Tristan BERNARD

 

 

 

Paul BERNARD dit Tristan BERNARD

 

romancier et auteur dramatique français

(23 Grande rue, Besançon, Doubs, 07 septembre 1866* Paris 17e, 07 décembre 1947)

 

Fils de Myrtil BERNARD (Besançon, Doubs, 29 septembre 1838 – Paris 17e, 16 janvier 1916), marchand de biens, et d'Emma ANCEL (Besançon, Doubs, 13 août 1842 – Paris 17e, 08 décembre 1909).

Frère de Marguerite Thérèse BERNARD [épouse le dramaturge Pierre VEBER].

Epouse 1. à Paris 3e le 03 novembre 1887* Suzanne Rebecca BOMSEL (Paris 3e, 08 février 1869* – Paris 17e, 20 juillet 1928).

Epouse 2. à Paris 3e le 03 juin 1929 Agathe Marcelle REISS.

Père de Jacques Jean Bernard dit Jean-Jacques BERNARD [1] (Enghien-les-Bains, Seine-et-Oise [auj. Val-d'Oise], 30 juillet 1888*Montgeron, Essonne, 12 septembre 1972), auteur dramatique et écrivain ; de Raymond BERNARD [1] (Paris 8e, 10 octobre 1891* – Paris 16e, 11 décembre 1977), metteur en scène de cinéma ; d'Etienne BERNARD [1] (28 septembre 1893 – Paris, 06 juin 1980), médecin.


 

Avocat à la Cour d'Appel de Paris, puis industriel, il fait ses débuts dans les lettres, en 1891, à la Revue blanche. Il travaille surtout pour le théâtre, où il remporte de nombreux succès avec des pièces où l'humour jaillit en une foule de bons mots. Ses meilleures réussites sont : l'Anglais tel qu'on le parle (1899) ; Triplepatte (1905) ; les Jumeaux de Brighton (1908) ; le Costaud des Epinettes (1910) ; le Petit Café (1911) ; Embrassez-moi (1923). Il a également publié des romans et des contes, dont on détachera les Mémoires d'un jeune homme rangé (1899). Il fut nommé chevalier (13 janvier 1903), officier (11 janvier 1913), commandeur (01 août 1928) puis grand-officier (05 août 1939) de la Légion d'honneur.

En 1888, il habitait 15 rue Vézelay à Paris 8e ; en 1905, 9 rue Edouard-Detaille à Paris 17e. Il est décédé à quatre-vingt-un ans.

 

 

 

Tristan Bernard

 

 

livrets

 

la Petite femme de Loth, opéra burlesque en 2 actes, musique de Claude Terrasse (Théâtre des Mathurins, 01 octobre 1900 ; Opéra-Comique, 02 mai 1901)

 

 

 

 

Tristan Bernard au vélodrome Buffalo par Henri de Toulouse-Lautrec (1895)

 

 

 

 

 

Encylopédie