Paul PAYAN

 

Paul Payan en 1911

 

Joseph dit Paul PAYAN

 

basse française

(rue Saint-Martin, Toulon, Var, 01 janvier 1878* ; acte de reconnaissance par sa mère à Toulon le 30 avril 1894* – Le Lude, Sarthe, 01 novembre 1951)

 

Fils de Victoire Rosa PAYAN (Martigues, Bouches-du-Rhône, 25 décembre 1851* –), journalière puis lingère, et d'un père inconnu.

Epouse à Paris 10e le 08 février 1908 Françoise Noémie BOUQUET.

Epouse à Nogent-sur-Marne, Val-de-Marne, le 11 janvier 1921 Louise Victorine GUIGNARD.

 

 

Il a étudié au Conservatoire de Paris de 1904 à 1906 avec Jacques Isnardon (opéra-comique), Léon Melchissédec (opéra) et Auguste de Martini (chant). Il y obtint en 1906 un 2e accessit de chant, un 2e accessit d'opéra-comique et un 1er accessit d'opéra. Albert Carré, directeur de l'Opéra-Comique, l'engagea, et il fit ses débuts à ce théâtre le 06 septembre 1907 dans Louise. Il fit l'essentiel de sa longue carrière à l'Opéra-Comique, réalisant seize créations et chantant des dizaines de rôles secondaires, excepté quelques rôles importants tels que Sarastro (la Flûte enchantée), Lothaire (Mignon), Vulcain (Philémon et Baucis) et Don Bazile (le Barbier de Séville). Paul Payan a également chanté dans de nombreux opéras de province, où il eu beaucoup de succès. A l'étranger, il chanta à l'Opéra de Chicago (1921-1922), au Colón de Buenos Aires (1924), et au Covent Garden de Londres (1928-1929). Le 16 avril 1925 il a créé le Sculpteur de Bruges (Rogiers) d'Henri Bouillard au Grand Théâtre de Lille. Il a enseigné le chant à Paris.

En 1922, il habitait 1 avenue Junot à Paris 18e.

 

=> sa discographie

 

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra-Comique

 

Il a débuté le 06 septembre 1907 dans Louise (1er Philosophe).

 

Il a créé le 26 janvier 1908 la Habanera (4e Compère, 3e Aveugle) de Raoul Laparra ; le 08 décembre 1909 le Cœur du Moulin (le vieux Noël) de Déodat de Séverac ; le 07 mars 1910 Léone (le Moine) de Samuel Rousseau ; le 04 mai 1910 le Mariage de Télémaque (Phémiros) de Claude Terrasse ; le 30 novembre 1910 Macbeth (le Vieillard) d'Ernest Bloch ; le 26 avril 1911 la Jota (Espantamonte) de Raoul Laparra ; le 15 décembre 1911 Bérénice (un Esclave) d'Albéric Magnard ; le 07 février 1912 la Lépreuse (le Prêtre) de Sylvio Lazzari ; le 29 octobre 1912 la Danseuse de Pompéi (Aulus Vettii) de Jean Nouguès ; le 18 décembre 1912 la Sorcière (Calabazaz) de Camille Erlanger ; le 20 mars 1913 le Carillonneur (l'Officiant) de Xavier Leroux ; le 25 février 1914 la Marchande d'Allumettes (le Docteur) de Tiarko Richepin ; le 15 mai 1914 Mârouf, savetier du Caire (le Kadi) d'Henri Rabaud ; le 25 février 1915 Soldats de France (un Vieillard) de Paul Vidal.

 

Il a participé aux premières : le 22 mai 1908 de Snégourotchka (Carnaval) de Rimski-Korsakov [version française de Pierre Lalo] ; le 23 janvier 1911 de l'Ancêtre (Bursica) de Camille Saint-Saëns ;

 

Il a également chanté Aphrodite (Geôlier, Grand Prêtre) ; le Barbier de Séville (l'Officier, Don Bazile) ; la Basoche (le Chancelier) ; la Bohème (Benoit) ; Carmen (Zuniga) ; le Chemineau (Maître Pierre) ; les Contes d’Hoffmann (Luther) ; le Déserteur (Geôlier) ; Don Juan (Commandeur) ; la Flûte enchantée (Sarastro, un Gardien) ; Iphigénie (1er Ministre, un Scythe) ; le Jongleur de Notre-Dame (un Moine sculpteur) ; Joseph (Asser) ; le Juif Polonais (Président du Tribunal) ; la Légende du Point d'Argentan (le Docteur) ; Louise (le Chiffonnier) ; Madame Butterfly (Yakusidé, le Bonze) ; Manon (un Garde) ; Mignon (Jarno, Lothario) ; Mireille (Ambroise, Ramon, le Passeur) ; la Navarraise (Remigio) ; Pelléas et Mélisande (le Médecin) ; Philémon et Baucis (Vulcain) ; le Roi d'Ys (le Roi) ; la Tosca (Geôlier) ; la Traviata (le Marquis) ; Werther (Johann).

 

 

Sa carrière à l'Opéra de Paris

 

Il ne chanta qu'une fois au Palais Garnier : en représentation, il participa à la première le 20 octobre 1910 de Fedora (Grech) d'Umberto Giordano [2e acte seul, en italien], sous la direction du compositeur, au cours d'un Gala au bénéfice du Monument Sardou.

 

 

 

 

    

 

Chœur des Girondins

(A. Maquet / Alphonse Varney)

Paul Payan, Chœurs et Orchestre

Aspir 5979, enr. 1909/1913

 

    

 

Chant national "Guerre aux tyrans"

extrait de l'acte I de Charles VI de Halévy

Paul Payan (Raymond), Chœurs et Orchestre

Aspir 5999, enr. 1909/1913

 

 

    

 

les Rameaux

Mélodie (J. Bertrand / Jean-Baptiste Faure)

Paul Payan et Orchestre

Gramophone W 350, mat. 02919v, enr. avant 1923

 

 

Air "C'est en vain... Je t'implore"

extrait de l'acte III de Hamlet de Thomas

Paul Payan (le Roi) et Orchestre de l'Opéra-Comique dir. Gustave Cloëz

Odéon 123.566, mat. XXP 6710, enr. le 19 septembre 1928

 

 

Berceuse "Que les songes heureux"

extrait de l'acte I de Philémon et Baucis de Gounod

Paul Payan (Jupiter) et Orchestre de l'Opéra-Comique dir. Gustave Cloëz

Odéon 188.664, mat. KI 2424, enr. le 24 mai 1929

 

 

 

Cavatine "Sous les pieds d'une femme"

extrait de l'acte IV de la Reine de Saba de Gounod

Paul Payan (Soliman) et Orchestre de l'Opéra-Comique dir. Gustave Cloëz

Odéon 123.654, mat. XXP 6904 et 6905, enr. le 25 mai 1929

 

 

Voir également les enregistrements du Jongleur de Notre-Dame (acte I "Il pleure... Un peu de foi"), de Rose Heilbronner et Maurice Dutreix

 

 

 

Encylopédie