Octave PRADELS

 

 

 

Octave Frédéric dit Octave PRADELS

 

poète, vaudevilliste et romancier français

(Arques, Pas-de-Calais, 14 février 1842* – Parmain, Val-d'Oise, 30 avril 1930)

 

Fils de Edouard François Joseph PRADELS (1815 –), marchand de vin, et de Célestine Philippine DUBOIS (1811 –).

Epouse 1. à Villefranche-sur-Mer, Alpes-Maritimes, le 25 octobre 1865* Angela Teresa (francisé en Angélique Thérèse) DE VILLA REY (Villefranche-sur-Mer [alors ville italienne], 17 juin 1844 –).

Epouse 2. à Paris 19e le 31 janvier 1917 Marie Louise FRANSUROT.

De sa liaison avec Marie-Thérèse MIRBEAU, divette, sont nés deux fils, morts pour la France : Edmond André PRADELS (Paris 17e, 26 juillet 1878* – Verdun, Meuse, 09 avril 1916), parolier et compositeur sous le pseudonyme d'Edmond ARAMIS ; et Albert Georges PRADELS (Levallois-Perret, Hauts-de-Seine, 02 juin 1885 – Saulcy-sur-Meurthe, Vosges, 30 août 1914).

 

 

Il débuta vers 1885 par d'amusants monologues, des contes en vers et des chansons qu'il réunit dans de nombreux recueils : Chansons. Monologues (1886) ; Pour dire entre hommes (1889) ; les Desserts gaulois (1891) ; Pour dire entre femmes (1895) ; Gaillardises (1896) ; Chansons gauloises (1900) ; la Muse gaillarde (1905). Il écrivit aussi des romans gais : les Amours de Bidoche (1888) ; la Famille Boulot (1901) ; enfin il fit jouer des vaudevilles : le Macaroni, avec Ernest Grenet-Dancourt ; Mademoiselle ma femme, avec Maurice Ordonneau. Il dirigea un moment le théâtre des Capucines.

Président de la SACEM en 1895-1898, 1900 et 1901, historiographe de Paulus, et grand voyageur, Octave Pradels a de plus à son actif quelque 800 chansons interprétées par les plus connus des artistes de café-concert entre 1870 et 1890 : Thérésa, Amiati, Bonnaire, Jules Perrin, Kam-Hill. Parmi elles, on relèvera la Marche lorraine, écrite en collaboration avec Jules Jouy. Pradels, qui a été le promoteur des "Causeries" avec audition d'artistes a donné à la Bodinière une série de "Soirées gauloises".

En 1878, il habitait à Tatinghem (Pas-de-Calais) ; en 1897, 23 rue des Martyrs à Paris 9e ; en 1905, 151 rue de Belleville à Paris 19e.

 

 

 

 

livrets

 

le Marché du Faubourg-Saint-Denis, opérette en 1 acte, avec Celmar (concert de la Scala, 05 octobre 1888)

le Cabaret des amours, opérette en 1 acte, avec J. Lévy et Lanteirès (Vaudeville, 02 janvier 1889)

la Reine de Mysokitu, opérette en 1 acte, avec Celmar (concert de la Scala, 17 janvier 1889)

le Mari de la Reine, opérette en 3 actes, avec Ernest Grenet-Dancourt, musique d'André Messager (Bouffes-Parisiens, 18 décembre 1889) => fiche technique

Mademoiselle ma femme, opérette en 3 actes, avec Maurice Ordonneau, musique de Frédéric Toulmouche (Menus-Plaisirs, 05 mai 1893)

A la pêche, opérette en 1 acte, avec Moynet, musique de Georges-Auguste Fragerolle (Eden-Concert, 07 août 1894)

Bain de dames, pantomime en 1 acte, avec Pastorini, musique d'Oscar de Lagoanère (Olympia, 20 juillet 1895)

le Bain de Monsieur, opérette en 1 acte, avec Mancel, musique de Paul Lacôme (Eldorado, 12 septembre 1895)

les Deux tentations, pantomime en 2 tableaux, avec le peintre José Frappa, musique de Frédéric Toulmouche (Nouveau-Théâtre, 19 novembre 1895)

le Roi Dagobert, opéra bouffe en 3 actes, avec Léon Raboteau, musique de Marius Lambert (Bouffes-Parisiens, 20 décembre 1900)

 

mélodies

 

Si j'avais vos ailes !, valse chantée, avec Ernest Grenet-Dancourt, musique d'André Messager (vers 1890) => fiche technique

Marche lorraine, marche, avec Jules Jouy, musique de Louis Ganne (1892)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par ci, Par là, revue d'actualité d'Ernest Grenet-Dancourt et Octave Pradels, publiée dans les Annales politiques et littéraires n°1463 du 9 juillet 1911

 

 

 

 

Encylopédie