Guillaume BACQUIÉ

 

 

 

 

Guillaume BACQUIÉ

 

basse française

(26 rue du Cheval blanc, Toulouse, Haute-Garonne, 22 janvier 1843* Cette [auj. Sète], Hérault, 09 mars 1887*)

 

Fils de Guillaume BACQUIÉ ( ap. 1887), maçon, et de Marie CHAMAYOU ( av. 1887).

Epouse Claire ARNAL ( ap. 1887).

 

 

Au Conservatoire de Paris, il obtint en chant (élève de Grosset) un 3e accessit (1867), puis un 1er accessit (1868) ; en opéra-comique (élève de Mocker) un 1er accessit (1867), puis un second prix (1868) ; en opéra (élève de Duvernoy), un 2e accessit (1867), puis un 1er accessit (1868). Basse chantante d'opéra-comique, il a chanté successivement au Théâtre-Lyrique de Paris (1869-1870), La Haye, Bruxelles, Marseille, à l’Opéra-Comique de Paris (1878), Lyon, Toulouse.

Lors de son décès, il habitait maison Jannin, 68 Grande rue à Cette [auj. Sète] (Hérault), et était directeur du théâtre municipal de cette ville.

 

 

 

 

Sa carrière au Théâtre-Lyrique

 

Il y débuta le 25 janvier 1869 dans Don Juan (Leporello).

 

Il y participa aux premières le 06 avril 1869 de Rienzi (Cecco) de Richard Wagner [version française de Charles Nuitter et Jules Guilliaume] ; le 30 décembre 1869 de la Bohémienne (Trousse-diable) de Michael William Balfe [version française de Vernoy de Saint-Georges] ; le 05 avril 1870 de Charles VI de Fromental Halévy.

 

Il y créa le 21 septembre 1869 le Dernier jour de Pompéi (Pythéas) de Victorien Joncières.

 

 

Sa carrière à l'Opéra-Comique

 

Il y débuta le 05 avril 1878 dans la Dame blanche (Gaveston).

 

Il y créa le 21 mai 1878 la nouvelle version de Psyché (le Roi) d’Ambroise Thomas ; le 10 mars 1879 la Courte échelle d’Edmond Membrée.

 

Il y participa le 03 avril 1879 à la première de la Flûte enchantée de Mozart (Manès) [version française de Charles Nuitter et Alexandre Beaumont].

 

Il y chanta le 22 octobre 1878 la 500e de Mignon (Lothario).

 

 

 

 

 

 

Encylopédie