Albert LAMBERT

 

Albert Lambert dans Pour la Couronne à l'Odéon

 

 

Albert Léon LAMBERT dit Albert LAMBERT père

 

acteur français

(78 rue du Ruissel, Rouen, Seine-Maritime, 23 février 1847* La Bouille, Seine-Maritime, 1918)

 

Fils de Louis Joseph LAMBERT (Rouen, 26 février 1810 –), employé à l'octroi, et de Madeleine Geneviève GRANDPIERRE (Rouen, 06 février 1814 –), journalière [mariés à Rouen le 04 mai 1833*].

Epouse à Rouen le 14 juin 1870 Marie Olympe LAURENT (Rouen, 04 novembre 1846 –), modiste.

Parents d'Albert Raphaël LAMBERT dit Albert LAMBERT fils (78 rue du Ruissel, Rouen, 31 décembre 1865* Paris, 01 mars 1941), acteur.

 

 

Il fut élève de l'école des frères jusqu'à onze ans, puis continua seul ses études. Poète de bonne heure, il écrivit en vers dès qu'il en entendit réciter sur les bancs de l'école. D'abord sculpteur, il débuta comme acteur en 1867, d’abord en province, puis parut à Paris, où il fut successivement engagé à l'Ambigu (1873), aux Menus-Plaisirs, au théâtre des Nations, au Troisième Théâtre-Français, et fit des tournées en province et à l'étranger. En 1880, il fut attaché à l’Odéon, pour jouer le répertoire, et a créé de nombreux rôles avec un réel talent. Il a fait représenter au théâtre quelques pièces en un acte et des opérettes. Il s’est fait connaître au Concert par de nombreuses chansons et poésies : le Buis volé, Ivre-mort, le Vin du père, le Pain du Laboureur, le Désir d'une Rose, Berceaux, Lauriers, la Dernière Feuille, les Fossettes, etc.

En 1897, il habitait 48 rue Monsieur-le-Prince à Paris 6e.

 

 

 

 

livrets

 

On demande un gendre, opérette en 1 acte avec B. Lebreton, musique d'Auguste de Villebichot (Eden-Concert, 19 mars 1887)

Terre-Neuve, vaudeville-opérette en 1 acte avec B. Lebreton, musique de Paul Blétry (Eden-Concert, 26 juillet 1890) => livret

 

 

 

 

 

 

Encylopédie