Germaine MARTINELLI

 

 

Germaine Jeanne TABARAN, légitimée JOBERT dite Germaine MARTINELLI

 

soprano français

(Paris 9e, 30 septembre 1887* – Paris 1er, 08 avril 1964), enterrée au Père-Lachaise (16e division).

 

Fille de Jean-Baptiste JOBERT (1845 ), docteur en médecine (acte de reconnaissance à Paris 9e le 23 avril 1891), et de Marie Justine TABARAN (1865 ).

Epouse à Paris 9e le 17 novembre 1908 Charles Emile Louis Alphonse MARTINET dit Charles MARTINELLI (Paris, 10 avril 1882 Paris, 11 août 1954), acteur d'opérette et de cinéma [il créa Panurge (Pantagruel) de Massenet].

Mère de Jean Siegfried Marie MARTINET dit Jean MARTINELLI (Paris, 15 août 1909 – Paris, 13 mars 1983), acteur.

 

 

Elle a étudié avec les plus grands pédagogues de l'époque : le baryton Jean Lassalle, Jean Bourbon, Gandubert et Albert Petit. Elle a commencé à chanter comme mezzo-soprano et devint soprano dramatique longtemps après. A partir de 1908, elle a mené une carrière brillante comme concertiste, d'abord en France puis dans toute l'Europe. Son répertoire comprenait les parties de soprano dans les oratorios et la musique religieuse. Mais avant tout, elle s'est imposée comme une grande interprète des mélodies françaises. Elle s'est produite à Paris aux Concerts Lamoureux, aux Concerts Pasdeloup et aux Concerts du Conservatoire. De 1941 à 1963, elle s'est consacrée à l'enseignement du chant.

 

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra de Paris

 

Elle n'y chanta qu'une fois, en représentation, la Damnation de Faust (Marguerite) en 1936.

 

 

 

 

 

Parmi les disques de chant de la même firme [Polydor], il faut citer spécialement l'interprétation que donne Mme Germaine Martinelli de la Prière de la Tosca et des Larmes de Werther. On eût préféré, certes, des morceaux d'une veine moins commerciale, mais c'est le don de Mme Martinelli d'ennoblir tout ce qu'elle chante (516.065). Nous ne saurions trop rappeler à ce propos sa très belle traduction de la Marie-Magdeleine de Massenet, naguère enregistrée par Polydor.

(Bec et ongles, 24 septembre 1932)

 

 

 

 

 

Le Ruban de Germaine Martinelli

Discours du Président des Maîtres du Chant Français

 

C'est au nom de l'Union Professionnelle des Maîtres du Chant Français que je prends la parole.

Les Maîtres du Chant Français, vous le savez, sont les gardiens de la tradition vocale, quelque chose comme les sénateurs de notre profession, dont l’Union des Artistes serait la Chambre des Députés.

Avec l'Académie du chant ils constituent le dernier carré de la garde pour la défense de notre art lyrique, contre les intrigants, les amateurs, les piqués, les réclamistes, les pseudo-pédagogues, les quasi-scientifiques, les semble-artistes et les presque chanteurs.

C'est pourquoi, parlant au nom des techniciens du chant, je me tiendrai sur le seul plan technique et professionnel.

Les peuples heureux, dit-on, n'ont pas d'histoire. Germaine Martinelli, artiste heureuse, n'a d'autre histoire que celle de ses succès. Aussi, vais-je avoir bien du mal pour parler d'elle sans froisser sa modestie.

Comment définir un talent sans termes de comparaison. Concevriez-vous la lumière si l'ombre n'existait pas ? Qui parlerait de santé si personne n'était malade et combien pesante semblerait la vertu si une pointe de vice ne nous aidait à la supporter.

Or, l'art de Germaine Martinelli est un art tout de lumière et de pureté. Je n'y découvre aucune ombre, aucune faiblesse, pas le plus petit défaut dont je puisse me servir comme d'un repoussoir pour exalter davantage ses qualités.

Je ne puis pourtant pas me servir des défauts des autres...

Devant un art aussi parfait, les admirateurs sont vite au bout de leur rouleau et les adjectifs, eux-mêmes, semblent humiliés de se sentir si pauvres !

Vous connaissez le vieux proverbe italien qui dit : « Cent perfections sont nécessaires au chanteur, celui qui possède une belle voix en a déjà 99. »

Comme pour beaucoup de proverbes, c'est exactement le contraire de la vérité. Nous connaissons tous de très belles voix qui n'ont pu franchir le cap de cette centième perfection — plus indispensable à elle seule que les 99 autres. De cette centième perfection qui est tout simplement « l'art du chant » sans lequel la vie du chanteur ne vaudrait pas la peine d'être vécue.

Il y a, disait Rossini, 3 sortes de chanteurs :

1° Ceux qui ont de la voix et ne savent pas chanter ;

2° Ceux qui savent chanter mais qui n'ont pas de voix ;

3° Enfin, ceux qui n'ont pas de voix et ne savent pas chanter.

J'ai adopté une autre classification :

Il y a les chanteurs qui chantent et les chanteurs qui parlent du chant.

Appartenant, bien malgré moi, à cette seconde catégorie, je m'en autorise pour analyser l'art de Germaine Martinelli, orgueil des chanteurs « qui chantent ».

De quoi se compose le chant. De la voix d'abord. Si elle n'est pas tout, il ne faudrait pas cependant sous-estimer son importance. C'est entendu que, sans le soleil, les fruits ne pourraient mûrir, les arbres pousser, les fleurs exhaler leurs parfums, mais, ôtez la graine, abattez l'arbre, arrachez les racines, qui est-ce qui sera bien attrapé, ce sera le Soleil, il aura beau chauffer, rien ne poussera.

De même, sans la voix, notre sensibilité, notre goût musical, ne suffiraient pas pour faire un chanteur ; tout au plus, feraient-ils peut-être un compositeur aimant le chant, comme il en reste encore quelques-uns.

Donc, il faut une voix. Mais, comme pour les fagots, il y a voix et voix. Si, aucune feuille n'est pareille à l'autre sur une même branche, chaque voix se distingue de sa voisine, non seulement par l'étendue et la puissance, mais surtout parce que sa qualité noble : le Timbre. Le Timbre, dont la définition fait le désespoir de l'Académie du chant. Comme le furet de la chanson, quand on croit la tenir par ici, elle a passé par là-bas.

Le timbre mystérieux, qui n'est pas la couleur, qui n'est pas l'expression, qui n'est pas la nuance, mais qui est tout cela à la fois, et, bien d'autres choses encore, car il représente notre carte d'identité vocale, il est le visage de notre voix. Le timbre qui, en dépit de toutes les autres qualités, fera dire d'un chanteur : « Quel dommage que sa voix ne soit pas plus jolie ! »

Voilà ce que personne ne songera à dire de Germaine Martinelli.

En plus de sa fonction auditive normale, notre oreille possède une sensation tactile ; nous sentons parfaitement la forme d'une voix. Elle peut être cotonneuse, pointue, molle, grenue ou rocailleuse.

Avec Germaine Martinelli nous sentons que sa voix est faite d'une belle pâte onctueuse et pleine qui caresse comme une main de femme.

Indépendamment de ses autres mérites, le timbre possède l'étrange propriété d'évoquer une période de la vie humaine, le timbre a un âge, et cet âge, à son tour, nous suggérera les sentiments qui lui sont habituels. Chez celui-ci, il sonnera la puissance de la maturité, chez celui-là il réveillera les tumultes passionnels de l'amour, chez d'autres enfin, par sa gravité, il dépeindra l'amertume des renoncements.

Le timbre de Germaine Martinelli chante la jeunesse éternelle ; sa voix est dispensatrice de la saine joie de vivre ; sa couleur dominante est la pure clarté d'un ciel de printemps, avant la lourdeur de midi, lorsqu'il reste encore sur les fleurs quelques gouttes de rosée.

Et le miracle de ce timbre, c'est qu'il demeure égal à lui-même sur toute l'étendue de l'échelle sonore, Les mouvements les plus impétueux ne parviennent pas à troubler sa sérénité, les nuances épousent sa forme et les voyelles, ces petites folles, qui jouent à cache-cache avec les consonnes et s'ouvrent ou se ferment juste au moment où nous aurions besoin qu'elles nous foutent la paix, les voyelles s'arrangent, je ne sais comment, pour laisser passer, d'une seule coulée, la voix de Germaine Martinelli, comme une fraiche rivière, sans la moindre ride.

Voilà l'instrument. Il y aussi l'instrumentiste. Comme instrumentiste vocale, Germaine Martinelli se situe au sommet de la virtuosité. Elle joue de sa voix comme Paderewski joue du piano et Casals du violoncelle. Le technicien le plus tatillon, le plus hargneux des Beckmesser ne sauraient trouver dans son talent la moindre fissure pour y glisser une goule de fiel. Aucune note qui ne soit d'une pureté et d'une justesse impeccables, aucune gamme dont chaque note ne soit équilibrée.

Se sert-elle du coup de glotte, utilise-t-elle les registres, les passages ou la voix de poitrine, Dieu seul le sait, et encore ce n'est pas sûr, car il doit prendre plus de plaisir à l'écouter qu'à éplucher sa technique vocale.

Cependant, la voix, la virtuosité ne sont pas tout le chant ; une voix aussi belle, une technique aussi parfaite, auraient pu tomber entre les mains — si j'ose dire — d'une âme médiocre.

C'est ici que la Providence l'attendait : Marraine fastueuse, elle la dotait par surcroit, d'une sensibilité délicate, d'un sens de l'expression qui, au delà des résonances sonores, laisse percevoir celles d'un cœur de femme et d'une âme d'artiste.

Et dire, qu'après tout ce que je viens de dire, il y a encore quelque chose à dire ! Il y a cette chose étonnante, inouïe, que G. Martinelli ne semble pas s'apercevoir le moins du monde de toutes ces perfections qu'elle possède. Vous tous qui la connaissez, vous savez que nulle n'est plus simple ni plus sincère ; et s'il est vrai qu'un saint qui saurait qu'il est un saint ne serait plus un saint, on peut affirmer avec plus de force que Germaine Martinelli est une grande cantatrice, car je mettrais ma main au feu qu'elle ne le croit pas !

Toutes ces merveilleuses choses, elle les accomplit sans effort, comme en se jouant, justifiant ainsi le fameux axiome de Rameau : « Pour bien chanter, il faut prendre la peine de n'en prendre aucune ».

Je ne sais pas si Germaine Martinelli ne prend aucune peine en chantant, mais elle a la suprême discrétion de nous le faire croire, afin que notre joie soit plus complète.

Et c'est ainsi que, possédant une voix magnifique, une virtuosité impeccable et une âme d'artiste, qui s'exprime dans le chant comme si c'était sa langue maternelle, Germaine Martinelli nous apparaît comme le prototype, comme l'Idéal de la cantatrice française — et je vous affirme — sans vouloir blesser personne — qu'ils n'en ont pas beaucoup de cette classe de l'autre côté de la ligne Maginot.

Au nom des Maîtres du Chant Français et de l'Académie du Chant qui m'ont délégué à cet effet, et au nom de tous les artistes lyriques, pour lesquels je me délègue moi-même, car ils pensent tous comme moi, je lève mon verre en hommage à notre grande cantatrice française, Germaine Martinelli, Chevalier de la Légion d'honneur.

(Thomas-Salignac, Lyrica n°152, juillet/août/septembre 1938)

 

 

 

 

 

Discographie

 

N° catalogue N° matrice Date d'enregistr. Compositeur Œuvre  Extrait Interprètes Accompagnement

 PATHE (Paris)

X 3923 250.055 vers 1929 SCHUMANN (Robert) AMOURS DU POèTE (LES) 1. Quand mai. - 2. Mes larmes. - 3. L'amour, la rose, le lys Germaine MARTINELLI, soliste des Concerts Colonne et Lamoureux Godfroy ANDOLFI au piano Grotrian-Steinweg
250.056 vers 1929 SCHUMANN (Robert) AMOURS DU POèTE (LES) 4. J'ai pardonné. - 5. Si je vous parlais de ma peine Germaine MARTINELLI, soliste des Concerts Colonne et Lamoureux Godfroy ANDOLFI au piano Grotrian-Steinweg
X 3924 250.057 vers 1929 SCHUMANN (Robert) AMOURS DU POèTE (LES) 6. Des flûtes sur la pelouse. - 7. O chanson douce et tendre Germaine MARTINELLI, soliste des Concerts Colonne et Lamoureux Godfroy ANDOLFI au piano Grotrian-Steinweg
250.058 vers 1929 SCHUMANN (Robert) AMOURS DU POèTE (LES) 8. O grâce enchanteresse Germaine MARTINELLI, soliste des Concerts Colonne et Lamoureux Godfroy ANDOLFI au piano Grotrian-Steinweg
X 3925   vers 1929 DUPARC (Henri) VIE ANTéRIEURE (LA) (1) Germaine MARTINELLI  
  vers 1929 DUPARC (Henri) VIE ANTéRIEURE (LA) (2) Germaine MARTINELLI  
X 3934 250.061 vers 1929 DUPARC (Henri) PHIDYLé (1) Germaine MARTINELLI  
  vers 1929 DUPARC (Henri) PHIDYLé (2) Germaine MARTINELLI  
X 7219   vers 1929 WAGNER (Richard) LOHENGRIN Rêve d'Elsa "Seule dans ma misère" Germaine MARTINELLI, Soliste des Grands Concerts Orchestre
  vers 1929 WAGNER (Richard) TANNHäUSER Air d'Elisabeth "Salut à toi" Germaine MARTINELLI, Soliste des Grands Concerts Orchestre
X 7220 N 202.267 vers 1929 WAGNER (Richard) TRISTAN ET ISOLDE Mort d'Isolde (1) Germaine MARTINELLI, Soliste des Grands Concerts Orchestre
N 202.268 vers 1929 WAGNER (Richard) TRISTAN ET ISOLDE Mort d'Isolde (2) Germaine MARTINELLI, Soliste des Grands Concerts Orchestre

 ODEON (Paris)

188.043 KI 3154 13/03/1930 VERDI (Giuseppe) TROUVèRE (LE) Miserere (1) Germaine MARTINELLI, René VERDIèRE & Chœurs Grand Orchestre dir Henry DEFOSSE
KI 3155 13/03/1930 VERDI (Giuseppe) TROUVèRE (LE) Miserere (2) Germaine MARTINELLI, René VERDIèRE & Chœurs Grand Orchestre dir Henry DEFOSSE

 POLYDOR (Paris)

66.969 1789 BMP 1930 BERLIOZ (Hector) DAMNATION DE FAUST (LA) "Autrefois un roi de Thulé" Germaine MARTINELLI Orchestre
1790 BMP 1930 BERLIOZ (Hector) DAMNATION DE FAUST (LA) "D'amour l'ardente flamme" Germaine MARTINELLI Orchestre
522.702 6373 BKP 23/05/1933 LEHAR (Franz) EVA "Hélas, corps et âme" Germaine MARTINELLI Orchestre dir Albert WOLFF
6374 BKP 23/05/1933 LEHAR (Franz) VEUVE JOYEUSE (LA) Chanson de Vilya Germaine MARTINELLI Orchestre dir Albert WOLFF
524.118 5460 BKP 1932 VERDI (Giuseppe) OTHELLO Chanson du Saule (1) Germaine MARTINELLI Orchestre dir Albert WOLFF
5461 BKP 1932 VERDI (Giuseppe) OTHELLO Chanson du Saule (2) Germaine MARTINELLI Orchestre dir Albert WOLFF
561.043   1932 MASSENET (Jules) WERTHER Acte III. Air des Lettres (1) Germaine MARTINELLI Orchestre
  1932 MASSENET (Jules) WERTHER Acte III. Air des Lettres (2) Germaine MARTINELLI Orchestre
561.065 4384 BKP 1932 MASSENET (Jules) WERTHER Acte III. Air des Larmes Germaine MARTINELLI Orchestre dir Albert WOLFF
5459 BKP 1932 PUCCINI (Giacomo) TOSCA (LA) Prière Germaine MARTINELLI Orchestre dir Albert WOLFF
566.040 1780 BMP 1930 BERLIOZ (Hector) DAMNATION DE FAUST (LA) "D'amour, l'ardente flamme" Germaine MARTINELLI Orchestre
1871 BMP 1930 BERLIOZ (Hector) DAMNATION DE FAUST (LA) "Autrefois un roi de Thulé" Germaine MARTINELLI Orchestre
566.044 1799 BMP 1930 FRANCK (César) NOCTURNE   Germaine MARTINELLI Orchestre dir Albert WOLFF
1800 BMP 1930 FRANCK (César) BéATITUDES (LES) 08. "Mater dolorosa" Germaine MARTINELLI Orchestre dir Albert WOLFF
566.056 1869 BMP 1930 REYER (Ernest) SALAMMBô Acte III. "Ah! qui me donnera, comme à la colombe" Germaine MARTINELLI Orchestre dir Albert WOLFF
1870 BMP 1930 MASCAGNI (Pietro) CAVALLERIA RUSTICANA "Voi lo sapete, o mamma" Germaine MARTINELLI Orchestre dir Albert WOLFF
566.070 1943 BMP 1930 GOUNOD (Charles) FAUST Acte I. Germaine MARTINELLI (Marguerite), Bernadette LEMICHEL DU ROY (Siébel), Jeanne MONTFORT (Dame Marthe), René LAPELLETRIE (Faust), José BECKMANS (Méphistophélès), Charles CAMBON (Valentin),M. NIDOG (Wagner) Orchestre des Concerts Lamoureux dir Albert WOLFF
1949 BMP 1930 GOUNOD (Charles) FAUST Acte II. la Kermesse (1)
566.071 1947 BMP 1930 GOUNOD (Charles) FAUST Acte II. la Kermesse (2)
1944 BMP 1930 GOUNOD (Charles) FAUST Acte III. le Jardin de Marguerite (1)
566.072 1946 BMP 1930 GOUNOD (Charles) FAUST Acte III. le Jardin de Marguerite (2)
1940 BMP 1930 GOUNOD (Charles) FAUST Acte III. le Jardin de Marguerite (3)
566.073 1942 ½ BMP 1930 GOUNOD (Charles) FAUST Acte III. le Jardin de Marguerite (4)
1945 BMP 1930 GOUNOD (Charles) FAUST Acte IV l'Eglise (1)
566.074 1948 BMP 1930 GOUNOD (Charles) FAUST Acte IV l'Eglise (2)
1941 BMP 1930 GOUNOD (Charles) FAUST Acte V. la Prison
566.100 1997 ½ BMP 1931 MASSENET (Jules) MARIE-MAGDELEINE Acte III. Air de la Croix "O bien-aimé" Germaine MARTINELLI Orchestre dir Albert WOLFF
2000 BMP 1931 MASSENET (Jules) MARIE-MAGDELEINE "C'est ici même, à cette place" Germaine MARTINELLI Orchestre dir Albert WOLFF
566.101 2001 BMP 1931 HäNDEL XERXES Largo Germaine MARTINELLI Orchestre dir Albert WOLFF
2003 BMP 1931 HäNDEL OTTONE, RE DI GERMANIA "Viens, ô fils aimé" Germaine MARTINELLI Orchestre dir Albert WOLFF
566.112 2039 BMP 1931 VERDI (Giuseppe) OTHELLO Ave Maria Germaine MARTINELLI Orchestre dir Albert WOLFF
  1931 VERDI (Giuseppe) AïDA "Vers nous reviens vainqueur" Germaine MARTINELLI Orchestre
566.170 6372 BKP 23/05/1933 FAURé (Gabriel) ROSES D'ISPAHAN (LES)   Germaine MARTINELLI  
2245 BMP 23/05/1933 DEBUSSY (Claude) ENFANT PRODIGUE (L')   Germaine MARTINELLI  
590.111 6289 JSPP 1933 LAPARRA (Raoul) C'EST UN CALME QU'ON NE PEUT DIRE   Germaine MARTINELLI Emile NéRINI au piano Pleyel
6290 JSPP 1933 NéRINI (Emile) NUIT BLEUE (LA)   Germaine MARTINELLI Emile NéRINI au piano Pleyel

 COLUMBIA (Paris)

RFX 40 CLX 1822-2 19/01/1935 SCHUMANN (Robert) AMOUR ET LA VIE D'UNE FEMME (L') 1. Depuis l'heure exquise. - 2. Lui, des nobles le plus noble Germaine MARTINELLI Jean DOYEN au piano Pleyel
CLX 1823-1 19/01/1935 SCHUMANN (Robert) AMOUR ET LA VIE D'UNE FEMME (L') 3. Hélas, je n'ose le croire. - 4. O gage de tendresse Germaine MARTINELLI Jean DOYEN au piano Pleyel
RFX 41 CLX 1824-4 19/01/1935 SCHUMANN (Robert) AMOUR ET LA VIE D'UNE FEMME (L') 5. Sœurs bien-aimées. - 6. Doux ami, tu me regarde tout surpris Germaine MARTINELLI Jean DOYEN au piano Pleyel
CLX 1825-1 19/01/1935 SCHUMANN (Robert) AMOUR ET LA VIE D'UNE FEMME (L') 7. Viens cher ange. - 8. Las, quel chagrin Germaine MARTINELLI Jean DOYEN au piano Pleyel
  CL 5200 22/01/1935 MARTINI PLAISIR D'AMOUR   Germaine MARTINELLI  
  CL 5205 24/01/1935 MARTINI PLAISIR D'AMOUR   Germaine MARTINELLI  
RFX 43 CLX 1830-1 1935 SCHUBERT (Franz) BELLE MEUNIèRE (LA) 3. Halte ! Germaine MARTINELLI Jean DOYEN au piano Pleyel
CLX 1831-3 1935 SCHUBERT (Franz) BELLE MEUNIèRE (LA) 4. Remerciements au ruisseau. - 5. Le soir Germaine MARTINELLI Jean DOYEN au piano Pleyel
RFX 44 CLX 1832-1 1935 SCHUBERT (Franz) BELLE MEUNIèRE (LA) 6. Le curieux. - 7. Impatience Germaine MARTINELLI Jean DOYEN au piano Pleyel
CLX 1833-1 1935 SCHUBERT (Franz) BELLE MEUNIèRE (LA) 8. Salut matinal. - 9. Les fleurs du meunier. - 10. Pluie de larmes Germaine MARTINELLI Jean DOYEN au piano Pleyel
RFX 45 CLX 1834-3 1935 SCHUBERT (Franz) BELLE MEUNIèRE (LA) 11. Mienne ! - 12. Pause Germaine MARTINELLI Jean DOYEN au piano Pleyel
CLX 1840-3 1935 SCHUBERT (Franz) BELLE MEUNIèRE (LA) 13. Avec le vert ruban du luth. - 14. Le chasseur. - 15. Jalousie et fierté. - 16. La couleur chérie Germaine MARTINELLI Jean DOYEN au piano Pleyel
RFX 46 CLX 1838 1935 SCHUBERT (Franz) BELLE MEUNIèRE (LA) 17. La couleur fâcheuse. - 18. Fleurs séchées Germaine MARTINELLI Jean DOYEN au piano Pleyel
CLX 1839 1935 SCHUBERT (Franz) BELLE MEUNIèRE (LA) 19. Le meunier et le ruisseau. - 20. La berceuse du ruisseau Germaine MARTINELLI Jean DOYEN au piano Pleyel
LFX 373 CLX 1842-1 19/04/1935 WAGNER (Richard) MAîTRES CHANTEURS DE NUREMBERG (LES) Acte II. "Oui, c'est vous !" Germaine MARTINELLI & Georges THILL Orchestre dir Eugène BIGOT
LFX 220 CLX 1857 05/06/1935 WAGNER (Richard) WALKYRIE (LA) Acte I. "Siegmund suis-je?" Germaine MARTINELLI & Georges THILL Orchestre dir Eugène BIGOT
LFX 250 CLX 1871 21/06/1935 SCHUBERT (Franz) MARGUERITE AU ROUET   Germaine MARTINELLI  
CLX 1872 21/06/1935 SCHUBERT (Franz) JEUNE RELIGIEUSE (LA)   Germaine MARTINELLI  
LFX 455 CLX 1928 10/10/1936 WAGNER (Richard) LOHENGRIN Acte III. Duo de la chambre (1) Germaine MARTINELLI & Georges THILL Orchestre dir Eugène BIGOT
CLX 1929 10/10/1936 WAGNER (Richard) LOHENGRIN Acte III. Duo de la chambre (2) Germaine MARTINELLI & Georges THILL Orchestre dir Eugène BIGOT
LFX 456 CLX 1930 10/10/1936 WAGNER (Richard) LOHENGRIN Acte III. Duo de la chambre (3) Germaine MARTINELLI & Georges THILL Orchestre dir Eugène BIGOT
CLX 1931 10/10/1936 WAGNER (Richard) LOHENGRIN Acte III. Duo de la chambre (2) Germaine MARTINELLI & Georges THILL Orchestre dir Eugène BIGOT

 

 

 

 

         

 

les Amours du poète

(Heine / Robert Schumann) [version fr. de Jules Barbier]

1. Quand Mai. - 2. Mes larmes. 3. L'Aurore, la rose, le lys

Germaine Martinelli et Godfroy Andolfi (piano Grotrian-Steinweg)

Pathé X 3923, mat. 250.055, enr. vers 1929

 

 

         

 

les Amours du poète

(Heine / Robert Schumann) [version fr. de Jules Barbier]

7. J'ai pardonné (incomplet). - 8. Si je vous parlais de ma peine

Germaine Martinelli et Godfroy Andolfi (piano Grotrian-Steinweg)

Pathé X 3923, mat. 250.056, enr. vers 1929

 

 

         

 

les Amours du poète

(Heine / Robert Schumann) [version fr. de Jules Barbier]

9. Des flûtes sur la pelouse (incomplet)

10. O chanson douce et tendre

Germaine Martinelli et Godfroy Andolfi (piano Grotrian-Steinweg)

Pathé X 3924, mat. 250.057, enr. vers 1929

 

 

    

 

les Amours du poète

(Heine / Robert Schumann) [version fr. de Jules Barbier]

15. O grâce enchanteresse

Germaine Martinelli et Godfroy Andolfi (piano Grotrian-Steinweg)

Pathé X 3924, mat. 250.058, enr. vers 1929

 

 

 

"Autrefois un roi de Thulé"

extrait de la 3e partie de la Damnation de Faust de Berlioz

Germaine Martinelli (Marguerite) et Orchestre

Polydor 566.040, mat. 1871 BMP, enr. vers 1930

 

 

 

"D'amour, l'ardente flamme"

extrait de la 4e partie de la Damnation de Faust de Berlioz

Germaine Martinelli (Marguerite) et Orchestre

Polydor 566.040, mat. 1780 BMP, enr. en 1930

 

 

 

Nocturne

(Louis de Fourcaud / César Franck)

Germaine Martinelli et Orchestre dir. Albert Wolff

Polydor 566.044, mat. 1799 BMP, enr. vers 1930

 

 

 

"Ah! qui me donnera, comme à la colombe"

extrait de l'acte III de Salammbô de Reyer

Germaine Martinelli (Salammbô) et Orchestre dir. Albert Wolff

Polydor 566.056, mat. 1869 BMP, enr. vers 1930

 

 

 

"Viens, ô fils aimé"

extrait de l'acte II d'Ottone, re di Germania de Händel [version fr.]

Germaine Martinelli et Orchestre dir. Albert Wolff

Polydor 566.101, mat. 2003 BMP, enr. 1931

 

 

 

"Vers nous reviens vainqueur"

extrait de l'acte I d'Aïda de Verdi [v. fr. de Du Locle et Nuitter]

Germaine Martinelli (Aïda) et Orchestre

Polydor 566.112, enr. vers 1931

 

 

 

"Ave Maria"

extrait de l'acte IV d'Othello de Verdi [v. fr. de Boito et Du Locle]

Germaine Martinelli (Desdémone) et Orchestre

Polydor 566.112, mat. 2039 BMP, enr. vers 1931

 

 

         

 

Chanson du Saule

extrait de l'acte IV d'Othello de Verdi [v. fr. de Boito et Du Locle]

Germaine Martinelli (Desdémone) et Orchestre dir. Albert Wolff

Polydor 524.118, mat. 5460 BKP et 5461 BKP, enr. 1932

 

 

         

 

l'Amour et la vie d'une femme

(Chamisso / Robert Schumann) [v. fr. de Mme Camille Chevillard]

1. Depuis l'heure exquise. - 2. Lui, des nobles le plus noble

Germaine Martinelli et Jean Doyen au piano Pleyel

Columbia RFX 40, mat. CLX 1822-2, enr. le 19 janvier 1935

 

 

         

 

l'Amour et la vie d'une femme

(Chamisso / Robert Schumann) [v. fr. de Mme Camille Chevillard]

3. Hélas, je n'ose le croire. - 4. Ô gage de tendresse

Germaine Martinelli et Jean Doyen au piano Pleyel

Columbia RFX 40, mat. CLX 1823-1, enr. le 19 janvier 1935

 

 

         

 

l'Amour et la vie d'une femme

(Chamisso / Robert Schumann) [v. fr. de Mme Camille Chevillard]

5. Sœurs bien-aimées. - 6. Doux ami, tu me regarde tout surpris

Germaine Martinelli et Jean Doyen au piano Pleyel

Columbia RFX 41, mat. CLX 1824-4, enr. le 19 janvier 1935

 

 

         

 

l'Amour et la vie d'une femme

(Chamisso / Robert Schumann) [v. fr. de Mme Camille Chevillard]

7. Viens mon cher ange. - 8. Las, quel chagrin

Germaine Martinelli et Jean Doyen au piano Pleyel

Columbia RFX 41, mat. CLX 1825-1, enr. le 19 janvier 1935

 

 

    

 

"Oui, c'est vous !"

extrait de l'acte II des Maîtres chanteurs de Nuremberg de Wagner [v. fr. d'Alfred Ernst]

Germaine Martinelli (Eva), Georges Thill (Walther) et Orchestre dir. Eugène Bigot

Columbia LFX 373, mat. CLX 1842-1, enr. à Paris le 19 avril 1935

 

 

 

"Siegmund suis-je"

extrait de l'acte I de la Walkyrie de Wagner [v. fr. de Victor Wilder]

Germaine Martinelli (Sieglinde), Georges Thill (Siegmund) et Orchestre dir. Eugène Bigot

Columbia LFX 220, mat. CLX 1857, enr. à Paris le 05 juin 1935

 

 

 

Duo de la Chambre "Déjà se perd leur voix"

extrait de l'acte III de Lohengrin de Wagner [v. fr. Charles Nuitter]

Germaine Martinelli (Elsa), Georges Thill (Lohengrin) et Orchestre dir. Eugène Bigot

Columbia LFX 455 et 456, mat. CLX 1928 à 1931, enr. à Paris le 10 octobre 1936

 

 

Voir également les enregistrements de Marie-Magdeleine, de Werther (acte III "Air des Larmes").

 

 

 

Encylopédie