Georges MOUVEAU

 

 

 

Georges René MOUVEAU dit Georges MOUVEAU

 

décorateur français

(103 rue de Vaugirard, Paris 6e, 30 septembre 1878* – Bridoré, Indre-et-Loire, 04 avril 1959), enterré à Montigny-sur-Loing (Seine-et-Marne).

 

Fils d’Arthur Alexandre Georges MOUVEAU (Escorpain, Eure-et-Loir, 19 février 1848 – 1908), représentant de librairie, et de Zéphirine Joséphine GRAFFARD (Paris 12e, 31 juillet 1854 –), blanchisseuse, mariés à Paris 15e le 16 juillet 1891* (divorcent le 03 juin 1897).

Frère de Camille Eléonore Victoria MOUVEAU (Paris 6e, 03 mai 1877* – Garches, Seine-et-Oise [auj. Hauts-de-Seine], 15 février 1950), cantatrice [épouse à Paris 6e le 07 novembre 1901* Marcel CHADEIGNE, chef de chœurs].

Epouse à Paris 6e le 06 novembre 1902* Marguerite Jeanne SERVANT (Paris 18e, 25 juin 1877* – Montigny-sur-Loing, 04 septembre 1948).

Père de Pierre MOUVEAU (Paris 1er, 19 janvier 1905* – Bridoré, 26 mai 2004), peintre et illustrateur [épouse à Paris 16e le 26 juin 1934* Simone Berthe Anne-Marie LEFÈVRE (Paris 15e, 01 mai 1913* – Bridoré, 0 décembre 1983), peintre].

 

 

Il fut l’élève d’Eugène Carpezat pendant quatre ans, a travaillé dans l’atelier de Lucien Jusseaume pendant dix ans, et est entré très jeune comme décorateur à l’Opéra de Paris.

Pour le Palais Garnier, il a réalisé les décors de Bacchus (1909) ; l’Or du Rhin (1909) ; la Forêt (1910) ; la Damnation de Faust (1910) ; España (ballet, 1911) ; Sibérie [acte I] (1911) ; Déjanire (1911) ; les Bacchantes (ballet, 1912) ; les Joyaux de la Madone [acte II] (1913) ; Philotis [acte I] (ballet, 1914) ; Scemo (1914) ; Hérodiade (1921) ; le Jardin du Paradis (d’après les maquettes de Drésa, 1923) ; les Dieux sont morts (1924) ; Alceste (1926) ; Naïla (1927) ; le Mas (1929) ; Persée et Andromède (d’après les maquettes de Jean-Gabriel Daragnès, 1929) ; la Tentation de saint Antoine (1930) ; l’Illustre Frégona (1931) ; Ariane et Barbe-Bleue (1935) ; le Spectre de la rose (ballet, d’après la maquette d’André Bakst, 1935) ; Ileana (ballet, 1936) ; Ariane (d’après les maquettes de Jean Souverbie, 1937) ; Oriane et le Prince d’amour (ballet, 1938) ; les Animaux modèles (ballet, d’après les maquettes de Maurice Brianchon, 1942) ; les Santons (ballet, d’après les maquettes d’André Hellé, 1943) ; Aïda (d’après les maquettes de Jean Souverbie, 1948).

Pour l’Opéra-Comique, il a réalisé les décors de Scènes dansées (ballet, 1925) ; le Joueur de viole (1925) ; la Tisseuse d’orties (1926) ; le Poirier de misère (1927) ; la Grand-mère (1930) ; la Chambre bleue (d’après les maquettes d’André Dignimont, 1937) ; le Bourgeois de Falaise (1937) ; les Pêcheurs de perles (d’après les maquettes de Jean Souverbie, 1938). Il a également, entre autres, exécuté les décors de Pénélope (d’après les maquettes de Ker-Xavier Roussel) pour le Théâtre des Champs-Elysées en 1913.

En 1934, il habitait 33 rue Erlanger à Paris 16e. Il est décédé à quatre-vingts ans.

 

 

 

 

 

 

Encylopédie