la Petite Fonctionnaire

 

 

 

Comédie musicale en trois actes, livret de Xavier Marie ROUX (05.Veynes, 15 octobre 1850* –), d'après la Petite Fonctionnaire, comédie en trois actes (Théâtre des Nouveautés, 25 avril 1901) d'Alfred CAPUS, musique d'André MESSAGER.

 

   partition

 

 

 

Création à Paris, au Théâtre Mogador le 14 mai 1921 ; mise en scène d'E. Berny.

 

Reprise au Trianon-Lyrique le 19 mai 1922.

 

 

 

personnages créateurs
Suzanne Mlles Edmée FAVART
Riri Yanne EXIANE
Mme Lebardin Louise MARQUET
Mme Pagenel Renée LAUNAY
Première Invitée KERVAN
Deuxième Invitée Marguerite de BUSSON
Troisième Invitée GRANDI
Une Dame RULLIÈS
Auguste (travesti) Renée CLÉDEN
le Vicomte MM. Henry DEFREYN
M. Lebardin Louis MAUREL
M. Pagenel Félix BARRÉ
Un Monsieur FRANCELLI
Chef d'orchestre Paul LETOMBE

 

 

 

morceaux séparés aux éditions Choudens

 

Catalogue des morceaux

 

Acte I

  Ouverture    
01 Chœur Ah ! regardons couler la Loire les Invitées
02 Duo Cinquante ans, c'est l'âge admirable Lebardin, Pagenel
03 Couplets C'était une modiste blonde Lebardin
04 Ensemble Pour tuer la longueur de cet après-midi Mme Pagenel, les Invitées
05 Entrée du Vicomte Bonjour, Monsieur le Vicomte les Invitées, le Vicomte
06 Rondeau Je suis la petite fonctionnaire les Invitées, Suzanne
07 Duo Hé là Monsieur, tout doux Suzanne, le Vicomte
08 Air Oui vraiment, c'est à n'y pas croire Lebardin
09 Final Mademoiselle Suzanne ! Lebardin, Suzanne

Acte II

10 Chœur Poste restante. Poste restante. les Chœurs, un Monsieur, Riri, une Dame
11 Duo Je suis vexé, veuillez m'en croire Suzanne, le Vicomte
12 Couplets Le métier de téléphoniste Riri
13 Duo O mon Auguste ! Riri, Auguste
14 Duo Ma chère, vous me faites rire Suzanne, Riri
15 Rondeau L'amour, ah ! dans quel trouble Suzanne
16 Air J'ai l'honneur de vous faire part le Vicomte
Duo Que pensez-vous de cette lettre ? le Vicomte, Suzanne
17 Final Ah ! quel bonheur Lebardin, Pagenel, Suzanne, Riri, Auguste, les Chœurs

Acte III

18 Chœur Marchant toujours, c'est nous les Chœurs
18 bis Danses I. One-step — II. Tango — III. Shimmy  
19 Couplets Lorsque j'étais célibataire le Vicomte
20 Duetto Pstt ! je fais signe au chauffeur Suzanne, Lebardin
21 Romance Je regrette mon Pressigny Suzanne
22 Trio Je suis pincé ! c'était forcé ! Mme Lebardin, Lebardin, Pagenel
23 Petit Chœur Vite, monsieur, rentrez chez vous les Chœurs
24 Duo, Ensemble et Final Oui, votre amour était sincère Suzanne, le Vicomte, Lebardin et tous les Personnages

 

 

 

 

Nous ne croyions pas, à vrai dire, que cette aimable comédie fût impérieusement destinée à devenir « musicale ». Il a fallu pour cela l'étirer et la bourrer tour à tour, soit en alanguissant l'action, soit en y insérant des hors-d’œuvre. Mais qui songerait à s'en plaindre, dès que la musique est de M. Messager ?

 

Informons toutefois ceux qui n'assistèrent pas aux débuts de la petite employée des postes, télégraphes et téléphones, qu'elle est courtisée et presque compromise par le quinquagénaire, aussi sage que mal conservé, qu'est M. Lebardin, mais que son pur et juvénile amour pour le naïf et agréable vicomte de Lemblin sera néanmoins couronné au dernier acte. Autour de ces trois protagonistes évoluent des seigneurs de moindre importance : Mme Lebardin, femme autoritaire et sèchement jalouse ; M. Pagenel, viveur par conviction qu'interrompent des accès de goutte ; Mlle Riri, auxiliaire des postes, etc. (voir plus haut), qui tombe dans les bras d'un petit télégraphiste fort avancé pour son âge ; enfin, gens du monde retirés à Pressigny, habitués de music-hall, barman, barmaid, tout ce qui, en un mot, constitue la bonne société.

 

Naturellement, cette comédie sans prétentions (nous l'espérons, du moins) est farcie d'invraisemblances : le vicomte a épousé une femme qui le trompe six heures avant la bénédiction nuptiale, alors que dans la réalité c'eût été six heures plus tard ; — puis l'on nous présente un bureau de poste d'une méticuleuse propreté et des employées empressées et polies à l'égard du public, ce qui rentre dans le domaine du conte bleu, d'autant plus qu'une communication téléphonique est obtenue immédiatement après avoir été demandée...

 

Mais il y a la musique ! Et l'auteur de Véronique pouvait seul écrire cette partition tour à tour comique et sentimentale, amusante et poétiquement attendrie. Qu'il chante la profession de foi de « la petite fonctionnaire », ou les regrets du vicomte, ou le supplice de Riri en écoutant les excitants entretiens que lui confie le téléphone, ou encore les potins de Pressigny ; qu'il écrive, enfin, le duo d'amour du second acte, ou le pétillant duo bouffe du troisième, dans lequel les mouvements des taxis et des ascenseurs tour à tour sont célébrés, chantés, mimés ; partout enfin nous retrouvons cette abondance d'inspiration, la légèreté de main, les idées neuves, le coloris orchestral toujours juste, précis et attrayant. M. Messager est en vérité un surprenant magicien, dont les fines mélodies et les harmonies chatoyantes semblent éclairées par la lampe d'Aladin.

 

La petite fonctionnaire, c'est Mme Edmée Favart, avec son charme, sa grâce, sa verve accoutumés. M. Louis Maurel est un excellent Lebardin, bon comédien doublé d'un chanteur sûr. M. Henry Defreyn prête sa voix sympathique et son jeu intelligent au personnage du vicomte. Mlle Exiane serait une parfaite Riri si elle possédait une voix moins acidulée. Enfin M. Félix Barré, Mme Louise Marquay et Renée Launay complètent, selon la formule, un très satisfaisant ensemble.

 

L'exécution orchestrale, fort louable, fut dirigée par M. Paul Letombe, qui pourrait, sans inconvénients, se livrer à une mimique moins passionnée. Enfin, la mise en scène est tout à fait réussie. Elle donne envie de se retirer à Pressigny en qualité de receveur des P. T. T.

 

(René Brancour, le Ménestrel, 20 mai 1921)

 

 

 

 

 

 

Acte III. Romance "Je regrette mon Pressigny"

Fanély Revoil (Suzanne) et Orchestre dir Marcel Cariven

enr. vers 1934

 

 

 

 

 

Encylopédie