Gustave BOTIAUX

 

 

 

Gustave BOTIAUX

 

ténor français

(Puteaux, Hauts-de-Seine, 14 juillet 1926 –)

 

Epouse la cantatrice Jacqueline SILVY.

 

 

Elève du Conservatoire de Paris, où il obtient un premier prix de chant, il fut lauréat du concours des ténors de Cannes en 1954. Le concours du Bel canto de Bruxelles en 1955 lui valut un engagement au Théâtre de la Monnaie. Engagé l’année suivante à la RTLN, il débuta à l’Opéra-Comique, puis chanta au Palais Garnier. Mais c’est en province et à l’étranger qu’il consacra la part essentielle de son activité, dans un large répertoire (Hérodiade, Samson et Dalila, Lohengrin, Sigurd, l’Africaine, Werther). Suite à la dissolution de la troupe de l'Opéra, il quitte la scène en 1973 et se retire avec sa femme en Ardèche.

Au début des années 60, il a enregistré pour la marque Orphée (Pacific) : récital n°1, dir. Giancarlo Amati (Roméo et Juliette, Hérodiade, le Trouvère, la Tosca, Sigurd, Rigoletto) ; récital n°2, dir. Giancarlo Amati (la Favorite, l’Africaine, la Bohème, la Juive, Aïda) ; récital n°3, dir. Jésus Etcheverry (Turandot, Manon Lescaut, André Chénier, la Reine de Saba, Guillaume Tell, la Favorite) ; des versions anthologiques de Carmen (Don José), dir. Erasmo Ghiglia ; Faust (Faust), dir. Jésus Etcheverry ; Sigurd (Sigurd), dir. Jésus Etcheverry ; la Tosca (Mario) [version française de Paul Ferrier], dir. Giancarlo Amati ; le Pays du sourire (Sou-Chong) [version française d'André Mauprey et Jean Marietti], dir. Giancarlo Amati (1963) ; pour la marque Vogue : Chansons patriotiques, arrangements et direction d'orchestre : Michel Villard (1968).

 

 

 

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra-Comique

 

Il y débuta en 1956.

 

Il y chanta Cavalleria rusticana (Turridu) ; la Tosca (Mario Cavaradossi) ; Roméo et Juliette (Roméo) ; la Fille du Far-West (Dick) ; Madame Butterfly (Pinkerton) ; Paillasse (Canio).

 

 

Sa carrière à l'Opéra de Paris

 

Il y débuta le 22 décembre 1956 dans Samson et Dalila (le Messager).

 

Il y chanta le Chevalier à la rose (Marchand d'animaux, puis le Chanteur, 1957) ; Faust (Faust, 1960) ; la Tosca (Mario Cavaradossi, 1960) ; Rigoletto (le Duc, 1960) ; puis Carmen (Don José), Aïda (Radamès).

 

 

 

 

 

les 5 lauréats du concours des ténors de Cannes en 1954 (de gauche à droite) : Tony Poncet, Roger Gardes, Guy Chauvet, Gustave Botiaux, Alain Vanzo

 

 

 

Andréa Guiot (Marguerite) et Gustave Botiaux (Faust) dans Faust

 

 

 

Gustave Botiaux (Mario Cavaradossi) dans la Tosca

 

 

 

Gustave Botiaux (Don José) et Jane Rhodes (Carmen) dans Carmen à Tokyo (revue l'Opéra de Paris, 1961)

 

 

 

disque Orphée - récital n° 1

 

 

 

disque Orphée - récital n° 2

 

 

 

disque Orphée (45 tours)

 

 

 

extraits des récitals chez Orphée - réédition disque Vogue

 

 

 

Gustave Botiaux en 1968

 

 

 

 

 

Introduction et Acte I de Faust de Gounod

Gustave Botiaux (Faust), Xavier Depraz (Méphistophélès), Orchestre Symphonique et Chœurs dir. Jésus Etcheverry

enr. en 1962

 

 

 

Cavatine "Salut, demeure chaste et pure"

extrait de l'acte III de Faust de Gounod

Gustave Botiaux (Faust), Xavier Depraz (Méphistophélès), Orchestre Symphonique dir. Jésus Etcheverry

enr. en 1962

 

 

 

Trio final "Anges purs, anges radieux"

extrait de l'acte V de Faust de Gounod

Andréa Guiot (Marguerite), Gustave Botiaux (Faust), Xavier Depraz (Méphistophélès), Orchestre Symphonique et Chœurs dir. Jésus Etcheverry

enr. en 1962

 

 

 

Cavatine "Ah ! lève-toi, soleil"

extrait de l'acte II de Roméo et Juliette de Gounod

Gustave Botiaux (Roméo) et Orchestre Symphonique dir. Giancarlo Amati

enr. vers 1960

 

 

 

Air de la Fleur

extrait de l'acte II de Carmen de Bizet

Gustave Botiaux (Don José) et Orchestre Symphonique dir. Erasmo Ghiglia

enr. en 1961

 

 

 

Air "Asile héréditaire"

extrait de l'acte IV de Guillaume Tell de Rossini

Gustave Botiaux (Arnold) et Orchestre Symphonique dir. Giancarlo Amati

enr. vers 1960

 

 

 

"Que cette main est froide"

extrait de l'acte I de la Bohème de Puccini [v. fr. de Paul Ferrier]

Gustave Botiaux (Rodolphe) et Orch. Symph. dir. Giancarlo Amati

enr. vers 1960

 

 

 

"O céleste Aïda !"

extrait de l'acte I d'Aïda de Verdi [v. fr. de Du Locle et Nuitter]

Gustave Botiaux (Radamès) et Orch. Symph. dir. Giancarlo Amati

enr. vers 1960

 

 

 

Chanson "Comme la plume au vent"

extrait de l'acte IV de Rigoletto de Verdi [v. fr. d'Edouard Duprez]

Gustave Botiaux (le Duc) et Orch. Symph. dir. Giancarlo Amati

enr. vers 1960

 

 

 

"Supplice infâme"

extrait de l'acte III du Trouvère de Verdi [v. fr. d'Emilien Pacini]Gustave Botiaux (Manrique) et Orch. Symph. dir. Giancarlo Amati

enr. vers 1960

 

 

                                                      

 

Chansons patriotiques : 01. le Rhin allemand (Alfred de Musset / Antonin Louis) - 02. Alsace et Lorraine (Gaston Villemer et H. Nazet / Ben Tayoux) - 03. C'est un oiseau qui vient de France (C. Soubise / Frédéric Boissière) - 04. le Clairon (Paul Déroulède / Emile André) - 05. Vœux suprêmes (Paul Déroulède / Georges Daguerre) - 06. le Rêve passe (Armand Foucher / Ch. Helmer et Georges Krier) - 07. En avant ! (Paul Déroulède / G. Geispitz) - 08. Chargez ! (Louis Niallo'h / Ch. Merelly) - 09. Rosalie (Théodore Botrel) - 10. Verdun ! on ne passe pas (Jack Cazol et Eug. Joullot / René Mercier) - 11. Ce que c'est qu'un drapeau (E. Favart / Diodet Lamareille) - 12. la Madelon de la victoire (Lucien Boyer / Charles Borel-Clerc)

Gustave Botiaux et Chœurs

Arrangements et direction d'orchestre : Michel Villard

enr. en 1968

 

 

Voir également les enregistrements d'Hérodiade (acte IV "Ne pouvant réprimer")

 

 

 

 

Encylopédie