Pierre BERTON

 

 

 

Pierre Francisque Samuel BERTON dit Pierre BERTON

 

acteur et auteur dramatique français

(29 rue Richelieu, Paris 2e, 06 mars 1842* Paris 16e, 24 octobre 1912*), enterré au cimetière Montmartre.

 

Fils de Charles-François dit Francisque BERTON (Paris, 16 septembre 1820 Paris 16e, 17 janvier 1874*), acteur [fils de Henri François BERTON, compositeur], et de Julie Félicie Caroline SAMSON dite Caroline BERTON (1821 janvier 1908), auteur de romans et de nouvelles [fille de l’acteur Joseph SAMSON], mariés à Paris 2e le 28 avril 1841.

Epouse 1. à Courbevoie, Seine [auj. Hauts-de-Seine] le 04 septembre 1875 Mathilde Félicie DUBREUIL (Paris 3e, 28 novembre 1835 – Paris, 01 février 1889) ; parents de Claude Pierre Félicien BERTON (Paris 18e, 26 octobre 1865 – Paris 15e, 20 décembre 1937), acteur puis auteur dramatique, et de Thérèse Françoise Henriette Geneviève BERTON (Courbevoie, 22 novembre 1874 – 1908), artiste dramatique.

Epouse 2. à Paris le 21 avril 1889* Anne Thérèse MEILHAN (Barsac, Gironde, 04 janvier 1862 – Paris 9e, 29 août 1932), femme de lettres [fille de Pierre Valentin MEILHAN (Bazas, Gironde, 11 février 1836 – Bagas, Gironde, 09 mars 1897), professeur de musique et violoniste, et d'Henriette Joséphine Noémie LE ROMAIN (1827 –)].

 

 

Il reçut des leçons de son grand-père Samson, débuta en 1859 au Gymnase, où il tint avec distinction l'emploi de jeune premier, puis il joua à l'Odéon, à la Comédie-Française, au Vaudeville. Il a obtenu ses plus grands succès dans le Club, le Nabab, Fédora, Gerfaut, la Tosca (il créa le rôle de Scarpia), etc. Pendant quelque temps il a dirigé la Comédie-Parisienne, et, en 1880, devint professeur de lecture pour les instituteurs et institutrices de Paris. Il a écrit plusieurs pièces pour le théâtre : les Jurons de Cadillac, comédie (1865) ; la Vertu de ma femme, comédie (1867) ; Didier, pièce en trois actes (1868) ; Léna (1889) ; les Chouans, drame (1894) ; Zaza, avec Charles Simon (1898) ; etc.

En 1897, il habitait 18 rue Notre-Dame-de-Lorette à Paris 9e. Il est décédé à soixante-dix ans, en son domicile, 21 boulevard Beauséjour à Paris 16e.

 

 

 

livrets

 

la Tempête, poème symphonique en 3 parties, avec Armand Silvestre, musique d'Alphonse Duvernoy (Châtelet, 18 novembre 1880)

Sardanapale, grand opéra en 3 actes, musique d'Alphonse Duvernoy (Concerts Lamoureux, décembre 1882 ; Liège, avril 1892)

 

 

 

 

Encylopédie