Romain COOLUS

 

Romain Coolus en 1934

 

René Max WEIL dit Romain COOLUS

 

littérateur et auteur dramatique français

(Rennes, Ille-et-Vilaine, 25 mai 1868* Paris 2e, 09 septembre 1952)

 

Fils de Salomon WEIL (1817 –), marchand tailleur, et d'Emma BRISAC (1833 –).

 

 

Admis à 1'Ecole normale supérieure en 1888, il en sortit en 1891 comme agrégé de philosophie, professa au lycée de Chartres, mais ne tarda pas à s'adonner à la littérature, en collaborant à des revues d'avant-garde (Revue blanche ; Revue contemporaine). Bientôt il faisait jouer au Théâtre-Libre : le Ménage Brésile, dont la donnée, d'un pessimisme un peu outrancier, ne fut pas sans scandaliser quelque peu la critique. Vinrent ensuite : Raphaël (théâtre de l'Œuvre, 1893) ; l'Enfant malade, curieuse étude de psychologie féminine (1897) ; Lysiane, qui servit de rentrée à Sarah Bernhardt, au théâtre de la Renaissance (1898) ; Cœurblette (1899) ; les Amants de Sazy (1901) ; Lucette (Gymnase, 1902) ; Antoinette Sabrier (1903) ; l'Enfant chérie (Gymnase, 1906) ; Cœur à cœur (1907) ; 4 fois 7, 28 (1909) ; le Risque (1909) ; Une femme passa (1910) ; les Bleus de l'amour (Athénée, 1910) ; la Cote d'amour (1912) ; les Roses rouges (1913) ; l'Amour buissonnier (1914) ; l'Eternel masculin (1920) ; la Guêpe (1931). En collaboration avec Maurice Hennequin, il a donné à la scène : Amour, quand tu nous tiens ! (1919) ; le Paradis fermé (1921) ; Diane au bain (1922) ; la Sonnette d’alarme (1923) ; la Reine de Biarritz (1927). Les premières pièces de Coolus, témoignant d'un don d'observation personnelle aiguë, étaient surtout des études de mœurs — en général de mauvaises mœurs — situées dans des cadres un peu spéciaux. Les suivantes, au contraire, et notamment Antoinette Sabrier, accusent une manière plus large, une langue sobre et nerveuse, et un souci plus grand des situations dramatiques.

 

 

 

 

livrets

 

les Bleus de l'amour, comédie musicale en 3 actes, d'après sa pièce, avec Blanche Alix et Henry-Jacques, musique de Victor Alix (Monte-Carlo, 14 novembre 1925)

Pas une secousse, comédie musicale en 3 actes, avec Blanche Alix et Henry-Jacques, musique de Victor Alix (Monte-Carlo, 06 décembre 1927)

Boby chéri, opérette en 3 actes, avec Jacques Ardot, musique de Victor Alix (Scala, 14 décembre 1932)

Fragonard, opéra-comique en 4 actes, avec André Rivoire, musique de Gabriel Pierné (Monnaie de Bruxelles, 1933 ; Paris, 17 octobre 1934 ; Opéra-Comique, 21 février 1946)

Mandrin, opérette en 3 actes, avec André Rivoire, musique de Joseph Szulc (Théâtre Mogador, 12 décembre 1934)

 

 

 

 

 

Romain Coolus en costume de cycliste, dessin d'Henri de Toulouse-Lautrec (1899)

 

 

 

Encylopédie