FILMOGRAPHIE DE GEORGES THILL

 


 

CHANSONS DE PARIS

 

 

Film de Jacques de Baroncelli (1881-1951), tourné en avril 1934, sorti le 14 juin 1934 ; scénario de Henri Dupuy-Mazuel et André-Paul Antoine (1892-1982) ; musique de Maurice Yvain ; lyrics de Max Blot ; décors de Léon Barsacq (1906-1969) et Claude Bouxin.

 

 

cliquez ci-dessous pour entendre le début de la Chanson de Paris, extrait du film Chansons de Paris

avec

MM.

Georges Thill (1897-1984) : Georges

Armand Bernard (1893-1968) : Armand

Jacques Varennes (1894-1958) : Bermasse

Jacques Beauvais

Mmes

Simone Bourday (1912-1943) : Clara

Louisa de Mornand : Mme Pleisch

Yvonne Claudie (1891-1974) : la Secrétaire

Paulette Elambert (1922-) : la petite Paulette

Ginette Gaubert (1904-1987) : Liane d’Arbel

Pierrette Marc

 

Deux chômeurs, Georges et son ami Armand, chantent dans les rues. Georges a une très belle voix. Il est fiancé à une petite dactylo, mais l'argent leur manque pour se marier. Un impresario, ayant au passage entendu Georges, le fait entrer dans une boîte de nuit. Remarqué par une écuyère de cirque, Georges la suit sur la piste, mais un rival jaloux incendie l'automate où le chanteur est enfermé. Celui-ci est sauvé par son copain Armand. Pour éprouver la solidité de l'attachement de l'écuyère, Georges feint d'être resté aphone après l'accident ; aussitôt, la directrice du cirque et l'écuyère déchirent son contrat et le chanteur, éclairé sur les vrais sentiments de son amie, revient à la petite dactylo. Tout finit par s'arranger au mieux ; Georges, après une audition à l'Opéra, y débute d'une façon triomphale dans Lohengrin.

 

 

 

    

 

la Chanson de Paris

marche chantée du film "Chansons de Paris"

orchestrée par Szyfer

Georges Thill, ténor de l'Opéra

Orchestre dir Joseph-Etienne Szyfer de l'Opéra

Columbia RF 71 - matrice CL 4878

enr. en juillet 1934

 

 

paroles de la chanson

 

 

 

    

 

J'ai tant d'amour

slow-fox du film "Chansons de Paris"

orchestré par Szyfer

Georges Thill, ténor de l'Opéra

Orchestre dir Joseph-Etienne Szyfer de l'Opéra

Columbia RF 71 - matrice CL 4877

enr. en juillet 1934

 

    

 

paroles de la chanson

 

 

 

 

Georges Thill (Georges) et Armand Bernard (Armand) dans Chansons de Paris

 

Georges Thill (Georges), Armand Bernard (Armand) et Paulette Elambert (la petite Paulette) dans Chansons de Paris

 

Georges Thill (Georges) et Paulette Elambert (la petite Paulette) dans Chansons de Paris

 

Georges Thill (Georges) et Armand Bernard (Armand) dans Chansons de Paris

 

 


 

AUX PORTES DE PARIS

 

Film de Charles Barrois (1890-) commencé par Jacques de Baroncelli (1881-1951), tourné en octobre 1934, sorti le 22 mars 1935 ; scénario de Jean Chabrié d’après Henri Dupuy-Mazuel ; musique de Maurice Yvain et Gaston Claret ; lyrics de Max Blot ; décors de Claude Bouxin.

 

 

 

avec

MM.

Georges Thill (1897-1984)

Armand Bernard (1893-1968) : l’Anguille

Pierre Labry (1885-1948) : Léopold

Abel Tarride (1865-1951) : Thiriat

Jean Sinoël (1868-1949) : le Père Dicard

Maurice Maillot (1906-1968) : Daniel

Lucien Gallas (1904-1967) : Ferdinand

Jacques Berlioz (1889-1969)

François Carron (1895-1982)

Mmes

Josette Day (1914-1978) : Marthe

Gaby Morlay (1893-1964) : la Madone

Nicole Vattier (1907-1966)

Suzanne Bianchetti (1889-1936)

Marguerite Coutan-Lambert

Louisa de Mornand

Nicole Yoghi

Tania Mirova

 

 

Un homme de la zone a élevé deux garçons. L'un est son fils et l'autre celui d'un riche industriel. Pour toucher la prime, il donne au père malheureux son propre fils, un vaurien paresseux, et décide de garder l'autre garçon, mais la vérité ne tardera pas à éclater.

 

 

 

 

 

Aux portes de Paris

Valse chantée du film "Aux portes de Paris"

Georges Thill, ténor de l'Opéra

Orchestre dir Marcel Cariven

Columbia RF 76 - matrice CL 5326

enr. le 20 avril 1935

 

 

paroles de la chanson

 

 

 

 

le Logis du rêve

Mélodie du film "Aux portes de Paris"

Georges Thill, ténor de l'Opéra

Orchestre dir Marcel Cariven

Columbia RF 76 - matrice CL 5327

enr. le 20 avril 1935

 

 

paroles de la chanson

 

 

 

Georges Thill dans Aux portes de Paris

 


 

LOUISE

 

Film d’Abel Gance (1889-1981), tourné en septembre-octobre 1938 aux studios de Saint-Maurice, première française le 04 août 1939 à Vichy, première projection parisienne le 23 août 1939 au Cinéma Paramount, boulevard des Capucines ; scénario de Roland Dorgelès (1885-1973) d’après l'opéra de Gustave Charpentier ; adaptation et dialogues de Stève Passeur et Abel Gance ; images de Curt Courant et André Bac ; musique de Gustave Charpentier ; directeur musical et arrangements : Louis Beydts ; orchestre et chœurs Félix Raugel (120 exécutants) dirigés par Eugène Bigot ; décors de Georges Wakhevitch (1907-1984) et Henri Mahé (1907-1975) ; robes et costumes de Georges Annenkov (1889-1974) exécutés par Marcelle Dormoy ; production : Société parisienne de production de films (Weyler & Goldinberg) ; durée : 85 minutes.

 

 

 

avec

MM.

Georges Thill (1897-1984) : Julien

André Pernet (1894-1956) : le Père

Robert Le Vigan (1900-1972) : Gaston

Edmond Beauchamp (1900-1985) : le philosophe

Rivers cadet (1892-1968) : le chansonnier

Marcel Pérès (1898-1974) : le sculpteur

Roger Blin (1907-1984) : un rapin

Georges Douking (1902-1987) : le peintre

Félix Clément : Casimir

Roger Lécuyer : l’amant de la femme adultère

Albert Malbert (1914-1972) : un charpentier

Claude Bénédict

Philippe Janvier (1903-1967)

Mmes

Grace Moore (1898-1947) : Louise

Suzanne Desprès (1875-1951) : la Mère

Ginette Leclerc (1912-1992) : Lucienne

Jacqueline Gauthier (1918-1982) : Alphonsine

Pauline Carton (1884-1974) : la première

Yvonne Rozille (1900-1985) : une cliente

Hélène Ray : cousette

Simone Gauthier : cousette

Jacqueline Prévot : cousette

Lucie Vallat : la femme adultère

Yette Lucas (1883-1960) : la concierge

Carmen Laporte

Mlle Kersaint

Renée Mosan

Lucie Job

Emilienne Bazin

Paulette Bussaud

Yvonne Nérac

Rolande Forest

 

 

 

Georges Thill et Grace Moore dans le film Louise

 

 

Gustave Charpentier parle du film d’Abel Gance :

M. Gance m'a dit : « J'ai besoin, dans votre drame, d'un autre drame que le vôtre. » Et il a combiné, dans l'action directe, une autre intrigue ! Il y mêle des épisodes de mes Mémoires, mais arrangés. [...] « On » a enregistré, paraît-il, à peu près une heure de musique, et aussi, les cris de Paris. Mais il y a tant d'autres choses que j'aimerais et qui n'ont pas été employées ! Par contre, sous prétexte de « détentes » indispensables... pourquoi ? on a ajouté des épisodes souvent vulgaires, parfois grossiers... »

(Interview de Gustave Charpentier avec George-Michel, dans Candide, 09 novembre 1938)

  

Gustave Charpentier à Grace Moore :

« Je ne puis croire que vous alliez, d'un cœur léger, donner votre assentiment définitif à la contrefaçon de mon œuvre filmée que Londres vient de rejeter et que Paris accueillera sous des huées... Jusqu'au dernier moment, j'ai voulu espérer que vous vous dégageriez du honteux complot. Les bruits qui me parviennent me font croire que vous ne souhaitez aucune amélioration à l'œuvre d'A. Gance... »

(Lettre du 18 juillet 1939. Archives du Musée de Montmartre)

  

Grace Moore à Gustave Charpentier :

« Les exagérations de votre jugement sont d'une telle partialité qu'elles deviennent incompréhensibles et il est évident que je ne peux vous suivre sur certains points... Jamais [...] vous ne vous êtes adressé à moi ni pour vous en plaindre ni même me consulter. [...] Vous n'ignorez pas l'incroyable pauvreté du sujet de Louise pour les besoins cinématographiques. [...] Il m'est pénible, m'étant donné autant de mal pour l'ambition de réaliser au cinéma le premier opéra français, qui est votre œuvre et dans laquelle j'ai mis toute mon âme, de constater que c'est vous, l'auteur, qui ne comprenez rien au cinéma... »

(Lettre du 23 août 1939. Archives du Musée de Montmartre)

 

 

 

Georges Thill et Grace Moore dans le film Louise