taverne où Shakespeare est occupé à s'enivrer avec des compagnons de débauche. La reine, masquée, entreprend en vain de ramener le poète national à un genre de vie meilleur. Il se moque des sermons, continue à boire et roule sous la table ; c'est un spectacle doublement hideux. Elisabeth ordonne à sir John Falstaff, gouverneur de Richemont, de faire transporter Shakespeare dans le parc de ce palais. C'est la nuit ; les eaux du lac, les arbres éclairés par la lune, tout semble concourir à abuser les sens de William à son réveil. Il entend en effet des sons mélodieux ; puis il voit une forme blanche ; une voix se fait entendre ; c'est celle de son génie, qui lui reproche ses égarements et le menace de l'abandonner. Le poète, un instant sous l'empire de cette apparition, ne tarde pas à s'apercevoir que son bon génie n'est autre qu'une femme charmante. Olivia prend la place de la reine, effrayée de sa situation. Un amant d'Olivia, Latimer, témoins des empressements de Shakespeare, le provoque en duel. La lutte a lieu immédiatement, et Latimer tombe après quelques passes. Olivia se trouvant mal, et, secourue par la reine, a trahi l'incognito royal. Shakespeare, dont la tête n'est pas très forte dans cet opéra, croit avoir tué lord Latimer. Il s'enfuit et va se jeter dans une rivière. On l'en retire évanoui, et il est ramené à son domicile. La reine, après avoir donné à Falstaff et aux autres acteurs de la scène nocturne, l'ordre d'oublier tout ce qu'ils ont vu, fait venir Shakespeare. Le poète se croit aimé de la reine ; il arrive transporté d'amour et il s'entend traiter de visionnaire. Elisabeth seule prend pitié de son désespoir, et dit au poète : « Que les événements de cette nuit soient un songe pour tout le monde, hormis vous. » L'ouverture se distingue par une marche dont le rythme est original ; les couplets de Falstaff et le défilé des marmitons ont été goûtés par le public. Le trio : Où courez-vous, mes belles ? est bien plus intéressant. Le chœur des gardes-chasse qui ouvre le deuxième acte, est une composition très heureusement développée et d'un grand effet. La scène de l'apparition a été traitée par M. Ambroise Thomas avec cette délicatesse de touche et ce coloris distingué qui sont les marques distinctives de son talent. Au troisième acte, nous rappellerons un duo passionné entre Olivia et Latimer, et les couplets du Rêve, chantés par la reine ; le sentiment en est exquis. Ils ne sont accompagnés que par la flûte avec les violons pizzicati. On fait bisser souvent ce morceau. Les premiers interprètes du Songe d'une nuit d'été furent Charles Battaille, Couderc, Boulo, Mmes Lefebvre et Grimm. Mme Ugalde reprit le rôle qu'une maladie l'avait empêchée de créer. Les partitions pour piano et chant et piano solo ont été arrangées par M. Vauthrot. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SONGE DE KHÉYAM (LE)

 

Caprice en un acte et en vers, de Maurice Bouchor, avec musique de Paul Vidal, représenté au petit théâtre des Marionnettes (Galerie Vivienne), en février 1892.

 

« C'est une fantaisie charmante que ce Songe de Khéyam, comme M. Bouchor en a écrit plusieurs pour ce petit théâtre des Marionnettes, dont le succès, pendant quelques années, fut si grand auprès des lettrés et des délicats. Il y avait là dedans un éloge de la rose, petit épisode exquis que je ne puis me retenir de transcrire ici :

 

O chef-d'œuvre de Dieu, tu manquais à ma joie,

Je te bénis au nom de Celui qui t'envoie.

Tu résumes en toi, Rose, toute beauté,

Le soleil, cette fleur céleste de clarté,

La nuit et son brillant diadème d'étoiles,

Les transparentes eaux du lac fleuri de voiles,

La terre d'émeraude, et les champs, et les bois,

Tous les souffles exquis, toutes les tendres voix,

Toutes les visions errantes dans l'espace,

Tout, même la splendeur des femmes et leur grâce

Plus douce que la terre et l'eau vive et le ciel

A qui n'est point mordu par le désir cruel :

C'est pourquoi je t'adore, ô fleur délicieuse,

Fleur pudique, suave, aimante, gracieuse...

Désormais je te voue un culte sans péché,

Rose, et je veux mourir avant d'avoir touché

Ta robe aux plis vermeils ou ton svelte corsage.

Tu ne recevras pas un seul baiser du sage ;

Mais, jusqu'au jour béni qui doit marquer sa fin,

Khéyam s'enivrera de ton souffle divin.

 

C'est sur des vers ainsi tournés, poétiques et mélodieux, que M. Paul Vidal a écrit quelques morceaux tout aussi pleins de grâce et de parfum, entre autres un joli duo pour deux voix de femmes, qui était d'un sentiment pénétrant et tout à fait aimable. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]

 

 

SOPHA (LE)

 

Opéra, musique de Scio, représenté au théâtre Molière en 1792.

 

 

SOPHIE ou LE MARIAGE CACHÉ

 

Comédie en trois actes, mêlée d'ariettes, livret de Marie-Jeanne Riccoboni et Marie-Thérèse Biancolelli, d’après le Mariage clandestin, comédie anglaise de David Garrick et George Colman, musique de Josef Kohaut. Création à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 04 juin 1768.

 

 

SOPHIE ARNOULD

 

Comédie lyrique en un acte, livret de Gabriel Nigond, musique de Gabriel Pierné.

 

Création à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 21 février 1927. Mise en scène de Gabriel Dubois. Décor de Raymond Deshays et Arnaud. Costumes dessinés par Marcel Multzer exécutés par Mme Solatges et M. Mathieu. Luthéal de la société L'Orthéal.

Mmes Emma LUART (Sophie), Mathilde CALVET (Babet).

M. Roger BOURDIN (Comte de Laurageais, Dorval).

Chef d'orchestre : Albert WOLFF.

 

16e représentation le 15 novembre 1927, avec les créateurs, sous la direction de Gustave Cloëz.

 

Représentation le 23 mars 1929 avec les créateurs, sous la direction d'Albert Wolff.

 

33 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

 

SOPHIE ET MONCARS ou L'INTRIGUE PORTUGAISE

 

Opéra-comique en trois actes, livret de Jean-Henri Guy, musique de Pierre Gaveaux. Création au Théâtre Feydeau le 30 septembre 1797. Première à l’Opéra-Comique (salle Feydeau) le 09 février 1802.

 

 

SOPHOCLE

 

Opéra en trois actes, livret d'Etienne Morel de Chédeville, musique de Vincenzo Fiocchi. Création au Château des Tuileries le 02 décembre 1810.

Première au Théâtre de l'Opéra (salle Montansier) le 16 avril 1811. Divertissements de Pierre Gardel et Louis Milon. Décors retouchés sous la direction de Jean-Baptiste Isabey. Costumes de François Guillaume Menageot.

 

« Cet ouvrage avait été écrit à l'occasion de la distribution des prix décennaux, qui ne furent point distribués. Il n'eut aucun succès. Fiocchi était un bon professeur de chant. Il travailla avec Choron à la publication des Principes d'accompagnement des écoles d'Italie. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SOPHRONIME

 

Opéra-comique en un acte, paroles de Demoustier, musique de Pierre Gaveaux, représenté à Feydeau le 13 février 1795.

 

 

SORCIER (LE)

 

Comédie lyrique en deux actes, en prose, mêlée d'ariettes, livret d’Antoine-Alexandre-Henri Poinsinet, musique de Philidor. Création à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 02 janvier 1764, avec Joseph Caillot (le Sorcier).

La pièce était amusante pour le temps, la musique fut fort goûtée. Le public, dans son enthousiasme passager, demanda aux auteurs de paraître sur la scène pour recevoir ses applaudissements. Poinsinet et Philidor furent les premiers qui se soumirent à ce caprice, toutefois après Voltaire, qui fut l'objet de cet excès d'honneur après la représentation de sa tragédie de Mérope. Cette pièce a été reprise au théâtre des Fantaisies-Parisiennes le 09 février 1867, grâce à l'initiative de M. Martinet [partition arrangée et orchestrée par Ferdinand Poise]. Réduite en un acte, elle a été jouée pendant plusieurs mois, malgré la naïveté de l'intrigue. C'est qu'il suffit d'écouter quelques mesures pour comprendre qu'il y a là une musique de maître et une harmonie d'une grande perfection. Les accompagnements sont traités avec un goût consciencieux. La romance de la jeune villageoise n'a pas vieilli ; elle est charmante. Il n'en est pas de même de l'air du sorcier, qui paraît long parce qu'il est monotone. Mais la ronde finale est d'une gaieté si francise et offre des phrases si bien tournées qu'on éprouve une véritable sensation de plaisir et de belle humeur, influence devenue bien rare dans le répertoire moderne. Le quatuor fait presque tous les frais de l'orchestre de Philidor. De loin en loin les bassons et les flûtes tiennent des notes, mais rarement offrent des dessins intéressants. Ce petit ouvrage a été chanté par Geraizer, Barnolt, Mmes Decroix et Bonelli.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SORCIER (LE)

 

Opéra-comique en un acte, livret et musique d’Anaïs Marcelli, pseudonyme de Mme Perrière-Pilté (-janvier 1879), représenté au Théâtre-Lyrique (place du Châtelet) le 13 juin 1866.

 

Première à la Monnaie de Bruxelles le 09 septembre 1868.

 

« La pièce est amusante. On sent bien qu'il a fallu à l'auteur quelques efforts pour amener en scène tous ses personnages. Mais une fois arrivés sur le théâtre de l'action, leur dialogue est vif, léger, spirituel, et, jusqu'à la fin de l'acte, l'auditeur est constamment captivé, ce qui est bien quelque chose. La scène se passe dans la montagne où habite un prétendu sorcier, qui dit la bonne aventure à tout venant. Des jeunes filles viennent le consulter sur leurs amours, une comtesse sur les escapades du comte, son mari ; celui-ci sur sa maîtresse. Mais le sorcier est un brigand déguisé qui, pour le moment, met à profit la crédulité de ses visiteurs pour obtenir d'eux des renseignements sur le lieu où se trouve caché un trésor qu'il veut s'approprier. Une jeune batelière arrive à l'ermitage ; c'est la filleule de la châtelaine ; elle sait l'endroit de la cachette. Le sorcier fait d'abord semblant de favoriser ses amours avec un maréchal des logis, puis se présente à elle sous son vrai costume de brigand, et, par la terreur qu'il lai cause, l'oblige à lui servir de guide pour exécuter son dessein : mais voilà que le maréchal des logis survient. Le brigand reprend sa robe d'ermite et, pour se débarrasser d'un pareil hôte, le fait boire et lui verse un narcotique qui l'endort. La batelière, témoin du danger que court son amant, parvient à force d'adresse à faire boire au brigand lui-même un verre de ce narcotique, qui le met hors d'état de se défendre contre les soldats dont il devient le prisonnier. Si le livret fait reconnaître dans l'auteur une femme d'esprit, la partition dénote un goût musical assez exercé. Mme P... est trop connue dans le monde artistique et littéraire pour qu'on s'étonne de retrouver au théâtre les qualités dont elle fait libéralement les honneurs dans ses brillantes réceptions. Mais qu'on nous permette ici une réflexion qui d'ailleurs n'a rien de malicieux. Les femmes, comme les abbés, semblent affectionner de préférence ce qui est contraire à leur sexe et à leur état. Ceux-ci aiment principalement la musique bruyante et guerrière ; s'ils ont à organiser une musique dans leurs séminaires, ils y introduisent des trompettes et des fanfares. Les organistes selon leur cœur sont ceux qui jouent volontiers in tempo allegretto. N'attendez pas de celles-là, dans leurs œuvres lyriques, des Céladons et de tendres Amaryllis ; elles affectent au contraire une certaine crânerie ; elles composent des chœurs de dragons, des chansons bachiques ; tant il est vrai que la nature vit de contrastes. Dans le petit acte de Mme Anaïs Marcelli, on remarque une introduction fort bien instrumentée, ma foi ; le chœur à l'unisson : Nous sommes les soldats du roi ; des couplets militaires dits avec goût par Fromant ; la chanson à boire du sorcier ; le trio : Pendu, pendu ! et un joli air chanté par la batelière, Mlle Tual. Wartel a joué avec un vrai talent de comédien le rôle de brigand. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

« Sous le pseudonyme d'Anaïs Marcelli se cachait une femme du monde (Mme la comtesse P.-P.) dont le salon est réputé pour l'hospitalité qu'y trouvent les plus hautes notabilités du monde de l'intelligence et des arts. »

[Albert de Lasalle, Mémorial du Théâtre-Lyrique, 1877]

 

 

SORCIER PAR HASARD (LE)

 

Opéra-comique en un acte, paroles et musique de De Pellaert, représenté à Gand en 1819.

 

 

SORCIÈRE (LA)

 

Drame en quatre actes et cinq tableaux, livret d’André Sardou, d'après la pièce de Victorien Sardou, musique de Camille Erlanger.

 

Création à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 18 décembre 1912. Mise en scène d’Albert Carré. Chorégraphie de Mariquita. Décors de Lucien Jusseaume et Alexandre Bailly, costumes de Marcel Multzer.

Mmes Marthe CHENAL (Zoraya), PELTIER (Afrida), Nelly MARTYL (dona Joana), Ninon VALLIN (Manuella), PHILIPPOT (Aïcha), ARDÉ (Fatouma), VILLETTE (une Mauresque), MARINI (une Femme).

MM. Léon BEYLE (don Enrique), Jean PÉRIER (le Cardinal), Louis AZÉMA (Cardénos), CAZENEUVE (Arias), DUPRÉ (Lopez), Louis VAURS (Ramiro), ANDAL (Olivièra), Paul PAYAN (Calabazaz), Eugène DE CREUS (Molina), CORBIÈRE (Ibara), PASQUIER (Zaguir), BELHOMME (Albornas), DONVAL (un Homme du peuple), BRUN (Torillo).

Chef d'orchestre : François RÜHLMANN.

 

25 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

 

SORCIÈRE D'ESPELETTE (LA)

 

Opéra-comique en trois actes, paroles d’Anatole Loquin et Mégret de Belligny, musique de L. Amouroux, représenté à Bordeaux le 14 décembre 1897.

 

 

SORCIÈRE PAR HASARD (LA)

 

Opéra-comique en deux actes, livret et musique de Nicolas-Etienne Framery. Création en privé chez la duchesse de Villeroy en 1768, puis à l’Opéra-Comique (1re salle Favart) le 03 septembre 1783.

 

 

SORRENTINE (LA)

 

Opérette bouffe en trois actes, livret de Jules Noriac et Jules Moinaux, musique de Léon Vasseur, représenté aux Bouffes-Parisiens le 24 mars 1877. Le sujet est des plus légers et nullement original. Teresina, la Sorrentine, fille d'un barbier, va épouser le jeune Lazarillo ; la fiancée du vice-roi de Naples ayant été enlevée, Teresina se trouve invitée à la remplacer dans le palais, et la voilà vice-reine. Lazarillo, furieux, soulève la populace et s'empare du palais. Tout s'explique, et la Sorrentine épouse Lazarillo. Ces sortes de pièces n'existent quo par les détails plaisants et les lazzi de plus ou moins bon goût. La musique n'est pas meilleure que le livret. Malgré des développements hors de saison avec un pareil sujet, elle est peu intéressante ; on a cependant applaudi, au premier acte, les couplets du Bouquet. Chantée par Fugère, Daubray, Scipion ; Mmes Peschard, Prelly ; Mlles Paola Marié et Blanche Miroir.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1880]

 

 

SORT D'ANDROMÈDE (LE)

 

Opéra, musique de Marc-Antoine Charpentier, écrit vers 1670.

 

 

SORTILÈGE (LE)

 

Conte de fées en trois actes et huit tableaux, livret de Maurice Magre, musique d’André Gailhard.

 

Création au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 29 janvier 1913. Mise en scène de Paul Stuart. Décors d'Alexandre Bailly, décors lumineux d'Eugène Frey. Costumes de Joseph Pinchon.

Mmes MERENTIE (Angèle), Léonie COURBIÈRES (Geneviève), LAUTE-BRUN, DOYEN (Deux Fées), TECLAR, DURIF, CALVET (3 Ondines), GAULEY-TEXIER, DUBOIS-LAUGER (2 Laveuses).

MM. MURATORE (Gall), MARVINI (le Buisson), CERDAN (le Laboureur), TRIADOU (le Mendiant Bossu).

Divertissement réglé par Ivan CLUSTINE, dansé par Mlle Marthe LEQUIEN (une Fée) et le Corps de Ballet.

Chef d'orchestre : Henri BÜSSER

 

5e représentation à l’Opéra, le 14 avril 1913, avec les créateurs, sauf M. Robert LASSALLE (Gall).

 

5 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

 

 

SOSIE (LE)

 

Opéra bouffe en trois actes, livret d’Albin Valabrègue et Henri Kéroul, musique de Raoul Pugno, représentée aux Bouffes-Parisiens le 08 octobre 1887.

 

 

SOTIE DE BRIDOYE (LA)

 

Pièce en deux actes, paroles de Laurent Tailhade et Raoul Ralph, musique de N.-T. Ravera, représentée au Nouveau-Théâtre (société du Théâtre des Latins) le 18 janvier 1902.

 

 

SOU DE LISE (LE)

 

Opérette en un acte, paroles de Saint-Yves et Zaccone, musique de Caroline Blangy, représentée au théâtre des Bouffes-Parisiens le 7 mai 1860. Le livret est intéressant. Il y a de la grâce et du goût dans le dialogue. La partition renferme des mélodies agréables. Nous citerons l'ouverture et le duo entre Lise et André, qui est charmant. Mlle Chabert a chanté avec talent le rôle de Lise. Tautin et Marchand ont joué les autres personnages.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SOUBRETTE (LA)

 

Opérette en un acte, livret de Paul Bilhaud, avec Quénéhen et Rambaud, représentée à Asnières le 06 juillet 1891.

 

 

SOUBRETTE (LA) ou L’ÉTUI DE HARPE

 

Comédie en un acte, livret de François-Benoît Hoffman, musique de Jean-Pierre Solié. Création à l'Opéra-Comique (1re salle Favart) le 03 décembre 1794.

 

 

SOUFFLETS (LES)

 

Opérette en un acte, de Mélesville fils, représentée aux Fantaisies-Parisiennes le 3 août 1867. La scène se passe en Espagne. La pièce a de la vivacité, et la musique la sert bien. Chantée par Geraizer, Barnolt et Mlle Goby-Fontanel.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SOUHAITS DE NOËL (LES)

 

A-propos en un acte de Jacques Redelsperger sur des musiques diverses.

 

Créé à Paris, à l'Académie Nationale de Musique (Palais Garnier), le 24 décembre 1907.

Mmes BARTET (la Muse), YAHNE (la Fille du Roi Mage), BRESIL (le Berger).

Mmes M. LECOMTE (les souhaits aux joujoux), C. SOREL (les souhaits de Célimène), LENDER (les souhaits de la Parisienne), B. TOUTAIN (les souhaits aux fillettes), G. DARTHY (les souhaits aux mères), A. THIBAUD (les souhaits aux marins), P. DARTY (les souhaits à la chanson).

MM. MOUNET-SULLY (les souhaits aux absents), BREMONT (les souhaits aux chemineaux), COOPER (les souhaits aux fiancés), FURSY (les souhaits de Rabelais), COQUELIN aîné (les souhaits aux artistes).

Chant :

« Noël » d’Augusta Holmès par Mme Jeanne RAUNAY.

« Arioso » de Léo Delibes par Mme de NUOVINA.

Danse :

Deuxième représentation de LA SABOTIERE, musique de Ch.-M. WIDOR.

Mlles ZAMBELLI, VANGOETHEN, BEAUVAIS.

Chef d'orchestre : Alfred BACHELET.

Seule représentation à l’Opéra au 31.12.1961.



 

SOUHAITS RIDICULES (LES)

 

Opérette en un acte, paroles et musique de G. Villain, représentée aux Bouffes-Parisiens le 2 mai 1890.

 

 

SOULIERS MORDORÉS (LES) ou LA CORDONNIÈRE ALLEMANDE

 

Opéra-comique en deux actes, livret d’Alexandre de Ferrières, musique d’Alessandro Mario Antonio Fridzeri. Création à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 11 janvier 1776.

 

 

SOULIERS MORDORÉS (LES)

 

Opéra-comique en deux actes, livret d’Alexandre de Ferrières, musique de Plantade, représenté à Feydeau le 18 mai 1793.

 

 

SOUPER D’ARLEQUIN (LE)

 

Opérette-bouffe en un acte, livret de Jules Perrin, musique de Frédéric Barbier, création à l’Eldorado le 28 novembre 1868. => fiche technique

 

 

SOUPER DE MEZZETIN (LE)

 

Opérette en un acte, canevas emprunté à la Comédie-Italienne, musique d’Ernest Cahen, représentée aux Folies-Nouvelles en mai 1858.

 

 

SOUPER DU MARDI GRAS — Voir le Carnaval des revues.

 

 

SOUPER DU MARI (LE)

 

Opéra-comique en un acte, livret de Charles Desnoyers et des frères Hippolyte et Théodore Cogniard, musique de Despréaux. Création à l'Opéra-Comique (salle de la Bourse) le 25 janvier 1833. Ce petit ouvrage a des qualités scéniques, l'instrumentation de l'élégance. On a remarqué un joli duo de deux femmes et une charmante romance dont le refrain : Pendant la nuit, est délicieux d'effet. Cet opéra-comique a été chanté agréablement par Thénard et Mme Clara Margueron.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SOUPIRS DU CŒUR

 

Opérette en un acte, livret de Hermil (dit Milher) et Numès, musique de Paul Meyan, représentée à l’Eldorado en 1883.

 

 

SOURD (LE) ou L'AUBERGE PLEINE

 

Opéra-comique en trois actes, livret d’Adolphe de Leuven et Ferdinand Langlé, d’après la comédie en trois actes de Pierre-Jean-Baptiste Desforges, musique d’Adolphe Adam.

 

Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 02 février 1853.

Mmes TALMON (Joséphine Doliban), DECROIX (Isidore d'Orbe), FÉLIX (Madame Legras), LEMERCIER (Pétronille).

MM. Edmond DELAUNAY-RIQUIER (le Chevalier d'Orbe), Achille RICQUIER (M. Doliban), SAINTE-FOY (M. Danières).

Chef d'orchestre : Théophile TILMANT.

 

50e représentation à l'Opéra-Comique le 27 septembre 1854, avec la même distribution sauf : Mme Zoé BELIA (Isidore d'Orbe).

 

Reprise à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) du 23 octobre 1934 (93e représentation) dans une mise en scène de Joseph ANCELIN.

Mmes Odette ERTAUD (Joséphine), Christiane GAUDEL (Isidore d'Orbe), Andrée BERNADET (Madame Legras), Marie-Thérèse GAULEY (Pétronille).

MM. Jean VIEUILLE (le Chevalier d'Orbe), BALDOUS (M. Doliban), Alban DERROJA (Danières).

Chef d'orchestre : Élie COHEN.

 

100e représentation à l'Opéra-Comique le 25 décembre 1934 avec la distribution ci-dessus, sauf M. Georges BOUVIER (M. Doliban), et le Maître Eugène PICHERAN au pupitre.

 

125 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950, dont 33 entre le 01.01.1900 et le 31.12.1950.

 

Première au Théâtre-Lyrique (boulevard du Temple) le 18 janvier 1856, avec Adolphe Girardot et Prilleux.

 

« Cette pièce, dont les saillies et les calembours ont tant réjoui nos pères, a été remaniée par MM. Ferdinand Langlé et Sainte-Foy. Les couplets en sont lestes et annoncent bien leur date. Adolphe Adam en écrivant de la musique sur ce sujet a pu se livrer sans contrainte à son genre familier. Les mélodies sont faciles, bien en situation ; les effets d'instrumentation ingénieux, tournant souvent au comique et à la farce. Parmi les couplets les plus applaudis, nous citerons : Sur le pont d'Avignon ; les couplets sur la bassinoire ; les couplets dont le refrain est chanté sur le mot bagasse sont exhilarants ; enfin ceux de : On dit non, on dit oui. Cette pièce a été enlevée avec verve par Ricquier, Sainte-Foy, Delaunay-Riquier, Mmes Lemercier, Decroix, Félix et Talmon ; on l'a reprise au Théâtre-Lyrique le 18 janvier 1856. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

« La pièce est, quant au fond, de Desforges. L’Auberge pleine, qui appartient au temps de la Révolution, est une farce très haute en couleur et d’une joyeuseté intense. Donnée la première fois au théâtre Montansier, elle passa ensuite à la Comédie-Française, et commença dès lors son tour de France et d'Europe, qu'elle refit cent fois. Les amusantes doubles croches qu'Adolphe Adam y a semées en 1853 ne la rendirent que plus alerte en la rajeunissant. — Le Sourd avait été déjà traduit en italien (il Finto sordo), mis en musique par Farinelli et chanté à Paris en 1805. »

[Albert de Lasalle, Mémorial du Théâtre-Lyrique, 1877]

 

 

SOURDE-MUETTE (LA)

 

Opéra-comique en trois actes, livret de J. de Valmalette, musique de Felice Blangini. Création à l’Opéra-Comique (salle Feydeau) le 20 juillet 1815.

 

 

SOURIS BLANCHE (LA)

 

Opérette en trois actes et six tableaux, livret d’Henri Chivot et Alfred Duru, musique de Léon Vasseur et de Thuisy, représentée au théâtre Déjazet le 9 novembre 1897.

 

 

SOURNOISE (LA)

 

Opéra-comique en un acte, livret de Thomas Sauvage et Gabriel de Lurieu, musique d’Alphonse Thys. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 13 septembre 1848. Il s'agit dans le livret d'une jeune fille sans dot qui veut à toute force se procurer un mari, et dent les ruses et les mensonges ont pour résultat de lui faire épouser un laquais. Ce sujet est peu musical. La musique en est assez gaie. On a remarqué un quintette dans lequel l'auteur a intercalé un duo agréable pour deux voix de femmes, et une valse joliment chantée par Mlle Lemercier. Nathan, Sainte-Foy et sa femme ont rempli les autres rôles.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SOUS LE VOILE

 

Opéra-comique en un acte, paroles d’A. Ruelle et Marc Legrand, musique d’Alfred Kaiser, représenté au théâtre de la Renaissance le 29 novembre 1900.

 

 

SOUS LES CHARMILLES

 

Opéra-comique en un acte, paroles de M. Kauffmann, musique de M. Dautresme, représenté au Théâtre-Lyrique (boulevard du Temple) le 29 mai 1862.

 

« M. Dautresme s'est présenté comme candidat républicain, le 20 février 1876, dans une des circonscriptions de la Seine-Inférieure ; et il a été élu. Les musiciens comptent beaucoup sur l'appui qu'il peut leur prêter, lors du vote des subventions théâtrales par la Chambre des députés. »

[Albert de Lasalle, Mémorial du Théâtre-Lyrique, 1877]

 

 

SOUS LES PALMIERS

 

Opéra-comique en deux actes, musique d'Alphonse Pellet, représenté au Grand-Théâtre de Nîmes le 22 mai 1877.

 

 

SOUS UN BALCON

 

Opérette en un acte, paroles d’Eugène Leroux, musique d’Alfred Sergent, représentée à Boulogne-sur-Mer en avril 1868.

 

 

SOUVENIRS DE LAFLEUR (LES)

 

Opéra-comique en un acte, livret de Pierre Carmouche et Frédéric de Courcy, musique de Fromental Halévy. Création à l'Opéra-Comique (salle de la Bourse) le 04 mars 1833. Le livret reproduit une pièce du Gymnase intitulée : la Vieillesse de Frontin. Lafleur, valet de comédie, n'est plus jeune ; il a vieilli en même temps que son maître, et tous deux charment leurs loisirs en racontant leurs antiques prouesses. Le neveu du maître de Lafleur a une maîtresse et des dettes ; pour le dérober aux suites de ses folies, son oncle le confine dans son château, et prépose Lafleur à la garde du prisonnier. Le geôlier trompe les ennuis de sa captivité en lui contant ses anciens tours. Il fournit au jeune homme, sans en avoir l'air, les moyens de faire payer ses dettes par son oncle, et d'épouser celle qu'il aime. Ce fut le célèbre chanteur Martin qui chanta le rôle de Lafleur avec un organe d'une fraîcheur et d'un charme merveilleux pour son âge ; il obtint un grand succès dans son grand air, très bien conçu par le compositeur et approprié au genre de talent du chanteur ; acteur excellent, il fut très applaudi dans la scène où Lafleur déclare à son maître que son imagination n'est pas refroidie et qu'il saura tirer son neveu d'embarras. Martin avait alors soixante-sept ans. Il n'y a pas d'exemple d'une carrière aussi longue au théâtre. Thévenard, qui chanta pendant quarante ans les opéras de Lully et de Rameau, prit sa retraite à l'âge de soixante-deux ans. Halévy a composé pour cet opéra-comique une musique charmante, instrumentée avec élégance et discrétion pour ne pas couvrir la voix du doyen des chanteurs français.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SPADILLO LE TAVERNIER

 

Opéra-comique en un acte, livret de Michaëls, musique de Vivier, représenté à Bruxelles, sur le théâtre de la Monnaie, le 22 mai 1857.

 

 

SPAHI (LE)

 

Poème lyrique en quatre actes, livret de Louis Gallet et André Alexandre, d’après le Roman d’un spahi, roman de Pierre Loti, musique de Lucien Lambert (Prix du concours musical de la Ville de Paris 1896). Création à l'Opéra-Comique (salle du Châtelet) le 18 octobre 1897, avec Mmes Julia Guiraudon (Fatou), Chanoz (Cora), MM. Eugène Badiali (Jean Peyral), Carbonne (Muller), Gresse (Samba-Hamet), Lacroix (un officier), sous la direction d'Alexandre Luigini.

 

« Sujet peu favorable à la scène, musique inexpérimentée encore, mais non sans qualités intéressantes. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1904]

 

 

SPARTACUS

 

Drame en cinq actes, en vers, du baron de Langsdorff, musique d’Adolphe Nibelle, représenté au théâtre de l'Ambigu pendant l'automne de 1876. On a remarqué surtout dans cet ouvrage la grande scène de l'Orgie romaine, au troisième acte, reproduisant la composition du célèbre tableau de Couture, la Décadence des Romains. Les soli ont été chantés par Mlle Clémence Leclerc, remplissant le rôle du coryphée antique sous le costume d'un jeune Phrygien. Ce drame a eu une trentaine de représentations.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1880]

 

 

SPARTACUS

 

Opéra en cinq actes et sept tableaux, livret de M. Rollo, musique de M. Monsigu, représenté au Grand-Théâtre de Marseille le 30 avril 1880. C'est encore un ouvrage sorti premier d'un concours institué par la municipalité de cette ville et qui n'a pas été plus heureux que les opéras issus de cette institution moderne, aussi fausse dans son principe que maladroite dans son application. C'est cependant une œuvre vaillante que ce Spartacus. Le poème et la partition sont d'une large envergure et le fruit d'un travail estimable. Spartacus, la princesse Thracie, sa fiancée, et le vieux roi Xathès, père de celle-ci, ont été faits prisonniers par Crassus. Spartacus subit la loi du vainqueur et devient gladiateur. Il brise ses fers, va rejoindre son armée avec Thracie et son père, livre bataille aux Romains et, victorieux, s'abandonne avec insouciance aux plaisirs avec la courtisane Claudia, oubliant la fidèle et dévouée Thracie. Pompée, réunissant ses forces à celles de Crassus, tombe à l'improviste sur le camp des Thraces. Spartacus perd la vie dans la lutte ; Xathès et sa fille tombent encore une fois dans les mains de leurs ennemis ; mais le vieux roi poignarde sa fille et se tue ensuite pour échapper au déshonneur. Les Romains acclament Pompée et la toile tombe sur leurs chants de triomphe. Le compositeur a écrit sur ce poème une partition où les fanfares, les marches guerrières, les chœurs produisent une sonorité excessive et constante. On a remarqué beaucoup de réminiscences. Le morceau qui a produit le plus d'effet est le septuor du troisième acte. Chanté par Salomon, Queyrel, Couturier, Choppin ; Mlles de Goyon et Debasta.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1880]

 

 

SPAVENTO

 

Opéra-comique en deux actes, musique de M. Grand, représenté à Limoges en février 1862.

 

 

SPÉCIALITÉ POUR DAMES

 

Opérette en un acte, paroles de Victor Poupin, musique de M. Thomas, représentée sur le théâtre du Luxembourg le 27 mai 1865.

 

 

SPINETTE ET MARINI

 

Opéra, musique d’Antoine-Barthélemy Bruni, représenté en 1791.

 

 

SPOSA VENEZIANA (LA)

 

Opéra, musique du marquis de Massa, dont des fragments ont été exécutés en une séance donnée par l'auteur dans la salle du Conservatoire de musique, le 20 mai 1865.

 

 

STATUE (LA)

 

Opéra-comique en deux actes, paroles du marquis de Montalembert, musique de Cambini, représenté à l'hôtel Montalembert en août 1784.

 

 

STATUE (LA)

 

Opéra en trois actes et sept tableaux, livret de Jules Barbier et Michel Carré, musique d’Ernest Reyer.

 

Création au Théâtre-Lyrique (boulevard du Temple) le 11 avril 1861.

 

Première fois à Bruxelles, au Théâtre Royal de la Monnaie, le 20 mars 1865.

 

Première au Théâtre National de l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 20 avril 1878. Décors de Philippe Chaperon.

 

Première au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 06 mars 1903. Mise en scène d'Alexandre Lapissida. Chorégraphie de Joseph Hansen. Décors de Marcel Jambon et Alexandre Bailly (actes I, II et IV), Eugène Carpezat (acte III), Amable et Eugène Gardy (acte IV). Costumes de Charles Bianchini.

 

 

Théâtre-Lyrique

11.04.1861

Bruxelles

20.03.1865

Opéra-Comique

20.04.1878

Palais Garnier

06.03.1903

Margyane

BARETTI

MOREAU

CHEVRIER

Aïno ACKTÉ

 

 

 

 

 

Sélim

MONJAUZE

WICART

TALAZAC

AFFRE

Amgiad

BALANQUÉ

ROUDIL

DUFRICHÉ

DELMAS

Kaloum-Barouch

WARTEL

BRION D’ORGEVAL

MARIS

BARTET

Mouck

Adolphe GIRARDOT

HOLTZEM

BARNOLT

LAFFITTE

Ali

MARTIN

 

 

GALLOIS

Chef d’orchestre

DELOFFRE

Ch. L. HANSSENS

Jules DANBÉ

TAFFANEL

 

10e à l’Opéra, le 14 juillet 1903, avec les créateurs, sauf Mme HATTO (Margyane).

 

10 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

 

« La couleur orientale du livret et l'originalité des situations convenaient parfaitement à la nature du talent de M. Reyer. Aussi est-ce son meilleur ouvrage. Admirateur passionné de Weber, il est souvent son imitateur. Mais son propre fonds est riche en idées élégantes, colorées et rythmées avec une conviction qui devient de jour en jour plus rare. Nous rappellerons particulièrement le chœur des voisins de Kaloum-Barouch, celui des musiciens et l'air de Sélim. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

« Livret tiré d'un conte arabe. Musique colorée, nerveuse, et souvent étrange, ainsi qu'elle s'y efforce visiblement depuis la première note de l'introduction jusqu'au dernier finale. En somme l'œuvre capitale de la direction de M. Charles Réty. Cependant, et telle est la dureté des temps pour les compositeurs dramatiques, l'auteur de la Statue n'a fait chanter, depuis quinze ans, que la seule partition d'Erostrate, qui vécut trois soirs devant le public de l'Opéra. Il avoue très galamment cet insuccès dans son livre intitulé Notes de musique (Paris, Charpentier, 1875, in-18). »

[Albert de Lasalle, Mémorial du Théâtre-Lyrique, 1877]

 

 

STATUE (LA) ou LA FEMME AVARE

 

Opéra-féerie en un acte, livret de François-Benoît Hoffman, musique de Niccolo Isouard. Création à l'Opéra-Comique (salle Feydeau) le 26 avril 1802.

 

 

STEEPLE-CHASE (LE)

 

Opérette en un acte, livret de Pierre Decourcelle, musique de Gaston Serpette, représentée à Londres, chez Ferdinand de Rothschild, le 05 juillet 1883, puis en France, à Saint-Gratien, le 22 juillet 1883.

 

 

STEFANO

 

Drame lyrique en un acte, livret d'Albert Boucheron, musique de Marc Delmas (Saint-Quentin, 28 mars 1885 - Paris, 30 novembre 1931), édité chez Choudens vers 1910.

 

 

STELLA

 

Opéra, musique posthume de Henri Waelput, représenté sans succès à Anvers en novembre 1890. Waelput était un artiste d'un grand talent et d'une rare fécondité, qui, en mourant en 1885, à peine âgé de quarante ans, laissait un grand nombre d'œuvres inédites, parmi lesquelles la partition de cette Stella, peu heureuse en présence du public, malgré la sympathie qu'inspirait le souvenir de l’auteur.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]

 

 

STELLA MONTI

 

Opéra-comique en trois actes et quatre tableaux, livret de Demoulin, musique d’Aloys Kettens, représenté au théâtre de la Monnaie, à Bruxelles, le 28 février 1862.

 

 

STENIO

 

Drame lyrique en trois actes, paroles de Louis Bricourt, musique de Frédéric Le Rey, représenté à Rouen, sur le théâtre des Arts, le 16 avril 1887.

 

 

STORES ET JALOUSIE

 

Opérette en un acte, musique de Victor Robillard, représentée au concert de l'Eldorado le 10 juillet 1875.

 

 

STRADELLA

 

Opéra en cinq actes, livret d’Emile Deschamps et Emilien Pacini, musique de Louis Niedermeyer, création au Théâtre de l'Opéra (salle Le Peletier) le 03 mars 1837. Divertissements de Jean Coralli. Décors de Charles Séchan, Léon Feuchère, Jules Dieterle et Edouard Desplechin. Costumes d'Henri d'Orschwiller.

 

Cet ouvrage n'a pas obtenu le succès qu'il méritait. Le sujet était intéressant. La biographie du compositeur chanteur Stradella en a fourni les romanesques épisodes, sauf la catastrophe finale, c'est-à-dire le meurtre des époux, qu'on a changée en cérémonie nuptiale. Quant à la partition, elle renferme des morceaux d'un grand mérite, notamment la sérénade du premier acte chantée par Nourrit, le trio du second acte chanté par Mlle Falcon, Nourrit et Dérivis, et surtout l'air de Mlle Falcon : Ah ! quel songe affreux ! grâce au ciel il s'achève, qui est un des beaux airs du répertoire dramatique français.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

STRADELLA

 

Comédie mêlée de chant, livret de P. A. A. Pittaud de Forges et P. Duport, musique de Friedrich von Flotow, représentée sur le théâtre du Palais-Royal le 04 février 1837. Achard a chanté le rôle du célèbre chanteur. Flotow en a tiré un opéra en trois actes et cinq tableaux, Alessandro Stradella, livret allemand de Wilhelm Riese Friedrich, représenté pour la première fois au Stadttheater de Hambourg le 30 décembre 1844 puis au théâtre Royal de Munich le 29 septembre 1845. Première à la Monnaie de Bruxelles, sous le titre Stradella, dans la version de Gustave Oppelt et P. Royer, le 07 mars 1859, avec Mme Vandenhaute, MM. Wicart, Depoitier, Aujac, Borsary.

 

« Cet ouvrage a été jugé bien inférieur à Martha, du même compositeur. On y remarque cependant quelques morceaux dignes d'intérêt dans le troisième acte. M. de Flotow a introduit dans sa partition une cavatine de Bellini pour la scène dans laquelle Stradella désarme ses assassins par la beauté de sa voix. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

STRATAGÈME DÉCOUVERT (LE)

 

Comédie en deux actes, en prose, mêlée d'ariettes, livret de Jacques-Marie Boutet de Monvel, musique de Nicolas Dezède. Création à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 04 octobre 1773.

 

 

STRATAGÈMES DE L'AMOUR (LES)

 

Opéra-ballet en trois actes, avec un prologue, paroles de Roy, musique de Destouches, représenté par l'Académie royale de musique le jeudi 26 mars 1726. Dans le prologue, composé à l'occasion au mariage de Louis XV, on voyait le temple de la gloire. Ce monarque y était placé au milieu des rois, ses prédécesseurs les plus célèbres. La première entrée a pour titre Scamandre, la seconde les Abdérites et la troisième la Fête de Philotis. Mlles Antier, Le Maure, les sieurs Chassé, Thévenard, Muraire et Tribou en furent les principaux interprètes. Fuzelier et d'Orneval en firent une spirituelle parodie.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

STRATONICE

 

Drame lyrique en un acte et en vers, livret de François-Benoît Hoffman, musique d’Etienne-Nicolas Méhul.

 

Création à l’Opéra-Comique (1re salle Favart) le 03 mai 1792, avec les comédiens ordinaires du roi, dont Mme Dugazon, sous la direction de Frédéric Blasius. Première à l'Académie royale de musique le 20 mars 1821, avec les récitatifs de Daussoigne, neveu de Méhul. Cette pièce est une de celles qui font le plus d'honneur au talent littéraire d'Hoffman, et Méhul était bien capable non seulement d'en sentir les beaux vers, mais de les faire admirablement valoir. Stratonice est son troisième ouvrage ; ce fut celui qui consacra sa réputation. Le quatuor a une noblesse et une ampleur de style qui l'ont fait ranger au nombre des chefs-d'œuvre. Quant à l'air : Versez tous vos chagrins dans le sein paternel, après les succès de la scène, il a obtenu celui des concerts et des salons, interprété surtout par Ponchard dont il était le morceau de prédilection.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

STRATONICE

 

Opéra-comique en un acte, paroles de M. Chardon, musique de M. Diet, représenté sur le théâtre des Menus-Plaisirs le 19 novembre 1887.

 

 

STRATONICE

 

Opéra en un acte, livret de Louis Gallet, musique d’Alix Fournier.

 

Création au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 09 décembre 1892. Mise en scène d'Alexandre Lapissida. Décors d'Eugène Carpezat. Costumes de Charles Bianchini.

Mme BOSMAN (Stratonice).

MM. VAGUET (Antiochus), G. BEYLE (Cratès), DUBULLE (le Roi).

Chef d'orchestre : MADIER DE MONTJAU

 

14e à l’Opéra, le 04 mars 1893, avec les créateurs.

 

14 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

 

 

« C'est tout au moins une idée singulière, pour un jeune compositeur, de choisir pour sujet de sa première œuvre celui d'un des plus admirables chefs-d'œuvre qu'ait produits notre école musicale française. Si, par une incurie criminelle de la part de nos administrations théâtrales, le public n'est pas mis à même de connaître la Stratonice de Méhul, qui lui arracherait certainement des cris d'enthousiasme, les musiciens la connaissent, et cela eut dû suffire pour engager M. Alix Fournier à s'abstenir de toucher à un tel sujet. C'est pourtant celui-là qu'il avait adopté pour prendre part au concours Cressent, et qui lui a valu le prix de ce concours. Le public de l'Opéra, par son accueil, n'a pas paru ratifier ce jugement, et l'œuvre, conçue dans une forme antimusicale, n'a rencontré que l'indifférence des spectateurs. M. Alix Fournier avait obtenu le second grand prix de composition musicale à l'Institut, en 1891. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]

 

 

SUFFISANT (LE)

 

Opéra-comique en un acte, livret de Jean-Joseph Vadé, musique de vaudevilles. Création à la Foire Saint-Germain le 12 mars 1753. Première à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 18 septembre 1762.

 

 

SUISSE À TRIANON (LA)

 

Opéra-comique en un acte, livret d'Henri de Saint-Georges et Adolphe de Leuven, musique d'Albert Grisar, représenté au théâtre des Variétés le 08 mars 1838 avec Bressant, Mlles Pougaud et Olivier.

 

 

SUITE D'ANNETTE ET LUBIN (LA)

 

Opéra-comique en un acte, paroles de Favart, musique de Jadin, représenté au théâtre Feydeau le 10 mars 1791.

 

 

SUITE DE ZÉLIA (LA)

 

Opéra-comique, musique de Deshayes, représenté au théâtre de Beaujolais en 1792.

 

 

SUITE DES CHASSEURS ET LA LAITIÈRE (LA)

 

Opéra-comique, musique de Goblain, représenté à la Comédie-Italienne, à Paris, vers 1775.

 

 

SUITE DES DEUX CHASSEURS ET LA LAITIÈRE (LA)

 

Opéra-comique, musique de Louis Piccinni, représenté à Paris en 1788.

 

 

SUITE DES SOLITAIRES DE NORMANDIE (LA)

 

Divertissement en un acte, livret de Pierre-Antoine-Augustin de Piis, musique de C. François Lescot (accompagnements et airs nouveaux) et de vaudevilles. Création à l’Opéra-Comique (1re salle Favart) le 04 mai 1790.

 

 

SUITE DU COMTE D'ALBERT (LA) — Voir le Comte d’Albert.

 

 

SUITE DU MÉDECIN TURC (LA)

 

Opéra-comique, musique d’Arquier, représenté à Marseille vers 1810.

 

 

SUITE PARNASSIENNE

 

Fresque musicale en quatre parties, paroles de Maurice Léna, musique de Jules Massenet (1913).

 

 

SUIVEZ-MOI, TRICOCHE

 

Opérette en un acte, paroles de Gaston Jollivet, musique d’Armand Gouzien, représentée à Monaco, en janvier 1875.

 

 

SULAMITE (LA)

 

Scène lyrique pour mezzo-soprano et chœur de femmes, paroles de Jean Richepin, musique d’Emmanuel Chabrier, exécutée aux Concerts Lamoureux le 15 mars 1885.

 

 

SULTAN MISAPOUF (LE)

 

Opérette en un acte, livret de X., musique de Laurent de Rillé, représentée aux Folies-Nouvelles, avec MM. Joseph Kelm, Tissier.

 

 

SULTAN SALADIN (LE)

 

Opéra-comique en un acte, livret d’Henri Dupin, d’après le Fou de Péronne, vaudeville d’Eugène Scribe, musique de Luigi Bordèse. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 08 février 1847, avec Mlle Berthe, MM. Jean-Baptiste Chollet, Sainte-Foy.

 

« La pièce est amusante. La scène se passe à Marseille. Un fournisseur, nommé Pimpret, veut épouser une jeune fille dont la dot vienne rétablir ses affaires embarrassées. Il a pour rival un capitaine de vaisseau, lequel, pour tromper sa vigilance autant que pour le berner, contrefait le fou et se fait passer pour le sultan Saladin, mari de toutes les femmes. Le crédule Pimpret ne prend aucun ombrage des galanteries de cet insensé, et permet à sa future de se dire sa femme. Mais voilà que notre capitaine est arrêté par l'ordre des créanciers du fournisseur. Il paye joyeusement les dettes du fournisseur et acquiert ainsi le droit de devenir réellement l'époux de la fiancée de Pimpret. Bordèse a écrit pour cette petite comédie des couplets gracieux et d'une mélodie facile. Il n'y a qu'un quatuor assez développé. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SULTANA

 

Opéra-comique en un acte, livret d’Edouard Monnais et Alfred Pittaud de Forges, musique de Maurice Bourges. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 16 septembre 1846. Le sujet n'est rien moins qu'oriental. La scène se passe en Hollande. Sultana est le nom d'une espèce de tulipe sur laquelle un vieux soldat, devenu horticulteur, fonde des espérances de fortune, car il doit, l'offrir à une princesse de Nassau. Une intrigue assez compliquée vient se mêler à cette donnée naïve. La musique renferme d'assez jolis motifs, parmi lesquels on a remarqué le rondo chanté par Audran : O toi, joli démon ! le duo des deux pages : Je veux te rendre un service d'ami, et le quatuor final, développé avec une bonne entente dramatique. Honoré Grignon, Emon, Carlo et Mlle Lavoye ont interprété cette composition gracieuse d'un critique musical distingué.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SULTANE FATMA IV (LA)

 

Opérette en trois actes, paroles de Pages de Noyez, musique de Raimbaud, représentée aux Fantaisies-Pigalle le 15 mars 1873.

 

 

SUPERCHERIE PAR AMOUR (LA) ou LE FILS SUPPOSÉ

 

Comédie en trois actes mêlée de musique, livret de Lœillard d’Avrigny, musique de Louis-Emmanuel Jadin. Création à l’Opéra-Comique (1re salle Favart) le 12 mai 1795.

 

 

SUPPLICE DE TANTALE (LE)

 

Opérette en un acte, livret d’E. Durafour, musique de Frédéric Barbier (1881).

 

 

SUR LA BERGE

 

Opérette en un acte, paroles de MM. Chenevart et Em. Talrich, musique de M. Dorville, représentée sur une scène d'amateurs le 23 février 1867.

 

 

SUR LE FRONT

 

Episode patriotique en un tableau, argument de Pierre-Barthélemy Gheusi, arrangement musical de Paul Vidal.

 

Création à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 13 avril 1915.

La Française (Zamacoïs-Saint-Saëns) par M. Henri ALBERS.

La Marseillaise (Rouget-de-Lisle) par Mme Marthe CHENAL.

Chef d'orchestre : Paul VIDAL.

 

14 représentations à l’Opéra-Comique au 31.12.1950.

 

 

SUR UN VOLCAN !

 

Opérette, livret de Joseph Méry, musique d’Ernest Lépine, représentée aux Bouffes-Parisiens le 29 décembre 1855.

 

« Ici, il faut applaudir non la pièce, mais les auteurs, qui, après une représentation malheureuse, ont retiré leur ouvrage. Ah ! si cet acte de justice et de désintéressement avait donc fait école !... Un quart d'heure avant, Mlle Léocadie, une très jeune élève du Conservatoire, avait dit un prologue de M. Méry dont les vers étincelaient d'esprit, comme la salle Choiseul, qu'on inaugurait ce jour-là, éblouissait par ses dorures. »

[Albert de Lasalle, Histoire des Bouffes-Parisiens, 1860]

 

 

SURCOUF

 

Opérette en trois actes et un prologue, livret d’Henri Chivot et Alfred Duru, musique de Robert Planquette, représentée aux Folies-Dramatiques le 6 octobre 1887 avec MM. Morlet, Montrouge, Gobin, Guyon fils, Duhamel, Marcelin, Riga, Speck, Mmes Juliette Darcourt, Darcelle, Barthe, Sarah.

 

 

SURPRISE DE L'AMOUR (LA)

 

Opéra-comique en deux actes, livret de Charles Monselet, d'après la comédie de Marivaux, musique de Ferdinand Poise. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 31 octobre 1877, décors d’Auguste Rubé et Philippe Chaperon, costumes de Théophile Thomas, avec Mmes Galli-Marié, Irma Marié, MM. Nicot, Morlet.

 

Première à la Monnaie de Bruxelles le 15 avril 1902 avec Mmes Maubourg, Brass, MM. Forgeur, Eugène Badiali.

 

« La comédie charmante de Marivaux a été jouée au théâtre des Italiens en 1722 avec succès. M. Ch. Monselet l'a arrangée avec goût et y a ajouté de fort jolis vers. Les personnages sont : la comtesse, Lélio, Colombine, Arlequin. La scène se passe dans un parc. Lélio, trahi dans un premier amour, non seulement est devenu misanthrope, mais encore s'est juré à lui-même de fuir le beau sexe et de ne plus se laisser entraîner à aucun tendre sentiment. La comtesse, une jeune veuve, a aussi, de son côté, résolu de résister à toute séduction. Colombine feint de partager l'aversion de sa maîtresse pour les soupirants, et Arlequin épouse la querelle de son maître. Lélio et la comtesse commencent par se témoigner une froideur mutuelle tempérée toutefois par les égards que la politesse exige entre personnes distinguées. On déclare de part et d'autre qu'on s'en tiendra aux liens de l'amitié. De leur côté, Arlequin et Colombine se querellent à tout propos et en recherchent à plaisir toutes les occasions. Mais l'amitié se change insensiblement en une affection plus tendre dont les marqués sont surprises par le valet et la servante, qui prouvent à leurs maîtres qu'ils s'adorent malgré eux, les obligent à se le dire, et tout finit par le double mariage d'usage au théâtre. Le compositeur a traité cette comédie de demi-caractère avec la délicatesse qu'elle comportait, et son ouvrage est remarquable sous ce rapport. L'ouverture en forme de menuet est orchestrée avec élégance. Dans le premier acte, on distingue particulièrement la romance de Lélio : Cet or qui rayonne sur le vert gazon ; un quatuor scénique plein de finesse, l'air de Colombine : Une vipère, plein de brio, et le duo de la comtesse et de Lélio : Puisque le destin nous amène. Je signalerai dans le second acte la chanson de Colombine : Chacun connaît de Colombine le pied fripon ; l'air de la comtesse : En venant ici, Colombine, et le quatuor final. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1880]

 

 

SURPRISES (LES) ou L'ÉTOURDI EN VOYAGE

 

Opéra-comique en deux actes, livret de Sewrin, musique de Rodolphe Kreutzer. Création à l’Opéra-Comique (salle Feydeau) le 02 janvier 1806.

 

 

SURPRISES DE L'AMOUR (LES)

 

Opéra-ballet de trois entrées, paroles de Bernard, musique de Rameau, représenté à l'Académie royale de musique le 31 mai 1757. L'Enlèvement d'Adonis, la Lyre enchantée et Anacréon, tels sont les titres des trois actes de ce ballet, un des derniers ouvrages du célèbre compositeur.

 

 

SURVEILLANCE EN DÉFAUT (LA)

 

Opéra-comique en un acte, musique de Darondeau, représenté à l'Ambigu-Comique, le 13 juin

1801.

 

 

SUSPECTS (LES)

 

Opéra-comique en un acte, musique de Lemière de Corvey, représenté au théâtre Louvois, à Paris, en 1795.

 

 

SUZANNE

 

Opéra-comique en trois actes, livret de Joseph Lockroy et Eugène Cormon, musique d’Émile Paladilhe. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 30 décembre 1878, décors de Jean-Baptiste Lavastre et Philippe Chaperon, sous la direction de Jules Danbé, avec Mmes Bilbaut-Vauchelet (Suzanne), Ducasse (Éva), la petite Riché (Bob), Feitlinger (Kitty), MM. Nicot (Richard Edwin), Auguste Armand Barré (Georges Dalton), Chenevière (Barnett), Collin (Harry), Maris (Peperley), Teste (Lyonel), Nathan (Pompoussness).

 

« Quoique la pièce offre quelques scènes intéressantes, la donnée en est trop invraisemblable pour captiver le spectateur. Suzanne est une orpheline élevée chez des paysans dans une ignorance contre laquelle sa nature distinguée réagit au point de vouloir s'instruire à tout prix. Richard, jeune étudiant anglais, la rencontre et, sans en être autrement épris, consent à l'emmener suivre les cours de l'université de Cambridge à la condition qu'elle prendra des habits d'homme et le nom de Claudius. Installés tous deux dans le même logement, Richard ne tarde pas à aimer la jeune fille et à lui déclarer son amour. Celle-ci, effrayée du danger qu'elle court, reprend les habits de son sexe et veut fuir. Dalton, ami de Richard, a découvert son secret ; il prend Suzanne pour une aventurière et la signale comme telle aux étudiants. Richard défend fort mal sa protégée, qui finit par s'échapper de la taverne, au milieu d'une sorte d'orgie. Au bout de quatre années, Suzanne est devenue une tragédienne célèbre. Dalton, qui la reconnaît et veut réparer l'affront qu'il lui a fait dans la scène de l'auberge, lui offre de l'épouser. Il est pair d'Angleterre. Suzanne est disposée à accepter cet honneur. Mais Ricard, devenu officier de marine, revient sur ces entrefaites et l'emporte sur son rival dans le cœur de la tragédienne, qui consent à lui donner sa main. Les autres personnages de la pièce sont : la joyeuse servante Eva, le quaker Paterley, un financier boursouflé et ridicule et un petit domestique, dont les auteurs ont tiré un parti assez comique. La partition est meilleure que le livret et a été plus goûtée que les précédents ouvrages du compositeur. Elle renferme de jolis morceaux et a un caractère de fraîcheur et de simplicité que l'on n'attendait plus de l'auteur de l'Amour africain et du Passant. On a surtout remarqué au premier acte : un chœur de paysans, un air de Dalton, une gigue, la romance de Richard : Comme un oiseau posé sur le chemin, dans le second, la romance de Richard, la chanson d'Eva : Si j'étais garçon ; un quatuor : Elle est charmante, en vérité ; enfin, dans le dernier acte, un bon trio. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1880]

 

 

SUZANNE AU BAIN

 

Opérette, musique de Gustave Lafargue, représentée au théâtre Tivoli, en février 1872.

 

 

SUZETTE ET COLINET ou LES AMANTS HEUREUX PAR STRATAGÈME

 

Opéra-comique en un acte, paroles du chevalier de Bernainville, musique de Louis Piccinni, représenté au théâtre des Beaujolais le 25 juillet 1786.

 

 

SUZETTE, SUZANNE ET SUZON

 

Opérette en un acte, livret de Hermil (dit Milher) et Numès, musique de Tac-Coen, représentée à l’Eden-Concert en 1885.

 

 

SUZON

 

Opéra-comique en un acte, paroles de Montoyat et Sulot, musique d’I. Mulder, représenté à Rouen, sur le théâtre des Arts, en février 1898.

 

 

SYBARITES (LES)

 

Acte d'opéra, paroles de Marmontel, musique de Rameau, représenté par l'Académie royale de musique le 12 juillet 1757.

 

 

SYBARITES DE FLORENCE (LES)

 

Drame lyrique en trois actes, livret de Laffite, musique de Weber, Beethoven, Rossini, Meyerbeer, Aimon et Barbereau, arrangée par Castil-Blaze, représenté au théâtre des Nouveautés le 08 novembre 1831. Le complot ourdi par les Pazzi contre les Médicis en 1478, a fourni le sujet de cette pièce dont l'auteur, marchant sur les traces de Scribe, a rabaissé l'action au niveau d'une scène invraisemblable de mélodrame. On sait que Laurent et Julien de Médicis furent assaillis le 2 mai 1478 par une troupe de conjurés aux ordres de plusieurs familles puissantes de Florence, dans l'église de Santa-Reparata ; que Julien fut poignardé, que Laurent s'échappa, et que, le peuple étant accouru en armes à la défense des Médicis, les assassins payèrent de leur vie leur odieux attentat. L'auteur du livret a imaginé de remplacer François par un cardinal, le poignard par une machine infernale envoyée sous forme de coffret par le pape Sixte IV. Laurent doit ouvrir cette boîte en sa qualité de premier de 1'Etat. Un chevalier, qui est dans le secret et qui veut sauver Médicis, arrache la boîte de ses mains et déclare que le rang du cardinal lui confère le droit et le devoir de l'ouvrir. Celui-ci est contraint de céder et tombe foudroyé par ses propres armes. C'est aussi puéril que maladroit. Cet opéra, dont la musique avait été originairement composée par Aimon pour le théâtre de l'Odéon, avait été refusé à l'Opéra-Comique. Le directeur du théâtre des Nouveautés s'en empara ; mais pour éviter d'usurper le privilège du théâtre de la rue Monsigny, il chargea Castil-Blaze, l'intrépide arrangeur, de joindre à la partition des morceaux de Fidelio, d'Euryanthe, d'Oberon, du Crociato, de Tancredi. Grâce à cette combinaison, les Sybarites de Florence intéressèrent le public et eurent un succès peu mérité. M. Barbereau, le savant professeur au Conservatoire, a composé la musique d'un duo chanté par Damoreau et Mlle Pougaud, fille adoptive de Mlle Mars, et d'un air de ténor au dernier acte.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SYLLA

 

Tragédie lyrique en cinq actes, musique de Théobalde Gatti, représentée à l'Opéra le 16 septembre 1701.

 

 

SYLLABAIRE POUR PHÈDRE

 

Opéra de chambre en six épisodes, livret de Raphaël Cluzel et Maurice Ohana, d'après Euripide, musique de Maurice Ohana. Création au Théâtre de la Musique à Paris le 05 février 1968.

 

Première à l'Opéra-Comique (3e salle Favart) le 17 avril 1972. Mise en scène de Pierre Barrat. Décor et costumes de Bernard Daydé. 12 représentations au 31.12.1972.

 

 

SYLPHE (LE)

 

Opéra-comique en deux actes, livret d’Henri de Saint-Georges, musique de Louis Clapisson. Création à Baden-Baden le 07 août 1856. Première à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 27 novembre 1856, avec Mme Caroline Duprez, MM. Faure, Ponchard.

 

« Angèle de Senneterre a toujours cru que le monde était peuplé de gnomes et de sylphes. Elle vient d'épouser le marquis de Valbreuse, un marin qui n'est ni crédule ni sentimental. Un certain chevalier de Sainte-Laure veut profiter de cette différence d'humeur entre les époux. Angèle est sur le point d'écouter les protestations du chevalier ; mais la voix du sylphe se fait entendre et à plusieurs reprises donne de si bons conseils qu'Angèle comprend qu'elle fera bien de les suivre. Elle demande à voir les traits de ce mystérieux ami. Le sylphe y consent et se révèle enfin sous la figure du marquis de Valbreuse. C'est lui qui a tenté avec succès de guérir sa femme de ses superstitieuses hallucinations. Chaque fois que le sylphe va témoigner de sa présence, une phrase caractéristique, suave et vaporeuse se fait entendre. L'instrumentation affecte dans cet ouvrage des coquetteries raffinées. L'emploi de la harpe, des flûtes et des violons con sordini est d'un heureux effet. Nous rappellerons la chanson du veneur, le petit duo d'Angèle et du chevalier, la romance du marquis et un air chargé de vocalises brillantes. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SYLVAIN

 

[ou Silvain]

Comédie en un acte, en vers, mêlée d'ariettes, livret de Jean-François Marmontel, musique d'André Grétry. Création à l’Opéra-Comique (Hôtel de Bourgogne) le 19 février 1770, avec Joseph Caillot (Sylvain).

 

« Sylvain, fils d'un gentilhomme, a épousé par inclination une femme de basse extraction, mais vertueuse. Il en a eu deux filles, dont l'une est promise au fils d'un riche laboureur. Sylvain, quoique depuis longtemps exilé de la maison paternelle par suite de sa mésalliance, va chasser sur la terre du gentilhomme ; il est arrêté par des gardes-chasse. Sa femme et ses filles vont se jeter aux pieds du seigneur pour demander sa grâce ; ce qui amène une scène de réconciliation et de pardon. Sur ce livret, d'une assez pauvre conception, Grétry a écrit une de ses meilleures partitions. L'ouverture en ut, avec un assez joli motif en fa, n'est pas inférieure à celle de l'Epreuve villageoise. Nous citerons l'air d'Hélène en sol : Nos cœurs cessent de s'entendre, suivi du monologue de Sylvain, qui ne manque pas de puissance et d'originalité : Je puis braver les coups du sort ; le chœur des gardes-chasse ; le duo d'Hélène et Sylvain : Dans le sein d'un père, qui est le morceau le mieux traité de l'ouvrage. Grétry en a fixé les accents principaux d'après les avis et la déclamation de la célèbre Mlle Clairon. Le trio entre Lucette, Pauline et Dolmon : Venez, venez vivre avec nous, est écrit trop haut pour le soprano. Le baryton Cailleau [Joseph Caillot] chanta avec succès le rôle de Sylvain. Cet opéra eut autant de succès que Lucile, du même compositeur. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SYLVANA

 

Drame lyrique en quatre actes, livret de Mestepès et Wilder, musique de Carl Maria von Weber ; représenté au Théâtre-Lyrique (Athénée) en avril 1872. Cette œuvre de la jeunesse de Weber [Silvana, opéra allemand en trois actes, livret de Franz Carl Hiemer, créé à Francfort-sur-le-Main le 16 septembre 1810] a subi plusieurs transformations. Celle-ci est la plus complète et se compose plutôt d'une pièce dans laquelle on a introduit des morceaux de musique du maître que d'un ouvrage dramatique sorti de son imagination. Le sujet a toute la simplicité d'une légende. Le duc Mathias, soupçonnant son fils Rodolphe d'être le fruit d'un adultère, l'a chassé de ses domaines ; il veut faire épouser sa nièce Hélène au comte Albert ; Rodolphe revient à ce moment et réclame ses droits ; en outre, il aime Hélène ; le duc le chasse de nouveau ; mais Sylvana, la muette des bois, fait parler le bohémien Melchior qui dissipe les doutes de Mathias; Rodolphe, réconcilié avec son père, va épouser Hélène ; quant à Sylvana, elle aussi aime Rodolphe, et plutôt que d'accorder sa main au bohémien qui la réclame, elle se précipite dans un abîme. Le premier acte est le plus remarquable ; l'air de Rodolphe, la romance du comte Albert sont dignes de l'auteur du Freischütz ; les autres actes manquent d'unité. On comprend qu'il y a eu là des interpolations, des additions, des arrangements arbitraires. Le grand finale du troisième acte n'a pas produit l'effet désirable. Le chœur des bûcherons au quatrième est original et a été entendu avec plaisir. Chanté par du Wast, Caillot, Neveu, Mlles Balbi et Douau. Les rôles de Sylvana et de Melchior ont été joués par Mlle Pallier et Clément-Just.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1872]

 

 

SYLVETTE

 

Opérette en trois actes, livret de René Peter et Michel Carré fils, lyrics de Claude Rolland, musique d'Henry Février et Marc Delmas. Création au Trianon-Lyrique le 17 février 1932.

 

"Un jeune banquier, Octave de Pontaubert, descend en montgolfière dans le jardin d'un pensionnat de jeunes filles, et s'éprend de la jeune Sylvette. Mais celle-ci, fière et indépendante, méprise les écus du banquier. Par amour, Octave se fera pauvre et parviendra à vaincre l'entêtement de Sylvette. La partition qu'ont écrite sur cette agréable pièce Henry Février et Marc Delmas est pleine d'entrain et de charme. Le regretté compositeur que fut Marc Delmas ne manquait pas d'invention ; mis en face d'un sujet léger, il a pu se laisser aller à sa verve créatrice. De même Henry Février ne s'est plus cru obligé de forcer son talent. Le savoir des harmonistes et des orchestrateurs est employé librement, sans pédanterie, mais avec une sûreté parfaite ; et ainsi cette nouvelle opérette se classe dans la lignée de Ciboulette et de Véronique.Un jeune banquier, Octave de Pontaubert, descend en montgolfière dans le jardin d'un pensionnat de jeunes filles, et s'éprend de la jeune Sylvette. Mais celle-ci, fière et indépendante, méprise les écus du banquier. Par amour, Octave se fera pauvre et parviendra à vaincre l'entêtement de Sylvette. La partition qu'ont écrite sur cette agréable pièce Henry Février et Marc Delmas est pleine d'entrain et de charme. Le regretté compositeur que fut Marc Delmas ne manquait pas d'invention ; mis en face d'un sujet léger, il a pu se laisser aller à sa verve créatrice. De même Henry Février ne s'est plus cru obligé de forcer son talent. Le savoir des harmonistes et des orchestrateurs est employé librement, sans pédanterie, mais avec une sûreté parfaite ; et ainsi cette nouvelle opérette se classe dans la lignée de Ciboulette et de Véronique." (Larousse Mensuel Illustré, 1932)

 

 

SYLVIE

 

Opéra en trois actes, avec un prologue, livret de Pierre Laujon, musique d'Antoine Trial et Pierre Montan Berton, représenté à Fontainebleau le 17 octobre 1765 et au Théâtre de l'Opéra le 18 novembre 1766. => partition

 

 

SYLVIE

 

Opéra-comique en un acte, livret de Jules Adenis et Jules Rostaing, musique d’Ernest Guiraud. Création à l'Opéra-Comique (2e salle Favart) le 11 mai 1864.

 

Première à la Monnaie de Bruxelles le 04 novembre 1864 avec Mlle Faivre (Sylvie), MM. Prunet (Germain), Danglès (père Jérôme).

 

« On dirait qu'il existe à l'usage des compositeurs, anciens prix de Rome, un magasin théâtral surabondamment pourvu de livrets inoffensifs, rapetassés, écrits à l'encre de la petite vertu, dissimulant mal leur âge, comme il y a chez le costumier de vieilles défroques auxquelles on donne un coup de brosse avant de les mettre sur le dos des comparses. Pauvres lauréats surnuméraires ! Ils attendent avec intrépidité, ils attendent longtemps, sinon toujours, et, affamés, qu'ils sont, ils acceptent le pain de seigle qu'on leur distribue en un jour de libéralité. Sylvie devait s'appeler les Lunettes du parrain. Le père Jérôme les a reçues de Sylvie le jour de sa fête. A travers ces besicles il trouve Sylvie charmante, et veut l'épouser malgré elle. Que font les deux amants ? car il y a naturellement un jeune amant. Pour ramener le vieux parrain à la raison, ils tirent d'un bahut ses habits de noces, gardés précieusement, s'en affublent, et se présentent sous ce travestissement aux yeux de Jérôme. C'est sans doute la chanson de Monsieur et madame Denis qui a donné la note aux librettistes. Jérôme est attendri à ce spectacle qui lui rappelle des souvenirs effacés de sa mémoire, et il consent à l'union des jeunes gens. La musique, écrite par M. Guiraud sur ce canevas, est fort jolie. On y remarque un bon trio, l'air de Jérôme : Nous avons ri ! qui est une imitation bien réussie du style ancien, et les couplets gracieux de Sylvie. Cet ouvrage a été parfaitement interprété par Sainte-Foy, Ponchard et Mlle Girard. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

SYLVIUS NERVA ou LA MALÉDICTION PATERNELLE

 

Opéra, musique de Lemoyne, écrit à la fin du XVIIIe siècle. Inédit et non représenté.

 

 

SYMPHONIE (LA) ou MAÎTRE ALBERT

 

Opéra-comique en un acte, livret d’Henri de Saint-Georges, musique de Louis Clapisson. Création à l'Opéra-Comique (salle de la Bourse) le 12 octobre 1839. Un compositeur nommé Albert, fait exécuter une symphonie à la cour du duc d'Oldenbourg. La duchesse, fille de ce dernier, échange quelques paroles avec un jeune seigneur, son fiancé, pendant l'exécution du morceau. Albert, qui est épris de cette duchesse, s'en aperçoit ; le bâton de mesure lui échappe des mains. Le duc apprend la cause de son émotion et le fait jeter en prison. Le malheureux artiste devient fou. Ce n'est qu'après plusieurs années qu'il recouvre sa raison, en entendant quelques mesures de cette symphonie fatale. Il est inutile d'ajouter que par reconnaissance la belle duchesse lui accorde sa main. La partition est élégante et l'orchestration offre d'heureux effets. Les morceaux les plus applaudis sont les nocturnes : Sans espérance, aimer toujours, chanté par Mocker et Mlle Rossi, et la grande scène chantée par Marié, qui a débuté dans cette pièce.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Encylopédie     © l’Art Lyrique Français