Antonio PACINI

 

Antonio Pacini par Alexandre Cabanel

 

 

Francesco Gaetano Saverio Antonio [en fr. François Gaëtan Xavier Antoine] dit Antonio PACINI

 

compositeur, chef d'orchestre et éditeur de musique italien

(Naples, 07 juillet 1778 – Paris 2e, 10 mars 1866*), enterré au Père-Lachaise (48e division).

 

Epouse Jacqueline ROSIER (Genève, Suisse, 1779 – Paris 2e, 11 octobre 1863*) ; parents d'Emilien PACINI, librettiste ; d'Euphrosine Catherine Agathe PACINI (1804 –) [épouse 1. à Paris 2e le 05 mars 1823 Jean-Blaise MARTIN, baryton ; épouse 2. à Paris 2e le 24 juillet 1845 Alexandre Charles baron de LAFITTE] ; d’Eugénie Jeanne PACINI [mère d’Antoine de CHOUDENS, éditeur] ; et d'Eudoxie Nicole Henriette PACINI (Paris 2e, 07 décembre 1813 –) [épouse à Paris 2e le 01 octobre 1842 Joseph Raymond GAYRARD (Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme, 03 septembre 1807 – Enghien-les-Bains, Seine-et-Oise [auj. Val-d'Oise], 1855) sculpteur ; parents de Paule Aurore GAYRARD (Vienne, Autriche, 09 juillet 1843 –), 1er prix de piano au Conservatoire de Paris en 1864)].

 

 

Il entra au conservatoire de la Pietà de' Turchini, où il apprit l'harmonie et le contrepoint, sous la direction de Fenaroli. Sorti de cette école, il se fixa à Nîmes vers l'âge de vingt-quatre ans, où il devint chef d'orchestre du théâtre, et où il fit exécuter d'abord, à la cathédrale, une grande composition religieuse, ensuite, dans un pensionnat où il donnait des leçons, une cantate en l'honneur de Bonaparte, et enfin, pour l'inauguration de la nouvelle salle de spectacle, un opéra-comique, Isabelle et Gertrude, dont il avait écrit la musique sur un ancien livret de Favart. Martin et Elleviou, alors en représentation à Nîmes, ayant entendu cet ouvrage, engagèrent son auteur à se rendre à Paris, où il arriva en effet en 1804. Il y fut d'abord professeur de chant, et donna des leçons aux nièces de Joseph Bonaparte, à la maréchale Bernadotte, à l'ambassadrice de Naples, à la princesse Borghèse, etc.

Il songea ensuite à aborder le théâtre, et donna successivement à Paris quatre ouvrages : Point d'adversaire (1805) ; Isabelle et Gertrude (1806) ; le Voyage impromptu (1806) ; Amour et mauvaise tête, ou la Réputation (1808). Au bout de quelques années, cependant, Pacini renonça à la carrière du théâtre. Vers le même temps, il s'est lié avec Blangini pour la publication d'un journal de pièces de chant intitulé Journal des troubadours. Le succès de ce recueil, où l'on trouvait de jolies romances, décida Pacini à se faire éditeur de musique, et c'est à lui que l'on doit la vulgarisation en France des opéras des compositeurs italiens qui ont illustré ce siècle : Rossini, Donizetti, Bellini, etc. Depuis longtemps déjà sa maison de commerce était florissante, et il avait renoncé lui-même à la composition pour s'attacher à la publication des œuvres de ses confrères, lorsqu'un événement vint le ruiner, à la suite duquel ceux-ci se réunirent pour le sauver. Le fait a été raconté en ces termes, en 1865, dans le Journal de Rouen, par Amédée Méreaux, qui avait bien connu Pacini : — « … Son magasin, situé sur le boulevard, au coin de la rue Marivaux, fut brûlé par l'incendie du théâtre Favart vers 1835. Tout le fonds de Pacini fut la proie des flammes. C'était une ruine ; mais la sympathie de tous les artistes le sauva de ce désastre. On renouvela en sa faveur le livre des Cent et un ; de tous les pays il reçut des manuscrits pour le piano, pour la voix, de cent et un compositeurs français ou étrangers, et cette publication sans droits d'auteur lui rapporta d'autant plus qu'elle ne lui avait rien coûté. » Pacini s'est retiré vers 1840 et a cédé sa maison d'édition à son gendre, Antoine de Choudens.

Il est décédé en sa demeure, 21 rue Louis-le-Grand à Paris 2e.

 

 

 

 

œuvres lyriques

 

Isabelle et Gertrude, opéra-comique en 1 acte, livret de Charles-Simon Favart (Nîmes, 1804 ; Opéra-Comique, 01 mars 1806). Il s'agit du livret déjà mis en musique par B. Blaise en 1765. => livret

Point d'adversaire, opéra-comique en 1 acte, livret de Joseph Pain (Paris, théâtre Montansier, 08 avril 1805 [18 germinal an XIII])

le Voyage impromptu ou Sera-t-il médecin ?, opéra-comique en 1 acte, livret d'Aubertin et Dumersan, création à Paris, théâtre Montansier, le 05 avril 1806, avec Mlle Cuisot (Cécile), MM. Dubois (Verneuil), Cazot (Albert), Aubertin (Surville), Bosquier-Gavaudan (Georges), Lefèvre (Henry). => livret

Amour et mauvaise tête ou la Réputation, comédie en 3 actes mêlée d'ariettes, livret d'Alexis Arnoult (Opéra-Comique, 17 mai 1808)

Ivanhoé, opéra en 3 actes, livret d'Emile Deschamps (1791-1871) et Gustave de Wailly (1804-1878), musique de Gioacchino Rossini, arrangé pour la scène française par Antonio Pacini (Théâtre Royal de l'Odéon, 15 septembre 1826). Représenté à Venise en 1831. => partition

 

 

 

 

 

Portrait charmant, romance, musique de Pacini

 

 

 

 

 

 

Encylopédie