Franz KAISIN

 

Franz Kaisin en 1923

 

 

François KAISIN dit Franz KAISIN

 

ténor belge

(Fleurus, Hainaut, Belgique, 02 décembre 1892 – 15 rue Varsovie, Toulouse, Haute-Garonne, 27 juin 1987*)

 

Fils de Philippe KAISIN et de Marie Joseph LECLERQ.

Epouse à Toulouse le 20 mai 1941 Yvonne DUCUING, mezzo-soprano.

 

 

Il fit ses études au Conservatoire de Bruxelles et débuta dans cette ville en 1917 dans Carmen (le Remendado). Il chanta dans les villes françaises de province et en Hollande, puis entra en 1924 à l’Opéra-Comique. Il chanta également au Covent Garden de Londres (1928), à l’Opéra de Monte-Carlo (1928, 1936), en Amérique du Sud (1938), en Espagne (1939), en Afrique du Nord et en Belgique.

Lors de son décès, il était domicilié 13 rue Sainte-Odile à Toulouse.

 

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra-Comique

 

Il y débuta le 14 avril 1924 dans Lakmé (Gérald).

 

Il y chanta le Roi d’Ys (Mylio) ; Carmen (Don José) ; la Tosca (Mario Cavaradossi) ; Werther (Werther) ; les Contes d’Hoffmann (Hoffmann) ; Manon (Des Grieux) ; Julien (Julien) ; Madame Butterfly (Pinkerton) ; Cavalleria rusticana (Torrido) ; la Bohème (Rodolphe).

 

 

Sa carrière à l'Opéra de Paris

 

Il y débuta le 10 novembre 1927, au cours d'un Gala, dans Manon (Des Grieux).

 

Il y chanta Rigoletto (le Duc, 1928) ; Faust (Faust, 1928) ; Roméo et Juliette (Roméo, 1928) ; Paillasse (Canio, 1929) ; Boris Godounov (Dimitri, 1929) ; la Tour de feu (Yves, 1930) ; la Traviata (Rodolphe, 1930) ; Hérodiade (Jean, 1930) ; Aïda (Radamès, 1931).

 

 

 

 

Franz Kaisin en 1927

 

 

 

    

 

Grand air de la Patrie "Mieux vaut mourir que rester misérable... Amour sacré de la patrie"

extrait de l'acte II de la Muette de Portici

Franz Kaisin (Masaniello), José Beckmans (Pietro) et Orchestre dir Albert Wolff

Polydor 566.042, mat. 1863 1/2 BMP, enr. en 1929

 

 

    

 

Grand duo "Une fièvre brûlante"

extrait de l'acte II de Richard Cœur de Lion

Franz Kaisin (Richard), José Beckmans (Blondel) et Orchestre dir Albert Wolff

Polydor 566.042, mat. 1864 BMP, enr. en 1929

 

 

 

 

Encylopédie