Jules Henri BRÉSIL

 

 

 

Jules Henri BRÉSIL

 

comédien et auteur dramatique français

(Paris, 08 mai 1818 Bois-Colombes, Seine [auj. Hauts-de-Seine], 22 octobre 1899*)


Epouse à Paris le 20 juin 1848 Lucile Henriette MONDUTAIGNY (Lyon, Rhône, 12 février 1826 –), premier prix de chant et second prix d'opéra au Conservatoire en 1844.

Père de Léon Eugène BRÉSIL (1851 –), journaliste [épouse Marie Thérèse SERVIN (1851 –) ; parents de Marguerite Lucile BRÉSIL (Sermaises, Loiret, 19 août 1880* – Paris 16e, 01 février 1961), actrice].

 

 

Sorti du Conservatoire, élève de Provost, il débuta à la Gaîté, puis joua le drame en province, à la Nouvelle-Orléans (où il donna un drame lyrique, les Orléanais, musique du chef d'orchestre Eugène Prévost), à Bruxelles, etc., revint à Paris en 1858 et fut attaché à divers théâtres jusque vers 1874. Comme auteur dramatique, il a fait représenter un assez grand nombre de pièces, notamment : Si j'étais roi, musique d'Adam (1852) ; la Mandragore, musique de Litolff (1876) ; le Tribut de Zamora, musique de Gounod (1881) ; l'Escadron volant de la reine, musique de Litolff (1888), et des drames, dont plusieurs en collaboration avec d'Ennery : les Orphelines de la charité, drame en 5 actes (Ambigu-Comique, 07 mars 1857) ; l'Escamoteur, drame en 5 actes (Gaîté, 12 octobre 1860) ; Diana, drame en 5 actes (Ambigu, 15 octobre 1880) ; etc.

En 1897, il habitait 11 rue d'Ectot à Saint-Valéry-en-Caux (Seine-Maritime).

 

 

 

 

livrets

 

les Orléanais, drame lyrique, musique d'Eugène Prévost

Si j'étais roi !, opéra-comique en 3 actes, avec Adolphe d'Ennery, musique d'Adolphe Adam (Théâtre-Lyrique, 04 septembre 1852)

Vénus au moulin d'Ampiphros, tableau bouffon et mythologique en 1 acte, musique de Paul Destribaud (Bouffes-Parisiens, 30 mai 1856)

la Parade, opérette, musique d'Emile Jonas (Bouffes-Parisiens, 02 août 1856)

Quittons Nuremberg, opérette en 1 acte (Bouffes-Parisiens, 16 janvier 1860)

Silvio-Silvia, opéra-comique en 1 acte, musique de Paul Destribaud (Opéra-Comique, 15 mai 1861)

la Mandragore, drame lyrique en 3 actes, musique d'Henry Litolff (Fantaisies-Parisiennes de Bruxelles, 29 janvier 1876)

le Tribut de Zamora, opéra en 4 actes, avec Adolphe d'Ennery, musique de Charles Gounod (Opéra, 01 avril 1881)

l'Escadron volant de la reine, opéra-comique en 3 actes, avec Adolphe d'Ennery, musique d'Henry Litolff (Opéra-Comique, 14 décembre 1888)

 

 

 

 

 

 

Encylopédie