Alfred DURU

 

 

 

Henri Alfred dit Alfred DURU

 

auteur dramatique français

(Paris, 22 novembre 1829 – Paris 17e, 28 décembre 1889*)

 

Fils de Jacques Denis DURU (Charonne [auj. Paris 20e], 1784 – Paris 17e, 18 septembre 1863) et d'Avoye Eugénie LETERRIER (Villiers-le-Bel, Seine-et-Oise [auj. Val-d'Oise], 10 mai 1790 – Paris 17e, 26 janvier 1871), mariés à Paris le 29 juillet 1824.

Epouse à Paris le 07 octobre 1854 Clémence Constance BERNAGE (Paris, 07 juin 1832 –).

 

 

Ecrivain plein de verve et d'esprit, il a écrit, en collaboration avec Henri Chivot, dont le nom devint presque inséparable du sien, une centaine de vaudevilles, comédies et opérettes, dont beaucoup ont eu un très grand succès. Il a fait aussi des pièces, soit seul, soit avec Chivot, Clairville, Labiche, Saint-Aignan Choler, etc. Citons, parmi les plus applaudies : Fleur de thé (1868) ; le Carnaval d'un merle blanc (1869) ; Doit-on le dire ? (1872) ; la Boîte à Bibi (1876) ; Madame Favart (1879) ; les Braconniers (1879) ; la Mascotte (1881) ; le Truc d'Arthur (1882) ; le Grand Mogol (1884) ; les Noces d'un réserviste (1885) ; etc.

Il est décédé en son domicile au 76 boulevard des Batignolles à Paris 17e.

 

 

 

 

livrets

 

le Rêve, opéra-comique en 1 acte, avec Henri Chivot, musique d'Edmond Savary (Théâtre-Lyrique, 13 octobre 1865)

les Chevaliers de la Table ronde, opéra bouffe en 3 actes, avec Henri Chivot, musique d'Hervé (Bouffes-Parisiens, 17 novembre 1866)

les Défauts de Jacotte, opérette en 1 acte, avec Henri Chivot, musique de Victor Robillard (Fantaisies-Parisiennes, 27 avril 1867)

Fleur de thé, opéra bouffe en 3 actes, avec Henri Chivot, musique de Charles Lecocq (Athénée, 11 avril 1868)

l'Ile de Tulipatan, opérette en 1 acte, avec Henri Chivot, musique de Jacques Offenbach (Bouffes-Parisiens, 30 septembre 1868)

le Soldat malgré lui, opéra-comique en 2 actes, avec Henri Chivot, musique de Frédéric-Etienne Barbier (Fantaisies-Parisiennes, 19 octobre 1868)

le Carnaval d'un merle blanc, comédie-vaudeville en 3 actes, avec Henri Chivot, musique de Charles Lecocq (Palais-Royal, 30 décembre 1868)

Gandolfo, opérette en 1 acte, avec Henri Chivot, musique de Charles Lecocq (Bouffes-Parisiens, 17 janvier 1869)

le Docteur Purgandi, opérette bouffe en 1 acte, avec Henri Chivot, musique de Victor Robillard (Folies-Bergère, 02 mai 1869)

le Rajah de Mysore, opérette en 1 acte, avec Henri Chivot, musique de Charles Lecocq (Bouffes-Parisiens, 21 septembre 1869)

le Beau Dunois, opérette en 1 acte, avec Henri Chivot, musique de Charles Lecocq (Variétés, 13 avril 1870)

les Cent vierges, opéra bouffe en 3 actes, avec Henri Chivot et Clairville, musique de Charles Lecocq (Bruxelles, 16 mars 1872)
les Braconniers, opéra bouffe en 3 actes, avec Henri Chivot, musique de Jacques Offenbach (Variétés, 29 janvier 1873)

la Blanchisseuse de Berg-op-Zoom, opéra-comique en 3 actes, avec Henri Chivot, musique de Léon Vasseur (Folies-Dramatiques, 27 janvier 1875)

le Pompon, opéra-comique en 3 actes, avec Henri Chivot, musique de Charles Lecocq (Folies-Dramatiques, 10 novembre 1875)

Mirlitons, vaudeville-revue en 3 actes, avec Ernest Blum, Henri Chabrillat et Henri Bocage, musique d'Auguste Cœdès (Folies-Dramatiques, 17 avril 1876)

Madame Favart, opéra-comique en 3 actes, avec Henri Chivot, musique de Jacques Offenbach (Folies-Dramatiques, 28 décembre 1878)

les Noces d'Olivette, opéra-comique en 3 actes, avec Henri Chivot, musique d'Edmond Audran (Bouffes-Parisiens, 13 novembre 1879)

la Fille du Tambour-major, opéra-comique en 3 actes, avec Henri Chivot, musique de Jacques Offenbach (Folies-Dramatiques, 13 décembre 1879)

la Mère des compagnons, opéra-comique en 3 actes, avec Henri Chivot, musique d'Hervé (Folies-Dramatiques, 15 décembre 1880)

la Mascotte, opéra-comique en 3 actes, avec Henri Chivot, musique d'Edmond Audran (Bouffes-Parisiens, 29 décembre 1880)

Boccace, opéra-comique en 3 actes, version française de Chivot et Duru, musique de Franz von Suppé (Bruxelles, 03 février 1882)

Gillette de Narbonne, opérette en 3 actes, avec Henri Chivot, musique d'Edmond Audran (Bouffes-Parisiens, 11 novembre 1882)

la Princesse des Canaries, opéra bouffe en 3 actes, avec Henri Chivot, musique de Charles Lecocq (Folies-Dramatiques, 09 février 1883)

les Pommes d'or, opérette-féerie en 3 actes, avec Henri Chivot, Henri Blondeau et Hector Monréal, musique d'Edmond Audran (Menus-Plaisirs, 12 février 1883)

la Dormeuse éveillée, opérette en 3 actes, avec Henri Chivot, musique d'Edmond Audran (Bouffes-Parisiens, 29 décembre 1883)

l'Oiseau bleu, opérette en 3 actes, avec Henri Chivot, musique de Charles Lecocq (Nouveautés, 16 janvier 1884)

le Grand Mogol, opéra bouffe en 4 actes et quatre tableaux, avec Henri Chivot, musique d'Edmond Audran (Gaîté, 19 septembre 1884)

Pervenche, opérette en 3 actes, avec Henri Chivot, musique d'Edmond Audran (Bouffes-Parisiens, 31 mars 1885)

la Cigale et la fourmi, opéra-comique en 3 actes, avec Henri Chivot, musique d'Edmond Audran (Gaîté, 30 octobre 1886)

Surcouf, opérette en 3 actes et 1 prologue, avec Henri Chivot, musique de Robert Planquette (Folies-Dramatiques, 06 octobre 1887)

la Petite Fronde, opérette en 3 actes, avec Henri Chivot, musique d'Edmond Audran (Folies-Dramatiques, 16 novembre 1888)

la Fille à Cacolet, vaudeville-opérette en 3 actes, avec Henri Chivot, musique d'Edmond Audran (Variétés, 11 juillet 1889)

la Souris blanche, opérette en 3 actes, avec Henri Chivot, musique de Léon Vasseur et de Thuisy (Théâtre Dejazet, 09 novembre 1897)

 

 

 

 

 

Il s'occupait de gravure quand il fit, en société avec M. Henri Chivot, enfant des Batignolles comme lui, l'Histoire d'un gilet. Ce drame-vaudeville en trois actes, qui fut reçu par Mourier pour être joué aux Folies-Dramatiques du boulevard du Temple, inaugura, le 14 novembre 1857, la nouvelle salle de la rue de Bondy que venait de faire construire Harel. A partir de cette époque, M. Alfred Duru ne cessa de travailler pour le théâtre, en collaboration avec M. Chivot. Il a donné seul, au Palais-Royal, en 1872, les Deux noces de Bois-Joli, vaudeville en trois actes, resté au répertoire, et, en 1875, l'Homme du Lapin blanc, comédie-vaudeville en trois actes. Il a fait représenter, avec Labiche, au Palais-Royal, en 1872, Doit-on le dire ? comédie en trois actes dont le succès fut très vif ; en 1874, les Samedis de Madame, comédie en trois actes, pour les débuts de Dieudonné, à son retour de Russie ; au Gymnase, Madame est trop belle, comédie en trois actes ; au Palais-Royal, en 1877, la Clef, comédie en quatre actes. On a encore de lui : aux Folies-Dramatiques, en 1876, les Mirlitons, vaudeville-revue en trois actes et sept tableaux, avec Chabrillat ; à l'Athénée-Comique, la Fille du clown, pièce en deux actes, avec Raymond ; au Palais-Royal, en 1877, la Boîte à Bibi, folie-vaudeville en trois actes, avec Saint-Aignan Choler ; aux Folies-Dramatiques, Madame Favart, opéra-comique en trois actes, musique d'Offenbach, avec Chivot. M. Alfred Duru a été secrétaire de la commission des auteurs et compositeurs dramatiques pour l'exercice 1875-1876.

(Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, 1er supplément, 1878)

 

Outre les nombreuses pièces qu'il a données au théâtre en collaboration avec M. Chivot, M. Alfred Duru a fait encore représenter : les Bas de laine, comédie-vaudeville en trois actes, avec MM. W. Busnach et O. Gatineau (1879) ; la Villa Blancmignon, comédie, avec M. A. Erny (1880).

(Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, 2e supplément, 1888)

 

 

 

 

 

Encylopédie