Denise MONTEIL

 

 

 

Denise MONTEIL

 

soprano français

(Paris, 30 janvier 1928 – 07 juillet 1984)

 

 

Elle étudia de 1948 à 1955 au Conservatoire de Paris où elle obtint ses trois prix de chant, d'opéra et d'opéra-comique. Elle étudia ensuite le chant pendant un an en Italie. Elle débuta au Palais Garnier le 13 septembre 1958 dans Faust (Marguerite) au cours d'une représentation-audition, mais ne fut engagée qu'en 1961. Elle y chanta jusqu'en 1971. Elle a beaucoup chanté en France et à l'étranger : Scala de Milan, Dublin, festival de Hanovre, Etats-Unis, Allemagne, Italie. A partir de 1971, elle enseigna le chant ; elle fut professeur à Nîmes, à Limoges, à Saint-Germain-en-Laye et au Conservatoire du 6e arrondissement de Paris.

 

 

 

 

Denise Monteil en 1968

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra de Paris

 

Elle y débuta le 13 septembre 1958 dans Faust (Marguerite).

 

Elle y chanta les Indes galantes (Zaïre, 1962) ; Un bal masqué (Amélia, 1962) ; Don Carlos (Elisabeth) ; la Damnation de Faust (Marguerite) ; Tannhäuser (Elisabeth) ; le Martyre de saint Sébastien (Vox sola).

 

 

Sa carrière à l'Opéra-Comique

 

Elle y chanta les Contes d’Hoffmann (Giulietta) ; Madame Butterfly (Cio-Cio-San) ; la Bohème (Mimi, 1966).

 

 

 

 

 

 

 

Guy Chauvet (Faust) et Denise Monteil (Marguerite) dans la Damnation de Faust

 

 

Denise Monteil dans la Damnation de Faust (Marguerite) (revue l'Opéra de Paris, 1965)

 

 

 

 

Denise Monteil dans la Damnation de Faust (Marguerite) (revue l'Opéra de Paris, 1969)

 

 

 

Denise Monteil dans Faust (Marguerite) à l'Opéra (revue l'Opéra de Paris, 1964)

 

Denise Monteil dans Tannhäuser (Elisabeth) à l'Opéra (revue l'Opéra de Paris, 1965)

 

Gérard Serkoyan (le Landgrave) et Denise Monteil (Elisabeth) dans la scène du Tournoi de la Wartburg de Tannhäuser à l'Opéra (revue l'Opéra de Paris, 1965)

 

 

 

 

Scène et Air du Sommeil

extrait de l'Africaine de Meyerbeer

Denise Monteil (Sélika), Tony Poncet (Vasco de Gama) et Orchestre dir. Robert Wagner

enr. en 1965

 

 

 

 

 

 

Encylopédie