LACOMBE-DUPREZ

 

 

 

Pauline Maria DUPREZ dite LACOMBE-DUPREZ

 

soprano français

(Paris 2e, 09 mars 1842 – Paris 18e, 19 novembre 1898*)

 

Fille de Bernard Bonaventure DUPREZ (Paris, 27 mars 1808 Paris 9e, 12 janvier 1888*), artiste musicien [frère de Gilbert Louis DUPREZ, ténor, et d'Edouard DUPREZ, librettiste], et de Madeleine GÉLARD, mariés à Paris 11e le 03 octobre 1843.

Epouse Ernest Louis LACOMBE (Castres, Tarn, 17 juillet 1842* – Paris 10e, 15 août 1894*), éditeur de musique.

 

 

Elle était la nièce du fameux Duprez et son élève. Elle possédait une magnifique voix de chanteuse légère, d'un timbre éclatant et pur, d'une justesse impeccable. Malheureusement comme comédienne elle était d'une froideur outrée. Elle chanta au Théâtre de Nantes en tant que première chanteuse légère durant la saison 1876-1877, puis entra à l'Opéra-Comique. Le 08 février 1879, elle créa le Chevalier Gaston de Robert Planquette à l'Opéra de Monte-Carlo. En 1881, elle débuta à l'Opéra de Paris.

Elle est décédée en son domicile, 27 rue Lepic à Paris 18e.

 

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra-Comique

 

Elle y débuta le 11 octobre 1877 dans les Diamants de la couronne (Catarina).

 

 

Sa carrière à l'Opéra de Paris

 

Elle a débuté le 08 juin 1881 dans les Huguenots (la Reine).

 

Elle a chanté le Comte Ory (Comtesse, 1881) ; Robert le Diable (Isabelle, 1881) ; Guillaume Tell (Mathilde, 1881) ; la Muette de Portici (Elvire, 1882) ; le Tribut de Zamora (Xaïma, 1882) ; la Juive (Eudoxie, 1882).

 

 

 

 

 

Encylopédie