Blanche BALANQUÉ

 

 

 

 

Blanche BALANQUÉ

 

soprano français

(110 rue Saint-Louis, Paris 3e, 06 janvier 1862* – Bordeaux, Gironde, 04 février 1953)

 

Fille de Mathieu Emile BALANQUÉ, basse, et de Blanche DECORCELLES, mezzo-soprano.

 

 

Au Conservatoire de Paris, elle obtint un premier accessit de chant en 1882. Elle chanta à l'Opéra-Comique de 1885 à 1888, puis au Théâtre-Lyrique du Château-d'Eau.

En 1902, elle habitait 31 rue de Douai à Paris 9e.

 

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra-Comique

 

Elle a été engagée pour la saison d'hiver 1885-1886.

 

Elle a créé le 16 mars 1887 Proserpine (une Novice) de Camille Saint-Saëns ; le 18 mai 1887 le Roi malgré lui (une Serve) d’Emmanuel Chabrier.

 

Elle a chanté la Flûte enchantée (une Initiée) le 10 avril 1886 ; le Pardon de Ploërmel (une Chevrière) le 28 septembre 1886.

 

 

 

 

 

Théâtre-Lyrique (Château-d’Eau) : reprise de Joconde.

Mlle Balanqué est avec le jeune M. Badiali la seule qui mérite une mention parmi les autres interprètes à peine suffisants. Elle chante gentiment et joue non sans finesse son personnage de rosière délurée faisant pièce à deux galants au profit d'un troisième.

(A. Boisard, le Monde illustré, 15 décembre 1888)

 

Boulogne-sur-Mer. — Donner Mireille avec une simple troupe d'opérette est, vous me l'avouerez, un joli tour de force ; c'est pourtant celui que vient d'accomplir notre directeur M. Reer-Balanqué, ajoutons que la tentative a complètement réussi.

Il est vrai de dire que Mlle Blanche Balanqué et M. Charles Balanqué, de l'Opéra-Comique, tenaient les rôles de Mireille et de Ramon.

Ces deux artistes ont été on ne peut mieux secondés par M . Duncan (Vincent), M. Estella (Ourrias) et Mlle Lamoureux, notre charmante première chanteuse, qui avait accepté de chanter Taven. Une véritable ovation lui a été faite après son morceau du premier acte : « Voici la saison, mignonne. »

(L. V. Dhanvilliers, Chronique artistique n° 3, dimanche 25 décembre 1892)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Encylopédie