Léonie LEVIELLI

 

maquette du costume du Page dans Don Carlos par Alfred Albert (1867), rôle créé par Léonie Levielli

 

 

Léonie Marie Alexandrine RIVOIRARD dite Léonie LEVIELLI

 

soprano français

(Paris 10e, 23 janvier 1839 – Hôpital civil, Toulon, Var, 05 janvier 1907*)

 

Fille de Frédéric RIVOIRARD et d’Hortense GOBILLOT.

Epouse à Paris 9e le 18 juillet 1872* Théodore COULON, basse.

 

 

Au Conservatoire de Paris, elle obtint un 3e accessit (1855), un 1er accessit (1856), un second prix (1857), puis le premier prix (1858) de solfège. Elle appartint à l’Opéra de 1864 à 1869. Après son mariage, elle chanta, sous le nom de LEVIELLI-COULON, à New York (1872), Milan, Marseille [où elle a créé le 07 avril 1876 Ivan IV (Dosia) de Brion d’Orgeval], Reggio, Bordeaux. En 1902, elle était professeur de chant au Conservatoire de Toulon.

En 1872, elle habitait 46 rue Saint-Georges à Paris 9e ; en 1874, 128 avenue de Neuilly à Neuilly-sur-Seine. Lors de son décès, elle était domiciliée 51 route de la Valette à Toulon.

 

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra de Paris

 

Elle y débuta le 09 mars 1864 en créant le Docteur Magnus (Rosa) d'Ernest Boulanger.

 

Elle y créa le 11 mars 1867 Don Carlos (le page Thibault) de Giuseppe Verdi.

 

Elle y chanta le Comte Ory (Isolier, 1865) ; l'Africaine (Anna ; Inès, 1866) ; Alceste (une Jeune fille grecque, 12 octobre 1866) ; la Juive (Eudoxie, 1866) ; les Huguenots (Urbain, 13 novembre 1868) ; la Favorite (Inès) ; Guillaume Tell (Jemmy, 500e le 22 mai 1868).

 

 

 

 

 

On nous télégraphie de Toulon, où elle vivait modestement comme professeur, le décès de Mme Léonie Levielli-Coulon qui, née à Paris en 1839, débuta à l'âge de sept ans et demi dans les concerts de l'Hôtel de Ville.

 

Elle entra à l'Opéra pour y créer le Docteur Magnus, d'Ernest Boulanger, et elle y resta sept années jouant tout le répertoire. Meyerbeer avait pensé à elle pour créer Inès de l'Africaine, mais à sa mort la direction de l'Opéra en décida autrement et confia le rôle à Mlle Marie Battu. Mais, à la reprise de l'Africaine, le rôle d'Inès revint à Mme Levielli-Coulon, à qui Mme veuve Meyerbeer offrit de superbes cadeaux.

 

La défunte avait épousé en 1872, Coulon, la basse si connue de l’Opéra.

 

(le Figaro, 06 janvier 1907)

 

 

 

 

 

 

Encylopédie