Adèle de Ponthieu

 

 

 

 

Tragédie lyrique en trois actes, livret de Jean-Paul-André RAZINS, marquis de SAINT-MARC, musique de Pierre Montan BERTON et Benjamin de LABORDE.

 

 

   livret

 

 

Création au Théâtre de l'Opéra (2e salle du Palais-Royal) le 01 décembre 1772. Mise en cinq actes en 1775.

 

 

 

personnages créateurs
Adèle, fille du comte Mmes Sophie ARNOULD
Alise, confidente d'Adèle de CHÂTEAUNEUF
une Bergère BEAUMESNIL
une Jongleuse
Guillaume, comte de Ponthieu MM. Henri LARRIVÉE
Alphonse, chevalier étranger Nicolas GÉLIN
Raymond de Mayenne, parent du comte et simple écuyer Joseph LEGROS
Juges du camp CASSAIGNADE, DE LA SUZE, CAVALIER, MÉON
un Berger DURAND
Danse Mlles ALLARD, GUIMARD, HEINEL ; MM. DAUBERVAL, GARDEL
Cour du Comte, Chevaliers, Ecuyers, Roi d'armes, Héraults, Officiers des lices, Ménétriers, Peuple, Jongleurs, Jongleuses, Bergers, Bergères, Pastres, Pastourelles  

 

 

 

 

Ce sujet chevaleresque, quoique très goûté des littérateurs à cause sans doute de sa ressemblance avec le Tancrède de Voltaire, ne réussit point aux compositeurs qui le traitèrent. Reprise le 27 octobre 1781, en cinq actes, avec une nouvelle musique de Piccinni, puis réduite à trois actes, cette tragédie ne se releva point. Le compositeur ne trouva que de froides inspirations lorsqu'à deux fois différentes il traita ce poème.

(Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869)

 

Le sujet d'Adèle de Ponthieu était d'une hardiesse extrême sur cette scène archisainte de l'Opéra, où l'on ne pouvait représenter que les Dieux de l'Olympe ou les héros de la Mythologie. Aussi le succès ne fut pas trop vif. L'auteur agrandit plus tard son ouvrage et le refit entièrement pour le mettre en cinq actes. Les deux compositeurs écrivirent presque une nouvelle partition (c'est celle que possède la Bibliothèque de l'Opéra).

(Théodore de Lajarte, Bibliothèque musicale du Théâtre de l'Opéra, 1878)

 

 

 

 

 

Encylopédie