P.-L. FLERS

 

 

 

Léon Pierre Édouard PUJOL dit P.-L. FLERS

 

auteur dramatique et revuiste français

(59 rue de Rivoli, Paris 1er, 27 avril 1865* – Villa "Tita", Cap d’Antibes, Antibes, Alpes-Maritimes, 08 septembre 1932*)

 

Fils de Léon Pierre Clément PUJOL (1830 – av. 1913), négociant, et de Sidonie Joséphine POUDAVIGNE (1842 – ap. 1913) [fille d’Antoine Edouard POUDAVIGNE (1803 –), notaire].

Epouse à Paris 11e le 19 mai 1913* Marie Victoria MAYER (Combleux, Loiret, 21 juillet 1873* – Eaubonne, Seine-et-Oise [auj. Val-d'Oise], 05 mai 1961), fille de Victor MAYER (1829 – av. 1913), détenu politique à Nevers en 1873, et de Léonie Joséphine CHEREAU (1843 – av. 1913).

 

 

Il débuta en 1894 à la Bodinière par un acte en vers, Au clair de la lampe. Depuis, il a fait représenter plus de 70 comédies, opérettes ou revues, dont les principales sont : A nous les femmes ; le Siège de Grenade ; Ko-ko-ri-ko, revue (Scala, 1890) ; Paris fin de sexe, revue (Scala, 1895) ; P’tites binettes, revue (Alcazar d’Eté, 1890) ; Messalinette ; Femina (la Cigale) ; Un Siècle de grâce ; Paris-Froufrou (Marigny) ; A la pointe du pied, scènes montmartroises (Moulin-Rouge, 13 décembre 1894) ; Ah ! chaleur, revue (Moulin-Rouge, 14 décembre 1895) ; C'est d'un raid, revue (Scala, 1902) ; Offenbach-Revue (Moulin-Rouge, 02 mars 1904). Enfin, P.-L. Flers a écrit plusieurs autres pièces en collaboration : avec Paul Gavault, Charmant séjour (Cluny) ; Ohé ! Vénus (la Cigale, 1899) ; les Petits Croisés (la Cigale) ; avec Eugène Héros, Paris-Métro ; Nue ! Cocotte, revue (la Cigale, 1908) ; Non !... pas les mains, revue (Ambassadeurs, 1910) ; avec Alexandre Bisson, Ma bonne cousine ; avec A. Petit, Madame Barbe-Bleue ; avec Ch. Mougel, Veux-tu grimper ?, revue (Concert Européen) ; avec Ch. Clairville, Voluptata (Moulin-Rouge, 20 janvier 1904) ; avec J. Bousquet et A. Fordyce, le Toréador (Moulin-Rouge, 18 juin 1904) ; etc. Le 05 mars 1903, il devint directeur du Moulin-Rouge, mais désireux de se consacrer exclusivement à ses travaux d’auteur, il se démit de ses fonctions dix mois plus tard.

En 1913, il habitait 242 boulevard Voltaire à Paris 11e. Il est décédé à soixante-sept ans.

 

 

 

livrets

 

la Reine des Reines, opéra bouffe en 3 actes, musique d'Audran (Eldorado, 14 octobre 1896)

Shakspeare !, opérette-bouffe en 3 actes, avec Paul Gavault, musique de Gaston Serpette (Bouffes-Parisiens, 23 novembre 1899)

C’est d’un raid !, revue en 2 actes et 9 tableaux, musique de Raiter (Scala, 1902)

Lysistrata, avec Bolken et Boëckers, musique de P. Lincke (Moulin-Rouge, 06 avril 1904)

Ah ! Moumoute !, folie-opérette en 2 actes et 6 tableaux, avec Eugène Héros (Cigale, 22 mars 1906)

Messalinette, opérette en 2 actes, musique de Rodolphe Berger (1906)

la Revue des Folies-Bergère, revue en 18 tableaux, musique d’Alfred Patusset (Folies-Bergère, 1908)

Hello !! Charley ou la Nuit d’ivresse, comédie musicale anglaise en 2 actes, version française, musique d’Ivan Caryll, Worton David et Vincent Scotto (Apollo, 03 avril 1919)

les Bijoux indiscrets, revue-opérette en 2 actes et 4 tableaux, musique de Léo Daniderff (Théâtre Marjal, 15 septembre 1921)

le Petit choc, opérette en 3 actes, musique de Joseph Szulc (Théâtre Daunou, 25 mai 1923)

 

chansons

 

Quand les amoureux !, musique d’Eugène Poncin (1895)

 

 

 

 

Ah ! chaleur, revue de P.-L. Flers, affiche d'Alfred Choubrac (1890)

 

 

 

Encylopédie