Hippolyte GRIGNON

 

 

 

François Hippolyte dit Hippolyte GRIGNON dit aussi GRIGNON fils

 

baryton français

(Paris 6e, 30 janvier 1822 – Neuilly-sur-Seine, Seine [auj. Hauts-de-Seine], 08 février 1891*)

 

Fils d'Honoré GRIGNON, baryton, et de Bellotte GODCHAU TARKHEIM.

Epouse 1. à Paris 6e le 03 juin 1862* Robertine Emilie PELCEF (Sainte-Radegonde [auj. dans Tours], Indre-et-Loire, 03 mars 1836* av. 1871).

Epouse 2. à Paris 6e le 31 août 1871* Anna DESTIGNY (Paris 6e, 27 octobre 1838 – ap. 1891).

 

 

Au Conservatoire de Paris, il obtint en 1845, des accessits de chant et d’opéra et un 1er accessit d’opéra-comique ; en 1846, un premier prix de chant et les seconds prix d’opéra et d’opéra-comique.

Il chanta à l'Opéra (1851) ; au Théâtre-Lyrique [Opéra-National] (1851-décembre 1852) ; à Angers (1855) ; à Genève ; à Paris. Il chanta également à la Société des Concerts du Conservatoire (aspirant le 23 décembre 1842 ; sociétaire du 19 octobre 1847 au 06 juin 1854 ; aspirant du 27 novembre 1860 au 27 septembre 1862).

En 1871, il habitait 18 rue Monge à Paris 5e. Il est décédé en son domicile, 11 rue Basse-de-Longchamp [auj. rue Ybry] à Neuilly-sur-Seine.

 

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra de Paris

 

Il y débuta le 06 avril 1851 dans la Favorite (Alphonse).

 

 

Sa carrière au Théâtre-Lyrique

 

Il y débuta en 1851.

 

Il y créa le 26 janvier 1852 le Mariage en l'air d'Eugène Déjazet ; le 14 octobre 1852 Choisy-le-Roi d'Eugène Gautier ; le 27 octobre 1852 la Ferme de Kilmoor d'Alphonse Varney ; le 21 septembre 1869 le Dernier jour de Pompéi (Diomède) de Victorin Joncières.

 

 

 

 

 

 

 

Encylopédie