Pierre WOLFF

 

Pierre Wolff, photo H. Manuel, vers 1924

 

 

Pierre Lucien Yvan dit Pierre WOLFF

 

auteur dramatique français

(5 rue de la Paix, Paris 2e, 01 janvier 1865* 32 rue de Boulainvilliers, Paris 16e, 27 juillet 1944*)

 

Fils de Jacques WOLFF (1828 ), négociant [frère d'Albert WOLFF, écrivain], et d'Ida Alphonsine MARX (1840 ).

Epouse à Paris 9e le 11 décembre 1905 Sophie Marie Félicité NOBLET (– av. 1944).

 

 

Il commença par collaborer à divers journaux, puis donna sa première pièce, le Cheval d'Aristote, comédie en un acte, au théâtre Déjazet. Il donna ensuite au Théâtre-Libre des pièces naturalistes : Jacques Bouchard, comédie en deux actes (1890) et les Maris de leurs filles, comédie en trois actes (1891). Puis il fit jouer des comédies où l'on trouve une observation ironique de la vie contemporaine, comme le Béguin (1900), Sacré Léonce ! (1901). Avec le Secret de Polichinelle (1903), il aborda le genre de la comédie sentimentale, qu'il continua à pratiquer dans d'autres pièces comme le Ruisseau (1907), les Marionnettes (1910), et, sur un ton plus dramatique, dans les Ailes brisées (1920) et Après l'amour, avec Henri Duvernois (1924).

Il fut nommé chevalier (19 juillet 1903), officier (29 décembre 1910), puis commandeur (02 août 1919) de la Légion d'honneur. Il fut président de la Société des Auteurs et Compositeurs dramatiques.

En 1897, il habitait 14 rue de Berri à Paris 8e ; en 1910, 22 rue d'Aumale à Paris 9e.

 

 

 

 

Pierre Wolff vers 1899

 

 

 

livrets

 

le Temps d'aimer, opérette en 3 actes, avec Henri Duvernois, couplets de Hugues Delorme, musique de Reynaldo Hahn (Théâtre de la Michodière, 06 novembre 1926)

Moineau, opérette en 3 actes, avec Henri Duvernois, couplets de Léon Guillot de Saix, musique de Louis Beydts (Théâtre Marigny, 13 mars 1931)

le Clochard, ballet en 3 tableaux, musique d'Albert Wolff (Opéra-Comique, 09 janvier 1959)

 

 

 

 

 

 

 

Encylopédie