CHADEIGNE

 

 

 

 

Pierre Louis Félicien CHADEIGNE dit Félicien CHADEIGNE

 

compositeur et chef d'orchestre français

(La Châtre, Indre, 02 octobre 1848* Paris 18e, 13 septembre 1925*)

 

Fils d’Alexis CHADEIGNE (La Châtre, 30 novembre 1814 ap. 1874), coiffeur puis marchand de vin, et de Marie Françoise Adèle GIRON (La Châtre, 25 septembre 1821 – Paris 18e, 08 juillet 1878*), mariés à La Châtre le 01 octobre 1839*.

Epouse 1. à Paris 18e le 08 décembre 1874* Lucie Catherine AUBERTIE (Villamblard, Dordogne, 04 décembre 1852* 1901), directrice d’école ; parents de Marcel CHADEIGNE.

Epouse 2. à Paris 18e le 16 février 1905* Marie Eugénie MARQUIS (Paris, 01 septembre 1857 ap. 1925), couturière.

 

 

Il fut chef d’orchestre au Concert des Ternes (5 avenue des Ternes à Paris 17e), puis musicien à l’Opéra. Il a composé des opérettes et des polkas.

En 1876, il habitait 38 rue des Abbesses à Paris 18e ; en 1905, 25 rue Germain-Pilon à Paris 18e, où il est décédé à soixante-seize ans.

 

 

 

œuvres lyriques

 

les Grandes manœuvres, opérette en 1 acte, livret d’A. Cahen et Ed. Norès (Concert des Ternes, 24 janvier 1885)

les Deux Alcides, opérette en 1 acte, livret d’Emile Broguit (Concert des Ternes, 02 avril 1887)

 

œuvres instrumentales

 

Fleur de printemps, polka pour piano (1892) => partition

Lucie, polka-mazurka pour piano (1884) => partition

 

 

 

 

 

 

Alexis Marcel Félicien CHADEIGNE dit Marcel CHADEIGNE

 

chef de chœurs français

(38 rue des Abbesses, Paris 18e, 02 janvier 1876* – Paris 16e, 02 janvier 1926*)

 

Fils de Félicien CHADEIGNE et de Lucie Catherine AUBERTIE.

Epouse à Paris 6e le 07 novembre 1901* Camille Eléonore Victoria MOUVEAU (Paris 6e, 03 mai 1877* – Garches, Seine-et-Oise [auj. Hauts-de-Seine], 15 février 1950), contralto [sœur de Georges MOUVEAU, décorateur] ; parents d’Odette CHADEIGNE (19022002), cantatrice.

Grand-père d’Alain BERNAUD (Neuilly-sur-Seine, Seine [auj. Hauts-de-Seine], 08 mars 1932 ), compositeur.

 

 

Elève de Ch. de Bériot au Conservatoire de Paris, il obtint plusieurs récompenses : solfège (2e médaille, 1887 ; 1re médaille, 1888), piano préparatoire (3e médaille, 1889 ; 1e médaille, 1890), piano (2e accessit, 1892 ; 1er accessit, 1894 ; 1er prix, 1895), accompagnement au piano (2e prix, 1899 ; 1er prix, 1901).

Dès 1896, il donna des leçons de piano. A l’Opéra de Paris, il fut accompagnateur (1901-1903), chef de chant (1904-1910) et chef des chœurs (1909-1915 ; 1919).

Au Conservatoire, il fut chargé de cours stagiaire de solfège pour chanteurs le 01 décembre 1919, il démissionna le 06 décembre 1924.

En 1902, il habitait 237 boulevard Pereire à Paris 17e ; en 1922, 73 rue Erlanger à Paris 16e. Il est décédé à cinquante ans, en son domicile, 95 boulevard Exelmans à Paris 16e.

 

On ne doit pas le confondre avec son contemporain, Marc CHADEIGNE, qui fut également professeur de piano à Paris. On trouve encore un CHADEIGNE (peut-être son frère), qui débuta comme alto à l’Opéra en 1897 (encore en poste en 1910), et fut professeur d’alto, 25 rue Germain-Pilon à Paris 18e.

 

 

 

 

 

 

Encylopédie