Michel CADIOU

 

 

 

Michel CADIOU

 

ténor français

(Paris, 27 avril 1931 –)

 

 

Tourneur sur métaux, il fut élève au Conservatoire de Paris de Jean Claverie et de Roger Bourdin. Il débuta au Casino de Vals-les-Bains dans Mireille (Vincent). Ayant obtenu au Conservatoire en 1958 les premiers prix d'opéra, d'opéra-comique et de chant à l'unanimité, il entra le même année l'Opéra-Comique, et à l'Opéra l'année suivante. Il entreprit également de nombreuses tournées en province et dans les pays francophones, et participa aux créations françaises des Quatre rustres d'Ermanno Wolf-Ferrari [version française d'Henri Dubois] en 1960, et d'Elégie pour jeunes amants d'Hans Werner Henze à Nice le 25 juin 1965.

 

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra-Comique

 

Il y débuta le 29 octobre 1958 dans Mireille (Vincent).

 

Il y a chanté le Barbier de Séville (Almaviva) ; Mignon (Wilhelm Meister) ; Lakmé (Gérald) ; le Roi malgré lui (Nangis) ; Roméo et Juliette (Tybalt) ; Madame Butterfly (Pinkerton) ; Orphée aux enfers ; la Chauve-souris (Alfred). Puis Véronique (un Tambour) ; le Marchand de Venise (2e Vénitien).

 

Il a participé le 07 octobre 1960 à la première de Vol de nuit (le Radiotélégraphiste) de Luigi Dallapiccola [version française de Jacques Bourgeois] ; le 10 mars 1972 à celle des Malheurs d'Orphée (le Maréchal) de Darius Milhaud.

 

 

Sa carrière à l'Opéra de Paris

 

Il y débuta le 04 avril 1959 dans le Chevalier à la rose (le Chanteur).

 

Il y chanta les Indes galantes (Tacmas, puis Valère, 1959) ; la Traviata (Rodolphe, 1959) ; Lucie de Lammermoor (Arthur, 1960) ; Rigoletto (le Duc de Mantoue, 1960) ; Fidelio (Jacquinot, 1960). Puis Salomé (4e Juif) ; Parsifal (Knappen) ; les Vêpres siciliennes (Tebaldo).

 

 

 

 

Michel Cadiou, photo André Gardé

 

 

 

Michel Cadiou, photo Demange, 1959

 

 

 

 

 

 

Récital Michel Cadiou. Orchestre du Théâtre national de l'Opéra-Comique, sous la direction de Jésus Etcheverry (Versailles STD 2025 standard 25 cm).

 

Le bel canto est un art difficile. Il exige une belle voix naturelle et une technique sans faille. Michel Cadiou possède tout cela, et son premier disque est une révélation. Après avoir obtenu, en 1958, au Conservatoire national, les trois premiers prix : opéra, opéra-comique et chant à l'unanimité, Michel Cadiou fut, dès 1959, engagé à l'Opéra-Comique pour les grands rôles du répertoire : Mireille, Lakmé, les Pêcheurs de perles, Mignon, Isoline... Une brillante carrière s'ouvre devant ce jeune artiste qui possède déjà une parfaite maîtrise de son art. Le timbre de sa voix est égal dans tous les registres. Il se sert avec souplesse de la douceur ou de la force, et articule avec une grande netteté. Le métier et l'âge donneront à ses interprétations plus de brio peut-être. Nous nous associons à son parrain musical, Jésus Etcheverry, qui lui prédit le plus bel avenir.

 

(Max Pinchard, Musica disques, octobre 1960)

 

 

 

 

 

Michel Cadiou (Tybalt) [à gauche] croise le fer avec Marcel Huylbrock (Roméo) dans Roméo et Juliette en 1960

 

 

 

 

 

Romance "Je pense à vous quand je m'éveille"

extrait de Maître Pathelin de Bazin

Michel Cadiou (Charlot) et Grand Orchestre Symphonique dir Jean Laforge

enr. en 1960

 

 

 

Chanson du Mousse "Va petit mousse"

extrait de l'acte I des Cloches de Corneville de Planquette

Michel Cadiou (Grenicheux) et Grand Orchestre Symphonique dir Jean Laforge

enr. en 1960

 

 

    

 

1. "Ah ! lève-toi, soleil"

extrait de Roméo et Juliette de Gounod

2. "Anges du Paradis"

extrait de Mireille de Gounod

Michel Cadiou et Orchestre dir Jésus Etcheverry

enr. vers 1960

 

 

    

 

1. "Elle ne croyait pas"

extrait de Mignon de Thomas

2. "O Dieu de quelle ivresse"

extrait des Contes d'Hoffmann d'Offenbach

Michel Cadiou et Orchestre dir Jésus Etcheverry

enr. vers 1960

 

 

    

 

1. "Fantaisie aux divins mensonges"

2. Cantilène "Ah ! viens dans la forêt profonde"

extraits de Lakmé de Delibes

Michel Cadiou (Gérald) et Orchestre dir Jésus Etcheverry

enr. vers 1960

 

 

    

 

1. "Gentille dame"

2. "Ah ! quel plaisir d'être soldat"

extraits de la Dame blanche de Boieldieu

Michel Cadiou (Georges Brown) et Orchestre dir Jésus Etcheverry

enr. vers 1960

 

 

    

 

1. Air des larmes

extrait de Martha de Flotow

2. Cavatine

extraits du Barbier de Séville de Rossini

Michel Cadiou (Gérald) et Orchestre dir Jésus Etcheverry

enr. vers 1960

 

 

    

 

1. "Ange si pur"

extrait de la Favorite de Donizetti

2. "Que cette main est froide"

extrait de la Bohème de Puccini

Michel Cadiou et Orchestre dir Jésus Etcheverry

enr. vers 1960

 

 

    

 

1. "Comme la plume au vent"

2. Scène et air du Duc de Mantoue

extraits de Rigoletto de Verdi

Michel Cadiou (le Duc) et Orchestre dir Jésus Etcheverry

enr. vers 1960

 

 

 

Duo "Lakmé ! c'est toi"

extrait de l'acte II de Lakmé de Delibes

Mado Robin (Lakmé) et Michel Cadiou (Gérald)

filmé en 1958

 

 

    

 

la Traviata

opéra de Verdi [version française d'Edouard Duprez] filmé par Henri Spade

Michel Cadiou (Rodolphe), Huguette Rivière, André Jonquères, Ariel Daunizeau, Yves Bisson, Elyane Debatisse, Chœurs et Orchestre de l'ORTF dir Jésus Etcheverry

filmé en 1966

 

 

Voir également les enregistrements de Fortunio (acte III "Si vous croyez"), Manon (acte II "le Rêve", acte III "Ah ! fuyez"), les Pêcheurs de perles (acte I "Je crois entendre encore"), et de Louis Rialland

 

 

 

Encylopédie