Jacqueline SILVY

 

 

 

Jacqueline SILVY

 

soprano français

(Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, 21 août 1924 –)

 

Epouse le ténor Gustave BOTIAUX.

 

 

Elle fit ses études aux Conservatoires d’Aix-en-Provence et de Marseille. Elle débuta à l’Opéra de Marseille en janvier 1949 dans Rigoletto (Gilda). Elle se produisit sur les grandes scènes de province puis fut engagée par la RTLN en 1960. Elle chanta au Palais Garnier et à la salle Favart, puis consacra une partie de sa carrière à l’étranger (Madrid, Lausanne, Londres, Luxembourg, Belgique, Allemagne). Au début des années 60, elle a enregistré avec Gustave Botiaux pour la marque Orphée (Pacific) des versions anthologiques de Faust (Siebel), dir. Jésus Etcheverry ; Sigurd (Hilda), dir. Jésus Etcheverry ; le Pays du sourire (Lisa) [version française d'André Mauprey et Jean Marietti], dir. Giancarlo Amati.

 

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra de Paris

 

Elle y débuta le 16 septembre 1960 dans Rigoletto (Gilda).

 

Elle y participa à la première le 21 octobre 1960 du Roi David (la jeune Fille) d'Arthur Honegger.

 

 

Sa carrière à l'Opéra-Comique

 

Elle y débuta le 11 novembre 1960 dans le Barbier de Séville (Rosine).

 

Elle y créa le 18 janvier 1961 Dolorès ou le Miracle de la femme laide (Dolorès) d'André Jolivet.

 

Elle y chanta Mignon (Philine), The Rake's Progress (le Libertin).

 

 

 

 

 

Jacqueline Silvy dans Dolorès ou le Miracle de la femme laide (Dolorès) à l'Opéra-Comique (revue l'Opéra de Paris, 1961)

 

 

 

Jacqueline Silvy dans les Pêcheurs de perles (Léïla)

 

 

 

Jacqueline Silvy (Juliette) et Gustave Botiaux (Roméo) dans Roméo et Juliette

 

 

 

 

 

 

Duo "Jeune reine, ma sœur"

extrait de l'acte IV de Sigurd de Reyer

Jacqueline Silvy (Hilda), Lyne Cumia (Brunehild) et Orchestre Symphonique dir. Jésus Etcheverry

enr. en 1960

 

 

 

Couplets "Faites-lui mes aveux"

extrait de l'acte III de Faust de Gounod

Jacqueline Silvy (Siebel) et Orchestre Symphonique dir. Jésus Etcheverry

enr. en 1962

 

 

 

 

 

Encylopédie