Albert ALVAREZ

 

Albert Alvarez dans Sigurd (Sigurd)

 

Albert Raymond GOURRON dit Albert ALVAREZ

 

ténor français

(20 rue Calvimont, Cenon-Labastide [auj. Cenon], Gironde, 16 mai 1861* Paris 15e, 27 janvier 1933*)

 

Fils de Jean Gustave GOURRON (1832 –), charcutier puis contrôleur de boucherie, et de Marie Eulalie AMOUROUX (1844 –).

Epouse 1. à Marseille, Bouches-du-Rhône, le 22 avril 1891* Marie Thérèse Emilie Magdeleine FERCHAT (Digne, Alpes-de-Haute-Provence, 10 novembre 1873* av. 1910).

Epouse 2. à Paris 3e le 17 janvier 1910 Hélène BENJAMIN (– ap. 1933).

 

 

Il fut d'abord musicien militaire, et tenait l'emploi de cornet au café-concert de la Pépinière, lorsqu'on l'engagea à tirer parti de sa superbe voix de ténor. Il travailla dans ce but et, après s'être produit à Lyon d'abord, à Marseille ensuite, il fut engagé à l'Opéra, où il débuta avec un immense succès dans Faust le 14 mars 1892. Sa voix claire et puissante et ses heureuses qualités de comédien lui valurent la faveur du public, et Alvarez prit possession successivement de tous les rôles du répertoire, jouant tour à tour : Roméo et Juliette, Lohengrin, Samson et Dalila, la Walkyrie, Tannhäuser, Aïda, Rigoletto, la Favorite, Sigurd, les Huguenots, Patrie !, le Cid, le Prophète, etc. En même temps, il en créait de nombreux dans : Thaïs, la Montagne noire, Frédégonde, Hellé, Messidor, les Maîtres chanteurs de Nuremberg, Astarté, les Barbares. Entre temps, Alvarez se produisait à Londres, au théâtre Covent-Garden, dans le répertoire italien. Un différend, qui s'éleva entre lui et l'administration de l'Opéra, lui fit quitter ce théâtre et accepter un engagement pour l'Amérique, où il fut accueilli avec enthousiasme. De retour en France, il donna une série de représentations à l'Opéra-Comique, où il joua Carmen (Don José) et Manon (Des Grieux), puis enfin il rentra à l'Opéra. Ses dernières apparitions parisiennes eurent lieu à la Gaîté-Lyrique en 1910 dans le Prophète (Jean) et Martha (Lionel).

En 1891, il habitait 79 cours Pierre Puget à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; en 1895, 38 rue de la Muette à Maisons-Laffitte (Yvelines). En 1902, il se fit construire un hôtel particulier de style néo-gothique par l'architecte Albert Sélonier au 23 ter boulevard Berthier à Paris 17e. Il est décédé en son domicile, 147 avenue de Suffren à Paris 15e.

 

 

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra de Paris

 

Il a débuté dans Faust (Faust) le 14 mars 1892.

 

Il a chanté Roméo et Juliette (Roméo, 1892) ; Lohengrin (Lohengrin, 1892) ; Samson et Dalila (Samson, 1893) ; la Walkyrie (Siegmund, 1893) ; Tannhäuser (Tannhäuser, 1895) ; Aïda (Radamès, 1895) ; la Favorite (Fernand, 1896) ; Sigurd (Sigurd, 1896) ; les Huguenots (Raoul, 1897) ; le Prophète (Jean, 1898) ; Patrie ! (Kerloo, 1900) ; le Cid (Rodrigue, 1900) ; Othello (Othello, 1903) ; le Trouvère (Manrique, 1904) ; Paillasse (Canio, 1906) ; Salammbô (Mathô, 1906).

 

Il participa à la première à l'Opéra, le 10 novembre 1897 des Maîtres chanteurs de Nuremberg (Walther) de Richard Wagner [version française d'Alfred Ernst] ; le 11 décembre 1904 de Tristan et Isolde (Tristan) de Richard Wagner [version française d'Alfred Ernst].

 

Il créa le 16 mars 1894 Thaïs (Nicias) de Jules Massenet ; le 08 février 1895 la Montagne noire (Mirko) d'Augusta Holmès ; le 18 décembre 1895 Frédégonde (Merowig) d'Ernest Guiraud ; le 24 avril 1896 Hellé (Jean) d'Alphonse Duvernoy ; le 19 février 1897 Messidor (Guillaume) d'Alfred Bruneau ; le 23 décembre 1898 la Burgonde (Gauthier) de Paul Vidal ; le 15 février 1901 Astarté (Hercule) de Xavier Leroux ; le 17 avril 1904 le Fils de l'Etoile (Bar-Kokéba) de Camille Erlanger.

 

 

Sa carrière à l'Opéra-Comique

 

En représentation, il a chanté Carmen (Don José) le 02 octobre 1902, et Manon (Des Grieux) le 16 octobre 1902.

 

 

 

 

Albert Alvarez dans Faust (Faust) à l'Opéra en 1904

 

 

 

 

Albert Alvarez dans le 1er acte de Faust (Faust)

 

 

 

Albert Alvarez dans les autres actes de Faust (Faust)

 

 

 

 

 

Albert Alvarez dans les Maîtres Chanteurs de Nuremberg (Walther)

 

 

 

Ancien sous-chef de musique dans un régiment de ligne, chanta d'abord à Lyon et à Marseille, sous la direction Campo-Casso ; il débuta à l'Opéra en 1892 dans Faust, et chanta depuis Roméo et Juliette, Samson et Dalila ; créa Nicias de Thaïs, et Mirko de la Montagne noire. Après une brillante année à Londres, cet excellent artiste a chanté à l'Opéra Tannhäuser et Lohengrin. Sa création de Mérowig, de Frédégonde, l'a placé désormais au premier rang des artistes de l'Opéra. — Créateur de Jean de Brienne, dans Hellé, et de Guillaume dans Messidor. — Voix chaude et pénétrante ; beau cavalier. Alvarez possède toutes les qualités désirables chez un premier ténor.

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

 

 

 

 

Albert Alvarez dans le Prophète (Jean) à l'Opéra en 1905

 

 

 

Alvarez à la Compagnie Pathé (Emile Gautier, le Phonographe, 1905)

 

 

 

Tout récemment enfin, M. Alvarez, ténor de l'Opéra, assignait le journal Comœdia en 100.000 francs de dommages-intérêts. Il se plaignait d'une série d'articles qu'il estimait constituer contre lui une campagne d'hostilité systématique, et fixait à cette somme le montant du préjudice que leur publication lui avait fait subir. Il se fondait en particulier sur un article paru dans le numéro du 10 octobre 1907 et qui l'attaquait dans les termes suivants : « On m'affirme que la prochaine direction s'est assuré le concours de M. Alvarez à des conditions exorbitantes ; ce serait une faute et une maladresse. Je refuse d'y croire ; si l'engagement est signé, le public se chargera, j'espère, de le faire résilier. Au besoin, je l'y aiderai, par haine du faux art. » Le Tribunal Civil de la Seine devant qui l'affaire fût portée, retint le fait, tout en consacrant les droits de la critique : « Si, dit-il dans son jugement, il importe de maintenir hors d'atteinte les droits de la critique, et si, d'autre part, les artistes, en se consacrant au théâtre, doivent faire abandon de toute susceptibilité et se résigner à être l'objet des appréciations les plus diverses, fussent-elles des plus acerbes, fussent-elles même injustes, cette critiqué ne saurait toutefois s'exercer sans contrôle et sans limites, et dépasser le but qu'elle poursuit. » Et il considérait avec raison que le fait d'exciter la nouvelle direction d'un théâtre à ne pas signer, ou à résilier, s'il était déjà contracté, l'engagement d'un artiste, avec la promesse d'un appui personnel, excédait ces limites. Il reconnaissait d'autre part que les divers articles désobligeants pour le demandeur, autres que celui du 10 octobre, joints au fait d'avoir désigné M. Alvarez dans les programmes de l'Opéra, sous son nom patronymique : Albert Raymond Gourron, dit Alvarez, « constituaient par leur ensemble une sorte de dénigrement systématique qui lui avait causé un préjudice moral incontestable. » Et, sur ce point, il semble que le jugement se soit contredit lui-même en venant limiter un droit que, plus haut, il jugeait absolu sur le talent de l'artiste. Comment en effet est-il possible d'incriminer divers articles parce qu'on les considère en bloc alors qu'isolément, ils sont inattaquables ? Faudra-t-il donc que le critique mécontent d'un acteur ne donne son opinion sur lui qu'une fois sur deux, et que, pour faire passer le blâme, il lui prodigue des éloges qu'il ne pense pas ? L'intention malveillante qui, sans aucun doute, peut servir de base à une plainte, en dehors de toute diffamation et de toute injure, ne paraît pas ici suffisamment prouvée. Mais l'article du 10 octobre pouvait à lui seul fonder une condamnation. Le journal dut payer à M. Alvarez 1.500 francs à titre de dommages-intérêts, et faire les frais de l'insertion du jugement dans quatre journaux de Paris (Trib. de la Seine, 9 janvier 1908 ; Gaz. Trib., 12 janvier 1908).

(Max Buteau, le Droit de Critique en matière littéraire, dramatique et artistique, 1910)

 

 

 

 

Albert Alvarez dans les Huguenots (Raoul)

Albert Alvarez dans Thaïs (Nicias)

 

 

 

Il a tenu, à l'Opéra de Paris, pendant une quinzaine d'années, une place des plus remarquables, entre Jean de Reszké et Ernest Van Dyck. Découvert, par la grande cantatrice Nellie Melba, en province, où il chantait depuis plusieurs années, après avoir appartenu, comme instrumentiste, à des musiques militaires et divers orchestres, il débuta le 14 mars 1892, sur notre première scène. C'était un superbe ténor, de haute taille, de beau visage, doué d'une voix puissante, surtout dans le médium, dont le timbre était particulièrement riche. Il lui fallait, pour être mis en pleine valeur, des rôles de prestance, représentatifs, somptueux. Le répertoire lui en apportait plus d'un, qui lui ménagèrent de magnifiques succès. Faust fut le premier ; puis vinrent Roméo et Juliette, Lohengrin, Samson et Dalila, la Walkyrie, Tannhäuser, Aïda, Rigoletto, la Favorite, Sigurd. A vrai dire, et malgré de très belles qualités, il décevait trop souvent par son sans-gêne avec les rythmes et la vérité d'expression. Aussi, quoi qu'on ait dit, les héros de Wagner lui convenaient mal, et seul, le personnage de Walther des Maîtres Chanteurs, qu'il créa ici (1897), garde de lui un souvenir inoubliable d'ampleur et de beauté.

Sa première création fut le petit rôle de Nicias, dans Thaïs, en 1894. L'année suivante, il fut Mirko dans la Montagne Noire, d'Augusta Holmès, éphémère succès, et Merowig dans Frédégonde, de Guiraud (achevé par Saint-Saëns), qui ne fut pas plus heureuse. De même encore, en 1896, Jean dans Hellé, d'Alphonse Duvernoy. Mais, en 1897, Raoul des Huguenots, et surtout, en 1898, Jean, du Prophète, furent de vrais triomphes. Il venait alors de créer, coup sur coup, le beau Guillaume du Messidor d'Alfred Bruneau, très lyrique évocation (1897) et le rude Gautier de la Burgonde, de Vidal (1898). Les reprises de Patrie (Karloo), du Cid (Rodrigue), d'Othello, où il fut d'un pittoresque achevé, du Trouvère (Manrique) et de Salammbô (Mathô), ne furent pas moins favorables à ce laborieux artiste. Voici encore deux créations : celle d'Hercule dans Astarté, de Xavier Leroux (1901), et celle de Bar-Koleba dans le Fils de l'étoile, de Camille Erlanger (1904). La dernière fut celle de Tristan dans Tristan et Isolde (à la fin de la même année), mais elle parut moins heureuse : il fallait à Alvarez des rôles « en dehors » et non concentrés. On l'entendit encore plusieurs années sur cette scène, jusqu'en 1907 ; mais déjà il avait commencé à voyager, à se faire entendre en Amérique et à Londres — où il créa la Navarraise, de Massenet (rôle d'Araquil) et Amy Robsart, d'Isidore de Lara (rôle de Leicester). On se souvient encore, en 1902, c'est-à-dire pendant son engagement à l'Opéra, de quelques représentations de Carmen et de Manon, données à l'Opéra-Comique, où sa voix puissante n'était pas sans écraser un peu son entourage. Il semblait avoir pris une retraite définitive quand les saisons de la Gaîté en théâtre lyrique (sous la direction des frères Isola) l'engagèrent à paraître encore. On remonta pour lui Martha, de Flotow, dans le rôle de Lionnel qui avait, disait-il, marqué, en province, ses premiers pas dans la carrière.

Il se retira ensuite et s'installa dans une petite propriété aux environs de Nice.

(Henri de Curzon, Larousse mensuel n°319, septembre 1933).

 

 

 

 

 

hôtel particulier d'Albert Alvarez, au 23 ter boulevard Berthier à Paris 17e

 

 

 

 

Discographie

 

N° enregistrem. N° catalog. 29 cm Réédition en 80 tours Date d'enregistr. Compositeur Librettistes Œuvre  Extrait Interprètes Accompagnement

 MAPLESON cylindres (New York)

      19/02/1902 MASSENET (Jules) Gallet, D'Ennery & Blau CID (LE) "O noble lame étincelante" ALVAREZ, BRÉVAL, ADAMS, GILIBERT, JOURNET, E. DE RESZKÉ & Chœurs Orchestre du Metropolitan Opera de New York
      04/02/1903 GOUNOD (Charles) Jules Barbier & Michel Carré FAUST "Il t'aime" ALVAREZ, ADAMS, E. DE RESZKÉ Orchestre du Metropolitan Opera de New York
      04/02/1903 GOUNOD (Charles) Jules Barbier & Michel Carré FAUST "Dieu bon, je suis à toi, pardonne!" ALVAREZ, ADAMS, E. DE RESZKÉ Orchestre du Metropolitan Opera de New York
      07/02/1903 LEONCAVALLO (Ruggero)   I PAGLIACCI "A ventitrè ore!" ALVAREZ, REISS, SCOTTI & Chœurs Orchestre du Metropolitan Opera de New York
      18/02/1903 GOUNOD (Charles) Jules Barbier & Michel Carré FAUST "Médaille maudite" ALVAREZ, BAUERMEISTER, CAMPANARI, E. DE RESZKÉ & Chœurs Orchestre du Metropolitan Opera de New York

 PATHE saphir (Paris) cylindres et disques 90 tours

1621 <2089> 3026 et 3289 1903 LUIGINI (Alexandre) Maurice Hennequin NOëL D'AMOUR Mélodie Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1625     1903 GOUNOD (Charles) Jules Barbier & Michel Carré ROMéO ET JULIETTE Cavatine Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1626     1903 DURAND (Emile) Hippolyte Guérin BINIOU (LE) Chanson bretonne Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1627     1903 FLéGIER (Ange) Ferdinand Loirot STANCES   Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1628 <0101>   1903 FLOTOW (Friedrich von) trad fr MARTHA "Lorsqu'à mes yeux" Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1629 <2085> 3023 1903 YRADIER (Sebastian) Joseph Dieudonné Tagliafico ROSILLA (LA) Chanson espagnole Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1630     1903 WAGNER (Richard)   TRISTAN ET ISOLDE Acte II. Fragment Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1631     1903 DELMET (Paul)   QUELQUES COUPLETS   Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1632 <2089> 3053 1903 DELMET (Paul) Théodore Botrel POUR FAIRE SA VOIX CHEZ PATHé FRèRES Chanson de marin Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1633     1903 TOSTI (Paolo)   SI VOUS SAVIEZ   Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1634     1903 WAGNER (Richard) trad fr WALKYRIE (LA) Chanson du printemps Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1635 <2090> 3024 1903 TOSTI (Paolo) Hélène Vacaresco SI TU LE VOULAIS Mélodie Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1636 <0104> 204 1903 LEONCAVALLO (Ruggero) Ruggero Leoncavallo trad fr PAGLIACCI (I) "Pauvre Paillasse" Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1637 <2085>   1903 TOSTI (Paolo)   LASCIALI DIR (en italien) Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1638 <0105> 61 1903 LEONCAVALLO (Ruggero) Ruggero Leoncavallo PAGLIACCI (I) "Povero Pagliaccio" Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1639     1903 VERDI (Giuseppe) Arrigo Boito OTELLO Acte II. Arioso "Nell'ore arcane... Ora e per sempre addio" Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1644 <0101>   1903 BIZET (Georges) Henri Meilhac & Ludovic Halévy CARMEN Air de la Fleur Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1646 <2090>   1903 GOUNOD (Charles) Alphonse de Lamartine SOIR (LE) Mélodie Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1647     1903 PESSARD   BONJOUR SUZON   Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1649     1903 MASSENET (Jules)   CID (LE) Air de Rodrigue Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1651 <0103> 204 1903 REYER (Ernest)   SIGURD "Un souvenir poignant" Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1652 <2088> 3024 1903 TOSTI (Paolo) Alfred de Musset NINON   Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1653     1903 MEYERBEER (Giacomo)   PROPHèTE (LE) Hymne triomphal Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1655 <0100> 23 1903 MEYERBEER (Giacomo)   AFRICAINE (L') Air de Vasco de Gama Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1656 <0104> 61 1903 LEONCAVALLO (Ruggero) Ruggero Leoncavallo PAGLIACCI (I) Entrée de Paillasse (en italien) Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1658 <0100> 23 1903 MéHUL   JOSEPH "Champs paternels" Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1659     1903 MéHUL   JOSEPH "A peine au sortir" Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1660     1903 MARTINI   PLAISIR D'AMOUR   Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1662     1903 LALO (Edouard)   ROI D'YS (LE) Aubade de Mylio Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1663     1903 WAGNER (Richard)   LOHENGRIN "Mon cygne aimé" Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1664     1903 DUPONT (Pierre) Pierre Dupont BŒUFS (LES)   Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1665 <2088> 3053 1903 PARIZOT (Victor) Pierre Dupont MUSETTE NEUVE (LA)   Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1666     1903 VERDI (Giuseppe)   TROVATORE (IL) Acte IV. Air (en italien) Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1675     1903 LOTTI   PUR DICESTI   Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
233 <2087> 3023 1904   Jacques Boé dit Jasmin, trad fr J. Lalanne ME CAL MOURI Chanson en patois gascon Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
235 <1523>   1904 MEYERBEER (Giacomo)   PROPHèTE (LE) Acte V. "A la voix de ta mère" Albert ALVAREZ, ténor, et Marie DELNA, contralto Piano
236 <1523> 190 1904 DONIZETTI (Gaetano)   FAVORITE (LA) Acte IV. Duo Albert ALVAREZ, ténor, et Marie DELNA, contralto Piano
239 <0103>   1904 VERDI (Giuseppe) Arrigo Boito trad fr OTELLO "Tout m'abandonne" Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
241 <0102> 24 1904 GOUNOD (Charles) Jules Barbier & Michel Carré FAUST "Salut, demeure chaste et pure" Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
244 <0102> 24 1904 GOUNOD (Charles) Jules Barbier & Michel Carré FAUST "Salut, ô mon dernier matin" Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
246 <2087> 3026 1904 PERGOLESI (Giovan Battista)   SE TU M'AMI, SE SOSPIRI Arietta antica di 1710-1736 (en italien) Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Piano
1625 <0105> 25 1908 GOUNOD (Charles) Jules Barbier & Michel Carré ROMéO ET JULIETTE Cavatine Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Orchestre
1626 <2086> 3022 et 3289 1908 DURAND (Emile) Hippolyte Guérin BINIOU (LE) Chanson bretonne Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Orchestre
1627 <2086> 3022 1908 FLéGIER (Ange) Ferdinand Loirot STANCES   Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Orchestre
1628   25 1908 FLOTOW (Friedrich von) trad fr MARTHA "Lorsqu'à mes yeux" Albert ALVAREZ, ténor de l'Opéra Orchestre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

la Rosilla

chanson espagnole (Joseph Dieudonné Tagliafico / Sebastian Yradier)

Albert Alvarez et Piano

Pathé saphir 90 tours n° 1629, réédité sur 80 tours n° 3023, enr. 1903

 

 

 

Pour faire sa voix chez Pathé frères

chanson de marin (Théodore Botrel / Paul Delmet)

Albert Alvarez et Piano

Pathé saphir 90 tours n° 1632, enr. 1903

 

 

 

Air de la Fleur

extrait de l'acte II de Carmen de Bizet

Albert Alvarez (Don José) et Piano

Pathé saphir 90 tours n° 1644, enr. 1903

 

 

         

 

le Soir

mélodie (Alphonse de Lamartine / Charles Gounod)

Albert Alvarez et Piano

Pathé saphir 90 tours n° 1646, enr. 1903

 

 

         

 

"Salut! ô mon dernier matin"

extrait de l'acte I de Faust de Gounod

Albert Alvarez (Faust) et Piano

Pathé saphir 90 tours n° 244, réédité sur 80 tours n° 24, enr. 1904

 

 

    

 

Cavatine "Salut! demeure chaste et pure"

extrait de l'acte III de Faust de Gounod

Albert Alvarez (Faust) et Piano

Pathé saphir 90 tours n° 241, réédité sur 80 tours n° 24, enr. 1904

 

 

    

 

Me cal mouri

chanson en patois gascon (Jacques Boé dit Jasmin, trad fr J. Lalanne)

Albert Alvarez et Piano

Pathé saphir 90 tours n° 233, réédité sur 80 tours n° 3023, enr. 1904

 

 

    

 

le Biniou

chanson bretonne (Hippolyte Guérin / Emile Durand)

Albert Alvarez et Orchestre

Pathé saphir 90 tours n° 1626, enr. 1908

 

 

    

 

Air des Larmes "Lorsqu'à mes yeux"

extrait de l'acte III de Martha de Flotow (version française)

Albert Alvarez (Lionel) et Orchestre

Pathé saphir 90 tours n° 1628, réédité sur 80 tours n° 25, enr. 1908

 

 

    

 

Cavatine "Ah ! lève-toi, soleil"

extrait de l'acte II de Roméo et Juliette de Gounod

Albert Alvarez (Roméo) et Piano

Pathé saphir 90 tours n° 1625, enr. 1903

 

 

    

 

Cavatine "Ah ! lève-toi, soleil"

extrait de l'acte II de Roméo et Juliette de Gounod

Albert Alvarez (Roméo) et Orchestre

Pathé saphir 90 tours n° 1625, réédité sur 80 tours n° 25, enr. 1908

 

 

Voir également les enregistrements du Cid (acte I "O noble lame")

 

 

 

 

 

 

Encylopédie