Don Quichotte

 

 

 

Une scène de Don Quichotte d'Ernest Boulanger lors de la création au Théâtre-Lyrique le 10 mai 1869, dessin de Gustave Janes

 

 

Opéra-comique en trois actes, livret de Jules BARBIER et Michel CARRÉ, musique d'Ernest BOULANGER.

 

   livret

 

 

Création au Théâtre-Lyrique (place du Châtelet) le 10 mai 1869.

 

 

 

personnages emplois créateurs
la Duchesse   Mmes PRIOLA
Alonza, fille de Sancho   DUVAL
Thérèse Pança, femme de Sancho   DUCASSE
Maritorne, servante   Cécile DENAULT
une Négresse    
Don Quichotte basse MM. Alfred GIRAUDET
Sancho Pança baryton MEILLET
le bachelier Carrasco   VERDELET
Basile, muletier   RAOULT
l'Hôtelier   GABRIEL
un Berger   GUYOT
Sanchico, fils de Sancho personnage muet  
un Nain personnage muet  
Muletiers, Seigneurs, Paysans, Valets, etc.    

 

 

 

 

 

Création de Don Quichotte d'Ernest Boulanger au Théâtre-Lyrique de la place du Châtelet le 10 mai 1869

 

 

 

 

 

On a remarqué le duo du sommeil, les couplets de Sancho et l'air de Dulcinée.

(Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1876)

 

L'abbé de Laporte, annaliste théâtral, écrivait, il y a déjà un siècle : « On a remarqué que les Don Quichotte et les Sancho n'ont jamais fait grande fortune au théâtre ». Mais les poètes dramatiques, bien avertis du mauvais sort qui s'attachait à leur besogne de dépeçage, ne se sont pas découragés. Ils ont continué à promener leurs ciseaux à travers les pages du roman de Cervantès et sans jamais réussir à transborder l'esprit du livre sur la scène. Les musiciens n'ont pas été plus heureux. Il n'en existe pas moins un nombre considérable d'opéras, d'opéras-comiques et de ballets inspirés de Don Quichotte. A ne citer que les principaux, en les désignant par le nom du compositeur, leur date et le lieu où ils ont été représentés, nous avons cette liste déjà longue : Foertsch (en Allemagne, 1690) ; Purcell (Londres, 1694) ; Gilliers (Paris, Foire Saint-Laurent, 1727) ; Boismortier (Paris, Opéra, 1743) ; Philidor (Paris, Comédie-Italienne, 1762) ; Miati (Venise, 1810) ; Bochsa (Paris, Opéra-Comique, 1815) ; Mendelssohn (Berlin, 1824) ; Mercadante (Paris, Odéon, 1825) ; Mazzucato (Milan, 1836) ; Macferren (Londres, 1846) ; etc. Il faut compter encore les Noces de Gamache, ballet de Lefèvre, qui se dansait à l’Opéra le soir même où était assassine le duc de Berri. Le Don Quichotte du Théâtre-Lyrique fut accueilli avec bienveillance, sinon avec faveur. La pièce était dénuée d’intérêt et de mouvement ; elle ne présentait qu'une série de scènes mal cousues les unes aux autres, et qui passaient devant l’œil du spectateur comme des verres de lanterne magique. La partition de M. E. Boulanger (prix de Rome de 1835) ne manquait ni de grâce, ni de gaîté, mais elle ne put compenser les défauts du livret. Distribution : la Duchesse, Mlle Priola ; Sancho (sur son âne), Meillet ; Don Quichotte (à pied), Giraudet ; etc.

(Albert de Lasalle, Mémorial du Théâtre-Lyrique, 1877)

 

 

 

 

 

Encylopédie