Colette HERZOG

 

Colette Herzog en 1960

 

 

Colette HERZOG

 

soprano français

(Strasbourg, Bas-Rhin, 25 octobre 1923 – octobre 1986)

 

Epouse Siegfried GOLDMAN dit Antoine GOLÉA (Vienne, Autriche, 1906 – Paris, 12 octobre 1980), musicologue français d'origine roumaine. Ils sont enterrés au cimetière de Bagneux (Hauts-de-Seine).

 

 

Elle a fait des études littéraires, puis a travaillé avec Lucie Schaeffer au Conservatoire de Nancy. Dès 1945, elle enseigna au Conservatoire de Besançon pendant dix ans. Découverte par Antoine Goléa dans une Messe de Haydn en 1957 à Besançon, elle quitta l'enseignement. En 1958, elle interpréta à Strasbourg le Visage nuptial de Pierre Boulez, et à Paris les Jardins suspendus de Schönberg. Pensionnaire de l'Opéra de Paris de 1964 à 1971, elle chanta également en province : Ulysse (Calypso) de Dallapiccola à Rouen. Elle a donné des récitals, et s'est rendu à l'étranger, dans divers festivals. Possédant la musicalité et l'intelligence des textes, elle a servi le répertoire classique et la musique de son temps.

 

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra de Paris

 

Elle y débuta le 17 juillet 1964 dans Don Juan (Zerline).

 

Elle a chanté Don Juan (Zerline) en 1966 ; Pelléas et Mélisande (Mélisande) le 08 septembre 1966 ; Carmen (Micaëla) le 12 juillet 1970.

 

 

Sa carrière à l'Opéra-Comique

 

Elle a chanté Zoroastre (Céphise) de Rameau en 1964 ; Pelléas et Mélisande (Mélisande) en 1965 ; les Noces de Figaro (la Comtesse) ; Vol de nuit (Madame Fabien).

 

 

 

 

Colette Herzog en 1964

 

 

 

 

 

 

Colette Herzog dans Pelléas et Mélisande (Mélisande) à l'Opéra-Comique

"Après le départ de Denise Duval, Colette Herzog chantait Mélisande, et ce fut, pour les critiques présents, une interprétation aussi riche de signification humaine que de substance musicale." (revue l'Opéra de Paris, 1967)

 

 

 

 

Jean-Pierre Hurteaux (Mazetto), Colette Herzog (Zerline), Gabriel Bacquier (Don Juan), Ugo Trama (Leporello) dans Don Juan à l'Opéra en 1966

"De Zerline, Colette Herzog proposait une image nouvelle et approfondie de la jeune femme inquiète autour de laquelle tourne l'intrigue imaginée par Da Ponte." (revue l'Opéra de Paris, 1967)

 

 

 

 

Colette Herzog dans les Noces de Figaro (la Comtesse) à l'Opéra-Comique (revue l'Opéra de Paris, 1969)

 

 

 

Encylopédie