Henri TRIANON

 

 

 

Henri Nicolas dit Henri TRIANON

 

librettiste français

(Paris 4e, 09 janvier 1811 – Paris 9e, 17 octobre 1896*)

 

Fils de Jean Charles TRIANON et d’Eugénie MARGUERIT.

Epouse à Paris le 07 décembre 1843 Maurice Catherine Alexandrine ARTAUD ( av. 1896).

 

 

Il fut sous-bibliothécaire (1842), puis bibliothécaire (1849) à Sainte-Geneviève à Paris, poste pour lequel il fut nommé chevalier de la Légion d’honneur le 12 août 1865. De 1857 à 1859, il fut administrateur de l’Opéra-Comique sous la direction de Nestor Roqueplan.

Il est décédé en son domicile, 6 rue Lallier à Paris 9e.

 

 

 

 

livrets

 

Orfa, ballet-pantomime, musique d’Adolphe Adam (Opéra, 29 décembre 1852)

le Maître à chanter ou Maximilien, opéra en 2 actes, musique d’Armand Limnander (Opéra, 17 octobre 1853)

Pantagruel, opéra bouffe en 2 actes, musique de Théodore Labarre (Opéra, 24 décembre 1855)

Cantate, cantate, musique de Jules Duprato (Opéra-Comique, 15 août 1859)

le Docteur Mirobolan, opéra-comique en 1 acte, avec Eugène Cormon, musique d’Eugène Gautier (Opéra-Comique, 28 août 1860)

Salvator Rosa, opéra-comique en 3 actes, avec Eugène Grangé, musique de Jules Duprato (Opéra-Comique, 30 avril 1861)

Jocrisse, opéra-comique en 1 acte, avec Eugène Cormon, musique d’Eugène Gautier (Opéra-Comique, 10 janvier 1862)

le Trésor de Pierrot, opéra-comique en 2 actes, avec Eugène Cormon, musique d’Eugène Gautier (Opéra-Comique, 05 novembre 1864)

Don Juan, opéra italien en 5 actes, version française avec Eugène Gautier, musique de Wolfgang Amadeus Mozart (Théâtre-Lyrique, 08 mai 1866)

les Bleuets, opéra en 4 actes, avec Eugène Cormon, musique de Jules Cohen (Théâtre-Lyrique, 23 octobre 1867)

Ivan IV ou Ivan le Terrible, opéra en 4 actes, avec François-Hippolyte Leroy, musique de Georges Bizet (révision musicale d’Henri Büsser, Bordeaux, 12 octobre 1951)

 

 

 

 

 

Henri Trianon entrait en même temps [que Nestor Roqueplan] à l’Opéra-Comique comme administrateur. Cet ancien bibliothécaire à Sainte-Geneviève était l’auteur du ballet Orfa et de l’opéra le Maître chanteur. Ce nom de Trianon devait infailliblement amener des plaisanteries, et bientôt, les artistes de la salle Favart n’appelèrent plus Roqueplan que « le grand Trianon » et Henri Trianon « le petit Roqueplan ».

(Paul d’Ariste, la Vie et le monde du boulevard, 1930)

 

 

 

 

 

Encylopédie