Édouard MONTAUBRY fils

 

 

 

 

Édouard Marie Félix MONTAUBRY dit Félix MONTAUBRY

 

chanteur et compositeur français

(Passy, Seine [auj. Paris 16e], 25 mai 1855* Paris 16e, 29 mars 1930*)

 

Fils de Félix MONTAUBRY, ténor [frère d'Édouard MONTAUBRY, compositeur], et de Caroline PRÉVOST, soprano.

Epouse vers 1886 Marie Françoise FUCHS (1857 ap. 1942), ménagère ; parents de Jean Marie Félix MONTAUBRY (Asnières [auj. Asnières-sur-Seine], Seine [auj. Hauts-de-Seine], 12 janvier 1887* ), artiste puis garçon de courses ; de Charles Edmond Marie MONTAUBRY ; et d’Édouard Paul Florentin MONTAUBRY dit MONTY (Lyon 2e, Rhône, 07 mars 1890* Créteil, Val-de-Marne, 20 novembre 1966), chanteur de café-concert [épouse 1. à Paris 18e le 19 février 1921* (divorce le 02 juin 1930) Marguerite Florence BERTHONNEAU (Paris 6e, 21 mai 1898* ap. 1931), artiste lyrique ; épouse 2. à Paris 10e le 05 décembre 1942* Paul Eugénie Blanche GUILBERT (Dinan, Côtes-du-Nord [auj. Côtes-d’Armor], 29 novembre 1911* ap. 1970), artiste lyrique].

 

 

Artiste dramatique et professeur de chant, il créa Maître Peronilla (don Fabrice) de Jacques Offenbach (Bouffes-Parisiens, 13 mars 1878) ; Hymnis (Anacréon) de Jules Cressonnois (Nouveau-Théâtre-Lyrique, 14 novembre 1879) ; le Beau Nicolas (Pastorel) de Paul Lacôme (Folies-Dramatiques, 08 octobre 1880) ; les Poupées de l’Infante (Comte de Medina) de Charles Grisart (Folies-Dramatiques, 09 avril 1881) ; le Jour et la nuit (Miguel) de Charles Lecocq (Nouveautés, 05 novembre 1881) ; le Cœur et la main (Moralès) de Lecocq (Nouveautés, 19 octobre 1882) ; la Nuit aux soufflets (René de Montelcone) d’Hervé (Nouveautés, 18 septembre 1884) ; les Petits Mousquetaires (Athos) de Louis Varney (Folies-Dramatiques, 05 mars 1885) ; l’Egyptienne de Lecocq (Folies-Dramatiques, 08 novembre 1890). Il débuta à l’Opéra-Comique le 16 janvier 1902, et fut régisseur de ce théâtre (entre 1900 et 1930). Comme compositeur, on lui doit plusieurs opérettes. Son fils Édouard Paul Florentin, fit carrière dans la chanson sous le pseudonyme de Monty.

En 1887, il habitait 76 rue de Colombes à Asnières. Il est décédé à soixante-quatorze ans, en son domicile, 29 rue Marbeau à Paris 16e.

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra-Comique

 

Il y débuta le 16 janvier 1902 en créant la Chambre bleue (la Voix de l'Anglais) de Jules Bouval.

 

Il y créa également le 16 décembre 1902 la Carmélite (le Capitaine des Gardes) de Reynaldo Hahn.

 

 

 

œuvres lyriques

 

le Portrait de Colette, opérette en 1 acte, livret de Meillet et Dehelle (La Tour d'Auvergne, Paris, 21 décembre 1880)

le Sire de Caboch’Agif, opérette en 2 actes, livret de Paul Gaspari et Meillet (Délassements-Comiques, 12 mars 1887)

la Tunisienne, opéra-comique en 3 actes, livret de Paul Gaspari et Daris (Alhambra, Paris, 16 mai 1891)

Joyeux retour, opérette en 1 acte, livret de Bord de Labotaria (Salle du Journal, Paris, 08 mai 1907)

 

chansons

 

A Auteuil, dialogue accompagné de musique, paroles d'Albert Pajol (1893) => partition

Candidats (les), scène comique avec parlé, paroles d'Albert Pajol (1893) => partition

 

 

 

 

 

    

 

C' que c'est qu' l'amour

chansonnette (par. De Jarcy / mus. Jean Lenoir)

Monty du Petit Casino [fils d'Edouard Montaubry fils]

Pathé saphir 80 tours n° 5041, mat. 2022, enr. le 27 août 1920

 

 

 

 

 

Encylopédie