Armand SILVESTRE

 

 

 

Paul Armand dit Armand SILVESTRE

 

écrivain français

(7 rue Saint-Florentin, Paris 1er, 18 avril 1837* – Toulouse, Haute-Garonne, 19 février 1901*)

 

Fils de Jean Baptiste Casimir SILVESTRE (1799 –), avocat à la cour royale de Paris, et de Marie Honorine Natalie Pauline HOUSSAYE (1810 –), mariés à Paris le 04 juillet 1836.

Epouse 1. à Paris 1er le 09 février 1876* (divorce à Paris 9e le 17 avril 1885*) Aimée Fanny NICOLAS (Saint-Servan-sur-Mer, Ille-et-Vilaine, 31 janvier 1848 ).

Epouse 2. Marceline GONRY (1843ap. 1901).

 

 

Ancien élève de l'Ecole polytechnique, il entra au ministère des finances en 1869, y fut inspecteur des finances et sous-chef de bureau et suivit régulièrement la carrière administrative. Il fut nommé inspecteur des Beaux-Arts le 12 août 1892. Mais c'est à ses talents littéraires qu'il dut sa notoriété. Il publia d'abord des poèmes dans la tradition parnassienne : Rimes neuves et vieilles, avec préface de George Sand (1862), puis deux autres recueils de vers : les Renaissances (1869), la Gloire des souvenirs (1872) ; la Chanson des heures (1878) ; les Ailes d'or (1880) ; le Pays des roses (1883) ; le Chemin des étoiles (1885). Après avoir collaboré à plusieurs journaux, il entra en 1879 au Gil Blas, où il inséra une grande quantité de nouvelles et de contes humoristiques, souvent d'un assez mauvais goût. Ses poésies sont d'un esprit plus délicat, mais la gauloiserie de ses nouvelles a plus fait pour étendre sa réputation que ses vers les mieux tournés. On lui doit, en ce dernier genre : les Farces de mon ami Jacques (1881) ; les Malheurs du commandant Laripète (1881) ; les Mémoires d'un galopin (1882) ; le Péché d'Eve (1882) ; Pour faire rire (1882) ; le Filleul du docteur Troussecadet (1882) ; les Bêtises de mon oncle (1883) ; Chroniques du temps passé (1883) ; Contes grassouillets (1883) ; Madame Dandin et Mademoiselle Phryné (1883) ; le Livre des joyeusetés (1884) ; les Mélancolies d'un joyeux (1884) ; Contes pantagruéliques et galants (1884) ; En pleine fantaisie (1884) ; le Falot (1884) ; Histoires belles et honnestes (1884) ; les Cas difficiles (1885) ; Contes à la comtesse (1885) ; les Merveilleux Récits de l'amiral Lekelpudubec (1885) ; le Dessus du panier (1885) ; les Veillées de saint Pantaléon (1886) ; Histoires inconvenantes (1887) ; Au pays du rire (1888) ; Gauloiseries nouvelles (1888) ; Histoires joyeuses (1888) ; Fabliaux gaillards (1888) ; Maïma (1888). On lui doit aussi plusieurs pièces de théâtre : Ange Bosani, en trois actes, avec Emile Bergerat ; Aline, en un acte, avec Hennequin, représentés au Vaudeville ; puis, en 1876, il a donné Dimitri, en collaboration avec Henri de Bornier et Victorin Joncières, au Théâtre-Lyrique ; Sapho, drame en un acte et en vers (1881) ; Coquelicot, opéra-comique, musique de Louis Varney (1882) ; Galante aventure, opéra-comique, avec Davyl (1882) ; Henry VIII, grand opéra en cinq actes, avec Détroyat, musique de Saint-Saëns (1883) ; Pedro de Zalamea, opéra en quatre actes, avec Détroyat (1884) ; les Templiers, opéra en cinq actes, avec Adenis, musique de Litolff (1886) ; Jocelyn, opéra en quatre actes, avec Capoul, musique de Benjamin Godard (1889) ; Grisélidis, mystère en 3 actes et en vers, avec Eugène Morand (Comédie-Française, 15 mai 1891) dont les auteurs ont tiré un conte lyrique, musique de Massenet (1901) ; etc. Pour la représentation de Joseph de Méhul à l'Opéra le 26 mai 1899, il a écrit les récitatifs qui ont été mis en musique par Bourgault-Ducoudray. En outre, il a réuni en volumes ses critiques d'art des Salons et expositions de peinture : le Nu au Salon, le Nu au Champ-de-Mars, Exposition de 1889, le Nu au Louvre, etc.

En 1885, il habitait 52 rue de Douai à Paris 9e, en 1897, 27 rue Godot-de-Mauroy à Paris 9e, et en 1901, à Courbevoie (Hauts-de-Seine).

Il a été dit à tort frère de Simon Clément Louis Théophile SILVESTRE (Le Fossat, Ariège, 12 octobre 1823 Paris 9e, 20 juin 1876), journaliste et critique d’art [fils d'Omer Bernard SILVESTRE et de Paule Catherine Séraphine GAILLARD].

 

 

 

 

livrets

 

Dimitri, opéra en 5 actes, avec Henri de Bornier, musique de Victorin Joncières (Opéra-National-Lyrique, 05 mai 1876 ; Opéra-Comique, 05 février 1890)

la Czarine, grand opéra en 4 actes, musique de Gaspar Villate (La Haye, 02 février 1880)

la Tempête, poème symphonique en 3 parties, avec Pierre Berton, musique d'Alphonse Duvernoy (Châtelet, 18 novembre 1880)

l'Orage, opéra-comique en 1 acte, musique de John Urich (Monnaie de Bruxelles, 02 mai 1879)

Coquelicot, opérette en 3 actes, musique de Louis Varney (Bouffes-Parisiens, 02 mars 1882)

Galante aventure, opéra-comique en 3 actes, avec Louis Davyl, musique d'Ernest Guiraud (Opéra-Comique, 23 mars 1882)

Henry VIII, opéra en 4 actes, avec Léonce Détroyat, musique de Camille Saint-Saëns (Opéra, 05 mars 1883)

Pedro de Zalamea, grand opéra en 4 actes, avec Léonce Détroyat, musique de Benjamin Godard (Anvers, 31 janvier 1884)

l'Epée du roi, opéra-comique en 2 actes, musique d'Arthur Coquard (Angers, 20 mars 1884)

les Templiers, opéra en 5 actes, avec Jules Adenis et Lionel Bonnemère, musique de Henry Litolff (Monnaie de Bruxelles, 25 janvier 1886)

le Mari d'un jour, opéra-comique en 3 actes, avec Adolphe Dennery, musique d'Arthur Coquard (Opéra-Comique, 04 février 1886)

Diane de Spaar, opéra-comique en 2 actes, musique d'Adolphe David (Nantes, 03 décembre 1887)

Jocelyn, opéra en 4 actes, avec Victor Capoul, musique de Benjamin Godard (Monnaie de Bruxelles, 25 février 1888)

la Marchande de sourires, pièce japonaise en 5 actes de Judith Gautier, prologue d'Armand Silvestre, musique de scène de Benedictus (Odéon, 21 avril 1888)

le Pilote, opéra en 3 actes, musique de John Urich (Monte-Carlo, 29 mars 1890)

le Commandant Laripète, opéra bouffe en 3 actes, avec Paul Burani et Albin Valabrègue, musique de Léon Vasseur (Palais-Royal, 03 mars 1892)

les Poèmes d'amour, opérette en 3 actes, musique d'Alexandre Georges (Bodinière, 01 mai 1892)

les Drames sacrés, poème dramatique en vers en 1 prologue et 10 tableaux, avec Paul Morand, musique de Charles Gounod (Vaudeville, 17 mars 1893)

Fleur de lotus, ballet-pantomime en 1 acte et 2 tableaux, chorégraphie de Mariquita, musique de Desormes (Folies-Bergère, 25 mars 1893)

Izeyl, drame en 4 actes en vers, avec Paul Morand, musique de scène de Gabriel Pierné (Renaissance, 24 janvier 1894)

O'Ménéné, ballet en 1 acte (Eldorado, 24 octobre 1894)

Lizarda, opéra-comique en 4 actes, musique de Gabriel Pierné (1893-1894)

Salomé, pantomime lyrique en 1 acte et 5 tableaux, avec Henry Meltzner, musique de Gabriel Pierné (Comédie-Parisienne, 04 mars 1895)

Chemin de croix, drame sacré en 3 actes, musique d'Alexandre Georges (Paris, 31 mars 1896)

le Château de Kœnigsburg, légende alsacienne en 3 actes, musique de Francis Thomé (22 avril 1896)

Bianco Torella, opéra en 3 actes, musique de la baronne Durand de Fontmagne (Toulouse, 06 avril 1897)

Messaline, drame lyrique en 4 actes, avec Paul Morand, musique d'Isidore de Lara (Monte-Carlo, 21 mars 1899)

le Feu céleste, cantate, musique de Camille Saint-Saëns (1900)

Charlotte Corday, drame lyrique en 3 actes, 1 prologue et 5 tableaux, musique d'Alexandre Georges (Opéra-Populaire, Château-d'Eau, 16 février 1901) => fiche technique

Grisélidis, conte lyrique en 3 actes et 1 prologue, avec Paul Morand, d'après leur pièce, musique de Jules Massenet (Opéra-Comique, 20 novembre 1901) => fiche technique

le Chevalier d'Eon, opéra-comique en 4 actes, avec Henri Cain, musique de Rodolphe Berger (Porte-Saint-Martin, 10 avril 1908)

 

mélodies

 

Absente (l'), musique d'Isaac de Camondo (1903)

Aimez quand on vous aime !, musique de Francesco Paolo Tosti (1898)

Allons voir, musique de Francesco Paolo Tosti

Amoroso, musique de Cécile Chaminade (1893)

Amour d'automne, musique de Cécile Chaminade (1893)

Amour d'hiver [1. Ce fut au temps du chrysanthème ; 2. Je porte sur moi ton image ; 3. Que l'heure est vite passée ; 4. Ne souffre plus ! ; 5. Quand tu passes, ma bien-aimée ; 6. l'Hiver de cet an est si doux], musique d'André Messager (1911) => partition

Angélus (l'), musique de Cécile Chaminade

Anniversaire, musique de Jules Massenet (1880)

Arioso, musique de Léo Delibes

Aube tombe (l'), musique d'Antony Choudens

Aurore (Cocorico), extrait du recueil Poème pastoral, musique de Jules Massenet (1872)

Aurore, musique de Gabriel Fauré (1884)

Automne, musique de Gabriel Fauré (1878)

Blanche et rose, musique de Léo Delibes

Bonsoir, musique de Gabriel Pierné (1883)

Bonsoir Mignonne, musique d'Antony Choudens

Bucher (le), musique d'Alexis de Castillon

Chanson crépusculaire, musique de Paul Delmet

Chanson d'amour, musique de Gabriel Fauré (1882)

Chanson d'automne, musique de Francesco Paolo Tosti

Chanson d'automne, musique d'André Caplet (1900)

Chanson des cerises (la), musique d'André Messager (entre 1884 et 1888) => fiche technique

Chant d'amour, musique d'André Messager (1894) => fiche technique

Charme (le), extrait de la Chanson des Heures, musique d'Ernest Chausson (1879)

Credo d'amour, musique d'Emmanuel Chabrier (1883)

Crépuscule, extrait du recueil Poème pastoral, musique de Jules Massenet (1872)

Départ, extrait du recueil Chansons pour elle, musique de Paul Puget (1895)

Dialogue nocturne, duo pour soprano et ténor, musique de Jules Massenet (1871)

Epithalame, musique de Jules Massenet (1891)

Fée aux chansons (la), musique de Gabriel Fauré (1882)

Femmes de France (les), musique de Paul Delmet

Fleur jetée, musique de Gabriel Fauré (1884)

Fleur jetée, musique de Cécile Chaminade (1893)

Fleurs d'hiver, musique d'André Messager (1889)

Heure du soir, musique de Léo Delibes

Il pleuvait, musique de Jules Massenet (1871)

Jours passés, musique de Léo Delibes

Madrigal, musique de Jules Massenet (1869)

Madrigal, musique de Gabriel Fauré (1883)

Marchande de rêves (la), musique de Jules Massenet (1905)

Marquise !, musique de Jules Massenet (1888) => fiche technique

Mélancolie, musique de Paul Delmet

Mer (la), musique d'Alexis de Castillon

Mimosa, musique d'André Messager (novembre 1882)

Musette, avec Victor Debay, musique d'Isaac de Camondo (1903)

Myrto, musique de Léo Delibes

N'est-ce pas, musique de Cécile Chaminade (1906)

Neige rose, musique d'André Messager (entre 1884 et 1888) => fiche technique

Noël des oiseaux (le), musique de Cécile Chaminade (1895)

Noël païen, musique de Jules Massenet (1886)

Notre amour est chose légère, musique d'André Messager (1897)

Pays des rêves (le), musique de Gabriel Fauré (1884)

Peine d'amour, musique de Léo Delibes

Pensée d'automne, musique de Jules Massenet (1887) => fiche technique

Pensée de printemps, musique de Jules Massenet (1893)

Plus doux chemin (le), madrigal, musique de Paul Vidal (1906) puis Gabriel Fauré (1907)

Poème d'avril, recueil de 8 mélodies, musique de Jules Massenet (1866) : 1. Prélude ; 2. Sonnet matinal ; 3. Double jeunesse ; 4. Riez-vous ? ; 5. Vous aimerez demain ; 6. Que l'heure est donc brève ; 7. Ton baiser ; 8. Adieu => fiche technique

Poème d'hiver, recueil de 5 mélodies, musique de Jules Massenet (1882) : 1. C'est au temps de la chrysanthème ; 2. Mon cœur est plein de toi ; 3. Noël ; 4. Tu l'as bien dit ; 5. Ah ! du moins, pour toi je veux être

Poème du souvenir, recueil de 6 mélodies, musique de Jules Massenet (v. 1868) : 1. A la trépassée ; 2. L'air du soir ; 3. Un souffle de parfums ; 4. Dans l'air plein de fils de soie ; 5. Pour qu'à l'espérance ; 6. Epitaphe

Que l'heure est donc brève !, musique de Léo Delibes

Ramier (le), madrigal, musique de Gabriel Fauré (1904)

Regret d'avril, musique d'André Messager (août 1882)

Regrets, musique de Frédéric d'Erlanger (1896)

Regrets !, musique de Léo Delibes

Renouveau, musique d'Alexis de Castillon

Rien n'est que de France, musique de Jules Massenet (1891)

Rimes tendres, musique de Louis Aubert (1900)

Roses d'octobre, recueil de 7 mélodies, musique de Xavier Leroux (1893) [1. Dans tout ce qui me charme... ; 2. Ame et Parfum ; 3. Tu m'as fait plus qu'un Dieu ! ; 4. Devant la Mer ; 5. Femmes et Fleurs ; 6. Floraison ; 7. Je te rapporte un cœur...]

S'il est un charmant gazon, musique de Frédéric d'Erlanger (1896)

Secret (le), musique de Gabriel Fauré

Semeur (le), musique d'Alexis de Castillon

Sérénade mélancolique, musique de Julius Bleichmann

Sonnet mélancolique, musique d'Alexis de Castillon

Sonnet païen, musique de Jules Massenet (1869)

Sous les branches, musique de Jules Massenet (1868)

Testament, musique d'Henri Duparc (1883)

Un adieu, musique de Jules Massenet (1869)

Une autre, musique d'Isaac de Camondo (1903)

Vendange, musique d'Alexis de Castillon

Violettes, musique de Georges Hüe

Voyageur (le), musique de Gabriel Fauré (1878)

 

 

 

 

 

Monument à Armand Silvestre par Antonin Mercié, élevé sur Cours-la-Reine à Paris, inauguré le 31 octobre 1906.

 

 

 

 

[A propos de Carmen]

Il nous est impossible de ne pas faire bien des réserves sur le choix de ce sujet. Il nous est d'autant plus possible d'être franc que nous n'avons jamais caché notre goût pour les deux auteurs qui, à notre avis, traitent à peu près seuls aujourd'hui la comédie contemporaine, pour des esprits pleins de finesse dans l'observation, de délicatesse dans l'exécution, toujours en éveil et toujours distingués. [...] Tout est banal chez cette créature, la bonté comme l'amour ; mais il est injuste de n'en montrer que le côté féroce. Rien n'est plus vrai, rien n'est plus commun que ce type. Rien n'est plus méprisable non plus, si vous voulez, si ce n'est la courtisane cupide qu'on a cependant mise à la scène impunément. [...] La musique est, de tous les arts, celui qui a le plus grand besoin d'idéal. Il convient surtout à l'expression des amours chastes et élevées, à la traduction des choses mystiques de la passion et non point des matérielles. La plastique lui fait défaut, mais quelle revanche il prend dans le domaine de l'âme ! Les aspirations vers l'immortel sont interdites à des amours comme celles de don José et Carmen, et c'est une bien noble ressource dont le compositeur est privé. [...] M. Bizet a toutefois écrit une partition où l'inspiration est rarement spontanée, mais dont il faut reconnaître les qualités vigoureuses et scéniques. C'est de l'art voulu, mais c'est assurément de l'art. On y sent l'effort, mais on y sent aussi la force ; on y sent l'étude, mais on y sent aussi le savoir. Il importe peu d'avoir cherché quand on trouve. Or, M. Bizet a trouvé.

(Armand Silvestre, l'Opinion nationale, 08 mars 1875)

 

 

 

 

 

 

Encylopédie