Gaston ARMAN DE CAILLAVET

 

Gaston Arman de Caillavet en 1907

 

 

Mathurin Cyprien Auguste Gaston ARMAN puis par ordre du 19 juin 1893 ARMAN-CAILLAVET dit Gaston ARMAN DE CAILLAVET

 

journaliste et auteur dramatique français

(15 rue de Presbourg, Paris 16e, 13 mars 1869* – Essendiéras, Saint-Médard-d'Excideuil, Dordogne, 13 janvier 1915*)

 

Fils de Mathurin Albert ARMAN (1842 –) et de Léontine Charlotte LIPPMANN dite Mme ARMAN DE CAILLAVET (1846 Paris 8e, 12 janvier 1910).

Epouse Paris 8e le 10 avril 1893* Marie Claire Emilie Jeanne POUQUET (Paris 8e, 17 avril 1874* –) [remariée à Paris 8e le 27 janvier 1919 avec Paul Marie Armand Maurice POUQUET] ; parents de Simone Marie Andrée Huguette ARMAN (Paris 17e, 08 février 1894* – Neuilly-sur-Seine, Hauts-de-Seine, 26 décembre 1968) [épouse en secondes noces l'écrivain André MAUROIS].

 

 

Fils de Mme Arman de Caillavet, connue pour son salon littéraire et son amitié pour Anatole France, il débuta au théâtre en 1891 par de petites comédies, écrivit plusieurs revues et forma en 1900 une brillante association avec Robert de Flers. Les deux auteurs ont donné des opéras bouffes : les Travaux d'Hercule (1901) ; le Sire de Vergy (1903) ; Monsieur de La Palisse (1904) ; Pâris ou le Bon juge (1906) ; des comédies : les Sentiers de la vertu (1903) ; l'Ange du foyer (1905) ; Miquette et sa mère (1906) ; l'Eventail (1907) ; l'Amour veille (1907) ; le Roi, avec E. Arène (1908) ; l'Ane de Buridan (1909) ; le Bois sacré (1910) ; Papa (1911) ; Primerose (1911) ; l'Habit vert (1912) ; la Belle aventure, avec E. Rey (1913) ; Monsieur Brotonneau (1914) ; œuvres d'une fantaisie étourdissante et d'un esprit délicat, qui vont de la farce parodique ou satirique à la comédie aimable et sentimentale. On leur doit en outre une pièce historique, la Montansier (1905), et des livrets d'opérettes et de ballets. Bien qu'il soit difficile de déterminer l'apport personnel de chacun des collaborateurs, il semble cependant que Caillavet ait fourni cette verve pétillante et cocasse qui caractérisait les premières œuvres des deux auteurs. Comme journaliste, Caillavet collabora surtout au Figaro. Il fut nommé chevalier (05 août 1907), puis officier (16 janvier 1914) de la Légion d'honneur.

En 1897, il habitait 40 boulevard de Courcelles à Paris 17e. Lors de son décès, il était domicilié 12 avenue Hoche à Paris 8e.

 

 

 

 

 

livrets

 

l'Heure du berger, ballet en 1 acte et 6 tableaux, avec Robert de Flers, musique de Louis Ganne (Palais de la Danse, 1900, chorégraphie de Mariquita)

les Travaux d'Hercule, opéra bouffe en 3 actes, avec Robert de Flers, musique de Claude Terrasse (Bouffes-Parisiens, 16 mars 1901)

Chonchette, opéra bouffe en 1 acte, avec Robert de Flers, musique de Claude Terrasse (Capucines, 12 avril 1902)

le Sire de Vergy, opérette bouffe en 3 actes, avec Robert de Flers, musique de Claude Terrasse (Variétés, 16 avril 1903)

Monsieur de La Palisse, opéra bouffe en 3 actes, avec Robert de Flers, musique de Claude Terrasse (Variétés, 02 novembre 1904)

Pâris ou le Bon juge, opéra bouffe en 2 actes, avec Robert de Flers, musique de Claude Terrasse (Capucines, 01 mars 1906)

Fortunio, comédie musicale en 4 actes, avec Robert de Flers, musique d'André Messager (Opéra-Comique, 05 juin 1907) => fiche technique

la Veuve joyeuse, opérette en 3 actes, version française avec Robert de Flers, musique de Franz Lehar (Apollo, 28 avril 1909)

la Vendetta, drame lyrique en 3 actes, avec Robert de Flers, musique de Jean Nouguès (Opéra de Marseille, 27 janvier 1911)

le Comte de Luxembourg, opérette en 3 actes, version française avec Robert de Flers, musique de Franz Lehar (Apollo, 13 décembre 1912)

Béatrice, légende lyrique en 4 actes, avec Robert de Flers, musique d'André Messager (Monte-Carlo, 21 mars 1914 ; Opéra-Comique, 23 novembre 1917) => fiche technique

Cydalise et le Chèvre-pied, ballet en 2 actes et 3 tableaux, avec Robert de Flers, musique de Gabriel Pierné (Opéra de Paris, 15 janvier 1923)

le Jardin du Paradis, comédie lyrique en 4 actes, avec Robert de Flers, musique d'Alfred Bruneau (Opéra de Paris, 23 octobre 1923)

 

 

 

 

 

 

 

Encylopédie