Marie FAIVRE

 

 

 

Marie FAIVRE

 

mezzo-soprano français

 

Fille de François Théodore FAIVRE (– av. 1864) et de Julie Coralie BOILOT (– ap. 1864).

Sœur d'Amélie FAIVRE, cantatrice.

 

 

 

 

Sa carrière au Théâtre-Lyrique

 

Elle a débuté le 30 septembre 1859 en créant les Petits violons du roi de Deffès.

 

Elle a chanté le 05 juin 1860 la première des Rosières (Cateau) d'Herold.

 

Elle a également créé le 08 mai 1861 Au travers du mur (Juliette) de Joseph Poniatowski ; le 13 décembre 1861 la Tête enchantée de Léon Paliard ; le 25 avril 1862 la Fleur du Val-Suzon de Georges Douay ; le 24 mai 1862 le Pays de Cocagne (Colombine) de Pauline Thys.

 

 

 

 

 

Mlle Amélie Faivre, du Théâtre-Lyrique, est, dit-on, engagée pour l'année prochaine, au théâtre de la Monnaie, à Bruxelles, en qualité de dugazon et jeune chanteuse. On assure que sa sœur, Mlle Marie Faivre, a traité avec le théâtre de Rouen.

(le Ménestrel n° 866, 3 mai 1863)

 

Théâtre Français de Rouen. - Que Mlle Raffaëlla Franchino (la Sarah Bernhardt lyrique), ait du talent, c'est incontestable ; que M. Falchieri jouisse d'une réputation de chanteur et de comédien de valeur, ceci est encore indéniable ; mais que Mlle Marie Faivre, première dugazon du Théâtre-National-Lyrique et, surtout, Mme Guffroy, duègne du même théâtre, viennent impunément et à grands fracas, essayer de faire des trilles et des gammes chromatiques dans la patrie de Boieldieu, sur un théâtre où les petits opéras-comiques et l'opérette sont soigneusement interprétés, ceci passe les bornes et n'est ni plus ni moins que de la farce !

(le Monde artiste, 26 octobre 1878)

 

 

 

 

 

Encylopédie