Etienne Guillaume François de FAVIÈRES

 

premier acte d'Aline, reine de Golconde à l'Opéra-National le 16 novembre 1847

 

 

Etienne (ou Edmond) Guillaume François de FAVIÈRES

 

auteur dramatique et poète français

(Paris, 08 novembre 1755 Paris, 18 mars 1837)

 

Fils d'Etienne Guillaume de FAVIÈRES (– 08 juin 1772), conseiller au parlement de Paris.

Epouse la fille de Jean Antoine GAILLIOT, marquis de MANDAT (Paris, 1731 – Paris, 10 août 1792).

Père d'Alexandre de FAVIÈRES, librettiste.

 

 

Conseiller au parlement de Paris avant la Révolution, il avait épousé la fille de Mandat, commandant de la garde nationale parisienne, massacré le 10 août 1792. Favières, en possession d'une fortune respectable, s'est occupé de littérature plus pour son plaisir que pour en tirer profit. Il écrivit des poésies et des pièces de théâtre, comédies, drames lyriques, livrets d’opéras-comiques. Ses ouvrages sont les suivants : Mauvaise tête et bon cœur, comédie en trois actes, en prose (Paris, 1790, in-8°) ; les Espiègleries de garnison, comédie en trois actes, en prose (Paris, 1791, in-8°) ; Paul et Virginie, comédie en trois actes, en prose (Paris, 1791 ; nouvelle édition : Paris, 1824, in-8°); Lisbeth, drame lyrique en trois actes, en prose (Paris, 1797, in-8°) ; Elisca ou l'Amour maternel, drame lyrique en trois actes, en prose (Paris, an VII [1799], in-8°) ; Fanny Morna, drame lyrique en trois actes, en prose (Paris, an VIII [1800], in-8°) ; Hermann et Verner ou les Militaires, fait historique en trois actes (Paris, 1803, in-12) ; les Trois hussards, comédie lyrique en deux actes, en prose (Paris, 1804, in-8°) ; Jean et  Geneviève, opéra-comique en un acte (Paris, 1810, in-8°), représenté dès 1792 ; Elisca ou l'Habitante de Madagascar, drame lyrique en trois actes (Paris, 1812, in-8°) ; Montfort ou Comme on aimait jadis, poème en douze chants, en vers (Paris, 1789, in-8° ; 2e édition : Paris, 1836, in-8°) ; Poésies diverses (Paris, 1837, in-8°). On a de lui, en outre, diverses pièces de théâtre faites en collaboration avec divers auteurs. Quérard lui attribue indûment dans la France littéraire des poésies latines imprimées dans le 14e volume des Amusements du cœur et de l'esprit ; et dont la plus importante est intitulée : l’Eloge du printemps ; ces pièces sont de son père, qui fut également conseiller au parlement de Paris. A ce bagage ajoutons Aline, reine de Golconde, comédie lyrique dont la musique est de Berton (1803), qui eut un vif succès et qui est restée longtemps au répertoire, et l'Aimable vieillard, comédie en cinq actes, en vers, représentée au Théâtre-Français en 1801. On doit à son fils Alexandre de Favières, le livret du Grand-père ou les Deux âges, comédie en un acte mêlée d'ariettes, musique de Louis-Emmanuel Jadin, créée à l’Opéra-Comique le 14 octobre 1805 (Paris, an XIV [1806], in-8°).

 

 

 

 

livrets

 

Paul et Virginie, comédie en 3 actes, musique de Rodolphe Kreutzer (Opéra-Comique, 15 janvier 1791)

les Espiègleries de garnison, comédie en 3 actes mêlée d'ariettes, musique de Stanislas Champein (Opéra-Comique, 21 septembre 1791)

Jean et  Geneviève, opéra-comique en 1 acte, musique de Jean-Pierre Solié (Opéra-Comique, 03 décembre 1792)

les Deux Sous-lieutenants ou le Concert interrompu, comédie en 1 acte, musique d'Henri Montan-Berton (Opéra-Comique, 19 mai 1792)

le Coin du feu, opéra-comique en 1 acte, musique de Louis-Emmanuel Jadin (Opéra-Comique, 10 juin 1793)

Christophe et Jérôme, opéra-comique en 1 acte, musique d'Henri Montan-Berton (Opéra-Comique, 26 octobre 1796)

Lisbeth, opéra-comique en 3 actes, musique de Grétry (Opéra-Comique, 10 janvier 1797)

Volécour ou un Tour de page, opéra-comique en 1 acte, musique de François Devienne (Opéra-Comique, 22 mars 1797)

Primerose, opéra en trois actes, avec Morel de Vindé, musique de Nicolas Dalayrac (Opéra-Comique, 07 mars 1798)

Elisca ou l'Amour maternel, opéra-comique en 3 actes et en prose, musique de Grétry (Opéra-Comique, 01 janvier 1799)

Roger ou le Page, opéra en 3 actes, avec Benoît-Joseph Marsollier, d’après Primerose, musique de Nicolas Dalayrac (Opéra-Comique, 10 mars 1799)

Fanny Morna ou l'Ecossaise, drame lyrique en 3 actes, musique de Louis-Luc Loiseau de Persuis (Opéra-Comique, 22 août 1799)

Une nuit de Frédéric II ou le Rappel de Potsdam, anecdote en 1 acte, avec André-François de Coupigny et Michel Dieulafoy, musique de vaudevilles (Opéra-Comique, 13 juillet 1800)

le Concert interrompu, opéra-comique en 1 acte, musique d'Henri Montan-Berton (Opéra-Comique, 31 mai 1802)

Aline, reine de Golconde, opéra-comique en 3 actes, avec Jean-Baptiste-Charles Vial, musique d'Henri Montan-Berton (Opéra-Comique, 03 septembre 1803)

la Grand' Mère, opéra-comique en 2 actes, musique de Jadin (théâtre Molière, 16 octobre 1804)

les Trois hussards, comédie lyrique en 2 actes, musique de Stanislas Champein (Opéra-Comique, 26 juillet 1804)

Elisca ou l'Habitante de Madagascar, drame lyrique en 3 actes, avec Grétry neveu, musique de Grétry [2e version d'Elisca ou l'Amour maternel] (théâtre Feydeau, 1812)

l'Inconnu ou le Coup d'épée viager, opéra-comique en 3 actes, avec Jean-Baptiste-Charles Vial, musique de Louis-Emmanuel Jadin (Opéra-Comique, 30 mars 1816)

le Nouveau Seigneur du village, opéra-comique en 1 acte, avec Auguste Creuzé de Lesser, musique de François-Adrien Boieldieu (Opéra-Comique, 29 juin 1813)

 

 

 

 

 

 

Encylopédie