GUARDI

 

 

 

Jean Hector GRUYER dit GUARDI

 

ténor français

(Grenoble, Isère, 24 septembre 1827* – rue du Four, Sassenage, Isère, 02 janvier 1908*)

 

Fils de Charles Alexandre GRUYER (Goncelin, Isère, 18 octobre 1801* – Hyères, Var, 17 février 1850*), négociant, et de Cécile Julie PICHAT dit CHABOUD (Grenoble, 17 décembre 1795 – Grenoble, 30 août 1836).

Epouse à Grenoble le 05 juin 1875* Henriette Eugénie CLET (Grenoble, 02 novembre 1837 1921) [ép.1. à Grenoble le 04 février 1858 Jules Isidore GRÖLL ; grands-parents de Henriette Louise Léonie GRÖLL (Grenoble, 28 février 1906 – Sassenage, 28 mars 1996), peintre].

Parents d’Angèle Henriette Marie GRUYER (Sassenage, 17 janvier 1877* – La Charité-sur-Loire, Nièvre, 21 mars 1965) [épouse à Grenoble le 30 juin 1903 Léonce Edmond Antonin Edouard Adolphe ROSSET (Annecy, Haute-Savoie, 11 février 1870* –), capitaine].

 

 

Il fut élève d'Adolphe Bizet, et ami de son fils, le compositeur Georges Bizet. Débutant, il fut engagé en 1859 au Théâtre-Lyrique pour y créer le rôle de Faust. Mais il s'enroua et ne chanta Faust que lors de la reprise, le 13 septembre 1859, pour quatre représentations. Il chanta ensuite en Italie. Il fut maire de Sassenage (Isère) et conseiller général de l'Isère de 1881 à 1898 (6 mandats en 17 ans). Il fut nommé chevalier de la Légion d'honneur le 13 juillet 1891.

Il ne doit pas être confondu avec le chanteur Emile-Ernest GRUYER (Paris, 20 mai 1851 –), qui créa le Roman d'un jour au Théâtre du Château-d'Eau en 1884.

 

 

 

 

Sa carrière au Théâtre-Lyrique

 

Il participa le 05 mai 1860 à la première de Fidelio (Florestan) de Beethoven [version française de Barbier et Carré].

 

 

 

 

 

Le ténor à qui avait été confié le rôle de Faust ne put, en dépit d’une voix charmante et d’un physique très agréable, soutenir le fardeau de ce rôle important et considérable. Quelques jours avant l’époque fixée pour la première représentation, on dut s’occuper de le remplacer, et on eut recours à Barbot, qui était alors disponible. En un mois, Barbot sut le rôle et fut prêt à jouer.

(Charles Gounod, Mémoires d’un artiste, 1896)

 

Le rôle de Faust était destiné au ténor Guardi, un homme superbe, dont la voix exceptionnelle réunissait les ressources du ténor et du baryton, ce qui explique la « tessiture » toute particulière du rôle et l’appui qu’il cherche parfois dans les notes graves ! – O mort ! quand viendras-tu m’abriter sous ton aile ? – Malheureusement cet organe admirable manquait de solidité. A la répétition générale, l’artiste, merveilleux de prestance et d’éclat pendant le premier acte, perdit la voix au milieu de la soirée, et il fallut renoncer à son concours.

(Camille Saint-Saëns, Portraits et Souvenirs, 1899)

 

Hector Gruyer, après avoir chanté d’autres rôles, notamment sur divers théâtres italiens, où il avait pris le nom de Guardi, se retira dans son pays, à Grenoble ; il vient d’y mourir, octogénaire, ancien conseiller général de l’Isère et chevalier de la Légion d’honneur.

(la Revue de Paris, novembre-décembre 1907)

 

 

 

 

 

 

Encylopédie