Jean RICHEPIN

 

 

 

Auguste Jules dit Jean RICHEPIN

 

écrivain français

(Médéa, Algérie française, 04 février 1849* Paris 16e, 12 décembre 1926*)

 

Fils de Jules Auguste RICHEPIN (Ohis, Aisne, 13 août 1816 – La Fère, Aisne, 20 décembre 1888), chirurgien, et de Rose Pauline BESCHEPOIX (Crécy-Couvé, Eure-et-Loir, 19 mars 1826 – La Fère, 05 février 1893), légitimé par leur mariage à Belleville [auj. dans Paris], le 27 septembre 1856.

Epouse 1. à Marseille, Bouches-du-Rhône, le 17 juin 1879 (puis divorce) Eugénie Adèle CONSTANT (Manosque, Alpes-de-Haute-Provence, 12 avril 1856* –) ; parents de Jacques RICHEPIN, poète dramatique, et de Tiarko RICHEPIN, compositeur.

Epouse 2. à Paris 5e le 01 décembre 1902* Marianne Emmanuele Justine, comtesse de STEMPOWSKA (Lemberg, Autriche-Hongrie, 20 août 1873 – 1953).

 

 

Un moment élève de l'Ecole normale supérieure (1868), il sert pendant la guerre de 1870 dans les francs-tireurs, puis retourne à Paris et collabore à divers journaux. Il mène la vie de bohème, et attire sur lui l'attention par son mépris des conventions sociales et par sa recherche de la singularité ; son premier recueil poétique, la Chanson des gueux (1876), le fait condamner à un mois de prison et 500 francs d'amende. Après avoir été quelque temps marin et débardeur, il publie encore des vers : les Caresses (1877), les Blasphèmes (1884), la Mer (1886), Mes paradis (1894), la Bombarde, contes à chanter (1899). Ses nombreux romans et recueils d'impressions traduisent un tempérament de réfractaire, admirateur de Jules Vallès : les Etapes d'un réfractaire (1872), la Glu (1881), le Pavé (1883), Miarka, la fille à l'ourse (1883), Sophie Monnier (1884), les Braves Gens (1886), Césarine (1888), le Cadet (1890), Truandailles (1890), Flamboche (1895), Lagibasse (1899), Paysages et coins de rue (1900), la Clique (1917). Au théâtre, il donne l'Etoile, avec André Gill (1873), la Glu (1883) ; Nana Sahib (1883), drame dans lequel il joue auprès de Sarah Bernhardt ; Monsieur Scapin (1886), le Flibustier (comédie en 3 actes, Comédie-Française, 15 mai 1888), le Chien de garde (1889), le Mage, opéra (1891), Par le glaive (1894), le Chemineau, sorte d'épopée rustique (drame en 5 actes, Odéon, 16 février 1897), les Truands (1899), la Gitane (1900), Don Quichotte (1905). Il donna à l'Opéra-Comique Miarka, où l'on retrouve, dans la partition d'Alexandre Georges, ces délicieuses mélodies bohémiennes qui sont un des charmes de son roman. On lui doit également la révision du livret du Roi malgré lui de Chabrier. La langue de Jean Richepin est d'une truculence où il y a du romantisme, le goût du « blasphème », une rhétorique incandescente et une part de jeu ou de procédé. Ses derniers recueils poétiques : Interludes (1922), le Glas (1923), sont toutefois inspirés par des sentiments plus profonds. Il est entré à l'Académie française en 1908 et fut nommé chevalier (31 décembre 1909), officier (23 juillet 1912), puis commandeur (28 février 1924) de la Légion d'honneur.

En 1880, il habitait 1 rue Séguier à Paris 6e ; en 1884, 9 rue Galvani à Paris 17e ; en 1924, 8 villa Guibert (83-85 rue de la Tour) à Paris 16e, où il est décédé.

 

 

 

 

 

 

livrets

 

Pierrot assassin, pantomime en 3 tableaux, musique de F. Pardon (Palais du Trocadéro, 28 avril 1883)

Nana-Sahib, drame en vers en 7 tableaux, musique de scène de Jules Massenet (Porte-Saint-Martin, 20 septembre 1883) => livret

la Sulamite, scène lyrique, musique d'Emmanuel Chabrier (Concerts Lamoureux, 15 mars 1885)

le Mage, opéra en 4 actes, musique de Jules Massenet (Opéra, 16 mars 1891) => fiche technique

le Flibustier, comédie lyrique en 3 actes, d'après sa comédie, musique de César Cui (Opéra-Comique, 22 janvier 1894)

l'Impératrice, ballet-féerie, musique de Paul Vidal (Olympia, 06 avril 1901)

Mademoiselle Napoléon, comédie musicale (Etats-Unis, 1903)

Miarka, comédie lyrique en 4 actes, d'après son roman, musique d'Alexandre Georges (Opéra-Comique, 07 novembre 1905)

le Chemineau, drame lyrique en 4 actes, d'après son drame, musique de Xavier Leroux (Opéra-Comique, 06 novembre 1907)

la Glu, drame musical populaire en 4 actes, avec Henri Cain, musique de Gabriel Dupont (Nice, 24 janvier 1910)

le Carillonneur, pièce lyrique en 4 actes, musique de Xavier Leroux (Opéra-Comique, 20 mars 1913)

la Plus forte, drame lyrique en 4 actes, avec Paul de Choudens, musique de Xavier Leroux terminée par Henri Büsser (Opéra-Comique, 11 janvier 1924)

 

mélodies

 

A la dérive, musique de Gustave Huberti

Aimez !, musique d'Ange Flégier

Au cimetière, extrait de la Mer, musique de Gabriel Fauré (1888)

Au jardin de mon cœur, musique de Désiré Dihau

Bateau noir (le), musique de Georges Hüe

Bateau rose (le), musique d'André Messager (vers 1892)

Brume de midi, musique de Gustave Huberti

Chanson du matin, musique d'Henri Moreau

Chansons de Miarka (les), poèmes extraits de son roman, musique d'Alexandre Georges (1888) [01. Hymne à la rivière ; 02. Hymne au soleil ; 03. les Deux baisers ; 04. Marche romané ; 05. le Savoir ; 06. l'Eau qui court ; 07. la Parade ; 08. Nuages ! ; 09. la Poussière ; 10. la Pluie ; 11. Hymne des morts ; 12. Fête nuptiale ; 13. Cantique d'amour ; 14. Miarka s'en va]

Chansons de Miarka, poèmes extraits de son roman, musique d'Ernest Chausson (1888) [01. les Morts ; 02. la Pluie]

En ramant !..., chanson de pêcheurs, musique de Désiré Dihau

Iles roses (les), musique de César Cui (1907-1908)

Larmes, extrait de la Mer, musique de Gabriel Fauré (1888)

Larmes (les), lamento, musique d'Ange Flégier

Noël de neige, musique de Félix Fourdrain (vers 1903)

Trois petits oiseaux (les), musique de Gabriel Pierné (vers 1892)

Vieux papillons (les), musique de Georges Fragerolle

Vieux papillons (les), musique de Gustave Michiels

Vingt poèmes, op. 44, musique de César Cui (1890) [extraits de la Chanson des gueux, les Caresses, les Blasphèmes, la Mer]

 

 

 

 

 

Jean Richepin dans son cabinet de travail, vers 1892 (photo Dornac)

 

 

 

 

les auteurs du Mage (Jules Massenet et Jean Richepin), caricature de Charles Gilbert-Martin (le Don Quichotte, 21 mars 1891)

 

 

 

 

 

Encylopédie