Adolphe de LEUVEN

 

 

 

 

Adolphe Fredericson, comte DE RIBBING dit Adolphe de LEUVEN

 

auteur dramatique français

(Paris 1er, 08 vendémiaire an XI [30 septembre 1802] – Paris 9e, 14 avril 1884*)

 

Fils naturel d’Adolphe Louis, comte DE RIBBING, dit de LEUVEN (Stockholm, 1765 – Paris, avril 1843), homme politique suédois, et de Jeanne-Claude BILLARD.

Epouse Antoinette Jenny Eugénie DE PLANARD (Paris, 1818 – Marly-le-Roi, Seine-et-Oise [auj. Yvelines], 09 août 1874*), fille d’Eugène DE PLANARD, auteur dramatique.

 

 

Son père avait participé à l’assassinat du roi Gustave III en 1792, puis avait vécu à Paris sous le nom de sa mère, Leuven. [A la première représentation du ballet Gustave, voulant voir, dit-il, si la couleur locale avait bien été observée, il monta en cabriolet pour s'y rendre et fit un faux pas ; on le releva grièvement blessé, et il mourut peu de jours après.]

S'étant lié d'une étroite amitié avec Alexandre Dumas, il écrivit avec lui un vaudeville, la Chasse et l'Amour (1825). Doué d'une grande facilité, il composa avec Scribe, Saint-Georges, etc., cent cinquante pièces, vaudevilles et livrets d'opéras. Pendant plusieurs années, il fut codirecteur de l'Opéra-Comique, avec Eugène Ritt (20 décembre 1862 au 20 juillet 1870), puis avec Camille Du Locle (20 juillet 1870 au 20 janvier 1874). Nous citerons, parmi ses pièces : Vert-Vert, comédie en trois actes, avec Pittaud de Forges (Palais-Royal, 15 mars 1832) [Offenbach en a tiré l'opéra-comique du même nom, en 1869] ; la Poupée de Nuremberg (1852) ; le Voyage sentimental (1853) ; la Fanchonnette (1855) ; Maître Pathelin (1856) ; les Commères (1857), sous le pseudonyme de GRANVAL ; etc. Il a été nommé chevalier, le 29 avril 1847, puis officier, le 09 août 1870, de la Légion d’honneur.

En 1874, il habitait 9 rue de Berlin [auj. rue de Liège] à Paris 9e, où il est décédé.

 

 

 

 

livrets

 

la Marquise, opéra-comique en 1 acte, avec Henri de Saint-Georges, musique d'Adolphe Adam (Opéra-Comique, 28 février 1835)

la Fermière de Bolbec, opéra-vaudeville, avec Philippe Auguste Alfred Pittaud de Forges, musique de Pilati (Palais-Royal, 24 décembre 1835)

Leona ou le Parisien en Corse, opéra-vaudeville en 2 actes, avec Henri de Saint-Georges, musique de Pilati (Palais-Royal, 14 janvier 1836)

le Luthier de Vienne, opéra-comique en 1 acte, avec Henri de Saint-Georges, musique d’Hippolyte Monpou (Opéra-Comique, 30 juin 1836)

le Postillon de Lonjumeau, opéra-comique en 3 actes, avec Brunswick, musique d'Adolphe Adam (Opéra-Comique, 13 octobre 1836)

Un Conte d'autrefois, opéra-comique en 1 acte, avec Brunswick, musique d'Hippolyte Monpou (Opéra-Comique, 20 février 1838)

le Suisse à Trianon, opéra-comique en 1 acte, avec Henri de Saint-Georges, musique d’Albert Grisar (Variétés, 08 mars 1838)

Thérèse, opéra-comique en 2 actes, avec Eugène de Planard, musique de Michele Enrico Carafa (Opéra-Comique, 26 septembre 1838)

le Brasseur de Preston, opéra-comique en 3 actes, avec Brunswick, musique d'Adolphe Adam (Opéra-Comique, 31 octobre 1838)

Lady Melvil, opéra-comique en 3 actes, avec Henri de Saint-Georges, musique d’Albert Grisar (Renaissance, 15 novembre 1838)

le Panier fleuri, opéra-comique en 1 acte, avec Brunswick, musique d'Ambroise Thomas (Opéra-Comique, 06 mai 1839)

Eva, drame lyrique en 2 actes, avec Brunswick, musique de Pier Antonio Coppola arrangée par Narcisse Girard (Opéra-Comique, 09 décembre 1839)

Carline, opéra-comique en 3 actes, avec Brunswick, musique d'Ambroise Thomas (Opéra-Comique, 24 février 1840)

l'Automate de Vaucanson, opéra-comique en 1 acte, musique de Luigi Bordèse (Opéra-Comique, 02 septembre 1840)

la Reine Jeanne, opéra-comique en 3 actes, avec Brunswick, musique d'Hippolyte Monpou et Luigi Bordèse (Opéra-Comique, 02 octobre 1840)

la Rose de Péronne, opéra-comique en 3 actes, avec Adolphe Dennery, musique d'Adolphe Adam (Opéra-Comique, 12 décembre 1840)

les Deux voleurs, opéra-comique en 1 acte, avec Brunswick, musique de Narcisse Girard (Opéra-Comique, 26 juin 1841)

Mademoiselle de Mérange, opéra-comique en 1 acte, avec Brunswick, musique d’Henri Potier (Opéra-Comique, 14 décembre 1841) => livret

le Conseil des Dix (ou les Dix), opéra-comique en 1 acte, avec Brunswick, musique de Narcisse Girard (Opéra-Comique, 23 août 1842)

le Roi d'Yvetot, opéra-comique en 3 actes, avec Brunswick, musique d'Adolphe Adam (Opéra-Comique, 13 octobre 1842)

le Puits d'amour, opéra-comique en 3 actes, avec Eugène Scribe, musique de Michael William Balfe (Opéra-Comique, 20 avril 1843)

les Quatre fils Aymon, opéra-comique en 3 actes, avec Brunswick, musique de William Balfe (Opéra-Comique, 15 juillet 1844)

le Caquet du couvent, opéra-comique en 1 acte, avec Eugène de Planard, musique d'Henri Potier (Opéra-Comique, 05 août 1846)

Gibby la cornemuse, opéra-comique en 3 actes, avec Brunswick, musique de Clapisson (Opéra-Comique, 19 novembre 1846)

le Bouquet de l'Infante, opéra-comique en 3 actes, avec Eugène de Planard, musique d’Adrien Boieldieu (Opéra-Comique, 27 avril 1847)

le Braconnier, opéra-comique en 1 acte, avec Emile Van der Burch, musique de Gustave Héquet (Opéra-Comique, 29 octobre 1847)

Il Signor Pascarello, opéra-comique en 3 actes, avec Brunswick, musique d'Henri Potier (Opéra-Comique, 24 août 1848) => livret

les Deux bambins, opéra-comique en 1 acte, avec Brunswick, musique de Luigi Bordèse (Opéra-Comique, 04 décembre 1848)

le Songe d'une nuit d'été, opéra-comique en 3 actes, avec Joseph Rosier, musique d’Ambroise Thomas (Opéra-Comique, 20 avril 1850) => livret

la Chanteuse voilée, opéra-comique en 1 acte, avec Eugène Scribe, musique de Victor Massé (Opéra-Comique, 26 novembre 1850)

Raymond ou le Secret de la Reine, drame lyrique en 3 actes, avec Joseph Bernard Rosier, musique d’Ambroise Thomas (Opéra-Comique, 05 juin 1851)

Murdock le Bandit, opéra-comique en 1 acte, musique d’Eugène Gautier (Opéra-National, 23 octobre 1851)

la Poupée de Nuremberg, opéra-comique en 1 acte, avec Arthur de Beauplan, musique d'Adolphe Adam (Théâtre-Lyrique, 21 février 1852)

le Sourd ou l'Auberge pleine, opéra-comique en 3 actes, avec Ferdinand Langlé, musique d’Adolphe Adam (Opéra-Comique, 02 février 1853 ; Théâtre-Lyrique, 18 janvier 1856)

Flore et Zéphire, opéra-comique en 1 acte, avec Ch. Deslys, musique d’Eugène Gautier (Théâtre-Lyrique, 02 octobre 1852) => livret

Choisy-le-Roi, opéra-comique en 1 acte, avec Michel Carré, musique d'Eugène Gautier (Théâtre-Lyrique, 14 octobre 1852)

Guillery le trompette, opéra-comique en 2 actes, avec Arthur de Beauplan, musique de Salvatore Sarmiento (Théâtre-Lyrique, 08 décembre 1852)

le Roi des Halles, opéra-comique en 3 actes, avec Brunswick, musique d'Adolphe Adam (Théâtre-Lyrique, 11 avril 1853)

le Bijou perdu, opéra-comique en 3 actes, avec Philippe Auguste Alfred Pittaud de Forges, musique d'Adolphe Adam (Théâtre-Lyrique, 06 octobre 1853)

Elisabeth ou la Fille du proscrit, drame lyrique en 3 actes, avec Brunswick, musique de Gaetano Donizetti (Théâtre-Lyrique, 31 décembre 1853)

la Promise, opéra-comique en 3 actes, avec Brunswick, musique de Louis Clapisson (Théâtre-Lyrique, 16 mars 1854)

le Billet de Marguerite, opéra-comique en 3 actes, avec Brunswick, musique de François-Auguste Gevaert (Théâtre-Lyrique, 07 octobre 1854)

Schahabaham II, opéra bouffe en 1 acte, avec Michel Carré, musique d'Eugène Gautier (Théâtre-Lyrique, 31 octobre 1854)

les Charmeurs, opéra-comique en 1 acte, musique de Ferdinand Poise (Théâtre-Lyrique, 07 mars 1855 ; Opéra-Comique, 25 février 1862)

l'Amant et le frère, opéra-comique en 1 acte, musique de M. Van der Does (La Haye, mars 1855)

Jaguarita l'Indienne, opéra-comique en 3 actes, avec Henri de Saint-Georges, musique de Fromental Halévy (Théâtre-Lyrique, 14 mai 1855 ; Opéra-Comique, 10 mai 1869)

Falstaff, opéra-comique en 1 acte, avec Henri de Saint-Georges, musique d’Adolphe Adam (Théâtre-Lyrique, 18 janvier 1856)

la Fanchonnette, opéra-comique en 3 actes, avec Henri de Saint-Georges, musique de Louis Clapisson (Théâtre-Lyrique, 01 mars 1856)

Maître Pathelin, opéra-comique en 1 acte, avec Ferdinand Langlé, musique de François Bazin (Opéra-Comique, 12 décembre 1856)

les Commères ou Trois femmes contre un secret, opéra-comique en 1 acte, sous le pseudonyme de Granval, musique de M. Montuoro (Théâtre-Lyrique, 10 juin 1857)

Euryanthe, opéra romantique allemand en 3 actes, version française avec Henri de Saint-Georges, musique de Carl Maria von Weber (Théâtre-Lyrique, 01 septembre 1857)

Margot, opéra-comique en 3 actes, avec Henri de Saint-Georges, musique de Louis Clapisson (Théâtre-Lyrique, 05 novembre 1857)

les Désespérés, opéra-comique en 1 acte, avec Jules Moinaux, musique de François Bazin (Opéra-Comique, 26 janvier 1858)

le Moulin du roi, opéra-comique en 2 actes, musique d’Adrien Boieldieu (Bade, 15 juillet 1858)

la Bacchante, opéra-comique en 2 actes, avec Arthur de Beauplan, musique d’Eugène Gautier (Opéra-Comique, 04 novembre 1858)

Don Gregorio ou le Précepteur dans l'embarras, opéra-comique en 3 actes, avec Thomas Sauvage, musique du comte Nicolò Gabrielli (Opéra-Comique, 17 décembre 1859)

le Roman d'Elvire, opéra-comique en 3 actes, avec Alexandre Dumas père, musique d’Ambroise Thomas (Opéra-Comique, 24 février 1860)

le Jardinier galant, opéra-comique en 2 actes, avec Paul Siraudin, musique de Ferdinand Poise (Opéra-Comique, 04 mars 1861)

Maître Claude, opéra-comique en 1 acte, avec Henri de Saint-Georges, musique de Jules Cohen (Opéra-Comique, 18 mars 1861)

la Poularde de Caux, opérette en 1 acte, avec Prilleux, musique de François-Auguste Gevaert, Clapisson, E. Gautier, F. Poise, A. Bazille et S. Mangeant (Palais-Royal, 17 mai 1861)

le Joaillier de Saint-James, opéra-comique en 3 actes, avec Henri de Saint-Georges, musique d'Albert Grisar (Opéra-Comique, 17 février 1862)

le Saphir, opéra-comique en 3 actes, avec Michel Carré et Terence Hadot, musique de Félicien David (Opéra-Comique, 08 mars 1865)

Il Fiore d’Arlem, opéra en 3 actes, avec Henri de Saint-Georges, musique de Friedrich von Flotow (version italienne, Turin, 18 novembre 1876)

le Trompette de Chamboran, opérette en 1 acte, avec Jules Adenis, musique de Louis Deffès (Casino de Dieppe, 08 août 1877)

l’Aumônier du régiment, opéra-comique en 1 acte, avec Henri de Saint-Georges, musique d’Hector Salomon (Opéra-National-Lyrique, 13 septembre 1877 ; Opéra-Comique, 28 décembre 1881)

Actéon et le centaure Chiron, fantaisie lyrico-mythologique, d'après le vaudeville de Duvert, Théaulon et de Leuven, musique de Francis Chassaigne (Palais-Royal, 24 janvier 1878) => livret

 

 

 

 

 

Adolphe Louis, comte de Ribbing. Entré fort jeune au service de France, il fit, sous le comte d'Estaing, la guerre d'Amérique, puis revint dans sa patrie (1786), se signala bientôt par son opposition violente à tous les actes de Gustave III et prit part au complot tramé contre la vie du roi. Ce fut lui qui, dans la salle de l'Opéra, désigna la victime aux coups d'Ankarstroëm en lui mettant la main sur l'épaule et en disant : « Bonjour, beau masque. » Arrêté le lendemain, il avoua, ainsi que le comte de Horn, sa complicité avec l'auteur principal de l'assassinat et fut condamné à mort ; mais on commua sa peine en celle du bannissement perpétuel. Ribbing se mit alors à voyager sous le nom de Van Leuven, se rendit à Paris en 1796 et fut désigné dans les salons de l'époque sous le nom de beau Régicide. Peu après, il alla visiter Mme de Staël à Coppet, parcourut la Suisse, où il se maria, et revint à Paris. Comme il était lié avec le parti révolutionnaire, il partit en 1816 pour la Belgique, où il sembla vouloir partager le sort des conventionnels qui avaient voté la mort de Louis XVI, et devint un des rédacteurs du Vrai libéral. Lorsque l'amnistie permit à ses amis de rentrer en France, il revint avec eux à Paris, y traduisit les journaux anglais pour le Courrier français et termina sa vie dans l'obscurité.

Adolphe, comte de Ribbing, dit de Leuven. – Il est le fils du comte Ribbing qui fut banni de Suède, en 1792, avec le comte de Horn, et sa famille s'était, en 1815, retirée à Villers-Cotterêts. Là, M. de Leuven connut Alexandre Dumas, avec lequel il écrivit, eu 1825, son œuvre de début, qui était en même temps le début d'Alexandre Dumas au théâtre. Cette pièce, simple vaudeville en un acte, du genre plaisant, était intitulée la Chasse et l'amour,  et les auteurs étaient désignés sur l'affiche sous les noms de MM. Rousseau Adolphe (de Leuven) et Dayy (Alex. Dumas). M. de Leuven s'est associé depuis à un grand nombre de librettistes, de vaudevillistes et de dramaturges, notamment à Scribe et à M. de Saint-Georges, et il a produit avec eux environ cent cinquante pièces de tout genre, parmi lesquelles se trouvent un grand nomré de livrets d'opéras-comiques. Au mois de décembre 1862, il a été nommé directeur du théâtre de l'Opéra-Comique, à la tête duquel il se trouve encore au moment où nous écrivons ces lignes (juin 1873). Parmi les œuvres que M. de Leuven a écrites seul, nous citerons : le Réveil du lion ou Paris dans les immortelles journées de juillet 1830, par un patriote de 1789 (1830) ; le Comte de Paris, stances (1838) ; l'Automate de Vaucanson, opéra-comique en un acte (1840). Au nombre des pièces qu'il a faites en collaboration, mentionnons : Biribi le mazourkiste ; la Chasse aux maris ; Un conte de fées ; les Deux voleurs, joli petit opéra-comique, musique de Girard ; Mademoiselle de Mérange ; le Panier fleuri, opéra-comique ; la Rose de Péronne, opéra-comique ; Sylvandire ; Vert-Vert (1827-1849) ; les Commères (1847), sous le pseudonyme de Granval ; la Poupée de Nuremberg, opéra-comique, avec M. de Beauplan (1852) ; le Voyage sentimental, vaudeville (Palais-Royal, 1853); la Promise (Théàtre-Lyrique, 1854) ; la Fanchonnette (Théâtre-Lyrique, 1855) ; Jaguarita l'Indienne, avec Saint-Georges ; Schahabaham II ; Margot, avec Saint-Georges (1855-1857) ; Maître Pathelin, opéra-comique (1856) ; Trois femmes contre un secret, opéra-comique (1857) ; les Désespérés, opéra-comique (1858) ; le Jardinier galant, opéra-comique (1861) ; Maître Claude, opéra-comique (1861) ; le Joaillier de Saint-James, opéra-comique (1862) ; etc.

(Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, 1866-1876)

 

Il est mort à Paris le 14 avril 1884. Sa dernière pièce, Actéon et le centaure Chiron, musique de F. Chassaigne (1878, in-12), est une opérette.

(Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, 2e supplément, 1888)

 

 

 

 

 

 

Encylopédie