Enchantement !

 

couverture de la partition, illustration d'Eugène Grasset

 

Mélodie, poésie de Jules Victor Antoine RUELLE (13.Marseille, 29 octobre 1834 – 75010.Paris, 23 août 1892), musique de Jules MASSENET (1890), d'après les Phéniciennes, 4e mouvement du ballet de son opéra Hérodiade.

 

 

 

              

 

 

 

Comme un rayon qui luit,
Toi, qui viens dans la nuit,
Beauté qui m'as séduit
Et dont mon cœur chérit l'image,
Es-tu l'ange gardien,
Mystique et doux lien ?
Es-tu l'almée, ou bien
Un adorable et vain mirage ?
Es-tu le désespoir
Insensible à la plainte ?
Viens-tu du gouffre noir
Ou de la sphère sainte ?
Qu'importe ! En te cherchant,
Dans un rêve enivrant,
Mon cœur charmé plane et t'implore.
Ange, Sylphe ou Péri,
Ô toi qui m'as souri,
Qui donc es-tu ?
Je n'en sais rien, mais je t'adore !

Pendant les soirs d'été,
Que de fois j'ai chanté !
Vaporeuse beauté,
Toujours tu gardes le silence.
Pourtant l'ardent soupir
Des fleurs et du zéphyr
Et le ciel de saphir,
Tout me révèle ta présence.
Parfois je fus ravi,
Croyant voir ton sourire
Éclairer l'infini...
Ah ! j'étais en délire !
Etends mon cri d'amour !
Ne fût-ce qu'un seul jour,
Viens près de moi, viens, je t'implore.
Que m'importe ton nom !
Ange, Sylphe ou démon,
Je suis à toi,

Viens, je t'appelle, je t'adore !
 

 

 

 

 

Enchantement !

Emma Calvé, soprano, avec piano

Disque Pour Gramophone 3283, enr. à Londres en 1902

 

 

    

 

Enchantement !

Louis Lynel, baryton, avec Orchestre dir André Cadou

Odéon 166191, mat. KI 2313-2, enr. le 03 juillet 1929

 

 

 

 

 

Encylopédie