Cécile EYREAMS

 

Cécile Eyreams, photo Reutlinger

 

 

Cécile EYREAMS

 

soprano français

(1874 )

 

 

Elle n'étudia pas au Conservatoire de Paris, et travailla la comédie avec François-Antoine Grivot et le chant avec Mlle J. Rolla, et fut élève d'Ed. Chavagnat. En 1894, elle débuta à l'Opéra-Comique. Entre 1902 et 1910, elle parut régulièrement à la Monnaie de Bruxelles, où elle participa à plusieurs premières, et, durant la Première Guerre mondiale, elle se produisit sur les grandes scènes de province, en particulier à Lyon et à Marseille. En 1918, elle débuta à l'Opéra de Paris. Elle participa également à de nombreux concerts.

En 1902, elle habitait 9 rue Le Peletier à Paris 9e.

 

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra-Comique

 

Elle y a débuté le 06 novembre 1894 dans Manon (Javotte).

 

Elle y a créé le 16 janvier 1902 la Chambre bleue (Gabrielle) de Jules Bouval ; le 01 mai 1900 le Follet (Scorf) d'Ernest Lefèvre-Dérodé ; le 06 juillet 1901 le Légataire universel (Isabelle) de Georges Pfeiffer.

 

Elle y a chanté la Basoche (Marie d'Angleterre) ; Bastien et Bastienne (Bastienne) ; Carmen (Frasquita, Micaëla) ; le Chalet (Bettly) ; la Chercheuse d'esprit (Alain) ; le Domino noir (Brigitte, la Tourière) ; les Dragons de Villars (Georgette) ; le Farfadet (Babet) ; Fidelio (Marceline) ; l'Irato (Isabelle) ; Lakmé (Ellen, Rose) ; Louise (Irma) ; Mignon (Frédéric) ; Mireille (Andreloun) ; Orphée (l'Amour) ; l'Ouragan (Lulu) ; le Portrait de Manon (Jean de Morcerf) ; le Roi l'a dit (de Florembelle) ; Rose et Colas (Rose) ; la Traviata (Clara) ; la Vivandière (Jeanne).

 

 

Sa carrière à l'Opéra de Paris

 

Elle y débuta le 23 février 1918 dans Faust (Siebel).

 

Elle y chanta en 1918 Guillaume Tell (Edwige) ; Thaïs (Crobyle) ; Roméo et Juliette (Stéfano).

 

 

 

Cécile Eyreams, photo Reutlinger

 

 

 

[Reprise de l'Irato à l'Opéra-Comique]

L'Irato est très bien joué. M. Grivot s'y montre excellent comédien et MM. Belhomme, Carbonne et Delvoye, sans jouer avec sa finesse et son expérience, s'acquittent de leur tâche en chanteurs pleins de conscience et d'adresse. Mlle Eyreams, dans le rôle d'Isabelle, est une ingénue extrêmement gracieuse et avenante ; elle chante son unique air d'une voix menue, mais agréable et d'une justesse impeccable. Mlle Marié de l'Isle tient bien sa partie dans ce bon ensemble.

(la Chronique des Arts, 30 décembre 1899)

 

Il est peu de femme, au théâtre, qui soient aussi heureusement douées que Mlle Cécile Eyreams.

Bonne comédienne, jolie voix de dugazon, travailleuse acharnée ; non contente de posséder ces qualités, la charmante artiste est jolie, et si gracieusement !

N'a jamais été au Conservatoire et ne s'en porte pas plus mal ; élève du consciencieux et excellent Grivot, de l'Opéra-Comique, pour la comédie, et de Mlle J. Rolla, pour le chant, elle tient à l'Opéra-Comique une place qui s'agrandit de jour en jour.

Mlle Cécile Eyreams a joué successivement tout le répertoire, notamment le Chalet, le Dîner de Pierrot, Mireille (le Berger), Carmen (Micaëla), les Dragons de Villars (Rose Friquet), et dans tous ces rôles elle s'est montrée exquise.

(Annuaire des Artistes, 1902)

 

Cécile Eyreams présente actuellement dans ses salons, 8, rue de la Tour-des-Dames (Trinité), Téléphone Trudaine 62-92, sa nouvelle collection. Ravissants modèles haute couture, tailleur et sport. Une robe signée Cécile Eyreams reste la marque distinctive de toute femme élégante. Prix très intéressants.

(Femina, février 1927)

 

 

 

 

Cécile Eyreams dans Orphée (l'Amour), photo Reutlinger

 

 

 

Discographie

 

N° catalogue N° matrice Date d'enregistr. Compositeur Œuvre  Extrait Interprètes Accompagnement

 DISQUE POUR GRAMOPHONE (Bruxelles)

34132 8431u 1905 DONIZETTI (Gaetano) FILLE DU RéGIMENT (LA) "Le voilà, le voilà... Au bruit de la guerre" Cécile EYREAMS, soprano, et Hippolyte BELHOMME Piano
33542 8432u 1905 PESSARD çA FAIT PEUR AUX OISEAUX   Cécile EYREAMS, soprano de l'Opéra-Comique  
33543 8434u 1905 BIZET (Georges) CARMEN Air de Micaëla Cécile EYREAMS, soprano de l'Opéra-Comique  

 APGA (Paris)

1770   vers 1907 GOUNOD (Charles) MIREILLE "Trahir Vincent" Cécile EYREAMS, soprano de l'Opéra-Comique  
1771   vers 1907 GOUNOD (Charles) MIREILLE "Heureux petit berger" Cécile EYREAMS, soprano de l'Opéra-Comique  
1773   vers 1907 THOMAS (Ambroise) MIGNON "Connais-tu le pays" Cécile EYREAMS, soprano de l'Opéra-Comique  
1774   vers 1907 DONIZETTI (Gaetano) FILLE DU RéGIMENT (LA) "Il faut partir" Cécile EYREAMS, soprano de l'Opéra-Comique  
1775   vers 1907 DONIZETTI (Gaetano) FILLE DU RéGIMENT (LA) "Salut à la France" Cécile EYREAMS, soprano de l'Opéra-Comique  
1777   vers 1907 MAILLART (Aimé) DRAGONS DE VILLARS (LES) Air des mules Cécile EYREAMS, soprano de l'Opéra-Comique  
1779   vers 1907 CLUTSAM BERCEUSE   Cécile EYREAMS, soprano de l'Opéra-Comique  
1780   vers 1907 ALARY COLINETTE   Cécile EYREAMS, soprano de l'Opéra-Comique  

 

 

 

 

 

"Le voilà, le voilà... Au bruit de la guerre"

extrait de l'acte I de la Fille du Régiment de Donizetti

Cécile Eyreams (Marie), Hippolyte Belhomme (Sulpice) et Piano

Disque Pour Gramophone 34132, mat. 8431u, enr. à Bruxelles en 1905

 

 

 

 

 

Encylopédie