Maurice BOUCHOR

 

 

 

 

Maurice Victor dit Maurice BOUCHOR

 

poète français

(Paris 1er, 16 novembre 1855* Paris, 18 janvier 1929)

 

Fils d’Adolphe BOUCHOR (1807 ), médecin, et de Nathalie PAS DE BEAULIEU (1821 ) [mariés à l’Ile Maurice, alors colonie anglaise].

Frère de Joseph BOUCHOR (Paris 1er, 15 septembre 1853* Paris 6e, 27 octobre 1937), peintre.

 

 

Il publia son premier recueil de vers en 1874, les Chansons joyeuses, pleines de verve, d'exubérance, de bonne humeur, où il chantait l'amour et le plaisir. Il fit un voyage en Italie, puis publia successivement : les Poèmes de l'Amour et de la Mer (1876) ; le Faust moderne, mélange de vers et de prose (1878) ; les Contes parisiens en vers (1880). A partir de ce moment, le chantre de l'amour sensuel fit place à l'idéaliste, et il se tourna vers les idées religieuses, puis vers une sorte de mysticisme. Son recueil de vers, l'Aurore (1883), marqua sa première étape dans cette voie. Parmi les œuvres qui suivirent, nous citerons : Dieu le veut, drame (1888) ; les Symboles (1888) ; des mystères joués au théâtre des Marionnettes : Tobie (1889) ; Noël (1891) ; la Dévotion à saint André (1892) ; la Légende de sainte Cécile (1892). Depuis, il a publié ou fait jouer : le Songe de Khéyam (1892) ; Michel Lando, drame (1892) ; les Mystères d'Eleusis (1894) ; Symboles (1894) ; Contes de Noël (1895) ; les Chansons de Shakespeare, mises en vers français (1896) ; le Mariage de Papillonne (1897) ; Il faut mourir, drame philosophique (1907) ; etc. Bouchor a publié en outre quelques études critiques, notamment la Messe en ré, de Beethoven (1886) ; Israël en Egypte, étude sur l'oratorio de Haendel (1888), etc. Il fut nommé chevalier de la Légion d'honneur le 31 décembre 1889.

En 1897, il habitait 7 rue de Bassano à Paris 16e.

 

=> Israël en Egypte, étude sur un oratorio de G. F. Haendel (1888)

 

 

 

 

livrets

 

le Belle Tunisienne, opérette en 1 acte, musique de Gaston Lemaire (Cercle des Mathurins, novembre 1889)

Saint-Georges, légende dramatique en 4 scènes, musique de Paul Vidal (Conservatoire, 19 décembre 1889 ; Opéra, 02 avril 1896) => partition

Noël ou le Mystère de la Nativité, mis en vers en 4 tableaux, musique de scène de Paul Vidal (Petit-Théâtre, Paris, 25 novembre 1890) => partition

la Légende de Sainte Cécile, drame en 3 actes, musique d'Ernest Chausson [op. 22] (Petit-Théâtre, Paris, 25 janvier 1892) => partition

la Dévotion à Saint André, mystère en 1 acte, musique de scène de Paul Vidal (Petit-Théâtre, Paris, février 1892) => texte

le Songe de Khéyam, caprice en 1 acte, musique de scène de Paul Vidal (Petit-Théâtre, Paris, février 1892)

Eros, fantaisie lyrique en 3 actes, avec Jules Noriac et Adolphe Jaime, musique de Paul Vidal (Bouffes-Parisiens, 22 avril 1892)

les Mystères d'Éleusis, pièce en 5 tableaux, musique de Paul Vidal (Petit-Théâtre, Paris, 16 janvier 1894)

 

mélodies

 

Au bord d’un ruisseau, musique d'Isaac de Camondo (1903)

Chants populaires pour les écoles (1897), mélodies composées ou recueillies par Julien Tiersot : 1re série (1895) ; 2e série (1902) ; 3e série (1907)

Dans la forêt, recueil de 15 mélodies, musique d'André Gédalge [op. 22] (v. 1903) => partition

Ile bleue (l’), musique d'Isaac de Camondo (1903)

Marines, musique d'Albert Cahen : 2. Prière ; 4. Ferme les yeux ! ; 7. Apparition => partition

Mélodies (quatre), musique d'Ernest Chausson [op. 8] (1882-1888): 1. Nocturne ; 2. Amour d'antan ; 3. Printemps triste ; 4. Nos souvenirs => partition

Poème du Travail (le), pour ténor solo, chœur et orchestre, musique d'Auguste Chapuis => partition

Poèmes de l'Amour et de la Mer (les) (1876), musique d'Ernest Chausson [op. 19] (1882-1890) : 1. la Fleur des eaux ; 2. Interlude ; 3. la Mort de l'amour => paroles ; partition

Rajeunissement, mélodie alternée, musique d'Isaac de Camondo (1904)

Ravissement, musique d'Isaac de Camondo (1904)

Rose que tu m'as donnée (la), musique de Paul Vidal (1892) => partition

Roses fanées, musique d'Isaac de Camondo (1904)

Sentier (le), musique de M. Béclard (1911) => partition

Voici qu'il neige des pétales, musique de Théodore Dubois (1913) => partition

 

 

 

 

 

 

Encylopédie