Emile ARCHAINBAUD

 

 

 

 

Marie Emile dit Emile ARCHAINBAUD

 

chef d'orchestre français

(84 rue de Maubeuge, Paris 10e, 24 septembre 1874* – Paris 16e, 14 août 1953)

 

Fils d'Eugène ARCHAINBAUD, professeur de chant, et d'Augustine Joséphine ZOLOBODJAN.

Frère de Joseph ARCHAINBAUD, compositeur et chef d'orchestre.

Epouse à Paris 10e le 29 juin 1897* Lucie Madeleine BOUCHETAL (Paris 11e, 31 octobre 1873* – Paris 16e, 25 juin 1955) [fille de Léon Anatole BOUCHETAL (Provins, Seine-et-Marne, 09 mars 1846 –), peaussier, et de Pauline Marguerite NICOLAS (Paris, 10 février 1850 –), couturière, mariés à Paris 11e le 15 octobre 1878*].

 

 

Elève au Conservatoire de Paris, il y a obtenu une 3e médaille de solfège en 1888. Il fut d'abord chef des chœurs (en poste en 1909 et en 1912) et chef d'orchestre (en poste en 1912) à la Gaîté-Lyrique ; il fut alors choisi par la maison Pathé frères pour diriger les enregistrements intégraux de Galathée de Massé et de la Traviata de Verdi pour la collection le Théâtre chez soi (1912). Chef des chœurs à l'Opéra-Comique (en poste en 1914), il y débuta en tant que chef d'orchestre le 01 juillet 1920 en dirigeant Mireille. Il y créa le 11 octobre 1921 Camille de Marc Delmas. Il y dirigea des reprises du Jongleur de Notre-Dame et de la Légende du Point d'Argentan. Puis il fut nommé directeur du Grand-Théâtre de Nancy pour la saison 1925-1926 ; il avait déjà dirigé cette scène municipale avec Gaston Ullmann. En 1930, il était chef d'orchestre au Trianon-Lyrique.

 

 

 

 

 

Ouverture de Galathée de Massé

Orchestre dir Emile Archainbaud

Extrait de l'intégrale pour Pathé saphir, 1912

 

 

 

 

 

 

 

Encylopédie